Jump to content
This Topic
cosmictrip

Coverage UDSO Cannes 2021

Recommended Posts

Soleil, Croisette & Poker

Voilà une combinaison alléchante qui séduirait n’importe quel joueur de cartes. Pour cette troisième étape de la saison, l’Unibet Deepstack Open pose ses valises à Cannes. Quatre jours de poker, de baignade et de glaces à l’italienne. On est parti pour une petite semaine de coverage pour vous partager un splendide festival, et tout ce que Cannes a de beau à offrir.

large.DSC_0080.JPG.f1a53b14913e71b832ec0
@WebMastervient de parquer son yacht dans le port pour me déposer au Casino. Je découvre donc mon cadre de travail pour cette semaine.

Quel plaisir de reprendre les rennes d’un coverage de poker. De voir cet alignement de tables d’un bout à l’autre de la poker room, d’entendre le bruit des jetons qui crépitent entre les mains et la voix des croupiers qui crient « sortant table 5 ! » !

Quel plaisir de retrouver les Teams Texapoker et Unibet, emmenés par le King Apo et Alex Henry, seigneur du circuit UDSO. De revoir les têtes des amis floors et croupiers, dont les bataillons ont été renforcés de nouvelles mains habiles.

Et bien sûr quel plaisir que d’être à Cannes un 9 septembre, sous le soleil azuréen qui dans ces belles régions du sud, prolonge l’été de quelques semaines !

J’y débarque tel Candide découvrant une contrée exotique. Première fois que je mets les pieds à Cannes. La réceptionniste de l’hôtel m’a appris l’existence du Suquet, la vieille ville, où j’ai filé de suite pour une première ballade d’acclimatation. Les ruelles passantes du quartier médiéval où s’enfilent les terrasses plein soleil pour déguster soles meunières et dorades grillées. L’Eglise Notre Dame-D’Espérance perchée sur la butte, offrant une vue panoramique sur toute la ville et sur les cirques de la Méditerranée qui s’étend à perte de vue. Et en contrebas, la Croisette, son port parqué de voiliers élégants et yachts imposants, son palais des festivals et ses marches légendaires, sa ribambelle de restaurants et plages privés, où défilent les bouteilles de rosé et s’alignent les transats à 90 € la journée.

large.DSC_0065.JPG.227b9a04686330ce1daffEscapade sur les hauteurs du Suquet, d'où "Notre Dame veille sur la ville". Un refrain que j'ai déjà entendu pas loin d'ici

large.DSC_0122.JPG.072dd2fc8967f7eef3773
Je crois que je sais où je vais passer mes matinées d'avant coverage

Le bord de plage est particulièrement animé ce jeudi, comme souvent début septembre mais à partir d’aujourd’hui, la ville accueille deux évènements majeurs : Le Yachting Festival, un des plus beaux salons nautique d’Europe ou sont exposés près de 500 bateaux. Et enfin, l’Unibet Deepstack Open, l’un des plus beaux festivals d’Europe où sont attendus près de 500 participants.

large.DSC_0099.JPG.b9c45cf2420c0f6881581
Pas de cinéma cette semaine, mais un tout aussi alléchant Yachting festival qui s'aligne parfaitement sur les dates de l'UDSO. Coïncidence ? Je ne pense pas. 

large.DSC_0095.JPG.e000f453c6b4e8346e85b
Notre fief pour cette semaine cannoise : le magnifique Casino Barrière où je viens de déposer ma voiture rouge au service voiturier

Peut être irons nous faire un tour sur le port, mais c’est surtout ce deuxième évènement qui va nous intéresser. Les équipes d’Alex Henry et d’Apo ont dressé une magnifique poker room où une petite centaine de joueurs sont déjà en train de batailler. Moteur dans la salle, ça tourne sur les tables, Main Event UDSO Saison 12 épisode 3, Action !

large.DSC_0158.JPG.7f2450923be3f7e19782b
Les joueurs sont attablés et les premiers parpaings sont envoyés. Mesdames et Messieurs, faîtes nous rêver !

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites

C est cool de retrouver un coverage et pour moi à demain pour le Day 1b 😉👍

Share this post


Link to post
Share on other sites
Demandez le programme !

Après ces présentations cannoises, parlons un peu poker ! Structures, affluence, ambiance, voilà tout ce qu’il faut savoir sur cette troisième étape du Circuit UDSO.

On ne change pas une équipe qui gagne, surtout quand elle déroule depuis douze ans. Ce proverbe bien connu convient parfaitement à l’UDSO qui pour cette nouvelle saison reprend la formule déployée avec succès par le passé : Un Main Event bien Deepstack accompagné de quelques sides, pour les gros joueurs avec le High Roller, comme pour les plus petites bankrolls, avec, le Mini UDSO, l’UO Big Stack et l’UDSO Basic. Une affiche valant plus que mille mots, voici donc le programme de cet UDSO !

large.A4-schedule-cannes-scaled.jpg.49a7
Un Main Event bien deep sur trois jours, un HR à 1 000 €, une flopée de Sides... Que demande le peuple ?

Contrairement à la dernière édition parisienne qui a couronné Fabrice Bigot, vainqueur pour plus de 63 briques, l’UDSO Cannes revient aux fondamentaux du Main Event UDSO. A savoir, une structure profonde et des niveaux de blindes confortables, de 50 Minutes, contrairement au trente et quarante minutes qui étaient en vigueur au Club Circus. Le Main Event se disputera sur trois jours, avec Deux Day 1 A et B en mode deep, un Day 1C en mode Turbo ce vendredi soir.

Pour ceux qui comptent se rendre demain sur la Croisette : Le Day 1B affiche déjà complet pour les 180 sièges de départ. Alex Henry et ses équipes seront cependant ravi de vous placer sur la liste d’attente ou de vous accueillir sur le Day 1C. Et si vous êtes dans le coin aujourd’hui, vous pourrez tout de suite prendre place sur ce Day 1A, qui compte pour l’instant 92 joueurs inscrits.

large.DSC_0168.JPG.c6aea6c6a2f13b7a6a003
Prendre une photo avec des jetons et des cartes... Un an et demi que je n'avais pas pu faire ça... Quelle émotion ! Et ce même sur cette superbe brique river.

Enfin, petite nouveauté sur cette UDSO Cannes, l’intriguant « UDSO Freeroll Extra Chance » qui apparait en jaune sur le flyer Unibet. De quoi s’agit-il ? Tout simplement d’un alléchant Tournoi Shoutout Flash (à tapis direct) où pourront se présenter tous les éliminés du Main Event pour tenter de décrocher un ticket pour le Mini UDSO, d’une valeur de 300 €. Voilà qui promet un beau moment. Rendez vous donc ce samedi à 13h30 pour voir qui sera le plus gros chat*** de la Croisette.

 

A part ça, on va commencer à regarder qui dans ce Day 1A est venu pointer son nez. Je vois du Team Pro Unibet (quelle surprise !), des habitués UDSO (quelle surprise !), une belle flopée de randoms (quelle surprise !), et bien sur, quelques revenants, invités surprises et joueurs extravagants. Je m’en vais de suite pour un premier tour de table !

large.DSC_0171.JPG.0e08f4b70c4197a2f40a7
Mais qui donc se cache dans cette Poker Room ? Partons donc à l'assaut de ce Main Event UDSO !

Il reste 84 joueurs (sur 95 entrées)
Level 5 (200/500 ante 500)
Moyenne : 56 500

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils n’ont toujours pas changé les tables avec ce plastique dur qui n’est pas terrible comme repose-coude…mais in comème au DAY1B..

GL aux participants !!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le braqueur de la Côte d’Azur

Qui a dit qu’il n’y avis pas de vagues en Méditerranée ? Tahar vient de prouver en un été qu’il est largement possible de surfer sur la côte d’azur. Mais plutôt que de glisser sur l’eau, lui surf sur les casinos. Une 2e place sur l’APO 500 de Cannes, une 2e place sur l’UDSO San Remo et Tahar est de retour chez lui pour tenter une troisième super perf estivale.

large.DSC_0217.JPG.185c1d75081c3d6507c6b
Les potos Aouja et Tahar sont bien en place sur cet UDSO et espèrent bien ramener une nouvelle perf à la maison

« Le champion s’est lui ! »m’indique tout de suite Aouja, alors que je m’approche de sa table. Il pointe du doigt son voisin de gauche Tahar. Je ne l’ai jamais vu, mais lui est bien connu dans les casinos de la région. Il revient même souvent dans les conversations du moment, puisque Tahar a tout simplement terminé runner up du dernier UDSO San Remo, après un deal avec Amri Naim, pour plus de 30 bâtons.

Le casino de San Remo est un de ses terrains de jeu préféré. Trois jours avant le Main Event, il terminait déjà 5e de l’UDSO Opener et en juin, il atteignait trois tables finale dans ce même lieu. Puisqu’il n’y avait plus d’argent dans les caisses de l’établissement, Tahar est allé braqué un autre casino, du côté de Cannes, à l’occasion de l’APO 500 en juillet dernier. Une nouvelle 2e place 11 430 € ajoutés à son butin. Autant dire que Tahar s’éclate plutôt bien cet été et il compte bien le boucler par une nouvelle perf et qui plus est, à la maison.

