Jump to content
This Topic
Gourcuff

From Stoke-on-Trent to Beverly Hills

Recommended Posts

Posted (edited)

Bon, ça fait depuis janvier que je veux ouvrir un sujet ici pendant l'Open d'Australie. J'avais même commencé à rédiger des brouillons sur Word. 

Je l'ouvre finalement en mai. Franchement, je ne suis pas si mal au niveau du délai. Je pensais que ça resterait une envie passagère qui ne verrait jamais le jour. Comme beaucoup d'autres. J'en arriverais presque à dire que je suis fier de moi.

J'ai 30 ans et suis parieur professionnel.

Je suis en Espagne. Au bord de la mer. Pour vivre cette vie de dégénéré, il fallait un endroit d'exception pour avoir au moins une stabilité émotionnelle dès que je sors de chez moi. Et effectivement, tous les moments de fou furieux traversés depuis des années l'ont été en sillonnant les plages et les plaines andalouses. Attention, je suis Français et même très Français. La France est le plus beau pays du monde avec pléthore d'endroits fantastiques. Mais si je ne m'étais pas isolé et retranché au soleil et au calme, je me serais tiré une balle depuis longtemps. Je sais que les joueurs de poker qui partent au Portugal ou à Playa del Carmen comprennent ce que je veux dire.

J'ai déjà perdu 17 000€ en deux heures. Je n'ai pas vécu partout sur cette planète, certes, mais je peux néanmoins affirmer que seul l'endroit où j'étais à l'époque m'a permis de bien l'encaisser. En tout cas pas trop mal.

Je parie sur tous les sports. En particulier le foot, tennis et basket. Je connais aussi le rugby et la Formule 1. Ma particularité est que je ne fonctionne pas avec les statistiques. Mais quasi-uniquement avec la psychologie. C'est pour ça que c'est une vie tellement prenante. Entre avril et juin, je travaille presque 15h par jour. Je vais me regarder un Nuggets - Timberwolves qui va se terminer à 7h du matin et va falloir que je sois sur le pont pour Ostapenko - Sabalenka à 13h.

J'ai découvert le Club Poker par hasard, jouant un peu au poker. Je ne suis pas bon et je n'ai rien à raconter dessus. Mais la découverte du poker m'a surtout permis de m'apercevoir que la profession la plus proche de la mienne est celle de joueur de poker professionnel. Dès lors, j'ai commencé à lire et à étudier les trajectoires des joueurs qui sont, comme celles des parieurs professionnels, souvent folles et tortueuses. 

Je n'écris pas tout ça pour faire le malin ni pour être sympa. Et même si je le voulais, ce ne serait pas possible. Sympa pourquoi pas. Mais faire le malin est impossible quand vous pariez à l’échelle professionnelle. Vous savez que vous n’êtes qu’à x paris d’une grosse gamelle ou d’une série de défaites sans fin. Encore une fois, je pense qu’un joueur de poker, en particulier un joueur de tournois, comprend ça mieux que personne.

Du coup, je fais ça surtout pour moi et structurer mes idées. Cela va paraître dingue, mais je ne tiens pas de fichier Excel. Bon, je ne fais pas énormément de paris et je ne sais pertinemment où j'en suis mais c'est quand même le signe qui montre que je devrais quand même essayer d'être plus carré.

Je me considère comme très bon, voire excellent. Je termine chaque saison en positif mais parfois d’extrême justesse. Si la connaissance du sport est primordiale dans le paris sportifs, on est sur au moins 80% de psychologie. Choisir et surtout, gérer et assumer ses choix. Et quand vous commencez à regretter vos décisions et à partir en cacahouète, je peux vous assurer que connaître ou pas le sport ne changera pas grand-chose.

Surtout quand on ne s'appuie pas sur des statistiques. Chaque pari que je place est le fruit d'une réflexion que je dois perpétuellement assumer. C’est très compliqué. Je me trompe. Je regrette. J'aurais dû faire un autre pari. Une autre mise. Et je dois constamment vivre avec ça. Je ne hiérarchise pas mais quand vous vous appuyez uniquement sur des stats, vous prenez un pari parce qu'il entre des critères spécifiques et basta. De fait, la digestion dudit pari est quand même plus simple.

