Jump to content
This Topic
Cidr0lin

Violences policières

Recommended Posts

Posted (edited)

Pas trouvé de thread qui abordait le sujet. Comme je trouve que le thème en mérite un à lui tout seul et qu'il y a masse de trucs à dire, je me permets de l'ouvrir.

 

On cause pas mal de racisme dans la police en ce moment, depuis le meurtre en quasi-direct de George Floyd aux EUA, les manifs initiées par le Comité Adama Traoré qui ont suivi et de récentes révélations franco-françaises:

 

https://www.streetpress.com/sujet/1591288577-milliers-policiers-echangent-messages-racistes-groupe-facebook-racisme-violences-sexisme

 

Indépendamment de la question du racisme, celle de la violence policière documentée depuis plus d'un an par David Dufresne:

 

https://www.mediapart.fr/studio/panoramique/allo-place-beauvau-cest-pour-un-bilan

 

Mais en fait y a débat depuis un peu plus d'un an:

 

 

En ce moment, la police manifeste illégalement un peu tous les soirs dans plusieurs grandes villes pour manifester son mécontentement vis-à-vis de son employeur devant des lieux institutionnels ou symboliques comme la maison de la Radio ou le Bataclan car les syndicats principaux s'estiment lâchés par leur ministre de tutelle. Faut dire qu'après leur avoir promis Open bar tous les WE de manif en 2019-2020, le gars s'est découvert une vocation anti-raciste et a promis que tout policier "soupçonné" de comportement raciste serait immédiatement suspendu. (pas super malin en même temps, et juridiquement douteux). Pire, il a voulu interdire d'étrangler. Mais il est revenu sur cette décision.

La dernière en date étant le rassemblement de soutien au "FDO" prévu initialement aujourd'hui samedi 27 juin Place de la République à Paris, mais finalement déplacé sur l'île de la Cité parce que 300 personnes sur une Place immense comme Répu alors qu'il y avait 12-15k personne y a deux semaines pour manifester contre les violences policières ça fait un peu con pour "raisons de sécurité"(gné ?)

 

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/un-rassemblement-en-soutien-aux-forces-de-l-ordre-a-paris-20200627

 

Police victime ou syndicats droitiers manipulateurs ?

 

Je dois avouer qu'étant moi-même fonctionnaire alcoolique (fin des points communs) payé à rien foutre, fier de l'être et passablement gauchiasse, mon avis sur la question est assez tranché. Je risque de citer pas mal de sources orientées genre Mdp, Libé, Monde Diplo et autre Média.

 

 

manif flic.jpg

Edited by Cidr0lin

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas de thread dédié mais c'est un sujet qui est régulièrement dans l'actualité sur d'autres fils dans ce forum et qui fait l'objet de débats enflammés.

Pour ma part je suis bêtement partisan d'un police Républicaine, au service des citoyens, qui ne se pense pas au dessus des lois et qui n'est pas protégée pour des raisons idéologiques lorsqu'elle commet des exactions. Je comprend l'énervement des policiers qui sont sur le pont depuis des mois et des mois, mais les premiers coupables c'est le pouvoir politique qui se sert d'eux comme boucliers au lieu de prendre en compte les revendications populaires.

Enfin, je ne comprend pas qu'une corporation qui a des syndicats visiblement assez puissants pour faire bégayer son ministre de tutelle laisse ceux-ci flétrir son image à ce point avec sa communication sur les réseaux sociaux ou dans les médias et ses coup d'éclats récents.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Il y a une commission d'enquête parlementaire sur l'activité de la police.

3 des 4 syndicats convoqués refusent de venir pour l'instant. Ca relève du droit pénal. Une commission d'enquête parlementaire a le droit d'envoyer la police chercher quelqu'un. On est obligé de venir et prêter serment.


Un d'eux fait un tweet parlant de tyrannie à propos de cette convocation. Donc la police de la République refuse de se présenter devant la représentation nationale. Mais pour qui ils se prennent avec leur tweet à la con. Ils vont se faire rembarrer très vite avec ce genre de move.

Edited by FabD

Share this post


Link to post
Share on other sites

Devant la radio publique, ce vendredi 26 :

https://twitter.com/franceinfo/status/1276294252599918593?s=20

Devant le Bataclan (!!)

