mercredi 11 avril 2018 à 13:56
EXCLU

Jason Koon est un joueur dont le parcours et le discours détonnent sur la scène high roller. Gaëlle a fait preuve d'abnégation pour obtenir un entretien avec ce champion hors norme qui croit dur comme fer au renouveau de partypoker, et qui prend toujours autant de plaisir à produire des vidéos de coaching pour RunItOnce. À lire et relire sans modération !

Jason Koon
(crédit : Card Player)

Salut Jason et merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions. Tu as découvert le poker à la suite d'une blessure. Le poker était-il vraiment quelque chose d'inattendu dans ta vie ?

Tout à fait, oui. Auparavant je n'avais jamais été vraiment joueur. Je n'avais jamais touché aux cartes, et ma famille n'était pas très joueuse non plus. J'avais bien quelques amis au lycée qui jouaient, mais ça ne m'intéressait pas plus que ça.

Et puis à l'université je me suis retrouvé dans l'impossibilité de m'entraîner suite à une blessure. Mon coloc' était assez bon cartes en main. Il m'a demandé si ça m'intéressait de jouer avec lui et ses amis à une partie de Hold'em organisée sur le campus. C'est comme ça que j'ai découvert le jeu. Et puis j'ai réalisé assez vite que c'était un jeu où le talent avait sa place, et qu'en travaillant dur on pouvait gagner beaucoup d'argent.

 

Tu as connu une progression particulièrement rapide sur les tournois high roller. Comment as-tu travaillé pour atteindre si vite tes objectifs ?

En fait, je ne considère pas mon ascension sur la scène high roller comme particulièrement rapide. J'ai beaucoup grind au début de ma carrière. J'ai joué sur les petits et moyens buy-ins en tournois et heads up pendant environ quatre ans avant de monter de limite. En 2011, j'ai rencontré Ben Tollerene, Ben86 online, et on a fini par emménager ensemble. Je dirais que c'est lui qui m'a vraiment guidé. Il ne m'a pas seulement appris comment jouer, il m'a aussi montré la bonne façon d'étudier la théorie. Notre collaboration représente un moment clé dans ma carrière. Pour la première fois, je me suis mis à regarder le jeu d'une façon plus théorique, et pas seulement comme un jeu de pièges dans lequel j'essayais de lire et mener à la baguette mes adversaires. J'ai développé une approche plus mathématique. À partir de là j'ai rapidement progressé depuis les moyennes limites jusqu'aux plus hautes.

 

Jouer ce type de gros tournois a toujours été ton objectif ?

Oui, ça l'était. Récemment je suis tombé sur le tableau des objectifs que je m'étais fixés au début de ma carrière. Il disait notamment : être capable de jouer les meilleures parties de cash game et les plus gros tournois. Je n'étais pas sûr que ce soit réalisable, je voyais ça plus comme un rêve que comme quelque chose qui m'arriverait un jour. Ça a été une longue route pour y parvenir, et ça m'a demandé beaucoup de temps et de travail, ainsi que l'aide de beaucoup de joueurs talentueux. Mais finalement ça a payé !

 

Ces deux dernières années, ta carrière a tout simplement explosé. Tu as atteint un autre niveau. Est-ce tu as eu un déclic dans ton jeu ?

Je ne parlerais pas vraiment de déclic, mais plutôt d'un gros travail en amont. Je ne crois pas en une formule magique pour devenir meilleur, en tout cas dans le poker. C'est un jeu qui récompense les longs efforts et le dévouement. En fait, j'ai connu des centaines de moments "de déclic" qui m'ont influencé, mais rien n'est arrivé en une nuit ça c'est certain.

 

Tu as intégré le Team PartyPoker qui fait actuellement un énorme retour sur le circuit. Qu'est-ce que ça représente pour toi de faire partie du renouveau de cette marque historique ?

C'est vraiment génial de travailler avec quelqu'un qui pense au poker et aux joueurs sur le long terme. Ces cinq dernières années, certains sites ont considéré leur place au sommet pour acquise, et donc jugé qu'ils pouvaient traiter les joueurs comme bon leur semblait. Pendant des années, PokerStars et Full Tilt ont représenté ma seule source de revenus. Et puis Full Tilt a volé tout le monde et PokerStars a semblé être le sauveur quand ils nous ont remboursés.

