lundi 5 novembre 2018 à 13:59
EXCLU

Après avoir remporté son premier bracelet à Las Vegas cet été, Michael Addamo a récidivé à Rozvadov il y a quelques jours au terme du 25 000 € High Roller des WSOP Europe. Gaëlle est allée à la rencontre de cet Australien expatrié en Thaïlande. Un joueur très sérieux en dépit de son jeune âge, et qui ne se laisse aller à aucun écart de conduite aux tables comme en dehors.

Michael Addamo
(crédit : WSOP.com)

Salut Michael et merci d'avoir accepté de répondre aux questions de Club Poker. Tu viens de remporter le 25 000 € High Roller des WSOP Europe pour plus de 800 000 €. Il s'agit d'ailleurs de ta performance la plus lucrative à ce jour. Tu t'es également hissé à la 6e place du Super High Roller à 100 000 €. Qu'est-ce que ça signifie pour toi de briller au sein de tels fields ?

Évidemment, je réalise à quel point j'ai de la chance. C'est toujours un facteur très important. C'est surtout là-dessus que je souhaite insister.

 

Ce qui est impressionnant, c'est qu'il s'agit de ton deuxième bracelet dans un laps de temps assez court. Le précédent datait pour rappel de cet été, à l'occasion du Marathon Event qui fait partie des plus gros tournois des World Series. Ce sont donc deux tournois radicalement différents. Comment as-tu abordé ces deux tables finales ?

Oui, le field du Marathon est énorme et son niveau bien plus faible. Ici ça a été une autre paire de manches. Mais dans les deux cas je me suis contenté de jouer mon jeu, tout en y apportant quelques ajustements en fonction de mes adversaires.

 

Entre les deux, quel est ton souvenir le plus fort ?

Pour être honnête, gagner autant d'argent sur le Super High Roller c'est plutôt sympa. Ça va aussi me permettre de prendre plus d'action sur mes prochains tournois. Pour le reste je ne suis pas sûr de pouvoir identifier un moment plus heureux que l'autre. J'ai tendance à garder en tête d'autres moments que ceux-là. Désolé si ma réponse est un peu décevante.

 

Tu n'as que 24 ans. Est-ce que tu imaginais rencontrer un tel succès aussi tôt dans ta carrière ?

Non, pas vraiment. Avant que je me mette à jouer, il y avait plusieurs gars dans mon club d'échecs qui discutaient de poker. J'entendais parler de James Obst par exemple, qui est un gros joueur australien. Je me suis laissé tenter par l'idée d'essayer un peu le poker à mon tour. Sur le papier, ça me semblait une bonne idée d'essayer de gagner moi aussi quelques millions.

 

Tu es originaire d'Australie, mais tu as récemment été contraint de déménager en Thaïlande suite à l'interdiction du poker en ligne là-bas. Ça a été un moment difficile ? Comment ça se passe en Thaïlande ?

Oui, c'était dur. La vie est évidemment très différente en Thaïlande. J'habite à Chiang Mai. J'y passe beaucoup de temps et cette vie est vraiment agréable. C'est très occidental, assez moderne... Alors bien sûr les horaires ne sont pas les plus simples pour jouer en ligne, mais je m'en sors. Pour autant, il n'est pas exclu que je déménage à nouveau bientôt.

 

Avant de réaliser la transition vers le live, tu avais déjà de gros résultats en ligne sous le pseudonyme "Iamluckbox". Quelles sont tes priorités aujourd'hui ? Sur quoi te concentres-tu le plus ?

Je concilie toujours les deux, live et online. Tout dépend de l'endroit où je vais trouver les plus gros tournois. J'essaie autant que possible de faire moitié-moitié, mais ce n'est pas simple. D'un strict point de vue financier, les montants sont plus élevés en live. Néanmoins on peut aussi jouer de gros tournois pendant les SCOOP, les WCOOP...

 

Pourquoi ce pseudo ? Tu t'estimes très chanceux dans la vie ?

Complètement ! Je tiens ça d'un de mes amis, qui au début de ma carrière m'appelait "luckbox". Ça a commencé quand j'ai décroché en freeroll un ticket pour le Main Event de l'Aussie Millions. Il y avait 400 joueurs sur la ligne de départ et j'ai eu beaucoup de chance. Du coup j'ai gardé ce pseudo. Il me va comme un gant.

 

Tu es arrivé dans ce milieu bien après le boom du poker et le online était déjà très compétitif. À ton avis, que faut-il aujourd'hui pour réussir à dominer les tables de poker en ligne ?

