Jump to content
This Topic
80sTherapy

Le rôle de la chance dans la réussite professionnelle

Recommended Posts

il y a 7 minutes, natanoj a écrit :

Assez drôle de tomber sur ce sujet, j'ai regardé cette vidéo hier :

et je trouve son développement assez intéressant. 

rofl

 

je précise : 

je ne dis pas qu'il n'y a pas de mérite dans le salaire que tu gagnes, je dis que le mérite revient (hors temps passé) à l'Etat, à tes parents, à ton entourage passé et actuel. Tu es une goutte d'eau lé dedans.

 

c'est pour ça que ce type de vidéo est à gerber de suffisance. 

(l'argument par exemple "si tu dis que le mérite revient aux parents, alors tu ne peux pas parler de hasard" est complétement idiot, non ? pour l'enfant, ça reste du hasard de naitre là ou là, non ?)

 

j'avoue j'ai parcouru la vidéo, je déteste réfléchir sur une vidéo impersonnelle par un random gars tombé de son lit.

mais si tu veux développer de ses arguments ici, on pourra en débatre.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans une moindre mesure, j'ai lancé mon activité d'indépendant il y a 2 ans. Un soir, lors de mes premières semaines, je remarque un peu par hasard un message Skype d'un chef de projet alors qu'il est quasiment minuit. Je lui réponds, je l'aide 5 min, il est super content parce qu'il galérait à trouver un Français connecté à cette heure-là. Au fil des semaines, on sympathise et il commence à m'envoyer plus de projets.

Deux ans plus tard, une grande partie de mes contrats (et de mon expérience) provient de ce type, qui m'a ouvert un certain nombre de portes alors qu'il n'était clairement pas obligé de le faire. Si je n'avais pas été devant mon ordi comme un débile à 23h parce que j'avais rien d'autre à faire ce soir-là, mon entreprise n'aurait clairement pas le même succès.

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'y vais de ma petite CSB en spoiler pour pas flood, y'a rien d’intéressant mais c'est en thème avec le sujet ou comment je me suis retrouvé responsable d'un service comptable sans jamais avoir fait de comptabilité pendant mes études :

Spoiler

Juin 2014 je termine mes études avec une licence pro en gestion financière pas très intéressante. Aucune perspective d'embauche a court terme je dois donc retourner chez mes parents. Assez motivé a l'idée de ne pas devenir un Tanguy bis je me met a la recherche d'un emploi, je me met aucune barrière, je peux aussi bien être caissier a Carrefour qu'entrer chez Michelin. Je spam les entretiens, j'adore ça et ça me permet d'améliorer mon discours pour être prêt le jour J ! J'ai même passé un entretien pour travailler a la mise en rayon dans un magasin de vêtement :88(

Y'a un Ikea qui va ouvrir a Clermont, il lance une grosse campagne de recrutement, on est 1000 a postuler, y'a 5 étapes : Présentation, capacité intellectuelle, mise en situation, test de personnalité, entretien individuel, je smurf le truc et j'arrive a la dernière étape en étant dans le top5 ...

En parallèle ma conseillère Pole Emploi qui est nutsé ( c'est elle le coup de chance ) me book sur pas mal de truc mais mes dossiers sont a chaque fois refusé par sa hiérarchie, ça l'a tilt du coup elle décide de les squeezer et de me filer directement le nom des entreprises a contacter :) Elle me donne le nom d'un cabinet d'expertise comptable qui cherche un standardiste.
Je me présente, le poste est déjà prit mais l'expert décide de me faire passer un entretien au cas où ( et aussi parce que j'avais fait 1h de route pour venir déposer mon CV en main propre ). On accroche direct, le type est hyper branché macro Excel et moi j'avais fait mon sujet de stage sur l'automatisation des taches sur Excel. Il me file un CDD pour aider sur les taches informatiques pendant la période fiscale ... Tchao les Suédois a moi la vie de bureau !

2 semaines après la nouvelle standardiste est remercié et je signe un CDI. Formation express a la saisie comptable -> Formation a la révision BNC et SCI -> Formation a la révision BIC. Je quitte mon poste au bout de 4ans pour rejoindre un plus petit cabinet qui me fait passer d'opérateur de saisie a responsable d'un portefeuille. Je grind la confiance des dirigeants pendant 4ans avant d'obtenir le titre honorifique de responsable du service compta et informatique.

