lundi 6 mars 2017 à 13:13

L'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) organisait le 22 novembre dernier une journée de travail autour du thème Régulation et addiction : les stratégies, les enjeux, les perspectives. Le compte-rendu de ce colloque, mis en ligne il y a quelques jours, permet d'entrevoir certaines des pistes de réflexion du régulateur ou des opérateurs.

ARJEL locaux

Un émissaire du régulateur espagnol, un représentant de la Commission des Jeux de Hasard belge, des chercheurs, des psychologues, des acteurs du marché... Tels étaient les principaux ingrédients du casting proposé par l'ARJEL, fin novembre, à l'occasion de cette journée d'étude consacrée à la thématique de l'addiction.

 

Trois mois plus tard, que retenir du document de synthèse d'une trentaine de pages mis en ligne par l'ARJEL ? Premier enseignement à la lecture du discours introductif de Charles Coppolani : les jeux de casino, dont un certain nombre d'opérateurs appellent de leurs vœux la régulation depuis quelque temps, restent un sujet d'actualité.

Charles Coppolani rappelle que le secteur des jeux d'argent connaît de véritables bouleversements depuis 2010 aussi bien en termes d'offre, du fait d'innovations technologiques multipliant les potentialités de jeu, qu'en termes d'attentes des joueurs, adeptes des jeux vidéo et des jeux sociaux. L'attractivité croissante de l'offre illégale qui en résulte représente un véritable danger, c'est la raison pour laquelle l'offre agréée doit évoluer pour détourner les joueurs de l'offre prohibée. Certains jeux de casino et d'adresse actuellement interdits en France pourraient ainsi rejoindre le champ agréé après une évaluation des risques et la mise en place de dispositifs efficients de suivi des pratiques des joueurs visant à déceler immédiatement, voire précocement, les signes du jeu problématique. Pour ce faire, l'ARJEL appelle les opérateurs agréés à être force de propositions de nouveaux jeux responsables dans la mesure où ils connaissent à la fois le marché et la réglementation.

Second enseignement : les dirigeants de Betclic jugent toujours aussi sévèrement la rigidité fiscale du modèle de régulation français. En juillet dernier, la directrice générale de Betclic Everest Group Isabelle Andrès soulignait par exemple dans un communiqué de l'AFJEL que "les opérateurs ne [bénéficiaient] aucunement de l'intérêt croissant des Français pour les paris sportifs en ligne". Un paradoxe imputable notamment à "une fiscalité très forte s'appuyant sur les mises des joueurs et non les revenus réellement perçus par l'opérateur une fois les gains reversés aux joueurs".

 

Par la voix de sa directrice de la conformité et des affaires publiques, Juliette De La Noue, Betclic revient aujourd'hui sur ce terrain et en profite pour appuyer le discours de Charles Coppolani à propos d'un élargissement de la régulation à d'autres secteurs de jeu :

Juliette De La Noue cite le dernier rapport d'activité de l'ARJEL, qui constate que le marché régulé avec ses trois segments de jeu autorisés est trop étroit pour assurer un développement équilibré. De plus, l'assiette fiscale n'est pas fondée sur les revenus de l'opérateur - le produit brut des jeux (c'est-à-dire les mises moins les gains reversés aux joueurs - mais sur les mises ce qui favorise un modèle intensif plutôt qu'extensif : les opérateurs ont intérêt à favoriser les joueurs qui jouent beaucoup à des cotes élevées plutôt qu'une masse de joueurs récréatifs qui joueraient de plus petites sommes et à des cotes plus basses. Aujourd'hui, la pérennité du modèle économique des opérateurs des jeux en ligne n'est pas avérée, comme en témoignent une baisse de - 60 % du nombre d'opérateurs depuis 2010 et un résultat d'exploitation du périmètre régulé négatif depuis l'ouverture.

Dans le même temps, Juliette De La Noue explique que le marché prohibé prolifère et générerait un produit brut de 500 millions d'euros (estimation réalisée sur la base d'une dépense moyenne de 50 euros par mois), soit s'il était légalisé 200 à 300 millions d'euros de recettes fiscales supplémentaires et 200 à 400 millions d'euros de produit net pour les potentiels opérateurs agréés.

Enfin, Juliette De La Noue invite à ne pas redouter les possibles conséquences d'une ouverture plus large du marché agréé en France car plusieurs pays européens l'ont fait sans revers. Au Royaume-Uni, aucun phénomène d'addiction, ni aucune affection des revenus des casinos physiques n'a été observé suite à la légalisation du casino en ligne.

À noter enfin cette intervention d'Alexandre Roos, président de Winamax, dans le cadre d'un débat portant sur l'efficacité des dispositifs d'encadrement, et en particulier sur les modérateurs de jeu qui permettent à un joueur de s'astreindre à un seuil de dépôt ou de mise.