Les paris sportifs ne sont pas une fin en soi mais une transition. Ce que je rêve d'être à l'avenir, c'est entraîneur d'une équipe de foot professionnelle. Il y a plusieurs chemins pour cela et même si le mien est singulier, il n’est pas le moins pertinent. Je suis confronté à des dizaines de situations différentes chaque jour. Dans différents sports avec des multiples scénarios. J’emmagasine des milliers d’actions que j’essaie de résoudre. En matière de compréhension du sport, je peux vous assurer que au moins plus formateur que de suite un cursus classique.

J'ai pour objectif de repartir en Argentine à l'automne prochain. Pour ce faire, j’ai besoin de 10 000€. À noter, quand je parle et parlerai d'argent, ce sera toujours une montant global qui englobe ma vie et ma bankroll. Surtout ma bankroll d'ailleurs. J'ai mis ma vie entre parenthèses pour cette dernière. Je ne m’en plains pas. Je suis quelqu'un de très simple qui a juste besoin du soleil, jean / t-shirt et d'un ordi pour bosser. Je n'ai rien à côté. Pas d'épargne, pas bien matériels. Pas de voiture ni de montre. Pas quatre paires de chaussures. Ah si, mon sac à dos qui vaut 30 balles. C'est toujours ça.

C’est drôle à écrire et cette vie sans attaches peut séduire voire faire rêver. Mais il est vrai qu’à un moment, je vais devoir passer la deuxième. Je n’ai plus 20 ans et si je veux construire quelque chose de stable en ce qui concerne le familial et le professionnel, je vais devoir arrêter de garder 6 centimes sur mon compte pour foutre le reste sur les sites des bookmakers.

Passons au concret.

J'ai pas mal de paris en cours donc ça peut aller très vite de chaque côté mais disons que je suis actuellement dans une période assez creuse où pas mal d'échecs successifs ont largement fait baisser ma bankroll. Je pense au Maroc vainqueur de la CAN, à Fenerbahçe vainqueur de la Conference League et au Paris Saint-Germain finaliste de la Ligue des Champions. J'assume ces paris et ils étaient loin d'être mauvais mais ils auraient dû participer au décollage en vue de l'été. Il n'en sera finalement rien et c'est donc maintenant que je dois mettre les bouchées doubles.

Y'a des grosses compétitions à venir avec Roland-Garros, l'Euro, la Copa América et Wimbledon. Après viendront les Jeux Olympiques et l'US Open. Avec en filigrane les Copa Libertadores et Sudamericana et les phases préliminaires des coupes européennes. 

Roland-Garros, parlons-en.

J’adore le basket et je n’ai pas doutes quant au fait qu’un jour, je serai entraîneur de football professionnel. Mais s’il y a bien une chose qui rend complétement dingue, c’est un tournoi de tennis.
Et j’entends par là absolument tous les tournois. Il y a des 250 incroyables. Des 500 ultra-relevés. Et même si les 1000 sur 12 jours sont devenus une abomination, y’a quand même des supers moments.

Et parmi eux, évidemment, les tournois du Grand-Chelem.

Cela fait presque deux mois que j’essaye de tout anticiper sur ce Roland-Garros à venir. Qui pourrait gagner, et pourquoi. Qui ne peut pas le gagner, et pourquoi. Quel tirage serait favorable à qui. Et après tant de pérégrinations, nous y sommes. Tirage au sort jeudi. Extraordinaire.

Je vais essayer de faire un petit podcast tous les jours pour présenter les moments importants de la journée durant cette quinzaine. Tant mieux si ça plaît mais je vais le faire avant tout pour moi.

J'aime bien écrire mais j'essaierai de poster un maximum de screenshots. Je ne garantis pas la clarté parce que je suis sur les bookmakers .com et que les sites ne sont pas d'une beauté éblouissante mais ça fera quand même le travail.

