Aller au contenu
Ce sujet
Liebodar

Mouvements sociaux, grèves, Manifestations ...

Messages recommandés

10 minutes ago, FreakBrother said:

les trahisons viennent rarement de la base militante

T'as des gens militants anti racistes de toute leur vie en face, du sol au plafond. Les traîtres c'est des gens ex RPR UMP LR hein. Et les compromissions d'ex PS à la Valls.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il se passe des choses parfois surprenantes dans les mouvements..Regarde chez les rouge et noir, y avait toujours eu une haine et un rejet total de la religion.Depuis qqs années, ça en vient même parfois aux mains entre antifa ou anars au sujet de l islam , chose impensable auparavant tant le sujet faisait unanimité..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mariani et Garraud qui viennent derejoindre le RN, ils viennent pas de la gauche. Du coup c'est passé tranquille dans les médias

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 30 minutes, Pasdepo(k) a écrit :

Bof, polémque à deux balles qui ne concerne pas les Français mais uniquement le groupe parlementaire LREM pour qui elle sera référente. Et on fait le même dénigrement dans l'autre sens en reprochant le milieu social modeste d'un député pour le discréditer sur une thématique et t'es lepremier à hurler, à juste titre.

C'est pas une polémique à deux balles, il y a un réel problème de représentativité d'une manière générale. On a des élites complétement déconnectées de la réalité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)

http://www.leparisien.fr/societe/gilets-jaunes-la-journaliste-qui-balance-sur-les-medias-travaille-t-elle-vraiment-pour-le-new-yorker-francais-11-01-2019-7986780.php

 

 

Spoiler

Gilets jaunes : la journaliste qui «balance» sur les médias travaille-t-elle vraiment pour le «New Yorker français» ?

 

Une journaliste autodidacte est devenue la coqueluche de certains Gilets jaunes après la publication d’une vidéo où elle fustige la couverture médiatique du mouvement.

Assise sur son scooter, casque sur la tête, elle s’est arrêtée près d’un groupe de Gilets jaunes en plein contrôle d’identité ce mardi à Paris. Et en une simple prise de parole de trois minutes, elle est devenue la cheffe d’un « média » considéré comme une référence par certains militants. Laetitia Monsacré, fondatrice du site Jim Le Pariser, s’est fait remarquer cette semaine après la publication d’une vidéo où elle fustige le travail des médias en pleine crise des Gilets jaunes

Dans cette séquence, elle critique face caméra « LCI, BFm**de TV, LCI, CNews, que j’ai vus samedi en train de filmer une petite poubelle pour montrer que la rive gauche était en train de brûler, TF1, même le service public ».

 

« France Inter avec Nicolas Demorand qui crie aux loups depuis le départ, Sophia Aram, qui le 24 décembre, a fait une chronique absolument écœurante […] où elle était en train de dire que vous étiez homophobes, racistes, antisémites et qu’avec un gilet jaune on pouvait tout se permettre… Quand ça va s’arrêter ? » se questionne-t-elle aussi.

 

« Moi j’ai 22 ans de journalisme derrière moi, j’ai une carte de presse et j’ai honte de mes confrères. J’ai honte de ce que j’appelle la grande manipulation, ce que j’ai mis sur mon site Internet. Aujourd’hui, on n’informe plus, on fait de la fabrique d’opinion », conclut-elle.

La vidéo, qui circule sous plusieurs formats sur plusieurs pages et comptes des Gilets jaunes, a déjà été vue plus de 100 000 fois depuis sa mise en ligne mercredi.

Jim le Pariser, un site « inspiré » du New Yorker

Dans cette vidéo, Laetitia explique être la directrice de la publication Jim le Pariser, qu’elle qualifie de « version française du New Yorker ». La définition est un peu grossière : le New Yorker, un hebdomadaire connu aux Etats-Unis pour ses longs reportages, ses essais, ses cartoons et ses recommandations culturelles dans la Grande Pomme, n’a pas, en réalité, de version française.

Un porte-parole du magazine nous a confirmé que le New Yorker n’était « en aucun cas affilié ou en lien avec cette publication ».

 

Jim le Pariser est en fait un site « inspiré » - en partie - du style du New Yorker, défendait sa fondatrice dans une interview donnée à France Amérique lors de sa création en 2011 : « Disons qu’on n’a pas la même ligne éditoriale mais on est dans le même esprit. Les seules choses qu’on veut prendre ce sont la qualité d’écriture et le ton franc-tireur. »

Lors du lancement, « The Pariser », devenu ensuite Jim le Pariser (« Jim » étant le chien de la journaliste), se rangerait plutôt sous la catégorie « Lifestyle ». Son credo ? « Un esprit vif et généreux sans laisse ni maître ».