Les gars ont un QI d'huître ou on honte de rien. Dans les deux cas c'est grave.

Mais c'est même pas leur faute pour la plupart, c'est pourquoi Castaner, Philippe et Macron doivent payer. Ils ont envoyé la police faire un travail politique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sans la police le gouvernement est dans la mouise, plus grand monde pour les protéger  (autre que l'armée mais ce n'est pas son rôle à la base) des personnes voulant leurs tetes. Si le gouvernement ne sévit pas envers la police, c'est plus de gens en colère contre les violences policières ( qui restent minoritaire fort heureusement) et c'est pas non plus dans leurs intérêts.

Du coup les gouvernement est prit entre 2 étaux, ne pas trop froisser les 2 et du coup personne n'est content.

La police aussi, coincée entre un gouvernement qui leur crache un peu dessus mais pas trop et le peuple en colère contre ces dérives de flics.

Le peuple en colère qui se retrouve coincé entre les abus policiers et un gouvernement qui en fait un peu mais pas trop. Une triangulation ou tout le monde est bloqué. Faut jongler, c'est de la pure politique. C'est la que confiné les arrangent énormément.

Qui est responsable de tout ça? Les décideurs donc le/les gouvernements... Merci Manu

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 9 minutes, Oma haricot vert a écrit :

Je pense que chez certains dans la Police / Gendarmerie ils se sont crus tellement au dessus des lois et intouchables qu'ils ont clairement du mal à encaisser l’atterrissage et les reproches.

Oui, il y a de ça. Plus le fait que des condamnations pour les abus commis pendant les manifs de GJ ou en marge de celles-ci commencent à tomber, comme le type de la BAC qui avait défiguré une gamine à Bayonne (1350 euros d'amende...) ou ceux qui avaient tabassé des manifestants dans un Burger King (quelques mois de sursis si mon souvenir est bon)...

Edited by Cidr0lin

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 8 heures, Vaillantino a écrit :

Si le gouvernement ne sévit pas envers la police, c'est plus de gens en colère contre les violences policières ( qui restent minoritaire fort heureusement) [...]

Je suis d'accord pour dire que les violences sont minoritaires. J'ai jamais eu de problèmes particuliers avec la police, quelques interactions froides en manif, trois contrôles à tout péter dans ma vie dont deux en gare peu après des attentats...

 

Le problème c'est que ces violences ciblent des contextes, des endroits et touchent des minorités qui la subissent quotidiennement. Et c'est là que le problème va au-delà de la simple présence de brebis galeuses ou de quelques abus.

Exemple récent: les "tigres" qui pratiquaient des contrôles systématiques des jeunes du XIIe arrondissement, dénoncés par le Défenseur des Droits.

 

Spoiler

https://www.mediapart.fr/journal/france/020620/le-defenseur-des-droits-denonce-la-discrimination-systemique-pratiquee-par-la-police

Le Défenseur des droits dénonce la discrimination systémique pratiquée par la police

2 juin 2020 Par Pascale Pascariello

Le Défenseur des droits dénonce des contrôles et des violences policières discriminatoires systémiques dans un quartier du XIIe arrondissement.

 

Voilà une décision décisive non seulement pour un collectif de jeunes d’une cité parisienne, mais pour l’ensemble des quartiers populaires qui subissent régulièrement des pratiques policières similaires de harcèlement discriminatoire. 

Les « indésirables ». C’est par ce qualificatif que, dans une cité du XIIe arrondissement de Paris, des fonctionnaires de police désignaient dans les registres de mains courantes de jeunes Français issus de l’immigration. Selon le Défenseur des droits Jacques Toubon, les contrôles d’identité répétés et abusifs, ainsi que les violences commises à leur encontre, relevaient non pas d’initiatives individuelles mais d’un système, d’une « discrimination systémique ». Il demande dès lors à la justice « d’interroger le ministre de l’intérieur sur la justification […] de telles violations », sur ce « harcèlement discriminatoire » mis en place.

Pourtant, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner réfutait encore le 24 mai toute pratique policière discriminatoire. Des déclarations aujourd’hui largement remises en question par cette décision du Défenseur des droits.

