Jump to content
This Topic

Recommended Posts

On demande generalement si on est pour, ou contre. Je trouve la question reductrice, un peu comme si on demandait si vous etes pour ou contre les frigidaires, les voitures..

 Je la trouve+ pertinente reformulée ainsi : pensez-vous qu'on puisse commettre des actes suffisamment graves pour meriter la PDM ?

-Si non, que proposer ? Pourquoi ne pas l'infliger dans les cas extremement graves, si on considere que c'est la sanction immediatement superieure a la prison a vie ? La société doit-elle supporter le cout d'un emprisonnement definitif des pires salopards ?

Pourquoi ecarter la PDM si on punit a proportion des actes commis ? comment, dans certains cas, obtenir un jugement satisfaisant vis-a-vis de la société, de la victime et de sa famille ?

Est-il juste que la justice n'inflige pas la mort a celui qui a sequestré, violé, torturé et assassiné 5 enfants ? si parmi ces enfants, il y avait le votre, cela pourrait-il avoir une influence sur votre positionnement ?

-Si vous pensez que la PDM doit faire partie de l'arsenal juridique d'une société, a partir de quelles frequence et gravité d'actes devrait-on l'infliger ? Quid du risque d'erreur judiciaire, de la redemption, du caractere sacré de la vie, du caractere barbare dans une société dite evoluée, de la PDM dans un jugement rendu au nom du peuple ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonne introduction au sujet qui permets de sortir d'une vision trop binaire.

il y a 16 minutes, Al1 2large a écrit :

Est-il juste que la justice n'inflige pas la mort a celui qui a sequestré, violé, torturé et assassiné 5 enfants ?

Perso je suis pour évidemment symboliquement même si vu le niveau de séverité moyene de la justice française,  ca fait un peu débat complétement en dehors du réel.

Mais quand un anti-PDM me dit fièrement qu'il est contre, j'entends ça : "tu vois cette ordure qui a séquestré 5 enfants, et ba moi je le sauve et ca fait que moralement je suis supérieur à toi". C'est ridicule en fait, ces personnes devraient redescendre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Visiblement il faut compter environ 100 €/jour d'emprisonnement. Si tu enfermes un mec de 20 ans pendant 60 ans ça fait un coût total de 2 000 000 €. On va dire qu'à la louche il y a 50 mecs par an qui seraient ciblés par la PDM si on la rétablissait (c'est certainement beaucoup), ça ferait une économie de 100 000 000 € par an à comparer aux 251 milliards d'euros de recette annuel en 2020. Bref, le coût est négligeable donc l'utiliser comme argument ne pèse pas très lourd.

Les crimes que tu souhaiterais voir sanctionné par la PDM sont, j'imagine, soit commis par des personnes dysfonctionnelles (typiquement le psychopathe) soit des crimes pulsionnels (type je surprends ma femme avec le voisin, je flingue les 2 sous la colère). Dans les 2 cas la menace d'être puni de mort n'aurait aucun effet dissuasif. Condamner à mort une personne dysfonctionnelle n'est pas justifiable moralement pour moi, condamner à mort à la suite d'un acte pulsionnel ne remplit pas de fonction de protection de la société (c'est pas parce que, fou de rage, j'ai flingué ma femme et mon voisin que je suis une menace pour la société).

Au-delà de ça, même si la comparaison est bancale, infliger la mort à un criminel me semble aussi absurde que coller une fessée à un gamin parce qu'il a tapé un copain. Tuer quelqu'un est un crime, rien ne saurait le justifier (hors légitime défense bien entendu).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 37 minutes, Al1 2large a écrit :

Est-il juste que la justice n'inflige pas la mort a celui qui a sequestré, violé, torturé et assassiné 5 enfants ? si parmi ces enfants, il y avait le votre, cela pourrait-il avoir une influence sur votre positionnement ?

Est-il juste de dépenser des millions pour héberger, nourrir, et divertir cette personne avant de lui donner une dernière chance de recommencer? A part si on aime vraiment lire ou regarder des séries sur des faits divers je vois pas l'intérêt.  Alors qu'on pourrait facilement dépenser cette argent pour des personnes qui en ont plus besoin / le mérite plus ou pour préparer notre avenir.

D'un autre coté, quel démocratie applique toujours la peine de mort et dont ou pourrait s'inspirer? Les Etats-Unis ont démontré à plusieurs reprises qu'il ne prenne pas cette peine sérieusement et laisse des débiles la prononcer sans faire les recherches nécessaires pour s'assurer que l'accusé est coupable et il ne prenne pas aux sérieux non plus l'application pratique de la peine.

