Jump to content
This Topic
Guy

[Trip Report] Merveilleux Automne dans l'Ouest Lointain

Recommended Posts

Mille feuilles se croisent, dans un mouvement de vent brumeux
De beaux marrons et de frêles châtaignes rebondissent au sol sans qu'aucune ne m'atteigne
Le froid crache son droit au dernier soubresaut estival
Qui, d'une ultime caresse d'abandon, chauffe mon corps engourdi par ce nouvel assaut
Sans tambour, ni tromblon, c'est lui, le voilà : le merveilleux automne

Ces émouvantes paroles, peut-être familières à l’oreille de certains, entament un récit de voyage dans l’ouest lointain.

Ce périple express consistera à réemprunter approximativement les traces d’ancien brillant membre du CP, tout en tentant d’en faire quelque chose de totalement nouveau. Au programme : de l’urbain, du désert et du gamble, le tout agrémenté de joulies photos.

Edited by Guy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jeudi 18 octobre 2018

Autant j’étais motivé pour écrire avant de partir, autant là… Mais chose promise chose due, je ne vais pas faire ma mijaurée.

Après une matinée de travail comme il faut (entretien annuel et réunion client ignoble au programme), il me faut traverser la région parisienne en passant par la case maison où je dois encore boucler ma valise. Le départ de mon avion est prévu à 15h et des poussières. Ça ne sent pas bon… dans tous les sens du terme…

Coup de bol, dans la dernière ligne droite, je chope un RER sans arrêt gare du nord > CDG.

Hélas, le voyage se fera avec un Rappeur Rom dans le wagon. Ça faisait longtemps tiens, mais j'ai pigé pourquoi : contrairement au métro où le Rappeur Rom ne rencontre pas vraiment son public, là, les touristes se croient obligés de donner des billays à Slobodan qui doit sans mentir se faire 100 balles par wagon pour quelques m**douilles déblatérées dans un affreux mélange d'italo-franco-roumain.

20181018_135909.thumb.jpg.d46eceef4e466c9b742d2a59df5cb653.jpg

L’avantage d’arriver à l’arrache à l’aéroport est que l’on obtient quelques privilèges, comme celui de squeezer les files d’attente et de s’enregistrer au guichet business, de toutes façons pas très fréquenté dans la compagnie que j’ai pris à l’aller : Norwegian, en tarif migrant ofpra, à savoir, sans bagages ni bouffe.
Au-delà du tarif intéressant, ils ont des avions modernes et de quoi mater des films tout le voyage.
Quand c’est eux qui assurent le vol.

Cette fois-ci, ce n’est pas le cas. 8!O

Obligé de traverser l’atlantique et un continent entier sur la compagnie la plus craignos du ciel européen, selon les différents sites de notation de maniaques des airs : la Wamos. En me basant sur le seat chart de airberlin à qui ils ont acheté l’A330 de 22 ans d’âge dans lequel de monte, j’ai réservé le siège 5G, qui doit être un super siège business. Je fais moins mon malin quand je réalise que pour gagner en surface, ils n’ont laissé que 3 rangs business et que tout le reste est en mode bétaillère. Le siège 5G est devenu un siège éco, accolé à la porte des waters. Sans tv. Mais ça c'est le cas de tous les sièges hein...

No way, j’arrive finalement à me trouver un siège près d’un hublot, dont le titulaire aura pris encore plus de temps que moi pour arriver, tant bien qu’il n’arrivera jamais. La bonne nouvelle est que le con avait l’option « manger », ce qui me permettra d’éponger un mauvais vin blanc chopé en duty free, la seule bouteille qui disposait d’un bouchon à vis.

20181018_173601.jpg.90e0b3219e04de9b2328b85f820b74fd.jpg

Après 11 heures 30 de vol finalement pas si déplaisantes, touchdown in LAX. Les bornes automatiques permettent de remplir les formalités d’entrée en un temps record, probablement moins de 10 minutes. Ce sera plus long pour arriver chez Sixt, j’aurais vu passer 50 navettes Avis ou Hertz avant d’enfin voir débouler la mienne. La loterie m’attribuera une Cadillac CTS, un bon gros V8 à l’américaine.

