mercredi 30 juin 2021 à 14:18

Noel Furlong est "décédé paisiblement à son domicile" ce dimanche à l'âge de 83 ans, annonce sa famille. L'homme d'affaires irlandais est connu pour avoir remporté le Main Event des WSOP au terme d'une superbe table finale en 1999, mais c'est aux abords des champs de course qu'il a signé son autre grand fait d'armes.

Noel Furlong

Jusqu'à la victoire de Chris Moneymaker en 2003, la liste des champions du Main Event ne compte pratiquement que des grands noms de la scène poker de l'époque. Peut-être en connaissez-vous certains plus que d'autres, mais même les noms les moins ronflants appartenaient bien à des joueurs professionnels : de Jack Keller à Jim Bechtel en passant par Bill Smith, Berry Johnston, Mansour Matloubi ou Hamid Dastmalchi.

 

Parmi les rares exceptions figure bien entendu Hal Fowler, considéré en 1979 comme le premier champion amateur du Main Event. Mais le profil le plus intéressant est sans aucun doute celui de Noel Furlong, sacré en 1999 au nez et à la barbe de terreurs nommées Huck Seed ou Erik Seidel. À l'époque âgé de 62 ans, le businessman irlandais n'avait auparavant consacré que très peu de temps au poker. Et pour être tout à fait franc, il ne lui en a pas consacré davantage par la suite.

 

Son autre grand coup d'éclat en tant que joueur remonte à la décennie précédente, quand il s'était hissé à la sixième place du Main Event (déjà) et avait brièvement joué le rôle de poil à gratter sous la chemise du futur vainqueur Phil Hellmuth. Mais pour le reste, Noel Furlong avait d'autres priorités que les cartes. Marchand de tapis au sens propre, il est parvenu à faire de sa petite entreprise l'un des deux principaux leaders sur le marché britannique.

 

Et si les jeux ont tout de même occupé une place importante dans sa vie, ce sont les paris hippiques qui lui ont offert sa première fortune. Comme il l'a lui-même relaté dans ce formidable article du Racing Post paru en 2012, Noel a empoché 1,5 million de livres en 1991 en deux temps trois paris. Le tout en misant sur des chevaux qu'il avait lui-même contribué à préparer. Pour mieux comprendre, voici quelques extraits de l'article en question :

Extraits du Racing Post

En janvier 1991, Noel a soulagé Ladbrokes d'un million de livres quand son cheval The Illiad, jusqu'alors considéré comme un bourrin, s'est imposé à Leopardstown. Il avait placé progressivement plusieurs mises sur des cotes allant de 33/1 à 7/1. Ce gain est alors arrivé à point nommé car il lui a permis d'essuyer une spectaculaire dette de TVA de 500 000 £.

Après ce joli coup, Noel a imaginé un plan plus ambitieux encore : spéculer sur les victoires le même jour à Cheltenham, et sur deux courses différentes, de ses poulains The Illiad et Destriero. Il a donc misé sur chacun d'eux en simple, mais aussi sur le doublé. C'était un pari très ambitieux car c'est une chose d'amener un cheval à son pic de forme pour gagner un pari, mais c'en est un autre de faire coïncider deux pics de forme le même jour.

"J'avais 300 000 £ sur Destriero", explique l'intéressé. "J'avais aussi beaucoup sur le doublé et un peu sur The Illiad. J'avais tout misé bien en amont. Je savais que les bookmakers ne paniqueraient pas tant que Destriero n'aurait pas remporté la première course. J'ai fait ça au téléphone avec Ladbrokes, et je suis aussi passé par différents petits books indépendants en Irlande. La pire cote que j'ai obtenue pour Destriero c'était 6/1, et la pire pour The Illiad était aux alentours de 12 ou 14/1".

Le jour J, Destriero s'est imposé haut la main et Noel a mis la main sur un joli magot de 1,5 million de livres. Mais il savait que le doublé avait du plomb dans l'aile. Plus tôt dans la matinée, son entraîneuse lui avait fait savoir que The Illiad était déshydraté et ne pourrait pas produire un bel effort. "L'atmosphère était électrique pour beaucoup de monde, mais personnellement je savais que mes chances étaient très minces. J'avais encore un peu d'espoir ceci dit. Qui n'espèrerait pas en pareille situation ? Si The Illiad avait gagné, j'aurais remporté cinq millions de livres de plus. Ça aurait été l'un des plus beaux gambles de tous les temps".

Côté poker, c'est deux ans plus tard qu'il a écrit sa plus belle histoire. Celle que l'on connaît tous et qui lui vaut aujourd'hui de nombreux hommages de la part de la communauté poker. Et pourtant, comme l'explique Jesse May sur Twitter, Noel ne s'est présenté sur la ligne de départ du Main Event cette année-là que parce qu'il se trouvait dans les parages pour affaires :

Jesse May

Mon histoire favorite à propos de Noel Furlong se passe à une table de poker. C'est la main qui lui a permis de remporter le Main Event en 1999.

