Jump to content
This Topic
cosmictrip

Coverage WPO Dublin 2019

Recommended Posts

A l’assaut du WPO !

C’est le rendez vous désormais légendaire de tous les fans de poker de France, de Navarre et d’ailleurs. Une foule de flibustiers à l’abordage du Citywest, à Dublin, prêt à faire parler la poudre pour débusquer les trésors irlandais. Tirons les premières cartes, les premières Guiness et partons à l’abordage de ce Winamax Poker Open !

Après avoir traversé la Manche, les campagnes du West Midlands, plané sur le canal Saint Georges et la Mer d’Irlande, poussé jusque dans les campagnes de l’ouest dublinois, nous y voilà enfin !

large.DSC_0254.JPG.711219033ffe5af9d023d
Un ciel nuageux, un green, un logo W... Pas de doute, nous sommes bien arrivés au Winamax Poker Open.

Le sublime domaine de City West, son château digne de Moulinsart, ses greens impeccables et sa grande salle quadrillée de tapis vert, a ouvert ses portes. Les joueurs affluent par dizaines, les premiers jetons s’entrechoquent déjà et un vent de poker se mêle aux bourrasques qui soufflent sur les forêts avoisinantes. Prêt pour le top départ, les joueurs sont peignés, les tireuses de bières branchées…. Mesdames et Messieurs, bienvenu à la dixième édition du Winamax Poker Open.

large.DSC_0300.JPG.70c2c257b9466cbc71a8b
Ce qui fait la beauté de l'Irlande, c'est avant tout la diversité de ses paysages. 

large.DSC_0302.JPG.43ba891738ef32f580e64
La salle se remplit, la table TV est lancée, les photographes, les amateurs, les teams pros sont en place... Que la fête commence !

Comment résister à cette étape mythique qui réunit chaque année la grande famille du logo W ? Est-il vraiment nécéssaire de la présenter ? Des milliers de joueurs, venant des six coins de l’Hexagone, du pays du trèfle bien entendu, du jambon Serrano ainsi que quelques contingents d’Europe orientale ont rallié le Citywest pour une nouvelle semaine de poker, de détente et de Guiness.

Une flopée de tournois excitants, en short-handed, bien entendu, avec en point d’orgue, un Main Event magnifique autorisant les rêves les plus fous. Un cadre vert et bucolique pour apaiser les tourments de la rentrée à travers les milles activités qui enivrent des centaines de participants. Footgolf, barbecue, soirée irlandaise et biensur, le célèbre, l’inexorable, le sempiternel Winamax Beer Pong Open !

Cette semaine de festivités couvrira d’or les joueurs et les buveurs les plus valeureux. Par le passé, le WPO a permis d’adouber de nombreux jeunes chevaliers ayant montré leur valeurs armés de cartes ou de pintes. On se souvient de 2015, lorsque l’impétueux Pierre Calamusa avait désarçonné tous ses adversaires pour s’offrir le Main Event. Le suzerain Antonin Teisseire avait fait parlé son adresse légendaire l’année suivante tandis qu’en 2017, la barre historique des 1 000 combattants étaient franchis lorsqu’Otto Richard s’imposait devant Sonny Franco. On oublie pas non plus la révélation du jeune écuyer Delmas sur le High Roller de cette même année, ni la démonstration Karol Wojciechowski lors du WPO record de l’an passé… Ni les exploits de Gaelle Baumann et Harper sur le Beer Pong.

En attendant le début du Main Event qui débutera demain, on va se chauffer les doigts avec le Day 1 du High Roller, où je vois que plus de 130 joueurs ont déjà pris leur siège. 

large.DSC_0247.JPG.1b4d5a3d5ef94c20c8a1c
Que de beaux souvenirs en rembobinant la pellicule des WPO passés. Une seule question, qui succèdera à tous ces héros ?

large.DSC_0315.JPG.caf7710e4ef4e079f3b53
Difficile de louper@LeVietF0u, son sourire et son logo rouge. Le vainqueur du WPO 2015 est l'un des premiers teams pros à rentrer en piste

Amis Cpistes, frères de cartes, camardes, nous voilà une nouvelle fois à bord de cette caravelle dublinoise où flotte l’étendard du W.  Embarquez avec nous pour cette croisière pokeristique, portée par les vents irlandais, bousculée par les flots de bières, et comme les milliers de pirates qui envahissent aujourd’hui le City West, partons ensemble en quête des trésors de ce WPO !

large.DSC_0294.JPG.ca690e427737045f7b9d3
Du poker, mais surtout de la détente, du folklore et du plaisir... C'est pour ça qu'on aime le WPO.

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonne semaine Fausto. Quand tu veux pour un beerpong, à condition que t'enlèves ton blaser. Le seul gonz du WPO qui se trimballe avec une veste de costard, alors qu'on sait tous les joueurs de poker ça se lave pas, ça garde le même caleçon fétiche depuis 6 ans, ça joue en tong et ça pue des pieds.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Poker, Beerpong, Footgolf & Barbecue

Avant de rentrer dans le vif du sujet, parlons du programme de feu qui nous attend pour cette semaine dublinoise. Comme d’habitude, des tournois de poker alléchants, mais aussi des festivités enivrantes.

Pendant les cinq prochains jours, nous irons graviter autour des tables pour explorer l’ambiance et l’action des deux tournois phares du festival : Le prestigieux High Roller, son buy-in classieux à 1 000 €, sa ribambelle de stars, de regs et de pros. Les hostilités sont déjà lancées, avec plus de 130 joueurs ayant déjà pris place.

large.DSC_0306.JPG.728537965d9a09b7cb717
Ca tourne déjà sur les caméras du High Roller. Le field se remplit, les premières cartouches sont tirées. On va s'empresser d'aller faire notre premier tour de table.