Beaucoup de travail sur les solvers, et d'une manière générale beaucoup de mathématiques. C'est vraiment de ça dont il s'agit aujourd'hui compte tenu du niveau moyen. Je pense aussi qu'on est au milieu d'un petit boom en high stakes, avec pas mal de nouvelles étapes live et de plus en plus de gros tournois. C'est très intéressant. En revanche, c'est vrai que ça craint un peu de débuter aujourd'hui en high stakes.

 

Comment imagines-tu l'avenir de la scène poker en Australie ?

Je pense qu'il existe une possibilité de retour du online l'année prochaine ou celle d'après. On verra ce que va faire le gouvernement. Mais en dehors de ça le poker live se porte très bien là-bas. Il y a plein de tournois à Sydney, l'Aussie Millions rencontre un franc succès... Bref, à chaque fois qu'il y a un événement ça fonctionne très bien. Mais c'est vrai aussi qu'à cause de la fin du online, pas mal de joueurs ont dû partir ou se tourner vers des alternatives. Certains se sont mis à autre chose, d'autres se sont tournés vers des applications chinoises où le niveau de jeu est très faible...

 

Qui fait partie de ton groupe poker ?

La plupart du temps je voyage seul, donc je ne dirais pas vraiment que j'ai un groupe. Il y a quand même beaucoup de joueurs australiens que j'apprécie et avec lesquels je traîne souvent. Mais la liste est trop longue et je préfère ne citer personne plutôt que d'en oublier la moitié.

"Les jeunes joueurs d'aujourd'hui sont différents de la génération précédente : calmes, discrets... Pas vraiment du genre à faire les fous en dehors des tables"

Michael Addamo
(crédit : Danny Maxwell)

Au regard de ton jeune âge, est-ce que tu penses avoir déjà tiré quelques leçons de vie du poker ?

Oui, dans pas mal de situations ça m'a amené à devenir plus calme. Ce n'est pas que j'étais du genre à m'énerver facilement, mais beaucoup de choses ne m'atteignent plus autant. Les petites péripéties du quotidien, comme rater un avion ou un bus, ne m'affectent plus du tout.

 

Dans une récente interview pour Club Poker, ton collègue Manig Loeser confessait avoir dilapidé beaucoup de ses gains en début de carrière. Est-ce que tu es conscient de ce risque ? Est-ce que c'est quelque chose qui pourrait t'arriver ?

Pas vraiment, non. Pour être franc, je suis quelqu'un d'assez minimaliste. Je ne dépense pas beaucoup d'argent en dehors des tables, que ce soit dans des clubs ou dans des fringues. Je ne pense pas que ça sera un problème pour moi. Je ne gamble pas dans les casinos, je ne joue à aucun autre jeu et je ne participe pas à des grosses soirées.

 

À Rozvadov, on a croisé beaucoup de joueurs old school comme Tony G, Dutch Boyd, Chris Ferguson, Viktor Blom... Quelle image as-tu de la génération précédente ?

J'ai passé beaucoup de temps devant des émissions de télé comme High Stakes Poker. C'était intéressant à regarder. Mais dans la mesure où je connaissais quelques habitués des grosses parties, j'ai très vite été conscient des différents aspects de cet univers, et notamment de l'envers du décor avec le côté degen. Les jeunes d'aujourd'hui sont très différents : calmes, discrets, intelligents... Ils ne sont pas trop du genre à faire les fous en dehors des tournois.

 

Twitter est un outil important pour de nombreux joueurs. De ton côté, tu ne sembles pas posséder de compte...

J'en ai bien un, mais disons qu'il est assez... caché. Je ne poste jamais rien. Je me contente de lire plein de trucs, de suivre d'autres comptes... Je ne suis pas trop branché réseaux sociaux.

 

Quelle orientation voudrais-tu donner à ta carrière ?

Je ne sais pas encore ce que je vais faire. Je suppose que je vais continuer à me consacrer au poker encore un an ou deux. Pour la suite, je n'ai pas de plan précis en tête. J'aviserai d'ici là.

 

Tu en parlais un peu plus tôt : tu as d'abord été un joueur d'échecs. Quels enseignements de cette discipline es-tu parvenu à transposer aux tables ?

Avec les échecs, l'aspect stratégique est primordial et il y a aussi du travail à faire sur les solvers. Sur ces points, les deux disciplines sont relativement comparables. Les échecs sont loin d'être résolus, mais des ordinateurs parviennent à battre des joueurs humains et des programmes permettent d'étudier les meilleures options dans chaque situation possible. En fait, c'est vraiment similaire au poker dans pas mal d'aspects. C'est juste qu'il n'y a pas de dimension financière.

 

Quel est le jeu le plus intelligent selon toi ?