Il reste 84 joueurs (sur 113 entrées)
Level 6 (300/600 ante 500)
Moyenne : 66 200

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les tauliers sont présents

C'est un beau plateau que nous avons dès ce premier jour. Team Pro et grinders renommés ont pris place dans la poker room du Casino Barrière. Petit tour de table des joueurs qu’on ne présente plus.

On le voit à (presque) chaque coverage. Et pour cause, c’est un Team Pro incontournable, un des tout meilleurs joueurs de France, et une machine à perf qui plutôt que de s’enrayer, gagne en puissance au fur et à mesure des années. Demi finaliste de Main Event WSOP en 2017, finaliste de High Roller EPT, vainqueur WSOPC, UDSO, ou encore de l’EPT National High Roller à Prague, le taulier de l’équipe Unibet Alex Réard est bien évidemment venu représenter la room au casino de Cannes.

large.613a3a786d15d_Capturedcran2021-09-
Alex Réard profite de tous les accessoires qu'il a pu trouver dans son kit Unibet, en attendant de trouver le spot qui le lance véritablement dans le tournoi

Il était un des rois du poker français à une époque où je jouais au « Président » et au « Kem’s ». Depuis, j’ai lu, j’ai appris et je sais qu’Antonin Teisseire est l’un des « papas » du poker hexagonal. Pour les incultes qui comme moi, ne le connaissaient pas il y a encore quelques années, mentionnons que « Tonin » est champion du monde. Revelé sur le Partouche Poker Tour, Teisseire s’est adjugé en 2011 le 5 000 $ Triple Chance, pour 825 604 $. Quand même. Serial perfeur sur le circuit français, le Niçois revient aux affaires depuis quelques temps et n’allait bien évidemment pas louper le Main Event UDSO à côté de chez lui.

large.613a3a7d0bb44_Capturedcran2021-09-
Antonin arbore toujours le logo Partouche, et fait déjà parler ses skills et sa gouaille. Pour l'instant, il reste fidèle à ce que j'avais entendu de lui.

Un autre cadre du poker français a pris place de l’autre côté de la salle. Jeremy Palvini grind tranquillement cet après midi, amassant petits pots par petits pots tout en tchatchant avec ses collègues à table. Sillonnant le circuit avec beaucoup de réussite depuis plus de douze ans, Palvini s’est fait connaître sur le WPT Chilipoker de Marakech, en 2010. Une Win à plus de 40 briques qui en appeler rade très nombreuses autres, à Marrakech, mais aussi à Gruissan, Monaco ou La-Grande Motte. Dans cette dernière destination, il avait d’ailleurs remporté un Main Event UDSO, pour 38 patates. Il tentera de réediter cet exploit, toujours en bord de Méditerranée mais un peu plus à l’est.

large.DSC_0180.JPG.c7a48c91a59de31a90100
Jeremy Palvini en train de ramasser des jetons. Un geste souvent répété depuis le début de cette journée 

Pour boucler ce tour de tauliers, comment ne pas évoquer la présence de Laurent Polito. Citer son palmarès nous prendrait bien trop de lignes et de temps, mais notons que Laurent aime bien ce casino cannois. Il y a plus de dix ans, il remportait en 2011 l’une de ses premières grosses perfs à l’occasion du Partouche Poker Tour où il terminait 4e pour 35 000 €. Trois ans plus tard, il réalisait alors son meilleure score en carrière en remportant le WPT National, devant un certain Pierre Calamusa. Aucune autre ligne cannoise au compteur : Quand Laurent vient ici, c’est pour gagner.

large.DSC_0239.JPG.28ad44dfc9a050c53499a
Omar Lakhdari, Albano LLani... A chaque tournoi que je couvre, les chi-leaders sont des cadors du jeu et portent du Hugo Boss. J'annonce donc Laurent Polito futur CL du Day 2. Anthony Kazgandjian à sa gauche pourra en témoigner.

 

Il reste 84 joueurs (sur 120 entrées)
Level 8 (500/1000 ante 1000)
Moyenne : 72 300

Share this post


Link to post
Share on other sites
Thierry Sellam mène les troupes, les sudistes en embuscade

A domicile, certains grinders se sentent en confiance. Dans un casino qui les a déjà vu réaliser des performances notoires, plusieurs locaux commencent à amasser les jetons pour se positionner idéalement à l'aube des 5 derniers niveaux. Mais pour l'instant, personne ne marche aussi fort que Thierry Sellam, qui lui, nous vient d'un sud encore plus lointain.

« Franchement je ne saurais même plus te raconter. Je suis complètement jet-lagué, j’arrive de Guadeloupe » explique Thierry Sellam, alors que je lui demande quel coups lui ont permis de construire ses pilasses. Le décalage horaire semble avoir un effet sur sa mémoire, mais pas sur son niveau de poker. L’Antillais a réussi à monter un stack colossal de 276 000 jetons, 5 starting et demi, alors qu’on joue encore les blindes 500-1 000.

L'amateur fait souvent le voyage en Métropole pour jouer des tournois un peu partout en France. Avec une jolie performance au palmarès, même si elle date de 2011, lorsqu'il avait fait 3e du FPS de Saint-Amand-les-Eaux, pour 46 lingots. Il tentera de se rappeler aux bons souvenirs du Nord. Pour l'instant aucun stack à l’horizon ne s’élève plus haut que le sien, et si on attendra la pause pour connaître la recette, on peut dores et déjà annoncer qu’il est large chipleader de ce Day 1A.

large.DSC_0280.JPG.4a72c1ff2a083237eda9c
Thierry Sellam, à gauche, tout sourire avec son pote Nicolas Gourlier

Derrière lui, je n’ai vu qu’un seul stack au dessus des 200 000. Il appartient à un régional de l’étape, qui, comme beaucoup de joueurs ici, se distingue également par son expressivité et son volume sonore. « Comment ça, tu ne me connais pas et tu te dis journaliste poker ? » rigole le Cannois qui commence à me lister ses exploits. 3e du dernier APO 500 ici même, multiple vainqueur de TPS à Aix en Provence ou La Grande Motte, Cédric Chevalme est surtout connu pour avoir empoché son ticket pour le PSPC à 25 000 €, lors de l’étape d’Aix en Provence, il y a deux ans. Aujourd’hui, ça semble encore bien rouler pour Cédric qui attire tous les jetons de sa table, avec une bonne humeur contagieuse. « J’en profite ! Tu écriras que j’aime ma femme et que je fais un gros bisous à mes enfants Noa et Melina ». Le message est passé.

large.DSC_0263.JPG.c0c662372a00e21fc33c2
Alors qu'il prenait la pose en lançant négligemment son jeton au milieu de la table, la mise au point a eu raison de ce portrait de Cédric Chevalme. Vu son stack monstre, on aura le temps de repasser pour faire mieux.

Alan Benamar se souvient bien de Cédric Chevalme. Le Cannois avait terminé 2e de ce fameux Road to PSPC à Aix en Provence. Une frustration consolée par un chèque de 15 000 €, tout de même. Pour ce début d’UDSO, il a compte déjà plus de trois stacks devant lui.

large.DSC_0255.JPG.ae849184c5b27656c9b2b
La plus belle muraille de jetons est pour l'instant l'œuvre de Mickael Haddad. De belles pilasses qui valent près de 170 000 jetons.

D’autres gars du coin ont également commencé à lever des stacks. Le Niçois Mickael Haddad navigue au delà des 170 000 jetons, Antonin Teisseire est en train de passer la deuxième vitesse, et Anas Belatik, frôle les 190 000.

Un mot sur ce joueur qui ne laisse rien transparaitre à table et dont l’agressivité cartes en main semble faire très mal à ses adversaires. Derrière ce silence intimidant se cache un grinder de talent et chevronné. 2e d’un WSOPC à Marrakech et vainqueur d’un Side EPT à 2 000 € pour 60 bacons en 2015, il s’était véritablement révélé dans ce même Casino Barrière de Cannes, lors des WSOP-C 2018. Runner up de Sonny Franco, il prenait 65 patates avant d’enchainer par de multiples perfs, à Monte Carlo, Barcelone ou Rozvadov. Et cet été, Anas revient en forme, après sa victoire il y a un mois sur le High Roller de l’UDSO San Remo, pour 21 bâtons. Avec ce joli démarrage, il est assurément l’un des outsiders à suivre.

large.DSC_0272.JPG.20d85add7a7bcddc3fbeb
Concentré, silencieux, intimidant, Anas Belatik n'est pas venu pour rigoler dans cet UDSO.

