Le jeu pathologique par Dudley
par Servane

Sous ces termes médicaux se cachent de nombreuses notions : quel est le rapport au jeu des joueurs selon certains critères ? Comment ce rapport affecte-t-il leur vie sociale ? Dans quelles mesures le jeu peut-il être considéré comme pathologique ? Servane Barrault entame par l'article que vous lisez l'élaboration d'un dossier sur le jeu et les dérives qu'il peut engendrer.

Pour ce premier article, voici une vue générale des principaux concepts concernant l'addiction au jeu. Ils peuvent être appliqués au poker comme à tout jeu de hasard et d'argent.

Introduction : le jeu et l'être humain

Jouer est un comportement normal chez l'homme. L'enfant, en jouant, crée un espace de rêve et de symbolisation indispensable à son développement. Le jeu de l'adulte revêt généralement un caractère social et ludique, il permet de s'évader du quotidien à travers une activité régie par des règles spécifiques, différentes de celles auxquelles il doit se confronter dans la vie quotidienne.

Le jeu de hasard et d'argent est caractérisé par les critères suivants : les joueurs jouent de l'argent (ou des objets de valeur), la mise est irréversible une fois placée et l'issue du jeu dépend (en totalité ou en partie) de la chance (Ladouceur, 2004).

Les jeux de hasard et d'argent sont une part importante de la plupart des cultures. Il s'agit d'une activité de loisir socialement acceptée, et communément pratiquée. Entre 1960 et 2005, les dépenses des français en jeux de hasard et d'argent ont augmenté de 148 %. En 2005, près de 30 millions de français ont joué au moins une fois de l'argent, soit 3 adultes sur 5 (rapport de la MILDT, 2008).

Pour la plupart des gens, le jeu est une activité relaxante, de divertissement, sans conséquences négatives. Cependant, certains individus développent un comportement de jeu excessif, et le jeu devient alors une addiction, qui se manifeste par un besoin irrépressible de miser de l'argent.

Marc Valleur (2006) parle du jeu en ces termes : "Indispensable, donc, le jeu peut donner lieu à abus et addictions, comme toutes les conduites humaines qui sont source de plaisir et d'évasion...".

Définitions

L'addiction au jeu est un sujet dont on parle de plus en plus. Plusieurs termes sont utilisés pour évoquer ce trouble : jeu pathologique, jeu compulsif, jeu excessif, jeu problématique, jeu à risque… Le terme de jeu compulsif fait référence à la notion de compulsion, c'est-à-dire le besoin impérieux, incontrôlable, de jouer. Aujourd'hui, les termes de jeu pathologique et de jeu problématique, plus généraux, sont les plus fréquemment utilisés.

Le jeu pathologique est défini dans le Manuel diagnostic et statistiques des troubles mentaux (ou DSM IV-TR, classification américaine des troubles mentaux) comme « pratique inadaptée, persistante et répétée du jeu » (2004). Les critères proposés pour évaluer ce trouble sont les suivants :

  • Préoccupation par le jeu (préoccupation par la remémoration d'expériences de jeu passées ou par la prévision de tentatives prochaines, ou par les moyens de se procurer de l'argent pour jouer).
  • Besoin de jouer des sommes d'argent croissantes pour atteindre l'état d'exaltation désiré, besoin de jouer pour échapper aux difficultés ou pour soulager une humeur indésirable (par exemple, anxiété, culpabilité ou dépression).
  • Efforts répétés mais infructueux pour contrôler, réduire ou arrêter la pratique du jeu.
  • Agitation ou irritabilité lors des tentatives de réduction ou d'arrêt de la pratique du jeu.
  • Joue pour échapper aux difficultés ou pour soulager une humeur dysphorique* (par exemple, des sentiments d'impuissance, de culpabilité, d'anxiété, de dépression).
  • Après avoir perdu de l'argent au jeu, retourne souvent jouer un autre jour pour recouvrer les pertes (pour « se refaire »).
  • Ment à sa famille, à son thérapeute ou à d'autres personnes pour dissimuler l'ampleur réelle de ses habitudes du jeu.
  • Commet des actes illégaux, tels que falsifications, fraudes, vols ou détournement d'argent pour financer la pratique de jeu.
  • Met en danger ou perd un relation affective importante, un emploi ou des possibilités d'études ou de carrière à cause du jeu.
  • Compte sur les autres pour obtenir de l'argent et se sortir de situations financières désespérées dues au jeu.

