Jump to content
This Topic
Sign in to follow this  
MasterGuggy

Las Vegas Trip Report

Recommended Posts

Très bon CR :)

J'y serai mi Avril et là tu me donnes encore + envie.

en résumé, quit à jouer à LV, autant squatter au Venitian ?

Sachant que je suis + MTT que CG, y'a des tournois à n'importe quelle heure ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Day 4

Encore une nuit trop courte, décidément ça devient une mauvaise habitude. Petit déjeuner rapide et je passe au box office prendre un ticket pour le meilleur show du moment : « The Phantom of the Opera ». J’avais adoré la musique du film à sa sortie. C’est ce soir à 19h, du coup, pas de tournoi aujourd’hui.

Ensuite direction la poker room du V pour une petite session matinale (qui a dit que je suis un drogué ?). Je me pose à une 1/2 en attendant une place à la 2/5. Je n’aurais d’ailleurs pas besoin d’attendre très longtemps, mais suffisamment pour constater que le poker pratiqué à la 1/2 ressemble assez à celui que nous pratiquons en France, à savoir beaucoup de limpers preflop, une jeu très passif, et quand même pas mal de CS. Bref, ça sera plutôt Value Town, et surtout pas de fancy moves comme sur les tables plus deep.

Après 20 minutes à observer ces joyeux fishs, on m’invite à rejoindre la 2/5. Je cave à 400 $. Comment reconnaitre un regular à Vegas ? C’est simple, les croupiers connaissent son prénom et réciproquement. Quand tu en as plus de 6 à table, ca papote gentiment, comment vont tes enfants ? et ta femme ? et ton chien ? Bref, on en en famille, et c’est plutôt réconfortant. On se croirait presque dans un « home game », les mecs se connaissent tous, et personne ne joue personne… enfin presque. Parce que les regulars, faut quand même pas oublier qu’ils sont là pour plumer le pigeon. Cette session me fait carrément penser à la scène culte de Rounders, ou tu vois les fishs défiler à une table de poker d’Atlantic City. Et dans le rôle du fish, vous aviez deviné, c’est bibi. Comme je commence à travailler ma « table selection », et que clairement une 2/5 au V un mardi matin à 10 h, c’est pas l’endroit le plus fishy au monde, je décide de me lever, acceptant de fait une modeste défaite (-40 $, principalement des blindes non défendues). J’aurais quand même appris en discutant avec eux que la poker room du V est la plus appréciée des joueurs parce que, je cite, « they have the cheapest rake in town, and they treat you well ». Je crois que cette phrase résume tout, et que nos cercles parisiens feraient bien de la méditer.

Je vais faire un tour au « Grand Canal Shoppes », encore un truc de fou qu’on ne trouve qu’ici. Ils ont reconstitué des rues et des canaux vénitiens, avec des tas de boutiques et de restaurants, le tout indoor avec un faux ciel peint au plafond. Il y a même un « faux orage » avec de la fausse pluie et des faux éclairs. Une place St Marc reconstituée, avec des terrasses et des animations comme à Venise. J’en profite pour déjeuner et mater un spectacle de rue plutôt réussi. Ensuite dodo jusqu’à 18h.

19h. Je suis dans une salle de spectacle sensée représenter l’intérieur de l’Opéra Garnier. C’est drôle parce que l’Opéra, c’est juste à côté de chez moi, et là, on est quand même à 10.000 km de Paris. C’est assez réussi comme décor, et le show « The Phantom » va m’en mettre plein la vue et plein les oreilles pendant une heure et demie. A conseiller à ceux qui se rendent à Vegas prochainement.