D'un point de vue théorique je suis à 100% pour la peine de mort mais je n'ai pas assez confiance en notre justice pour lui donner un pouvoir si important et je pense qu'elle a prouver qu'elle n'est pas assez compétente pour recevoir un tel pouvoir (de même pour nos présidents / ministres de la justice).

 

Edited by AAcheckmate

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 15 minutes, fritzlm a écrit :

Bref, le coût est négligeable donc l'utiliser comme argument ne pèse pas très lourd.

Il faut redescendre un peu,  dire que 100 millions c'est rien ... Combien de vies peut-on considérablement améliorer avec 100 millions? 

Edited by AAcheckmate

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, AAcheckmate a écrit :

Il faut redescendre un peu,  dire que 100 millions c'est rien ... Combien de vie on peut considérablement améliorer avec 100 millions? 

C'est 0.04 % des recettes annuelles françaises. Que dalle quoi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Si tu préfères entretenir des pédophiles récidiviste et des tueurs en séries que réduire la pauvreté dans notre pays je pense que le mot "moral" n'a pas vraiment de place dans ton argumentaire

Edited by AAcheckmate

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Les parcours criminels des assassins/pédophiles qu'on peut rencontrer assez généralement dans Faites Entrer l'Accusé, y a quasiment toujours des petites agressions jeunes. Pour caricaturer :

20 ans : attentat à la pudeur

25 ans : attouchement sexuels sur mineurs

30 ans : viol

35 ans :  enlèvement

Donc la question c'est pas tellement de la peine "finale" de leur parcours criminel mais ce qu'il y a avant. Si le criminel prends 5 ans à la première peine et 20 à la suivante, il arrive jamais au stade 4. La question de la PDM est en réalité pas si importante puisque cela arrive souvent trop tard.

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Il y a beaucoup de violeurs d'enfants récidivistes et meurtriers (certains sont mort depuis leur incarcération) dont je ne comprends pas votre envie de dépenser des millions pour les héberger, nourrir et divertir ainsi que de leur donner une chance de recommencer.

Christian Van Geloven 30 ans 25 mars 1994 Le 19 octobre 1991 à Elne, enlève Muriel Sanchez et Ingrid Van de Portaele, âgées de 10 ans. Viole et torture les fillettes avant de les étrangler. Décédé en détention le 6 août 2011 à la maison centrale d’Ensisheim dans le Haut-Rhin, après 20 ans de réclusion.13
Michel Sydor 30 ans 15 juin 1995 Le 26 juillet 1993 à Vacheresse viol, torture et tue Jessica Blanc, 7 ans. Déjà condamné à 20 ans de réclusion pour un meurtre commis en 1961. Décédé en détention le 1er novembre 2014 à la maison centrale d’Ensisheim dans le Haut-Rhin, après 21 ans de réclusion.12
Patrick Tissier 30 ans 30 janvier 1998 Le 6 août 1993, à Perpignan, viole et tue sa voisine âgée de 45 ans. Récidive le 13 septembre 1993 en tuant et violant la fille d'une amie, Karine Volkaert âgée de 8 ans. Déjà condamné à 20 ans de réclusion pour un meurtre commis en 1971.
Michel Bazarewski 30 ans 23 mars 1998 Le 21 juillet 1995, à Redon, viole et assassine Karine Fournel, 11 ans. Déjà condamné à dix ans de réclusion le 14 décembre 1987 par les assises des Yvelines pour viol et tentative de viol sur mineures, libéré après cinq ans de prison."
Edited by AAcheckmate

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a une heure, Al1 2large a écrit :

pensez-vous qu'on puisse commettre des actes suffisamment graves pour meriter la PDM ?

Non, mais je considère que l'on peut commettre des actes suffisamment graves pour mériter la prison a vie, mais vraiment a vie, sans aucune possibilité d'en sortir

Entre autre en cas de crimes contre des enfants, ou de crimes en série, ou de récidive de crime (pas forcément au sens légal d'ailleurs;tu tue quelqu'un, tu fais 15 ans de tôle et après être sortie, tu commets un viol par exemple)

J'ai une opposition philosophique à la peine de mort,au fait que l'état donne la mort de manière froide et réfléchie

Je pense au risque d'erreur judiciaire;d'ailleurs, c'est pas un risque, c'est une certitude. Les erreurs judiciaires, même si elles ont une très faibles fréquence, ca existe, donc la peine de mort, c'est accepter de , de temps en temps, mais régulièrement, exécuter un innocent. Et ça, pour moi, c'est inacceptable, même si on parle de seulement un fois par siècle

Mais pour autant, je pense que certaines personnes doivent être définitivement éloignées de la société

Donc prison a vie, mais réellement à vie

Edited by MBolitar

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que ce type pourrait servir d'Example de la stupidité de notre justice : A partir de combien de viol et de meurtre un individu doit-il être considérer dangereux pour la société?