Sur la page d’accueil du site, on retrouve, en vrac, des critiques littéraires, des comptes rendus d’expositions, de soirées à l’opéra ou des tests de restaurants et d’hôtels de luxe, parfois signés de contributeurs, le plus souvent rédigés par Laetitia Monsacré elle-même. On y trouve aussi, moins souvent cependant, des articles d’actualité, principalement sur des thèmes de politique et de société.

Un CV légèrement embelli

La journaliste, aujourd’hui âgée de 47 ans, n’a cessé de louvoyer entre diverses publications, sans qu’elle puisse s’y installer durablement. Diplômée de l’Institut français de presse, Laetitia Monsacré a expliqué au Parisien avoir fait ses armes dans les années 1990, lors d’un stage à l’hebdomadaire économique La Vie Française (devenu La Vie financière), avant d’enchaîner d’autres stages en télévision et d’intégrer le journal gratuit InfoMatin, aujourd’hui disparu. En 1998, elle a animé pendant deux ans l’émission « La Cinquième Rencontre… » sur La Cinquième, ce que le service presse de France 5 a pu nous confirmer.

Laetitia Monsacré nous avoue aussi avoir légèrement exagéré ses propos sur son expérience de terrain et des conflits dans la vidéo tournée par des Gilets jaunes. « Pendant le Rwanda en 1994, je fais le lien avec toutes les ONG, je relaie des collectes de fonds, je me mobilise. […] La Croix Rouge m’a ensuite proposé de partir avec elle sur place pour un reportage. Je suis partie seule, j’ai failli être publiée dans L’Evènement du jeudi, mais ça ne s’est pas fait », admet-elle dans notre entretien ce vendredi. Sur Twitter, le journaliste Olivier Galzi confirme bien l’avoir croisée sur le terrain à l’époque. Elle explique aussi s’être rendue à Sarajevo après la fin de la guerre de Bosnie, sans en préciser la date, pour faire un tour des « villes martyres » de la guerre.

En 2011, après une longue pause aux Etats-Unis, où elle nous raconte n’avoir « pas travaillé » et s’être essentiellement « cultivée », l’autodidacte s’est réessayée au journalisme. Inspirée par ses lectures du New Yorker, elle a décidé de lancer un magazine en hommage à la grande publication américaine. Est alors né Jim le Pariser, nommé ainsi après la faillite de la première version du magazine cofondée avec le journaliste Ulysse Gosset, aujourd’hui éditorialiste pour la chaîne BFMTV.

Du lifestyle aux Gilets jaunes

Après plusieurs années à couvrir toutes sortes d’actualités, le site s’est récemment focalisé sur l’actualité des Gilets jaunes. On y retrouve, par exemple le témoignage d’une jeune militante du mouvement qui n’arrive pas à boucler ses fins de mois, ainsi qu’un récit de manifestation à Paris ou encore un billet d’analyse de la couverture médiatique du mouvement.

Une raison de plus pour Laetitia Monsacré de considérer son site comme un « média » et non un blog. L’auteure, pour l’instant, n’est pas détentrice d’une carte de presse de journaliste, délivrée par la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP). Sur le terrain, elle utilise sa carte de critique de cinéma, remise par la Fédération nationale des critiques de la presse française (FNCPF). Son travail a valu au site d’être listé parmi les médias qui « présentent la réalité des Gilets jaunes » dans un tract relayé par Priscillia Ludosky, une des figures du mouvement.

 

 

La nouvelle notoriété de la femme, qui se décrit comme « une vraie journaliste de gauche », la met mal à l’aise, dit-elle. « J’ai été beaucoup gênée d’avoir été mise en avant. Pour les Gilets jaunes, j’ai poussé un coup de gueule et je suis meilleure quand j’écris. C’était mon boxing, comme ce pauvre sur la passerelle (NDLR : elle parle de Christophe Dettinger). […] Je ne défends pas les Gilets jaunes. J’ai juste cherché à défendre l’honneur de notre profession », nous explique-t-elle.

 

 

 

 

 

Modifié par Jamiyoyo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais probablement y aller, plus par oppositions aux dérives de notre beau pays (violences policières, justice de classe et projet de loi liberticide) que par adhésion aux idées des gilets jaunes. 

Je porterai un masque de @ZozoLeClownpour le principe.

J'ai deux yeux et deux mains, j'espère que ça sera pareil demain soir. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, Sashimi a écrit :

Je vais probablement y aller, plus par oppositions aux dérives de notre beau pays (violences policières, justice de classe et projet de loi liberticide) que par adhésion aux idées des gilets jaunes. 

Je porterai un masque de @ZozoLeClownpour le principe.