21h. C’est reparti pour une longue session de CG au V. Toujours à la 2/5 (il y en a 6 d’ouvertes, en plus des 15 à 1/2 et de la 5/10). Aucune attente, je me pose de suite à une table plutôt intéressante. Un régular a monté un tapis énorme, il est à quasiment à 3k (la cave maxi à la 2/5 est de 1k), et martyrise la table. Rien à dire, c’est vraiment un très bon joueur. Pas de chance, je suis juste à sa droite, et je déteste ça. Je demande le chip « first seat change », encore une invention pas conne du tout : celui qui a ce chip devant lui est prioritaire pour changer de place quand un joueur se lève. Comme personne ne l’avait demandé, je le récupère de suite et m’éloigne de ce dangereux prédateur. J’aurais pu aussi demander de changer de table, mais j’ai envie de le voir jouer alors je reste. Je perds deux coups assez bêtement, avec AJ et AQ contre au autre joueur. Je dois dire que je ne suis pas au mieux de ma forme, et j’ai un peu fait le donk avec AQ sur un board KQ22x. Le mec en face avait KQ, et c’était quand même obvious que j’étais battu. Bref, je perds ma première cave depuis le début de mon séjour, mais encaisse le coup sans tilter. Je recave à 400 $, folde un orbite, et me lève pour aller diner. Autre truc sympa à Vegas, tu peux sit-out autant que tu veux, sans que cela ne pose le moindre problème. Juste un chip « missed blind » et voilà. Personne ne te reprochera de quitter la table 1 heure pour aller diner. C’est d’ailleurs ce que je fais, histoire de me concentrer à nouveaux sur mon jeu et d’évacuer la tension. De retour à la table, ça se passe beaucoup mieux, je touche quelques belles mains (AA et QQ qui touche top set), je passe quelques bluffs sur des mecs vraiment weak et monte pas mal de jetons. J’évite le regular comme la peste, mais à deux reprises, je me fais out play et fold pour ne pas commit tout mon stack contre lui. Je suis monté à 1k, et clairement, c’est plus du tout le même jeu que quand tu as 3 ou 400 $ devant toi. Bref, il est presque 4h du mat, et la fatigue se fait sentir. Je me lève avec un modeste +200 $ pour 6 heures de jeu. Pas terrible, car j’aurais pu éviter de perdre une cave en début de session et faire beaucoup mieux. Allez, ça sera tout pour aujourd’hui, au dodo.

Edit du matin : pour les amateurs de MTT, il en font deux par jour au V, dont le fameux 150 $ du midi, avec sa très belle structure. Je vais le tenter aujourd'hui ou jeudi.

Edited by MasterGuggy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super CR ! Et so true parfois la bas aux heures creuses tu te sens un peu comme le mec dans Rounders ;).

Le Venetian, c'est la meilleure room imo pour les tournois : moins de rake qu'au caesars et structure plus flat.

Tu ravives mes excellents souvenirs :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Day 5

Désolé, mais j’ai promis de ne pas aller au Rhino, donc pas de sexe dans ce trip report, enfin un peu quand même à la fin de cette journée.

Réveil matinal, pour changer. Petit déjeuner à la concession Lamborghini, où on peu manger des ½ufs à un prix indécent. J’imagine qu’ils les cuisent sur un V12 brûlant, ce qui leur donne un petit goût italien… Ensuite ballade sur le strip. Je me dirige vers le sud, et découvre, entre le Monte Carlo et le Bellagio, un énorme ensemble immobilier en construction : encore un nouveau casino (le Cosmopolitan) et une bonne dizaine de tours. Dire que quand je suis passé à cet endroit il y deux ans, et c’est juste un trou béant avec quelques grues.

Ensuite passage rapide au B, histoire de voir la fameuse « Bobby’s room ». On en fait toute une histoire, mais ce n’est rien de plus qu’une minuscule cage en verre (avec 2 tables et une paire de fauteuils) pour que les high stakes players puissent jouer tranquille. La poker room est très classe, mais les tables sont trop proches les unes des autres, les fauteuils peu confortables, et le personnel hautain. Même pas d’écrans pour la gestion des listes, ils en sont encore à la bonne vieille feuille avec des noms barrés. Ce matin, juste une 2/5 NL pleine avec un liste d’attente interminable et plein de places libres sur deux tables de limit 4/8 et 8/16, je crois. Bref, rien ne justifie à mes yeux le status de soit disant "first poker room in the world". Je me promets quand même d’y retourner ce soir pour jouer un peu.