Alexandre Roos, Président de Winamax, considère que les deux modérateurs imposés par la loi ne font pas sens pour le poker. Winamax propose donc d'autres modérateurs plus pertinents. Un premier est un modérateur de perte mensuelle ou hebdomadaire qui a séduit 35 000 joueurs (sur 400 000). Le deuxième est un modérateur de temps de jeu hebdomadaire qui vise à réduire le risque d'isolation sociale et de déconnexion de la réalité (2500 joueurs l'utilisent). Comme ces modérateurs ne sont pas obligatoires, les personnes qui l'utilisent indiquent des limites plus cohérentes que pour des modérateurs obligatoires. Des modérateurs ont aussi été créés pour que les joueurs puissent s'interdire certains modes de jeux, qu'ils considèrent comme étant plus à risque.

Concernant les méthodes pour améliorer la compréhension et la bonne utilisation des modérateurs, Alexandre Roos souligne que les joueurs sont plus réceptifs à ces derniers plus tard dans leur parcours. En effet, le joueur est souvent pressé lors de l'inscription, déjà longue. Winamax propose donc à nouveau aux joueurs de régler le modérateur de dépôt à partir du 4e dépôt en 24h, ce qui peut leur éviter de déraper. Alexandre Roos trouverait aussi intéressant de réfléchir à des modérateurs cross-opérateurs, ce qui empêcherait les joueurs de contourner leurs modérateurs en jouant avec un autre opérateur. C'est une question technologique complexe mais probablement un axe de réflexion intéressant à suivre.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Régulation et addiction : morceaux choisis de la journée d'étude de l'ARJEL
Cette news a suscité 8 commentaires :
News

L'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) organisait le 22 novembre dernier une journée de travail autour du thème Régulation et addiction : les stratégies, les enjeux, les perspectives. Le compte-rendu de ce colloque, mis en ligne il y a quelques jours, permet d'entrevoir certaines des pistes de réflexion du régulateur ou des opérateurs.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Arjel : agence de régulation créée par le gouvernement Fillon (ah ah ah ah) en 2010 ayant conduit à la fuite à l'étranger des plus gros joueurs français, à la diminution drastique du trafic offert aux joueurs, à la hausse monstrueuse des taxes et prélèvements (je ne vous fais pas le schéma ramenant cet argent dans les poches dudit Fillon tout a déjà été dit là dessus lol) et n'ayant en rien empêché des milliers de victimes dans l'escroquerie Europoker malgré les publicités mensongères affirmant que l'argent était en sécurité sur les sites agréés par eux. 

Crédibilité proche du néant. 

Suce toi Arjel. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Concernant l'addiction, un sujet que j'ai bien connu, PS et W font vraiment le taff avec une batterie de mesure pour que le joueur puisse s'auto freiner facilement.

Party, en plus d'avoir un soft archaïque ne propose rien, et il est impossible de se ban sur le logiciel, enfin si, l'option pour fermer le compte mais avec la possibilité d'en ouvrir un autre fonctionne très bien...mais aucun réglage et aucune possibilité de se ban pour 3 ans, à moins de prévenir le support qui n'est pas du tout réactif.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Heureusement que Wina et Betclic était là à ce colloque d'ailleurs, avec une vision plus pragmatique et moins "bornée" que le simple "le jeu c'est mal" entendu ou sous entendu par pas mal d'autres dans la salle pour les Q/R.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sujet intéressant mais très compliqué à mettre en oeuvre avec la recherche de la rentabilité par les opérateurs. Ceci étant, les limites mises en place par winamax sont de loin les plus intelligentes comparées à l'application "bête et méchante" de celles prévues par la loi.

Je n'ai parcouru le compte-rendu que rapidement, mais je n'ai pas vu de mention des expressos, spin & go ou autres twister. Ca été évoqué ? Car faire un colloque d'une journée sans en parler me semble fou...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Texas_VZ a écrit :

 

Je n'ai parcouru le compte-rendu que rapidement, mais je n'ai pas vu de mention des expressos, spin & go ou autres twister. Ca été évoqué ? Car faire un colloque d'une journée sans en parler me semble fou...

Ça n'est absolument pas considéré comme un pb d'addiction spécifique hormis par des joueurs réguliers. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)

Mais le problème d'addiction est considéré uniquement au niveau des jeux onlines autorisés par l'ARJEL. C'est complètement con. L'addiction au loto dans le bureau de tabac, ou au casino, n'est qu'un argument pour parler du online. C'est complètement con dans ce genre de conférence de ne parler que de la France qui est complètement retarded par rapport au reste du monde.

