vendredi 16 avril 2021 à 9:42

Dans un entretien accordé à PocketFives, Isai Scheinberg revient sur les grands moments qui ont jalonné son parcours : les origines de PokerStars, le Black Friday ou encore la fin du feuilleton judiciaire autour de sa personne. L'homme d'affaires évoque aussi son intérêt pour les échecs et son investissement dans Chess.com.

Isai et Mark Scheinberg
Mark et Isai Scheinberg

Il a beau avoir présidé aux destinées de PokerStars pendant la majeure partie de la vie de l'entreprise, Isai Scheinberg est toujours resté un homme discret. "C'est ma nature", reconnaît-il dans une interview accordée à PocketFives. "J'accorde de l'importance à ma sphère privée, mais je ne suis pas quelqu'un de secret malgré tout. Ce n'est pas la même chose. Durant toutes ces années, je travaillais dur. J'étais très occupé. Je ne suis pas vraiment le genre de gars qui sort de sa tanière pour communiquer ou accorder des interviews".

 

Dans ces conditions, l'article fleuve consacré par le site américain à l'ancien patron de la room au pique rouge fait figure de petit événement. Il y revient d'abord sur les origines de PokerStars, à une époque où sa première intention était de fournir aux casinos en ligne et bookmakers un logiciel clé en main. "Au début des années 2000, aucun de nos interlocuteurs ne comprenait vraiment ce qu'était PYR Software", se remémore-t-il. "Ils ne se rendaient pas compte qu'on leur proposait un truc formidable, et de notre côté nous n'avions encore aucune expérience dans le milieu des jeux en ligne".

 

Le quinquagénaire n'est toutefois pas du genre à abandonner devant le premier obstacle, surtout après avoir quitté la maison IBM pour se lancer corps et âme dans sa propre aventure. Alors quand aucun partenaire potentiel ne daigne lui offrir un montant digne de son logiciel, il choisit de l'exploiter lui-même. Isai a 54 ans quand PokerStars voit le jour. Il s'installe à Toronto pour gérer la partie logiciel et délègue à son fils Mark, qui déménage au Costa Rica, la gestion de la partie gaming de l'entreprise.

 

D'emblée, et comme les joueurs de l'époque s'en souviennent, la room prend une longueur d'avance significative sur la concurrence. Le boom Moneymaker la propulse pour de bon sur le devant de la scène, et ce n'est qu'en 2006 que les prémices d'un premier coup d'arrêt vont se faire jour avec l'adoption par le législateur américain de l'Unlawful Internet Gambling Enforcement Act (UIGEA). Bon nombre de concurrents de PS, au premier rang desquels partypoker, tirent les conséquences de ce virage législatif en se retirant du marché américain. Convaincu par ses juristes que le texte ne l'oblige en rien à faire de même, Isai Scheinberg choisit de maintenir le cap.

 

Il ne le sait pas encore, mais cette décision va lui revenir dans le visage comme un boomerang cinq ans plus tard. En 2011, le Black Friday fait trembler la planète poker. Isai, lui, est prévenu par les avocats de son entreprise qu'il fait l'objet de poursuites sérieuses. "C'était un moment très traumatisant", se souvient-il aujourd'hui. Pour autant, il assure que sa première pensée se dirige vers les joueurs : "Je leur ai dit que notre priorité numéro un devait être le paiement de nos joueurs. Nous avions l'argent pour ça, mais les avocats m'ont répondu que j'étais fou et qu'il faudrait au moins un an pour rembourser tout le monde. Au final, ça nous a pris moins d'une semaine".

 

Le mouvement de panique est évité en dehors de l'entreprise. Il faut alors juguler les éventuelles craintes qui pourraient voir le jour à l'intérieur. PokerStars compte à l'époque environ un millier d'employés. "Notre premier message aux salariés a été que leurs emplois n'étaient pas menacés", explique l'homme d'affaires. Dans les semaines qui suivent, tous les employés affectés au marché américain se voient proposer un nouveau point de chute.