Je remonte le strip vers le nord, passage obligé au C. La poker room est alors carrément vide, pas un seul joueur. De toutes les façons, il est bientôt 10h, et les boutiques du Forum Shop ne vont pas tarder à ouvrir. Let’s go shopping. Cette galerie commerciale est tout simplement somptueuse. Rien à voir avec nos Rosny et autres Velizy. Ici, tout est beau, propre et lumineux. Du marbre partout, des belles boutiques luxueuses. Je devine qu’ils ont du se rendre compte qu’il fallait bien occuper les épouses pendant que ces messieurs claquent les économies destinées à payer les études des enfants. Tu feras des burgers chez Denny’s, mon fils. Ah, si ton père n’avait pas tout perdu au craps quand tu étais môme… Enfin, je claque un peu de thunes : un cadeau pour madame, un costard chez Boss (30 % moins chez qu’en France, c’est toujours bon à savoir). Et je rentre fissa au V pour le tournoi de midi.

12h. Le tournoi démarre pile à l’heure. Encore un truc qu’on ne sait pas faire chez nous. Bon, c’est un 150 $ = 130 $ + 15 $ rake + 5 $ staff bonus. Nettement moins la gruge que celui du C. La structure est comparable en qualité, mais légèrement différente : les blindes augmentent moins rapidement, mais les ante apparaissent plus tôt et sont supérieures. Je posterai le détail à mon retour, pour ceux que ça intéresse. En tout cas, à ce prix, une structure très chouette. Rien à voir avec nos boucheries.

A ma gauche un anglais s’envoie une Newcastle Brown Ale par orbit, je me demande comment il va finir son tournoi. Je n’ai pas prix beaucoup de notes, mais je saute au début du 3ie niveau sur le coup suivant : J’ai KT à pique en BB. Un limper en MP, Bouton raise standard à 3 BB, je call, limper call. Le flop arrive KT7, avec le 7 de pique. Je donk bet, MP fold, Button flat call. Turn, le 6 de pique qui m’ouvre 2nd nut FD en plus de mes top two. Je bet un tiers du pot, Button raise, je shove. A ce stade pense être devant un grande partie de sa range, même contre un petit set, j’ai encore pas mal d’outs, et je le vois pas vraiment la dessus. Il call mon shove debout sur la table et montre pp7. Pas de miracle à la river et je sors un peu penaud me demandant si c’était un set-up, ou si je suis vraiment une quiche.

De retour en fin d’après-midi à la 2/5, du V, ma nouvelle maison, pour une session de CG. Je perds une cave sur quelques mauvis coups, dont un avec AK vs TT sur un flop assassin ATx. Je recave à 400 $, et perds encore un coup avec AQ vs QT sur un flop ATT… décidément, va falloir s’accrocher aujourd’hui. Après 3 heures d’un jeu assez solide, je remonte mon stack à 600 $ et décide de faire un break, laissant sur la table 200 $ de pertes.