Il y avait 99% de chance que je rejoigne IKEA mais le sort en a décidé autrement :)

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, FFunker a écrit :

je n'ai pas développé parce que ce n'est pas le bon thread, mais je ne peux pas m'empêcher de répondre :D

 

quand je vais dans mon supermarché le dimanche (ou le samedi, en fait), il n'y a pas un cadre. Essaye de rencontrer un dirigeant un week end, ben tu peux pas, le mec est pépouze avec sa famille.

tous les temps ne se valent pas.

d'autre part, les actionnaires gagnent aussi plus que le petit personnel sans travailler.

et si certains passent plus de temps, oui, alors on peut parler de mérite.

(maintenant, par ailleurs, un cadre n'est pas sensé travailler plus de 35h/semaine régulièrement.)

bref j'arrête ici sur ce sujet pour ce thread. (ou pas, on verra)

Je ne trouve pas que ça soit hors thread et de toute façon, moi non plus je ne peux pas m'empêcher de répondre.

Tu croises souvent des cadres de supermarché dans ton supermarché en semaine ?

Je bosse en cumulé un bon mois de nuit ou le week-end et je peux te dire qu'il n'y a pas moins de cadres effectifs (qui sont directement utiles au moment ou le travail a lieu) qu'en journée ou en semaine. Bien sûr tu ne verras jamais un RH, un compta ou un marketing mais ça n'est pas lié à la hauteur de la hiérarchie, les femmes de ménages ne bossent pas le dimanche ou la nuit non plus.

Va faire un tour dans une usine ou un atelier un vendredi après 14h, tu n'y croiseras que des cadres, le reste est déjà en week-end.

Globalement, j'ai pas l'impression que plus tu es bas sur l'échelle et plus tu bosses ou moins tu peux profiter de ta vie de famille à cause d'horaires compliqués. Je dirais même que c'est le contraire mais c'est probablement biaisé.

Ce qui est assez certain par contre, c'est que ceux qui gravissent les échelons depuis le bas et traversent les plafonds de verre (genre ouvrier -> cadre) le font majoritairement au mérite et ils sont rares à faire le choix, pas rare à en être capables, il y'a forcément une raison à ça. Par contre, dans les grosses boites full cols blancs, c'est comme l'a dit le Check, faut avant tout savoir qui sucer et être bon en politique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, doublejef a écrit :

Je ne trouve pas que ça soit hors thread et de toute façon, moi non plus je ne peux pas m'empêcher de répondre.

Tu croises souvent des cadres de supermarché dans ton supermarché en semaine ?

Je bosse en cumulé un bon mois de nuit ou le week-end et je peux te dire qu'il n'y a pas moins de cadres effectifs (qui sont directement utiles au moment ou le travail a lieu) qu'en journée ou en semaine. Bien sûr tu ne verras jamais un RH, un compta ou un marketing mais ça n'est pas lié à la hauteur de la hiérarchie, les femmes de ménages ne bossent pas le dimanche ou la nuit non plus.

Va faire un tour dans une usine ou un atelier un vendredi après 14h, tu n'y croiseras que des cadres, le reste est déjà en week-end.

Globalement, j'ai pas l'impression que plus tu es bas sur l'échelle et plus tu bosses ou moins tu peux profiter de ta vie de famille à cause d'horaires compliqués. Je dirais même que c'est le contraire mais c'est probablement biaisé.

Ce qui est assez certain par contre, c'est que ceux qui gravissent les échelons depuis le bas et traversent les plafonds de verre (genre ouvrier -> cadre) le font majoritairement au mérite et ils sont rares à faire le choix, pas rare à en être capables, il y'a forcément une raison à ça. Par contre, dans les grosses boites full cols blancs, c'est comme l'a dit le Check, faut avant tout savoir qui sucer et être bon en politique.

oui effectivement, ça demande plus de réflexion.

 

néanmoins, oui, j'ai plusieurs fois rencontré des cadres en supermarché la semaine.

et pour info, le ménage est fait de nuit dans beaucoup de lieux en France.

et dans les boites ou j'ai bossé, j'ai jamais vu de cadre dirigeant sur place le week-end. En cas de charrette, il peut pourtant y avoir 30% de la boite sur place un dimanche (+intermittents)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un sujet tabou aussi discriminant que les discriminations par le prénom ou l'ethnie est la beauté. Avant de m'engager dans l'entreprenariat, je me serai jamais dit que ce phénomène pouvait être suffisamment perceptible pour en être évoqué.