20181018_214743.thumb.jpg.53d47841fd3479c37a456cf9c639888a.jpg

J’arrive finalement vers 21h dans mon premier lieu de villégiature, une baraque d’architecte sur Hollywood Hills, avec une vue sur toute la ville. La logeuse qui doit avoir une quarantaine de balais est on ne peut plus gluten free, méditation et organic food. Pas le genre à porter une casquette rouge Make America Great Again ou à te taper dans le dos. Je me demande bien comment elle a pu atterrir dans cette baraque à 3 millions d’euros où elle vit seule et ne semble rien foutre à part aller à un cours de yoga 2 fois par semaine.

20181019_071844.jpg.9485ca756940aa9f15e3a2b35b3bf947.jpg

20181019_071902.jpg.baec039d8c866bb15935b685fc7190dd.jpg

 

6 novembre 2015

Après une matinée de boulot, direction Roissy. Je n’ai pas posé cette journée comme congés, je vais donc m’efforcer à torcher le taf de l'après-midi pendant le voyage… En même temps, j’ai un peu 18 heures devant moi...

La première escale a lieu chez CEN-Change à la sortie de la gare de l’Est afin de transformer 920 € en 1000 $. Le type me fait cadeau de 3 € et fourre la thune dans un charmant sachet façon congélateur. Discrétion garantie.

La suite du trajet se fait en RER B, sans soucis et sans frais supplémentaires : le pass Navigo permet depuis le 1er septembre de rejoindre CDG en RER ou Roissy Bus sans suppléments, c’est toujours ça de gagné.

Rendez-vous au terminal 2G qui se trouve dans une zone isolée et rappelle furieusement Beauvais-Tillé International Airport … Pour ceux dont l’avion part de ce gourbi, prévoyez de la marge pour y accéder, car c’est un peu ravitaillé par les corbeaux.  J’y déjeune aux frais de la princesse et je prends place dans un Embraer de Hop !, direction Oslo.

0101.png.cfaefb0a1317ddb756c8d0571c27dfda.png

T2G (G for Grange)

Mon voisin de siège semble très nerveux. Quelques minutes avant le décollage, il s’administre un traitement de choc en vidant cul sec une flasque de Gordon’s Dry Gin vraisemblablement achetée au duty free shop du hangar. C'eut été de l'Eau de Cologne "Bien-être" que c'était la même chose. L’effet des 20 cl de de baies de genièvres distillées ne se fait pas attendre. Mon nouvel ami commence à se taper un fou rire et à devenir très causant… Je sens que mes power-point ne vont pas beaucoup avancer.

Contrairement aux compagnies low cost, Air France, continue à offrir des ersatz de repas, même sur hop ! Mon voisin me confie vouloir déguster le vin du pays du pays d’Oc que j'ai commandé, à une condition : l’hôtesse doit poser la bouteille sur ma tablette et je dois la lui offrir ensuite. Je décide de ne pas le contrarier et m’exécute.

Il m’expliquera par la suite être Saoudien et très à cheval sur tout un tas de principes… Il me causera ensuite pendant 2 heures du pays.

L’avion arrive à l’heure prévue à Oslo. C’est plutôt une bonne nouvelle : d’une part, je peux dire ma'as-salama à mon pote et d’autre part je suis à l’heure pour le vol principal… Il faut juste savoir que lorsque l’on réserve des vols séparément, en cas de retard, c’est dans le derche… Petite prise de risque inconsidérée je l’avoue… surtout que je n’ai même pas deux heures de battement…

0102.png.0ddc08b003b8f7327dfd70fb380728cd.png

OsloAirport breakdown. Une des rares photos de la journée, entre deux PPT... histoire d'aérer un peu le texte...

Oslo est fidèle à sa réputation de ville hors de prix... le moindre triangle de pain de mie vaut le prix d’un homard-mayonnaise dans une brasserie parisienne. Je me la joue Saudi en prenant une demi-bouteille de pinard chilien le moins cher de l'aéroport et fait flamber la CB avec un plateau assortiment de spécialités locales (du saumon quoi).  