Le post part dans tous les sens mais à ma décharge, ce n'est pas évident d’arriver à faire un condensé cohérent. J'ai sans doute oublié des tas de trucs absolument fondamentaux mais si je m'arrête à ça, je ne publierais jamais.

P.-S. : le titre est un scandale absolu. Je suis le premier à m'insurger contre l'emploi de l'anglais permanent et voilà que je sombre à mon tour. Au moins j'en suis conscient et me dégoûte moi-même. Phrase issue d'une chanson de Robbie Williams présente dans l'intro de FIFA 2000, premier jeu auquel j’ai vraiment joué. C’est pas Byzance mais c’est une référence symbolique.

Australian Open.JPG

Edited by Gourcuff

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Afin de démontrer l'importance qu'ont les tournois de tennis pour moi, voici quelques résultats sur les 18 derniers mois.

Rublev a perdu en demi-finale à Bercy et en finale à Shanghai. Tsitsipas en perdu en finale à l'Open d'Australie. Les autres ont gagné.

Comme je le disais, les sites de paris .com sont absolument affreux donc je dois faire des screenshots avant que les tournois se terminent sinon, la prise du pari disparaît.

Mais peu importe. C'est surtout pour illustrer que même dans un mauvais moment, une saison peut changer sur un tournoi avec un gagnant bien senti. J'espère que ce sera le cas pour moi dans 20 jours.

Gauff, US Open.JPG

Humbert, Metz.JPG

Rublev, Bercy.JPG

Rublev, Shanghaï.JPG

Sakkari, Guadalaraja.JPG

Sinner, Toronto.JPG

Tsitsipas, Open d'Australie.JPG

Edited by Gourcuff

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

À quelques heures du tirage au sort de Roland-Garros, je me suis positionné sur trois joueurs et une joueuse (deux positions définitives et deux autres avec des ordres d'achat qui devraient être matchés d'ici cet après-midi).

Je pense que j'irai sur un quatrième joueur et une deuxième joueuse. Mais probablement après le tirage au sort.

Sur les quatre positions, deux ont été prises bien en amont. C'est-à-dire des joueurs que j'imaginais faire une bonne saison sur terre battue afin que leur cote baisse au coup d'envoi du Grand Chelem.

Ça n'a pas été le cas. Ce n'est pas catastrophique mais c'est jamais agréable d'être en négatif sur la cote d'un joueur. Surtout en vue d'un éventuel cashout. Du coup, va falloir avoir de la réussite lors du tirage au sort pour que les joueurs franchissent les premiers tours et voient leur cote commencer à baisser.

J'avais fait ça pour Dimitrov à l'Open d'Australie. Le Bulgare ayant remporté Brisbane une semaine avant, sa cote avait bien chuté. De fait, j'avais eu une grosse valeur tout au long de son tournoi. Bon, ça ne m'avait pas empêché de perdre l'intégralité de ma mise suite à sa défaite contre Borges. Donc, ça ne fait pas tout.

Mais quand la lecture est bonne et que les circonstances sont arrangeantes, cela peut permettre de jouer le tournoi presque intégralement là-dessus. Avant le dernier US Open, je me positionne petit à petit sur Cori Gauff à Washington puis à Cincinnati. Arrivé à Flushing Meadows, la cote a déjà baissé drastiquement. Le tirage au sort lui est favorable. Gauff se hisse en finale et je peux même me permettre le luxe de cashout une partie pour me freeroll la victoire en finale (voir screenshot dans le message posté au-dessus).

Edited by Gourcuff

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Zarshka a écrit :

Tu ne veux pas partager tes bets ?

C'est pas un journal de partage de pronostics, mon vieux.

Surtout que là, on parle d'un tournoi. Certaines cotes sont là uniquement pour profiter des forfaits ou des mauvaises performances des têtes de série, d'autres vont être cashout avant leur rencontre, etc.

C'est pas victoire de Nice contre Lorient à 1,76 quoi.
 