Naitre avec une belle gueule est un avantage social indéniable comme naitre dans de beaux quartiers. Une ancienne amie qui était RH m'expliquait que la beauté est utile et à compétences équivalentes , il y a un inconscient qui pousse à choisir celui qui est beau parce qu'il est possiblement en meilleur santé, plus attractif et qu'il a un potentiel de sociabilité plus forte. 

Evidemment, c'est moralement abject mais il y a une explication rationnelle qui est de l'ordre du cerveau reptilien. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, FFunker a écrit :

et dans les boites ou j'ai bossé, j'ai jamais vu de cadre dirigeant sur place le week-end. En cas de charrette, il peut pourtant y avoir 30% de la boite sur place un dimanche (+intermittents)

Ca c'est très probablement vrais pour une immense majorité des grosses sociétés. Simplement parce qu'il n'y a pas d’intérêt pour eux d'être là à ce moment là.

Néanmoins, dans ces même grosses sociétés, les cadres sup' ou ceux qui sont carriéristes, se tapent des journées de 12-15h et ne "récupèrerons" jamais un jour pour le passer avec leurs enfants qu'ils ne voient jamais en semaine alors que le bas de l'échelle pointe à la minute et/ou ne bosse jamais le vendredi après-midi pour récupérer les enfants à l'école. Si un jour ils doivent venir bosser un dimanche (ce que le cadre va souvent faire de chez lui pour rattraper son retard), il seront en congé 2 jours dans la semaine qui suit.

Si je te dis que dans le service RH de ma boite, il y'a une DRH et 2 assistances, de ces 3 personnes une seule n'a pas pris ses congés maternité et travaille le mercredi après-midi alors que ses collègues sont à la maison, tu paries sur laquelle des trois ?

'Fin bref t'as compris le propos et je caricature évidemment. Mais penser qu'il y'a plus de mérite d'un côté que de l'autre je pense que c'est une erreur, y'a des bosseurs acharnés et des planqués des deux côtés.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, doublejef a écrit :

Mais penser qu'il y'a plus de mérite d'un côté que de l'autre je pense que c'est une erreur, y'a des bosseurs acharnés et des planqués des deux côtés.

je n'ai pas di le contraire, je suis bien d'accord, il y a du mérite des deux côtés.

 

Edited by FFunker

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais qu'est ce que la chance ?

Une définition que je trouve assez puissante c'est celle ci : "La chance, c'est quand la préparation rencontre l'opportunité"

J'ajouterai également que l'on peut avoir toutes les ressources et la bienveillance du monde autour de soi, sans le bon mindset il n'en sortira rien de bon.

Edited by bumbo88

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Sylvain Cassetêtedeutsch a écrit :

Un sujet tabou aussi discriminant que les discriminations par le prénom ou l'ethnie est la beauté.

Naitre avec une belle gueule est un avantage social indéniable comme naitre dans de beaux quartiers.

Ouais je suis super d’accord avec ça. J’ai chatté là dessus aussi, et je pense que si j’ai eu des responsabilités face client aussi rapidement c’est parce que je « présente bien ».

Outre ce que tu décris sur l’aspect régalien de « il a une bonne gueule il doit être en forme » ; globalement dans les aspects commerciaux c’est super important d’être dans la séduction, et bien que ça ne soit pas nécessaire, être beau y aide beaucoup, ne serait ce que pour la confiance en soi que ça apporte.

J’ai en tête deux nanas commerciales où c’était particulièrement marquant. La première dans mon ancienne boîte, une grande black magnifique, avec énormément de classe. Elle était systématiquement envoyée en représentation aux clients les plus importants. Honnêtement je ne sais pas ce qu’elle « valait » en tant que commerciale car je n’ai jamais eu la chance de bosser directement avec elle (elle était basée à Singap) mais 100% elle a gagné des clients (et donc des primes salariales) grâce à sa belle gueule et au détriment des autres commerciaux.

Je l’ai recroisée y’a 2 ans sur un salon, elle avait un poste ultra important chez VISA :) 

La deuxième dans ma boîte actuelle, avec laquelle j’ai pu bosser directement. La nana est adorable, mais clairement commerciale dans la tech c’était pas son truc. Mais elle a été engagée avec un salaire en or... pour sa belle gueule.