C’est pas que j’ai spécialement faim, mais je m'apprête à passer les 11 heures du Oslo – Los Angeles sur une des premières compagnies low cost à assurer les vols transatlantiques : la Norwegian.

Je monte dans un 787 flambant neuf. Comment peuvent-t-ils offrir des billets à de tels tarifs ? Quelques indices : l’avion est complet, le personnel naviguant est exclusivement Thaïlandais et surement payé quelques bahts et tout est payant à bord (bouffe, boisson, couvertures). T’auras surement besoin un jour de mettre une pièce dans la fente pour aller aux chiottes, comme au Balto.

0103.png.3754992badb778251ee597c0d9bf765f.png

Le fameux "not a coffee cup trick", avec un des 100 films dispos en multilangue sur Norwegian

M’affranchissant des consignes interdisant formellement la consommation de boisson alcoolisées provenant de l’extérieur, le vin chilien n’est rapidement plus qu’un souvenir. Mon nordiske måltider (non, ce n'est pas un meuble ikea, mais le nom de mon plateau repas nordique), s’avèrera un investissement bien plus smart que celui de mon voisin de siège qui a pris l’option « Royal à bord » (+60 € / PAX pour quelques patates bouilles et de la viande sur-cuite).  

11 heures plus tard, survol final magique de LA avec dans les écouteurs « Presence of God » des Soulsavers. Touchdown sur LAX avec quelques minutes d’avance, le tout avec un éclairage clignotant Disco / LGBT histoire de faire oublier les quelques trous d'air (really !).

0104.png.6d637c5db05b157a53f93a5d404152e0.png

Le passage à l'immigration se fait sans soucis, il est tout de même bientôt 21h et les agents fédéraux semblent avoir autant que moi envie de rentrer mettre la viande dans le torchon.

Je prends mon bolide chez Dollar en luttant pendant 10 bonnes minutes pour refuser toutes les options bidon que l’employé ultra aggro s’efforce de me refourguer en douce. Cela aurait doublé le prix de la location. Finalement, me voilà au volant ma Mazda M2, à la recherche de ma piaule airbnb que je trouve sans trop de soucis…

 

Conclusion Day 1 :

Norwegian se chie un peu dessus actuellement en affrétant ces vols sur une compagnie un peu cheap, mais au final, vu le prix des billets, pas de quoi en faire une histoire. 

Faire CGD LAX en vol direct apporte un certain confort, mais quoi qu'il arrive, les 9 heures de jet lag, c'est bien violent. A la limite, une courte escale de 2 ou 3 heures peut être l'occasion de se détendre un peu, si elle est fait à mi chemin, genre Islande ou USA, et permet souvent d'économiser plusieurs centaines d'euros. 

Le nouveau système d'entrée aux USA est ultra efficace et fait gagner une bonne heure minimum. Le top !

Les premières minutes au volant sont toujours flippantes, quelle que soit la destination. Pas de craintes, on s'y fait très vite.

Edited by Guy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos encouragements. En spoiler du day 5, une petite IPA à votre santé dans le bar d'altitude du splendide Jacinto Park qui surplombe à 3000 mètres d'altitude Palm Springs.

20181022_144549.thumb.jpg.1d81b668bcd8fa33f3bcf98c07c39b93.jpg

Même dans un put**n de bar d'altitude, tout le monde marche au cocktail, les salauds. Je posterai le jour 2 ce soir. Donc, au breakfast pour vous. Pour domi, j'ai payé mon vol direct a/r 450€ en juin dernier. J'arriverai à Vegas demain (mardi), avec plaisir pour un drink ou un repas. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, f*ck Bill2 a écrit :

Comment tu as eu le plan pour dormir dans la maison d'architecte?

par airbnb?

edit:ok je n'avais pas lu le spoiler,c'est bien airbnb, tu aurais un lien pour cette maison?SVP

Le spoiler concerne un précédent voyage, mais oui, il s'agit là encore d'un airbnb que l'on trouve ici : https://www.airbnb.fr/rooms/21840907

Attention : Nicole refuse que l'on poste des photos de sa bicoque sur les réseaux sociaux, donc, vous n'avez rien vu de ma part ^_^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vendredi 19 octobre 2018

Breakfast copieux au Good Neighbor Restaurant. Ce seront les derniers pancakes du séjour, ça m’a caillé sur le jabot toute la journée comme dit ma belle-mère.