Selon le DSM, il faut réunir 5 critères pour être considéré comme un joueur pathologique.

Cependant, il existe différents niveaux d'intensité des problèmes de jeu. Les joueurs ne rencontrant aucun problème sont souvent appelés joueurs sociaux ou récréatifs. Les joueurs rencontrant des problèmes de jeu mais ne présentant pas tous les critères du jeu pathologique sont appelés joueurs à problèmes. Par extension, on appelle jeu problématique toutes les conduites de jeu à problèmes, y compris le jeu pathologique. (Expertise collective de l'INSERM).

On parle également de joueurs à risques : ce terme décrit des joueurs n'ayant pas de problèmes de jeu, mais risquant d'en développer par la suite.

En France, il n'y a pas (encore) d'études de prévalence du jeu pathologique (c'est-à-dire des études évaluant la proportion de joueurs problématiques dans la population générale). Les estimations proposées sont faites notamment grâce aux données nord-américaines : 1 à 3% de la population présenterait ce type de troubles.

Dysphorie

Perturbation de l'humeur caractérisée par un sentiment déplaisant et dérangeant de tristesse, d'anxiété, de tension, d'irritabilité.

Descriptions

Le jeu pathologique est considéré comme une addiction à part entière, addiction sans substance, dont l'objet est un comportement sans cesse réitéré. Le jeu occupe alors une place centrale dans la vie du sujet, au détriment de ses activités habituelles et de ses relations. Souvent, il est vécu comme un refuge, un moment ou un endroit où l'on peut s'évader des difficultés de la vie quotidienne… Dans l'absolu, rien de pathologique à cela, mais le risque est que le jeu devienne le seul refuge, et qu'il devienne ainsi essentiel, indispensable pour l'individu.

Les conséquences de cette addiction peuvent être lourdes, à la fois au niveau affectif, professionnel (ou scolaire) et financier. Le taux de suicide et d'incarcération chez les joueurs pathologiques est important (Institut National de santé publique du Québec, 2003).

Bergler (1957) propose une description systématique du joueur pathologique : joueur régulier, dont le centre d'intérêt principal est le jeu, il est incapable de s'arrêter tant qu'il gagne et a tendance à prendre plus de risques que ce qu'il avait prévu. Il fait preuve d'un optimisme concernant le jeu que les pertes n'affectent pas. Enfin, il existe chez lui, quand il joue, un vécu de « thrill » (sensation de frisson, d'excitation et de tension).

Évolutions

Selon Custer (1984), il existe trois phases caractéristiques du jeu pathologique :

  • une phase de gains
  • une phase de pertes
  • une phase de désespoir, aboutissement ultime du jeu pathologique.

Bien qu'ancienne, la description de Custer reste pertinente. L'addiction au jeu est un processus long : la dépendance s'installe progressivement, de sorte que le joueur ne s'en aperçoit pas forcément. Au début, le joueur joue, sans rencontrer de problèmes, gagnant des sommes plus ou moins importantes (phase de gains). Un gros gain au début de la pratique de jeu est un facteur de risque important (bien que pas suffisant) pour développer des problèmes de jeu. Durant cette « lune de miel » avec le jeu, le joueur peut développer de fausses croyances, l'amenant à penser qu'il est plus habile au jeu qu'il ne l'est en réalité (c'est d'autant plus déterminant dans les jeux de chance pure, où l'habileté ne joue aucun rôle).

Ensuite vient la phase dite de pertes : le joueur joue de plus en plus, et mise des sommes de plus en plus importantes. Ses croyances d'être très habile, de maîtriser le hasard etc. sont mises en échec, et laissent la place à l'idée qu'il va se « refaire », d'où l'investissement de temps et d'argent de plus en plus important. Durant cette phase apparaît le chasing (fait de jouer de plus en plus pour combler les pertes). Le jeu commence à prendre une place centrale dans la vie du joueur, et dans ses pensées : il y consacre de plus en plus de temps, au détriment de ses activités sociales, familiales et/ou professionnelles, et, même quand il ne joue pas, est toujours préoccupé par le jeu. Son humeur devient conditionnée par le jeu : euphorique quand il gagne, le joueur peut devenir abattu, déprimé et anxieux quand il perd.