Un amuse bouche d’exception avant de s’attaquer au plat de résistance : le Main Event, son field massif et son Prize pool alléchant qui nourrit les rêves du millier de prétendants, peut être plus, qui devrait encore une fois prendre place dans l’arène du Citywest. On commencera dès demain avec le Day 1A et cette bataille épique nous fera vibrer jusqu’à dimanche soir, pour le dénouement de la table finale !

Voilà pour la crème du festival mais les joueurs pourront également croquer dans les autres sucreries qui composent ce superbe gâteau dublinois. Des Bountys presque quotidiens, des turbos pétillants, un Monster Stack savoureux et biensur, les Déglingos tapageurs qui animeront les fins de soirées… Voici le programme complet de ce festival :

large.438c5383-4212-456c-b39a-ee35e59d6a
large.dfde2cac-0b12-4a7c-9595-b5420a315c


Il ne peut y avoir de WPO sans CP Radio. Comme toujours, les magnifiques @ShiShiet @Comanche déposeront leurs micros à Dublin pour régaler vos oreilles avec deux émissions d’exception en direct de Dublin. N’ayez crainte, vous serez informé en temps et en heure de l’arrivée de vos animateurs préférés et des surprises qu’ils vous auront concocté.

giphy.gif

Entre temps, on ira biensur faire un tour du côté des animations qui font le sel de ce festival. Des pintes de bières qui giclent sur les tables, des balles de ping pong qui volent, des rires et cris de joie qui emplissent les salles du Citywest Hotel… Ca vous dit quelque chose ?

D’ailleurs, les festivités ont déjà commencé avec le célèbre FootGolf & Barbecue qui s’est déroulé hier dans la matinée. 24 équipes ont fait parlé leur science du Drive et du put sur l’herbe du Newcastle Golf Centre. Parmi eux, des footballeurs affutés, des amateurs houblonés mais aussi quelques personalités venus s’essayer à l’une des vieilles traditions du WPO.

On a ainsi pu observer le talent de Mohamed Henni, qui viendra pour la première fois tâter les tapis dublinois. L’expert en pari sportif a réussi l’exploit de finir le parcours en prêt de 72 coups, soit 43 coups au dessus du part.

large.IMG_7223.jpg.3520de8f6e53e27ad42b1
Toute la technique de Mohamed Henni et de son coup de pied alliant puissance et sensualité. "J'ai joué en DHR une fois, justifie le supporter de l'OM. Y'avait eu une bagarre donc tous les joueurs étaient suspendus".

Jolies performances pour la team Merguez d’Ivan Deyra, pas loin d’aller chercher la win, tout comme celle du youtubeur helvète PsYkO17 mais personne n’a pu résister à la team niçoise formé de Simon et Romain. A l’instar d’Alassane Pléa, ces deux nostalgiques du stade du Ray ont créée la magie balle au pied, terminant avec un score de 32 qui leur permet de repartir avec le prestigieux trophée. Petite pause détente autour du barbecue et tout le monde est reparti sur les tables du Citywest.

large.IMG_7256.jpg.75698d32d3adae22ce39a
Le coup de pied soyeux d'Ivan "Beckham" Deyra, aussi élégant carte en mains que balle au pied.

large.IMG_7300.jpg.d1e702fff2d3e9b19894e
Le trophée dans une main, la saucisse dans l'autre. Nos amis niçois Simon et Romain ont passé une agréable matinée.

large.IMG_7302.jpg.b523ff47935e61804c0a0
Quoi de plus à l'aise qu'une Merguez au bord d'un barbecue. Le team Pro Winamax, fraichement champion du monde WSOP, a livré quelques mots à Club Poker entre deux bouchées de saucisses. Interview à paraître très prochainement.

Les festivités continueront demain avec le très attendu Winamax Beer Pong Open prévu demain à partir de 19 heures et pour les amateurs de danse irlandaise, ne loupez pas l’Irish Party de ce soir et son fameux « rodéo mouton ».

Voilà pour les petites coquineries de la semaine. Maintenant, place au poker !

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 25/09/2019 à 15:06, PonceP a écrit :

Bonne semaine Fausto. Quand tu veux pour un beerpong, à condition que t'enlèves ton blaser. Le seul gonz du WPO qui se trimballe avec une veste de costard, alors qu'on sait tous les joueurs de poker ça se lave pas, ça garde le même caleçon fétiche depuis 6 ans, ça joue en tong et ça pue des pieds.

Merci @PoncePmais pas de caleçon fétiche de mon côté, il faudra t'habituer à mon costard porte bonheur. J'aime bien ce côté James Bond-smoking-cigare, ça se perd de nos jours avec tous ces joueurs en claquette jogging. Mais t'inquiète j'alternerai avec mon maillot de la Colombie pas lavé depuis une semaine pour compenser sur les prochains Days. Et quand tu veux pour un Beerpong ! 

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dans la cour des grands

C'est la chantilly, le nappage chocolaté, le caviar, l'os à moelle de ce WPO. Plus de 160 joueurs pris leur ticket pour ce buffet d'exception et le grand banquet du High Roller peut véritablement commencer. Premier tour de table.

Un buy-in princier, une structure luxueuse et un field éclatant, ce High Roller a de quoi faire saliver les amoureux du jeu. 100 000 de stack de départ et des niveaux de trente minutes avec une augmentation très progressive. C'est le genre de tournoi qu'on aime et qui permet aux joueurs les plus affutés de faire l'étalage de leur palette technique. De nombreux grinders redoutables sont au rendez vous. La team Pro Winamax, bien évidemment, où l'on ne déplore que l'absence de Kool Shen, en plein enregistrement de la série "Engrenages". Sinon, ils sont quasi tous là :

large.DSC_0336.JPG.0dd79f03fd5d8f0ff67a2
En place sur un High Roller, avec les copains, le team, la famille... Papa Davidi a le sourire pour son début de séjour Dublinois

David Kitai a déjà envoyé sa première bullet, Gaelle illumine la salle de Citywest où l'on entend les rires Pierre Calamusa et les blagues de @volatile38. Ivan Deyra et Aladin Reskallah rayonnent, tout comme le sourire de Leo Margets et la barbe d'Adrien Delmas. Sans pression, Adrian Matéos a débarqué après 4 heures de late reg et commencent tranquillement sa grind avec 60BB Deep.

large.DSC_0354.JPG.88720d4f202b0ed54b8ca
Une bonne grasse mat' pour Adrian Matteos qui est l'un des derniers à avoir pris place dans ce High Roller. Et ne vous en faites pas, ses quatre jetons de 25 000 devraient vite faire des petits.