Il reste 66 joueurs (sur 126 entrées)
Level 8 (500/1000 ante 1000)
Moyenne : 84 300

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bagarre en tête de course

De retour de break, les joueurs attaquent les trois derniers niveaux de la journée. Tandis que Thierry Sallem perdait de sa superbe, Anas Belatik en profitait pour enfiler le costume de chipleader, pourchassé par une ribambelle de grinders et livetards azuréens. Le point à la reprise.

Il avait atteint des sommets indécents dans l’après midi. Avec plus de 300 blindes au sixième niveau, Thierry Sellam a enchainé les mauvais spots pour retrouver des altitudes plus humaines. « C’est la fatigue du jetlag qui m’a fait faire des erreurs, c’est sur » analyse ce vieux briscard. En début de soirée, il avait vu ses adversaires s’empaler à deux reprises sur sa paire d’as, avant de craquer les flèches sur une suite flopée avec :9d:6d. Depuis, c’est son voisin Nicolas Gourlier qui a pioché chez l’ex chipleader. Une flush contre une double paire et Nicolas Gourlier possède 250 000 jetons devant lui. Sellam s’est gardé une bonne marge avec 210 000 soit plus de deux averages avant la pause.

Toujours aussi gourmand, Anas Belatik pioche incessamment chez ses adversaire pour faire grossir son super stack. Il pèse désormais 420 000 jetons, un chiffre qui lui permet de prendre provisoirement les commandes du tournoi.

large.DSC_0276.JPG.dbb9da13a963609ccaf6c
Anas Belatik fait la course en tête au moment d'attaquer les trois derniers niveaux de la journée

Derrière lui, le vainqueur du Road to PSPC d’Aix en Provence Cédric Chevalme poursuit son ascension et vient de dépasser la barre des 300 000 jetons. Parmi les concurrents que l’on a pas encore trop vu, notons le bon stack de l’ex vainqueur de la Croisette Open Alan Bono. Avec 270 000 jetons, il fait partie du peloton de tête, au même titre que Mickael Haddad (240 000) et Jonathan Maisonneuve (220 000).

large.DSC_0287.JPG.47754a5a282b1ac2737ac
Alan Bono, régional de l'étape s'invite tranquillement dans la tête de course

De plus en plus bavard dans le coin de la salle, Antonin Teisseire fait les montagnes russes depuis deux heures. Après avoir monté de belles pilasses, il s’est pris full contre full mais vient de revenir à l’instant. Il s’est réveillé en grosse blinde avec :As:Kscontre un tapis UTG, qui retournait :Qs:Td. Ca tient pour l’ex champion du monde qui se relance dans cet UDSO, avec plus de 150 000 jetons.

large.DSC_0285.JPG.e8ae53a4b12be78106f2d
"Mais pourquoi il envoie Dame-Dix celui là ?" s'interroge Antonin Teisseire, qui ne comprend pas pourquoi il amasse les jetons

Dans le gruppetto, notons la belle remontada de Maxime Ramet. Descendu à 9 000 jetons, le tout récent vainqueur du KO Surprise des TexasPoker Series d’Aix en Provence a doublé une première fois, puis trouvé un call gagnant avec :Kd:5d sur un board :4x:7x:Tx:Tx:7x,  alors que la grosse blinde envoyait deux parpaings turn et river. Le voilà de retour à la moyenne.

Il reste 61 joueurs (sur 129 entrées)
Level 10 (800/1600 ante 1000)
Moyenne : 106 400

Share this post


Link to post
Share on other sites
Des cadors en souffrance

Ils ont beau avoir les plus beaux palmarès du field, les noms les plus éminents de ce Day 1A sont bien mal en point, s’ils n’ont pas déjà disparu. A l’inverse, de jeunes premiers s’invitent dans le peloton de tête.

Laurent Polito ? out ! Jeremy Palvini ? out !  Alex Reard ? Re-entry ! Trois des quatre tauliers que j’annonçais en début de journée sont sortis au beau milieu du Day 1. Et pour sa deuxième bullet, le Team Pro s’est fait grignoter un bon tiers de son stack par le redoutable reg local Samy Benjina. Rien de rédhibitoire, Alex s’est gardé une petite vingtaine de blindes, qui peuvent être largement suffisante pour ressurgir.

large.DSC_0317.JPG.48c1193b92669bc88f27c
Samy Benjina (en blanc) s'apprête à croquer, légèrement, dans le stack d'Alex Réard, tombé sous les vingt blindes

Lui aussi convertis au catogan depuis quelque temps, Gilles Huet n’est pas plus en veine. Le vieux renard trouve peu de bons spots et a même vu son stack diminuer de moitié depuis le dinner break. Il lui reste un petit stack de départ pour repartir de l’avant.

large.DSC_0323.JPG.b8eb982c012934afa4503
Le renard Gilles Huet prend son mal en patience et guette le meilleur moment pour surgir de sa tanière

En parlant de vieux renard, Raymond Gelebiowski croque à pleine dent dans ce Day 1A. Cet ancien reg du casino d’Amnéville sème le trouble, entre dans beaucoup de coup et vient de s’offrir un décollage et attrapant le tombeur de Jeremy Palvini, Monsieur Julien Bolinowski.

Open 3x de Julien qui tient :7s:5h, payé en grosse blinde par Raymond qui tient :Ac:2c. Flop :Ad:Kd:7d  et Raymond mise d’entrée 4k dans 6k pot. Payé par Julien en position. La turn dévoile un nouvel :Ah et cette fois, Raymond laisse l’initiative à son adversaire, qui part pour un raise à 12k. « C’est cher » commente Gelebiowski, qui se contente de payer. La river est un :4s, et Raymond check encore. Tapis annoncé chez Julien qui se fait payer sans trop attendre par Raymond. Son brelan est bon et lui permet d’approcher les 200 000 jetons.

large.DSC_0300.JPG.bcd904850d3c78cac376c
Plutôt habitué au circuit de l'Est et du Nord, Raymond Gelebiowski démarre plutôt bien son séjour dans le Sud

Pendant ce temps Thierry Salem repart de plus belle. Il a repioché ce qu’il avait perdu chez Nicolas Gourlier pour approcher les 400 000 jetons.

Il reste 52 joueurs (sur 129 entrées)
Level 11 (1 000/ 2 000 ante 2000)
Moyenne : 125 100

Share this post


Link to post
Share on other sites
Retrouvailles entre bons amis

Beaucoup de joueurs se connaissent bien dans la salle, pour s’être joué un peu partout dans les casinos du pourtour méditerranéen. Laurent Bourgois, président du club de poker de Nice reconnaît pas mal de tête. A sa droite, il vient de retrouver un vieil ami qui a longtemps pris des routes bien lointaines. Un certain Thomas Simsen, qu’on avait eu le plaisir de croiser lors du dernier WPO Dublin.

giphy.gif?cid=ecf05e47m3ktfm34n1alppox6c
Les bons copains Thomas Simsen et Laurent Bourgois s'éclatent sur cet UDSO

Les amateurs de coverage s’en souviennent peut être. Pour les autres, je vous présente un homme sympathique qui aime changer de carrière comme de chemise. Un certain Thomas Simsen, qui, en plein deep run sur le WPO de Dublin nous évoquait son CV étonnant : Tout d’abord, marin-chef cuisinier. C’est à dire qu’il régale les voyageurs qui s’offrent des croisières en yacht de plusieurs semaines. Cannois d’origine, Thomas quitte le navire pour plonger dans une carrière de directeur commercial. Après quelques années, il se fâche avec son patron et se lance dans une vie de grinder Live, qu’il commençait à peine, au moment où le retrouvait au Day 3 du WPO Dublin.

A l’époque, Thomas Simsen venait d’enchaîner de bons résultats sur le circuit Live. De nombreux deep runs, une 7e place sur le Sismix High Roller Costa Brava, une bulle TF au WSOP-C Marrakech, un beau WPO et puis… Le Covid. Lui qui rêvait de parcourir le monde en jouant au poker doit changer ses plans. Le poker en ligne ? Très peu pour lui. Il veut des voyages et du poker Live. En attendant de pouvoir reprendre, il s’est lancé dans l’immobilier avec son ami Douglas. Sa nouvelle boite, In Fine Properties, lui permet de retrouver une activité, qu’il souhaite partager avec le poker si le circuit reprend pour de bon. En attendant, celui qui vit avec sa femme entre Cannes et Le Canet ne pouvait pas louper cette étape au Casino Barrière… Où il s’était imposé il y a deux ans lors d’un TPS 150.

