Jump to content
This Topic
Didadidadum

Afghanistan, retour des talibans

Recommended Posts

C'est terrible ce qui est entrain de se passer en Afghanistan :(
Le président a quitté le pays, la base de Bagram a été prise par les taliban, les 5000 prisonniers ont été libérés ...

Le pays va retomber aux mains des Talibans avec tout ce que ça implique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Didadidadum a écrit :

C'est terrible ce qui est entrain de se passer en Afghanistan :(
Le président a quitté le pays, la base de Bagram a été prise par les taliban, les 5000 prisonniers ont été libérés ...

Le pays va retomber aux mains des Talibans avec tout ce que ça implique.

En 10 jours tout s'est effondré, les taleb ont reçu sans trop d'effort un pays, des hommes du matériel des ressources pour repartir comme avant.

Çà ressemble furieusement à une partie de wargame ou tu relances le scénario car tu n'a plus de méchants crédibles à affronter contre lequel tu es sur de gagner.

Micron va t il se servir de ça pour prolonger l'état d'urgence vu que la raison sanitaire bat de l'aile ? réponse demain soir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

https://www.mediapart.fr/journal/international/160821/aux-mains-des-talibans-kaboul-ne-repond-plus

Spoiler

 

 

Aux mains des talibans, Kaboul ne répond plus

16 AOÛT 2021 PAR JEAN-PIERRE PERRIN

Défiant toutes les prévisions, Kaboul est tombé sans combattre. Le président Ashraf Ghani a fui « pour éviter un bain de sang ».  Mais on ignore tout des nouveaux maîtres du pays et de leurs intentions. Dimanche soir, les communications téléphoniques avec la capitale afghane étaient coupées.

 

 

Sur les images de la chaîne de télévision qatarie Al-Jezira, on peut voir les talibans à l’intérieur du palais présidentiel dont ils se sont emparés dimanche soir. Décontractés, souriants, bavards, la kalachnikov à l’épaule, le porte-voix (qui leur sert à s’adresser à la population) ou le talkie-walkie à la main, ils ne semblent pas avoir livré bataille. On ne les sent même pas fatigués. Comme si la prise de Kaboul n’avait été qu’une simple formalité.

Comme en 1996, lorsque les talibans étaient apparus aux portes de la capitale afghane, celle-ci ne s’est pas défendue. Quelques combats dans certains quartiers mais, pour l’essentiel, la progression des « étudiants en théologie » à travers la capitale afghane s’est faite de façon fulgurante. Comme le dira une ressortissante française, « piégée », selon ses mots, par l’arrivée plus rapide que prévue des insurgés et qui n’arrive pas à quitter la ville, ceux-ci ont pénétré dans Kaboul « comme dans du beurre ».

« Des unités militaires de l’Émirat islamique d’Afghanistan sont entrés dans la ville de Kaboul pour y assurer la sécurité. Leur progression se poursuit normalement », a simplement annoncé sur Twitter Zabihullah Mujahid, le porte-parole le plus connu des talibans.

Toujours sur les images d’Al-Jezira, on découvre un palais présidentiel singulièrement vide, littéralement abandonné. Lorsque les talibans l’ont pris, le président afghan Ashraf Ghani était à ce moment déjà loin. Probablement au Tadjikistan.

Avant même la prise de son palais, l’ancien chef d’État a reconnu avoir fui son pays pour éviter un « bain de sang ». Reconnaissant la victoire des talibans, il s’est déclaré convaincu que « d’innombrables patriotes auraient été tués et que Kaboul aurait été détruite » s’il était resté en Afghanistan. « Les talibans ont gagné [...] et sont à présent responsables de l’honneur, de la possession et de l’auto-préservation de leur pays. Ils sont confrontés à un nouveau défi historique. Soit ils préservent le nom et l’honneur de l’Afghanistan, soit ils donnent la priorité à d’autres lieux et d’autres réseaux », a-t-il ajouté dans un message sur Facebook.