 

Premiers crimes[modifier | modifier le code]

En 1965, à 12 ans et demi, Patrick Tissier tente de violer sa sœur. Elle le raisonne et il renonce.

En mars et avril 1969, il tente de violer sa belle-mère dans la salle de bain. Il la frappe à la tête et l'étrangle, mais il échoue. Sa belle-mère porte plainte. La DDASS enquête. Il est alors suivi par un juge des enfants et plusieurs psychiatres et ne commet plus de violences1.

Tissier est embauché comme pompiste dans une station-service. Dans un bar, il rencontre Marie-Françoise Pinson, 16 ans, apprentie coiffeuse1.

Le 1er mai 1971, Tissier doit bientôt partir pour le service militaire. Ils vont danser à un bal. Puis ils se promènent le long de la rivière près de Bourges. Tissier tente d'avoir un rapport sexuel avec Marie-Françoise. Elle refuse. Il la tue par strangulation, la déshabille, la viole et jette son corps dans la rivière. Le corps est découvert par des promeneurs dès le lendemain. Rapidement, les soupçons se portent sur le petit-ami de la victime : Patrick Tissier.

Le 3 mai 1971, Patrick Tissier est arrêté, après s'être réfugié dans une chambre d'hôtel du centre-ville1. Il est placé en détention préventive, alors qu'il n'a pas encore 19 ans.

Le 25 avril 1972, le procès de Patrick Tissier a lieu à la cour d'assises du Cher. Tissier est condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Le fait qu'il soit mineur (la majorité étant fixée à 21 ans à l'époque) lui permet d'échapper à la peine de mort et la perpétuité.

Détention, permissions de sortie et récidive[modifier | modifier le code]

Durant sa détention, à la Maison d'arrêt de Bourges, Patrick Tissier est un détenu exemplaire.

En 1976, alors qu'il est en prison depuis 5 ans, sa peine est réduite à 18 ans de réclusion criminelle2.

En 1982, après 11 ans de détention, Patrick Tissier bénéficie de cinq permissions de sortir durant lesquelles tout se passe bien.

Le 15 décembre 1982, il commence sa sixième permission de sortie.

Le 22 décembre 1982, à Toulouse, une secrétaire mange dans sa voiture. Il la menace avec un pistolet à grenaille et l'oblige à conduire hors de la ville et la viole. Il part en cavale.

Le 23 décembre 1982, il tente de violer une deuxième jeune femme, mais elle s'échappe et Tissier lui vole son sac. À la suite de cela, Patrick Tissier commet de nombreux vols afin d'assurer sa cavale.

En avril 1983, Patrick Tissier est finalement repéré par des passants, lors d'un vol avec violence, à Nice. Il est arrêté et retourne en prison pour les faits qui lui sont repochés : viol, tentative de viol et vols avec violence1.

En 1985, Patrick Tissier est jugé pour son évasion, le viol de la secrétaire, la tentative de viol commise sur une autre jeune femme et les vols avec violence commis par la suite. Il est condamné à 10 ans de réclusion criminelle3.

Libération et nouvelle récidive[modifier | modifier le code]

Le 4 janvier 1992, Patrick Tissier est libéré de prison, après 8 ans et demi de détention. Il a alors 39 ans. À la suite de sa libération, Tissier part à Perpignan afin de démarrer une nouvelle vie4. Il intègre la communauté Mormone1. Il rencontre par la suite la famille Volckaert, avec qui il partagera une grande amitié. Il est surnommé « tonton Patrick » par les enfants Volckaert. À cette période, la famille est loin de connaître le passé criminel de Tissier. Ils le considèrent plutôt comme étant quelqu'un de "gentil" et de "serviable".

Le 6 août 1993, à Perpignan, Tissier tue sa voisine de palier Concetta Lemma, 45 ans. Il l'a probablement violée puis tué par strangulation. Il la ligote et l'enveloppe dans un rideau de douche, avant de cacher son corps dans le tunnel souterrain des « Coves » à Canohès, à plusieurs centaines de mètres de profondeur. À la suite de la disparition de Concetta Lemma, une enquête est ouverte. Cependant, l'enquête s'avère rapidement être infructueuse, du fait qu'aucun indice ne soit retrouvé chez la disparue.

Le 10 septembre 1993, à Perpignan, Tissier agresse une amie, Marie-Josée Gauze. Il tente de l'étrangler avec un foulard, elle lui résiste. Il frappe violemment sa tête contre le sol à plusieurs reprises, elle s'évanouit. Tissier la ligote et la déshabille. Lorsqu'elle se réveille, il l'a très certainement violée5. Il s'apprête à la tuer, Marie-Josée Gauze le raisonne, il se calme et s'en va.

