Jump to content
This Topic
cosmictrip

Coverage WSOP Circuit Marrakech 2019

Recommended Posts

Posted (edited)
Marrakech garde la pêche

A quelques 9 320 km de Las Vegas, un autre paradis du jeu a ouvert ses portes pour accueillir un festival de poker aussi splendide qu’incontournable. En termes de chaleur, de dépaysement et d’ambiance nocturne, l’endroit n’a rien a envier au Nevada. Baissez juste légèrement les buy-ins, ajoutez y une petite touche orientale et vous y êtes. Mesdames et Messieurs, bienvenu au WSOP Circuit Marrakech.

Skippé par Winamax qui a délocalisé son Sismix à Lloret Del Mar pour une édition qui a explosé tous les records, le Es Saadi a mis les bouchées doubles sur les autres évènements poker : Deux étapes des WSOP-Circuit dans la même année ! Du jamais vu dans l’histoire des World Series of Poker. Entre temps, le luxueux casino de l’Hivernage gardait le rythme avec une édition très réussie du Wonder 8 et même pas trois mois plus tard, nous voilà de retour dans cette même poker room pour un festival historique, puisqu’il s’agira du 50e tournoi international organisé au Casino De Marrakech. Le tout pendant que les WSOP fête leur 50 ans. C’est beau.
 

IFsqRtrnxnK_DSC-0613.JPG

IFsqUvpqznR_DSC-0607.JPG
Les conditions toujours très difficiles du Es Saadi, avant de s'atteler aux tables du Palace.

Avant de parler tournois, stacks, flips et de savoir qui s’est distingué dans ce début de festival, petit rappel de ce que vous trouverez au menu de ce coverage à la sauce CP :

  • Comme d’habitude, un récit palpitant des péripéties pokeristiques qui animeront le Es Saadi, par votre humble serviteur Cosmictrip, bien content d’avoir troqué sa doudoune de Rozvadov contre une tunique marocaine bien plus légère et agréable à porter.
  • Deux CPRadios concoctées par les inénarrables @ShiShiet @Comanchequi poseront leurs bagages à Marrakech ce jeudi pour vous proposer deux émissions d’anthologie.
  • Quelques vidéos signées par le magicien @Adidou qui, armé de sa caméra, vous montrera les trésors et la folie de Marrakech.

Avec mon collègue vidéaste, on s’est déjà aventuré ce matin dans le dédale du souk, histoire de se mettre en jambe avec un petit tajine d’agneau et de se perdre dans le folklore inimitable de la place Jemaâ El-Fna. Tandis que je débute l’écriture de ce coverage, @Adidous’active sur Final Cut. Ca pianote énergiquement dans la salle de presse, tandis que derrière la porte, les joueurs débutent leur combat du jour : Le Day 2 du Deepstack à 6 000 MAD (540 €) et l’ouverture du High Roller à 20 000 MAD (1 800 €) qui se dénouera demain.

IFsqSyaMkZq_DSC-0625.JPG
Les joueurs commencent déjà à s'écharper sur le High Roller où l'on devrait voir la crème du poker local

Un programme de ouf pour une édition exceptionnelle. Servez vous donc un petit thé à la menthe, installez vous confortablement et venez profiter avec nous de ce festival de rêve sous le soleil marrakchi. Ca va être genre historique.
 

IFsqGTjDtlq_DSC09905.jpg
Petit échauffement vocal avec mes amis musiciens de la Place Jemaa El Fna

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Demandez le programme

Le Palace grouille de monde, les tables se remplissent et les jetons commencent à virevolter sur les tables de la Poker Room. Il est l’heure de vous présenter le programme alléchant de ce WSOP-C Marrakech.

Les hostilités ont commencé dès le week end dernier avec le traditionnel « Grand Opener ». Pour la première fois, deux Day 1 étaient proposés, accueillant 214 joueurs pour un Buy-in de 4 000 MAD (360 €). Et c’est un Belge qui a enlevé la première bague du festival, en la personne de Musa Taspinar. Il ne comptait pas une ligne Hendon Mob en début d’année. Le voilà qui ajoute un septième drapeau à son palmarès et surtout, le plus gros gain de sa carrière avec un joli pactole de 15 909 €.

IFsrWsuZIZJ_11-5897.jpg
Une imposante montagne de jetons, un beau Chivas Régal et un joli pactole pour Musa Taspinar, vainqueur du Grand Opener pour près de 16 bâtons.

Un amuse bouche réussi pour ce WSOP-C mais la suite du menu ne devrait cesser d’exciter vos papilles.

Tout d’abord, un Deepstack à 6 000 MAD (540 €), avec pas moins de 236 prétendants bataillant depuis hier soir et ils ne sont plus que 15 à se disputer les 300 000 MAD (27 850 €) promis au vainqueur. Parmi eux, Jérome Sgorrano, Pierre Antoine Quignard ou encore le redoutable allemand Martin Muslow, mais c’est pour l’instant Christophe Pollet qui mène la danse avec 1,7 millions de jetons, soit plus de trois fois l’average.
 

IFsr14XdzlJ_DSC-0658.JPG
A Rozvadov ou à Marrakech, Jérome Sgorrano est toujours là pour mettre un peu de bonne humeur dans mes coverages

Dans le même temps, les joueurs s’attablent dans le reste de la salle pour le coup d’envoi du High Roller. Un tournoi de prestige à 20 000 MAD l’entrée (1 800 €) ou l’on reconnait déjà les têtes de Bruno Fitoussi, Omar Lakhdari ou l’inévitable Anas Tadini.

IFsr0IUgS0d_DSC-0678.JPG
Bruno Fitoussi et Anas Tadini en toute décontraction pour attaquer ce High Roller

Les bankrolls plus modestes se donnent rendez vous sur le Knockout Bounty à 2 000 MAD (180 €).

Pour le reste des festivités, on aura droit demain à un Turbo Event à 270 €, mais aussi un très attendu WSOP Circuit Heads Up Champion à 10 000 MAD (900 €). Enfin, à partir de jeudi, place au mythique Main Event. 1 360 € de buy-in, deux Day 1, trois jours de combat et plus de 500 joueurs attendus pour un prizepool plus que juteux. Ce tournoi de rêve nous emmènera jusqu’à dimanche, entrecoupé, du fameux Monster Stack, d’un Short Handed et d’un Super High Roller à 30 000 MAD (2 700 €).

IFsr43GJhHp_WSOP-2019-FLYER.jpg

Les plats sont posés, les joueurs sont attablés, les couvreurs et croupiers sont installés, je crois que le festin peut commencer.

giphy.gif
Quand tu check le menu de ces WSOP-C Marrakech

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
la bulle royale

A peine deux posts et déjà une bulle ? Pas celle que vous croyez. Pour cette édition spéciale célébrant le 50e tournoi international au Casino de Marrakech, le Es Saadi a monté un set-up unique pour héberger en grande pompes les tables finales de ce WSOP Circuit. Petite ballade dans ce Sasse au bord de l'eau.

Cela fait trois jours que Bendo et ses équipes travaillent d'arrache pied pour que le monument soit livré à temps. Un défi digne de Numérobis mais qui devrait, comme l'architecte égyptien, respecter les délais. Cette magnifique bulle au bord de la large piscine du Es Saadi a été conçue pour accueillir les différentes tables finales de la semaine, avec une architecture toute en originalité et une technologie streaming dernier cri qui vous permettra de vivre l'action en vidéo différée. Climatisation, tribunes, tables de presse, double écran pour observer les boards... Tout a été pensé. 