 

Direction Downtown LA, qui tente d’être réhabilité depuis 20 ans environ avec plus ou moins de succès. Parmi les projets les plus spectaculaires : le Broad Museum, un musée d’art contemporain financé Eli Broad, de Kaufmann & Broad. Il aura fallu qu’il en vende des pavtards pour sortir le bâtiment de terre…

DSC00361.JPG.e2ff941fc11951181a862c6c05d6de36.JPG

DSC00358.JPG.814e6fce5054bbece7708e73969d8e81.JPG

DSC00312.JPG.23eb21f522395657acca9d383c6dec14.JPG

DSC00326.JPG.38d169f80635a0dd667afdd439258bee.JPG

DSC00315.JPG.0f3baa08495618be490f456526ff447b.JPG

Architecturalement parlant l’endroit est une réussite. Niveau œuvres, tous les grands noms sont là. Pendant la visite, un handicapé mental se croit autorisé de lécher avec force salive une des grosses gonades de ferraille colorée de James Koon. Un type arrive rapidement avec du jex vitres pour réparer ce sacrilège.

DSC00318.JPG.3c727268dec83dd598d4110097f8e612.JPG

DSC00319.JPG.c2e5e5f1132181920bdacf8c87c2c606.JPG

DSC00322.JPG.d2349f7cf431fc9764cf274735922958.JPG

DSC00331.JPG.3cc4fe08d36d64304221e524e9d71b1b.JPG

DSC00334.JPG.99892a639dc689a4246b6cc6318344c9.JPG

DSC00351.JPG.a651e8bb6fede48664d31e3a926fbcdb.JPG

DSC00355.JPG.24deb5fc2e438c01463addec1a25a723.JPG

Voisin du Broad, l'auditorium Walt Disney a également un peu de gueule.

DSC00359.JPG.a6b897e64d7740385c5c0d742837f63a.JPG

Le reste de Downtown n’est pas d’un intérêt fondamental, si ce n’est le contraste entre les bâtiments des différentes périodes architecturales. L’endroit reste toujours relativement glauque et donne un sentiment étrange de no man’s land, malgré les immeubles qui en imposent tout de même un peu.

DSC00310.JPG.b56a88e159cd60b38b92655e161111d1.JPG

DSC00281.JPG.bf5a40ddf8b48a54b3143f702799a6ab.JPG

DSC00289.JPG.f7f0325ee57b505d1c0340612729b7bf.JPG

DSC00299.JPG.d4c661eff11ee98b2f09358e432cbebd.JPG

Retour à l’une des innombrables zones pavillonnaires qui composent la ville pour visiter le musée diorama de Bhagavad-gita, systématiquement en tête des classements des attractions qu’il faut absolument faire à LA. Comme il y a un peu de monde qui attend (c’est-à-dire 12 personnes… l’endroit est minuscule), le type à l’accueil m’invite à aller au buffet végétarien « all u can eat ». Un peu de fibres, ça fera pas de mal. Mon tour est venu, je parcours plusieurs pièces avec un couple manifestement déjà adepte du mouvement, une succession de scènes expliquent l’esprit du mouvement hindouiste « Hare Krishna », le tout avec des scènes plutôt réalistes pour un truc qui date d’il y a 40 ans. En tout cas, de quoi faire de bons cauchemars pendant un bon bout de temps. Alors, cette « chose » vaut elle les 5 étoiles systématiquement attribuées sur trip advisor ou yelp ? Juste pour le côté WTF de l’attraction, c’est un OUI ! J’ai même le privilège de tailler une bavette (de soja) avec le créateur du musée. Un dernier mot sur cette visite ? Gouranga of course !