Oh... Question difficile... Je dirais probablement les échecs, mais sans être sûr de ma réponse pour autant.

 

Tu comptes travailler sur d'autres variantes ?

Sans doute le Short Deck, car il y a beaucoup de grosses parties qui sont susceptibles de m'intéresser. J'avais aussi le Pot Limit Omaha en tête, mais pour l'instant c'est passé au second plan de mes priorités.

 

Quels sont les joueurs de tournoi que tu considères comme les meilleurs aujourd'hui ?

Je pense à Dominik Nitsche, Stephen Chidwick, Nikita Bodyakovskiy... Ce sont tous d'excellents joueurs. Il y en a bien sûr un paquet d'autres en high stakes qui méritent tout autant d'être cités, mais ce sont ces trois-là qui me viennent à l'esprit immédiatement.

 

Tu joues aussi pas mal en cash game ?

Juste un peu. C'est surtout qu'il y a tellement d'action dans les tournois maintenant... Ça devient difficile de trouver du temps pour du cash game. Ceci dit, quand les parties me paraissent intéressantes j'essaie toujours d'y participer.

 

Où seras-tu dans les prochains mois ?

Je serai probablement aux Bahamas pour le prochain festival de partypoker, puis au Mexique ou au Canada ensuite pour jouer en ligne. J'ai aussi dans un coin de la tête le WPT Five Diamonds en fin d'année à Las Vegas, avant probablement de retourner aux Bahamas pour le PCA. La séquence se refermera en Australie pour l'Aussie Millions, et ensuite je rentrerai à la maison en Thaïlande.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Michael Addamo : interview de l'un des champions des WSOP Europe
Cette news a suscité 2 commentaires :
News

Après avoir remporté son premier bracelet à Las Vegas cet été, Michael Addamo a récidivé à Rozvadov il y a quelques jours au terme du 25 000 € High Roller des WSOP Europe. Gaëlle est allée à la rencontre de cet Australien expatrié en Thaïlande. Un joueur très sérieux en dépit de son jeune âge, et qui ne se laisse aller à aucun écart de conduite aux tables comme en dehors.

[...] Lire la suite…




(crédit : WSOP.com)

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait y’a plusieurs écoles pour son nom. Vu sur The Hendon Mob par exemple :

 « Nikita Bodyakovskiy's Mikita Results, Stats, Gallery & Pictures. AKA Mikita Badziakouski, Mikita Badziakouski, Mikita Bodyakovskiy, Nikita Badziakouski, Nikita ... »

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lire les 2 commentaires sur le forum
Les news à la Une
mardi 16 avril 2019 à 9:54
Télex

Du 15 au 23 juin, le Casino de Marrakech accueillera le WSOP International Circuit Morocco Summer Edition. PMU Poker et partypoker vous offrent l'opportunité de participer au Main Event de ce festival. Du 5 mai au 9 juin, quatre packages d'une valeur de 2 000 € seront garantis chaque semaine sur les deux rooms. Chacun de ces packs inclura le buy-in de 1 360 € ainsi qu'une enveloppe de 640 € destinée à couvrir les frais de voyage.

lundi 15 avril 2019 à 8:11
Télex

Initialement annoncée du 5 au 7 juillet, la deuxième étape du circuit JOA Poker Live se déroulera finalement trois semaines plus tôt. Avec ce changement de dates, les organisateurs entendent notamment faciliter aux joueurs la quête de leur hôtel. Le Main Event, pour rappel, prendra la forme d'un 250 € NLHE à la structure évolutive : 40 000 jetons pour des niveaux de 40 puis 45 et enfin 50 minutes.

vendredi 12 avril 2019 à 14:29
HOT !
Club Poker Radio S12E33 avec Joffrey Lhote et Mayo

L'équipe de Club Poker Radio recevait ce jeudi deux passionnés lyonnais : Yohan Hanys alias Mayo, membre éminent du forum, et Joffrey Lhote, la dernière recrue du Team PMU Poker. Ce dernier était d'ailleurs accompagné de Pierre de Almeida, chef de produit poker de la room. Et ce n'est pas tout puisque le pro canadien Timothy Adams avait accepté de répondre aux questions de Gaëlle via Skype. Enjoy !

vendredi 12 avril 2019 à 13:24
Télex

De retour depuis une dizaine de jours, l'opération Spin & Go 20 de PokerStars adopte de nouvelles règles à compter d'aujourd'hui et ce jusqu'au 23 avril. Le buy-in des tables choisies prend désormais de l'importance et les résultats obtenus en Spin & Go Max entrent en ligne de compte. Pensez donc à adapter votre stratégie !

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 25 avril 2019 à 19:04
$125 ajoutés