IFsslKfrJiK_DSC-0651.JPG

IFssjZGdPJp_DSC-0644.JPG

IFssliaGkXK_DSC-0636.JPG

Le dispositif sera testé pour la première fois dès ce soir puisque le Deepstack vient de trouver ses neuf finalistes. Les joueurs sont partis en dinner break et ont rendez vous à 21h00 pour la dernière ligne droite du tournoi. Jérome Sgorrano est toujours de la partie, accompagné de Pierre Antoine Quignard, Christophe Pollet, Nicolas Ribeiro, Tore Pedersen, Julien Biague, Badr Boutenbat, Said Balr et Yassine Adib. Neuf survivants, une seule bague et 30 000 € à la gagne ! Les chipcounts arrivent très vite mais en attendant, on va aller observer ce qu'il se passe du côté du buffet du Es Saadi.

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
En mode Table Finale

Pas le temps de niaiser. On a commencé ce coverage depuis même pas trois heures et on a déjà a le droit à une table finale. En l'espèce, l'ultime bataille du Deepstack où plusieurs guerriers redoutables ont débuté l'affrontement. Présentation des derniers soldats en lice.

IFsuVLkXmPp_DSC-0685.JPG
Jérome Sgorrano, Said Balr, Nicolas Ribeiro, Pierre Antoine Quignard,
Yassine Adib, Badr Boutenbat, Christophe Pollet, Tore Pedersen
et Julien Biague
 

Ils étaient 236, ils ne sont plus que neuf. Neuf prétendants à la victoire et au 300 000 MAD (27 850 €). La plupart de ces june-niners pourraient bien réaliser leur meilleur performance sur le circuit mais d'autres n'en sont pas à leur premier coup d'essai.

Je parle par exemple de Jérome Sgorrano. Ultra aggro et ultra souriant, ce reg belge est bien connu des casinos de Namur, Bruxelles et il n'est pas étonnant de le voir du côté de la République Tchèque, où il va régulièrement squatter les tables de Prague et de Rozvadov. Il se plait aussi beaucoup du côté de Marrakech et particulièrement au Es Saadi, casino qu'il a déjà braqué plusieurs fois. Une première fois en 2015, lorsqu'il enlève le Sismix devant Sylvain Loosli pour 71 patates, une deuxième fois en 2016, lors du MPO High Roller où il prend la win ainsi que 26 cacahuètes et encore une fois en 2018, où il échoue cette fois à la 2e place du... Deepstack des WSOP-C, derrière Mamouni Smaïn. Autant dire que le diable rouge se sent bien au Es Saadi et il compte bien rajouter un autre trophée marrakchi à sa collection. Avec 50BB au moment de démarrer la table finale et portant fièrement son maillot belge, Jérome semble bien placé mais on sait qu'avec lui tout peut arriver très (trop) vite.

IFsuXrW0GYR_DSC-0701.JPG
Son jeu sera-t-il aussi dévastateur que son sourire ? Jérome Sgorrano nous donnera la réponse ce soir.

Autre joueur bien connu du Es Saadi, c'est Pierre Antoine Quignard. Résident marrakchi, le grinder est là pour chaque grand évènement du casino de Marrakech. De nombreux deep runs au compteur mais toujours pas de grosses tables finales ici. Son heure serait-elle venue ?

IFsuTGNgbvR_DSC-0697.JPG
Habitué du Es Saadi, un peu moins des grosses TFs, Pierre Antoine Quignard est en quête d'une première grosse perf marrakchi 

Il devra pour cela faire face à l'un des hommes très en forme du moment, j'ai nommé Nicolas Ribeiro. Cet entrepreneur à la tête de plusieurs Darty dans le sud ouest de la France a récemment fait parler la poudre lors du BPT Toulouse fin mai, où il est allé chercher sa première grosse win et les 35 000 €. 10 jours plus tard, il termine runner-up d'un Side Event sur le FPO La Grande Motte. Le run de fou continue avec cette table finale et il est clair que les places d'honneur ne l'intéresse pas.  Habitué à envoyer des gros parpaings en table de cash game, ce joueur fantasque est capable de moves très audacieux. Avec ses 40BB au moment de commencer la table finale, il fait partie des clients plus que sérieux.

IFsuSDCCOXp_DSC-0703.JPG
Derrière ces lunettes noires, un homme qui aime envoyer de gros parpaings : Monsieur Nicolas Ribeiro

Les Marocains sont également présents à cette table finale. Yassine Adib débute même la soirée dans la peau du chipleader avec plus de 60BB. A son palmarès, treize lignes Hendon Mob, toutes acquises au Es Saadi. Il y a deux ans, il terminait runner-up d'un event très similaire pour près de 18 000 €. Le record personnel est à portée de mains.

Son compatriote Said Balr est également présent bien que démarrant la table finale avec 4BB. Julien Biague et Christophe Pollet complètent le contingent français tandis que le reg Norvégien Tore Pedersen vient jouer les troubles fêtes.

Chipcount :

Yassine Adib : 1 875 000
Christophe Pollet : 1 540 000
Jérome Sgorrano : 1 500 000
Nicolas Ribeiro : 1 345 000
Badr Boutenbat : 1 225 000
Pierre Antoine Quignard : 1 210 000
Said Balr : 1 000 000
Julien Biague : 540 000
Tore Pedersen : 345 000

Et bien entendu, les pay-outs de ce tournoi :

1er : 300 000 MAD
2e : 200 000 MAD
3e : 125 000 MAD
4e : 90 000 MAD
5e : 66 000 MAD
6e : 50 000 MAD
7e : 40 000 MAD
8e : 32 000 MAD
9e : 26 000 MAD

giphy.gif

9 joueurs sur 236
Blindes 15 000 - 30 000 Ante 30 000
Moyenne : 1 176 000
Gain Assuré : 26 000 MAD

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un sursaut pendant la sieste

Cette première table finale du festival débute au ralenti en douceur. A peine quatre showdown à se mettre sous la dent en 1H30 de jeu. Quand soudain, un éclair surgit de l'ombre.

On sent que les joueurs sont contents d'être arrivé en TF. Tellement que personne ne veut la quitter. Avec des stacks si équilibrés, la prise de risque est minimum. Des open-fonds en pagaille, quelques resteals de short-stacks non payés et tout le monde attend sagement les premières éliminations. Pour que les places payées augmentent, mais aussi pour avoir plus de place. "On est neuf sur une table de 8-max, me confie Jérome Sgorrano dont les larges épaules flirtent avec celle de son voisin Ribeiro. Et bien entendu, personne ne veut payer les shortstacks". A ce petit jeu là, Pierre Antoine Quignard surnage légèrement, au point de monter 2,4 millions de jetons. Il a même failli être l'auteur de la première élimination mais sa paire d'as vient de se faire joliment craqué.