Il y a 2 heures, * rebirth * a écrit :

Salut,

C’est quoi ta fréquence de bet ? Ton U ? Ta cote moyenne ? Tu vis des paris depuis combien de temps et pour finir combien gagnes tu par an ? 
Merci 

Je comprends ta question mais je ne peux pas y répondre clairement. C'est la différence entre un joueur de poker et un parieur sportif. Y'a des semaines où je peux faire 40 petits bets. Avec une gestion de mise de 1% et une cote moyenne à 2,32.

Mais quand va arriver un tournoi important de tennis ou de foot. Je peux tout arrêter pour me focaliser à fond sur une cote sur le vainqueur de la compétition et ne rien prendre à côté pour ne pas me disperser. Et là, la mise sera 30% de ma bankroll et une cote à 17. Ou 3,55. Ou 82. 

Tu vois qu'il est compliqué de répondre avec précision. Je tends quand même de plus en plus vers la deuxième stratégie. Peut-être pas avec 30% du coup, mais me faire 10-15 parts sur des compétitions importantes tout au long de l'année.

Cela dépend aussi des résultats. Si ce Roland-Garros se passe bien, je me sentirais peut-être plus insouciant et commencerais à faire des petits paris à droite à gauche parce que j'ai de l'argent devant moi et que la vie est belle. Attention, c'est loin d'être ce que je recommande mais l'être humain est ainsi fait.

Au contraire, si Roland se passe mal, je vais me dire "bon, on arrête nos conneries maintenant" et garder mon argent pour un investissement important sur l'Euro ou Wimbledon.

Cela peut surprendre. Mais je n'ai aucun problème à assumer une psychologie changeante. Le parieur professionnel (qui ne fait que ça) passe par tellement d'émotions et tellement de hauts et de bas que désirer tout autre chose que certaines gestions à l'arrache et au jour le jour ne serait que fantasme.

Et mine de rien, les mecs qui se lancent en étant carrés ne tiennent pas la distance. Ils sous-estiment toujours le côté psychologie et finissent par se faire broyer. C'est toujours les mecs un peu disruptifs qui s'en sortent. C'est là la différence avec le poker.

Je vis des paris depuis 2018. Pour le bilan financier, c'est compliqué. C'est impossible qu'il soit régulier sur un mois. Alors sur une année, n'en parlons même pas. J'ai fait des mois à 20 000€. Mais également plusieurs en négatif consécutivement. Et là, pour ne pas toucher à la bankroll, tu bouffes des chips et tu bois du Coca. Et tu sors uniquement 400€ pour payer ton loyer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Prémonition ?

Hier soir, après avoir rédigé mon message et fini de regarder Minnesota - Dallas, je vais me doucher pour aller au lit. Comme chaque jour. 

Et là, sans que je comprenne pourquoi, tout d'un coup, je me mets à imaginer un Roland-Garros catastrophique. Pas forcément d'un point de vue financier. Mais surtout dans ma compréhension globale du tournoi. Et ce sentiment se met à grandir jusqu'à que je parvienne à m'endormir.

En me levant, je l'ai toujours. Et il devient beaucoup plus concret quand je m'aperçois que j'ai loupé le tirage au sort. J'étais persuadé qu'il serait à 17-18h. Raté, c'était à 15. Si ce n'est pas un signe.

Et le tirage, parlons-en. C'est à chaud et d'ici à demain, j'y verrai sûrement plus clair. Mais quelle horreur. Je crois que c'est le pire tirage possible que pour les scénarios que j'avais anticipés. Aucune excuse et je vais tout faire pour tout comprendre. J'ai cependant l'impression de repartir de zéro. 

Et là, ça me permet de rebondir sur la question postée précédemment. Ai-je vraiment envie de perdre plusieurs milliers d'euros sur un tournoi qui ne m'inspire pour le moment pas grand chose ? J'avais des plans et ce serait dommage de tout jeter. Mais au final, ne serait-ce pas plus intelligent que de s'acharner ? 