Mais il n'y.a pas que les logos W qui font peur au moment de s'asseoir aux tables de High Roller. Demandez aux voisins d'Antoine Goutard, l'homme qui win environ un tournoi sur deux depuis maintenant un an. Mentionnons également la présence d' Ugo Faggioli, dont on avait documenté les braquages à Prague et à Marrakech l'année dernière. A la même table, il est possible de retrouver une brochette Maxime Chillaud, Adrien Delmas et Mateusz Wozniak, redoutable joueur polonais qui s'est adjugé le dernier Battle Royal du Sismix Costa Brava.

large.DSC_0374.JPG.01af36c4b4b9af1bea5d4
Le jeune grinder Antoine Goutard, qui dévaste tout sur son passage depuis un an, bien accompagnée par la team pro espagnole Leo Margets

large.DSC_0358.JPG.75e7639ceb0acfd9dba66
Le boss Ugo Faggioli aime les High Roller et il le montre aux tables comme aux photographes.

large.DSC_0350.JPG.46f23d29c9199d1a68baf
Maxime Chillaud et Adrien Delmas (à gauche) tentent de résister à la foudre du Polonais Wozniak (casquette à droite). Mais pour l'instant, c'est le Polonais qui cause des problèmes à la bande de grinders.

Mais pour l'instant, c'est un Irlandais qui est roi chez lui à Dublin. Et pas n'importe lequel puisque Patrick Clarke, double finaliste EPT, finaliste WSOP et vainqueur il y a un mois du Party Poker Millions de Rozvadov, pour 170 caramels, a déjà monté 400 000 jetons.

large.DSC_0376.JPG.30716b0a66d43f929d302
Patrick Clarke fait le spectacle à domicile. 4 starting stack en tout juste trois heures de jeu pour le champion irlandais, en plein kiff pour ce début de WPO.

Il reste 122 joueurs (sur 166 inscriptions)
Level 8 - Blindes : 800/1600, ante 1600
Moyenne : 133 000

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Elisha sourit

Après avoir vu quelques unes des stars du field, mettons la lumière sur ces jeunes grinders moins connus du circuit. Pour ce premier coup de projecteur, voici Elisha Benguigui, qui vient de rejoindre Patrick Clarke dans le groupe des chipleaders.

Jusqu'à cet été, il avait une fiche Hendon Mob magnifique : Une seule ligne, une win et un joli pactole de 24 patates récoltées sur le Monster Stack du dernier Sismix Costa Brava. Le genre de fiche qui impose le respect, pour un gars qui célébrait alors son troisième tournoi Live. Malheureusement, Elisha Benguigui a été l'auteur trois mois plus tard d'un ITM à Namur, un min cash à 200 balles sur un tournoi random qui fait un peu tâche juste au dessus de sa win à 24k. On lui pardonnera cette faute, surtout que le jeune grinder qui a déménagé à Malte a prévu de multiplier les essais en Live.

large.DSC_0381.JPG.7445a47e6e1fc2edbe4ea
Avec un T-shirt pareil, normal qu'on reçoive des livraisons express.

Air total, bluf de l'espace et décollage

Du Monster Stack, il est passé au High Roller pour son deuxième festival winamaxien. Et ça lui réussit bien puisqu'Elisha s'est retrouvé vite propulsé dans les hauteurs du tournoi. A la faveur d'un joueur assez fantasque. Open du Cut Off, call de la SB et Benguigui 3bet :As:Js 6 000 en BB, payé par la SB. Sur le flop :Jd:3h:6c, Elisha C-Bet 1/5e pot, snap raise par son voisin de droite qui demande 11 000. Payé. Sur la turn :4s, son adversaire opte cette fois pour le check et Elisha demande à son tour 11 000, payé par son adversaire. River :2s, et la SB ressort de sa boite avec un bet à 27 000. Benguigui paye et son adversaire retourne un sublime :Ts:8h pour un air total d'un bout à l'autre de la main. Coquin, mais surtout jouissif pour Elisha qui a ensuite enchaîné les coups favorables pour passer la barre des 400 000 jetons.

Il reste 113 joueurs (sur 172 inscriptions)
Level 9 - Blindes : 1 000/ 2 000, ante 2 000
Moyenne : 150 000

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bataille stratosphérique dans la galaxie Winamax

Deux colosses du Team viennent de produire une main venant d'une autre galaxie. Romain Lewis vient d'être propulsé dans les étoiles du High Roller tandis qu'Adrian Matéos est brutalement éjecté hors du cockpit.

Rangez vos Pio Solvers, vos livres de stratégie, fermez vos crackers, arrêtez tout ! Le coup de poker auquel nous venons d'assister ne vient pas de notre planète. En même temps, il opposait deux extraterrestres du jeu : Le jeune Romain Lewis face au champion espagnol Adrian Mateos. Et le move surréaliste de Romain a provoqué une fission nucléaire dans le stack de l'Espagnol qui s'est téléporte chez celui de Romain.

large.DSC_0399.JPG.f050494b16bb5a16083b4
Deux extraterrestres du jeu en pleine action. Romain Lewis et ses moves fantasques face au colosse espagnol Adrian Mateos

Ca commence par une ouverture de Lewis à 6 000, relancé 15 000 par Mateos, payé par le Français. Les deux joueurs voient un flop :6h:3s:Qh. C'est là que ça devient trouble. Romain Lewis opte pour un donk bet... à 1BB. Adrian répond par un re-raise à 15 000, ça revient sur Lewis qui opte cette fois pour un min raise à 30 000. L'espagnol complète.

