Jump to content
This Topic
Sashimi

Coronavirus de Wuhan

Recommended Posts

Par contre ça monte en réa.

Le taux d'incidence baisse nettement chez les 80+ ce qui doit amener une baisse notable des hospitalisations.

En parallèle je vois pas mal de médecins dire qu'ils ont à l'hôpital des patients plus jeunes qu'avant. 

Avant on avait beaucoup de vieux qui allaient à l'hosto et qui mouraient là-bas, maintenant on aurait des plus jeunes qui vont en réa.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
27 minutes ago, deux oreilles said:

Par contre ça monte en réa.

Le taux d'incidence baisse nettement chez les 80+ ce qui doit amener une baisse notable des hospitalisations.

En parallèle je vois pas mal de médecins dire qu'ils ont à l'hôpital des patients plus jeunes qu'avant. 

Avant on avait beaucoup de vieux qui allaient à l'hosto et qui mouraient là-bas, maintenant on aurait des plus jeunes qui vont en réa.

Oui et tout est assez logique. On vaccine les plus de 75 ans (et en priorité les Ephad donc même plutôt des 80+) qui décédaient sans passer par la case réa parce que c'est pas vraiment "fait pour eux" (pour simplifier).

Du coup c'est assez logique que l'effet de la vaccination se voit sur les hospitalisations et encore plus sur les décès. Mais pas sur les réas qui sont plutôt corrélés aux cas des moins de 80 ans (peu vaccinés et en augmentation).

Très grossièrement: Hosto = 45+ (mais avant tout des vieux); Réa = 45-80; Morts = 70+

Edited by M4URIC3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour être honnête j'ai pas fait le même exo sur les réas et les décès par flemme à cause de la qualité des données : les chiffres sont plus irréguliers et les décalages diagnostics/réa diagnostic/décès m'avaient l'air plus aléatoires  (et plus longs aussi, ce qui raccourcit le nombre de jours d'observation)

Dans quelques semaines on en saura plus.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
19 minutes ago, dupire said:

Pour être honnête j'ai pas fait le même exo sur les réas et les décès par flemme à cause de la qualité des données : les chiffres sont plus irréguliers et les décalages diagnostics/réa diagnostic/décès m'avaient l'air plus aléatoires  (et plus longs aussi, ce qui raccourcit le nombre de jours d'observation)

Dans quelques semaines on en saura plus.

 

En relisant le rapport en question:

We consider a conservative assumption of no efficacy on transmission or on susceptibility to be infected, in lack of estimates. Even with the higher daily rhythm (200,000 doses administered per day), vaccination has a minimal effect in reducing the number of hospitalizations in the timeframe under study (Figure S1). This result may be conservative for two reasons. First, we do not consider an efficacy in transmission or protection from infection. Second, priority is given to 65+ whereas vaccination is currently being rolled out in the 75+ age class in the timeframe under study, characterized by a higher hospitalization rate. As our model does not break down further age classes above 65 years of age, vaccination cannot account for the higher advantage in targeting older age classes.

 

C'est déjà pas dingue d'avoir un modèle qui fait comme si on vaccinait les plus de 65 ans indifféremment (alors qu'en pratique on a avant tout vacciné les Ephad ou t'entres en moyenne à 86 ans...) alors que la différence doit être monstrueuse sur l'impact des hospitalisations (c'est énorme la différence de proba d'aller à l'hosto à 65 ou à 90 ans dans un cas Covid). Quand t'ajoutes à ça le fait de prendre les hypothèses "conservatrices" sur le reste des facteurs liés à la vaccination, j'avoue que ça donne pas trop envie de se fier à leurs "modèles" qui s'assoit pour ainsi dire complètement sur l'effet de la vaccination en fait. J'imagine (j'espère) qu'il y a bien mieux ailleurs. 

Edited by M4URIC3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, M4URIC3 a écrit :

Oui et tout est assez logique. On vaccine les plus de 75 ans (et en priorité les Ephad donc même plutôt des 80+) qui décédaient sans passer par la case réa parce que c'est pas vraiment "fait pour eux" (pour simplifier).

Du coup c'est assez logique que l'effet de la vaccination se voit sur les hospitalisations et encore plus sur les décès. Mais pas sur les réas qui sont plutôt corrélés aux cas des moins de 80 ans (peu vaccinés et en augmentation).

Très grossièrement: Hosto = 45+ (mais avant tout des vieux); Réa = 45-80; Morts = 70+

C’est pas surtout l’effet des variants qui touchent plus de tranches d’âges ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
39 minutes ago, loorent said:

C’est pas surtout l’effet des variants qui touchent plus de tranches d’âges ?