 

Le quartier Montgallet-Reuilly, derrière la gare de Lyon, le 16 décembre 2015. © LFLe quartier Montgallet-Reuilly, derrière la gare de Lyon, le 16 décembre 2015. © LF

 

Comme nous l’avions révélé (à lire ici et ), une douzaine de policiers du Groupe de soutien des quartiers (GSQ), surnommés les « tigres » en référence à l’écusson cousu sur leur tenue, ont, des années durant, contrôlé en permanence et sans motif valable des jeunes âgés de 14 à 23 ans. 

Ces contrôles discriminatoires et abusifs s’accompagnaient de propos racistes, d’agressions physiques et de transferts injustifiés au commissariat. En décembre 2015, dix-huit de ces jeunes ont déposé plainte, notamment pour « violences aggravées », « agressions sexuelles aggravées », « séquestrations et arrestations arbitraires » et « discrimination ». Compte tenu du caractère systématique de ce harcèlement, les victimes ont tenu à concentrer en une seule plainte l’ensemble des faits subis entre 2013 et 2015. 

Après avoir obtenu, en avril 2018, la condamnation à des peines de prison avec sursis pour violences aggravées de trois policiers (ces derniers ont fait appel), ces mêmes jeunes ont assigné le ministre de l’intérieur et l’agent judiciaire de l’État pour « faute lourde », en l’occurrence des faits de « harcèlement discriminatoire » (à lire ici)

Dans le cadre de cette procédure, le Défenseur des droits a été saisi en qualité de « amicus curiae », « ami de la cour », personne qui n’a aucun lien avec les parties et qui apporte une expertise objective susceptible d’aider les juges. 

Dans sa décision rendue le 12 mai, le Défenseur des droits rappelle que, « sur instructions de la hiérarchie, des opérations de patrouille ont été mises en place ayant pour objectif de repérer les regroupements de jeunes et de les “évincer”, c’est-à-dire de leur demander de quitter les lieux lorsque des nuisances de type tapage », par exemple, étaient constatées. 

 

L'écusson du GSQ Paris XII. © DRL'écusson du GSQ Paris XII. © DR
Mais, en pratique, ces « contrôles d’éviction » accompagnés de « palpations, de fouilles et de conduites au commissariat » concernaient toujours les mêmes jeunes d’origine maghrébine et africaine, qualifiés « d’indésirables ». Souvent immotivés, ces contrôles se produisaient « en dehors du cadre légal ». 

 

« Si certains fonctionnaires de police affirmaient que cela faisait suite à des nuisances constatées, rapporte le Défenseur, plusieurs déclaraient également qu’ils pouvaient agir dans un cadre préventif. » 

Exemple : pour pouvoir le contrôler et procéder à plusieurs vérifications, dont celle de son portable, des policiers ont prétexté qu’un jeune qui écoutait de la musique avait proféré une insulte à leur passage. In fine, ces pratiques « ne reposent sur aucun fondement légal ni objectif ». 

Des téléphones vérifiés, voire parfois détruits, des injures racistes, ainsi que des transports tout aussi abusifs au commissariat. Comme nous l’avions relaté, certains policiers insultent ces mineurs de « sale singe », de « sale Noir », de « chien » ou encore de « babines de pneu »

 

La violence est également physique. Certains de ces jeunes reçoivent des coups de matraque, d’autres des coups de poing, et parfois certains sont victimes de palpations dérivant vers des agressions sexuelles. Reconnaître leur caractère répété et organisé, c’est « remettre en cause des pratiques professionnelles qui les génèrent comme étant discriminatoires », en l’occurrence celle de la police. Concernant les conduites au poste, « l’enquête menée par l’IGPN a révélé que ces pratiques n’entraînaient jamais la mise en œuvre de la procédure de vérification d’identité, prévue par l’article 78-3 du code de la procédure pénale ». Ce manquement n’est pas sans conséquence : il empêche de facto tout contrôle a posteriori du bon déroulement des opérations.    