Les précédents propriétaires de PokerStars ont vraiment fait du bon boulot. Ils s'assuraient que les joueurs soient bien traités. Mais après le rachat par Amaya, c'est devenu un abus total. Depuis peu, ils commencent à faire des efforts là-dessus mais je ne crois pas en un acte de bonne foi. Ils ont surtout réalisé que Party revenait sur le marché et que c'était du sérieux. Party a investi beaucoup d'argent et accepte d'encaisser des pertes à court terme. Les gens ont compris qu'ils étaient sérieux. Je pense que ça va payer sur le long terme et que Party va devenir le site sur lequel les gens voudront vraiment jouer.

 

Tu es aussi un coach populaire sur RunItOnce. Qu'est-ce que ça t'apporte de coacher et de produire des vidéos ?

C'est une belle histoire car l'un des moments les plus importants de ma carrière a été de m'abonner à Blue Fire Poker et de regarder les vidéos de Phil Galfond. Je me rappelle m'être endormi tous les soirs en écoutant ses vidéos. Je connais beaucoup d'autres joueurs qui ont la même histoire. Je me souviens aussi avoir été super excité le jour où je devais le rencontrer. Aujourd'hui nous sommes bons amis, mais à ce moment-là j'étais vraiment nerveux. C'était un peu la même que pour les gens qui rencontrent une star de cinéma. Alors quand il m'a demandé de faire des vidéos pour le site, et ce à une époque où j'étais encore un joueur assez méconnu, j'ai vraiment été très flatté. Depuis, tout se passe très bien et les gens semblent plutôt apprécier mes vidéos.

 

Quelle est ta plus grande fierté en tant que coach ?

J'aime bien rendre ce qu'on m'a donné. Je ne suis pas trop sûr de l'influence positive ou négative du coaching sur la communauté, mais en ce qui me concerne ça a vraiment été quelque chose qui m'a poussé à continuer à jouer. Si je peux avoir le même impact sur quelques joueurs, alors ce sera déjà merveilleux.

 

Tu as rapidement obtenu une certaine notoriété sur le forum 2+2. Il y a notamment eu un gros thread à propos de toi. Que penses-tu de ce type de forum et surtout de la notoriété que ça peut procurer ?

Oui, c'est assez étrange. Je dirais qu'au début de ma carrière, quand je n'étais pas aussi sûr de moi et de ce que je voulais atteindre, je recherchais une certaine approbation du public. Ça me faisait me sentir mieux.

Mais à présent j'essaie de ne plus me préoccuper de ce que le milieu du poker pense de moi. Je veux essayer d'être fier de ma façon de vivre. Je pense que c'est ce que les gens apprécient sur le long terme. Ça me rend la vie plus facile. Quand on cherche l'approbation des autres, on finit toujours par trouver une personne qui va nous faire nous sentir mal. Mais si on vit simplement en se basant sur ce qu'on pense être le mieux pour nous, alors on a une vie plus riche et mieux remplie. Aujourd'hui j'essaie juste de gagner le plus possible pour moi et ma famille, tout en tâchant de profiter au maximum jusqu'à ce que je ne veuille plus jouer au poker.

 

Tu as un mode de vie très axé sur la santé et le sport. Tu es d'ailleurs connu pour ta condition physique, et tu sembles toujours prêt à conseiller et entraîner les autres. Aimerais-tu amener un nouveau mouvement dans le monde du poker ?

Je pense que c'est impossible ! Mais en tout cas j'essaie de montrer à quelques joueurs des petites choses de nature à améliorer leur qualité de vie et leur carrière. Je pense que toute forme de gambling s'accompagne d'une certaine folie. Je ne peux pas changer ça, mais les pros d'aujourd'hui ne sont pas comme les anciens. Nous sommes vraiment là pour gagner de l'argent et avoir la meilleure carrière possible. Je pense que cet état d'esprit conduit davantage de gens sur le bon chemin.

Personnellement j'ai réalisé ce travail et ça a beaucoup apporté à ma vie. Si je peux l'apporter à d'autres aussi, ce sera super. Je pense que ma bonne condition m'a permis de beaucoup plus gagner ces dernières années.

 

As-tu toi-même un coach et sur quels aspects de ton jeu travailles-tu le plus aujourd'hui ?