Isai Scheinberg victoire
(crédit : PokerStars)

Mais la liste de problèmes sur le bureau d'Isai Scheinberg ne désemplit pas pour autant. En janvier 2012, il convie à l'Île de Man deux émissaires de Club Poker dans le cadre de négociations autour de l'évolution du programme VIP de PokerStars. À leur retour en France, Skip et personne dressent le bilan de cette rencontre qui referme plusieurs semaines de mécontentement de la part des joueurs. Skip, que le PDG qualifie affectueusement de "grand con de rouquin" dans une citation dont la véracité reste à démontrer, livre alors son sentiment sur son interlocuteur : "Isai nous quitte pour assister à une autre réunion après nous avoir accordé deux jours de son temps. Je dois admettre qu'il n'a pas fait les choses à moitié, et qu'en plus d'être ouvert au dialogue, il est extrêmement abordable pour une personne de son importance".

 

Cette proximité intellectuelle avec les joueurs, Isai Scheinberg en fera à nouveau la démonstration, quelques mois plus tard, lorsque la faillite de Full Tilt Poker fera planer une épée de Damoclès au-dessus des fonds des clients de la plateforme. "Pourquoi ne pas nous porter acquéreurs du site auprès du gouvernement ?", demande-t-il alors à ses conseillers avant de poursuivre : "Ainsi nous aurions la possibilité de rembourser les joueurs". La proposition n'est pas accueillie avec beaucoup d'entrain par son entourage, mais l'Israëlo-Canadien n'en démord pas. Le gouvernement américain acceptera finalement son offre, la seule susceptible de permettre un remboursement intégral des joueurs.

 

Cet onéreux témoignage de bonne volonté ne va néanmoins pas le prémunir de difficultés avec la justice américaine. "J'étais absolument écœuré quand les gens parlaient de moi comme d'un fugitif", commente-t-il avec dix années de recul. "Je n'avais jamais été citoyen ni résident américain. Je n'y avais même plus mis les pieds depuis 1999, donc on ne pouvait pas me reprocher de m'être enfui ou de me cacher". Ce qu'Isai révèle aussi aujourd'hui, c'est que les échanges avec le DOJ sont restés constants durant toute cette période, à l'image d'une rencontre de deux jours à Londres qui en 2015 avait abouti à un abandon partiel des chefs d'accusation.

 

La suite des événements est connue. Début 2020, le dernier inculpé du Black Friday se rend aux autorités américaines après avoir été arrêté lors de vacances familiales en Suisse. Quelques mois plus tard, il plaide coupable et obtient la clémence des juges. Cette décision de justice, il la vivra d'ailleurs à bien des égards comme une délivrance : "Je peux donner un exemple tout simple. Quand les poursuites étaient encore en cours, j'avais les pires difficultés à ouvrir un compte dans certaines banques. À leurs yeux, ma situation judiciaire était synonyme d'incertitude. Aujourd'hui c'est réglé et tout est plus clair pour tout le monde".

 

Alors aujourd'hui, de quoi est fait le quotidien de cet homme qui pendant des années a mené le navire PokerStars à travers vents et marées ? "Je passe du temps avec ma famille, notamment mes trois petits-enfants, et je joue beaucoup aux échecs", répond celui dont le père avait eu l'honneur de représenter la Lituanie lors de grandes compétitions dans les années 30. À propos de cet héritage, Isai confie d'ailleurs conserver précieusement un ouvrage compilant de nombreuses parties disputées par son papa. Et comme jouer ne lui suffit pas davantage qu'avec le poker, il a aussi investi avec son fils Mark des sommes conséquentes dans le développement de Chess.com.

 

La dernière partie de l'entretien n'est pas la moins intéressante. Après avoir osé un parallèle entre l'effet Moneymaker et la série Le Jeu de la Dame (Queen's Gambit), le futur Hall of Famer évoque en effet ses principaux regrets de PDG : de l'échec du retour dans le New Jersey jusqu'au rachat avorté du Rio en passant par ses rapports avec les WSOP. À découvrir ci-dessous en français dans le texte, ou sur PocketFives pour la version intégrale en anglais.