Noel avait déjà rallié la table finale dix ans plus tôt et il avait rendu fou Phil Hellmuth, mais il ne prenait pas vraiment le jeu au sérieux. Il rappelait toujours qu'il était avant tout un amateur et un homme d'affaires. Apparemment, cet été-là il était seulement de passage à Vegas parce qu'il avait travaillé en Californie les semaines précédentes.

Quand il a atteint la table finale, il n'y avait que du beau monde. Quel casting c'était ! Huck Seed était second en jetons, et à l'époque il était peut-être le meilleur joueur de poker du monde. Il cotoyait les Doyle Brunson, Johnny Chan, Chip Reese... et il avait accumulé des millions de dollars de gains en Californie dans les années 90 alors qu'il sortait à peine de l'adolescence. Et puis il était devenu champion WSOP en 1996 en dominant outrageusement le field.

Erik Seidel était l'autre grand nom à la table, mais si son tapis faisait peine à voir. Erik avait échoué sur la dernière marche face à Johnny Chan onze ans plus tôt, mais depuis il faisait régulièrement des siennes sur le circuit. Le voir s'imposer sur le Main Event ne semblait alors qu'une question de temps.

Il y avait cette année-là trois Irlandais parmi les sept derniers joueurs en lice, ce qui en soit peut être considéré comme historique. Mais comme George McKeever avait rendu les armes la veille au 7e rang, il ne restait plus que Padraig Parkinson pour accompagner Noel. Il disputait le Main Event pour la première fois, après s'être décidé au dernier moment suite à plusieurs semaines juteuses de cash game au Binion's.

Alan Goehring et Chris Bigler complétaient le casting. Le premier était encore inconnu au bataillon, mais la suite des événements a démontré qu'il avait du talent. Quant au second, c'était un foldeur professionnel qui voulait juste voir combien de temps il pouvait encore tenir.

Au final il y avait donc de très bons joueurs, mais ça restait Huck Seed contre le reste du monde. Ce devait être son tournoi. Et puis il y a eu cette main. Les demi-finales avaient donné le ton avec beaucoup d'agressivité de part et d'autre. Après quelques petites escarmouches en début de table finale, tout s'est accéléré sur ce coup.

Huck Seed a limpé under the gun et Noel a placé une petite relance dans la foulée. Les autres se sont écartés et quand la parole est revenue à Huck, il a tout envoyé au milieu. C'était un énorme overbet et il semblait confiant dans le fait que Noel ne pourrait pas call. Et pourtant c'est bien ce qu'il a fait, et avec rien de plus en main qu'un as et un 3 de cœur.

Beaucoup de gens très compétents ont par la suite partagé leur opinion bonne ou mauvaise de coup. Peut-être que certains d'entre eux avaient raison. Toujours est-il que Noel a battu Huck qui ne détenait qu'un valet et un huit de carreau, et qu'il s'est alors envolé vers la victoire en écartant son plus redoutable adversaire.

Un call dans une telle situation n'était pas quelque chose qui se voyait souvent à l'époque. Il peut être difficile d'imaginer à quel point le jeu était différent. Peut-être que de tels coups ne se voient pas trop aujourd'hui, mais ils se voyaient encore moins en 1999. Certainement pas au début d'un tournoi à 10 000 $, et encore moins à la fin avec six joueurs en lice et un million de dollars en jeu.

Certains observateurs sont allés jusqu'à affirmer qu'il s'agissait de l'un des pires calls de l'histoire du poker. Mais à mes yeux, ça a toujours été l'un des meilleurs. C'est en tout cas l'un de mes préférés parmi ceux dont j'ai eu connaissance. C'est comme ça que Noel a remporté les World Series Of Poker : en n'ayant absolument jamais peur.

Après son sacre sur la plus grande scène de poker du monde, Noel Furlong a repris sa vie où il l'avait laissée. Comme si de rien n'était. Il a certes rejoué ponctuellement au poker, décrochant même quelques victoires plus modestes dans son Irlande natale, mais son palmarès est là pour en témoigner : son succès ne lui est jamais monté à la tête.

 

"Je ne joue plus du tout au poker désormais", confirmait-il en 2012. "D'ailleurs je n'ai jamais joué sérieusement après ma victoire. Ce n'est pas un jeu qui vous offre la possibilité de vous pointer et d'être bon. Vous devez jouer régulièrement si vous avez l'ambition de maintenir un certain niveau".

 

Lors de la même interview, il expliquait ne pas consacrer davantage de temps aux paris sportifs : "Je n'ai pas misé un centime cette année. Écoutez, mon entreprise se porte bien, toutes mes affaires personnelles sont en ordre, je possède une belle maison... Bref, je n'ai pas besoin d'argent". Et pourtant, il confessait volontiers une certaine nostalgie en évoquant ses années folles : "C'est vrai que j'aimerais bien revenir un peu en arrière... Ne serait-ce que pour ressentir à nouveau le plaisir de chiper quelques billets aux bookies !".

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Noel Furlong : un champion du monde de poker pas comme les autres
Cette news a suscité 2 commentaires :
News

Noel Furlong est "décédé paisiblement à son domicile" ce dimanche à l'âge de 83 ans, annonce sa famille. L'homme d'affaires irlandais est connu pour avoir remporté le Main Event des WSOP au terme d'une superbe table finale en 1999, mais c'est aux abords des champs de course qu'il a signé son autre grand fait d'armes.