Le 13 septembre 1993, à 18 h, sur le parking de l'école primaire, Tissier attend Karine Volckaert, 8 ans, la fille de Jocelyne Milluy, une amie mormone. Karine accepte volontiers sa proposition de la ramener chez elle. Il se gare près d'un entrepôt à l'abri des regards et lui dit qu'il vont faire un jeu. Il la menotte, la bâillonne et lui met une cagoule. Il l'oblige à descendre du siège et se cacher. Il se rend à Fitou et gare la voiture près d'une maison abandonnée à l'extérieur du village. Il installe Karine à l'arrière de la voiture, la viole en maintenant de force ses poignets. Elle essaie de se débattre, Tissier la frappe plusieurs fois. Réalisant ce qu'il vient de faire, Tissier l'étrangle5. Il la viole de nouveau, la transporte, la jette dans le puits de la maison abandonnée et jette des détritus par-dessus pour la dissimuler1.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Contre la Peine de mort, mais pour la prison à vie pour les cas dangereux

Sinon créé 2 sortes de prison une prison pour les "civilisés", dans une société personne es parfait il faut de tout, et bien sûr certains méritent pas des peines lourdes ou méritent d être traités humainement, donc pour ce genre de cas des prisons normal comme on trouve ici

 

Pour les cas 2 Cad multi récidiviste, crapule récidiviste, personne dangereuse pour la société, des prisons special comme on peut trouver en Russie ou Corée du nord, pas besoin de dépenser des millions... Du pain de l'eau, voir de la soupe, des grand bâtiments délabrés et ça suffit 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a une heure, AAcheckmate a écrit :

Le 3 mai 1971, Patrick Tissier est arrêté, après s'être réfugié dans une chambre d'hôtel du centre-ville1. Il est placé en détention préventive, alors qu'il n'a pas encore 19 ans.

Le 25 avril 1972, le procès de Patrick Tissier a lieu à la cour d'assises du Cher. Tissier est condamné à 20 ans de réclusion criminelle.

Le 22 décembre 1982, à Toulouse, une secrétaire mange dans sa voiture. Il la menace avec un pistolet à grenaille et l'oblige à conduire hors de la ville et la viole.

Il prends 20 ans... 11 ans plus tard, il est dans la rue pour violer à nouveau. Même si ca aurait retardé l'inévitable que de quelques années.

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 33 minutes, AAcheckmate a écrit :

Il y a beaucoup de violeurs d'enfants récidivistes et meurtriers (certains sont mort depuis leur incarcération) dont je ne comprends pas votre envie de dépenser des millions pour les héberger, nourrir et divertir ainsi que de leur donner une chance de recommencer.

 

Pareil que toi, on est suffisamment nombreux sur terre pour s'occuper à nourrir, surveiller des gros fdp comme ceux que tu cites ou genre Abdeslam. Ce sont nos impôts qui paient cela. Quelqu'un qui ôte la vie volontairement devrait recevoir le même sort. La peine de mort devrait être très rare, mais utile pour ces cas là. Mon côté méchant me permettrait même de les torturer avant de les tuer (bon je le pense pas vraiment quand même mais honnêtement ca ne me dérangerait pas plus que ça)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Al1 2large a écrit :

Je la trouve+ pertinente reformulée ainsi : pensez-vous qu'on puisse commettre des actes suffisamment graves pour meriter la PDM ?

J'aimerais justement qu'on ouvre cette formulation, pour ne pas enfermer le débat dans des arguments éculés et auxquels la loi et la littérature répondent déjà bien.

On a eu un embryon de débat sur un autre topic, j'ai mentionné moi même Hugo et Camus comme références sur la question, et je suis moi même contre la peine de mort par principe, car pour moi la justice étant encore trop influencée par le politique, je ne veux pas qu'on tue un homme pour ses idées.

Par contre, je trouve que la position absolue anti-peine de mort que je tiens moi-même a ses limites, non pas en voyant la PDM comme sanction, mais comme protection contre des individus devenus beaucoup trop dangereux et dysfonctionnels pour être en société, y compris dans la  petite société que constitue la prison. Imaginons qu'on doive mettre un individu pareil dans l'isolement jusqu'à la fin de sa vie, ça ne devient pas une forme de torture?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, AAcheckmate a écrit :

Si tu préfères entretenir des pédophiles récidiviste et des tueurs en séries que réduire la pauvreté dans notre pays je pense que le mot "moral" n'a pas vraiment de place dans ton argumentaire