Et qui voit-il arriver à sa gauche ? Son vieux copain Laurent Bourgois, président du Rivieira Poker Club, à Nice. Passionné depuis qu’il a joué sa première partie en 2010, Laurent est un de ses amoureux du poker associatif. Il a joué des coups de cash game vertigineux, il a connu des grosses parties, mais son meilleur souvenir de jeu reste le CNEC 2011, le championnat national des clubs français. Absolument rien à gagner, sinon la gloire et des émotions qui le chatouillent encore. « On a fait une remontée folle lors de la dernière journée pour terminer 3e, se souvient le Président. La compétition était tellement prenante, on en a pleuré de joie ». Comptant aujourd’hui une centaine de membres, le Rivieira Poker Club rassemble des joueurs aux ambitions et profils bien divers. « On a des jeunes de 18-20 ans, des grinders redoutables qui étaient encore en table finale de l’UDSO San Remo, comme des mamies de 70 ans » illustre Laurent Bourgois.

large.DSC_0333.JPG.b2de6d3eb6d4d405c55ea
En plus d'être bons joueurs, Thomas Simsen et Laurent Bourgois sont bons acteurs : Ici, les voilà en pleine démonstration de "Viens on fait semblant de rigoler", en voyant mon objectif qui les mitraille juste à côté.

En attendant, Laurent représente fièrement son association. Vainqueur il y a deux jours de l’UDSO Big Stack pour 2 200 €, le Président démarre plutôt fort dans ce Day 1A. A l’instant, il vient de placer un call King High qui a laissé sur place Dominique Terzian. Open de Laurent UTG+1, call de Terzian et du Bouton. Ca check trois fois sur le board :7s:8c:9d, puis Laurent place un petit bet sur la d’oubliette du :8d. La river est un 4 et Laurent check. Terzian envoie 6 blindes river, Laurent réfléchit un moment puis pose le jeton du call. :Qc:Jc chez son adversaire, son :Kd:Jd est bon et voilà Laurent Bourgois à plus de 210 000 jetons.

large.DSC_0327.JPG.dde6ae524dfae08a46f6a
La Poker Face de Dominique Terzian, qui s'apprête à se faire choper en plein bluff par Laurent Bourgois

Il reste 42 joueurs (sur 129 entrées)
Level 12 (1 000/ 2 500 ante 2500)
Moyenne : 159 800

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les folies de Dédé La Saumure

Alors qu’on est entré dans la dernière heure de jeu, un homme jusque là discret commence à se faire plaisir. Sur les tableaux, il apparait sous le nom d’André Guedj mais ici, tout le monde l’appelle « Dédé La Saumure ». Et le bien nommé vient de nous sortir un sacré numéro.

large.DSC_0410.JPG.d266b602515e3a2465180
André Guedj, aka Dédé La Saumure est devenue l'attraction de la table depuis le dernier niveau, 

« Je le crois pas, il fait la barre de fer pendant 5h et là il nous envoie tapis avec :As:3d ! ». Voici les mots d’un joueur qui vient de se faire avoir par ce satané “Dédé la Saumure”. En l’occurence, il s’agit de Samy Benjina dont l’analyse est plutôt juste : André Guedj de son vrai nom avait choisi jusque là le côté Nit de la force. Mais pas question pour lui de se laisser piétiner jusqu’à la fin du Day. Dédé La Saumure sort de sa boite sur le dernier niveau et nous dévoile sa panoplie de poker.

Tout d’abord un 3bet tapis avec une grosse vingtaine de blindes qui fait folder dans la douleur Samy. Le joueur a le malheur de montrer son AJh et André Guedj peut fièrement montrer son bluff, qui égaye vivement la table. « Quel talent ce Dédé ! » s’exclame ses collègues, parmi lesquels Alexandre Le Vaillant et Mickael Haddad. Mais ils n’ont encore rien vu. Une orbite plus tard, nouveau tapis annoncé par Dédé. Cette fois, c’est un cold-4bet tapis avec paire de :5c:5s , payé par Mickael Haddad avec :As:Qh. 5 briques plus tard, André Guedj exulte, la table explose et voilà Dédé La Saumure propulsé vers les 200 000 jetons.

Il reste 38 joueurs (sur 129 entrées)
Level 13 (1 500/ 3 000 ante 3 000)
Moyenne : 189 800

Share this post


Link to post
Share on other sites
Haddad emmène les 29 survivants au Day 2

Une dernière heure bien chaude pour boucler ce Day 1A. Les short stacks ont tenté, les stacks ont valsé, les Chipleads se sont échangés et les floors ont donné le coup de sifflet. Au bout des comptes, c’est Mickael Haddad qui termine tout en haut du chipcount, au côté de son compère Thierry Sellam.

large.DSC_0383.JPG.08e5475a21a7eb56f2e58
Les deux patrons de ce Day 1A côte à côte. Le trublion Mickael Haddad et le vieux briscard Thierry Sellam

Il a fait le yoyo pendant la dernière heure et demi. Descendu à 125 000 après s’être fait attrapé par un full, Mickael Haddad a remonté la pente petit coup par petit coup. Ouvrant un grand nombre de mains, raisant rapidement et en toute détente, il a récupéré ses jetons, jusqu’à ce que Dédé La Saumure le déleste d’un bon tiers de son stack sur le flip :As:Qh vs :5s:5c. Pas de quoi refroidir Mickael qui est reparti à l’attaque, jusqu’à trouver un set up salvateur sur l’ultime main du Day. Full contre brelan, imparable pour Samy Benjina, dernier éliminé du Day. Haddad exulte, il termine la journée avec 472 000 jetons, dans le costume de chipleader. Chapeau.

large.DSC_0426.JPG.a05b56630d3241fb08059
Brelan de 3 contre full aux 2 par les 3, sur la dernière main du Day 1, et un pot monstre, ça fait mal.

Juste derrière lui, Mickael retrouve son ami Thierry Sellam. Après avoir marché sur une bonne partie du Day, le Guadeloupéano-Cannois a ralenti la cadence pour se stabiliser au dessus des 400 000 jetons.

Auteur d’une fin de Day supersonique, Mohamed Aouja prend la troisième place provisoire après avoir longtemps souffert durant ce Day 1A. Son petit stack l’a longtemps paralysé, mais c’est surtout cette satané migraine qui lui a causé du souci, au point de demander un Doliprane au quatre coins de la room. Le mal de crâne est passé et Aouja a pu repartir à l’attaque. Les cartes ont suivi et il boucle le Day avec 388 000 jetons, un peu moins de deux averages.

Belle remontada également pour Dominique Terzian. L’expérience et la patience de « Doumé » ont payé sur le dernier niveau où il a trouvé une rencontre favorable face à Saïd Tahar, qui a tout mis avec son :As:Khface aux deux rois de Terzian. Avec 270 000, il reviendra avec plus de 60 blindes, tout comme Antonin Teisseire et Laurent Gourlier. Son poto Thomas Simsen peut aussi être satisfait, il "bag" un stack solide de 55 blindes pour le Day 2. 

large.DSC_0447.JPG.b9341b9b9b8d1254f147d
Le beau sourire de Dominique Terzian, peu connu sur le circuit, et qui a insisté pour apparaître sur le coverage afin de rendre fier sa maman

large.DSC_0397.JPG.0a4bcc2c2b4fd700f04a8
Antonin Teisseire a davantage parlé que joué de mains sur cette fin de Day. Il reviendra tout de même avec un joli stack de 60 blindes pour continuer d'animer la poker room du Casino Barrière

large.DSC_0434.JPG.6fafa3c712e4a63453182
Un bag confortable pour Alan Bono qui tout en discrétion s'est fait une place dans le bon wagon de ce Main Event UDSO

Dans les gros stacks, on retrouvera également le fantasque Raymond Gelebiowski et ses relances imprévisibles et le redoutable Anas Belatik, qui a très bien géré son Day 1 pour revenir samedi avec 334 000 jetons.

Plus bas dans le chipcount, on retrouve le dernier vainqueur de l’USDO San Remo Amri Naïm, auteur d’un superbe fold avec :As:Ah contre le brelan de Gelebiowski sur l’avant dernière main. Son runner-up Said Tahar sera également là mais les derniers coups de la soirée ont sérieusement entamé son stack. Il reviendra tout de même avec une petite vingtaine de blindes. Ca passe aussi pour Jonathan Maisonneuve, Jean Paul Pasqualini, Alan Benamar, Alexandre Le Vaillant, Alan Bono et Cédric Chevalme.

Voici d’ailleurs le chipcount complet de ce Day 1A. Et oui, pas de Laurent Polito, pas de Palvini, et pas d'Alex Réard. Les deux premiers sont sortis rapidement tandis que le Team Pro a déjà utilisé ses deux bullets. 

large.613aa74899c26_Capturedcran2021-09-

Voilà pour cette première journée de coverage. Franchement, ça fait vraiment du bien de retrouver ces sensations. Pour les joueurs, comme pour le staff, l’émotion du retour au Live est palpable, dans l’attitude et dans les discours. Et ce n’est que le début ! Rendez vous demain à partir de 14H sur Clubpoker pour la suite de ce Main Event. Les 180 sièges sont déjà réservés, ça promet un joli casting, de la tension, du sang, des larmes, tout ce qu’on aime. Mais avant de vous quitter, je vais bien sur renouer avec la tradition, en ponctuant ces longues journées de coverage d’une touche musicale.

