Tony G

Le tennis avait John McEnroe, le poker a Tony G. Loin de l'image calme et posée que véhiculent souvent les joueurs, les principaux atouts de ce Lituanien sont la gouaille et la provocation.

Des coups de gueule à la politique

Disposer d'un important capital de jetons constitue bien souvent un facteur d'intimidation pour l'adversaire. Malheureusement, au petit jeu des vases communicants qui a cours durant un tournoi, tous les joueurs ne disposent pas toujours d'un tapis conséquent.

 

Certains ont donc trouvé la parade pour prendre l'ascendant psychologique sur leurs partenaires de table. Qu'elles opèrent par le verbe ou par le geste, ces fortes têtes sont même parfois plus célèbres pour leur attitude à la table que pour leur palmarès.

 

Tony G est sans doute le plus emblématique de ces mauvais garçons du poker. Disciple de ce que les Anglo-Saxons qualifient de trash-talking, ce Lituanien d'origine a forgé sa légende par de nombreux coups de sang et éclats de voix. Pas étonnant, dès lors, qu'il ait entre autres tournois remporté en 2005 le WPT Bad Boys of Poker, une étape du WPT réservée aux joueurs à la réputation la plus sulfureuse. Une épreuve d'ailleurs disputée au Japon, et à l'occasion de laquelle il arborait fièrement un kimono traditionnel.

 

Si ses interminables invectives à l'égard de Surinder Sunar, lors de la finale du WPT Paris 2004, sont restées dans toutes les mémoires, une autre de ses plus saillantes crises verbales date de 2006. Invité à représenter l'Australie, son pays d'accueil depuis l'adolescence, lors de l'Intercontinental Poker Championship, l'intéressé avait vivement pris à partie le Russe Ralph Perry, l'un de ses adversaires de la table finale. Les attaques ont redoublé à l'occasion de l'élimination de ce dernier, dans un style verbal caractéristique de leur auteur : "C'mon Russian, get out ! [...] You're a terrible player ! [...] Bring more Russian on ! I'm here to get them all !".

 

Cette saillie a d'ailleurs inspiré cette réflexion à Gabe Kaplan, le commentateur de la table finale : "Tony G pourrait à lui seul raviver la guerre froide". Et pourtant, tous ceux qui le connaissent vous diront que s'il est habité par le diable à la table, Tony G est doux comme un agneau en dehors. Un constat qui vaut d'autant plus aujourd'hui que l'homme d'affaires s'est un peu assagi, se reconvertissant même de façon inattendue dans une carrière politique. Depuis 2014, il siège en effet au parlement européen sous l'étiquette du parti libéral lituanien. Aucun coup de gueule ne serait pour l'instant à déplorer dans l'hémicyle...

Sommaire des articles : Joueurs internationaux

Phil Hellmuth : la course aux bracelets

Phil Hellmuth : panorama

En 1989, dans l'un des casinos historiques de Vegas, un homme de 24 ans rêve de révolutionner le monde du poker.

Phil Ivey : simply the best

Phil Ivey : panorama

En marge des World Series 2009, une rumeur se répand comme une traînée de poudre. Très vite, elle contamine le web, toujours friand d'anecdotes rocambolesques. Au cœur de cette histoire dont tout le monde se demande si elle est réelle : Phil Ivey.

Mike Matusow : sex, drugs and redemption

Mike Matusow : panorama

Michael B. Matusow sort de prison en avril 2005. Sans le sou après 6 mois au purgatoire, nul ne peut imaginer que quelques mois plus tard il sera multimillionnaire.

Daniel Negreanu : au service du jeu

Daniel Negreanu : panorama

1996. Daniel Negreanu a 22 ans. Assis devant une des machines à sous de l'aéroport de Las Vegas, il glisse mécaniquement dans la fente les quelques pièces qui lui restent. Bientôt, une hôtesse annoncera l'embarquement des passagers pour le vol à destination de Toronto.

Comme d'habitude, c'est allégé de plusieurs milliers de dollars qu'il s'apprête à quitter le Nevada. Cette scène, qu'il ne connaît que trop bien, il se dit que c'est la dernière fois qu'il la vit. Sans savoir si c'est parce qu'il ne reviendra plus, ou au contraire parce que le sort lui sera plus clément la prochaine fois.

Scotty Nguyen : de Nha Trang à Las Vegas

Scotty Nguyen : panorama

C'est l'histoire d'un enfant né dans la pauvreté avec 14 frères et sœurs et qui n'échappera à son triste sort qu'après que sa mère l'aura placé sur une frêle embarcation et poussé vers le large. Pourtant, ce n'est pas l'histoire de Moïse...

C'est l'histoire d'un jeune Vietnamien qui va s'échapper de son pays en guerre et devenir l'un des meilleurs dans son domaine d'activité, gagnant ainsi le respect de ses pairs. Pourtant, ce n'est pas l'histoire de Van Loc...

C'est l'histoire d'un homme qui, de l'Asie aux États-Unis, va vivre une improbable épopée à l'issue de laquelle il saura définitivement triompher de l'adversité et des obstacles trouvés sur sa route. Pourtant, ce n'est pas le scénario du prochain Jackie Chan...