Je reformule autrement si tu veux : consacrer 0,04% de nos recettes annuelles pour se payer une moralité irréprochable c'est pas cher payé. Et je trouve plus moral de subvenir aux besoins essentiels d'un être humain que de le tuer effectivement mais on n'a pas l'air d'accord sur ce point et on n'arrivera probablement pas à se mettre d'accord.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, xmoussx a écrit :

Par contre, je trouve que la position absolue anti-peine de mort que je tiens moi-même a ses limites, non pas en voyant la PDM comme sanction, mais comme protection contre des individus devenus beaucoup trop dangereux et dysfonctionnels pour être en société, y compris dans la  petite société que constitue la prison. Imaginons qu'on doive mettre un individu pareil dans l'isolement jusqu'à la fin de sa vie, ça ne devient pas une forme de torture?

Plusieurs problèmes à ça je trouve. Déjà ce que tu estimes dysfonctionnel et irréversible aujourd'hui peut ne plus l'être demain (homosexualité hier pour le côté dysfonctionnel, troubles psychiques pour la deuxième catégorie). Ensuite le cas limite de la personnel tellement dysfonctionnelle qu'on ne saurait la gérer qu'en l'isolant totalement me paraît très théorique même si j'adore le silence des agneaux :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

 

il y a 22 minutes, xmoussx a écrit :

je suis moi même contre la peine de mort par principe, car pour moi la justice étant encore trop influencée par le politique, je ne veux pas qu'on tue un homme pour ses idées.

je suis aussi contre la peine de mort pour a peu près les mêmes raisons : notre justice est pas suffisamment compétente pour lui donner un si grand pouvoir. 

Mais je ne pense pas qu'appeler cela une opposition par "principe" est correcte. De mon point de vue par principe on est pour, mais on a peur qu'elle soit mal utilisé et donc on est contre. 

 

 

il y a 14 minutes, fritzlm a écrit :

moralité irréprochable

En quoi dans le cas précédent, dépenser des millions pour ce type nous a donner une moralité irréprochable? En quoi lui permettre de tuer et violer plus de personnes nous à donner une moralité irréprochable en quoi la destruction de plusieur familles liés à ces crimes suivant sa première peine nous donne une moralité irréprochable?
 

C'est un peu comme si un militaire arrête un terroriste avec une bombe sur lui puis le laisse aller faire son attentat au nom des libertés individuelles.

Spoiler

Premiers crimes[modifier | modifier le code]

En 1965, à 12 ans et demi, Patrick Tissier tente de violer sa sœur. Elle le raisonne et il renonce.

En mars et avril 1969, il tente de violer sa belle-mère dans la salle de bain. Il la frappe à la tête et l'étrangle, mais il échoue. Sa belle-mère porte plainte. La DDASS enquête. Il est alors suivi par un juge des enfants et plusieurs psychiatres et ne commet plus de violences1.

Tissier est embauché comme pompiste dans une station-service. Dans un bar, il rencontre Marie-Françoise Pinson, 16 ans, apprentie coiffeuse1.

Le 1er mai 1971, Tissier doit bientôt partir pour le service militaire. Ils vont danser à un bal. Puis ils se promènent le long de la rivière près de Bourges. Tissier tente d'avoir un rapport sexuel avec Marie-Françoise. Elle refuse. Il la tue par strangulation, la déshabille, la viole et jette son corps dans la rivière. Le corps est découvert par des promeneurs dès le lendemain. Rapidement, les soupçons se portent sur le petit-ami de la victime : Patrick Tissier.

Le 3 mai 1971, Patrick Tissier est arrêté, après s'être réfugié dans une chambre d'hôtel du centre-ville1. Il est placé en détention préventive, alors qu'il n'a pas encore 19 ans.

Le 25 avril 1972, le procès de Patrick Tissier a lieu à la cour d'assises du Cher. Tissier est condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Le fait qu'il soit mineur (la majorité étant fixée à 21 ans à l'époque) lui permet d'échapper à la peine de mort et la perpétuité.

Détention, permissions de sortie et récidive[modifier | modifier le code]

Durant sa détention, à la Maison d'arrêt de Bourges, Patrick Tissier est un détenu exemplaire.

En 1976, alors qu'il est en prison depuis 5 ans, sa peine est réduite à 18 ans de réclusion criminelle2.

En 1982, après 11 ans de détention, Patrick Tissier bénéficie de cinq permissions de sortir durant lesquelles tout se passe bien.

Le 15 décembre 1982, il commence sa sixième permission de sortie.

Le 22 décembre 1982, à Toulouse, une secrétaire mange dans sa voiture. Il la menace avec un pistolet à grenaille et l'oblige à conduire hors de la ville et la viole. Il part en cavale.