C'est généralement à partir de moment-là que l‘entourage commence à s'inquiéter de l'ampleur de la pratique de jeu. Le joueur, lui, est très fréquemment dans le déni de ces problèmes, et commence à mentir à son entourage pour cacher ses activités de jeu, ou ses pertes financières. Beaucoup de joueurs pathologiques rencontrent des difficultés financières, et ont recours à des emprunts ou crédits afin de rembourser des dettes ou de continuer à jouer. Certains vont cumuler les crédits à la consommation (avec des taux d'intérêts très élevés), s'exposant à un surendettement très important.

Après une longue période de pertes, arrive la phase de désespoir, faisant suite à une longue période de pertes. Le sujet, délaissé par son entourage, peut avoir recours à des conduites délictueuses pour se procurer de l'argent. Il se sent désespéré et isolé, et souffre fréquemment de troubles du sommeil, de l'humeur (dépression et anxiété, le plus souvent) et de l'alimentation. À ce stade, le joueur n'a plus que quatre options: l'incarcération, le suicide, la fuite ou l'appel à l'aide.

Cette description, bien que relativement ancienne, est toujours utilisée. Très peu d'autres études sont consacrées à l'évolution des conduites de jeu dans le temps. Il est important de noter que la description de Custer se rapporte aux joueurs pathologiques (et non aux joueurs à problèmes ou à risques). La durée de cette trajectoire est longue, le joueur pouvant passer jusqu'à plusieurs années dans chaque phase. Cette description souligne l'importance de mettre en place des actions de prévention, ou de prise en charge précoces, lors des premières phases.

Les critères et descriptions que je viens de vous présenter vous auront peut-être paru un peu « extrêmes »… Il existe différents niveaux d'intensité de ce trouble, et ces descriptions sont celles d'un trouble sévère, au long cours. L'addiction au jeu peut se manifester de différentes façons, et à différents niveaux d'intensité, selon le type de jeu pratiqué, la durée de la pratique de jeu, le média utilisé pour jouer mais également selon l'individu et son environnement. Chez certains joueurs, l'aspect financier va prendre le dessus, chez d'autres l'aspect affectif et relationnel, ou peut-être le vécu subjectif de déprime ou d'anxiété… Chaque personne est unique, et, si l'on retrouve des constantes dans les caractéristiques du jeu pathologique, il ne faut bien sûr pas oublier de prendre en compte les spécificités de chacun.

Il faut enfin souligner le fait que le jeu pathologique n'est pas stable dans le temps : les modes de pratique de jeu évoluent, et un joueur pathologique ou à problèmes peut retrouver une pratique de jeu contrôlée, ou arrêter de jouer, en suivant un traitement ou de façon spontanée.

Et le poker ?

Au sein des jeux d'argent, le poker tient une place particulière, notamment en raison de la composante de stratégie, que l'on ne retrouve pas dans les jeux dits de pur hasard (comme le loto, slots, etc.). La plupart des recherches sur le jeu pathologique portent sur des jeux de hasard pur, et nous avons peu d'informations sur l'addiction au poker.

Voici les résultats d'une étude menée par des chercheurs américains (Laplante et collaborateurs, 2009). Cette recherche a été réalisée grâce aux données fournies (de façon anonyme) par un grand opérateur de jeu en ligne. L'objectif est de décrire le comportement de joueurs de poker en ligne, et non d'évaluer la proportion de joueurs addicts. Les résultats distinguent deux groupes de joueurs :

  • La plupart des joueurs (95 %) jouent modérément (en terme de mises financières et de temps), et leur ratio de pertes et de gains modère leur pratique de jeu. En d'autres termes, quand les pertes augmentent, ils ont tendance à jouer moins, ou à miser moins d'argent.
  • Les autres (5 %) sont désignés par les auteurs comme des « joueurs très impliqués ». Leur durée de jeu est en moyenne trois fois plus longue que celle des joueurs de l'autre groupe, et ils misent environ 75 fois plus d'argent. Leur pratique de jeu semble beaucoup moins influencée par les pertes.

Bien sûr, nous ne pouvons certainement pas conclure que ces 5% de joueurs « très impliqués » sont des joueurs problématiques, puisque nous n'avons aucun renseignement-objectif ou subjectif- sur les éventuelles conséquences de leur pratique de jeu… Mais cette recherche nous permet de souligner l'existence de différents types de comportements, au sein d'un même jeu.