Parler des machines à paris existant dans tous les pubs anglais, des casinos en ligne existant dans le reste du monde (incluant le monde civilisé) et des paris sportifs à plus de 85% de RTP, c'est la base d'un argument intéressant. En parler par et avec l'ARJEL, c'est l'assurance d'un débat idiot.

 

La régulation britannique est extrêmement solide en ce qui concerne le blanchiment d'argent. Bien plus strict que la régulation française. Et pourtant elle est bien plus légère en ce qui concerne la taxation et les contraintes au niveau des joueurs qui créent un compte.

Pourquoi ce n'est jamais discuté ? J'ai vu plein de fois l'Arjel dire qu'elle espérait à long terme un marché européen complet... C'est louable, mais peut-on lui dire sans se faire prendre pour un con, que la régulation francaise (ou italienne ou espagnole, meme si les assiettes de taxations sont différentes) ont des années de retard sur la régulation anglaise ? Et que ce n'est pas au reste du monde de progresser, mais à ces institutions de vieux pays technocraphile (ouais, je l'ai inventé celui la, c'est fonctionnaire-o-phile dans un gouvernement democratique) que leur avis est complètement suranné... (je fais des efforts, j'ai expliqué le "debile" qui devrait prendre la place de suranné)

Modifié par gerard47

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 8 commentaires sur le forum
Les news à la Une
vendredi 15 février 2019 à 10:22
Marché du poker en ligne : les chiffres clés du rapport 2018 de l'ARJEL

Au quatrième trimestre, le marché du poker en ligne a confirmé la tendance entrevue durant le reste de l'année 2018 : une hausse constante des droits d'entrée en tournois, un rebond significatif des mises en cash game, mais un Produit Brut des Jeux (PBJ) qui progresse moins vite en raison notamment de la "baisse des commissions captées par les opérateurs de poker sur les tables de cash game".

jeudi 14 février 2019 à 14:05
Télex

Ce dimanche 17 février, trois grands rendez-vous de Winamax se parent d'un format Knockout et d'une dotation garantie de 100 000 € : le 200 € Battle Royale à 19h, le 50 € Prime Time à 20h30 et le 10 € Sunday Surprise à la même heure. Avec en prime un lot sympa pour le vainqueur de ce dernier : une invitation aux 52 prochaines éditions du tournoi, et surtout une prime de 50 € par joueur éliminé.

mercredi 13 février 2019 à 9:49
Télex

La Million Week de Winamax a rendu son verdict la nuit dernière. Chipleader à 48 joueurs restants, Davidi Kitai se contente finalement de la 20e place. C'est le dénommé "BuyHands" qui s'impose et rafle le premier prix de 125 000 . "PagaLaFanta" et "...Victor.." complètent le podium de ce tournoi qui avait pour rappel enregistré 28 505 entrées.

mardi 12 février 2019 à 14:52
Télex

Un p'tit tour en Catalogne pour disputer l'un des plus beaux tournois du circuit européen, ça vous dit ? Bonne nouvelle : partypoker met les bouchées doubles avec dix packages d'une valeur de 4 000 € (dont 700 € cash) mis en jeu chaque dimanche lors d'un Super Sat à 215 €. En plus, il est possible de se qualifier pour cette finale hebdo via des paliers à 0,01 €, 5,50 € et enfin 22 €.

lundi 11 février 2019 à 11:10
Télex

À n'en pas douter, ce nouvel épisode de Dans la tête d'un pro fera date. Davidi Kitai y dispute la table finale du partypoker Millions Barcelona en compagnie de Stephen Chidwick, Dominik Nitsche ou encore Pascal Lefrançois. Avec 46 blindes devant lui, le génie belge convoite un magot de 1,7 million d'euros. C'est parti pour 52 minutes de délectation !

lundi 11 février 2019 à 9:22
Télex

Dans un article intitulé Débuts poussifs pour les clubs de jeux parisiens, Le Figaro évoque les défis auxquels sont confrontés certains projets : pétition des riverains contre l'Imperial Club, opposition de la maire du IXe à la réouverture du CCM... Comme pour le Groupe Barrière, les principaux obstacles qui subsistent sont toutefois de nature administrative.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 21 février 2019 à 20:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 28 février 2019 à 20:04
$125 ajoutés
Le chat joue au poker en ligne. Sisi.
Nouveau au poker ? Voici toutes les infos et réponses pratiques pour bien débuter et comprendre le poker en ligne.

Des tests complets et les bonus des poker rooms pour mieux choisir votre préférée.

Nos tournois, pour jouer entre nous, avec des prix et des cadeaux ajoutés chaque semaine.

Trouvez des infos pratiques et discutez sur le poker en ligne.

Pour les joueurs confirmés, apprenez à analyser vos mains au poker.