Le 23 décembre 1982, il tente de violer une deuxième jeune femme, mais elle s'échappe et Tissier lui vole son sac. À la suite de cela, Patrick Tissier commet de nombreux vols afin d'assurer sa cavale.

En avril 1983, Patrick Tissier est finalement repéré par des passants, lors d'un vol avec violence, à Nice. Il est arrêté et retourne en prison pour les faits qui lui sont repochés : viol, tentative de viol et vols avec violence1.

En 1985, Patrick Tissier est jugé pour son évasion, le viol de la secrétaire, la tentative de viol commise sur une autre jeune femme et les vols avec violence commis par la suite. Il est condamné à 10 ans de réclusion criminelle3.

Libération et nouvelle récidive[modifier | modifier le code]

Le 4 janvier 1992, Patrick Tissier est libéré de prison, après 8 ans et demi de détention. Il a alors 39 ans. À la suite de sa libération, Tissier part à Perpignan afin de démarrer une nouvelle vie4. Il intègre la communauté Mormone1. Il rencontre par la suite la famille Volckaert, avec qui il partagera une grande amitié. Il est surnommé « tonton Patrick » par les enfants Volckaert. À cette période, la famille est loin de connaître le passé criminel de Tissier. Ils le considèrent plutôt comme étant quelqu'un de "gentil" et de "serviable".

Le 6 août 1993, à Perpignan, Tissier tue sa voisine de palier Concetta Lemma, 45 ans. Il l'a probablement violée puis tué par strangulation. Il la ligote et l'enveloppe dans un rideau de douche, avant de cacher son corps dans le tunnel souterrain des « Coves » à Canohès, à plusieurs centaines de mètres de profondeur. À la suite de la disparition de Concetta Lemma, une enquête est ouverte. Cependant, l'enquête s'avère rapidement être infructueuse, du fait qu'aucun indice ne soit retrouvé chez la disparue.

Le 10 septembre 1993, à Perpignan, Tissier agresse une amie, Marie-Josée Gauze. Il tente de l'étrangler avec un foulard, elle lui résiste. Il frappe violemment sa tête contre le sol à plusieurs reprises, elle s'évanouit. Tissier la ligote et la déshabille. Lorsqu'elle se réveille, il l'a très certainement violée5. Il s'apprête à la tuer, Marie-Josée Gauze le raisonne, il se calme et s'en va.

Le 13 septembre 1993, à 18 h, sur le parking de l'école primaire, Tissier attend Karine Volckaert, 8 ans, la fille de Jocelyne Milluy, une amie mormone. Karine accepte volontiers sa proposition de la ramener chez elle. Il se gare près d'un entrepôt à l'abri des regards et lui dit qu'il vont faire un jeu. Il la menotte, la bâillonne et lui met une cagoule. Il l'oblige à descendre du siège et se cacher. Il se rend à Fitou et gare la voiture près d'une maison abandonnée à l'extérieur du village. Il installe Karine à l'arrière de la voiture, la viole en maintenant de force ses poignets. Elle essaie de se débattre, Tissier la frappe plusieurs fois. Réalisant ce qu'il vient de faire, Tissier l'étrangle5. Il la viole de nouveau, la transporte, la jette dans le puits de la maison abandonnée et jette des détritus par-dessus pour la dissimuler1.

 

 

Edited by AAcheckmate

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, AAcheckmate a écrit :

Je suis aussi contre la peine de mort pour a peu près les mêmes raisons : notre justice est pas suffisamment compétente pour lui donner un si grand pouvoir. 

D'accord là dessus. Il y a aussi le risque de voir son champ d'application étendu à des cas beaucoup plus discutables que des déchets comme f.heaulme. Opposants politiques, petits trafiquants non récidivistes, blasphémateurs...

Ceci-dit la chasse d'eau est quand même encore activée quelques fois au travers des opérations homo. Il me semble que beaucoup de "Français" engagés dans daesh on été traqués et exécutés. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 31 minutes, AAcheckmate a écrit :

 

je suis aussi contre la peine de mort pour a peu près les mêmes raisons : notre justice est pas suffisamment compétente pour lui donner un si grand pouvoir. 

Mais je ne pense pas qu'appeler cela une opposition par "principe" est correcte. De mon point de vue par principe on est pour, mais on a peur qu'elle soit mal utilisé et donc on est contre. 

 

 

En quoi dans le cas précédent, dépenser des millions pour ce type nous a donner une moralité irréprochable? En quoi lui permettre de tuer et violer plus de personnes nous à donner une moralité irréprochable en quoi la destruction de plusieur familles liés à ces crimes suivant sa première peine nous donne une moralité irréprochable?
 