Open shove 11BB de Julien Biague "under the gun". Payé par les flèches de PAQ et Julien retourne avec dépit son :Kd:Jc. Même pas besoin de flipper, ça passe tranquille pour Julien qui trouve un joli flop :

IFsvUxe71xJ_DSC-1032.JPG

IFsvTNQolvu_DSC-1036.JPG
Une piqure de moustique pour Pierre Antoine Quignard qui trône toujours sur 2 millions de jetons. Julien Biague revient dans la course à la faveur de cette belle chatte ce coup du destin.

9 joueurs sur 236
Blindes 25 000 - 50 000 Ante 50 000
Moyenne : 1 176 000
Gain Assuré : 26 000 MAD

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le cauchemar pour Quignard, le feu follet Pollet

On a enfin eu notre premier éliminé, en la personne de Badr Boutentbat. Mais ce qui a animé la dernière heure, c'est bien la demontada de Pierre Antoine Quignard.

Il a survolé ce début de TF. Un craquage d'as a causé quelques perturbations et depuis une heure, le stack de Pierre Antoine Quignard a du plomb dans l'aile, au point de frôler le crash. La grosse turbulence est parti d'un énorme bluff signé Christophe Pollet avec un joli coup de poker comme on les aime. Ouverture 105 000 de Christophe UTG+1, 3bet 325 000 chez PAQ en MP, payé par son adversaire. Pollet check sur le flop :Ad:2h:6c et PAQ opte pour un check back. Check rapide de Pollet sur la turn :4s et cette fois Quignard envoie 210 000. On s'attend à un fold mais stupeur, Christophe annonce le raise. Il empoigne sa pile de 500 000, ajoute une petite pile d'orange et BIM, 600 000 sur la table (avec un peu plus de 700 000 derrière). Brelan de 4 ? Brelan de 6 ? Queuneni pour Pollet qui après le fold de son adversaire retourne isolement son :Ks:Jh. "On joue plus les cartes, on joue les gonades" commente Ribeiro qui apprécie le move. Christophe Pollet s'empare du chiplead. Un peu plus tard, PAQ open puis paye le tapis de son voisin Baid Balr, pour 10 BB. Un classique :Ah:Jc vs :As:Qc. Ca tient pour le Marocain qui revient près du million de jetons. Pierre Antoine prend un nouveau crochet mais reste debout avec 1 285 000.

IFswVQqHvRR_DSC-1071.JPG
PAQ a perdu un peu de son stack, mais pas de son fair play, chaque nouveau coup perdu amenant un nouveau sourire sur le visage du Français.

Dix minutes plus tôt, on avait assisté à la première élimination, signée... Christophe Pollet. Badr Boutentbat envoie ses 6 dernières blindes avec :9s:Tc, Christophe paye avec :As:7d. Un as dès le flop, drawing dead à la turn et Boutenbat repart avec 26 000 MAD (2 412 €). Tore Pedersen a bien failli le suivre deux mains plus tard mais cette fois, la paire de :Tc:Ts du Norvégien tenait face au :As:Kc de... Christophe Pollet.

IFswUe3gIMR_DSC-1045.JPG
Le dernier regard pour Boutentbat ici face à son bourreau Christophe Pollet.

Chipcount :

Adib Yassine : 2 525 000
Christophe Pollet : 2 265 000
Pierre Antoine Quignard : 1 285 000
Nicolas Ribeiro : 1 100 000
Said Balr : 975 000
Jérome Sgorrano : 835 000
Tore Pedersen : 635 000

8 joueurs sur 236 entrées
Blindes 30 000 - 60 000 Ante 60 000
Moyenne : 1 323 750
Gain Assuré : 32 000 MAD

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Christophe Pollet fait le ménage

La cadence s'accélère. 3 bustos en même pas dix minutes. Jérome Sgorrano, Nicolas Ribeiro, Tore Pedersen et Said Balr viennent de prendre successivement la porte de ce Deepstack. Christophe Pollet s'est occupé des trois derniers et s'envolent dans les hauteurs du tournoi.

A force d'attendre, on est passé d'un tournoi deepstack à une structure turbo. Et ça se ressent dans la fréquence des bustos. Quelques belles mains servies par le dealer, des faces à face qui tournent en faveur des gros stacks et nous voilà passés de huit à quatre joueurs en même pas un vingt cinq minutes. Autopsie d'un carnage.

C'est d'abord Jérome Sgorrano qui s'en va. Shove :7s:7h au bouton, Yassine Adib se réveille en grosse blinde avec :8c:8h. Pas de miracle pour le Belge qui n'ajoutera pas de trophée marrakchi à sa collection déjà bien remplie... Enfin pas pour l'instant. Cinq minutes plus tard, nouvelle rencontre bouton vs big blinde. :9s:9c chez Ribeiro, :Jh:Jd chez Christophe Pollet. Pas de miracle pour le Toulousain qui n'ajoutera pas de trophée printanier à sa collection déjà bien remplie... Enfin, pas pour l'instant. Cinq minutes plus tard, c'est au tour de Tore Pedersen de tout envoyer. Christophe Pollet paye les dix blindes adverses. Un flip :5c:5d face au :As:Jd du Norvégien. Le board :Qd:Td:4s:6d:3h donne l'avantage au Français qui s'offre une deuxième élimination en cinq minutes.

Mais le Français ne s'arrête pas là. Dix minutes plus tard, Said Balr envoie lui aussi ses dix dernières blindes et son :As:9s se crash face au :Ac:Kh du Français. A vu d'œil, je compte plus de 4 millions de jetons devant lui.

IFsxygJxayK_DSC-1085.JPG
Jérome Sgorrano n'imitera pas sa compagne Aurélie Dassi, auteur il y a quelques semaines d'une super perf à Rozvadov. Le reg belge échoue à la 8e place et se contentera de 32 000 MAD.

IFsxzqXid3u_DSC-1089.JPG
Un nouveau beau run pour le Toulousain mais pas de win cette fois-ci. Nicolas Ribeiro prend la 7e place et repart avec 40 000 MAD 

IFsxAv0Hzwu_DSC-1104.JPG
La bague sera française ou marocaine, pour changer. Le Norvégien Tore Pedersen prend la 6e place et 50 000 MAD.

IFsxH7Mt8IR_DSC-1140.JPG
Fin de l'aventure aussi pour Said Balr dont la bonne humeur n'était pas de trop à cette table finale. 66 000 MAD pour le Marocain.

IFsxBrB2QJR_DSC-1100.JPG
Christophe Pollet s'amuse de tous ces bustos. "C'est moi qui vais tous les éliminer ou quoi ?". 4 millions de jetons pour le nouveau chipleader. Julien Biague, qui aurait du pu être éliminer en neuvième position semble heureux du carnage commis par son voisin.

4 joueurs sur 236 entrées
Blindes 40 000 - 80 000 Ante 60 000
Moyenne : 2 647 500
Gain Assuré : 90 000 MAD

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un duel final franco-marocain

Ils étaient quatre au moment où je partais faire mon petit tour sur le High Roller. Je reviens vingt minutes plus tard et ils ne sont plus que deux. Mesdames et Messieurs, place au Heads-Up de ce WSOP-C Deepstack !