 

15 août 2021. Capture d’écran d’une vidéo montrant le chef taliban Mullah Baradar Akhund (au centre) félicitant ses troupes pour leur victoire en Afghanistan. © EyePress via AFP15 août 2021. Capture d’écran d’une vidéo montrant le chef taliban Mullah Baradar Akhund (au centre) félicitant ses troupes pour leur victoire en Afghanistan. © EyePress via AFP
C’est cette fuite sans gloire du président afghan qui a sans doute permis un transfert pacifique du pouvoir, ce que les talibans avaient demandé il y a quelques jours depuis Doha, au Qatar, via l’un de leurs porte-parole au sein du groupe engagé dans les négociations avec le gouvernement afghan. Une volonté qui a finalement été partagée par ce dernier : « Il y aura un transfert pacifique du pouvoir vers un gouvernement de transition », a ainsi déclaré dimanche en début d’après-midi le ministre afghan de l’intérieur, Abdoul Sattar Mirzakwal, dans un message vidéo. « Les Afghans ne doivent pas s’inquiéter [...]. Il n’y aura pas d’attaque sur la ville [de Kaboul] », a-t-il ajouté.  

 

Effectivement. Et c’est l’éternel rival d’Ashraf Ghani, l’ancien vice-président Abdullah Abdullah, chef du Haut Conseil pour la réconciliation nationale, qui s’est déclaré prêt à se charger de la transition, en compagnie de l’ancien président Hamid Karzaï. Tous deux sont demeurés à Kaboul en dépit de l’arrivée des rebelles, qui, à maintes reprises, avaient tenté de les assassiner.

Contrairement à ce que nombre d’experts prévoyaient, la bataille de Kaboul n’a donc pas eu lieu. Les forces gouvernementales, largement supérieures en nombre aux rebelles, n’ont même pas eu à livrer de baroud d’honneur dans un pays où cet honneur est une valeur absolument transcendante et sacrée. 

En réalité, dès dimanche matin, la chute de la capitale s’annonçait inévitable avec la prise de la grande ville de Jalalabad, située à 150 km de la capitale, qui, déjà, s’était laissée conquérir sans combattre. 

Communications coupées

Quelques heures plus tard, les talibans ont donc fait route vers Kaboul et très vite, vers midi, des premiers combattants ont été vus dans les faubourgs Est de la ville. Les insurgés recevaient alors l’ordre, via Twitter, de faire demi-tour et « d’attendre aux portes de Kaboul ».   

Quelques heures plus tard, la fuite d’Ashraf Ghani étant connue, le même porte-parole taliban faisait savoir, toujours sur Twitter, que ses hommes pouvaient désormais « entrer dans certaines parties de Kaboul et occuper des avant-postes évacués par les forces de sécurité afin d’empêcher le pillage et le chaos ».

Mais depuis la prise de Kaboul par les insurgés, la ville ne répond plus.

Dimanche soir, les communications téléphoniques avec la capitale afghane étaient coupées tandis que les liaisons aériennes internationales et nationales étaient interrompues.

 

L’aéroport, où s’est repliée l’ambassade de France, n’est cependant pas fermé et demeure sous le contrôle de l’OTAN qui s’emploie à coordonner les évacuations des ressortissants des pays occidentaux, en particulier le personnel diplomatique. La confusion, voire la panique, y est cependant générale, du fait que des milliers de Kaboulis s’y sont aussi rendus dans l’espoir de trouver un vol charter leur permettant de fuir la ville.

Au total, 6000 soldats américains devraient avoir rejoint la capitale afghane « dans les prochains jours » pour sécuriser les évacuations.

« Il y a des rapports selon lesquels l’aéroport a pris feu, c’est pourquoi nous demandons aux citoyens américains de s’abriter sur place », alertait dimanche soir l’ambassade des États-Unis dans un communiqué.

Depuis samedi, les hélicoptères américains continuent leurs incessantes rotations entre l’ambassade américaine, gigantesque complexe situé dans la « zone verte » ultra-fortifiée, au centre de la capitale, et l’aéroport, sous la protection de soldats américains.