Et puisque je suis un Parisien découvrant naïvement l’ambiance du Sud, je vous propose une connexion entre deux artistes mythiques des deux contrées. Pas forcément la meilleure du Tonton, mais un son qui donnera envie à tous les participants d’aller chercher non pas un ITM, mais bien une ceinture UDSO et qui rend hommage à un grand Monsieur parti un peu trop tôt.

giphy.gif?cid=ecf05e47rfjq5n2jzd6hiqep1n

Il reste 29 joueurs (sur 129 entrées)
Level 14 à venir (2 000/ 4 000 ante 4 000)
Moyenne : 215 200

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les artistes de ce Day 1B

Qu’elle est belle cette Poker Room Cannoise. Surtout quand elle déborde de joueurs, un jour de Main Event UDSO. Tel un doux prélude, le grésillement agréable des jetons bercent ce début de Day 1B où 172 joueurs ont déjà pris leur siège. On est parti pour une nouvelle longue et belle symphonie de poker. Permettez moi de vous présenter les musiciens phare de ce bel orchestre.

C’est un concertiste de talent et d’expérience, qui a joué dans les salles du monde entier. En presque vingt ans de carrière, Giuseppe Zarbo ne compte plus les performances de choix et les centaines de milliers de dollars amassé un peu partout. Mais qu’il joue à Paris, à Vegas ou à Cannes, une chose ne change pas chez l’italo-français. L’élégance et la bonne humeur. Toujours un costard des plus délicats et toujours la banane quand il s’agit de se mettre à tables. Mais Giuseppe n’est pas venu pour un défilé de mode ou un concours de sourires. Avec les stacks adverses, il est généralement moins sympa et compte bien faire ce qu’il sait faire de mieux. Monter des stacks, percer les fields et à la fin du séjour se retrouver à la table des autres artistes de sa trempe.

large.DSC_0530.JPG.327c8973d6bcb052b4851
En bon italien, Giuseppe Zarbo agite tellement ses mains qu'il est difficile de prendre une photo nette (toutes les excuses sont bonnes pour expliquer les clichés douteux)

Dans un style moins expressif mais tout aussi efficace, Ricardo Manquant a pris place dans l’orchestre. Virtuose du poker depuis plus de dix ans, Ricardo a longtemps régalé du côté de Marrakech où il a enchainé les victoires, qu’il s’agisse de MPO ou de WSOP-C. Mais l’autre grand amour de Ricardo, c’est bien le circuit UDSO. Il ne loupe jamais une représentation, surtout depuis sa démonstration de 2015 au casino de Gruissan. A l’époque, Ricardo prenait 37 bâtons pour sa victoire sur un field de 485 joueurs. Il a connu des Deeps runs sur presque chaque étape du circuit et compte bien refaire des siennes dans ce casino qui l’a déjà vu atteindre deux tables finale lors des WSOP-C 2017.

large.DSC_0483.JPG.4db101fa5d0743d4074c3
Carrure et palmarès imposants, voici Ricardo Manquant

Du côté des artistes féminins, Isabel Balthazar est bien dans l’arène. Toujours un plaisir de revoir la finaliste de l’EPT Barcelone 2011, joueuse redoutable et qui misera sur son expérience pour tenter d’aller chercher une troisième finale UDSO.

large.DSC_0476.JPG.b68def3158e9d08bed60d
Même masqué, le sourire d'Isabel Balthazar irradie la salle du Casino Barrière

Artiste amateur et drôlement passionné, Hélène Favier essaiera elle aussi de se rappeler au bons souvenirs de l’UDSO. Cette sympathique joueuse entretient une histoire d’amour magnifique avec le circuit qui l’a vu proposer de sacrés numéros. Des places payées en pagaille tout d’abord jusqu’à l’étape de Divonne les Bains en janvier 2019, où Hélène tient en respect Antoine Goutard ou Jurg Neuhaus pour prendre la ceinture et 40 370 €.

large.DSC_0489.JPG.84b7ef3fe937925ab971e
Hélène Favier, toute heureuse de retrouver son jardin de l'UDSO

Pour terminer ce premier tour, comment ne pas parler de ce sudiste aussi redoutable que sympathique. Avec sa casquette vissé sur ses longs cheveux lisses, difficile de ne pas reconnaitre Stéphane Dossetto. La dernière fois que je l’avais vu, il avait fait 2e du Deepstack des WSOP-C Marrakech pour 26 briques. Depuis, je n’avais plus de nouvelles du champion FPS 2016, qui avait pris alors 218 patates à Monte Carlo. Dernièrement, il se baladait du côté de Rozavadov, où il est allé chopé la 2e place du Big Marvellous Poker Tour. Cet été, il s’est bien échauffé avec deux victoires au casino de Bandol. Attitude toujours impeccable, skills toujours aussi aiguisé, dans cet UDSO, il faudra compter sur Stéphane Dossetto.

large.DSC_0503.JPG.c6904e98f71b18d155f2b
Rien à faire des cartes, après tout, on est là pour se retrouver entre collègues.

Ha, et le temps que j'écrive ces lignes, je vois qu'on a déjà perdu Ricardo Manquant. Le Jinx commence à merveille !

Il reste 176 joueurs (sur 178 entrées)
Level 3 (150 / 300 ante 300)
Moyenne : 50 400

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cannes, carrefour de voyageurs

Ca parle dans les couloirs du casino et dans la poker room. Et bien évidemmèn', ca cause avec l'accèn. Mais dans cette marmaille de sudistes se cache quelques joueurs de contrées éloignés. Des gars "d'en Haut", pas forcément habitué du Casino Barrière, mais qui ont la même passion que leurs collègues de la côte, au point de faire le voyage à Cannes.

Les Suisses font des chocolats mais ont aussi des crèmes. Charles Calfelis en est l’illustration. Ce joueur aussi chevronné que sympathique sillonne le circuit Live depuis belle lurette. Il a visité de nombreux casinos, un peu partout en Europe et à Vegas, où il s’est offert un 500 $ au Wynn il y a trois ans, pour 5 briques. En France, Charles a connu de sacrés moments à Cannes. Lors de sa victoire sur Side DSO en 2014 par exemple, mais aussi à l’occasion du Partouche Poker Tour 2011. A l’époque, Calfelis bullait la table finale du 1 500 €, où il aurait pu rejoindre Laurent Polito, Marvin Rettenmaier et le futur vainqueur Michel Leigborin.

large.DSC_0492.JPG.d83c79d26ed88f18ba432
Charles Calfelis ne porte pas une mais plusieurs casquettes : baroudeur, Rider et grinder

Amateur de coverage, Charles suit avec intérêt ce qu’il se passe sur le circuit poker… Et Moto GP. Alors que tout le monde me parle de Fausto Coppi au moment où j’évoque mon prénom (Fausto), Charles vient de m’apprendre l’existence de Fausto Gresini, double champion du monde et pilote italien légendaire, qui a monté sa propre structure de formation de pilotes, malheureusement décédé du Covid en début d’année. La moto de Charles est restée à Genêve mais le Suisse a déjà mis les gaz sur ce Main Event avec 90 000 jetons, près d’un double stack après les premiers tours de piste. On reviendra vite aux nouvelles.

Un peu plus à l’ouest, les deux potes de Montpellier Alexis Djihanchahian et Axel Laayoun se sont lancés dans leur UDSO. Voilà un mois qu’il parcourt le Sud-Est, pour jouer les belles parties entre Aix, San Remo ou Bandol. Avec un peu de réussite, Axel a fait 4e du High Roller de Aix fin aout quand Alexis remportait de petits réguliers à Bandol. De quoi se faire les griffes mais les deux jeunes loups de Montpellier espèrent croquer un peu plus goulument encore dans cet UDSO Cannois.

large.DSC_0533.JPG.da3dc2e006b34e780578f
Axel Laayoune attend son spot sur le Main Event UDSO comme sur celui des Wina Series

Enfin, rendons hommage à ce joueur plutôt téméraire qui a osé revêtir un maillot parisien dans ce guet-apens de supporters Marseillais et Niçois. « Je fais un peu tâche ici, mais ça va, on est pas à Marseille », se rassure Benoit Da Sousa. Portant fièrement son T-Shirt floqué Ratatatat, son pseudo poker, le grinder originaire de l'Essonne, est descendu de la Capitale spécialement pour le tournoi. L’année dernière, il avait fait la même à San Remo, ramenant de son voyage une deuxième place du TPS 500 pour 9 500 €.

large.DSC_0479.JPG.2a3d1815b54080ed34906
Le grinder Benoit Da Sousa parisien part pour son braquage annuel des casinos du Sud

Par ailleurs, je peux vous annoncer que ce Day 1B a dores et déjà franchi la barre des 200 entrées ! Yalla !

giphy.gif?cid=ecf05e47z5ufodiorfdta3f91s

Il reste 188 joueurs (sur 204 entrées)
Level 5 - (200 / 500 ante 500)
Moyenne : 56 800

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les parieurs de retour au Bar

Je m'apprêtais à photographier un homme qui a cartonné sur Winamax. Non pas en poker, mais en pari sportif. Et quand je vous dis cartonner, je parle de transformer 500 € en 399 441,32 €. Ce jouer en question s'appelle Greg et comme chaque année, il est venu avec son pote Stéphane aka Pepinoe sur l'étape cannoise de l'UDSO, un circuit qu'ils sillonnent depuis plusieurs années. Mais au moment de m'aventurer dans la salle, je vois que les deux amis, sont déjà au Bar, profitant d'une bière avant leur re-entry.

large.DSC_0541.JPG.65e15891ec1f86558eb01
Quelle côte pour un Espagne-Brésil se demande Greg, qui s'apprête à trinquer avec son pote Stéphane, en attendant de retrouver un siège sur ce Main Event

Peut être avez vous vu les vidéos où ce parieur partait pour l'Allianz Areana, entouré d'une équipe de potes, pour aller voir de ses propres yeux le match qui allait valider le Bet de sa vie. En l'occurence, un Bayern Augsbourg, dernier match d'un Combin fou qui pouvait lui permettre de transformer 500 € en 400 000 €, la somme maximale de gains sur Winamax.