Turn :Td et Lewis décide cette fois de check. Mateos annonce 30 000, son confrère paye et les deux joueurs voient la river :2d. Un peu plus de 120 000 au milieu, Lewis mise alors... 3 000, 1BB, avant de rapidement se prendre l'orage. Tapis 105 000 annoncé chez l'Espagnol. Romain ne sait plus quoi faire. Il gesticule, parle à son ami, rigole, hésite avant de finalement placer le jeton du call.

Adrian fait un signe de la tête signifiant "bien joué" à son collègue et se lève en retournant :Ad:Kd tandis que Romain Lewis encaisse un pot colossal grâce à son... :Th:8h.

Comment on dit "mutant" en espagnol ?

Il reste 96 joueurs (sur 179 inscriptions)
Level 11 - Blindes : 1 500/ 3 000, ante 3 000
Moyenne : 190 000

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
A mi parcours, l'heure de la digestion

Alors que les joueurs sont partis en dinner break, le High Roller a déjà perdu la moitié de ses prétendants. Un petit point chipcount s'impose.

Je sens que cette semaine de poker ne va pas nous faire perdre de kilos. Contrairement à certains tournois où l'on doit se contenter de self service frugaux ou de petits sandwichs attrapés à la volée, le Citywest hôtel propose une belle diversité de points ou se restaurer. Et les Irlandais ne font pas dans la frugalité. Du poulet, des saucisses, du porc à toutes les sauces, un resto asiatique et les classiques sandwichs/burgers frites pour les moins aventureux... Sans parler des bières qui viennent alléger l'esprit mais aussi nous alourdir le bide. Je sens qu'on va rentrer avec un petit ventre de cette semaine de coverage.

giphy.gif
Régime à l'irlandaise

Pour les joueurs du High Roller aussi c'est l'heure de la digestion puisque les 92 joueurs encore en lice reviennent tout juste de dinner break. J'ai profité de la salle vide pour aller observer les plus hautes piles de jetons. Voici donc ce que j'ai pu observer.

large.DSC_0412.JPG.cee60e94e9c6d0315e914
Adrien Delmas mène la délégation Winamax sous les projecteurs de la table télévisée. Une barbe toujours aussi proprement taillée et un stack bien rangée qui culmine à plus de 450 000 jetons. Le vainqueur du HR 2015 est plus que bien parti.

large.DSC_0410.JPG.37db31e1d3224fa183f58
Ivan Deyra mène tranquillement sa barque dans ce High Roller. Juste avant la pause, je l'ai vu placer un beau coup de massue à son voisin de droite. Open UTG, défense de la BB. C-Bet sur flop :Qs:9h:5c. Check-check turn :Tc et un beau pot size bet sur la river :2s. Son adversaire a tanké, payé, puis mucké après que le team pro ai montré son :Kd:Qc. Une petit apéro avant d'aller diner.

large.DSC_0418.JPG.c1d9aa6893b86ec42988a
Dans des hauteurs un peu moins vertigineuses, Leo Margets et Adrien Reskallah attendent tranquillement leur spot et gravitent légèrement au dessus du tapis de départ.

Chipcount partiel :

Max Silver : 505 000
Adrien Delmas : 450 000
Mathieu Lamagnère : 430 000
Sven Mc Dermott : 430 000
Zebib Bassel : 412 000
Elisha Benguigui : 400 000
Maxime Buyl : 370 000
Patrick Clarke : 330 000
Antoine Goutard : 350 000
Nicolas Plantin : 305 000
Davidi Citai : 300 000
Jason Tompikns : 285 000
Ivan Deyra : 280 000
Martin Olali : 268 000
Olivier Marchet : 265 000
Thomas Simsen : 245 000
Jean-Christophe Jourdain : 220 000
Romain Lewis : 210 000
Erwann Pécheux : 200 000
Aladin Reskallah : 130 000
Joao Vieira : 120 000
Ivan Tonini : 115 000
Leo Margets : 115 000
Pierre Calamisa : 95 000
Adrian Mateos : 69 000
 

Il reste 92 joueurs (sur 179 inscriptions)
Level 12 - Blindes : 2 000/ 4 000, ante 4 000
Moyenne : 200 000

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mc Dermott le pilote

Le field a beau être composé de 90% de Français, le chiplead ne quitte pas l’Irlande depuis le début de ce High Roller puisque Sven Mc Dermott a pris les devants dans ce tournoi. Un homme, qui a réussi à transformer un ticket freeroll en 69 000 $, lors du dernier PSCP au Bahamas.

A domicile, les Irlandais sont toujours coriaces. Le cliché est valable au rugby comme au poker. Pas forcément nombreux au départ de ce High Roller, les régionaux de l’étape font plus que bonne figure. Après la démonstration Patrick Clarke en début de tournoi, c’est son compatriote Sven Mc Dermott qui a pris le relais au retour du dinner break.

Je n’ai pas vu les gros coups qui l’ont fait monté, mais depuis une heure, l’Irlandais aimante les jetons de sa table, remportant tous les coups dans lesquels il rentre, pour désormais culminer à 810 000 jetons.

Le Dublinois n’en est pas à son premier coup d’essai à Citywest. On l’avait déjà vu atteindre la table finale du Main Event il y a trois ans, sa cinquième place lui rapportant un joli chèque de 25 briques. Il a même chopé une petite win sur le dernier turbo de la semaine, histoire de.