Qui touche plus les jeunes tu veux dire ? Je crois pas qu'il y ait quoi que ce soit de sérieux en la matière (?). En Angleterre ça parlait de ça au départ mais seulement parce qu'il y avait beaucoup de circulation chez les plus jeunes (exactement comme quand c'est reparti en France à la fin de l'été avec le variant classique). En sachant qu'ils avaient un confinement mais des écoles ouvertes donc rien  de fou. Mais je veux bien des sources si y a du nouveau là dessus.   

Par contre on est à 27% des 75ans + avec au moins une dose de vaccin (et beaucoup de littérature maintenant sur l'effet après une seule dose) et 80% des Ephad (donc on monte sans doute dans le % de vaccinés plus l'age avance). Avec pas mal de signaux qui montrent un effet déjà significatif (et logique) dans cette tranche d'âge qui est clé pour les décès et les hospitalisations... mais pas autant pour les réas puisqu'en général on n'intube pas les plus vieux. 

Edited by M4URIC3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon, quelqu'un a dans son entourage un ami ou parent qui laisse courir à cause d'un médecin traitant qui confond opinion et vérité scientifique ? Je croyais mon père - 78 balais - vacciné, il me répond que non. Quand je lui demande si c'est parce qu'il vient à peine de recevoir la convocation, il me dit que ça fait un moment qu'il l'a. Il le fera... plus tard... on verra... y'a pas le feu au lac.

Moi : Tu crois pas que c'est important et que ça mérite d'être traité sérieusement ? T'as rien fait ? 

Lui : Si, si. J'en ai parlé à mon médecin traitant. Il m'a conseillé de me faire vacciner.... mais bon, même lui, je l'ai pas senti très convaincu...

Je me demande combien de quidams qui sont à la base déjà un peu sceptiques niveau médocs/vaccins vont être plus ou moins confortés dans leur vue par leur propre docteur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/03/03/anne-hidalgo-il-faut-engager-une-strategie-zero-covid-en-evitant-des-confinements_6071849_3232.html
Le léger malentendu de la semaine dernière est dissipé. Les gens n'aimant ni le covid ni les confinements, ça sera finalement 0 covid sans confinement.

 

Edited by dupire

Share this post


Link to post
Share on other sites
27 minutes ago, dupire said:

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/03/03/anne-hidalgo-il-faut-engager-une-strategie-zero-covid-en-evitant-des-confinements_6071849_3232.html
Le léger malententu de la semaine dernière est dissipé. Les gens n'aimant ni le covid ni les confinements, ça sera finalement 0 covid sans confinement.

 

Preneur de l'article si quelqu'un a un compte. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 16 minutes, M4URIC3 a écrit :

Preneur de l'article si quelqu'un a un compte. 

Spoiler

 

Tribune. Nous y sommes. Le variant dit « anglais », plus contagieux, est devenu majoritaire dans la plupart de nos régions et l’épidémie repart avec une augmentation de 15 % de nouveaux cas par semaine. Identifié en septembre 2020 au Royaume-Uni, ce variant y est devenu majoritaire le 26 novembre. En quelques semaines, il est passé de 25 % à 75 % des contaminations, semant le chaos chez nos voisins britanniques.

En France, cette progression inéluctable a été annoncée dès le 7 février par une équipe de l’Inserm. Une autre équipe de chercheurs du laboratoire de virologie du CHU de Montpellier signalait le 17 février que « les infections causées par le variant [anglais]seraient déjà majoritaires, pour la plupart des régions d’ici à la fin du mois de février 2021 »

Il y a un an, nous étions dans une situation similaire, à la veille de la première vague. Il y a six mois, nous étions dans une situation similaire, à la veille de la deuxième vague. Cela fait désormais cent trente jours que nous vivons un semi-confinement avec de sévères mesures de restrictions de nos libertés : couvre-feu instauré le 17 octobre, confinement le 30 octobre, puis succession de couvre-feux depuis le 15 décembre.

Il faut se souvenir que, en octobre, l’objectif annoncé était de 5 000 cas par jour. Aujourd’hui, nous dépassons les 23 000 cas quotidiens. Le taux d’incidence par classe d’âge s’élève en moyenne à 219 cas sur 100 000 habitants en France, soit plus de 4 fois le seuil considéré comme acceptable.

Cette épidémie impose à tous l’humilité. Lors de la première vague, entre février et juillet 2020, nous avons enregistré 30 300 décès et, pour cette deuxième vague, nous déplorons 56 946 décès de plus. Plusieurs centaines de malades meurent chaque jour, 417 rien que le 2 mars. Nos services de réanimation sont proches de la saturation. Les Français comme les soignants sont épuisés et l’horizon semble bouché.