DSC00374.JPG.413aee4ae713b30edb797150e27aaf66.JPG

DSC00376.JPG.0dc61583029d2c74003fcbe40bfd29b7.JPG

DSC00377.JPG.31a08752af1fe80be7316f67825d4e48.JPG

DSC00382.JPG.8e91cb38553f8fbf7f574c31ba6806b8.JPG

Après un rapide passage sur Venice Beach, histoire de sentir les embruns du pacifique je fini ma journée au Barney's Beanery dans Westwood village, une institution de UCLA, où je mate au comptoir les demi-finales de baseball, pour lequel les Dodgers de LA jouent une place en finale.

DSC00390.JPG.bf627a08ef7ab2d5972daa034bce9eef.JPG

DSC00391.JPG.2720b7a9e5e432418060742c1fa019cf.JPG

DSC00393.JPG.6e9a0ad6540bbbe00488a80d4979a0c2.JPG

Conclusion du jour 2 : Je ne vais pas faire un comparatif entre art classique et contemporain... Mais bon, en ce qui concerne mes affinités vis à vis de ça, le Getty museum et la Getty villa présentent bien plus d'intérêt que le Broad, qui reste bien évidemment à faire lors d'un passage à LA.

A part ça, contrairement à NY, SF ou Chicado, LA, ça se fait en bagnole sinon... on oublie. 

Edited by Guy

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Guy a écrit :

Le spoiler concerne un précédent voyage, mais oui, il s'agit là encore d'un airbnb que l'on trouve ici : https://www.airbnb.fr/rooms/21840907

Attention : Nicole refuse que l'on poste des photos de sa bicoque sur les réseaux sociaux, donc, vous n'avez rien vu de ma part ^_^

Nicole, en plus d'être superhost sur Airbnb, m'a tout l'air d'être une MILF de compétition. Tu as pu faire plus ample connaissance ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Samedi 20 octobre

Je décide d’aller prendre mon petit déj’ "en bas de chez moi" en y allant… à pied, un concept tellement inconcevable qu’ils n’ont même pas construit de trottoir. Cela permet de mieux découvrir les baraques d’Hollywood Hills au risque de me faire écraser par des Ferrari, Maserati et autres Aston Martin (la clio locale, j'en croiserai 3 de suite tout de même...). What else...

DSC00400.JPG.1497d5a503cb2ef9041781277425a8ac.JPG

DSC00405.JPG.c0c202265986ec522e1417f1d2be4769.JPG

DSC00408.JPG.3f6a6551ecc78cdc86cfd5bf25b4a925.JPG

DSC00409.JPG.2ccfe3df281e51ffef326b622d866ccb.JPG

Arrivé en bas, direction "chez Mel’s", une chaîne de boustifaille mythique de Californie. Le resto originel de SF a servi de décor au film "American Graffiti". La douzaine de restos de cette chaîne respecte le cahier des charges : architecture 50’s, mobilier dinner dans les tons pastels, serveuses portant du rouge à lèvres rose, mini jukebox à chaque table. Une fois dit ça, des œufs brouillés, là où ailleurs, ça reste des œufs brouillés.

DSC00411.JPG.35f9352bbd0d9e5c4dbc656f4f0951ac.JPG

Aujourd'hui, direction Pasadena, tout d'abord au « Huntington » : un ensemble comportant plusieurs jardins botaniques, des galeries d’art et une bibliothèque dont la collection de bouquins est parmi les plus incroyables au monde, une des 30 bibles de Gutenberg connues au monde est présentée au public. Les bâtiments furent la propriété de Henry Huntington, magnat des chemins de fer. J’ai la chance de pouvoir assister à une visite guidée de 2h30. Pour ceux que ça intéresse, ça commence à 11h30 et le mec s’appelle Richard…