Isai Scheinberg sur PocketFives

Quand nos concurrents nous ont barré la route dans le New Jersey, ça a été le déclic pour moi. Je me suis dit : "Bon sang, finissons-en !". Pour le bien de l'entreprise comme des joueurs américains, il fallait changer l'équipe aux manettes. Il y a plusieurs facteurs qui ont joué dans ma décision, mais le refus de nous octroyer une licence dans le New Jersey a vraiment été le déclic.

[...]

Je me demande aussi si nous n'aurions pas dû être plus proactifs dans nos échanges avec le DOJ, tout particulièrement début 2011 dans les semaines qui ont précédé le Black Friday. Si nous avions mené un dialogue plus direct avec eux à cette époque, les événements se seraient peut-être déroulés autrement.

[...]

Dans un autre registre, je garde dans un coin de la tête l'offre qui nous a été faite de racheter le Rio. Sur le coup, on s'est dit qu'on n'avait pas besoin de ça, qu'il n'y avait aucune bonne raison d'acheter. Mais avec le recul je crois que ça a été une erreur. Si nous étions allés au bout des discussions, nous aurions mis la main sur les WSOP et les aurions améliorés. Nous avions tout un tas d'idées qui auraient plu aux joueurs. On aurait par exemple pu garantir une dotation de 100 millions de dollars sur le Main Event. J'avais aussi discuté de tout ça avec Steve Wynn. On aurait pu déplacer l'événement à un endroit plus adapté.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Isai Scheinberg : PokerStars, le Black Friday et Chess.com
Cette news a suscité 3 commentaires :
News

Dans un entretien accordé à PocketFives, Isai Scheinberg revient sur les grands moments qui ont jalonné son parcours : les origines de PokerStars, le Black Friday ou encore la fin du feuilleton judiciaire autour de sa personne. L'homme d'affaires évoque aussi son intérêt pour les échecs et son investissement dans Chess.com.

[...] Lire la suite…




Mark et Isai Scheinberg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un vrai bonhomme, pour ne pas dire un père spirituel sous certains aspects.

Quand il est parti, le jeu a perdu un peu de son âme, pour moi en tout cas.

L'épisode avec @Skipaussi sera à jamais gravé dans ma mémoire avec pour point de départ un cinglant "bring me the leader of the strike" :ph34r:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, f*ck Bill2 a écrit :

Des membres du CP invités par le boss de PS,

LOL ce monde parallèle,maintenant,faut s'estimer content si un employé réponds à ton mail.

Isaï c'est un personnage, il a recruté la plupart des profils métiers de PS.com sur 2+2 à l'époque et d'ailleurs il continuait a poster en scred pour défendre certaines de ses décisions :ph34r:. Au lancement du .fr il lisait le CP en français pour voir si ça se passait bien.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lire les 3 commentaires sur le forum
Les news à la Une
vendredi 14 mai 2021 à 14:32
Télex

L'épisode a beaucoup fait réagir depuis mercredi soir. Alors que Basttilt et gl_2_me ont respectivement dominé les tournois à 15 et 50 € de la Trilogy, l'épreuve à 5 € de buy-in s'est en revanche terminée en eau de boudin avec l'annulation pure et simple du jour 2. Un raté provoqué par un bug lié à l'affluence massive de l'événement, et dont Benjo vous explique les causes (et les conséquences) de façon détaillée sur Winamax.

vendredi 14 mai 2021 à 8:30
Las Vegas : davantage de clients et moins de plexiglas dans les casinos

L'horizon s'éclaircit bel et bien aux États-Unis. Depuis hier, les Américains vaccinés peuvent officiellement tomber le masque. À Las Vegas, ce sont les séparations en plexiglas qui disparaissent progressivement des tables des principaux casinos. Les derniers chiffres présentés par l'État du Nevada confirment d'ailleurs que la clientèle est de retour en masse.