Mais son véritable coup d’éclat s’est fait sur une autre île, légèrement plus loin que la sienne. Au Bahamas, précisément, lors du derniers PSCP. Mais comment le Dublinois, habitué au buy-in à 100 € s’est retrouvé à jouer un 25 000 € ?

large.DSC_0433.JPG.4307e5e0e81ea64da1561
Une casquette bien vissée, un T-shirt du Legia Varsovie et une histoire digne des plus beaux romans pokeristiques. Sven Mc Dermott est le genre de chipleader qu'on aime.

D'un All-in shoutout au Bahamas

L’histoire commence avec un freeroll all-in shoutout. Tout le monde tapis direct, Sven chatte le 9-way all-in et se qualifie pour un nouveau freeroll. Cette fois, ce n’est pas 9, mais 1 500 joueurs à abattre pour aller chercher le précieux ticket. Rien d’insurmontable pour Sven qui a vaincu tous ses adversaires et s’est envolé pour les Bahamas en janvier dernier.

La belle histoire, le mec se fait son kiffe d’une vie et aura eu l’occasion de jouer le plus gros tournoi du monde avec des joueurs légendaires… Mais tant qu’à faire, autant aller faire ITM et ramener quelques sous à la maison. Sven ne s’est pas privé et grâce à sa 44e place, il a réussi à transformer un ticket freeroll en 69 000 $.

Good Game Sven.

Il reste 70 joueurs (sur 179 inscriptions)
Level 14 - Blindes : 3 000/ 6 000, ante 6 000
Moyenne : 220 000

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le High Roller pète les scores

Cette édition 2019 risque d'exploser tous les records d'affluence. 194 inscriptions pour ce High Roller. A titre de comparaison, ils étaient 85 l'année dernière. Du coup, ça donne des prize pools bien juteux. Par ici la monnaie !

giphy.gif

Le floor Olivier Franceschi vient d'annoncer les Pay-outs de ce Main Event. 194 inscrits, 29 joueurs payés et une win à plus de 40 patates. Voilà qui devrait motiver les 58 joueurs encore en lice.

Pourquoi un si gros billet ? Parce que le High Roller a tout simplement fait sauter la banque, avec plus de 2,5 fois plus d'inscriptions que l'année dernière, où ils étaient 85. Cette année, c'est à peu près autant que le nombre de re-entries cumulés de la Team Pro Winamax. Sans mauvaise blague, ce WPO s'annonce déjà historique et il y a fort à parier que le Main Event fasse lui aussi craquer la barre des 1 200, qui avait presque était franchie l'année dernière.

Roulement de tambour : voici donc les Pay-outs de ce High Roller :

  • 1er : 40 650 €
  • 2e : 29 020 €
  • 3e : 20 730 €
  • 4e : 14 810 €
  • 5e :  10 580 €
  • 6e : 7 550 €
  • 7e : 5 400 €
  • 8-9e : 3 850 €
  • 10-11e : 2 850 €
  • 12-14e : 2 220 €
  • 15-17e : 1 830 €
  • 18-23e : 1 610 €
  • 24-29e : 1 460 € 

Il reste 58 joueurs (sur 194 inscriptions)
Level 17 à venir - Blindes : 4 000/ 8 000, ante 6 000
Moyenne : 340 000

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Baneham premier millionaire

Les Irlandais se passent le relais depuis plus de dix heures. Après Patrick Clarke et Sven Mc Dermott, c'est au tour de Sam Baneham d'endosser le costume du chipleader. Alors que les places payées se rapprochent, il est le premier à franchir la barre du millions de jetons.

Quelques petits coups grappillés ici et là, un bon 70-30 :As:Tc vs :Ah:8d pour bust Cyprien Leuleu et Samuel Baneham s'envole dans les hauteurs du tournoi. L'Irlandais a dressé de belles montagnes de jetons, 1,1 millions de jetons, soit plus de 100 BB à 15 left de la bulle. Membre régulier du Fitzwilliam Poker Club à Dublin, Samuel n'est pas inconnu du circuit Winamax. Il avait déjà fait parlé de lui l'année dernière  sur le Main Event ici même avec une très joli 4e place à 50 patates, sa plus grosse performance en tournoi.

large.DSC_0464.JPG.c2ce6f50c6b04b4ea0d84
 

Derrière lui, on notera le beau tapis d'Aladin Reskallah, passé en deux heures de 150 000 à 900 000 jetons. Le grinder a su se montrer patient avant de monter jusqu'au 400 000 puis s'est embarqué dans un gros flip à 80BB face à Gabor Szabo. Sa paire de :Js:Jh a tenu face au :As:Kd du Hongrois et Aladin navigue désormais dans des eaux biens plus confortables.

large.DSC_0458.JPG.bcd3502163af1d29096f3
Un joli flip à 90BB et la lampe d'Aladin Reskallah reprend un peu de hauteur

On signalera également les beaux tapis de l'Indien Ajuha Ankit (710 000 jetons), de Martin Olali ainsi que des deux Portugais José Pimentel (820 000) et Luis Sobral (980 000).

large.DSC_0470.JPG.2657d5542fb176920f2fd
Les voisins Martin Olali et Luis Sobral passent une très bonne fin de journée

A part ça, on a perdu Romain Lewis, Mateusz Wozniak, Corentin Ropert, Pierre Calamusa, Ugo Faggioli, Antoine Goutard et Elisha Benguigui.

Il reste 42 joueurs (sur 194 inscriptions)
Level 18 - Blindes : 5 000/ 10 000, ante 10 000
Moyenne : 440 000

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bulle précoce pour un hr orgasmique

Belle synchronisation, le Day 1 s'est arrêté pile au moment où les 29 joueurs entraient dans l'argent. La bulle est signée Max Silver, tombé face au brelan de Mike Alonso et les survivants reviendront dans l'arène demain pour la dernière ligne droite de ce High Roller.