Le Pentagone évalue à 30 000 le nombre total de personnes à évacuer, qu’il s'agisse de diplomates et autres ressortissants américains ou d’Afghans ayant aidé les États-Unis et craignant désormais pour leur vie.

Déjà fortes de 2000 hommes, les troupes américaines vont recevoir rapidement 3000 soldats supplémentaires, puis, après une décision présidentielle prise dimanche, 1000 autres soldats un peu plus tard, en principe pour sécuriser les évacuations. Au total, ce sont 6000 soldats américains qui devraient avoir rejoint la capitale afghane « dans les prochains jours », a précisé un responsable du Pentagone. Mais comment ne pas voir dans cette arrivée de renforts une façon de ne perdre la face pour le président Joe Biden après la terrible humiliation que constituent non seulement l’écroulement de l’armée afghane, construite patiemment pendant vingt ans avec un budget global de 83 milliards de dollars, mais aussi la prise de Kaboul avant même le départ des derniers soldats américains, prévu pour la fin du mois d’août.

« Lors de mon passage à Kaboul, il y a une dizaine de jours, j’avais ressenti un régime en complète déliquescence, qui n’avait rien compris à la situation et se préoccupait davantage d’économie numérique alors que de grandes villes tombaient l’une après l’autre. Il était évident qu’il allait rapidement s’écrouler. Je lui donnais alors dix jours de survie. Il est tombé au bout de neuf », indique Frédéric Roussel, l’un des responsables de l’ONG Acted, qui emploie 3000 personnes en Afghanistan. Pour ce fin connaisseur de l’Afghanistan, « c’est tout un monde ancien qui s’achève avec la victoire des talibans ».

Ce « monde ancien », c’est d’abord celui des anciens héros de la résistance antisoviétique (1979-1989), devenus des seigneurs de guerre. Tous ont mordu la poussière : à Hérat, le légendaire Ismail Khan, le seul à s’être vraiment battu en dépit de son grand âge, s’est finalement rendu aux talibans. À Sheberghan, le cruel Abdoul Rachid Dostom, dont les « colonnes infernales » dévastaient l’Afghanistan pour le compte du dictateur rouge Najibullah avant son ralliement au commandant Massoud, s’est enfui en Ouzbékistan. À Mazar-i-Sharif, le général Mohammed Atta, qui avait juré de se battre jusqu’à la mort, s’est sauvé lui aussi vers une destination inconnue.

Le monde nouveau, celui qui va les remplacer, est en revanche constitué de parfaits inconnus.  « On ne sait même pas qui est le véritable chef des talibans. Est-ce le mollah Haibatullah Akhundzadeh, expert dans les questions judiciaires et religieuses ? Ou Yakoub Omar, le fils du fondateur des talibans ? Ou Abdoul Ghani Baradar, le co-fondateur des talibans ? Ou Sirajudiin Haqqani ? », se demande Frédéric Roussel.

On ne sait pas davantage s’ils vont être plus ou moins radicaux que leurs prédécesseurs.

Et on ignore tout autant ce que seront leurs relations avec les pays qui ambitionnent d’être les nouveaux parrains de l’Afghanistan et qui vont remplacer les États occidentaux. En particulier, le Pakistan, la Chine et certains États du Golfe.

Mais ce qui n’a pas changé, c’est la crainte des habitants de la ville envers les nouveaux maîtres du pays. Déjà, dans nombre de boutiques, on s’emploie à effacer toutes les images féminines sur les vitrines et les murs.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quote

Plusieurs responsables politiques ont voulu pousser le président de la République sur la question de l’immigration. C’était le cas notamment de Marine Le Pen et du président de la région Hauts-de-France et candidat à l’élection présidentielle Xavier Bertrand. La crise afghane se poursuivra sous la forme d’une nouvelle vague migratoire en Europe, écrivait ce dernier sur Twitter, appelant à une réponse européenne. « Nous devons nous protéger de flux migratoires importants », a répondu Emmanuel Macron. Il évoque à ce sujet une action conduite avec l’Allemagne et les Européens pour maîtriser ces flux.