Pour la petite histoire, le Bayern mène 1-0 jusqu'à la 88e. Puis le drame est survenu... Egalisation de Bochum, 400 000 € qui partent en fumée... Jusqu'à l'intervention de la VAR qui annule le but. Dans la foulée, le Bayern met le 2-0, Greg et sa pote sabrent le champagne, ils viennent de remporter le jackpot.

Mais aujourd'hui ce n'est pas pour les paris sportifs que Greg et Stéphane sont venus... Enfin, même si Greg a eu le temps de me montrer son bet à 2k sur une côte à 10 "PSG invaincu cette saison". Greg l'amateur de pari est également amateur de poker. Il cumule même plus de 200 000 $ de gains depuis qu'il joue en Live, soit maintenant 10 ans. Deux tables au BPT Toulouse, à domicile, une place de runner-up ici même à Cannes lors des TPS 2013 et même une Win à Las Vegas, sur un Deepstack au Venetian pour près de 10 briques.

En attendant Stéphane et Greg n'ont pas connu la même réussite sur cet UDSO. Le premier est sorti avec suite royale au flop avec :Qd:Jd sur un board :Td:Ks:Ac. Son adversaire payait le tapis avec deux rois et touchait full sur la turn :Ts. De son côté Greg a été pris dans un duel As-Dame vs As Roi. Une petite bière et les deux amis repartent à l'assaut de ce Main Event.

 

ll reste 182 joueurs (sur 222 entrées)
Level 6 - (300 / 600 ante 600)
Moyenne : 60 900

Share this post


Link to post
Share on other sites
Everybody is a star

Quelques nouvelles têtes bien connues du circuit ont fait leur apparition au cours de l’après midi. Du Team Pro, du top reg, du Livetard de compétition… Présentation en images des quelques stars du field… Et de quelques randoms. Y’a pas de raison.

J’étais presque triste de ne pas l’avoir aperçu depuis le début du coverage. Cet homme était pratiquement de tous les tournois que j’ai pu couvrir sur le circuit français. J’étais d’autant plus surpris que cet homme est plutôt friand de tournois Unibet, mais me voilà rassuré : Omar Lakhdari est bien de ce Main Event UDSO Cannes. La dernière fois que je l’avais croisé, il faisait une démonstration de ses skills de Livetard sur l’Unibet Open, qu’il remportait après une finale magnifique pour 89 patates. 1 an et demi plus tard, Omar n’a pas changé. Même parlotte, même manière d’agiter frénétiquement ses jetons, même négligence au moment de ranger son stack. J’espère qu’il nous montrera ses mêmes coups de génie, ses mêmes ouverture 6x, « raise in the dark » et autres stratégies visant à faire dérailler ses adversaires. Au cas où je cherche de l’action, je sais à quelle table la trouver.

large.DSC_0559.JPG.5b1da10aa7be774609e7c
Voici le fameux mec qui ne gagne pas la NL10 mais qui préfère remporter des Lives en pagaille pour des sommes monstre

Dans la catégories des têtes d’affiche, Laurent Polito est de retour pour sa deuxième tentative dans ce Main Event. Le champion de la Team Pro Unibet en est lui à son troisième coup d’essai et semble enfin avoir trouvé son rythme, avec un peu plus d’un double stack alors que les joueurs entament une nouvelle pause. Come-back aussi pour Jeremy Palvini et sa copine Marine  Khamvongsa, qui montent les jetons dans ce Day 1B.

large.DSC_0585.JPG.8f190cfd9769459d50fbc
Le sourire de beau goss de Jeremy Plavini qui grind tranquillement depuis le début de journée

large.DSC_0548.JPG.789183f879eb259522b7d
La copine de Jeremy, Marine Khamvongsa en plein duel de regard avec Laurent Polito, qui en tentant un bet 1 blinde river dans un pot de 15BB, s'est pris un petit caramel de Marine

large.DSC_0575.JPG.2a44edd00ba2161c566a7
Alex Réard en meilleure forme sur ce Day 1B. Après les difficultés d'hier, le taulier de Unibet commence à monter des jetons.

Mais pourquoi toujours parler des mêmes ? Pourquoi ne pas mettre la lumière sur de purs randoms, sans bague WSOP-C, sans TF à Vegas, sans millions sur Hendon Mob ? Je vous annonce donc la présence de Mathias aka @bigchaise1. Ce Marseillais est un inconditionnel du CP. Inscrit depuis dix ans, il ne loupe pas un coverage, qu’il s’agisse d’un Main Event EPT ou d’un 200 balles à Rozvadov. Un passionné, discret dans son nombre de postes mais dont l’œil se ballade sur toutes les sections du forum. Son pote Samy Benjina et lui reviennent au charbon aujourd’hui après leurs mésaventures d’hier. Les deux potes se sont fait éliminer dans les ultimes minutes de la journée. Cette fois, Matthias et Samy comptent bien aller chercher leur Day 2.

large.DSC_0581.JPG.c1c299c97a4184909a506
@bigchaise1, un passioné qui nous vient de Marseille tentera de maintenir ses pilasses un niveau de plus qu'hier

Dans la catégorie des inconnus du field, je vous présente également Christophe Kissel et Mario Moreira. Ces deux là comptent deux lignes chacun sur leur palmarès Hendon Mob, ni beaucoup de stack mais « les photos ne sont réservés qu’au chipleader ? » demandent ironiquement Christophe ? Représentant fièrement le camp des randoms, les deux amateurs ne boudent pas leur plaisir et animent le coin gauche de la Poker Room en kiffant chaque minute. Leur chance de victoire ? « Il ne faudrait pas de la chance, mais plutôt un miracle » analyse Mario. Quand à Christophe, il espère être touché par la grâce de son mentor et ami Thierry Morel, qui avait fini 2e du FPO 2019 ici même.

large.DSC_0568.JPG.d62b41922acf5fcbf2e40
Christophe Kissel au côté de Mario Moreira, deux randoms enthousiastes

large.DSC_0572.JPG.80d32d7aa5c677e7f4d91
Alex Henry a affiché la ceinture du futur vainqueur, gardé par le Seigneur du Royaume Texapoker, Apo Chantzis

ll reste 186 joueurs (sur 240 entrées)
Level 7 - (400 / 800 ante 800)
Moyenne : 64 500

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Castra mène l’assemblée de fidèles

Ce jeu de mots vaseux signifie une chose : A l’aube du 8e niveau, un chipleader émerge dans cet océan de joueurs. En l’occurrence, un random landais répondant au nom de Jean Philippe Castra.

Quelle déception au moment de faire mon tour de tables. Pas un seul stack avec de vrais belles pilasses de jetons verts, ceux à 25 000. Seulement quelques doubles stacks, voir parfois triple stacks de départ. Et enfin, la lumière est apparu ! Des pilasses magnifiques, de verts, d’oranges, de jaunes qui se montent les unes sur les autres. Le genre de stack dont raffolent les couvreurs de poker. Il appartient à un certain Jean Philippe Castra.