La vie rêvée de Teddy KGB

Teddy KGB à la table

Bien avant d'avoir entendu parler de Phil Ivey, Tom Dwan ou Daniel Negreanu, les amateurs de poker se sont passionnés pour le jeu d'un Russe, organisateur de parties illégales. De lui, on ne sait presque rien, si ce n'est qu'on ne risque pas de trouver son établissement dans les pages jaunes.

Son surnom mémorable ne pouvait demeurer plus longtemps sans vie. Voici donc le récit (presque véritable) du parcours de cet homme resté dans l'ombre de l'Histoire du poker : Teddy KGB.

24 heures avec Tom Dwan

Tom Dwan

Tom Dwan, c'est à seulement 24 ans plusieurs de millions de dollars de gains engrangés aux tables de cash-game offrant les plus hauts enjeux. Celui qui a rejoint la team FullTilt en novembre 2009 a franchi les échelons de novice à légende plus vite que n'importe quel autre joueur. En juin dernier, l'Américain se payait même le luxe de faire trembler les fondements de la planète poker en pariant des millions sur sa conquête d'un bracelet WSOP, exploit finalement raté d'un cheveu.

Doyle Brunson, la force tranquille

Doyle Brunson 4 en 1

Ce n'est pas Jacques Séguéla qui a conseillé ce titre à SuperCaddy (qui ne possède même pas de Rolex), mais il n'est de plus juste formule qui décrive Doyle Brunson. Géant du poker, légende vivante, millionnaire, le seul joueur qu'on applaudit lorsqu'il est éliminé du main Event des WSOP a toujours le sourire aux lèvres. Récit d'un homme au parcours rocambolesque.

Perry Green, celui qu'ils ont oublié

Perry Green (old)

Finaliste malheureux du Main Event des World Series en 1981 face à Stu Ungar, Perry Green repense parfois aux circonstances du duel : "Je l'ai poussé à tapis à trois reprises. Il a gagné les trois coups et a décroché le titre. Moi, je suis celui qu'ils ont oublié." Le septuagénaire n'a pourtant jamais raccroché les gants. En 2013, il s'est même hissé en table finale d'un event.

Gus Hansen, le pionnier des degens scandinaves

Gus Hansen

Gus Hansen fait partie de ces joueurs qui, lors de chacun de leurs tournois, creusent un peu plus le clivage entre leurs admirateurs et leurs détracteurs. Son style peu académique, basé sur un éventail de mains très large, a parfois tendance à énerver ses adversaires.

Tony G, la grande gueule

Tony G

Le tennis avait John McEnroe, le poker a Tony G. Loin de l'image calme et posée que véhiculent souvent les joueurs, les principaux atouts de ce Lituanien sont la gouaille et la provocation.

Phil Laak, du panache et des paillettes

Phil Laak

Épicurien dans l'âme, homme de défis, Phil Laak fait partie de ces joueurs qui doivent leur statut de star davantage à leurs facéties aux tables - et en dehors - qu'aux succès qu'ils y ont obtenus.

Dans la même rubrique
Dernières news People in poker
mardi 7 juin 2022 à 8:41
WSOP Poker Hall Of Fame : les nominations sont ouvertes

De la promotion 79 jusqu'à Eli Elezra en passant par Bill Boyd, Phil Ivey, Doyle Brunson ou Daniel Negreanu, le Poker Hall of Fame héberge tous les grands noms des générations passées et actuelles de joueurs. Tous ? Pas tout à fait et c'est bien pour ça que les WSOP comptent à nouveau ouvrir les portes de leur institution honorifique à un champion cette année. Si vous avez un poulain à soutenir, c'est par ici que ça se passe !

mercredi 25 mai 2022 à 9:09
Télex

Un mois après Brad Owen, Andrew Neeme endosse à son tour le costume d'ambassadeur du World Poker Tour. Joueur pro depuis 2004, l'Américain s'est lancé sur YouTube en 2016 avec l'objectif de partager son quotidien aux tables comme en dehors. Un profil de joueur-influenceur auquel les équipes du WPT sont de toute évidence sensibles.

jeudi 12 mai 2022 à 14:38
EXCLU
Adrian Mateos : interview d'un champion au sommet de son art

À domicile durant ce WPO, Adrian Mateos en a profité pour revenir auprès de Fausto sur ses jeunes années madrilènes. De ses premiers 500 € au Gran Casino Torrelodones jusqu'aux sommets du plateau Super High Roller, l'ambassadeur espagnol de Winamax jette un regard sur le chemin parcouru et fait le point sur sa forme actuelle, qu'il considère comme la meilleure de sa carrière.

jeudi 5 mai 2022 à 8:18
Barbara Enright : un marteau entouré de clous

Une pionnière parmi les pionnières. Entre 1986 et 1996, Barbara Enright a remporté trois bracelets WSOP au sein de fields presque exclusivement composés d'hommes. En 1995, elle est aussi devenue la seule femme à rallier la table finale du Main Event des World Series. Autant de faits d'armes qui au fil des années ont valu à la septuagénaire une intronisation dans trois Halls of Fame différents. Là encore, un exploit inédit.

Inscription Club Poker
Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Prochains Tournois Club Poker
Venez jouer des tournois à l'ambiance détendue, avec la communauté Club Poker :
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 30 juin 2022 à 19:04 - $125 ajoutés