Impossible de faire un tour sur le High Roller sans louper un busto : Julien Bague échoue au pied du podium et repart avec 90 000 MAD. Lui qui doit sa survie à un joli craquage d'as alors qu'ils étaient encore neuf a montré une belle résistance pour se frayer un chemin jusqu'à la 4e place. J'ai même cru qu'il allait revenir alors qu'il était remonté à près de 20BB après que son :As:Kh lui permette de doubler face au :Ac:Tc de Yassine Adib. Mais son :As:Jd n'a pas tenu face  au :Ks:Qh de Christophe Pollet. Le board :9x:Qx:8x:Kx:3x donne double paire à Pollet qui s'offre une nouvelle élimination.

Au moment où je remets le pieds dans la bulle royale, le dealer annonce tapis payé. Cette fois, c'est Pierre Antoine Quignard qui est à tapis avec :Ks:Jc. En face, Christophe Pollet montre les flèches. La même rencontre qu'il y a deux heures, mais cette fois pas de craquage magique. Christophe Pollet élimine son compatriote qui se console avec 125 000 MAD.

IFta4RLbWlp_DSC-1148.JPG
Julien Biague et Pierre Antoine Quignard ont eux aussi subi la foudre Christophe Pollet. Le premier échoue au pied du podium, le second prend la 3e place.

Nous aurons donc un duel franco marocain pour le dénouement de ce Deepstack. Christophe "Terminator" Pollet face à Yassine Adib. 64 blindes pour le premier, 42 pour son rival. Les joueurs viennent de revenir de pause et sont prêts à en découdre. Une seule question sur toutes les lèvres des 7 spectateurs encore présents pour rail cette table finale. A qui reviendra la bague, le 275 000 MAD et le Chivas Régal ?

IFtbawnmPCq_DSC-1200.JPG
L'heure de vérité pour Yassine Adib et Christophe Pollet. Pendant la pause, les deux joueurs se sont accordés pour resserrer les pay-outs de 25 000 MAD. Le vainqueur s'adjugera donc 275 000 MAD (25 500€) et le second 225 000 MAD (20 860 €).

2 joueurs sur 236 entrées
Blindes 50 000 - 10 000 Ante 100 000
Moyenne : 5 300 000
Gain Assuré : 225 000 MAD

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
La bague et le magot pour Yassine Adib

Une petite demi heure de Heads-Up a suffi pour boucler l'affaire. Yassine Adib a su renverser la vapeur et s'impose dans ce Deepstack des WSOP-Circuit Marrakech. Il met la main sur la bague, le Chivas et les 275 000 MAD (25 500 €).

IFtcfAlvexK_DSC-1218.JPG

Le patron de cette finale, c'était bien Yassine Adib. Le canadiano-marrocain a tranquillement mené sa barque tout le long de cette finale, se plaçant toujours de le peloton de tête avant de montrer qui était le patron au moment du Heads-Up. Christophe Pollet s'est occupé des éliminaitions mais le Casablancais a pris les pots qu'il fallait pour rester à portée de tir du Français.

Yassine Adib a ensuite pris l'ascendant au moment du face à face final, agressant presque systématiquement son adversaire qui a vu son stack fondre sans discontinuer. Ses doubles barrels ont fait mal, notamment sur ce board :Kh:5c:6c:Qs ou Yassine a envoyé deux cartouches dans un pot 3bet qui ont sérieusement entamé le stack de son adversaire. Quelques mains plus tard, tout partait sur un flop :Ah:6c:3c. Solidement posté sur sa double paire :Ad:6s,  Yassine voyait son adversaire retourner :4d:5s pour un tirage qui n'a jamais trouvé sa suite.
 

IFtce3IWA4K_DSC-1222.JPG

Le Marocano-Canadien signe là sa plus belle performance sur le circuit. Habitué du Es Saadi, il avait signé quelques beaux résultats ici sans jamais trouver la victoire. Cette fois, il ramène la bague à la maison.
 

IFtceEKqauK_DSC-1231.JPG
Exceptionnellement, pas de photo pour ce soir puisque Monsieur Bauchet n'est pas présent mais Yassine Adib ne pouvait partir sans avoir essayé la fameuse bague du champion.

Après sa victoire, le vainqueur du Deepstack a bien voulu s'arrêter pour nous livrer quelques mots.

Bonsoir Yassine, félicitations pour votre victoire, la plus belle de votre carrière. Comment vous vous sentez ?

Vraiment très bien. J’ai fait un beau tournoi, je n’ai pas été une seule fois à tapis du tournoi. J’ai eu quelques belles rencontres et tout a été plutôt sous contrôle donc vraiment très heureux.

Vous avez bataillé pendant deux jours et vous avez presque toujours été deep. Quel a été la clef selon vous pour maintenir cette avance et vous imposer ?

Le poker, c’est jamais un long fleuve tranquille. Je crois que j’ai su folder quelques grosses mains au bon moment. C’est l’une des choses les plus difficiles au poker et je crois que ça a été la clef de ce sacre.

J’ai vu que vous aviez deux fiches Hendon Mob, une canadienne et une marocaine, comment cela se fait ?

J’ai les deux citoyennetés. Je suis marocain mais j’ai fait mes études au Canada. J’ai vécu quelques années à Montréal et aujourd’hui j’habite à Casa.

Et j’ai vu que vous aimiez beaucoup le Es Saadi...

Oui, je joue tous mes tournois là bas. Je suis pas joueur professionnel, le poker c’est juste une passion, j’ai une vie en parallèle, je gère un groupe industriel. Mais au Es Saadi, on est toujours bien accueilli, il fait beau donc tous les ingrédients sont là pour avoir de bons moments poker. Dès que j’ai un moment de libre, je saute sur les tournois qu’il y a. Mais le plus dur, c’est d’avoir du temps.

Merci beaucoup Yassine et encore felicitations.

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Layla Saida Khouya

Une bien belle et longue première journée s'achève ici au Es Saadi. Une journée où j'ai pu gouter au folklore de la Place Jemaa El Fna, au tajine de la Medina, au luxe du Es Saadi et au plaisir du jeu avec ce Deepstack qui nous a entrainé jusqu'au bout de la nuit.

Pas de round d'observations pour ce coverage, on a attaqué direct avec une table finale et demain on enchaîne avec une autre, plus prestigieuse encore, puisque nous aurons droit au dénouement du High Roller. Bruno Fitoussi, Anas Tadini, Tristan Forge et toute une flopée de regs espagnols (comme d'hab) et allemands (un peu moins comme d'hab) nous attendent pour le Day 2 qui reprendra demain à partir de 14H00.

Les lumières de la Poker Room s'éteignent. Il ne reste plus que quelques amphores pour illuminer les allées de palmiers et le bruit des jets d'eau qui se déversent dans la piscine. C'est l'heure pour moi de vous quitter et de profiter d'une courte nuit avant les péripéties de demain. Au programme, des vidéos de haute voltige avec notre vidéaste@Adidou, le High Roller mais aussi le fameux WSOP Circuit Heads Up Champion. D'ici là, gardez la vibe, faîtes vous kiffer, croquez la vie et on se retrouve demain pour la suite de ce festival.

Mes plus grands fans le savent déjà mais j'ai l'habitude de conclure chacune de mes journées de coverage en musique et ce n'est certainement pas dans le pays de la sagatte et de la derbouka que je vais déroger à cette règle. Donc pour rester dans l'ambiance locale, et vous partager un peu de ce qui passe sur toutes les télés du pays, voici un peu d'Hatim Ammor. Cadeau !