 

Mais le constat du Défenseur des droits ne s’arrête pas là. « Encouragé[es] par les consignes transmises par la hiérarchie », ces pratiques d’éviction quotidiennes ont créé « un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant », c’est-à-dire un « harcèlement discriminatoire »

Le Défenseur des droits conclut qu’il s’agit là non pas de pratiques isolées, mais d’un système discriminatoire. Il rappelle qu’une discrimination est définie comme systémique « lorsqu’elle relève d’un système, c’est-à-dire d’un ordre établi provenant de pratiques, volontaires ou non »« conscientes et inconscientes, directes et indirectes »

« Aujourd’hui, les nombreux constats de l’existence de différences de traitement liées à l’origine dans les relations police-population ne sont plus à présenter », déplore-t-il encore, avant de demander au juge « d’interroger le ministre de l’intérieur sur la justification de telles violations encouragées » par la hiérarchie policière. 

Le  ministère de l’intérieur et la préfecture de police de Paris n’ont pas souhaité répondre aux questions de Mediapart. Aucune information, non plus, sur les mesures administratives prises à l’encontre des policiers incriminés, ou sur celles pour faire cesser ce système discriminatoire. 

Selon Slim Ben Achour, avocat du collectif de jeunes, « une telle décision est fondamentale et historique. C’est la première fois qu’une instance étatique comme le Défenseur des droits reconnaît un système discriminatoire, et cela au sein de la police ». Il regrette que dans le cadre de cette assignation, la seule réponse de l’État se réduise pour l’instant à une « non-réponse, puisqu’il réfute toute discrimination. Il évite d’aborder la notion de système. Il n’en dit rien et finalement ne répond pas ».

« Il est difficile d’engager la responsabilité de l’État dans les pratiques policières, tout comme la responsabilité individuelle des policiers, poursuit Slim Ben Achour. Mais là, cette décision soulève la responsabilité collective et elle peut être déterminante dans le combat que mènent de nombreux jeunes dans les quartiers pour faire cesser le harcèlement discriminatoire, ainsi que les discriminations institutionnelles qu’ils subissent des policiers. »

 

Edited by Cidr0lin

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Faut avoir jamais eu affaire à eux pour ne pas les détester. Y'a que les gens perdus dans leur campagne qui ont jamais vu un flic ailleurs que dans la fourgonette de gendarmerie qui fait une ronde toutes les 2 semaines qui pensent que c'est des mecs exemplaires qui sauvent des vies. Imo dans la police y'a une immense majorité de gros cons, fachos, racistes et violents. Ceux qui font bien leur taff et ne font pas partie de cette catégorie soit le deviennent avec le temps, soit démissionnent, soit se suicident. 

Je suis pourtant un jeune homme blanc relativement aisé (pas leur cible n°1 on pourrait penser..) mais ayant grandi en banlieue est parisienne et ayant passé mon adolescence et début de vie d'adulte a faire des conneries dehors (edit: je précise au cas où, rien de violent, pas d'agressions ni de vols, rien qui porte préjudice à autrui) j'ai du avoir affaire à eux une entre une vingtaine et une trentaine de fois en tout soit pour des controles (gares, points "chauds" du département, soirées, controles routiers, manifs etc..) soit pour des trucs ou j'étais directement mis en cause et franchement je me souviens peut etre de deux ou trois fois seulement ou l'échange verbal était cordial, poli, respectueux et le vouvoiement de rigueur. Le reste du temps c'est direct menaces, pression physique et psychologique (coups d'épaules, de genou, clés de bras, palpation violente), humiliations, recherche du conflit et de l'outrage voir provocation, tutoiement, insultes, moqueries sur le style, coupe de cheveux, vetements, menaces ("on vous revoit ici on vous éclate", "oh put**n collegue retiens moi ou je vais l'enc**er le gosse" etc..), arrestations arbitraires et abus de la garde à vue/verification d'identité au poste sans aucune mise en cause judiciaire réelle ce qui est considéré par beaucoup  de défenseurs du droit comme anti constitutionnel car une privation de liberté sans jugement et parfois infondée ou injustifiée.

Ca aide pas à ne pas penser que c'est une belle bande de fdp. Alors j'ose meme pas imaginer si j'avais été noir ou arabe. Les gens ont l'air de découvrir un peu avec les histoires de gilets jaunes que le flic de base est un type qu'a envie de se défouler et peut peter le genou de n'importe qui juste pour le fun mais c'est pas nouveau ca a toujours été comme ca et c'était probablement pire avant. On file de l'autorité, du pouvoir et une impunité presque totale à des crétins violents, c'est forcément dangereux.