Surtout qu'hier soir, quand j'ai eu le sentiment que ce Roland-Garros pourrait être un traquenard, j'ai aussi eu la vision d'un Wimbledon réussi. 

C'est d'autant plus surprenant que Wimbledon est le tournoi du Grand Chelem qui me réussit le moins. Depuis 2019. Et la victoire de Federer. Enfin la victoire. C'est en tout cas sur quoi j'avais investi. Mais 8 - 7 / 40 - 15 n'a pas suffit et c'est Djokovic qui soulève le trophée. Et moi qui regarde les gains s'envoler.

Depuis lors, c'est choux blanc. Ou presque. Et sur les tournois préparatoires également. J'avais Querrey à Majorque en 2021 à une cote supérieure à 20 mais l'Américain s'était incliné face à Medvedev en finale. 

Mais effectivement, j'ai le sentiment que ce Wimbledon peut changer la donne. Surtout ceinturé par Roland puis les Jeux. 

J'avais prévu de faire un quatrième pari chez les hommes et un deuxième chez les femmes. Je me ravise. J'attends. Surtout que mon premier investissement n'a toujours pas été complètement matché. Cela devrait être le cas dans la journée. Mais je vais la jouer small ball et m'arrêter là pour le moment. Je n'ai pas envie d'investir trop d'argent tant que je n'y verrai pas plus clair.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a une heure, Gourcuff a écrit :

C'est pas un journal de partage de pronostics, mon vieux.

Surtout que là, on parle d'un tournoi. Certaines cotes sont là uniquement pour profiter des forfaits ou des mauvaises performances des têtes de série, d'autres vont être cashout avant leur rencontre, etc.

C'est pas victoire de Nice contre Lorient à 1,76 quoi.
 

Je comprends ta question mais je ne peux pas y répondre clairement. C'est la différence entre un joueur de poker et un parieur sportif. Y'a des semaines où je peux faire 40 petits bets. Avec une gestion de mise de 1% et une cote moyenne à 2,32.

Mais quand va arriver un tournoi important de tennis ou de foot. Je peux tout arrêter pour me focaliser à fond sur une cote sur le vainqueur de la compétition et ne rien prendre à côté pour ne pas me disperser. Et là, la mise sera 30% de ma bankroll et une cote à 17. Ou 3,55. Ou 82. 

Tu vois qu'il est compliqué de répondre avec précision. Je tends quand même de plus en plus vers la deuxième stratégie. Peut-être pas avec 30% du coup, mais me faire 10-15 parts sur des compétitions importantes tout au long de l'année.

Cela dépend aussi des résultats. Si ce Roland-Garros se passe bien, je me sentirais peut-être plus insouciant et commencerais à faire des petits paris à droite à gauche parce que j'ai de l'argent devant moi et que la vie est belle. Attention, c'est loin d'être ce que je recommande mais l'être humain est ainsi fait.

Au contraire, si Roland se passe mal, je vais me dire "bon, on arrête nos conneries maintenant" et garder mon argent pour un investissement important sur l'Euro ou Wimbledon.

Cela peut surprendre. Mais je n'ai aucun problème à assumer une psychologie changeante. Le parieur professionnel (qui ne fait que ça) passe par tellement d'émotions et tellement de hauts et de bas que désirer tout autre chose que certaines gestions à l'arrache et au jour le jour ne serait que fantasme.

Et mine de rien, les mecs qui se lancent en étant carrés ne tiennent pas la distance. Ils sous-estiment toujours le côté psychologie et finissent par se faire broyer. C'est toujours les mecs un peu disruptifs qui s'en sortent. C'est là la différence avec le poker.

Je vis des paris depuis 2018. Pour le bilan financier, c'est compliqué. C'est impossible qu'il soit régulier sur un mois. Alors sur une année, n'en parlons même pas. J'ai fait des mois à 20 000€. Mais également plusieurs en négatif consécutivement. Et là, pour ne pas toucher à la bankroll, tu bouffes des chips et tu bois du Coca. Et tu sors uniquement 400€ pour payer ton loyer.