Après ça a ses limites: J’avais posté quelques photos sur le CP il y’a environ 3 ans quand je cherchais à recruter un CDP junior pour m’assister sur les sujets Nations Unies, et l’un des profils retenus a été refusé par les RH parce qu’elle était... trop bonne. Bon elle était vraiment suuuuuuuper bonne, et son compte Instagram étant public et extrêmement explicite ça risquait véritablement de poser des soucis de productivité, mais in fine elle a été refusée parce que trop sexy.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La bonne personne, le bon endroit, le bon timing. Les témoignages de @Skipet @Didadidadumsont assez similaires à ceux des « chanceux » que j’ai rencontrés. Quelques exemples autour de moi :

Une connaissance est PDG d’une boîte publicitaire connue. Quand je lui demande s’il a fait des études dans ce domaine, il me dit pas du tout. Il est arrivé dans la région sans boulot avec un diplôme sans aucun rapport, mais un random voisin à qui il a un jour rendu service connaissait bien le PDG d’une boîte de pub. En contrepartie du service rendu, il demande s’il peut le rencontrer... et décroche un job.

Un ami est responsable des relations universitaires pour PayPal. Avant ça, il a bossé pour eBay, Sony, Adobe... Quand je lui demande s’il a fait des études en RH ou un truc dans le genre, il me dit pas du tout. Il a fait fac de science politique, mais a eu un coup de pot et a décroché un boulot dans une tech company à l.’époque où ils embauchaient encore des gens sans diplômes spécialisés expérience directe. 

Le mec avec la plus grosse situation que je connais a commencé sa carrière en tant qu’instit. Un jour, son frère qui était vendeur dans une radio de San Francisco lui propos un poste similaire dans une boîte concurrente. Aujourd’hui, il est VP des ventes et doit tourner dans les 800K+/an. 

Edited by 80sTherapy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour toutes ces histoires de personnes qui ont chopé leur job sur un coup du sort et on fini tout en haut de l'échelle, il y'en a combien qui ont le même début mais se terminent au bout de 3 semaines parce que les compétences/capacités ne rencontrent pas l'opportunité ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

L’importance des qualités personnelles une fois passé le coup de bol est une telle évidence que ça mérite à peine une mention en bas de page en ce qui me concerne. Et encore, c’est pas comme si les exemples d’incompétents à tous les niveaux socioprofessionnels manquaient. Une question plus intéressante à mon sens serait quel est le poids de la chance pure par rapport aux qualités personnelles dans la réussite professionnelle ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

il y a la chance d'être né dans telle où telle famille, d'avoir étudié à un endroit ou à un autre, mais il y a aussi de la chance pure en cours de carrière.

En vrac, ce que j'ai vu :

- Etre placé par son manager chez un client ou un autre. Tu peux tomber sur un client qui embauche à 32K ou 50K, ou un client dont tu sais qu'il n'embauche pas sauf gros concours de circonstances. T'as 0 influence sur le fait d'être placé chez tel ou tel client et le timing des embauches chez le client est juste une histoire de chance pure.
- le mec en intérim en sortie d'école. Son collègue se barre. La boite qui n'a embauché personne dans ces fonctions depuis 10 ans et a une armée de prestas qui rèvent du job. Elle lui fait une proposition de CDI à 30% au dessus du marché en lui demandant si ça lui convient.
- rachat de boîte en cours de faillite, et grosse proposition salariale aux anciens employés pour se garantir rapidement de conserver toute l'équipe.
- 2 collègues d'une même boîte touchée par un plan de licenciement. 1 des 2 anticipe et retrouve un job rapidement, l'autre bénéficie du plan de licenciement. 1 an plus tard, les 2 se retrouvent dans la même boite et le gagnant est celui qui touche le pactole du plan de licenciement.
- opportunité que la boîte lance un plan de départ volontaire au moment où le mec voulait partir (il prend 140k en free money).


C'est pas de life changer, mais c'est des différences qui peuvent apporter des grosses différences de confort.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ma petite histoire perso :

2008, crise dans l'automobile, je dois quitter ma région natale pour, en accord avec ma femme, aller bosser en région parisienne. Des primes me seront versées pendant 4 ans, mais on sait tous les 2 que ce sera insuffisant pour s'en sortir si on s'installe là-bas. Je me donne donc ces 4 ans pour bosser comme un dingue, en célibataire géographique, à apprendre le maximum possible dans le nouveau domaine que j'intègre (les brevets), et ensuite rebondir ailleurs.