Bref, perso si je vois la police dehors et bien je fais de mon mieux pour les éviter, que j'ai un truc à me reprocher ou pas. Et les rares fois ou j'ai eu besoin d'eux pour déposer une plainte je me suis retrouvé face a des idiots profonds qui en ont rien a branler de ta vie et attendent qu'une chose c'est que tu te barres de leur commissariat pour retourner a leur discussion de m**de

Edited by fredydruger

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, fredydruger a écrit :

ayant passé mon adolescence et début de vie d'adulte a faire des conneries 

Tu as raison, c’est mieux de penser que les cons c’est les autres.
Ça permet d’avoir une meilleure opinion de soi-même.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

J'ai pas trop compris tu peux développer? T'essaye de dire qu'une bande de gamins qui emm**de pas grand monde et une bande d'adultes violents censés représenter l'autorité et l'ordre public c'est pareil, les deux sont cons? Et que la réponse violente qu'ils emploient est proportionnée et justifiée puisque les jeunes sont cons, les flics ont le droit de l'etre tout autant? J'ai jamais dit que j'étais exemplaire. Mais moi je suis pas détenteur d'autorité ;) 

J'ai l'impression qu'on oublie ca souvent. Les flics sont censés représenter la loi, la respecter et la faire respecter, etre exemplaires, et etre punis en cas d'abus. La bande de jeunes ou le manifestant ils ont pas preté serment hein. S'ils font des trucs illegaux on les présente a la justice et ils payent. Pour les flics c'est pas le cas et c'est ca le probleme et en aucun cas c'est au flic de faire la justice lui meme et d'appliquer la punition qu'il aura décidé tout seul
 

Edited by fredydruger

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Pour en revenir au point de vue de @fredydruger, il est intéressant car symptomatique de notre société actuelle.

On accepte pas des autres ce que l’on s’autorise soi-même, tu fais une connerie, ce qui peut arriver, ça se passe pas bien avec ces « cons de flics«  et pourtant tu nous le dis toi-même tu continues à faire des conneries.

Soit tu es maso soit très con, et non la jeunesse n’est pas une excuse à être un abruti.

Aucun parti pris dans mon propos, je dis juste que quand on veut pas avoir affaire à des cons, on évite de les fréquenter.

Edited by Holalahola
quote

Share this post


Link to post
Share on other sites
8 minutes ago, Touareg said:

je dis juste que quand on veut pas avoir affaire à des cons, on évite de les fréquenter

Ouais voilà faut savoir se prendre en main. Quand tu te fais matraquer la gueule t'as qu'à pas manifester.
Et quand on te refuse un logement parce que tu t'appelles Mohamed t'as qu'à faire un effort pour en trouver un autre.

Plus sérieusement, l'idée c'est que des fois t'as pas le choix. C'est bien de parler des choix qu'on a et des décisions, mais il y a des flics qui prennent des décisions pour nous et la ça peut piquer un peu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a 6 minutes, Touareg a écrit :

Ha, c’a m’avait manqué.

Pour en revenir au point de vue de @fredydruger, il est intéressant car symptomatique de notre société actuelle.

On accepte pas des autres ce que l’on s’autorise soi-même, tu fais une connerie, ce qui peut arriver, ça se passe bien avec ces « cons de flics«  et pourtant tu nous le dis toi-même tu continues à faire des conneries.

Soit tu es maso soit très con, et non la jeunesse n’est pas une excuse à être un abruti.

Aucun parti pris dans mon propos, je dis juste que quand on veut pas avoir affaire à des cons, on évite de les fréquenter.

 

Le gars apporte juste un témoignage sur son rapport à la police dans sa jeunesse de banlieusard.  (d'ailleurs j'ai raté le passage où il dit continuer à faire des conneries). Il est "symptomatique" de rien d'autre que ça.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 4 heures, Touareg a écrit :

Pour en revenir au point de vue de @fredydruger, il est intéressant car symptomatique de notre société actuelle.

On accepte pas des autres ce que l’on s’autorise soi-même, tu fais une connerie, ce qui peut arriver, ça se passe pas bien avec ces « cons de flics«  et pourtant tu nous le dis toi-même tu continues à faire des conneries.