Merci et GL même si ta gestion m'a l'air d'un sacré bordel et je parle pas uniquement de la stratégie de coller 30% de sa roll sur un bet ou sur un événement sportif, je comprends pas vraiment non plus comment on peut être expert d'autant de sports à la fois quand en plus on ne se base pas majoritairement sur les statistiques ni sans pouvoir dire avec précision ce que tu gagnes par an au delà de faire parfois des mois positifs et d'autres négatifs et j'ai bien compris que c'est différent du poker je joue également un peu à ce jeu ;) 

Edited by * rebirth *

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a 42 minutes, * rebirth * a écrit :

Merci et GL même si ta gestion m'a l'air d'un sacré bordel et je parle pas uniquement de la stratégie de coller 30% de sa roll sur un bet ou sur un événement sportif, je comprends pas vraiment non plus comment on peut être expert d'autant de sports à la fois quand en plus on ne se base pas majoritairement sur les statistiques ni sans pouvoir dire avec précision ce que tu gagnes par an au delà de faire parfois des mois positifs et d'autres négatifs et j'ai bien compris que c'est différent du poker je joue également un peu à ce jeu ;) 

Les gains je les connais parfaitement. 

50 000€ de bénéfices depuis 2018. Environ 250 000€ dépensés pour une rentrée de 300 0000. 

Les chiffres intéressent les gens qui sont assez loin du milieu. En tout cas qui ne sont pas professionnels. Les 50 000€, ça me fait une belle jambe. C'est même pas énorme étalé sur 6 ans. Et j'ai de toute façon pas besoin de ça pour savoir que je suis bon.

Je suis sûr que si tu poses les mêmes questions à Calamusa pour le poker, il te répondra aussi vaguement. Et pas "oui alors je suis à x de gains avec un abi de x". Parce que lui aussi peut avoir des humeurs changeantes, des hauts, des bas, etc. 

C'est quelque chose de très global d'ailleurs. Quand quelqu'un arrive et balance ses chiffres directement, c'est en général pas bon signe. Je me souviens qu'un jour en Espagne, dans un bar sportif, un mec à qui je ne parlais presque pas m'a dit que ça se voyait que je gagnais de l'argent dans les paris sportifs parce que je parlais plus souvent de mes échecs que de mes réussites.  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il est la Gourcuff ! On tient une bonne recrue !

Tu as dit quelque chose de très intéressant avec le " les chiffres intéressent les gens qui sont assez loin du milieu"

Et encore tu es humble , n'ai pas honte de dire les chiffres intéressent que les tixous perdants

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Ėner a écrit :

Il est la Gourcuff ! On tient une bonne recrue !

Tu as dit quelque chose de très intéressant avec le " les chiffres intéressent les gens qui sont assez loin du milieu"

Et encore tu es humble , n'ai pas honte de dire les chiffres intéressent que les tixous perdants

 

 

Je ne suis pas humble ni prétentieux. J'analyse objectivement une situation.

J'ai donné l'exemple de Calamusa parce que je suis sur un forum de poker.

Je peux prendre l'exemple des traders professionnels. Le mec qui vient te dire "moi je suis à tant depuis le début du mois ou de l'année", encore une fois, c'est pas bon signe. Kerviel, avant de faire ses conneries était le trader le plus rentable de la Société Générale mais aussi celui qui s'épanchait le moins sur ses résultats.

Ce n'est pas la grandeur d'âme ou de la modestie. C'est pas non plus de l'arrogance. Si on devait d'écrire ça, ça serait davantage de la suffisance. Genre "évidemment que ça se passe bien. Mais laissez-moi bosser tranquillement, j'ai pas besoin qu'on m'emm**de avec ça".

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, safet_susic a écrit :

50k de gains en 6 ans, sans taf à côté?

Comme dit plus haut, je suis en Espagne. Je peux souvent faire des mois à moins de 600€ de dépenses. 

C'était d'ailleurs le but quand je suis parti en Andalousie. Faire en sorte de pouvoir être entièrement focalisé sur les paris, même en cas de coup dur. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, * rebirth * a écrit :

Parieur pro il a dit 

T'as pas l'air d'être la chips la plus croustillante du paquet, toi.