Des recherches suggèrent que les étudiants seraient une population vulnérable aux problèmes de jeu. Une étude de 2007 (Woods et collaborateurs) évalue les comportements de jeu chez des étudiants joueurs de poker online volontaires (422 répondants). 18 % des participants rapportent des problèmes liés au jeu. Cependant, les sommes d'argent perdues apparaissent la plupart du temps peu importantes (moins de 10 livres pour 53 % des participants, de 10 à 50 livres pour 38 %). Les participants ayant des problèmes de jeu jouent plus souvent que les joueurs sociaux, ou récréatifs, et évoquent des pertes financières plus importantes. Selon les auteurs, les principaux facteurs prédicteurs d'un problème de jeu dans cette population sont : un état émotionnel négatif (anxiété, culpabilité, tristesse…) après le jeu, le fait de jouer pour échapper aux problèmes de la vie quotidienne et le fait de se présenter durant le jeu comme un membre du sexe opposé au sien (d'avoir un pseudo/une photo d'homme en étant une femme, ou vice-versa. Le « gender swapping » est rapporté par 20 % des femmes, et 12 % des hommes).

Certains indices permettent de penser que l'addiction au poker pourrait avoir des spécificités, notamment en raison des particularités du jeu, par rapport aux jeux de chance pure. Le processus de prise de décisions, les croyances liées au jeu semblent différentes. Les conséquences de l'addiction pourraient donc se manifester différemment, peut-être plutôt en terme de temps et de retentissement sur la vie sociale, professionnelle et/ou affective, plutôt qu'en termes de pertes financières.

Comprendre ces spécificités semble nécessaire pour mieux prévenir et traiter ces problématiques.

Conclusion, par Piercy

Jeu pathologique, jeu à problèmes, addiction : malgré quelques anciennes études ou références, le domaine reste en friche, et le chantier de facto colossal.

Grâce à cette entame, vous voilà désormais plus familier avec ces concepts basiques. Les jeux sont différents, les individus sont différents, les comportements des individus également. C'est pourquoi le sujet est vaste, et qu'il reste de nombreuses découvertes à faire, de préjugés à abattre, de pépites à inventer dans ce domaine.

Servane ne fait que commencer sa collaboration avec le Club Poker ; elle nous fera bientôt partager d'autres articles sur le sujet du comportement des hommes par rapport au jeu.

Bibliographie

- American Psychiatric Association, DSM-IV-TR : Manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux. Paris, Masson, 2004.

 

- Ladouceur R. (2004). Gambling : the hidden addiction. The canadian journal of psychiatry, 49, 501-506.

 

- LaPlante D., Kleschinsky J., LaBrie R., Nelson S., Shaffer E. (2009). Sitting at the virtual poker table: a prospective study of actual poker gambling behavior. Computers in human behavior, 25, 711-717.

 

- INSERM, expertise collective (2010). Jeux de hasard et d'argent, Contextes et addictions. Inserm, Paris

 

- Petry N., (2004), Pathological gambling. Etiology, comorbidity and treatment, Washington, American Psychological Association.

 

- MILDT: Rapport de la MILDT concernant le problème des addictions aux jeux.

 

- Valleur M., Bucher C. (1997), Le jeu pathologique, Paris, PUF.

 

- Valleur M., Matysiak JC. (2006), "Le jeu pathologique", In Les addictions, panorama clinique, modèles explicatifs, débat social et prise en charge, Paris, Armand Colin, 163-172.

 

- Valleur M., Matysiak JC. (2006), "La passion du jeu", In Les pathologies de l'excès. Sexe, alcool, drogue, jeux... Les dérives de nos passions, Paris, JC Lattès, 87-136.

 

- Valleur M., Matysiak JC. (2004), "Prisonniers du jeu", In Les nouvelles formes d'addiction. Sexe, passion et jeux vidéos, Paris, Flammarion, 171-218.

 

- Walker M. (1992), The psychology of gambling, Sydney, Pergamon Press.

 

- Woods R., Griffiths M., Parke J. (2007). Acquisition, development and maintenance of online poker playing in a student sample. Cyberpsychology and behavior, 10 (3), 354-363.

Sommaire des articles : Attention, jeu dangereux !

Ne prenez pas le poker à la légère

Parce que le poker est un jeu d'argent avant tout, méfiez-vous des dérives que cette passion peut engendrer, et des lignes qu'elle peut vous amener à franchir, consciemment ou pas.