 

giphy.gif
PEACE

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dans les remous du Highroller

Un délicieux amuse bouche que ce Deepstack. On passe aux choses sérieuses désormais avec un succulent duo High Roller / Heads Up Champion. A table !

De retour au Es Saadi pour la suite de ces WSOP Circuit Marrakech. Après que Yassine Adib ait décroché la première bague marocaine de ce festival sur le deepstack 6 000 MAD (540 €), place aux cadors du Es Saadi avec le prestigieux High Roller. 138 joueurs ont posé les 20 000 MAD (1 800 €) de buy-in et après un jour de combat, ils ne sont plus que 28 à rêver du titre et des 600 000 MAD promis au vainqueur (56 000 €).

Parmi ces gros poissons, plusieurs prédateurs bien connu du Es Saadi et des requins ayant déjà croqué des titres dans ce casino. L'inévitable Anas Tadini est encore de la partie. Déjà six fois vainqueur ici, l'homme qui a déjà enlevé cette année le Super High Roller sur les WSOP-C de janvier ainsi que le Main Event du Wonder8 a encore de l'appétit et espère bien poursuivre son run fou de 2019.

giphy.gif

Avec plus d'un million de jetons, soit deux fois l'average, le Marocain nage dans les bons courants mais face à lui, tout un banc de requins étrangers tentent de troubler sa croisière. Le clan espagnol se reconnaît de loin. Tous les pseudos énigmatiques qui composent le field nous viennent de Madrid, de Barcelone ou d'Andalousie. La plupart ne sont pas inconnus de Marrakech. Canarinho, TMV, José Luis et GRJ ont déjà vécu plusieurs deepruns au Es Saadi mais cette fois, l'Espagnol en forme ne cache pas son identité. Avec 3 millions de jetons, c'est bien Raul Patron le boss de ce Main Event. Une seule petite ligne Hendon Mob au compteur pour l'instant mais à en juger la manière dont il écrase sa table, le joueur semble bien porter son nom.

IFtqkDWqCRp_DSC-1302.JPG
Raul Patron de ce High Roller

Pourtant, sa table ne comporte pas que des peintres. Javier Tsunamy, vainqueur du Monster Stack Wonder8, Alexandre Le Vaillant, 250 000 $ de gains, Anas Tadini et Bruno Fitoussi ont tous subi la colère de Patron dont les montagnes de jetons ne cessent de grimper. Avec ces 3 millions de gains en tournois, le dernier nommé est carrément hors compétition dans le classement des requins aux dents les plus aiguisés.

IFtqfsKIXyp_DSC-1287.JPG
Pas de Las Vegas tout de suite pour Bruno Fitoussi qui semble kiffer son séjour à Marrakech

IFtqeaaGaOw_DSC-1282.JPG
Même avec peu de stack, Javier Tsunamy garde la tête haute

Sur les autres tables, mentionnons la présence de Hugues Mazerolle. Ce jeune grinder online avait remporté sa première grosse win live ici même il y a six mois sur le Deepstack pour un gain de 30 000 €. Alexandre De Zutter, Thierry Oldak et le vétéran marocain Najib Bennis sont également dans la course.

Voilà pour les contours du grand bassin. 28 restants c'est peu, mais c'est déjà 11 de trop puisque 17 joueurs seulement entreront dans l'argent de ce High Roller, qui garantit un mincash de 35 000 MAD (3 300 €). La bataille s'annonce féroce.

28 joueurs sur 138 entrées
Blindes 15 000 - 30 000 Ante 30 000
Moyenne : 800 000

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Les yeux dans les yeux

On approche de la bulle sur le High Roller mais dans le même temps, un autre tournoi de prestige vient de débuter, à savoir le Circuit Heads-Up Champion. Un format aussi original qu'historique puisque c'est la première fois qu'un tournoi Heads-Up se déroule dans l'enceinte du Es Saadi.

IFtq00haLvw_DSC-1318.JPG

Les spécialistes avaient noté rendez vous. Depuis quelques minutes, le floor Thomas vient de donner le coup d'envoi du Circuit Heads-Up Champion. Un tournoi à 10 000 MAD (900 €) et capé à 32 joueurs. Quatre joueurs et deux dealers par table, un tableau en mode Roland Garros et cinq adversaires à battre consécutivement pour aller chercher la bague. Les quatre derniers survivants seront dans l'argent.

Décidément partout dans ce festival, Bruno Fitoussi est encore de la partie. Il hésitait à multitabler mais a préféré Buster du High Roller pour mieux se faire plaisir sur ce format sacrément kiffant. Jérome Sgorrano, Smain Mamouni, Tristan Forge ou encore Thierry Morel ont pris place dans l'arène. Le premier round est lancé, nous allons voir qui parmi tous ces spécialistes sera le roi du heads up marrakchi.

IFtq1CqfzSw_DSC-1326.JPG
Deux boards et deux croupiers par table ? Serait-ce une nouvelle variante, un tournoi staff ? Du tout, il s'agit bien du Circuit Heads-up Champion !
 

IFtq0BGZQVS_Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran
Le tableau complet de ce tournoi, en mode Roland Garros. On notera le duel prometteur entre Tristan Forge et Smaïn Mamouni, deux braqueurs réguliers du Es Saadi qui devront en découdre dès le premier tour.

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Une bulle ronde et douce

La bulle venant de sauter dans le plus grand des calmes, réfléchissons un instant à la typologie des différentes bulles de tournoi.

Dans la vie il existe plusieurs sortes de bulle. Il y a des bulles atroces, interminables et douloureuses qui causent l'agonie chez les shortstacks comme chez les couvreurs par leur lenteur et leur durée . D'autres sont plus excitantes, plus explosives, capables de vous faire passer du rire aux larmes en quelques secondes. Et d'autres passent comme une lettre à la poste.

La bulle de ce High Roller appartient clairement à la troisième catégorie. Avec seulement trois tables, pas besoin d'attendre des heures que le main par main soit fini à l'autre bout de la salle. Et avec des joueurs habitués au gros buy-in, il n'y a personne pour faire le mort jusqu'à tomber à une demi blinde en priant pour que quelqu'un tombe avant lui. Là, les croupiers ont servi quelques mains, les joueurs ont attendu cinq minutes et puis tout est rentré dans l'ordre après le premier "tapis-payé". Thierry Oldak a tout envoyé avec :As:Js . Alexandre Le Vaillant a payé avec :Ac:8s, a trouvé son :8c et puis Thierry s'est levé sans broncher.

C'est ça aussi la différence entre un High Roller et un Main Event. Ah et dans la foulée, on a perdu Niko Koop et Alexandre De Zutter, qui repartent tous deux avec 35 000 MAD.

IFtsu0euGHp_DSC-1349.JPG

IFtswh00GYX_DSC-1366.JPG
Comme souvent sur les High Rollers marrakchis, le contingent espagnol est bien rempli. Et ils composent souvent le haut du panier, comme ici avec notre sympathique chipleader répondant au nom de "AZAPL"

IFtsyvIciwX_DSC-0002.JPG
Pendant que Lucien Laigneau, président de Center Form et coach diethetique parle nutrition et muscu avec Anas Tadini, Najib Bennis apprend aux deux costauds comment faire des bluffs. Le vétéran marocain vient d'envoyer deux fois sa boite sur son voisin de droite. La première fois, il avait :8s:9h. La deuxième fois, Lucien lui a demandé "Tu me la refais pas avec 89o quand même ?". Il a foldé, Najib lui a montré :8s:6c. "La prochaine fois, j'aurais les As" prévient Najib, toujours aussi imprévisible.