Je n'ai plus de coach aujourd'hui mais ça a été le cas pendant des années. Je dois remercier beaucoup de joueurs nord-américains pour leur aide. Je pense à Isaac Haxton, Ben Tollerene ou encore Steve Gross. Ils ont été très importants dans mon développement.

Désormais il s'agit davantage de discussions stratégiques avec un groupe d'amis. On étudie beaucoup ensemble. J'aime par exemple travailler avec Seth Davies. Je me concentre sur toutes les formes de No Limit Hold'em, pas du tout sur le Pot Limit Omaha. C'est ce qui me rend le plus heureux, et j'ai la chance d'avoir encore la possibilité de jouer des tables de NLHE intéressantes, donc c'est vraiment ma priorité.

 

Tu as réalisé un gros travail sur ton mental, en particulier avec David Benefield qui t'a beaucoup aidé. Peux-tu nous expliquer ton processus pour trouver plus d'équilibre et de bien-être ?

Oui, David a eu une grande part là-dedans. Je pense aussi que ma copine Bianca a eu une grande influence. Elle a toujours été une personne déterminée. Elle a fait des arts martiaux pendant longtemps et nos familles sont très équilibrées. Elle m'a en quelque sorte montré l'importance d'être moins dans la réaction et davantage dans le contrôle de mes émotions. Depuis j'ai réalisé que c'était ma faiblesse et que je devais davantage travailler là-dessus, j'ai constaté de gros progrès.

J'ai fait beaucoup de méditation. J'essaie aussi d'être reconnaissant de ma situation et de m'attacher moins aux résultats, que ce soit aux tables ou en dehors. C'est un travail en cours, et il s'agit de loin du domaine dans lequel j'ai le plus d'efforts à produire. Mais l'important c'est que j'en suis conscient et que je vois tout ce que ça a apporté à ma qualité de vie. Mon mental s'améliore beaucoup.

 

Tu voyages toujours avec ta copine et tu parles souvent d'elle dans tes interviews. Ce n'est pas si courant sur le circuit, car beaucoup de joueurs pensent qu'il vaut mieux rester seul pour se focaliser sur son jeu et sa carrière. Dans ton cas sa présence semble t'avoir aidé. En quoi le fait d'avoir une partenaire a-t-il modifié le cours de ta carrière ?

Oh ça m'a tellement apporté ! Sa seule présence a amélioré ma vie, mais elle travaille aussi beaucoup à faire en sorte que je voyage dans de bonnes conditions, que je puisse être reposé avant des tournois. Lors de nos périples, elle s'occupe toujours de trouver de la nourriture saine et optimise mes déplacements. Mais elle gère aussi tout mon travail de comptabilité et les paperasses. En gros, tout ce que j'avais vraiment du mal à faire moi-même.

Plus globalement, je suis conscient que ma carrière est destinée à s'arrêter un jour. J'adorerais jouer toujours au poker, mais la prochaine étape de ma vie est d'avoir des enfants, d'être un bon père, de prendre soin de ma mère et de ma famille et de mettre en place une belle vie pour ma copine et moi. Je trouve qu'il est important d'avoir des objectifs qui sont plus importants que vous et votre carrière. C'est exactement ce qu'elle m'apporte. Il n'y a pas de meilleure motivation que de vouloir offrir la meilleure vie possible à vos futurs enfants et votre femme.

Je souhaite à chacun de trouver son âme sœur, mais ce n'est pas facile. Il m'a fallu du temps et de la persévérance. Mon conseil à ceux qui souhaitent d'y parvenir serait de s'assurer d'être personnellement prêt à ça. Vous ne pouvez pas trouver cette bonne personne à moins d'être dans le bon état d'esprit et de pouvoir apporter une vraie valeur ajoutée à quelqu'un d'autre. Vous pouvez espérer trouver la personne idéale et avoir une super vie, mais c'est irréaliste si vous n'êtes pas capable d'offrir autant de valeur à l'autre que ce qu'il a lui-même à vous offrir.

 

Quel conseil aurais-tu donné au Jason Koon d'il y a huit ou dix ans ?

Il y en a beaucoup… Le premier serait d'arrêter d'essayer d'impressionner les gens. Je pense que c'est une route très solitaire que malheureusement le monde du poker facilite. Les gens ont le sentiment de devoir prouver qu'ils ont de la valeur et qu'ils appartiennent bien à ce monde. Dans mon cas, toutes ces choses superficielles n'ont strictement rien apporté de bon dans ma vie. Je pense même qu'elles ont attiré des mauvaises personnes.