Le jeu pathologique : définition et concepts de base

Le jeu pathologique par Dudley

Sous ces termes médicaux se cachent de nombreuses notions : quel est le rapport au jeu des joueurs selon certains critères ? Comment ce rapport affecte-t-il leur vie sociale ? Dans quelles mesures le jeu peut-il être considéré comme pathologique ? Servane Barrault entame par l'article que vous lisez l'élaboration d'un dossier sur le jeu et les dérives qu'il peut engendrer.

Pour ce premier article, voici une vue générale des principaux concepts concernant l'addiction au jeu. Ils peuvent être appliqués au poker comme à tout jeu de hasard et d'argent.

Les croyances liées au jeu

Poker occulte par Dudley

Joueur occasionnel ou passionné, dilettante ou pathologique, chacun de nous a, malgré lui, des croyances tenaces qui l'amènent, dans diverses mesures, à agir étrangement : envie de contrôler le hasard, conviction de pouvoir le contrôler, etc. Servane nous explique comment classer ces croyances et les analyse dans le détail.

Addiction au jeu : prévention et traitement

Addiction pilule bleu ou rouge

Votre relation au jeu est-elle saine ? Votre pratique du jeu est-elle modérée, ou êtes-vous sujet à une pratique problématique, voire pathologique, du jeu ? Servane détaille ici des facteurs de vulnérabilité, des moyens de prévention et de traitement du jeu pathologique. Information, auto-évaluation, conditions de jeu, sentiments de déprime, préoccupation excessive sont, entre autres, à observer afin de se prévenir de toute dérive lente mais persistante.

Poker et jeu excessif : quelle(s) spécificité(s) ?

L'addiction vue par Dudley

Servane s'est déjà penchée pour Club Poker sur différents aspects du jeu pathologique. Elle se focalise cette fois sur les spécificités du poker, un jeu à part parmi les jeux de hasard et d'argent.

Le récit de la mère d'un joueur accro

Le récit de la mère d'un joueur accro

Version originale "My Son's Gamble", de Lucy Ferriss, publiée dans le New York Times le 24 juin 2009, et commentée sur le forum le 28 juin 2009. Traduit de l'Américain par le Club Poker avec l'autorisation de l'auteur - tous droits réservés.

Dans la même rubrique
Dernières news Législation du poker
mercredi 23 mai 2018 à 9:37
Fisc et poker : la Cour administrative d'appel de Nantes rejette la requête d'un joueur

Dans une décision datée du 17 mai 2018, la Cour administrative d'appel de Nantes écarte la demande de décharge des cotisations d'impôts sur le revenu d'un joueur de poker professionnel pour les années 2010 et 2011. Les principaux arguments développés par la juridiction s'inscrivent dans la droite ligne de la jurisprudence constatée ces dernières années.

Inscription Club Poker
Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Prochains Tournois Club Poker
Venez jouer des tournois à l'ambiance détendue, avec la communauté Club Poker :
$2.20
Height of the 8's
mardi 29 mai 2018 à 20:00 - $100 garantis
6-MAX
$2.20
Big Poker League
mercredi 30 mai 2018 à 19:04 - $125 ajoutés
$2.20
Height of the 8's
mardi 5 juin 2018 à 20:00 - $100 garantis
6-MAX
$2.20
Big Poker League
mercredi 6 juin 2018 à 19:04 - $125 ajoutés
$2.20
Height of the 8's
mardi 12 juin 2018 à 20:00 - $100 garantis
Tournois États-Unis
40 $
mer. 23 mai 2018 - 17:00
3 000 $ garantis
125 $
mer. 23 mai 2018 - 17:00
65 $
mer. 23 mai 2018 - 20:15
2 500 $ garantis
60 $
mer. 23 mai 2018 - 18:00
Le chat joue au poker en ligne. Sisi.
Nouveau au poker ? Voici toutes les infos et réponses pratiques pour bien débuter et comprendre le poker en ligne.

Des tests complets et les bonus des poker rooms pour mieux choisir votre préférée.

Nos tournois, pour jouer entre nous, avec des prix et des cadeaux ajoutés chaque semaine.

Trouvez des infos pratiques et discutez sur le poker en ligne.

Pour les joueurs confirmés, apprenez à analyser vos mains au poker.