J'ai deux yeux et deux mains, j'espère que ça sera pareil demain soir. 

Fais nous un reportage exclusif !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dear Mon point de vue et de celui du centre pseudolibéral RN et FI ont en commun leur programme économique très similaire. Favoriser la production intérieur, combattre les grands groupes, aides sociales, contre les médias mainstream.

Si Marine le Pen est favorisée par les médias c'est parce-qu'elle est plus facile à battre au second tour, donc elle est souhaitée comme adversaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, jou0eur a écrit :

82000 manifestants, on peut dire que la stratégie du gouvernement a echoué.

L'équivalent d'un stade de France, toute la France est dans la rue.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)

Il y a plein de critères pour discuter d'un mouvement social.

Dans les médias on met en avant par exemple le soutien à un mouvement.

Il y a aussi sa durée et sa radicalisation et son impact sur l'economie  et sur les problématiques gouvernementales et donc sur la latitude du gouvernement à gouverner à court, moyen et long terme. 

Ce qui est curieux avec ce mouvement que l'on arrive pas à le définir clairement.Il est autant d'extreme droite que de gauche que progressiste. Il est par ailleurs amusant de se rendre compte que cela pousse le gouvernement présenté lui comme progressiste à épouser des postures conservatrices et réactionnaires avec des accents d'autoritarismes mal placés.

Au bout d'un moment tout le monde va se rendre compte que ce mouvement remet finalement sur le tapis  toutes les problématiques qu'on a empêché de discuter.

Modifié par jou0eur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)
il y a une heure, jou0eur a écrit :

Tu penses que c'est un argument de poids ?

Je pense surtout que les 82k participants n'en sont pas un pour justifier la réussite ou l'échec d'un gouvernement. Un concert de U2 ou un match de rugby réunissent autant de participants.

Modifié par Parp1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)
il y a 2 minutes, Parp1 a écrit :

Je pense surtout que les 82k participants n'en sont pas un pour justifier la réussite ou l'échec d'un gouvernement. Un concert de U2 ou un matche de rugby réunissent autant de participants.

Je pensais que tu trollais, mais en fait t'es sérieux lol. 

 

Modifié par jou0eur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, jou0eur a écrit :

82000 manifestants, on peut dire que la stratégie du gouvernement a echoué.

Y avait 1M de gens dans la rue contre la loi El Khomri. Idem contre le mariage pour tous.

Au plus haut des grèves contre le gouvernement Juppé en 95 c'était plus de 2M.

A titre de comparaisons.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)
il y a 8 minutes, ZozoLeClown a écrit :

Y avait 1M de gens dans la rue contre la loi El Khomri. Idem contre le mariage pour tous.

Au plus haut des grèves contre le gouvernement Juppé en 95 c'était plus de 2M.

A titre de comparaisons.

L'argument est particulièrement faible voire candide. 

 

Citation

 

Il y a plein de critères pour discuter d'un mouvement social.

Dans les médias on met en avant par exemple le soutien à un mouvement.

Il y a aussi sa durée et sa radicalisation et son impact sur l'economie  et sur les problématiques gouvernementales et donc sur la latitude du gouvernement à gouverner à court, moyen et long terme.

 

/

 

 

Modifié par jou0eur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
31 minutes ago, Parp1 said:

Je pense surtout que les 82k participants n'en sont pas un pour justifier la réussite ou l'échec d'un gouvernement. Un concert de U2 ou un matche de rugby réunissent autant de participants.

 

28 minutes ago, ZozoLeClown said:

Y avait 1M de gens dans la rue contre la loi El Khomri. Idem contre le mariage pour tous.

Au plus haut des grèves contre le gouvernement Juppé en 95 c'était plus de 2M.

A titre de comparaisons.

Ok donc si c'est rien ça veut dire qu'avec 30 secondes de couverture au 20h le week-end tout resterait en l'état ?

Vous vous rendez compte que c'est nouveau d'avoir des gens dépolitisés revenir dans la rue si souvent ? Et vous connaissez un minimum Paris ou pas pour sortir des trucs comme ça ?

100 manifestants énervés avenue Kléber ou place Beauvau ça compte plus que 100'000 personnes à Bastille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, FabD a écrit :

 

Ok donc si c'est rien ça veut dire qu'avec 30 secondes de couverture au 20h le week-end tout resterait en l'état ?

Vous vous rendez compte que c'est nouveau d'avoir des gens dépolitisés revenir dans la rue si souvent ? Et vous connaissez un minimum Paris ou pas pour sortir des trucs comme ça ?

100 manifestants énervés avenue Kléber ou place Beauvau ça compte plus que 100'000 personnes à Bastille.

T'y crois vraiment sérieux??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   1 membre

English
Retour en haut de page
×