[...] Lire la suite…



Share this post


Link to post
Share on other sites
Lire les 2 commentaires sur le forum
Les news à la Une
vendredi 24 septembre 2021 à 7:29
Télex

Le Happy Sunday, vous connaissez ? À partir de 17h ce dimanche, dix tournois majeurs de la grille Daily Legends vous seront proposés pour un buy-in réduit de moitié sur PMU Poker et partypoker. Et tout ça avec des dotations garanties inchangées, à l'image du Titan et de son prize pool garanti de 20 000 € pour un buy-in exceptionnellement fixé à 50 €.

jeudi 23 septembre 2021 à 9:23
Télex

Au studio, Comanche et ShiShi retrouveront comme prévu Jean-Marc Thomas et Madskills813 pour parler Pot Limit Omaha. S'y ajoutera en seconde partie d'émission une interview décrochée par gaellej pour rebondir sur une actualité toute chaude : Anatoly Filatov, star du poker russe qui vient de signer sur GGPoker la plus grosse victoire de sa carrière. Rendez-vous à 21h pour le direct !

mercredi 22 septembre 2021 à 14:09
PokerStars vs Kentucky : la room transige et réduit la facture

C'est la fin d'un feuilleton judiciaire vieux de onze ans. Flutter Entertainment, la maison-mère de PokerStars, accepte de verser la somme de 300 millions de dollars à l'État du Kentucky. Le fond du litige portait sur la période comprise entre 2006 et 2011, années durant lesquelles la room au pique rouge avait continué d'accueillir sur ses tables les joueurs du Bluegrass State.

mercredi 22 septembre 2021 à 12:18
Télex

Et si on parlait un peu de Pot Limit Omaha ? Ce jeudi à 21h, l'équipe de Club Poker Radio reçoit deux spécialistes de cette variante : Jean-Marc Thomas, agent immobilier parisien qui a ses habitudes sur les tables de cash game PLO des clubs ; et Ludwig alias Madskills813, ancien champion de motocross reconverti en joueur pro qui raffole lui aussi des parties de PLO en cash game.

mercredi 22 septembre 2021 à 8:20
Télex

Ils vous ont manqué les livetards ? À veunstyle aussi ! Ce mercredi à partir de 15h, notre reporter reprend du service au Club Montmartre pour assurer le coverage d'un tournoi événement : l'APO 2500. Des coups d'anthologie, des anecdotes croustillantes et des photos par centaines : vous allez en prendre plein les mirettes jusqu'à dimanche !

mercredi 22 septembre 2021 à 7:34
Télex

Il y a quelques jours, theangler remportait le 4 Million Event KO des Winamax Series pour un gain de 276 980 €. Dans une vidéo réalisée pour Kill Tilt, Flavien Guénan analyse dans le détail le déroulement de cette finale. Le coach décrypte des mains clés en revenant notamment sur les notions d'ICM, de ranges et de positions. Un contenu de grande qualité qui vous fera peut-être voir certains concepts sous un nouveau jour.

mardi 21 septembre 2021 à 10:08
HOT !
Road to High Stakes : le championnat de Winamax revient avec 2 500 € de tickets offerts

À vos agendas ! Le championnat Road to High Stakes de Club Poker et Winamax fera son retour le mardi 28 septembre à 21h avec une première manche à 1 € de buy-in. La compétition mettra en jeu une dotation de 2 500 € sous la forme de tickets pour des tournois de référence comme le High Roller, le Battle Royale ou le Main Event.

mardi 21 septembre 2021 à 8:50
Joe Biden confirme la réouverture des frontières américaines aux Européens début novembre

C'est désormais officiel : les joueurs de poker français pourront participer à la dernière ligne droite des World Series Of Poker sans emprunter de voies détournées. Il leur faudra pour cela être totalement vaccinés mais aussi testés négatifs, le tout avec port du masque obligatoire et système de suivi des contacts.

mardi 21 septembre 2021 à 7:06
Télex

Vous rencontrez des problèmes de tilt qui impactent votre winrate ? Vous n'êtes pas le seul. Valentin Huvelin a donc décidé de concevoir une formation spécifiquement focalisée sur cette problématique. Développée durant huit mois en collaboration avec une dizaine de beta-testeurs, celle-ci est accessible à un prix relativement accessible pour ce type de contenu. À découvrir sur le forum !

lundi 20 septembre 2021 à 14:23
Télex

Vous vous êtes fait une raison : vous ne pourrez pas participer aux prochains World Series Of Poker. Selon le Financial Times, le président Biden pourrait pourtant annoncer ce soir la réouverture des frontières américaines aux voyageurs européens totalement vaccinés à partir du mois de novembre. Si l'information venait à être confirmée, cet assouplissement ouvrirait la porte à un contingent français plus important sur des tournois comme le Little One For One Drop, le Crazy Eights et bien sûr le Main Event.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 30 septembre 2021 à 19:04
$125 ajoutés