Qu'on les aime ces bulles là. Rapides, explosives, libératrices. Nul besoin de sentir cette longue attente où les tables se regardent, patientent, en espérant le set up qui sortira le bubble boy. L'action, ou plutôt, l'inaction, peut durer des heures, sans que le plaisir ne soit au rendez vous. Cette fois, l'éjection est venu précocement, sans prévenir et l'orgasme de l'argent a de suite libéré les acteurs qui pouvaient enfin ponctuer leurs ébats pokeristiques avec une bonne clope et une bière fraiche.

giphy.gif
Pression, explosion et plaisir pour cette bulle du HR.

C'est Mike Alonso qui a offert ce plaisir à ses 28 collègues. Après un plan à trois savoureux où le :As:Kd du Français a dominé le :Qs:Qh d'Adrien Delmas et d'un autre opposant britannique, qui lui avait permis de voir son stack reprendre de la vigueur, il s'occupait de son voisin Max Silver deux niveaux plus tard. Ouverture :8d:9d au hijack, 3bet de Max Silver au bouton, payé par le Français. Le flop vient :Js:8s:3d et Max poursuit avec 1/3 pot. Payé encore. Turn :8h et Max envoie le pot size bet tapis, snap call par Alonso. Max retourne :As:Ks  pour un tirage pic qui ne viendra jamais.

Dans les autres moments chauds de cette fin de Day, notons la performance solitaire de Martin Ilvasky. Le grinder slovaque a surdominé sa table, ligotant et noyant ses adversaires à force de raises outranciers. Mc Dermott a vu son tapis se liquéfier face au géant de l'est et Ivan Deyra regardait le spectacle en regardant son stack fondre à chaque orbite. L'Irlandais a finalement gagné un flip qui a calmé quelque peu les ardeurs d'Ilvasky, sans quoi il flirterait à l'heure où je vous parle avec les deux millions de jetons.

large.DSC_0482.JPG.9f5fb9bc688e08c178119
Martin Ilavsky a beaucoup rigolé sur les derniers niveaux de la journée. Le stack d'Ivan Deyra, beaucoup moins.

A sa place, c'est l'Anglais Martin Olali qui mène la danse. Plutôt discret, le Britannique a progressivement monté son stack avec une constance qui lui a permis d'avoisiner les 1 400 000 jetons. L'Anglais est bien placé pour refaire une méga-perf dublinoise, deux mois après la plus belle de sa carrière à l'occasion du Grand Prix Dublin de Party Poker, où Martin avait fait l'exploit de transformer 120 € en... 28 600 €. 

Sur sa route se dresseront des grinders redoutables comme Adrien Delmas, Jérome Launay, Aladin Reskallah, Thomas Simsen, Erwann Pécheux, Ahuja Ankit ou encore Ivan Deyra, qui malgré ses 8BB n'a pas dit son dernier mot. Tous les combattants seront de retour demain et je vous donne rendez vous à partir de 13H pour la bataille finale de ce High Roller.

large.DSC_0474.JPG.4f032f71ebec5039d44f8
Mathieu Lamagnère mène la délégation française avec un très beau stack de plus d'1,2 millions de jetons. Notre leader avait à cœur de nous partager sa joie.

large.DSC_0488.JPG.9aea3da875475307121a1

Un joli trio de grinders en plein "baguage" avec Aladin Reskallah, Jérémy Tran et Erwann Pécheux.

large.DSC_0495.JPG.a8aee9008a7a6124cc0d2
 

large.DSC_0485.JPG.f94d9bcbb2f8c19171716
Adrien Delmas a passé sa journée dans les hauteurs du tournoi. Son collègue Mike Alonso a attendu le dernier moment, mais les deux repartiront avec des stacks confortables pour le Day 2 de ce High Roller.

Chipcount complet :

Martin Olali : 1 380 000
Mathieu Lamagnère : 1 216 000
Maxime Buyl : 1 192 000
Mike Alonso : 1 183 000
Martin Ilvasky : 1 173 000
Antoine Stackowiack : 1 080 000
Aladin Reskallah : 1 040 000
Samuel Baneham : 994 000
Henrique Costadio : 954 000
Adrien Delmas : 880 000
Philippe Guillou : 820 000
José Quintas : 671 000
Jérome Launay : 667 000
Sylva Nazarian : 644 000
Jeremy Tan : 630 000
Sven Mc Dermott : 620 000
Thomas Simsen : 619 000
Vincent Pissocher : 527 000
Gabor Szabo : 448 000
Benjamin Saada : 392 000
Erwann Pécheux : 388 000
Tarek Qunber : 366 000
Ahuja Ankit : 354 000
Pierre Colombie : 296 000
Olivier Dumont : 295 000
Antoine Fontaine : 229 000
Patrick Clarke : 179 000
Ivan Deyra : 138 000

large.DSC_0499.jpg.b3095a613a2a7f54683ea
Après l'effort, la bière. Ca rime pas, mais c'est comme ça que ça se passe à Dublin.

En attendant, on va terminer la soirée avec quelques Guiness, poser un petit jeton au Déglingo pour aller chatter les 1 000 balles et je vous quitte comme d'habitude avec un petit son des familles. On est en milieu de semaine donc je la joue plutôt détente avec un petit Nate Dogg qui, à l'instar de ce WPO, vous fera oublier les tourments de la rentrée pour vous rappeler aux doux souvenirs de l'été. Goodnight !

Il reste 29 joueurs (sur 194 inscriptions)
Level 21 à venir - Blindes : 8 000/ 16 000, ante 16 000
Moyenne : 700 000

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 34 minutes, Jack Eight a écrit :

Salut @cosmictripsi tu suis le jour 1B du Main aujourd'hui, on est preneurs de nouvelles de l'ami CPiste @haygus(qui sort de la TF du Sismix 2019!). 