15 joueurs sur 138 entrées
Blindes 30 000 - 60 000 Ante 60 000
Moyenne : 1 500 000

 

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Razzia espagnole sur le Highroller

Les Ibériques ne sont pas venus en touristes à Marrakech mais bien pour braquer le Es Saadi. Présent en nombre sur ce High Roller, ils ont encore une fois fait des dégâts et composeront plus de la moitié de la table finale qui se dresse actuellement sous la bulle royale.

Je vous avais prévenu dans les derniers posts, hélas, j'avais dis vrai. Comme lors de la dernière édition, les espagnols se font un malin plaisir à bouffer leurs adversaires franco-marocains sur le High Roller. Ce n'est pas Anas Tadini ni Najib Bennis qui diront le contraire. Les deux derniers représentants marocains ont rendu les armes, ou plutôt leurs jetons à leurs opposants ibériques. Un flip classique chez le champion Tadini dont la paire de :5s:5c s'est heurté au :As:Th de Monsieur Canarinho. Quelques minutes plus tard, Najib offrait ses deux millions de jetons à son voisin José Luis qui n'en demandait pas tant.

Bataille de blindes entre les deux hommes, Najib raise 190 000. Reraise 450 000 de l'espagnol, payé par le vétéran marocain. Sur le flop :3s:Td:6c, Najib place un check raise all in instantanément payé par José Luis qui retourne :Qd:Qh, devant le :Th:Jd de son adversaire. Deux briques plus tard, Najib quitte le tournoi et José Luis prend ses aises alors que nous sommes à 11 left.

giphy.gif
Quand un Espagnol s'invite à l'une des tables du High Roller

Mais José Luis ne s'arrête pas là. Trois mains plus tard, ouverture de l'Espagnol au Cut Off, payé par la SB ainsi que par Hugues Mazerolle en BB.

Le flop vient :Jd:6c:Ad et José Luis C-bet pour 150 000 jetons. La SB s'en va mais Mazerolle paye. Turn :Ts, et cette fois, l'Espagnol envoie un plus gros parpaing : 475 000 annoncé. Hugues prend quelques instants et prononce le mot magique : "Tapis". Quelques minutes de réflexion sont nécessaires mais après comptage, José Luis paye les 1,5 millions manquant en retournant son :Ah:Kh. Mazerolle joue bien des cartes avec son :8d:9d mais je ne sais plus quelle brique donne le pot à l'Espagnol qui s'envole à près de neuf millions de jetons.

IFttKr6DeTS_DSC-0025.JPG
L'Espagnol José Luis ramasse les dégâts après avoir fait exploser sa table

Sur l'autre table, Michael Allmrodt envoyait ses dernières blindes dans le même temps et le floor Mika pouvait donc stopper la cloque pour envoyer les neuf derniers survivants en table finale. Elle comptera tout de même quelques représentants français puisque Romain Louis Pollet, Alexandre Le Vaillant et Xavier Mouysset sont encore de la partie. Mais avant ça, joueurs et couvreurs ont droit à un Dinner Break bien mérité ! On se retrouve dans une petite heure pour la suite de ce Highroller à la sauce andalouse.

IFttLrV46wp_DSC-0009.JPG

9 joueurs sur 138 entrées
Blindes 50 000 - 100 000 Ante 100 000
Moyenne : 2 200 000

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Une finale les pieds dans l'eau

Les joueurs ont pris place dans le dôme royal spécialement dressé pour ce WSOP-C. Grande bulle vitrée, au bord de la splendide piscine illuminée de reflets azur, table bleutée encadrée par les caméras dernier cri de Bendo et ses équipes et grande tapisserie d'Orient posé sur le sol...On est pas mal.

IFtvR4W02za_Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran

Mais trêve de description idyllique, il y a quand même une TF de Highroller qui se joue. Les neuf joueurs ont pris place et viennent de placer leurs premières escarmouches. Concernant les forces en présence, le niveau est plus que relevé. Neuf joueurs plus que compétents, qui ont pour la plupart fait leurs armes Online et attendent la consécration en Live. Un peu de chauvinisme, commençons par nos Frenchies.
 

IFtvUX6mcfp_DSC-0042.JPG

Trois Tricolores figurent parmi les neuf prétendants. Joueur régulier du circuit et auteur de quelques petites perfs à l'ACF, Prague ou plus récemment en Californie, Romain Follet démarre cette soirée avec le deuxième plus gros stack de la table. Deux places à sa gauche, l'autre représentant bleu s'appelle Xavier Mouysset. Récemment, on l'a vu faire un beau Deep Run du côté de Monte-Carlo où il n'était pas loin de faire la finale du French National Championship Highroller. Un tournoi que notre dernier Bleu présent, Alexandre Le Vaillant, connaît plutôt bien. C'est là qu'il avait obtenu son plus gros gain sur le circuit, il y a de cela un an, finissant 5e pour un pactole de 44 500 €. Très régulier sur le circuit depuis maintenant cinq ans, Alexandre espère poursuivre son printemps de feu puisqu'il a récemment remporté le Big Stack du WSOP-C Cannes et fait runner-up de l'Unibet DSO à San Remo, franchissant ainsi la barre des 250 000 €.

Ce trio bleu devra faire face à une armada espagnole. Pas moins de cinq représentants ibériques se sont frayés un chemin jusqu'à cette table finale. Le plus gros stack s'appelle José Luis et il n'est pas étranger du Es Saadi puisqu'on l'avait déjà vu faire la table finale... Du Highroller il y a de cela six mois. Un joli back to back, mais cette fois il espère faire encore mieux que sa 6e place puisque c'est avec plus de deux averages qu'il commence cette TF, dans la peau du chipleader. A ses côtés, Canarinho, GRJ, Azapl et Raul Patron complètent l'armée rouge et jaune. Et tous comptent au moins 25 BB au moment de commencer la partie. Que ce soit à table ou dans le public, ça risque de parler espagnol longtemps ce soir. Et on ne peut pas dire qu'ils ne foutent pas l'ambiance.

Dans tout ce contingent franco-espagnol, Niklas Warlich a presque l'air d'un intru. Cet allemand d'origine irlandaise démarrera pourtant avec le 4e plus gros stack et espère longtemps jouer les troubles fêtes, pour peut être décrocher son plus gros gain en Live.