1er coup de bol : Je suis en binôme avec un ingénieur qui m'apprécie et qui m'aide dans mon but d'apprendre le plus possible, me donnant même des taches faisant partie de ses propres attributions. C'est rare dans ce milieu.

2ème coup de bol : Le Directeur du service apprécie les gens qui se donnent à fond et cherche à promouvoir les assistant(e)s brevets en les différenciant des secrétaires classiques, par la formation à l'INPI et au niveau des échelons salariaux. Il me donne aussi des taches préparatoires à ses propres décisions, ce qu'il n'a jamais fait auparavant avec quiconque.

3ème coup de bol : Nous sous-traitons des rédactions de brevets à des cabinets extérieurs. Un des frères de "mon" ingénieur dirige un de ces cabinets sur Genève, et il cherche un responsable administratif depuis des mois, mais ça, je ne le sais pas... Un vendredi soir, les deux frères sont au téléphone lorsque je passe la tête par la porte pour souhaiter un bon week-end à mon binôme. Il s'interrompt, couvre le combiné du téléphone avec sa main, je lui souhaite donc un bon week-end en chuchotant et je glisse en blaguant : "Si ton frère a un job pour moi, dis-lui de me faire signe !" Et je pars immédiatement, en oubliant aussitôt ce que je viens de dire... Evidemment, vous avez compris, en arrivant le lundi matin, les deux frangins ont déjà programmé un entretien téléphonique pour moi, qui sera suivi d'un aller-retour Paris-Genève le vendredi suivant pour un vrai entretien d'embauche. Je suis pris pour ce poste, avec moins de 2 ans d'expérience dans le domaine, alors qu'en temps normal, on le confie à des paralégales confirmées (Je ne connais pas d'homme ayant ce poste). Salaire x3, et regroupement familial définitif 6 mois plus tard, en passant d'un appart' au 4ème étage sans ascenseur à une maison de 120 m2 avec jardin, en campagne.

 

C'était il y a 10 ans, j'y suis toujours, même si je taffe toujours comme un dingue (De temps à autres, des semaines de 70 heures payées 40 en bossant le samedi et/ou le dimanche).

 

S'il n'y avait pas eu de crise en 2008, je n'aurais pas croisé toutes ces personnes... Je ne sais pas ce que je ferais aujourd'hui.

Share this post


Link to post
Share on other sites

OP place le thread dans le prisme réussite pro = réussite financière donc déjà faudrait voir où l’on place le curseur (80k/annuel après impôts à Paris, + - ?)

Sauf que la réussite professionnelle, à mon sens, ne se résume pas aux salaires et indemnités annuels mais plutôt à l’épanouissement personnel. Le petit fromager et ses 10 chèvres qui kiff sa life en pleine pampa n’a rien à envier à un trader qui vient de toucher son bonus semestriel à 6 chiffres ou à Bernard Arnaud.

D’un point de vue strictement professionnel j’ai tendance à penser que la chance se provoque dans l’immense majorité des cas et résulte d’une volonté personnelle d’avancer, d’une détermination à atteindre un objectif et est le fruit d’actions passées.

Les filles et fils de, qui reprennent des boites, bénéficient des réseaux familiaux ou qui sont tout simplement avantagés socialement de part leur naissance ont au final eu de la chance tout court.

Share this post


Link to post
Share on other sites
8 hours ago, doublejef said:

qu'on peut apparenter à du mérite quand on accède à un certain niveau de responsabilité/hiérarchie/salaire

Oui je vois ces cas là mais aussi des cadres intermédiaires planqués qui servent pas à grand chose et son pas très futés. Ca dépend des endroits. Et même sans être une majorité c'est pas rare.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, FMK a écrit :

OP place le thread dans le prisme réussite pro = réussite financière donc déjà faudrait voir où l’on place le curseur (80k/annuel après impôts à Paris, + - ?)

Sauf que la réussite professionnelle, à mon sens, ne se résume pas aux salaires et indemnités annuels mais plutôt à l’épanouissement personnel.