Professionnel veut dire faire profession de. Y'a des joueurs de poker qui sont pros à 500€ par mois dans des colocs au Portugal. 

On peut critiquer, dire que c'est pas assez et que ça ne vaut pas le coup. Mais techniquement le mec est joueur pro.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a plusieurs choses que je comprends pas dans ta logique :

- tu dis que tu te positionnes sur 2-3 joueurs, sans en dévoiler le nom. Quel intérêt alors ? Tu vas poster tous les jours en disant mes joueurs sont passés, mais en gardant le suspense jusqu'au bout ?

- quand tu prends l'exemple de Querrey à 20, et que tu dis mettre 30% de ta BR sur un pari, dans quel monde tu vas pas couvrir ton pari en cours de tournoi ?

- quelqu'un qui dit sur ce forum, je fais un ROI de x% et qui postent ses pronos en avance, et qui montre que ses chiffres sont corrects, je trouve ça plutôt bon signe moi

Share this post


Link to post
Share on other sites

Exemple pour appuyer ce que je dis qui peut être surprenant pour les gens qui n'ont pas forcément la compréhension de ce que peut être la vie d'un parieur pro.

Hier je voyais la victoire de Shapovalov contre Griekspoor. Cote à 2.

Dans un contexte normal, il fait toujours partie d'une liste de paris. Mise d'une unité et on voit ce qu'il se passe. Classique. Rien d'exceptionnel. 

Cependant, avant un tournoi important, je n'y vais pas. J'ai pas envie de m'investir émotionnellement sur un pari qui est simplement bon. Pour que je fasse l'effort de me positionner à quelques jours de Roland-Garros, faut vraiment qu'il y ait quelque chose de notable.

Donc là, dans mon bilan, j'ai une unité en plus que ce que je devrais avoir. Parce que Shapovalov a perdu et que je l'aurais joué gagnant tous les jours. Mais ce n'est pas le cas. Uniquement par chance. Parce que y'a Roland qui commence dans trois jours. 

Du coup, compliqué de tenir un bilan pari par pari. Et surtout, complètement faussé. 

Mais encore une fois - et je vais peut-être arrêter de faire de comparaison avec le poker -, c'est comme un mec qui va jouer le Main de Vegas et 2 jours avant, y'a un tournoi à 1000 balles qu'il jouerait tous les jours s'il n'y avait pas le Main. Un mec qui voit ça de loin lui dirait "bah joue-le, c'est un tournoi normal et t'as aucune assurance de faire quelque chose sur le Main, tu perds de la value si tu le zappes". Et c'est totalement vrai.

Mais de même que le mec sait qu'il ne pourra pas être bien préparé pour le Main s'il joue ce tournoi, je sais que je ne pourrais pas faire un bon Roland dès dimanche si je commence à me positionner sur autre chose avant.

Donc oui, y'a certains tournois / compétitions à prioriser. Oui, certains évènements sur lesquels je veux mettre plus d'argent. C'est pas rationnel. C'est pas mathématique. C'est juste que je suis plus à l'aise psychologiquement. 

Et pour tenir sur la durée, même si les maths sont importantes. Et encore, dans les paris, c'est moins sûr. Ce n'est absolument rien à côté de la psychologie. 
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Les parieurs ( pro ?  )  espagnols ont la réputation d'envoyer sur des petites côtes , du genre ( pas de prochain but dans le match a 1.10 en live pendant les arrêt de jeu)  et des côtes de ce genre 

Est ce vrai ? 

Edited by Ėner

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, SpartacusII a écrit :

Il y a plusieurs choses que je comprends pas dans ta logique :

- tu dis que tu te positionnes sur 2-3 joueurs, sans en dévoiler le nom. Quel intérêt alors ? Tu vas poster tous les jours en disant mes joueurs sont passés, mais en gardant le suspense jusqu'au bout ?

