Aller au contenu
Ce sujet
AmIlya

Lol journalisme

Messages recommandés

19 minutes ago, Holalahola said:

Anticipant l’onde de choc, Der Spiegel a choisi d’emblée la transparence. Une enquête interne, menée par trois journalistes expérimentés, dont un extérieur au journal, doit permettre de comprendre comment les articles falsifiés ont pu passer au travers du système de contrôle de la rédaction, pourtant jugé exemplaire.

On vit vraiment pas dans le même pays.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense qu'à la période dont il parle la fraude fiscale était infiniment plus simple qu'aujourd'hui. Une part bien plus importantes des transactions avaient lieu en liquide, et aucune banque ne posait de questions si on lui apportait des camions entiers de billets. Il était totalement impossible de tracer les comptes offshore.

Alors avant de dire que ça a été efficace, il faudrait vérifier si ça a bien eu lieu autrement que de façon cosmétiques, ce dont je doute très sérieusement. 

Par ailleurs l'économiste affirme que ce taux a perduré jusqu'à l'élection de Reagan (si je lis entre les lignes). Or on ne peut pas dire que la situation socioéconomique des USA étaient florissante juste avant lui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 21 minutes, Byshop a écrit :

Je pense qu'à la période dont il parle la fraude fiscale était infiniment plus simple qu'aujourd'hui. Une part bien plus importantes des transactions avaient lieu en liquide, et aucune banque ne posait de questions si on lui apportait des camions entiers de billets. Il était totalement impossible de tracer les comptes offshore.

Alors avant de dire que ça a été efficace, il faudrait vérifier si ça a bien eu lieu autrement que de façon cosmétiques, ce dont je doute très sérieusement. 

Par ailleurs l'économiste affirme que ce taux a perduré jusqu'à l'élection de Reagan (si je lis entre les lignes). Or on ne peut pas dire que la situation socioéconomique des USA étaient florissante juste avant lui.

Si on te demande pourquoi la situation économique du Venezuela est catastrophique, tu vas dire "ça montre bien que le socialisme ne fonctionne pas!" en oubliant les sanctions américaines, le travail de sape de la CIA et autres facteurs extérieurs du même genre.

Le diable est dans les détails comme dit le gars de la vidéo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'embargo ne porte pas sur la nourriture que je sache. Par ailleurs un pays équatoriale qui a le plus de pétrole au monde n'a aucune excuse pour ne pas être autosuffisant en nourriture ou ne pas avoir de PQ. Embargo ou pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 6 minutes, Byshop a écrit :

L'embargo ne porte pas sur la nourriture que je sache. Par ailleurs un pays équatoriale qui a le plus de pétrole au monde n'a aucune excuse pour ne pas être autosuffisant en nourriture ou ne pas avoir de PQ. Embargo ou pas.

je dis juste que ça n'est pas un argument contre le socialisme en tant que doctrine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
7 hours ago, Byshop said:

Je pense qu'à la période dont il parle la fraude fiscale était infiniment plus simple qu'aujourd'hui. Une part bien plus importantes des transactions avaient lieu en liquide, et aucune banque ne posait de questions si on lui apportait des camions entiers de billets. Il était totalement impossible de tracer les comptes offshore.

Alors avant de dire que ça a été efficace, il faudrait vérifier si ça a bien eu lieu autrement que de façon cosmétiques, ce dont je doute très sérieusement. 

Par ailleurs l'économiste affirme que ce taux a perduré jusqu'à l'élection de Reagan (si je lis entre les lignes). Or on ne peut pas dire que la situation socioéconomique des USA étaient florissante juste avant lui.

Y a juste deux chocs pétroliers dans les années 70. Alors qu'au contraire, les années 60 sont la vraie période faste niveau pétrole. 

D'ailleurs faudrait arrêter de parler d'économie sans parler d'accès à l'énergie. Si ça ne tenait qu'à moi, faudrait même au moins autant écouter les physiciens et les ingénieurs que les économistes quand on parle économie mais bon...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)
5 hours ago, Byshop said:

L'embargo ne porte pas sur la nourriture que je sache. Par ailleurs un pays équatoriale qui a le plus de pétrole au monde n'a aucune excuse pour ne pas être autosuffisant en nourriture ou ne pas avoir de PQ. Embargo ou pas.

Le pétrole du Venezuela est un pétrole cher. Il est souvent admis qu'il n'est pas ou peu rentable à exploiter sous les 50 dollars. En gros comparer le Venezuela et l'Arabie saoudite (voir le pétrole du Moyen-Orient en général) n'a strictement aucun sens. 

 

Et je ne défend pas la politique Vénézuéliennne en disant ça. 

Modifié par M4URIC3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)
1 hour ago, Byshop said:

L'embargo américain n'explique pas le désastre économique du Venezuela, le socialisme si. Que je sache, rien n'empêche ce pays de commercer avec l'Europe, la Chine ou l'Inde

Y a quelque chose qu'on appelle communément "la malédiction des ressources naturelles". Je cite wikipédia 

 

Quote

L’exportation de matières premières conduit à une hausse du taux de change réel qui détériore la compétitivité du secteur manufacturier et conduit à une désindustrialisation du pays[6]. On parle de la maladie hollandaise car dans les années 1960, l’exploitation de gisements de gaz avait conduit à une appréciation du florin et à un déclin du secteur manufacturier.