C'est un peu comme si un militaire arrête un terroriste avec une bombe sur lui puis le laisse aller faire son attentat au nom des libertés individuelles.

  Révéler le texte masqué

Premiers crimes[modifier | modifier le code]

En 1965, à 12 ans et demi, Patrick Tissier tente de violer sa sœur. Elle le raisonne et il renonce.

En mars et avril 1969, il tente de violer sa belle-mère dans la salle de bain. Il la frappe à la tête et l'étrangle, mais il échoue. Sa belle-mère porte plainte. La DDASS enquête. Il est alors suivi par un juge des enfants et plusieurs psychiatres et ne commet plus de violences1.

Tissier est embauché comme pompiste dans une station-service. Dans un bar, il rencontre Marie-Françoise Pinson, 16 ans, apprentie coiffeuse1.

Le 1er mai 1971, Tissier doit bientôt partir pour le service militaire. Ils vont danser à un bal. Puis ils se promènent le long de la rivière près de Bourges. Tissier tente d'avoir un rapport sexuel avec Marie-Françoise. Elle refuse. Il la tue par strangulation, la déshabille, la viole et jette son corps dans la rivière. Le corps est découvert par des promeneurs dès le lendemain. Rapidement, les soupçons se portent sur le petit-ami de la victime : Patrick Tissier.

Le 3 mai 1971, Patrick Tissier est arrêté, après s'être réfugié dans une chambre d'hôtel du centre-ville1. Il est placé en détention préventive, alors qu'il n'a pas encore 19 ans.

Le 25 avril 1972, le procès de Patrick Tissier a lieu à la cour d'assises du Cher. Tissier est condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Le fait qu'il soit mineur (la majorité étant fixée à 21 ans à l'époque) lui permet d'échapper à la peine de mort et la perpétuité.

Détention, permissions de sortie et récidive[modifier | modifier le code]

Durant sa détention, à la Maison d'arrêt de Bourges, Patrick Tissier est un détenu exemplaire.

En 1976, alors qu'il est en prison depuis 5 ans, sa peine est réduite à 18 ans de réclusion criminelle2.

En 1982, après 11 ans de détention, Patrick Tissier bénéficie de cinq permissions de sortir durant lesquelles tout se passe bien.

Le 15 décembre 1982, il commence sa sixième permission de sortie.

Le 22 décembre 1982, à Toulouse, une secrétaire mange dans sa voiture. Il la menace avec un pistolet à grenaille et l'oblige à conduire hors de la ville et la viole. Il part en cavale.

Le 23 décembre 1982, il tente de violer une deuxième jeune femme, mais elle s'échappe et Tissier lui vole son sac. À la suite de cela, Patrick Tissier commet de nombreux vols afin d'assurer sa cavale.

En avril 1983, Patrick Tissier est finalement repéré par des passants, lors d'un vol avec violence, à Nice. Il est arrêté et retourne en prison pour les faits qui lui sont repochés : viol, tentative de viol et vols avec violence1.

En 1985, Patrick Tissier est jugé pour son évasion, le viol de la secrétaire, la tentative de viol commise sur une autre jeune femme et les vols avec violence commis par la suite. Il est condamné à 10 ans de réclusion criminelle3.

Libération et nouvelle récidive[modifier | modifier le code]

Le 4 janvier 1992, Patrick Tissier est libéré de prison, après 8 ans et demi de détention. Il a alors 39 ans. À la suite de sa libération, Tissier part à Perpignan afin de démarrer une nouvelle vie4. Il intègre la communauté Mormone1. Il rencontre par la suite la famille Volckaert, avec qui il partagera une grande amitié. Il est surnommé « tonton Patrick » par les enfants Volckaert. À cette période, la famille est loin de connaître le passé criminel de Tissier. Ils le considèrent plutôt comme étant quelqu'un de "gentil" et de "serviable".

Le 6 août 1993, à Perpignan, Tissier tue sa voisine de palier Concetta Lemma, 45 ans. Il l'a probablement violée puis tué par strangulation. Il la ligote et l'enveloppe dans un rideau de douche, avant de cacher son corps dans le tunnel souterrain des « Coves » à Canohès, à plusieurs centaines de mètres de profondeur. À la suite de la disparition de Concetta Lemma, une enquête est ouverte. Cependant, l'enquête s'avère rapidement être infructueuse, du fait qu'aucun indice ne soit retrouvé chez la disparue.

Le 10 septembre 1993, à Perpignan, Tissier agresse une amie, Marie-Josée Gauze. Il tente de l'étrangler avec un foulard, elle lui résiste. Il frappe violemment sa tête contre le sol à plusieurs reprises, elle s'évanouit. Tissier la ligote et la déshabille. Lorsqu'elle se réveille, il l'a très certainement violée5. Il s'apprête à la tuer, Marie-Josée Gauze le raisonne, il se calme et s'en va.