Ma seule préoccupation est d’aider à trouver des solutions pour réduire le nombre de décès, accélérer le retour à une vie normale et répondre à la détresse de celles et ceux qui subissent de plein fouet la crise économique et sociale. Les étudiants, les familles qui vivent dans des logements exigus, les personnes isolées souffrant d’un état de santé fragile ont plus que jamais besoin d’un accompagnement ciblé. Quels sont les choix qui s’offrent à nous ? Que devons-nous dire à nos concitoyens ? Comment nous organiser collectivement ? Sur la vaccination, comment réussir ?

La vaccination de tous les Français qui le souhaitent, avant la fin de l’été, est un objectif que je partage. Le retour d’expérience d’Israël et du Royaume-Uni montre que c’est le bon chemin. La question est la suivante : que devons-nous faire pour que les mois qui nous séparent de l’immunité collective ne tournent pas à la catastrophe ?

Il faut d’abord considérer les Français en adultes responsables. L’information sur les dates de livraison et la quantité de vaccins disponibles existe, mais elle est difficile d’accès. Et les données statistiques communiquées par le ministère de la santé ne permettent pas de répondre à l’anxiété que l’on éprouve quand on ne trouve pas de date de rendez-vous pour faire vacciner ses parents ou ses grands-parents.

Comme beaucoup de mes compatriotes, même si les nouvelles sont mauvaises, je préfère les connaître plutôt que d’être laissée dans l’ignorance. Et si l’on veut que l’objectif annoncé d’une immunité collective à l’été soit crédible, il faut que les étapes de sa réalisation soient décrites clairement. Nous devons aussi tirer les enseignements de l’expérience britannique. Le séquençage massif est indispensable pour savoir à quel variant on a affaire et anticiper.

Aujourd’hui, ce qui mine le moral des Français n’est pas seulement la pénurie de vaccins, c’est aussi le manque d’informations sur les causes de cette pénurie et sur ce qui est fait pour y remédier. Si l’échéance annoncée de la fin de l’été n’est pas tenable, il faut le dire au plus tôt. Nous avons tous besoin d’espoir, mais d’un espoir réaliste et crédible.

Une stratégie de lutte contre le Covid ne saurait se résumer à une succession de mesures de confinement et de déconfinement, dans le cadre d’une approche tactique de « stop-and-go » qui ne fournit aucun résultat probant ni ne dessine aucun horizon.

Nous vivons dans un semi-confinement depuis octobre, et celui-ci semble ne jamais devoir s’arrêter quand on examine les chiffres quotidiens de contaminations. On nous propose désormais un confinement pour les seuls week-ends, nous réduisant à travailler sans plus aucun temps pour soi, pour sa famille ou pour les autres. Cette situation sans issue rend le pays atone et produit des dégâts économiques, sociaux et psychologiques considérables.

Plus que jamais, la question qui se pose est de savoir comment maintenir le lien social, une vie harmonieuse de proximité et nos activités physiques, intellectuelles et culturelles.

La notion même de « confinement », si elle a pu produire des effets lors de la première vague, renvoie aujourd’hui à l’idée d’enfermer les gens chez eux, quand on sait pourtant que c’est à l’air libre que l’on court le moins de risques.

Une stratégie où les activités collectives – enseignement, restauration, loisirs, culture, sport –, avec port du masque, respect de la distanciation physique, des gestes barrières et des jauges, se dérouleraient partout où cela est possible, près de chez soi et en extérieur, doit être absolument envisagée à l’approche des beaux jours.

Ecoles, collèges, lycées, universités doivent en permanence être au cœur de nos préoccupations. Nous voyons combien les choix actuels peuvent être source d’inégalités, de stress, de mal-être. Quels arguments scientifiques peuvent justifier ces choix ? Toute décision doit faire l’objet d’une concertation approfondie et d’une information transparente. L’avenir de notre jeunesse est en jeu.

De surcroît, dans les grandes villes, la fixation d’un couvre-feu à 18 heures, déconnectée des réalités locales, crée des situations où les transports en commun et les supermarchés sont bondés. Les maires devraient se voir confier le soin de gérer un étalement adapté des horaires de retour pour éviter ces situations, en lien étroit avec les préfets.

Au fond, ce qu’il nous manque aujourd’hui, c’est une plus grande coopération avec les citoyens, les élus locaux, mais également l’ensemble des acteurs économiques, culturels et sociaux, pour construire un consensus autour des objectifs à atteindre et une stratégie sanitaire claire pour y parvenir, dans le cadre d’un véritable débat démocratique où le Parlement jouerait pleinement son rôle.