Quand je lui demande comment il a monté tout ce beau stack, le Landais me confie à demi-mot : « C’était moche ». Pas du genre vantard, Jean Philippe est tout simplement tombé dans une jolie rencontre pré-flop. Open UTG, 3bet MP, 4-bet de Castra avec deux dames, tapis UTG, tapis MP et Jean Philippe ne comptait pas lâcher ses deux princesses. Bien lui en a pris, sa paire s’est transformé en un Full floppé sur :Qs:5h:5d, face aux deux as et aux deux valets de ses adversaires. Un nouveau :5s turn et une brique river, il remportait le plus gros coup du tournoi, les trois joueurs étant plus que convenablement stackés. Depuis il se régale, entre dans beaucoup de coups, distribue les parpaings et trône désormais sur 325 000 jetons, soit plus de 4 « averages ».

large.DSC_0624.JPG.92744bfb9b391070a7e40
Après un sublime plan à trois, Jean Philippe Castra continue de s'éclater dans le casino Barrière 

Sur la table de derrière, Deborah Nizar se fait également plaisir. La jadis Runner-up de l’Italian Poker Tour San Remo 2014, qui s’est encore régalée dans le casino italien pas plus tard qu’il y a deux semaines, dispose de trois stacks de départ devant elle. La régionale de l’étape en impose par son allure parfaitement travaillée comme par son jeu agressif. Deborah entre dans beaucoup de coups, agresse, touche du jeu… Après les 29 gars qualifiés hier, il serait bienvenu de voir quelques demoiselles dans le wagon du jour.

large.DSC_0605.JPG.d83de1dfcbc0b6b4f009a
Du jeu, des lunette de killeuse, un stack gourmand, tout va bien chez Deborah Nizard bien lancé dans cet UDSO

Et quelques CPistes aussi ! Je prendrais bien un bon @domakpar exemple. Le grinder bordelais tourne à plein régime depuis deux heures après avoir touché des des abysses inquiétants. Tombé à moins d’un demi tapis de départ, il a connu un drôle de coup pour sortir la tête de l’eau. Open 1 200 de Domak  avec :Ks:Kd en début de parole, click-back 1 700 en MP, cold-call dans les blindes, 4bet 5 100 @domak, fold du clik-backeur et tapis annoncé chez la blinde, pour les 20 000 restant du Cpiste. Le Bordelais avance tranquillement ses jetons puis découvre un superbe :Ah:3c chez son adversaire. Un joli :As:Kh:3d au flop, pas de blague ensuite et voilà le Cpiste de retour dans la bataille. Il grind tranquillement les jetons dans l’heure suivante pour friser dorénavant les 140 000 jetons.

large.DSC_0609.JPG.d3df5b21638d2238f3db0
De la très bonne lecture chez notre ami Dominique aka @domak, qui se relance parfaitement dans ce Main Event

ll reste 160 joueurs (sur 253 entrées)
Level 8 - (500 / 1 000 ante 1 000)
Moyenne : 78 200

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Greg le showman

Il n'est pas seulement le plus gros chat***ard de Winamax. Greg Caubet le parieur fou est aussi un kiffeur né. Depuis son re-entry, les clameurs et les rires s'enchainent à la nouvelle table où il s'est assis. Il faut dire qu'un coup sur deux, Greg part trinquer avec son pote Pepino qui a busté une deuxième fois. Et en primes, le Toulousain vient de se propulser dans le peloton de tête du tournoi.

Il tchatche avec tout le monde, il sautille sur sa chaise, il se lève tous les deux coups pour trinquer avec ses potes éliminés au bar, il prend des photos avec le croupier et en plus, il monte des pilasses. Voilà le tournoi de Greg Caubet. Au départ, je m'approche de sa table pour le prendre en photo à coté de Ricardo Manquant, avec qui il blaguait pas mal. 2 minutes plus tard, il y en a un qui ne blague plus et l'autre qui fait le tour du casino. 

large.DSC_0631.JPG.d2fcae4182a79db160755
Il y a encore quelques minutes, Greg et Ricardo s'amusaient bien à leur table du Main Event

C'est d'abord Greg qui est engagé dans un gros pot. Open UTG, 3bet chez Greg et 4bet de la SB. Avant même que le tour ne lui revienne, Greg commence à frétiller. On sent qu'il a envie de tout pousser, et c'est ce qu'il fait, avant de se lever pour crier à son pote au bar, "Je suis à tapis !". "Avec quoi ?" répond Pepino. "Ha ça... (Il regarde la table qui commence à rire de la situation)... Avec paire de 2 !" blague le Toulousain. Pendant ce temps, la SB est toujours en train de tanker et après une grosse minute,  le call est annoncé. :Kc:Kd chez Greg, :As:Qd chez son adversaire, :Kh au flop, drawing dead turn et Greg passe à 170 000 jetons. Il exulte, court embrasser les copains au bar, puis revient en bondissant.

large.DSC_0636.JPG.69018693c79a745c57cd7

Cela fait doucement rire Ricardo Manquant qui se retrouve lui aussi à tapis main suivante. "J'ai fait une erreur dans mon 3bet" se lamente Ricardo qui a trop peu derrière pour ne pas payer le 4-bet tapis de son opposant. Son :As:8h pèse peu lourd face au :Ah:Kc de Tedy Demolon, et contre moins après led flop :Ks:7c:7h. Ricardo prend la porte et Greg perd son voisin. Main suivante, le parieur achèvera celui qu'il avait déjà sérieusement blessé. Tapis :9d:Th, encore :As:Qd chez son adversaire et le board :Ac:Ts:7c:4d:Td offrira un petit brelan de derrière les fagots pour éjecter un nouveau joueur de cette table de fous.

Greg rigole de sa réussite, trinque encore et immortalise même le moment avec le croupier.

ll reste 148 joueurs (sur 265 entrées)
Level 9 - (600 / 1 200 ante 1 200)
Moyenne : 86 600

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les premières lakdharines avant le dinner Break

Ce dernier niveau a mis Omar Lakhdari en appétit. Le Livetard a commencé son numéro et sa moisson de jetons pour s'installer juste avant le dinner break parmi les chipleaders du tournois. Ca tourne bien aussi pour notre amoureuse de l'UDSO Hélène Favier.

Il y a une heure, je croise Omar Lakhdari et lui demande quand est-ce qu'il allait commencer ses fameux raise dans le noir. "C'est la rentrée là, pas tout de suite, peut être demain" me répond le champion Unibet Open. Je reviens une heure plus tard, Omar a quadruplé son stack, tous ses adversaires le regardent d'un air ébahi. Avant même que je dise quoi que ce soit, l'un de ses voisins de table me dit "C'est trop facile pour lui, il est génial !" avec un mélange de frustration et d'admiration. "Tu n'as pas pu t'empêcher encore..." demande-je à Omar. "Juste quelques raises "blind" (à l'aveugle)... et un 2 barrel "blind" aussi" confesse Lakhdari en rangeant grossièrement ses piles de jetons. Devant lui, il y a près de trois tapis moyen. Chasser le naturel, il revient au grand galop. En attendant, Omar risque d'être un des animateurs du tournoi. Et pour nous spectateurs, ça ce n'est pas pour nous déplaire.

large.DSC_0658.JPG.dfd89207e05346476e5ff
Omar explique à ses admirateurs le concept du "raise blind", pendant qu'il ramasse les jetons qu'il vient de lui prendre

Dans un style un peu moins loubard, Hélène Favier s'installe également dans le groupe de tête. Une premium qui a fait des dégâts, un joli call avec :6d:6h sur un board :As:Ah:5s:5c:9d et voilà la championne de l'UDSO Divonne avec plus de 220 000 jetons.

large.DSC_0649.JPG.1c459ed7132803c8386f1
Hélène Favier sent bien les coups ce vendredi. Avec plus de quatre tapis de départ, la joueuse se place idéalement avant le dinner break

Jean Philippe Castra reste chipleader, au delà des 300 000. Joueurs et croupiers filent vers les restaurants de la Croisette ou du Casino. On revient dans 1h15. Bon appétit !

giphy.gif?cid=ecf05e47o5fvbq9yawse0z2lvp

ll reste 146 joueurs (sur 265 entrées)
Level 10 à venir - (800 / 1 600 ante 1 600)
Moyenne : 89 200

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, cosmictrip a écrit :
Castra mène l’assemblée de fidèles

Ce jeu de mots vaseux signifie une chose : A l’aube du 8e niveau, un chipleader émerge dans cet océan de joueurs. En l’occurrence, un random landais répondant au nom de Jean Philippe Castra.

Quelle déception au moment de faire mon tour de tables. Pas un seul stack avec de vrais belles pilasses de jetons verts, ceux à 25 000. Seulement quelques doubles stacks, voir parfois triple stacks de départ. Et enfin, la lumière est apparu ! Des pilasses magnifiques, de verts, d’oranges, de jaunes qui se montent les unes sur les autres. Le genre de stack dont raffolent les couvreurs de poker. Il appartient à un certain Jean Philippe Castra.

Quand je lui demande comment il a monté tout ce beau stack, le Landais me confie à demi-mot : « C’était moche ». Pas du genre vantard, Jean Philippe est tout simplement tombé dans une jolie rencontre pré-flop. Open UTG, 3bet MP, 4-bet de Castra avec deux dames, tapis UTG, tapis MP et Jean Philippe ne comptait pas lâcher ses deux princesses. Bien lui en a pris, sa paire s’est transformé en un Full floppé sur :Qs:5h:5d, face aux deux as et aux deux valets de ses adversaires. Un nouveau :5s turn et une brique river, il remportait le plus gros coup du tournoi, les trois joueurs étant plus que convenablement stackés. Depuis il se régale, entre dans beaucoup de coups, distribue les parpaings et trône désormais sur 325 000 jetons, soit plus de 4 « averages ».

large.DSC_0624.JPG.92744bfb9b391070a7e40
Après un sublime plan à trois, Jean Philippe Castra continue de s'éclater dans le casino Barrière 

Il m’a bust sur coup assez moche aussi,

sur un flop;5s;8s;Th avec ;Td;7dvs ;8h;8c

Share this post


Link to post
Share on other sites
Speeg attrape Omar dans ses filets

Comme souvent la table d'Omar Lakhdari propose de l'action et des gros pots. Mais après avoir pioché dans les stacks adverses, le Livetard s'est fait prendre par la réussite de Franck Speeg. Plusieurs autres joueurs pointent leur nez au dessus des 200 000 jetons.