Je conseillerais aussi de dépenser moins d'argent pour rien, de plutôt investir dans la bankroll, de travailler plus dur et de prendre plus de shots sur des tables de temps en temps. Je pense que c'est ce que je dirais au moi d'il y a huit ou dix ans.

 

Devenir un joueur à succès et obtenir une certaine sécurité financière, pour toi qui est issu d'un milieu très modeste, est-ce que ça a changé quelque chose dans ta vision de la vie ?

Oui, beaucoup même. Savoir maintenant que mon neveu aura tout ce dont il a besoin, que la qualité de vie de ma mère s'est grandement amélioré... Ce sont des choses très importantes pour moi et qui me causaient pas mal de stress. Ça a été génial de pouvoir m'occuper de ces choses. Je sais que l'argent n'est pas un remède miracle dans la vie, et qu'il ne va pas tout rendre plus facile, mais ça a été un soulagement d'avoir ces soucis en moins et de savoir que personne ne serait à la rue.

Mon père était un tordu complet et je veux être la première personne dans ma famille à leur faire découvrir un autre monde, et à permettre à mes enfants de ne pas avoir à partir de zéro et tout construire. Je veux poser de bonnes fondations pour ma famille, afin qu'elle n'ait pas à grind aussi dur que moi. S'il y a bien une chose qui me caractérise, vous pouvez demander à tous ceux qui me connaissent, c'est que même si je ne suis pas le plus intelligent des joueurs, je me suis probablement donné plus que n'importe qui pendant plus de six ans pour atteindre ce niveau. J'ai vraiment travaillé de façon acharnée un nombre d'heures impossible, tout en gardant une vie saine, et ça a été très dur. Les choses arrivent quand vous travaillez pour. Cette vie est enrichissante, mais en même temps je ne veux pas que mes enfants doivent faire 60 ou 70 heures par semaine. À moins qu'ils l'aient choisi naturellement.

 

Le milieu du poker peut faire un peu tourner la tête, surtout au début. Ton milieu t'a aidé à garder les pieds sur terre ?

Oui, beaucoup. Tout ce glamour et ces paillettes, je pense que tout le monde veut y goûter mais une fois que c'est fait, vous réalisez qu'il n'y a pas grand-chose derrière tout ça. Il faut avancer dans sa vie et rester concentré sur ce qui a réellement une signification pour vous. Pas sur ce qui va obtenir le plus de likes sur les réseaux sociaux.

 

D'après toi, quelles sont les principales erreurs que commettent les joueurs quand ils se mettent aux tournois live ?

La principale je pense, surtout chez les jeunes joueurs, c'est de se laisser entraîner dans des fêtes sur toutes les étapes du circuit. La plupart de ces destinations sont très sympas. On voit beaucoup de bons joueurs jouer à leur plus mauvais niveau juste parce qu'ils ont la gueule de bois. Bien sûr, c'est toujours cool de se retrouver entre amis et de passer du bon temps, mais il faudrait prendre ça plus au sérieux et réaliser que vous êtes au travail, pas en vacances. Si vous voulez prendre des vacances, faites-le avant ou après. Arriver malade sur le jour 3 d'un main event, ce que j'ai vu tellement de fois, c'est vraiment une terrible erreur. Vous laissez s'envoler tellement de value.

Je pense aussi que beaucoup ne sont pas forcément à l'aise dans l'environnement du live. Ils sont du coup un peu trop rigides et enlèvent le côté fun de l'expérience pour les joueurs récréatifs. Bien sûr qu'il est important de donner le meilleur de soi-même et de surpasser ses adversaires, mais socialiser a aussi son importance. Ne soyez pas effrayé de parler avec des amateurs. Faites toujours en sorte de ne rien dire de négatif sur leur jeu. Amusez-vous simplement et soyez cool.

 

Est-ce que tu as des projets dont tu souhaites nous parler ?

Je vais produire pas mal de vidéos pour RunItOnce cette année. J'en ai promis douze et deux sont déjà sorties. Party a aussi pas mal de choses vraiment excitantes à venir en stock, dont certaines auxquelles je vais prendre part. Je vais aussi jouer aussi les gros tournois comme le Super High Roller Bowl, et dans des émissions comme Poker After Dark.