Chipcount :

Canarinho (ESP) : 1 410 000
GRJ (ESP) : 3 360 000
Raul Patron (ESP) : 2 340 000
Romain Louis Follet (FRA) : 5 320 000
Azapl (ESP) : 3 780 000
Xavier Mouysset (FRA) : 2 450 000
José Luis (ESP) : 8 955 000
Niklas Warlich (ALL) : 3 825 000
Alexandre Le Vaillant (FRA) : 1 555 000

9 joueurs restants sur 138 entrées
Level 22 : Blindes 50 000 - 100 000 Ante 100 000
Moyenne : 3 400 000

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
A 2000 à l'heure

Contrairement à hier, cette table finale est partie sur les chapeaux de roue. Des All-in and call dans tous les sens, des partages, des rivers cruelles et déjà deux éliminations alors qu'on joue depuis un peu plus d'une heure. Et pour l'instant, nos trois Français sont encore là

Visiblement, nos finalistes ont décidé de se régler entre Français et Espagnols. L'irlando-allemand Niklas Warlich n'a pas fait long feu en effet malgré ces presque 40 BB au moment d'attaquer la finale. Un gros coup perdu en début de partie (j'avoue que je n'ai pas trop suivi) et Niklas redescend à 15BB. Quelques mains plus tard, il tente un resteal en BB avec :Qs:Js mais le :As:Kc du José Luis tient bon et le Chipleader s'offre la première élimination du tournoi.

Ce premier busto semble avoir quelque peu excité la table. Pendant une demi-heure, j'ai assisté à un florilège de tapis payé qui ont systématiquement tourné à l'avantage des shortstacks. Explication entre Français d'abord sur un flop :7d:6h:3h. Romain Follet se voit bien avec sa paire de :Qd:Qh mais Xavier Mouysset retourne étonnamment un :7h:5h qui trouve directement sa ventrale sur la turn. La croupière compte les dommages... 3,5 millions de tapis pour Mouysset qui prend les trois quart des jetons de son compatriote.

IFtwvhDscQS_DSC-0055.JPG
Xavier Mouysset a joué les foufous et touché son tirage.
7 millions de jetons pour lui quand son compère Follet redescend sous le million de jetons

Mais Follet n'a pas dit son dernier mot. Sur l'orbite suivante, le Français trouve :Ad:Jd en SB et envoie ses 6 dernières blindes. Azapl paye avec :As:8h et c'est l'heure du board à sensations : Le flop :5h:2d:9d semble éteindre le suspens mais sans sueur, à quoi bon faire ce sport : Bim, un splendide :8h turn donne l'avantage à l'espagnol. Follet n'a plus qu'à prier jusqu'à ce que vienne... Le :8d river, pour un magnifique Flush contre Brelan. Romain Follet revient dans le game !

IFtweWgVa6a_DSC-0065.JPG

Après l'explication entre français, place au duels 100% espagnols. Retombé à 12BB, Canarinho envoie tout avec :Ks:Qs en MP et son voisin GRJ paye le tapis avec :Ts:Tc. Deux pics au flop, un troisième sur la turn et Canarinho sauve son tournoi, quand son compatriote redescend sous les 20BB. Deux mains plus tard, encore un tapis payé entre espagnol. Cette fois, c'est Raul Patron contre AZPLZ pour à peu près 20BB chacun. :Ah:Kd vs :As:Ks. Les deux Ibériques se quittent en bons amis.

La seconde élimination arrive quelques mains plus tard. Encore un duel 100% Ibérique, la revanche entre Canarinho et GRJ. Le second paye la mise du premier avec :Kh:Qs quand le premier à :Kc:Jc. Moment choisi par la croupière pour sortir un flop :Td:2c:Qc. Tout part au milieu. GRJ tiendrait-il sa revanche ? Et bien non, un :Ah river et GRJ quitte le tournoi en 8e position. 72 000 MAD pour lui.

IFtwp3kC0cB_DSC-0076.JPG


IFtwso1fKJX_DSC-0075.JPG
Pas de cadeau entre espagnols. GRJ se prend deux set upts face à Canarinho et s'en va en 8e position.

7 joueurs restants sur 138 entrées
Level 22 : Blindes 80 000 - 160 000 Ante 160 000
Moyenne : 4 700 000
Gain assuré : 90 000 MAD

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Le Vaillant rend les armes

Il ne reste plus que deux Français dans la course à la bague. Alors qu'il était revenu dans la course, Alexandre Le Vaillant échoue finalement en 7e position, battu par les As du Patron.

IFtwTf03kps_DSC-0089.JPG
Un nouveau beau run pour Alexandre Le Vaillant  qui évite de peu une nouvelle perf à 4 chiffres. Enfin, si on compte en MAD, il y en a même 5

Jusqu'il y a encore une demi heure, le grinder français écrivait le bon scénario. Démarrage à tout juste 15BB, survie pendant près d'une heure en faisant le dos rond puis double up sur un flip avec :5s:5h face au :As:Jh de Raul Patron... Avec 35BB, on s'attendait à ce que Raul Patron fasse parler son talent pour percer cette table finale mais la suite ne fut que déboires. Un squeeze mal placé en BB avec :5h:6s qui fait folder le faiseur initial mais provoque un New York Back Raise Tapis de la SB lui a couté un premier million de jetons. Les deux autres sont partis sur un resteal mal placé, le :8h:8s du Français s'écrasant sur la paire d'as de Raul Patron. Pas de miracle, l'Espagnol tient sa revanche et écarte Le Vaillant de la course à la bague.

Avec cette série de tapis payés et de bustos, un petit point Chipcount s'impose :

José Luis : 12 625 000
Xavier Mouysset : 7 175 000
Raul Patron : 6 150 000
Canarinho : 3 375 000
Romain Follet : 1 650 000
Azapl : 1 650 000

6 joueurs restants sur 138 entrées
Level 24 : Blindes 100 000 - 200 000 Ante 200 000
Moyenne : 5 495 000
Gain assuré : 115 000 MAD

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vous prendrez bien un peu de streaming ?

J'ai totalement zappé de vous en parler, mais ce Highroller, comme toutes les autres Tables finales de la semaine sont à retrouvé en streaming.

Je vous avais parlé du travail de fou mené par Bendo et ses équipes pour mettre en place cette table télévisée cinq étoiles. Car si cette bulle magnifique a été soufflé dans les jardins du Palace, c'est pour assurer un cadre idyllique aux joueurs mais aussi pour proposer un streaming de haute volée. La régie s'active derrière un grand drap noir et aux abords de la table, Bendo et Seb Segent pianotent sur leurs ordinateurs tandis que les trois caméras scrutent sans répit l'action de cette table finale.

IFtxyEtGRls_DSC-0091.JPG

IFtxy27GLXX_DSC-0093.JPG
Les Yeux du dôme royal scrute chaque faits et gestes de cette table finale

Grâce à ce dispositif dernier cri, vous pouvez profiter d'un superbe streaming à retrouver sur les pages Youtube et Facebook du Es Saadi. Comme je suis un gars sympa, je vous balance le lien, avec deux heures de retard dont je suis sur vous ne tiendrez pas rigueur.
 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Mouysset, du rire aux larmes

Ce jeu est vraiment totalement fou. Il y a deux minutes, Quentin Mouysset était sur le point d'empocher un pot à 6 millions de jetons qui lui aurait permis de repasser dans les hautes altitudes du tournoi. Deux minutes plus tard, le Français prend la porte et quitte la dôme royal sur la pointe des pieds.

Le duo de croupière qui sert les joueurs depuis le début de cette table finale procure aux joueurs et aux spectateurs de sacrés sensations. En servant de belles rencontres et surtout en tirant des flops magiques qui provoquent les hurlement du dôme, à tel point que les badots qui passent au bord de la piscine se demandent ce qu'il se passe sous cette bulle royale.