Superstack, Omar tentait d'imposer son rythme, de mettre la table à ses genoux. Mais les cartes en ont décidé autrement. Dès le retour de pause, Lakhdari part à l'attaque face à Franck Speeg qui défend sa blinde. 8 000 envoyé sur le flop :2d:3s:8s. Payé ! 28 000 envoyé sur la turn :3d. Payé ! River :Ad et après un temps de parlotte, Omar place un troisième barrel: 82 000 demandé. Le jeton du call est posé dans la seconde. "C'est pour toi" informe Omar tandis que son adverse retourne son :Jd:Td pour une flush backdoor. "T'es venu me chercher hein ?" marmonne Lakhdari qui retombe à 140 000 jetons. Trajectoire inverse pour Franck qui flirte désormais avec les 300 000, un stack qui le place parmi les chipleaders du tournoi.

large.DSC_0671.JPG.1c09e5b7002108977d33e
Franck Speeg, le seul homme qui ose se dresser sur la route d'Omar Lakhdari

Derrière lui un certain nombre de joueurs se sont construits des stacks colossaux. Un chipcount nous permettra d'y voir plus clair.

large.DSC_0677.JPG.7a662d3e6e95df2ec93ac
Le Montpelliérain Alexis Dhihanchahian, nouveau venu dans la Team des chipleaders

large.DSC_0673.JPG.2c5de86c8a8b25608f036
La très aimable Sylvana Erb se positionne idéalement à l'approche des derniers niveaux. 80 blindes pour la Suissesse

Chipcount partiel :

Franck Speeg : 280 000
Greg Caubet : 270 000
Hélène Favier : 220 000
Jean Pierre Gleiz : 210 000
Alexis Djihanchahian : 200 000
Gael Dirig : 200 000
Sylvana Erb : 160 000
Jean Philippe Castra : 145 000
Benoit Da Sousa : 142 000 
Omar Lakhdari : 140 000
Anthonty Kazgandjian : 140 000
@domak: 120 000
Maxime Ramet : 100 000
Marine Khamvongsa : 68 000
@bigchaise1 : 45 000
Jeremy Palvini : 32 000

large.DSC_0680.JPG.f43e0e6a68675a548ea25
Et une petite quinte flush pour la route. Elle est signée Julien Bolimowski qui vient de faire très mal au stack de Jean Philippe Castra

 

 

ll reste 114 joueurs (sur 266 entrées)
Level 11 à venir - (1 000 / 2 000 ante 2 000)
Moyenne : 116 000

Share this post


Link to post
Share on other sites
Started from the bottom now we’re Big Stack

Voilà une histoire qui inspirera beaucoup de gens, une leçon de vie pour ceux qui ont perdu l’espoir. Je ne m’apprête pas à vous chanter une chanson de Lara Fabian, juste de vous raconter le parcours de Ronald Steinmetz dans ce Day 1B.

Combien de fois, alors que vous veniez de perdre 90% de vos jetons dans les premières mains du tournoi, avez vous balancez le reste pour passer par la case re-entry ? Ronald Steinmetz, lui, a perdu 42 000 jetons sur les 50 000 de départ dès la première main du tournoi. Une fâcheuse rencontre full contre flush, alors que Ronald tenait :Qc:9c sur un board :Kc:2c:Kh:Ac, face au :As:Ah de Charles Calfelis

large.DSC_0714.JPG.53c12717402a3a286a007
Dix heures après avoir été mis presque KO par Charles Clafelis, Ronald Steinmetz retrouve son presque bourreau Chares Calfelis dix heures après. Pour de nouveaux rounds ?

Une dizaines d’heure plus tard, Ronald est toujours présent, et même plus que ça. Avec 310 000 jetons, il fait partie du Top 5 provisoire de ce Day 1B. Mais comment a-t-il fait ?

« Le talent, tout simplement », répond humblement le héros.
- Je lui ai rendu un peu de jetons après, concède Charles, qui vient de retrouver sa première victime du jour, juste à sa droite. 
- Il a bien joué le Monsieur, renchérit le voisin d’en face.  
- Il y a eu beaucoup de coups, reprend l'intéressé. Disons que j’ai bien arraché quelques revers, j’ai eu des bonnes rencontres, et j’ai bien value mes deux paires contre une paire d’as.

Un résumé concis qui rappelle la dramaturgie shakespearienne. Un seul jeton peut suffire à revenir des enfers et les vents peuvent vite changer pour vous porter vers les nuages du paradis. Et inversement bien sur.

Sur la table d’à côté, Alex Réard aimerait bien vivre le même scénario que Charles. Le team Pro Unibet naviguait dans des eaux dangereuses avec une petite dizaine de blindes seulement sur les blindes 1 000 - 2 000. Avec :Ad:7h, il décidait de tout envoyer face à l’un des nouveaux chipleaders, Gilles Silbernagel. Ce dernier marche sur sa table depuis une heure et aurait bien parachevé son rush par l’élimination du plus beau palmarès de ce Day 1B. Avec deux dix, il était en très bonne posture. Mais le board xxxxx offre un double up salvateur à Alex Réard qui respire un peu avant d’arriver en pause.

large.DSC_0703.JPG.fc8af0c2cd448d1b498d4
Chat***r contre le Chipleader pour sa survie dans le tournoi ? Evidemment, ça n'arrive qu'au Team Pro. Rigged !

large.DSC_0707.JPG.28a9c88ca10240e60dbac
Même s'il a joué de malchance contre Alex Réard, Gilles Silbernagel roule plutôt bien ce vendredi. Avec 400 000 jetons, il est le nouveau chipleader de ce Day 1B

ll reste 99 joueurs (sur 266 entrées)
Level 12 à venir - (1 000 / 2 500 ante 2 500)
Moyenne : 133 000

Share this post


Link to post
Share on other sites
Objectif Day 2

On vient d’entrer dans la dernière ligne droite : 2 niveaux de cinquante minutes à jouer pour les 93 survivants de ce Day 1B. Un point sur la situation pour ce retour de l’ultime pause, avec des amateurs qui ont le vent en poupe et des qualifiés de l’espace.

Se qualifier pour un UDSO Main Event, c’est beau. Se qualifier pour un UDSO Main Event pour 1€, c’est très beau. Dans la salle, un Cpiste a accompli cet exploit sur les. Toujours en course dans ce Day 1B avec un stack de 30 blindes, Olivier Bonijol  aka @OBOespère bonifier encore un peu plus son petit investissement.

large.DSC_0722.JPG.dad7ce4020f943a969cc0
Transformer 1 € en ticket UDSO Main Event ? Check. Transformer 1 € en ITM UDSO ? In progress pour Olivier Bonijol.

Parmi les joueurs bien placés, on retrouve Alain Taieb. Habitué des casino du Sud, le vainqueur du Monster Stack San Remo début 2020 a poussé un cri de guerre qui a réveillé la Poker Room il y a une petite heure. Engagé dans le cauchemar du poker, avec :Kc:Kh  contre :As:Ah, Taieb a trouvé un superbe Roi Turn pour décoller au delà des 200 000 jetons.

large.DSC_0683.JPG.b0e48da48d4d44722089d
Un cauchemar qui tourne au rêve. Alain Taieb trouve un double up monstre avec paire de rois qui fait full contre paire d'as.

Dans ces hautes altitudes, on retrouve Anthony Kazgandjian, Thomas Lilamand, Maxime Colom et un certain Saguia. Ce joueur imposant semble entrer dans des coups farfelus. « J’ai hauteur As sur un flop :Tx:9x:7x . Je bluff, le gars me rebluff, je paye. Turn, ça check-check et river, je remets 25 000 en bluff et le gars me paye avec hauteur roi ». Le fameux « value-bluff ».

large.DSC_0695.JPG.2a8e71d0b904f6a087a0c
Discussion entre gros stacks. Saguia et Anthony Kazgandjian sont idéalement placés avant les deux derniers niveaux.

Ah ! Et Omar Lakhdari est de retour dans le gang des superstacks. Ca promet de belles lakhdarines pour cette fin de Day !

large.DSC_0719.JPG.68fd64a982be8e19bdae5
Il y en a un qui ne sent pas la fatigue après 10h de poker. Notre superbe croupier italien Oreste est même chaud patate !

ll reste 93 joueurs (sur 266 entrées)
Level 12 - (1 000 / 2 500 ante 2 500)
Moyenne : 138 000

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×