Le 13 septembre 1993, à 18 h, sur le parking de l'école primaire, Tissier attend Karine Volckaert, 8 ans, la fille de Jocelyne Milluy, une amie mormone. Karine accepte volontiers sa proposition de la ramener chez elle. Il se gare près d'un entrepôt à l'abri des regards et lui dit qu'il vont faire un jeu. Il la menotte, la bâillonne et lui met une cagoule. Il l'oblige à descendre du siège et se cacher. Il se rend à Fitou et gare la voiture près d'une maison abandonnée à l'extérieur du village. Il installe Karine à l'arrière de la voiture, la viole en maintenant de force ses poignets. Elle essaie de se débattre, Tissier la frappe plusieurs fois. Réalisant ce qu'il vient de faire, Tissier l'étrangle5. Il la viole de nouveau, la transporte, la jette dans le puits de la maison abandonnée et jette des détritus par-dessus pour la dissimuler1.

 

 

C'est immoral de tuer quelqu'un, quel que soit ce quelqu'un mais on n'a pas forcément la même morale (et je ne place pas la mienne au-dessus de la tienne si c'est le cas). Et tu mets en opposition pdm et remise en liberté j'ai jamais tenu ces propos, qu'on garde enfermé des personnes qu'on n'arrive pas à récupérer ne me pose pas de problème.

Edited by fritzlm

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, fritzlm a écrit :

C'est immoral de tuer quelqu'un

Absolument pas, il y a plein de gens dont la mort améliorait grandement notre société. Un sniper qui a dans sa ligne de mire un terroriste qui va se faire exploser avec plein d'innocent ou un tireur fou (las vegas) tu trouve cela immorale qu'il prenne le tire et sauve les innocents autour? De même pour tuer un dicateur qui terrorise, torture et affame sa population.

 

il y a 7 minutes, fritzlm a écrit :

Et tu mets en opposition pdm et remise en liberté j'ai jamais tenu ces propos, qu'on garde enfermé des personnes qu'on n'arrive pas à récupérer ne me pose pas de problème.

c'est vrai, je partais du principe que tu étais d'accord avec le système laxiste actuel dans ce cas ce n'est plus qu'une question d'allocation de notre budget. Dans un monde meilleur ou notre situation serait bien meilleur (pauvreté, écologie, égalité des chances, aide des handicapé / maladie rare, etc) je pourrais être d'accord avec toi mais dans notre réalité on a pas d'argent à gaspiller pour des pédophiles / tueurs récidivistes

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 2 heures, fritzlm a écrit :

On va dire qu'à la louche il y a 50 mecs par an qui seraient ciblés par la PDM si on la rétablissait (c'est certainement beaucoup)

bien moins, au USA ils sont a 28 par année en étant 328 millions. On serait sur 4 ou 5 imo ...


Moi la question que je me pose c'est qu'est ce qui est le pire ? La peine de mort ou la prison a vie ? Une vie entière derrière les barreaux, sans espoir de sortir, sans projet, quand tu as 30/40 ans ? Surtout qu'en prison en fonction de pourquoi tu y es ça peut vite devenir compliquer la cohabitation ... Je préfère en finir sans la moindre hésitation.

 

je vous conseille cette video :

 

Edited by Didadidadum

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

On dit souvent que les pays qui pratiquent la peine de mort sont des état rétrograde. Mais on peut citer le Japon qui le pratique et c'est un pays très peu criminogène (et très évolué).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Peine_de_mort_au_Japon

Citation

Le 2 août 2019, deux condamnés à mort ont été exécutés. Yasunori Suzuki (50 ans) et Koichi Shoji (64 ans) ont été jugés coupables des meurtres de respectivement trois et deux femmes en 2004 et 2001, selon les détails donnés par les médias. Ils ont été pendus après avoir été prévenus au tout dernier moment.

Le 26 décembre 2019, Wei Wei, 40 ans, a été exécuté par pendaison pour le meurtre en 2003 d'un couple et de ses deux enfants à Fukuoka.

Si le petit pakistanais risquait 20 ans de prison ca changera fondamentalement le problème, je ne crois pas.

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 49 minutes, fritzlm a écrit :

Plusieurs problèmes à ça je trouve. Déjà ce que tu estimes dysfonctionnel et irréversible aujourd'hui peut ne plus l'être demain (homosexualité hier pour le côté dysfonctionnel, troubles psychiques pour la deuxième catégorie)

Je ne vois pas comment le meurtre et le viol pourraient prendre le chemin de l'acceptabilité.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×