Après le diner, vamos au B, pour une petite session à la 5/10. C’est pas tout les jours qu’on est à Vegas, alors faut se faire plaisir. J’arrive au B, la poker room est bondée. Impossible de circuler, pas un cm pour passer entre les tables. Un floor me demande d’un ton hautain à quoi je veux jouer, et se calme à peine quand je lui dit « five ten no limit ». Je suis second sur la liste, et attendrai quand même un bon quart d’heure. Le temps de constater qu’il y plus de tables de limit qu’ailleurs, notamment des tables chères, je crois bien jusqu’à 100/200. On m’appelle pour la 5/10, Buy-in (400-1.500 $), rake de 6 $ par demi-heure. Je me pose avec 800 $, et joue ultra serré. A ma gauche un mec avec un stack de 4k, qui relance et sur-relance quasiment tout les coups. Impossible de voir un flop à moins de 80 – 100 $. Comme je ne vois pas de jeu, c’est un peu pénible. Le mec en question montre 4 jetons roses de 25k$ (oui, vous avez bien lu, 25.000 $), histoire de nous faire tous bien comprendre qu’il en a rien à péter de 100 $. On avait compris, merci. En plus, il chatte comme pas permis et déstacke quelques joueurs. J’allais quitter la table, déçu de n’avoir joué un seul coup depuis 30 minutes que je suis posé, quand le floor arrive, et lui demande de passer à la secondaire. On est sur la tertiaire et c’est un « must move game ». Soulagement général, on va enfin pouvoir jouer. J’ai déjà presque perdu 80 $, rien qu’en blindes et en limp/fold quand je touche KQo au bouton. Je raise à 60, un caller. Baby flop, je C-bet 80 dans 130, le mec call. Turn un Q. Je bet encore, le mec call. La river est une brique, et je check behind. Weak ou pot-control, je ne sais pas top. Je pense que je miss de la value, mais j’avais pas envie de faire face à un raise, je le vois pas payer avec moins que TPSK. Je montre KQ, le mec muck ses cartes en faisant la grimace. Je pense qu’il avait une paire en dessous, j'aurais du value bet la river. Juste après ce coup, le floor vient me voir, et me dit de move à la secondaire. J’ai alors un peu moins de 1k$ devant moi, et me retrouve à côté du mec aux chips de 25k, mais cette fois, à sa gauche. C’est mieux. J’attends la prochaine grosse main pour bouger, et je retourne deux valets rouges. Mister gros stack ouvre UTG à 60, je flat call. On est juste deux dans le coup, il me chambre car j’ai une image de serrure. Le flop arrive, J55. Le rêve. Le mec check, je check behind pour masquer ma main et le laisser toucher quelque chose, histoire de me faire payer mon monstre. Turn, un 4 anodin. Le mec envoie alors un petit 80 $, je flat call pour le garder dans le coup, et lui laisser l’initiative. A ce stade, il peu me voir sur deux overs, et s’il a une petit pocket en main il se voit devant. La river est un J. J’ai quads Jacks, ça fait plaisir sur le coup, mais c’est une mauvaise carte car elle ne l’aide pas du tout. Il bet quand même 100 $, et commence à me chambrer. Je raise à 250 $, mais je doute qu’il puisse payer. D’ailleurs, il insta-fold et flash pp2. La doublette du J ne l’avait en effet pas aidé, il jouait juste le board. Pour répondre à ses vannes, je flash ma main, et la table se marre un bon coup. Je reste encore un peu, mais pas trop envie de mettre mon stack de 1,3k en jeu à chaque coup. Je call une relace avec une petite paire en set mining, qui ne donne rien. Vers 1h, je sens la fatigue et me lève avec un joli + 400 $.

Je quitte le B et sur la rampe qui mène au C, je croise une blackette un peu trop sexy pour être honnête.

- Hey guy, where are you going ?

- To my place.

- Where do you stay ?

- At the Palazzo.

- You want company ?

- How much ? (un brin de curiosité malsaine, j’avoue)

- Two hundreds bucks.

- No thanks.

De retour au V, je sais que je ne vais pas pouvoir dormir avant 3 ou 4h du mat, donc direction la 2/5. Je me pose avec 400 $, le jeu est assez loose ce soir, pas mal d’action. Je gagne et perds quelques coups, et saute connement sur une grosse erreur de lecture avec KJ vs AK sur un flop K high ou je n’arrive pas à lâcher alors que je ne suis pas committed. J’aurais mieux fait de me coucher directement. Enfin, ça m’apprendra à vouloir en faire un peu trop en une seule journée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nice report again ! :* :* :* :* :*

BTW

evalkt77.jpg

J’ai KT à pique en BB. Un limper en MP, Bouton raise standard à 3 BB, je call, limper call. Le flop arrive KT7, avec le 7 de pique. Je donk bet, MP fold, Button flat call. Turn, le 6 de pique qui m’ouvre 2nd nut FD en plus de mes top two. Je bet un tiers du pot, Button raise, je shove. A ce stade pense être devant un grande partie de sa range, même contre un petit set, j’ai encore pas mal d’outs, et je le vois pas vraiment la dessus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×