Bien malin qui peut prédire quel sera le thème majeur de la campagne présidentielle à venir en tout cas.

Edited by M4URIC3

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est quand même les mêmes sombres tas de fond du sous-bas du tas de m**de qui arrivent à la fois à t'expliquer qu'ils vivent dans une dictature sanitaire dans laquelle ils peuvent tranquillement passer pour des résistants en allant prendre un café, et qui vont également t'expliquer qu'il faut limiter voire interdire l'accueil de ces peuples qui fuient une dictature qui met en jeu leur vie.

 

Certains les nommeraient comme des splifs de m**de n'ayant même pas le mérite de finir étaler dans le fond de son slip. Mais non, ceux ne sont que des énormes étrons flottants au dessus d'une cuve à chiasse.

 

Bref, comme d'hab', on a foutu le bordel, on n'a rien fait pour arranger le bordel parce qu'il y avait des contrats juteux à signer entre deux, et on va pas assumer le bordel qu'on a foutu, parce qu'osef.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelle vulgarité, c'est pitoyable.

De l'émotion compassionnelle et critiquer les méchants racistes, on dirait un post facebook d'adolescente.

edit : et pour info, selon le dernier sondage IFOP sur la question 43% des français estiment que la France devient une dictature.

 

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 36 minutes, qwcio a écrit :

Bref, comme d'hab', on a foutu le bordel, on n'a rien fait pour arranger le bordel parce qu'il y avait des contrats juteux à signer entre deux, et on va pas assumer le bordel qu'on a foutu, parce qu'osef.

Perso j'ai foutu aucun bordel là bas, ni personne de mon entourage. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y avait peu de chances que ça se passe autrement à vrai dire, il fallait tôt ou tard que les USA arrêtent les frais car toutes les dépenses utilisées à la stabilisation de la région ne pesaient rien face au travail de sape de la Russie, du Pakistan et de la Chine notamment. (On parle de plus de 2000 milliards de dollars depuis 20 ans !)

La Chine est un élément clé dans tout le processus, cette zone est importante pour eux, ils ont investi au Pakistan comme ils ont investi en Afrique, à la mode de chez eux. La nouvelle route de la soie ou BRI, est essentielle pour leur économie, un Afghanistan sans ingérence américaine c'est du pain béni. Le pays compte un nombre incalculable de ressources : terres rares, métaux précieux, gisements de gaz etc  etc etc, une véritable mine d'or. Du coup voir les Etats-Unis réellement partir c'est le plan idéal depuis belle lurette, qu'importe si ce sont les talibans ou les "afghans" qui gouvernent. En plus si la Chine arrive à contrôler cet énorme gâteau ce sont des part en moins pour l'inde donc c'est gagnant-gagnant. 

La question maintenant sera de voir si effectivement ce contrôle économique perdurera suffisamment longtemps pour permettre la construction d'infrastructures d'exploitations et de transports nécessaires à l'exploitation de cette mine d'or géante et l'implantation de compagnies étrangères ou si la gouvernance des talibans maintiendra le pays dans le marasme. La Chine peut s'en passer mais à bien plus à gagner qu'à perdre dans cette histoire car si la région se stabilise d'une part elle facilitera les échanges commerciaux et contrôlera plus facilement la province du  Xinjang, sujette à problème pour le régime chinois. (Le Xinjang c'est la région des Ouighours notamment, 16% du territoire chinois mine de rien, en terme d'atteinte aux musulmans je pense qu'on ne fait pas mieux dans le monde aujourd'hui) 

On verra si les talibans ferment les yeux sur la question comme le font les égyptiens ou les saoudiens.