IFtxTMOnp6X_DSC-0106.JPG
Heureusement que Romain Follet a le cœur bien accroché. Quentin Mouysset lui en a gros sur la patate.

Illustration encore avec cette rencontre de l'espace entre nos deux français. Open de Canarinho, shove de Romain Follet pour ses 15 dernières BB et après une grosse minute de réflexion, re-shove de Quentin Mouysset qui, pour la deuxième fois de la partie, met son compatriote sur la corde raide. "T'as une paire" demande Mouysset à son compatriote ? L'acquiescement de Romain ne lui fait pas plaisir. Son :8s:8d est bien derrière la paire de :Th:Ts de Follet. Maintenant, je vais demander aux cœurs sensibles de ne pas lire la suite de ce coup.

Le flop est sans problème : Un :Kc:6c:3s qui ne change rien mais la croupière décide alors de pimenter les choses. PAF ! Un :8c turn provoque les cris de la salle et le dépit de Follet qui n'est décidément pas en veine face à son compatriote. Quelques secondes de suspens et REPAF ! Le :Tc miracle offre un set contre set de l'espace. Lui qui était tombé à 6 blindes il y a de cela une heure trente remonte désormais à près de 7 millions de jetons. Quentin Mouysset fait lui le chemin inverse et tombe à sous les 5BB.

IFtxRTed6FS_DSC-0104.JPG
Voilà le genre de board magiques qui nous fait vibrer depuis maintenant près de 4 heures.
 

Son parcours s'arrêtera sur la main suivante. Le :As:7d de Raul Patron l'emporte sur le :Kc:Ts du Français qui se fait brutalement éjecter de cette table finale. 115 000 MAD tout de même pour consoler notre Frenchie.

5 joueurs restants sur 138 entrées
Level 25 à venir : Blindes 125 000 - 250 000 Ante 250 000
Moyenne : 6 595 000
Gain assuré : 145 000 MAD

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
jose luis sort la mitraillette

Cette fois, on ne pourra pas accuser les Espagnols de collusion. José Luis vient de faire un sacré ménage en éliminant deux de ses collègues. Et le coup suivant, Romain Follet s'est chargé du troisième larron.

Oulalala la pluie de busto énorme. Que des espagnols ! C'est beau pour le spectacle, c'est bon pour notre Frenchie et en plus, on va se coucher 2 heures plus tôt que prévu ! Cette table finale est vraiment dantesque.

Ca commence avec Raul Patron qui s'est pris une belle crasse du chipleader. Open, re-shove du chipleader, Patron paye ses vingt dernières BB. :Qs:Qd chez Raul, :6c:6d chez José. Un joli :6s au flop, deux briques turn river et pouf, Patron viré !

IFuajsTSxMB_DSC-0118.JPG
Un petit bad beat et un espagnol de moins. Ce n'est pas pour nous déplaire.

Trois mains plus tard, c'est Canarinho qui tente sa chance avec :Ac:4c pour ses 6 dernières blindes. José Luis a toujours faim et paye avec :8h:9d. Un joli :9h au flop, deux briques turn river et pouf, canard coulé !

IFuamecF2Qw_DSC-0121.JPG
Heureusement, José Luis est là pour faire de gros câlins à ses copains qu'il vient d'éjecter de la course à la bague

Ce traître de José Luis va-t-il tuer tous ses compatriotes ? Du tout du tout, puisque c'est Romain Follet qui se charge d'Azapl. La main suivante, avec :As:Tc contre :Ks:Th. Pas de problèmes sur le board et pouf, nous voilà en Heads-Up.

Si on s'attendait à ça ! On va donc pouvoir attaquer le Heads-up, plutôt deep, avec la réparation suivante :

José Luis : 21 500 000
Romain Follet : 9 500 000

giphy.gif
José Luis réglant le compte de ses compatriotes

5e - Raul Patron : 145 000 MAD
4e - Canarinho : 200 000 MAD
3e - Azapl : 277 000 MAD

2 joueurs restants sur 138 entrées
Level 25 : Blindes 125 000 - 250 000 Ante 250 000
Moyenne : 16 487 000
Gain assuré : 400 000 MAD

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
José Luis assome le High Roller

C'était le plus fort ce soir. A l'usure, au talent, l'Espagnol José Luis remporte ce High Roller des WSOP-C. Il chope une bague qui lui avait échappée de peu l'année dernière ainsi que 600 000 MAD.

giphy.gif

Une petite heure. C'est ce qu'il a fallu à José Luis pour prendre le dessus sur Romain Follet. Un résultat somme toute logique pour celui qui a dominé de bout en bout cette table finale. Chipleader dès le départ, l'Espagnol n'a fait qu'augmenter son stack durant les quatre heures de TF, éliminant un à un ses adversaires, dont une bonne dose de compatriotes pour parvenir jusqu'au heads-up avec deux fois plus de stack que Romain Follet. Patient et réfléchi, ce joueur au regard posé, par moment presqu'endormi, n'a pas perdu un gros coup du heads-up, graillant les jetons petit à petit et donnant quelques coups de massue un peu plus lourd quand il le fallait.

Il y a d'abord eu ce très bon call à vingt minutes du termes. Ouverture de José Luis, payé par Romain et les deux joueurs découvrent un flop :3s:Jd:9c. C-Bet de l'Espagnol qui fait face à un re-raise pour 1,2 millions. José paye. La turn :2c ne change pas grand chose mais les deux joueurs optent pour un check. Sur la river :Kh, Romain repasse à l'attaque : 2,6 millions, dans un pot de 2,8 millions. José Luis prend son temps et finit par payer. Son adversaire monte :Td:8d pour un tirage suite raté et José remporte le pot avec son :Js:4s.

Après avoir mis son adversaire au sol, l'Ibérique a débuté le travail de sape. Petit pot par petit pot, il a fait descendre son adversaire en dessous des 20BB et le spot final est venu à lui. Ouverture de José, tapis de 15BB annoncé par Romain Follet et insta call de l'Espagnol. Son :8h:8s est devant le :Ac:2c du Français et le board :4h:Qc:6h:9d:6d offre la victoire au Madrilène.

IFubYorYA2X_DSC-0153.JPG
Un board à 60 patates.

Hurlement dans le public. La petite dizaine d'espagnols, qui alterne entre conneries et encouragement  depuis le début du heads-up, se lâche encore un peu plus, faisant résonner sur leur smartphone, l'hymne de Malaga, club de cœur du vainqueur. A 25 ans, José Luis décroche l'une de ses plus belles victoires sur le circuit et s'en va célébrer son sacre avec sa bande de copains. Un peu de déception sur le visage de Romain Follet mais les 400 000 MAD devrait le consoler.

IFubZZAWmma_DSC-0144.JPG

Le Français s'est plus que bien battu, flirtant avec le bust pendant près de deux heures pour finalement ressurgir après une très belle remontée. Ce soir, il est tombé contre un joueur très solide, et qu'on risque de revoir, à Marrakech pour sur, et dans bien d'autres places de la planète poker.

José Luis a quant à lui troqué sa poker face, plutôt morne et sans émotions, contre un grand sourire. Il a même pris le temps de s'arrêter après son sacre pour nous livrer quelques mots. L'interview arrive sans plus attendre.

Edited by cosmictrip

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
PMU : Powerfest
PMU : Powerfest