 

Les WSOP arrivent bientôt. Si tu devais choisir une équipe, tu prendrais qui ?

Clairement pas moi pour commencer ! Je ne vais pas disputer beaucoup d'events cette année. Le One Drop à un million, le Main Event... et ce sera probablement mes deux seuls tournois car je prévois de jouer énormément en cash game. Je vais disputer aussi les tournois à 25 000 $ ou 50 000 $ mais pour être honnête, même si j'aime beaucoup jouer les tournois à 1 500 $ ou 5 000 $ sur les WSOP, à ce stade de ma carrière il est plus important que je préserve mon énergie et que je reste concentré sur les hautes limites en cash game. Oui j'adore jouer, et j'adorerais évidemment gagner un bracelet, mais ça n'a plus de sens pour moi désormais de jouer des tournois low stakes.

Mes choix seraient donc... Daniel Negreanu, qui je pense est toujours un bon choix. Il dispute quasiment tous les events et c'est très important pour lui de consolider son héritage. Il travaille très dur en ce sens lors de chaque édition.

Mike Leah aussi est toujours présent. Il doit jouer 40 ou 50 tournois chaque année à Vegas. En fait, je dirais n'importe quel joueur prêt à tout donner pendant ces WSOP. Je ne suis pas sûr de qui sont les joueurs en vogue, mais en tout cas ils doivent pouvoir jouer les mixed games et être prêts à avoir un planning monstrueux. Le plus important c'est le volume. Si tu travailles dur et que tu joues toutes les variantes... Quand Jason Mercier jouait par exemple, je l'aurais toujours choisi : bon en tout et présent tous les jours !

 

Et concernant le nouveau circuit Party Poker, tu comptes participer à tous les events ? quel est ton programme ?

Oui, le plus possible en tout cas. Ceci étant dit, autant j'adore voyager, autant un excès de voyages a tendance à détériorer mes habitudes de vie. Je suis un peu plus relax à Vancouver, où je vis, et à Las Vegas, et puis je voyagerai sur pas mal de tournois quand même. De nombreuses étapes sont vraiment sympas. Là je suis à Barcelone, qui est une ville magnifique avec une bonne énergie. Montréal aussi est une super destination, et maintenant il y a aussi tous ces tournois dingues aux Bahamas. Je me rendrai sur beaucoup d'étapes, mais si j'en ai assez et que je sens que je voyage trop alors je resterai chez moi.

 

Dernière question : si tu pouvais améliorer une chose dans la communauté poker, ce serait quoi ?

Je pense que la communauté poker se nourrit de la négativité et j‘aimerais que les gens soient plus solidaires. J'ai le sentiment que les joueurs d'aujourd'hui sont plus centrés sur l'attention. Ils veulent juste déclencher des guerres sur Twitter les uns avec les autres, quand bien même ça contribue à les rabaisser. Je ne pense pas que ce soit la bonne méthode pour représenter notre communauté et notre jeu. Si on essaie vraiment de montrer au gouvernement américain que le poker en ligne est positif, alors on doit commencer par agir comme des professionnels. Beaucoup de gens sur Twitter ont 45 ou 50 ans et sont encore en train de se déchirer comme au lycée. Mieux vaut faire un peu marche arrière sur les potins et se concentrer davantage sur ce qui va améliorer notre situation et aider notre communauté.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Jason Koon : interview d'une des figures de proue du projet PartyPoker
Cette news a suscité 2 commentaires :
News

Jason Koon est un joueur dont le parcours et le discours détonnent sur la scène high roller. Gaëlle a fait preuve d'abnégation pour obtenir un entretien avec ce champion hors norme qui croit dur comme fer au renouveau de partypoker, et qui prend toujours autant de plaisir à produire des vidéos de coaching pour RunItOnce. À lire et relire sans modération !

[...] Lire la suite…




(crédit : Card Player)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beaucoup aimé l'article, un mec que je ne connaissais que de nom mais qui donne de l'inspiration...