 

 

 

Et je ne dis pas que ca explique la situation du Venezuela ou n'excuse quoi que ce soit quant à ce qu'ils ont foutu avec l'argent du pétrole du début des années 2000. Mais c'est de façon générale très rare qu'un pays riche en ressources naturelles soit compétitif ailleurs.

 

Modifié par M4URIC3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)
Il y a 14 heures, Byshop a écrit :

L'embargo ne porte pas sur la nourriture que je sache. Par ailleurs un pays équatoriale qui a le plus de pétrole au monde n'a aucune excuse pour ne pas être autosuffisant en nourriture ou ne pas avoir de PQ. Embargo ou pas.

 

Je pense qu'il y aurait des rétorsions américaines assez rapidement.

Les ricains aiment à punir ceux qui ne font pas comme ils leur disent de faire.

On appelle ça un rapport de force.

Modifié par gazelle427

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une de mes journalistes préférés... ^/

 

https://www.acrimed.org/Nathalie-Saint-Cricq-en-mission-politique

 

Spoiler

 

Nathalie Saint-Cricq en mission politique

par Maxime Friot, Lundi 28 Janvier 2019


Ce jeudi 24 janvier, Léa Salamé et Thomas Sotto animaient « L’émission politique » sur France 2. Pendant près de trois heures de direct, ce sont plus d’une vingtaine de personnes (« des membres du gouvernement, des représentants politiques, des syndicalistes, des responsables d’associations, des chefs d’entreprise, des élus locaux, des intellectuels et des représentants des "gilets jaunes" ») qui sont invitées à débattre « autour de deux thèmes : comment mieux répartir aujourd’hui les richesses ? comment recréer le lien distendu entre le politique et le citoyen ? » [1]

Une émission intitulée « Quand la France se parle », qui laisse la conclusion (voir ci-dessous, in extenso) à Nathalie Saint-Cricq. « La France se parle », mais c’est l’éditorialiste qui a le dernier mot !

J’ai mis mon chronomètre. Je veux simplement dire : on a cru comprendre ce soir que tout le monde, le grand débat national... tout le monde avait envie que ça marche. On voudrait être sûr que ça soit bien vrai, et qu’il y en ait pas un certain nombre qui mettent de l’huile sur le feu comme on l’a vu dans les... les dernières semaines, et je pense notamment un peu à Jean-Luc Mélenchon ou à monsieur Ruffin.

Deuxièmement on a compris également que la symbolique était tout dans la politique, en entendant parler de l’APL et de... des APL et de l’ISF, et en comprenant en gros que si on ne bougeait pas de ce côté-là ça serait un péché originel qui ne s’arrangerait jamais.

Dernière chose, sur les gilets jaunes, par pitié essayez, non pas de faire le ménage dans vos rangs mais de... d’être sûrs que vous n’êtes pas... qu’il y ait pas un certain nombre de personnes qui sont dans vos rangs dont vous ne souhaiteriez pas qu’ils soient là [Coupée par Evelyne Liberal (gilet jaune) : « Ils sont là depuis le mois de novembre madame »] Oui mais d’accord, tout à l’heure on en a parlé avec Romain Goupil [Coupée : « On les a vus arriver ils sont toujours là hein »] eh ben d’accord mais faut peut-être faire quelque chose !

Enfin, finalement, euh... j’ai entendu le mot « politicien » et tout... alors il y a peut-être des hommes politiques absolument épouvantables, il y a aussi beaucoup de maires, de députés qui sont des gens qui sont... qui essayent de faire leur boulot ! « Politicien » vous l’avez dit tout à l’heure, pour vous ça veut peut-être dire qu’il y a des horreurs, mais globalement, alors c’est pas par corporatisme ou parce qu’on les fréquente... y a quand même des gens qui ont envie de faire le bien, et si ça marche pas ben c’est pas forcément leur faute. Mais on peut les soupçonner d’être un petit peu neuneus parfois, mais pas forcément de vouloir faire le mal !

Ou comment le dispositif de « L’émission politique » permet à Nathalie Saint-Cricq, en deux minutes chrono, de donner un énième exemple de la prétention des éditorialistes à s’arroger le droit de (re)cadrer le débat public et d’y adjoindre une interprétation qui se voudrait « au-dessus de la mêlée ». Alors même que cette première de cordée médiatique adresse là de véritables rappels à l’ordre : injonction à jouer le jeu du « grand débat national » (« On voudrait être sûr que ça soit bien vrai, et qu’il y en ait pas un certain nombre qui mettent de l’huile sur le feu »), injonction à faire le tri des manifestants (« sur les gilets jaunes, par pitié essayez […] qu’il y ait pas un certain nombre de personnes qui sont dans vos rangs dont vous ne souhaiteriez pas qu’ils soient là »), injonction à faire preuve de bienveillance à l’égard des politiques (« on peut les soupçonner d’être un petit peu neuneus parfois, mais pas forcément de vouloir faire le mal ! »).

Ainsi, en lui demandant d’en fixer la conclusion, « L’émission politique » charge Nathalie Saint-Cricq d’une mission (politique) : celle de décréter ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas, et de disqualifier celles et ceux (politiques ou manifestants) qui auraient l’outrecuidance de ne pas vouloir se soumettre : ni au jeu institutionnel, ni à l’ordre social établi.


Maxime Friot

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

la conclusion est formidable

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

English
Retour en haut de page
×