 

Une chose est sûre c'est que les femmes et les minorités sont les grandes perdantes, condamnées pour pas mal d'années.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, FMK a écrit :

 

La Turquie doit également se satisfaire de la situation, c'est la principale zone tampon entre l’Afghanistan et l'Europe, Erdogan va avoir une belle carotte a agiter sous les yeux de Merkel et Macron pour gratter des aides et du respect.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Didadidadum a écrit :

La Turquie doit également se satisfaire de la situation, c'est la principale zone tampon entre l’Afghanistan et l'Europe, Erdogan va avoir une belle carotte a agiter sous les yeux de Merkel et Macron pour gratter des aides et du respect.

Oui clairement, j'ai pas mentionné tout les pays qui se félicitent de ce départ américain sinon je passais la nuit dessus mais disons qu'en terme de poids mondial la Chine et la Turquie ne boxent pas dans la même catégorie. 

On a la possibilité de parler géopolitique mais au bout de 3 messages ça dérive déjà sur le passe sanitaire, alors que la réalité là-bas c'est le retour de la terreur, des exécutions froides voire publiques...c'est fantastique 9_9 

Je trouve l'allocution de Macron gerbante à souhait sinon, j'étais déjà surpris d'apprendre qu'il allait faire une allocution (genre wtf manu tu nous prépares quoi ?) mais je ne m'attendais pas à un tel vomi extrémiste. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'avenir s'écrira en mandarin avec la bénédiction de biden. En creux les US sont en train d'accepter d'abandonner leur volonté hégémonique.

Et c'est surement pas ces suce-boules libre-échangistes de l'UE qui s'y opposeront (les routes de la soie sont d'ailleurs déjà largement amorcés avec les pays de l'est, l’Italie). Macron fait un peu d'agitation avec une intervention en prime mais ca cache très mal le fait qu'il fera rien évidemment. "Nous les démocrates on est pas content". C'est un mauvais sketch pour faire passer la pilule des milliards dépensés et des français morts pour rien en gros.

 

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelques généralités pour mieux comprendre ce qui se passe là-bas.

L'Afghanistan est une région d'Asie centrale à la croisée du grand désert continental et des chaînes de montagnes continentales. L'Hindou Kouch, massif de l'ouest de l'Himalaya, y comporte plus de cent sommets à plus de 6000 mètres d'altitude. La création de ses frontières date d'une époque où deux empires, l'empire russe et l'empire britannique, se sont accordés pour que leurs empires n'aient pas de frontière commune en Asie centrale. Ainsi, l'Afghanistan va d'ouest en est, de l'Iran à la Chine. Pays désertique dans les rares plaines du sud-ouest, pays aride dans ses zones montagneuses, les zones d'habitations sont favorisées par la haute altitude - qui adoucit la température - et par les neiges éternelles - qui sont la principale source d'eau potable. Il est difficile de se déplacer à travers ces montagnes - si quelques caravanes de chameaux de Bactriane ont pu traverser l'Hindou Kouch, les grandes routes de la soie des steppes (Bokhara, Samarcande) passent au-delà des frontières nord de l'Afghanistan - et la majorité de la population subit cette isolation géographique, 1h de route de montagne étant nécessaire pour aller se ravitailler, accéder à un médecin, à un hôpital, et ainsi de suite.

775px-Afghan_topo.jpg

Lors de leur expansion à l'ouest de la vallée de l'Indus, à la fin du 19ème siècle, les forces anglaises ont mené des expéditions de guerre pour tenter d'inclure des zones d'Afghanistan à l'empire des Indes. Leur défaite (observée sur place par un jeune journaliste, Winston Churchill) amènera à la création d'une frontière, appelée Ligne Durand (https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_Durand ), qui sépare le sud de l'Afghanistan et le nord-ouest des Indes britanniques.

Les populations ont subi ces décisions politiques d'empires - notamment les pachtounes, dont la population est scindée de part et d'autre de la ligne Durand. La carte ci-dessous illustre la répartition des groupes de population.