DSC00422.JPG.842bd35371c16aa18e06315febabb8f6.JPG

DSC00429.JPG.34fdea3b9e519ad4706e0ea665da77ea.JPG

DSC00431.JPG.472c1bb4518d901a2536e4e8ede63d6a.JPG

DSC00436.JPG.51c65b9456c1b7d1ae60a2d67c1a5374.JPG

DSC00450.JPG.a5d574e889bd42258abcb7b31793f0ca.JPG

DSC00460.JPG.63b4d548cd71fd17c0d10d7f43a344fa.JPG

DSC00463.JPG.1ed3fba6cec9874d72f4b94d27910553.JPG

bible.thumb.jpg.10a17fb0b405d0ca4439b6886e6ad2bf.jpg

Fin de journée au Rose Bowl pour assister à un match de foot universitaire opposant UCLA à Arizona. Comme il se doit dans une rencontre sportive qui se respecte, tout se passe dans une ambiance gentiment puérile. Le public est beaucoup plus « mixte » qu’en Europe, c’est-à-dire que les mamies ne sont pas les dernières à éructer les chants de supporters… Well… OK. Jet Lag oblige, je lutte un peu pour rester éveillé, malgré l'ambiance. 
Fin du match, UCLA gagne de justesse. Tant mieux, mamie ne commettra pas d'acte de hooliganisme. 

ucla1.jpg.cc4964ba0f0c1440f81b7459733b9da6.jpg

A la différence d’un match en France où les gens prennent les transports en commun, ici, tout le monde est en bagnole… Et comme il y a 60000 spectateurs, évidemment, c’est un peu le bordel.

Edited by Guy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'osais plus venir ici, de peur de me faire insulter, mais me revoilou, bien en retard, en espérant garder le ton qu'il faut :).

Je vais dégager provisoirement les références au trip de 2015, c'est trop lourd à gérer, je reposterai peut être cette exhumation plus tard.

Dimanche 28 octobre 2018

Breakfast chez Hugo’s West Hollywood sur conseil tripadvisor. Je choisis un chipotle scramble, sorte d’assemblage bloubiboulguesque de poulet, poivrons, onions, mozzarella, cheddar, tortilla, patates, tortillas et crème fraiche… Yuk !

yuk.thumb.jpg.c3445b4c711cfd79789a09b83f1f668e.jpg

Le plat prend une saveur toute particulière quand je réalise que l’endroit est un after du carré d’as local (cf. le marginal), ce qui me vaut quelques regards en biais avec moue évocatrice. Yuk yuk !!!

Le temps étant splendide - ça en devient lassant - direction à la mier, et plus précisément à la pier de Santa Monica. Je fais mon touriste de base. Comme un put**n d’italien qui irait place du tertre, pour se faire tresser un bracelet ou enfin découvrir qu'il a un tarin énorme et les chicots de travers en se faisant caricaturer. Je sais que je n’y trouverai rien de bien original : un faux cimetière, des manèges à l’ancienne, des musiciens ratés, des chinois qui peignent ton prénom avec des lettres en dragons et au bout, des pécheurs qui ne pêchent jamais rien.

01.JPG.84e7cced0f72a98a0d540d995ee4dcde.JPG

02.JPG.c32a399a0c9bff42de6800fb6a5f15d0.JPG

03.JPG.07a7ebaf2041bccf332f2e3e506a41fa.JPG

04.JPG.52f879b59134d39eeb391eb2814ee40d.JPG

05.JPG.d692fdfd3515b99d1513773ff7ebfeeb.JPG

06.JPG.8b156e5b50767ef92220e33ee3a7b6fe.JPG

07.JPG.1e8fd7485b45124fb5ba2214a4f6266a.JPG

Comme vous pouvez le constater, tout se passera comme prévu.

Je suis finalement plus à mon aise au Big Dean’s, un café ambiance surf and sea où les gens picolent en se marrant et en regardant les matchs de foot US qui se déroulent aux 4 coins du pays sur 10 TV géantes. Mater des mecs en bonnet qui semblent se les geler aux fins fonds du Minnesota est particulièrement réjouissant.

08.JPG.4dfbdfff8da599dbb917db3078ccad4c.JPG

09.thumb.jpg.97a44f4fc277ce7de24c6852174ab11f.jpg

Mais pourquoi ce genre d’endroit n’existe pas en France ? Pourquoi est-ce que tu es obligé de demander poliment au PMU Kabylo-Chinois du coin s’il a RMC Sport pour espérer mater Crvena zvezda Beograd vs. PSG sur une TV silvercrest sans le son ? Ici, le client est Roi. Il a droit à tous les put**ns de matchs sur des put**ns d’écrans géants 100 pouces. Même le Amiens – Troyes local. put**n. Enfin, le Cincinnati – New England j’veux dire. Et j’ai rien contre les Chinois. Ni les Kabyles.