Soit tu es maso soit très con, et non la jeunesse n’est pas une excuse à être un abruti.

Aucun parti pris dans mon propos, je dis juste que quand on veut pas avoir affaire à des cons, on évite de les fréquenter.

T'as manqué le point ou je dis que je suis pas représentant de la justice ni assermenté pourtant ca me parait important. Si je suis éventuellement con et violent c'est mon problème et j'en répondrai devant la justice mais du coup c'est ni en en impunité totale ni un abus de pouvoir. C'est bien ca le problème. Moi j'ai à répondre aux lois et à la justice. Eux se croient tout permis et neuf fois sur dix ca se finit sur un non lieu quand ils dépassent les bornes et en plus ils osent manifester (CF la manif de 200 flics a strasbourg quand leur collègue a été reconnu coupable d'avoir tabassé une dame de 57 ou 67 ans, qu'il a lui meme reconnu une faute grave et ses collègues font tout un cirque à déposer leurs armes en disant "on est abandonnés par les pouvoirs publics) les rares fois ou y'en a un qui mange une micro peine juste pour faire l'exemple et calmer la vindicte populaire alors qu'en face ca mangerait du ferme pour trois fois moins.

Et non j'ai pas dit que je continuais à faire des conneries. Il s'agirait peut etre d'apprendre à lire si t'as du mal à saisir le sens des phrases et qu'en plus faut répeter la même chose plusieurs fois pour que ca rentre. Ton propos est assez nauséabond de manière générale. Ca laisse entendre que les flics réagissent de manière proportionnée et que c'est normal ou justifié qu'ils fassent justice eux même puisqu'ils sont face à des situations où les gens font des conneries, des betises (j'ai bien utilisé ces mots pour souligner l'absence de gravité) ou même parfois des délits ou des crimes. En aucun cas c'est à eux de juger. Ils sont censés présenter les gens devant la justice. Pas faire justice eux même. S'ils le font c'est clairement un abus de pouvoir. C'es trop leur demander de faire le boulot dans le respect d'autrui et de pas s'improviser juge d'application des peines moyen ageuses type humiliation et violence corporelle? S'ils savent pas gerer le stress et qu'ils sont violents ils ont qu'a faire un autre metier genre boxeur pro ou s'engager a l'armée pour aller combattre quelque part j'en sais rien

e/ parfait exemple d'auto justice. Un jour je suis convoqué au poste dans une ville voisine sans aucun motif, j'avais 15-16 ans et je pensais qu'on m'appelait pour temoigner d'un truc qui s'était passé la semaine derniere devant mon college. Ma mere prend sa demi journée de congée pour m'y amener (jour de semaine). Arrivé au poste je présente mes papiers et la teubé de l'accueil crie un truc genre "il est là" et son énorme collegue se jete sur moi, me menotte et me dit que je suis placé en GAV. Ma mere panique, personne lui dit rien. Là dans un couloir tous les types de poste se moquent de moi genre "ah bah put**n ils ont changé", "il a pas le tete du metier dis donc", "toi tout seul comme un grand t'as fait ça?". Je sais toujours pas pourquoi je suis là et je me mange une balayette en étant menotté donc aucun moyen de me rattraper. Je m'ouvre l'arcade sur une plinthe et évidemment on m'emmene ni a l'hosto ni voir le medecin. Je pisse le sang mais je vais direct en cellule. 3 heures plus tard je suis couvert de sang sur le visage et sur mes fringues, on m'emmene en audition et j'apprend qu'un mec s'est fait voler sa moto genre moto-jacking par 2 types armés et m'aurait reconnu a "sûr a 65%" sur photo grace au fichier canonge (aka des photos de 2cm par 1.5 en noir et blanc sur un ordi d'il y a 15 ans). A cette époque j'étais meme jamais monté sur un scooter de ma vie, je savais pas conduire de moto.. Le type vient au comissariat pour me reconnaitre et évidemment en une demie seconde il dit que c'est pas moi. Là on me relache, ma mère voit mon état elle pete un cable, crie, se met a pleurer. On lui dit que j'ai trébuché. Pas une excuse que dalle. C'est limite si on me disait pas que c'était bien fait pour moi.. J'ai voulu porter plainte pour violence volontaire par personne dépositaire de l'autorité publique et non assistance à personne en danger évidemment personne a voulu prendre ma plainte. Ma mère a fait un scandale ils ont menacé de la coffrer. On a fait 4 comissariats du département après avoir vu un medecin qui m'a donné 3 jours d'itt et personne a voulu prendre ma plainte. J'ai abandonné là mais je m'en souviendrai toute ma vie. J'ai contacté un avocat par la suite qui m'a dit qu'il était illégal de placer quelqu'un en garde a vue pour ca, que "reconnaitre a 65% ca veut strictement rien dire" et qu'il était aussi évidemment illégal de refuser une plainte mais que ca servait à rien d'essayer de faire quoi que ce soit et que ca allait me couter une blinde en frais d'avocat et que de toute manière personne allait etre condamné.