1-carte_afghanistan-peuples.jpg
 

Les grands événements politiques du XXème siècle ont modifié les zones d'influence des empires, voyons comment. L'indépendance des Indes, suivie des partitions entre Pakistan occidental, Inde, Pakistan oriental, Birmanie, de plusieurs guerres et de déplacements de populations gigantesques (hindouistes et musulmans), a éloigné l'influence britannique. Cependant, la ligne Durand est restée telle quelle - à l'ONU, dès 1949, l'Afghanistan a demandé que la frontière soit modifiée et le Pakistan a déclaré que cette frontière resterait intangible.

La Russie soviétique a mené une guerre d'expansion en Afghanistan à partir de décembre 1979 - sans être fin stratège, on peut affirmer que l'expansion se serait probablement poursuivie (pas forcément par la guerre, peut-être par des négociations avec le Pakistan ou avec le nouveau régime d'Iran) jusqu'à ce que la Russie obtienne un accès à l'océan indien, facilitant les convois du pétrole d'Arabie. Tout comme les anglais avant eux, les armées russes ont subi la défaite - cette fois, la guerre a duré dix ans, jusqu'en 1989.

Après l'effondrement de la fédération soviétique, l'Afghanistan a connu plusieurs régimes politiques pour tenter d'organiser le pays. Les talibans ont été au pouvoir à Kaboul de 1996 à 2002, c'est une période de guerre civile dans le reste du pays, chaque faction rivale occupant telle ou telle zone montagneuse.

C'est alors que l'administration américaine décide d'intervenir dans la région - au nom du principe "les amis de mes ennemis sont mes ennemis", les talibans d'Afghanistan sont les amis supposés d'Al-Qaïda et d'Oussama Ben Laden. Même si ce dernier est finalement traqué au Pakistan, les Etats-Unis interviennent en Afghanistan à la tête d'une coalition internationale dont le but (de 2002 à 2014) est d'ôter le pouvoir au talibans et de préparer la transition (contrôle du territoire et organisation de l'état par des élections démocratiques) aux afghans. Des élections ont lieu en 2014, 2018 et 2019.

Lectures complémentaires (datant de juillet 2021 et d'août 2021, pour commenter le contexte sans l'actualité de dimanche dernier)

https://www.franceinter.fr/emissions/geopolitique/geopolitique-du-mardi-10-aout-2021

https://www.diploweb.com/Quelle-lecture-geopolitique-de-l-Afghanistan.html


En 2021, il n'y a plus d'anglais, plus de russes, plus d'américains en Afghanistan - son surnom de "tombeau des empires" ne date pas d'hier. Le pouvoir, élu par des votes, vient d'être renversé par les armes, ou par la menace des armes.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

- Les Américains ont armés les Afghans pour lutter contre l'Union Soviétique
- La Chine et l'URSS ont armés les talibans pour lutter contre les USA
- Les USA ont armés l'armée Afghanne pour lutter contre les talibans.

 

y'a eu plus de drop d'armes dans cette région du monde que dans fortnite.

Share this post


Link to post
Share on other sites
6 hours ago, AssKicker496 said:

L'avenir s'écrira en mandarin avec la bénédiction de biden. En creux les US sont en train d'accepter d'abandonner leur volonté hégémonique.

Et c'est surement pas ces suce-boules libre-échangistes de l'UE qui s'y opposeront (les routes de la soie sont d'ailleurs déjà largement amorcés avec les pays de l'est, l’Italie). Macron fait un peu d'agitation avec une intervention en prime mais ca cache très mal le fait qu'il fera rien évidemment. "Nous les démocrates on est pas content". C'est un mauvais sketch pour faire passer la pilule des milliards dépensés et des français morts pour rien en gros.

 

Tu parles bien de Salvini ou Viktor Orban là ? :ike:

Nan parce que si tu veux citer ceux qui ouvrent le plus les fesses en la matière, va falloir faire le ménage dans ta famille politique aussi. 

Edited by M4URIC3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
PokerStars : Rewards
PokerStars : Rewards