mardi 11 mai 2021 à 14:15
Télex

Ce mardi soir, veunstyle vous attend dès 20h45 sur la chaine Twitch de ClubPokerTV pour une nouvelle session du SNG Challenge All Star #4. Tout est encore envisageable à ce stade de la compétition. Le 7-Card Stud est à l'honneur, tout comme le sera sa petite soeur en version Hi-Lo samedi prochain. Bonne nouvelle également, un last longer mettant une bouteille de vin pour le plus endurant, sera offerte à l'un d'entre vous sur un autre tournoi. Ne manquez pas de vous signaler...

vendredi 7 mai 2021 à 15:28
Télex

Dans un épisode intitulé "MasterClass Poker, la controverse", Loïc Xans revient sur quelques-unes des polémiques occasionnées récemment par le lancement d'offres de vidéos stratégiques. Pour en débattre, l'animateur est accompagné d'Alexis Laipsker, Julien Martini et Simon Sanchez alias Pe4nuts, boss de Kill Tilt et lui aussi auteur d'une MasterClass en collaboration avec Sylvain Loosli.

vendredi 7 mai 2021 à 13:58
Plein Pot : Gaëlle Baumann à l'assaut des nouvelles tables Go Fast Hold-Up de Winamax

Une semaine après le lancement de ses tables Go Fast Hold-Up, Winamax a décidé de mettre à l'épreuve Gaëlle Baumann sur ce format. L'Alsacienne tâchera chaque jour de remporter un maximum de pots sur une limite différente. Vous partagerez le même objectif, et si d'aventure vous vous illustrez vous mettrez la main sur votre part des 5 000 € de dotation du défi.

vendredi 7 mai 2021 à 13:17
Télex

Conformément aux dernières annonces gouvernementales, les 27 établissements du Groupe Barrière rouvriront leurs portes à partir du 19 mai. Cette réouverture sera organisée "dans un premier temps jusqu'à 21h avec une jauge fixée à 35 % et uniquement avec les machines à sous et les jeux électroniques, puis à partir du 9 juin jusqu'à 23h avec une jauge fixée à 50 % et un accès aux jeux de table".

vendredi 7 mai 2021 à 10:13
HOT !
Club Poker Radio S14E30 avec les Shérifs du King 5 de Winamax

Rosalie Petit, Antoine Goutard, IllicoBusto, Chèvre Miel et Cap Haddock étaient nos invités ce jeudi pour célébrer leur récente victoire sur le King 5 de Winamax. Mais ce n'est pas tout puisque trois autres joueurs de talent nous ont fait l'amitié d'un coup de fil depuis les États-Unis : l'Américain Alex Keating et nos deux mousquetaires Arthur Conan et Sonny Franco qui ont brillé lors du WPT Seminole Hard Rock Poker Open.

jeudi 6 mai 2021 à 12:43
High Stakes Duel : Phil Hellmuth remporte la 2e manche contre Daniel Negreanu

Après une improbable remontée lors du premier heads up, Phil Hellmuth a cette fois dominé Daniel Negreanu avec la manière au terme de leur second affrontement devant les caméras de PokerGO. Le Canadien a d'ores et déjà fait savoir qu'il relèverait le gant une troisième fois en déboursant le buy-in requis de 200 000 $.

mercredi 5 mai 2021 à 7:55
Télex

Conformément à la feuille de route présentée par le gouvernement, les casinos français auront la possibilité de rouvrir leurs portes le 19 mai en limitant leur offre aux machines à sous et aux jeux électroniques. Fermés depuis le 30 octobre 200, les 39 établissements du Groupe Partouche saisiront cette opportunité avec une capacité d'accueil limitée à 30 % dans un premier temps, puis à 50 % à partir du 9 juin.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 20 mai 2021 à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 27 mai 2021 à 19:04
$125 ajoutés
Le chat joue au poker en ligne. Sisi.
Nouveau au poker ? Voici toutes les infos et réponses pratiques pour bien débuter et comprendre le poker en ligne.

Des tests complets et les bonus des poker rooms pour mieux choisir votre préférée.

Nos tournois, pour jouer entre nous, avec des prix et des cadeaux ajoutés chaque semaine.

Trouvez des infos pratiques et discutez sur le poker en ligne.

Pour les joueurs confirmés, apprenez à analyser vos mains au poker.