Edited by fredydruger

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah j'ai oublié la fouille a poil + squats en toussant pendant que je pissais le sang du visage, par sécurité évidemment au cas où j'ai caché un flingue dans mon slip ou un couteau dans mon trou du cul pour venir foutre le zbeul au comissariat le jour de ma convocation. Tout à fait nécessaire ce genre d'humiliation sur un mec qui a pas fini sa croissance ni sa puberté et qui n'a été reconnu coupable de rien jusqu'à présent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 28/06/2020 à 15:09, fredydruger a écrit :

Faut avoir jamais eu affaire à eux pour ne pas les détester. Y'a que les gens perdus dans leur campagne qui ont jamais vu un flic ailleurs que dans la fourgonette de gendarmerie qui fait une ronde toutes les 2 semaines qui pensent que c'est des mecs exemplaires qui sauvent des vies. Imo dans la police y'a une immense majorité de gros cons, fachos, racistes et violents. Ceux qui font bien leur taff et ne font pas partie de cette catégorie soit le deviennent avec le temps, soit démissionnent, soit se suicident. 

 

Tu généralises vraiment TOUS les policiers de France juste pour ton expérience de banlieusard parisien.

Faut pas s'étonner après quand il y du racisme envers les arabes, juifs, blancs, flics, manifestants,... Avec ce genre d’amalgame...

 

 

PS : je ne suis pas la pour les défendre, loin de là, et désolé pour ton expérience perso, mais je suis prêt a parier que plus de 80% des flics sont de bons gars, que 80% des jeunes ne sont pas délinquants, que 80% des gens qui votent FN ne sont pas racistes mais le font pour de raisons personnelles, que 80% des manifestants/GJ ne sont pas des casseurs, etc...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quitte à écouter toutes ces élucabracation victimaires, autant le faire avec de la bonne zik §

 

"bim bam la police est comme un gang"

Évidemment c'est ridicule mais bon on a les causes qu'on mérite.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 10 heures, ilovekine a écrit :

Tu généralises vraiment TOUS les policiers de France juste pour ton expérience de banlieusard parisien.

Faut pas s'étonner après quand il y du racisme envers les arabes, juifs, blancs, flics, manifestants,... Avec ce genre d’amalgame...

 

 

PS : je ne suis pas la pour les défendre, loin de là, et désolé pour ton expérience perso, mais je suis prêt a parier que plus de 80% des flics sont de bons gars, que 80% des jeunes ne sont pas délinquants, que 80% des gens qui votent FN ne sont pas racistes mais le font pour de raisons personnelles, que 80% des manifestants/GJ ne sont pas des casseurs, etc...

BEAUCOUP de jeunes banlieusards font cette expérience, alors qu'à Audruicq c'est moins le cas. On peut peut-être envisager qu'il y a une mauvaise utilisation de la police et/ou qu'il y a un problème au sein de l'institution, non?

Les violences policières en France ont été dénoncées à plusieurs reprises par des journalistes, le Défenseur des Droits, Amnesty International ou même l'ONU au plus fort de la crise des GJ... On pourra objecter que ces dénonciateurs sont qu'un ramassis de gauchistes (je présume pas que c'est ton cas) mais j'ai pas ouï dire que ce genre de constats avaient été fait en Islande ou au Portugal...

 

Edited by Cidr0lin

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×