 

Sinon sur ses favoris pour les WSOP, le Daniel va être encore présent tout le long du festival

http://somuchpoker.com/daniel-negreanu-unveils-action-packed-summer-schedule-featuring-over-2m-in-buy-ins/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 2 commentaires sur le forum
Les news à la Une
mardi 23 octobre 2018 à 12:53
Télex

Le casino de Cannes-Mandelieu organisait ce week-end la 27e édition du Royal Poker Trophy. Ce rendez-vous à 500 € de buy-in, qui a généré un total de 198 entrées, s'est refermé sur la victoire de Julien De La Cruz au détriment d'Éric Le Roy. Le champion quitte la Côte d'Azur avec un gain de 22 000 € en poche. Rémy Murcia complète le podium, lui qui s'était qualifié via un satellite à 80 €.

vendredi 19 octobre 2018 à 13:36
Club Poker Radio S12E09 avec Warion et Gaëlle Jaudon

Comanche et ShiShi savent décidément bien s'entourer. Une semaine après Bruno Fitoussi et ElkY, les deux animateurs de Club Poker Radio ont jeté leur dévolu sur trois sympathiques passionnées : Marion alias Warion, une ancienne du forum récemment passée sur le plateau de Burger Quiz ; Gaëlle Jaudon, notre intervieweuse en chef ; et enfin Vivian Saliba, représentante brésilienne du Team 888poker.

vendredi 19 octobre 2018 à 12:35
Télex

L'objectif du format Winamax Replay est très simple : prendre le temps de décrypter quelques-unes des mains déterminantes d'une table finale. Après plusieurs de de ses collègues du Team Pro, c'est Davidi Kitai qui s'y colle pour la première fois. Dans cet épisode de 36 minutes, le Belge se penche sur la finale du Million Event KO qui s'est tenu en septembre dernier. Un visionnage plutôt instructif !

vendredi 19 octobre 2018 à 10:13
HOT !
Jeff Gross : interview d'un pro des réseaux sociaux

Aujourd'hui ambassadeur de PokerStars, Jeff Gross a forgé son esprit de compétition sur les terrains de football. Son amour du ballon rond remonte d'ailleurs à la Coupe du Monde 1994, compétition dont il a eu la chance d'assister à quelques matchs en tribune. Depuis, l'ancien colocataire de Michael Phelps a parcouru un sacré bout de chemin. Ses premières parties de poker, à l'université, l'ont en effet emmené jusqu'à une fiche Hendon Mob à plus de trois millions de dollars. Mais l'Américain est aussi connu pour sa grande activité sur les réseaux sociaux. Un outil qu'il maîtrise à merveille, comme il l'explique dans ce nouvel entretien signé Gaëlle.

jeudi 18 octobre 2018 à 9:17
Télex

Un buy-in divisé par deux, une dotation garantie qui ne bouge pas d'un iota : le Half Price Sunday fait son grand retour ce dimanche sur PokerStars. Quatre tournois sont concernés par l'opération : Warm Up à 25 €, Eliminator à 100 €, Sunday Special à 50 € et Hot BigStack Turbo à 25 €. Une bonne occasion de goûter à moindre coût aux rendez-vous dominicaux de la room au pique rouge.

jeudi 18 octobre 2018 à 7:19
Télex

L'équipe de Club Poker Radio tend cette semaine ses micros à trois filles aux profils variés : Warion, amatrice de poker de longue date et récente candidate du Burger Quiz ; Gaëlle Jaudon, intervieweuse pour Club Poker et reporter pour PokerNews ; et enfin Vivian Saliba, représentante brésilienne du Team 888poker. Rendez-vous à 21h pour suivre l'émission en direct !

mercredi 17 octobre 2018 à 7:26
Télex

Attendue pour le début du mois d'octobre, la nouvelle saison de Dans la tête d'un pro se fait finalement désirer. Son réalisateur Régis Leon confirme sur Instagram qu'il ne s'agit que d'un petit retard à l'allumage : les épisodes enregistrés lors du partypoker Millions Barcelona seront diffusés à partir du 11 novembre. Le compte à rebours commence !

lundi 15 octobre 2018 à 9:40
PokerStars Live Manila : la room perd son ancrage aux Philippines

PokerStars avait déjà perdu son pied-à-terre à Macao. La room enregistre un nouveau coup dur avec la fermeture de sa salle de poker au City of Dreams de Manille. L'établissement venait juste d'apporter sa contribution à la distribution de Platinum Pass à l'occasion des Super Series. La stratégie asiatique de la room au pique rouge est désormais en question.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
Big Poker League
demain à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
mercredi 31 octobre 2018 à 19:04
$125 ajoutés