Possible qu'il commence le tournoi à 17h mais bon… 

;) 

C'est demain le 1B. Et j'suis in :yahoo:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Feu doux de Main Event, Ebullition de High Roller

Back to business. Après avoir profité du large «Breakfast buffet » proposé par le Citywest Hotel, garni de saucisses, bacon & eggs et porridge dont seuls les Britanniques ont le secret, les 29 survivants du High Roller ont repris place dans la Room.

Aujourd’hui, place à la dernière ligne droite qui nous emmènera des portes de l’argent jusqu’au trophée. 28 joueurs à abattre, un titre WPO et 40 patates en jeu, voilà pour les chiffres de cette édition record.

large.DSC_0548.JPG.9291293e0a9f2f27f3180
Ouh la belle table télé. Deux teams pro Winamax, le champion Indien Ahuja Ankit, le grinder Mike Alonso et enfin l'imprévisible irlandais Sven Mc Dermott, qui a prévu de nous déballer sa collection de maillots tout le long du festival

Parmi les prétendants figurent de nombreux grinders affutés. Certains comme Ivan Deyra ou Adrien Delmas portent le logo Winamax sur l’épaule droite, d’autres comme Erwann Pécheux nous viennent de l’écurie PMU. Plutôt que de se coller un logo sur le T-Shirt, certains ont préféré se plaquer un masque sur la tronche. C’est le cas de Thomas Simsen qui espère être touché par l’aura de Sergio Ramos, un homme habitué aux titres, aux wins prestigieuses, pour soulever un trophée à son tour. Jérome Launay a lui préféré un vainqueur plus récent, en la personne de Mo Salah, et tentera comme l’Egyptien de faire parler sa technique et son sang froid pour crucifier ses adversaires.

large.DSC_0526.JPG.d4e49618409df2809add8
Aladin Reskallah devra se méfier des débordements de Jérome "Mo" Launay sur son côté gauche et de ses enchainements passements de jambe, crochet-re-raise, tapis enroulé du gauche.

large.DSC_0518.JPG.b4f737a4ecb0f084016de
Défense de blinde sécurisée pour Vincent Pichossier qui s'inspirera de la force mentale, de l'expérience et des coups de Trafalgar de son idole madrilène pour aller chercher le trophée.

Les adeptes du ballon ovales sont également présents, avec un petit contingent irlandais aussi coriaces que les avants du 15 du trèfle. Samuel Boneham mène la délégation avec à ses côtés le champion national Patrick Clarke et ses 1,5 millions de gains en Live. Les deux hommes sont accompagnés du jeune Sven Mc Dermott, dont on racontait hier les exploits au PSCP Bahamas, pour lequel il s’était qualifié après avoir chatté gagné deux freerols online. L’amateur Tarek Qunber complète ce quatuor irlandais.

large.DSC_0530.JPG.df677e2e26c7906e834fe
The "Irish Club" mené par deux joueurs pétri de talent, d'expérience et de stacks : Samuel Boneham et son poto Patrick Clarke

C’est pour l’instant un autre britannique qui est aux commandes de ce Day 2, en la personne de Martin Olali, très régulier sur le circuit anglo-irlandais et qui a sereinement monté des jetons toute la journée d’hier pour culminer à près d’1,4 millions de jetons. Pour compléter la carte, notons la présence des deux gros stacks portugais, Luis Sobral et Jose Pimentel, du très compétent Hongrois Gabor Szabo, et biensur du Slovaque Martin Ilavsky, dont l’agressivité a fait des ravages sur la fin de Day 1.

large.DSC_0537.JPG.255e805d2250081992ef3
Au CP, on aime les joueurs souriants. Avec un stack d'1,4 millions, Martin Olali a ses raisons mais on espère voir ce beau smile jusqu'en TF

Côté français, on notera, les beaux tapis de Mike Alonso, Matthieu Lamagnère, Aladin Reskallah, Philippe Guillou, tandis que Pierre Colombie, Antoine Fontaine et Ivan Deyra font de la résistance dans le bas du classement.

On va suivre avec attention le dénouement de ce Day 2, sans oublier non plus de vous donner des nouvelles du Main Event. Le tournoi majuscule, qui pourrait encore une fois exploser son record d’affluence pour cette dixième édition débute aujourd’hui avec le Day 1A. Le coup d’envoi a été donné à l’instant par deux hommes fraichement sacrés champion du monde cet été : Ivan Deyra et Joao Vieira.

large.DSC_0505.JPG.f8b0e5b4b3619d05fd419
L'excellentissime Olivier Franceschi vient de donner le coup d'envoi du Main Event, en compagnie de deux champions du monde 
vêtus de leur élégant Teddy Winamax.

« Ladies and Gentlemen, shuffle up and deal ! »

 

 

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Une heure de ménage à 150 €

Pas de round d'observations dans ce Day 2, les derniers survivants se sont direct mis sur la tronche. Ca part comme du petit pain, sept joueurs ont déjà pris la porte, parmi lesquels le sympathique Team Pro Ivan Deyra.

"Good call" a commenté Ivan Deyra au moment où son adversaire payait ses six dernières blindes avec :Qs:Qc. Son ironie n'a pas été récompensé d'un double up puisque le board :Ad:3c:7s:5s:7d assurait la victoire à Martin Olali face au :Kh:8h du team pro. Le chipleader continue de faire grossir son stack dans ces premiers niveaux de la journée, tout comme son voisin belge Maxime Buyl. Le grinder flamand, délocalisé en Espagne, s'est offert un petit kiffe avec ce High Roller, lui qui n'est pas vraiment habitué aux tournois Lives. "J'ai gagné un ticket pour le Main sur un Expresso à 6 €", explique Maxime qui s'est donc permis une petite sucrerie sur le premier gros tournoi du festival. Bonne idée, puisqu'à 22 left, Maxime s'est emparé du chiplead, flirtant désormais avec les deux millions de jetons.

large.DSC_0587.JPG.e8efcbc5721c2e2616f80
Les deux boss de ce début de Day 2 côte à côte. L'Anglais Martin Olali et le jeune grinder belge Maxime Buyl

large.DSC_0569.JPG.e246aad7f20e33601a180
Connaissez vous beaucoup de joueurs qui arborent un si beau sourire avant de se lever à 20 left d'un High Roller ?