« La stratégie “zéro Covid” a montré sa supériorité sur les plans sanitaire et économique » ont écrit les économistes Philippe Aghion et Patrick Artus dans Le Monde du 24 février. Angela Merkel milite pour la mettre en œuvre en Allemagne. Afin de lever le principal argument qu’on lui oppose, cette stratégie « zéro Covid » doit être menée au niveau de l’Union européenne. On perçoit bien aujourd’hui les limites de stratégies nationales différenciées

Une initiative franco-allemande, avec le Portugal qui préside aux destinées de l’Union européenne, aurait un poids considérable. Est-ce encore possible ou est-il trop tard ? Chaque jour qui passe est un jour perdu. On sait maintenant que, plus on réagit vite et tôt, plus l’action pour briser la chaîne des contaminations est efficace.

Nous avons huit semaines devant nous pour accélérer drastiquement la vaccination et notre immunité collective et engager une stratégie « zéro Covid » en évitant des confinements. Travaillons en concertation et donnons-nous rendez-vous en mai pour préparer l’avenir. Les premiers résultats nous permettront alors de mettre en œuvre une stratégie « zéro Covid » pour reprendre le cours normal de nos vies. Ce sera décisif.

Je le répète : un dialogue respectueux et responsable sur les avantages et les inconvénients des différentes options qui s’offrent à nous est indispensable. Soyons inspirés. Il y a encore beaucoup d’incertitudes et du chemin à parcourir pour sortir de cette crise. Expliquer, s’expliquer, bâtir un consensus, restaurer la confiance. Est-ce trop demander ?

 

Je te promets que je n ai pas enlevé les passages intéressants ni les propositions 

Edited by dupire

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 45 minutes, dupire a écrit :

Nous avons huit semaines devant nous pour accélérer drastiquement la vaccination et notre immunité collective et engager une stratégie « zéro Covid » en évitant des confinements.

Pourquoi 8 semaines ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Pour illustrer ce qu'on disait plus haut, les 80+ représentent peu de personnes en réa (trop vieux) donc peu d'effet vaccination + une hausse liée à la hausse récente. Les 80+ représentent beaucoup des hospitalisations donc baisse grace aux vaccins à priori. 


Faut espérer qu'on puisse vacciner une partie des 60-80 ans rapidement avec le AstraZeneca maintenant si c'est bien ce qui se dessine. 


Edit: Et même si c'est intéressant à voir au global, y a des réalités très différentes selon les régions 

Edited by M4URIC3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le problème en rea qu'ils ont actuellement, c'est que les patients y restent beaucoup plus longtemps. Avant, c'était 15 jours en moyenne suivi de décès ou sortie. Là, avec l'amélioration des traitements et du rajeunissement des patients, c'est des séjours de parfois 2 mois.

Du coup, ça libère pas des masses de places.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, dupire a écrit :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/03/03/anne-hidalgo-il-faut-engager-une-strategie-zero-covid-en-evitant-des-confinements_6071849_3232.html
Le léger malententu de la semaine dernière est dissipé. Les gens n'aimant ni le covid ni les confinements, ça sera finalement 0 covid sans confinement.

 

On dirait du Trump. "It's gonna be great". En même temps, il s'est fait élire, donc ça se tente.

PS : j'ai voté pour elle. Deux élections municipales de suite. /(

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

image.png.a2515f52b1244aba0c5a207c7175f262.png

(source contaminations : ourworldindata)

Ce graphe est assez fascinant quand même.
On dirait bien qu'il y a un facteur X  significatif devant les autres (restrictions, écoles, variants,...), peut-être l'humidité absolue (doux-froid-redoux) ?. Si c'est le cas c'est cool à moyen terme mais à court terme il va refaire froid.

A noter que la légère résurgence en allemagne les a fait rater l'objectif initial de déconfinement qui permettait de tracer toutes les contaminations ; Merkel a été contrainte de rouvrir, ce qui sonne a priori la fin des ambitions zeroCovid en l'allemagne, et donc probablement en europe.
Ca se joue à peu de choses quand même 

 

Edited by dupire

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bof là c'est un peu différent du fail de la vaccination, ils ont les doses ils en veulent pas
Le refus vaccinal à l'hôpital c'est pas un problème nouveau
Sauf que là c'est problématique de demander à la société d'accepter un confinement et des conséquences déflagratoires pour désaturer le système, quand dans le même temps il y a un nombre assez délirant de contaminations nosocomiales de personnes fragiles qu'on peut éviter de manière gratos et indolore. Quitte à proposer la pire des solutions il faut avoir tenté les autres

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


English
Retour en haut de page
×