Mais bon. Tout de même.

Le chipotle me caillant sur le jabot, je zappe la case déj (ce sera le cas tous les jours à vrai dire) et retourne à Pasadena. J’aime ben Pasadena. C’est nouveau.

10.JPG.7c989f1430da4c8a385131c8b320ce83.JPG

J’avais repéré 2 ou 3 trucs à voir pendant que je tournais comme un crevard pour trouver une place pour me garer la veille pour le match d’ucla, dont une certaine « gamble house ». Rien à voir avec un tripot… C’était la maison que David Gamble (le copain de Procter avec qui il vendait du savon) avait fait construire pour y loger en hiver. Faut dire que l’hiver de Cincinnati est moins clément que celui de Pasadena. D’où les bonnets, tout ça. Bref.

La maison a été construite au début du siècle dernier par le cabinet d’architectes Green & Green. Les frères Green quoi. Mais en architecture, on ne dit pas Mario Bros. On dit Mario & Mario. C’est plus classe.

11.jpg.5934c9e398fc058951a1989d2ae31b95.jpg

12.JPG.7a591f93c973b6e0c6a156f8fb97ad7d.JPG

13.JPG.31cd04f03947f8e106ae7fc7a718b601.JPG

14.JPG.812efde39b2277fb0a1140e859a675b4.JPG

Je ne vais pas vous faire la visite guidée, et les photos sont à chi**, mais la visite de la maison, assemblage assez remarquable d’un chalet suisse et d’une architecture japonisante, le tout resté dans le jus, est tout à fait recommandable.

Mais en fait, vous connaissiez surement cette maison, c’était là que créchait le Doc de retour vers le futur.

Après quelques bières (mon régime alimentaire exclusif) bues dans un pub irlandais pasadenesque, je décide de me donner bonne conscience en allant me taper non pas la logeuse, au regrets de certains ici, mais une marche dans le Runyon Canyon, un canyon qui se pose là, au milieu de Hollywood, et qui permet à tous les happy fews du coin d’aller promener leur chihuahua, et accessoirement d’avoir une vue pas dégueulasse sur la ville. Contrairement à Montmartre où tu vas être emm**dé successivement par un rom unijambiste, un tresseur de bracelet tchadien et un vendeur de prénom petit train pakistanais, là, on ne te fais pas chi**. Bon, j’avoue, tu t’emm**des un peu à marcher dans ce canyon un peu secos.

15.JPG.b7e310a14237df3353aaa507697c2b00.JPG

16.JPG.4992832ee5838debe02e313cf5fe5945.JPG

17.JPG.79a2966643b1d6f6fe54b5d765fcac89.JPG

18.JPG.87aec6e0ebc305fd1230f3c2c11c7fc4.JPG

19.JPG.d2475c314033a7e7889627af9c66be55.JPG

Je me termine non pas dans la logeuse, encore désolé, mais chez Carneys, un put**n de wagon de train, posé là en 1975, qui depuis fait office de restaurant à hamburgers sur Sunset.

20.JPG.4b0506f4628409c24b77cca481ab243b.JPG

21.JPG.14d4697d8cacfe0438c2bfef22de65cc.JPG

C’est pas d’une finesse exceptionnelle, loin de là, mais ça se bouffe, le cadre est original et ça permet d’aller bien repus au paddock.

Edited by Guy

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Guy a écrit :

Je me termine non pas dans la logeuse, encore désolé, mais chez Carneys, un put**n de wagon de train, posé là en 1975, qui depuis fait office de restaurant à hamburgers sur Sunset.

20.JPG.4b0506f4628409c24b77cca481ab243b.JPG

 

ahah on a mangé un bout la dedans l’année dernière, tranquillement installé en terrasse à se débattre avec nos chili dog, nous assistions alors à la dégustation de la banane au chocolat du patron :cul:

WIMW9633.thumb.jpg.2e85d9e76feae0b73394c36c85db8e35.jpg

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
PMU : Cash Back
PMU : Cash Back