Gros début de journée également pour le Portugais Luis Sobral qui vient de manger le stack de son voisin Antoine Stackowiak. Ouverture UTG de Luis, défense du Français en BB avec :Ks:4s. Antoine paye le C-Bet sur le flop :Jd:5s:4h et décide de lead mid pot sur la turn :Kd qu'il croyait belle... Jusqu'à ce que Luis annonce tapis, payé par Stackowiak, à qui il restait peu d'espoir face au brelan de :5x du Portugais. Pas de miracle sur la river et Antoine sort, avec le sourire tout de même en 24e position.

large.DSC_0562.JPG.ec82b2dc72a4abefcad4d
Luis Sobral, fondateur de rake Crush, site de stacking, coaching et de deal continue sa démonstration sur ce High Roller. Le voilà juste en dessous des 2 millions de jetons.

Concernant les autres bustos : Pierre Colombie, Erwann Pécheux, Antoine Fontaine, Jonyskis Mindaugas, Tarek Qunber reprartent comme Antoine Stackowiak avec 1 460 €, tandis que Thomas Simsen est le premier éliminé du palier suivant, pour 150 € de plus, juste avant Ivan Deyra

Il reste 22 joueurs (sur 194 inscriptions)
Level 23 à venir - Blindes : 12 000/ 24 000, ante 24 000
Moyenne : 808 000

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pimentel tire les ficelles

Notre duo portugais fait le spectacle sur ce High Roller. Après la démonstration Luis Sobral, c'est José Pimentel qui ravit la foule. De la grind, des flips, et même un carré, le Lusitanien s'est téléporte dans la stratosphère du tournoi.

Le show commence avec un flip face à Vincent Pissochier. La classique :As:Kd vs :Qh:Qd mais avec panache. Un :Ks dans la fenêtre, et deux :Qx pour compléter le flop. Carré contre double paire, rien à dire, Pissochier prend la porte tandis que José monte sur le toit de ce High Roller.

Profitant de son stack conséquent, José peut ensuite dérouler. Des vols de blinds en veux tu en voilà et puis un joli coup de grind face à Patrick Clarke. Ouverture au bouton de Patrick, payé par le Portugais et les deux joueurs découvrent un flop plein de trèfle : :Kc:4c:7c. Forcément, ça plait à l'Irlandais qui C-Bet 1/3, et Pimentel call. Sur la turn :7d, le Portugais lead 60 000, soit 40% du pot et Clarke paye en position. River :Qd, Pimentel revient à la charge. 225 000 cette fois, pour un presque Pot Size Bet, snap call par l'Irlandais, Pimentel snap-retourne :Kd:5d pour une double paire et snap muck par Patrick Clarke. Muselé.

large.DSC_0597.JPG.96e7e4031bc7b82cb7d2e
Après les Irlandais, c'est aux Portugais de s'échanger le costume de chipleader. Voici donc José Pimentel et son beau apis de 2,8 millions.

Son homologue Sven Mc Dermott a eu plus de réussite. Parti à tapis au bouton pour ses derniers 450 000 jetons, l'Irlandais est payé par Ahuja Ankit qui joue la quasi totalité de son tapis avec :Ks:Qs. Ca tient pour Sven qui pour la deuxième fois de son tournoi gagne le flip de la survie. Il revient au tapis moyen tandis qu'Ahuja disparaît des radars une orbite plus tard.

large.DSC_0602.JPG.214a7556031de65523926
Excellent à tapis, Sven Mc Dermott continue son numéro et revient au dessus du million jetons.

large.DSC_0604.JPG.523748bf72f2f6e587097
Les rires pour Luis Sobral, les larmes pour Ajuha Ankit. Le grinder indien perd le flip de la mort et encaisse 1 830 €

Quelques minutes plus tard, on assiste à un busto légèrement plus salasse. Avec 27BB devant lui, Benjamin Saada ouvre au Cut Off, payé par Maxime Buyl et l'action vient sur Samuel Boneham en BB. Trente secondes de réflexion et l'Irlandais annonce tapis, pour 940 000 jetons, tout de même. Benjamin prend son temps, se retourne pour regarder les Pay-outs, tergiverse un peu puis décide finalement de jouer son tournoi avec :Ad:Qd. C'est plutôt bien face au :Jc:Td de l'Irlandais. Voyons ce que réserve le board.

:7h:8h:Kh sur le flop. Petite sueur mais ça passe. :8d sur la turn. Plutôt bon. :9d river. Sick. La ventrale rentre pour Patrick qui éjecte le Français en 17e position. Ah, et on a aussi perdu Adrien Delmas. Il ne reste donc qu'un représentant de la Team Winamax, en la personne d'Aladin Reskallah.

large.DSC_0617.JPG.6bce49b54efbb5f0871c4
Une river chanceuse pour Samuel Boneham qui renvoie Benjamin Saada à la maison. Le Français repart avec 1 830 €

large.DSC_0592.JPG.fad523f0d5a5735a6095b
Pendant ce temps, on s'éclate bien sur la Wina TV avec ce cher@veunstyleentouré de quelques as du ballons ronds, tel que Sergio Pissocher Ramos ou encore Lionel@ShiShiMessi.

Il reste 15 joueurs (sur 194 inscriptions)
Level 25 à venir - Blindes : 15 000/ 35 000, ante 35 000
Moyenne : 1 200 000

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×