- quand tu prends l'exemple de Querrey à 20, et que tu dis mettre 30% de ta BR sur un pari, dans quel monde tu vas pas couvrir ton pari en cours de tournoi ?

- quelqu'un qui dit sur ce forum, je fais un ROI de x% et qui postent ses pronos en avance, et qui montre que ses chiffres sont corrects, je trouve ça plutôt bon signe moi

Y'a pas d'intérêt spécifique. J'ai écrit en introduction que je tenais ce blog uniquement pour moi. Comme un journal de bord. Je ne force personne à s'intéresser à mes propos. Et rassure-toi. Je ne vais pas faire le malin mon joueur gagne le tournoi. Je le dirai et basta. Comme je conterai ceux qui auront perdu.

Querrey était un pari normal, à 1%.

Les 30%, c'est vraiment sur des trucs sur lesquels j'ai envie d'aller et que j'assumerai sans problème. Je suis même allé à 50% sur le Paris Saint-Germain gagne la Ligue des Champions en 2022. J'assume et encore aujourd'hui, je suis très content de ce pari. Mais je me suis sûrement mal exprimé. Ces paris-là arrivent une fois par an. Et encore. Evidemment que la majorité est en gestion de bankroll classique avec 1 à 5¨%.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 8 minutes, Ėner a écrit :

Les parieurs ( pro ?  )  espagnols ont la réputation d'envoyer sur des petites côtes , du genre ( pas de prochain but dans le match a 1.10 en live pendant les arrêt de jeu)  et des côtes de ce genre 

Est ce vrai ? 

C'est vrai. 

Mais il faut être honnête, il n'y a pas qu'eux. 

Je l'ai déjà fait et plus d'une fois. Et il a fallu un moment pour que ça me serve de leçon. 

C'est complètement con mais c'est vrai que quand t'es dans un bar sportif, que t'as 200€ en poche et une addition de 20€ et que le Real est à 1,1 contre l'Atlético à 10 minutes de la fin, ça peut vite déclencher des conneries. 

Edited by Gourcuff

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Gourcuff a écrit :

Exemple pour appuyer ce que je dis qui peut être surprenant pour les gens qui n'ont pas forcément la compréhension de ce que peut être la vie d'un parieur pro.

Hier je voyais la victoire de Shapovalov contre Griekspoor. Cote à 2.

Dans un contexte normal, il fait toujours partie d'une liste de paris. Mise d'une unité et on voit ce qu'il se passe. Classique. Rien d'exceptionnel. 

Cependant, avant un tournoi important, je n'y vais pas. J'ai pas envie de m'investir émotionnellement sur un pari qui est simplement bon. Pour que je fasse l'effort de me positionner à quelques jours de Roland-Garros, faut vraiment qu'il y ait quelque chose de notable.

Donc là, dans mon bilan, j'ai une unité en plus que ce que je devrais avoir. Parce que Shapovalov a perdu et que je l'aurais joué gagnant tous les jours. Mais ce n'est pas le cas. Uniquement par chance. Parce que y'a Roland qui commence dans trois jours. 

Du coup, compliqué de tenir un bilan pari par pari. Et surtout, complètement faussé. 
 

En quoi cela fausse un bilan qu'il n'y ait pas les bets que tu as failli prendre mais que tu n'as pas pris pour x ou y raison ? Un truc m'échappe :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Selon une source sûre bien informé , les parieurs espagnols sont considérés comme les plus faible d'Europe ( c'est une moyenne ne le prend pas pour toi Gourcuff )

Le top 3 européen des pays où les parieurs sont le plus faible 

Angleterre en première position

Italie en second 

Espagne 3eme , français nous sommes dans ce top 5 

D'après une source bien informée les meilleurs parieur  européens se situeraient dans les pays de l'est  comme la Bulgarie voir l'Albanie 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce thread est inspirant, j'ai foutu 30% de ma BR sur Nadé buteur coté a 13, si ça passe pas j’envoie les 70% restant sur la finale de la coupe de France : Pénalty pour les 2 équipes coté a 28, on a qu'une vie !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×