+1 avec ça, c'est d'un déprimant la logique réussite = thunes

Je suis pas spécialement anarchiste mais cette construction sociale que la réussite professionnelle c'est avoir un bon boulot dans le tertiaire, avec un intitulé de job qui veut absolument rien dire, brasser du vent à longueur de journée sur des sujets majoritairement inintéressants (les mecs qui se branlent sur le marketing allez crever, y'en a même qui te recommandent des livres sur ça quoi), c'est à chi**. Si je me permets de dire ça c'est que je suis plus ou moins dans cette case aussi.

Je grossis évidemment le trait, mais je trouve le sujet complètement biaisé de réduire la réussite à la thune.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, FMK said:

OP place le thread dans le prisme réussite pro = réussite financière donc déjà faudrait voir où l’on place le curseur (80k/annuel après impôts à Paris, + - ?)

Sauf que la réussite professionnelle, à mon sens, ne se résume pas aux salaires et indemnités annuels mais plutôt à l’épanouissement personnel. Le petit fromager et ses 10 chèvres qui kiff sa life en pleine pampa n’a rien à envier à un trader qui vient de toucher son bonus semestriel à 6 chiffres ou à Bernard Arnaud.

D’un point de vue strictement professionnel j’ai tendance à penser que la chance se provoque dans l’immense majorité des cas et résulte d’une volonté personnelle d’avancer, d’une détermination à atteindre un objectif et est le fruit d’actions passées.

Les filles et fils de, qui reprennent des boites, bénéficient des réseaux familiaux ou qui sont tout simplement avantagés socialement de part leur naissance ont au final eu de la chance tout court.

J’ai bien précisé que c’était intentionnel, et ce - entre autres - pour la bonne raison que la réussite financière se traduit souvent dans les esprits par le simple fait des posséder un certain nombre de qualités individuelles et/ou de hautes qualifications, ce qui peut très bien ne pas être le cas en ce qui concerne l’épanouissement personnel. Mais tu peux déplacer le curseur là-dessus si tu veux. Étant donné le nombre de personnes qui n’aiment pas leur job (ratio de 95/5, à ce que j’ai lu), au final, je pense que la question se pose de la même façon si on utilise ce baromètre-là.

P.S. J’ajoute donc que la réussite financière seule n’est évidemment pas le seul facteur de la réussite professionnelle, et que pour certains ce n’en est même pas un. C’est une évidence en ce qui me concerne, et surtout pas le sujet pour la raison énoncée ci-dessus. 

Edited by 80sTherapy

Share this post


Link to post
Share on other sites
25 minutes ago, Amicalité Confinée said:

Je grossis évidemment le trait, mais je trouve le sujet complètement biaisé de réduire la réussite à la thune.

D'accord mais quand même une amélioration de conditions matérielle, en tout cas au début de l'échelle, ca peut être favorable.
Après clairement il y a le mental et les valeurs qui changent tout. Et oui améliorer les conditions matérielles en vendant son âme, c'est pourri.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est une question qui permet de raconter des anecdotes sympa mais sorti de ça je vois pas trop l'intérêt. Si la réponse est oui beaucoup, en tant que joueurs de poker vous devez savoir que c'est pas un truc qu'on peut travailler, si la réponse est non pas du tout ça veut dire qu'il faut chercher à maximiser ses compétences, si tant est que la réussite pro soit un but. Dans tous les cas d'un point de vue perso c'est quand même plus agréable d'exercer une activité dans laquelle on est bon ou en tout cas où on cherche à s'améliorer.

Et puis réussite pro c'est fourre-tout, j'ai pas envie de devenir CSP+ un jour alors que si j'avais voulu ça n'aurait pas été très compliqué. Du coup j'ai pas un salaire dingue et ne l'aurai certainement jamais mais par contre j'ai un équilibre qui me va bien sans nourrir de frustrations matérielles

Share this post


Link to post
Share on other sites

je ne veux pas paraitre définitif, mais les millions (?) de personnes qui sont patrons dans les Pyrénées (aucune idée de ce qu'est un hôte) ne sont pas nés dans une random banlieue dans une famille monoparentale au chomdu.

ils sont plus souvent qu'à leur tour héritier. (pas forcément de grosses sommes, hein, juste le "coup de pouce pour démarrer")

 ils ont de plus bénéficié très souvent d'une éducation suffisante pour comprendre un minimum la micro économie.  Il y en très peu qui sont passé par un CAP. et encore moins par un BEP.

même si tu connais l'oncle de ta tante qui est parti de rien et qui a fini avec un empire dans son village, ça reste l'exception.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×