Jump to content
This Topic
touranj

[Bilan] Emmanuel Macron : 2017 - 2027

Recommended Posts

il y a 15 minutes, Uluru a écrit :

La mode des "chèques/primes" c'est de l'enkulade car ça ne compte pas pour faire un prêt ni louer un appart. 

Ca compte pour favoriser l'inflation en revanche. L'inflation n'arrange qu'une catégorie, les gros emprunteurs, et liquide les autres.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, dupire a écrit :

et hooooop l'indexation des retraites sur l'inflation 

une mesure irresponsable, non financée (les salaires et donc les cotisations ne suivant eux pas l'inflation donc -> dette) et complètement injuste socialement.

aujourd'hui les retraités ont un niveau de vie supérieur à celui des actifs (5% à 10%), touchent déjà 150%+ (!) de ce qu'ils ont cotisé quand les générations suivantes toucheront au mieux 90%-95% 

enfin les jeunes et les actifs sont remerciés pour leurs sacrifices sociaux et financiers pendant le Covid ! ils ont obtenu le droit d'être un peu plus acteurs de l'agrandissement de la fracture générationnelle

Tu proposes d’abandonner le système actuel de retraite par répartition ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 5 heures, loorent a écrit :

Tu proposes d’abandonner le système actuel de retraite par répartition ?

Non, il propose d’euthanasier les retraités...

Edited by Uluru

Share this post


Link to post
Share on other sites

La fin de la redevance, bonne ou mauvaise nouvelle ?

Si cela pouvait empêcher à certains de se gaver sur notre dos avec des programmes à chi** je dis pourquoi pas mais si la privatisation engendre la prise en main de l'ensemble de l'info par des milliardaires sous influence j'ai peur pour l'avenir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On avait compris mon champion.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Oma haricot vert a écrit :

La fin de la redevance, bonne ou mauvaise nouvelle ?

Si cela pouvait empêcher à certains de se gaver sur notre dos avec des programmes à chi** je dis pourquoi pas mais si la privatisation engendre la prise en main de l'ensemble de l'info par des milliardaires sous influence j'ai peur pour l'avenir.

Ce que j'ai jamais compris c'était comment la 5 ou Arte réussissaient à faire des bien meilleurs programmes que France 2 avec 5 fois moins de budget !

France 2 je crois que c'est 600 millions d'euros par an, on se demande comment ils les dépensent.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Wally a écrit :

Ce que j'ai jamais compris c'était comment la 5 ou Arte réussissaient à faire des bien meilleurs programmes que France 2 avec 5 fois moins de budget !

France 2 je crois que c'est 600 millions d'euros par an, on se demande comment ils les dépensent.

 

Doit bien y avoir 400M en droits de diffusion du tour de France. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La majorité s’allie avec la droite et l’extrême droite pour supprimer la redevance

Spoiler

La majorité s’allie avec la droite et l’extrême droite pour supprimer la redevance

Par 170 voix pour et 57 contre, les députés de la majorité, de LR et du RN ont adopté la suppression de la « contribution pour l’audiovisuel public », promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Une partie de la TVA serait affectée, pour compenser, au financement des médias publics.

Lire plus tard Offrir l’article
   
PDF

C’est donc au cœur de l’été, par un article glissé dans le projet de loi de finances rectificative (PLFR), et au nom de mesure en défense du pouvoir d’achat, que la suppression de la « contribution pour l’audiovisuel public » ou redevance a été votée samedi 23 juillet.

Après des mois de polémiques, et de très vives inquiétudes dans les médias concernés, l’Assemblée nationale a adopté par 170 voix pour et 57 voix contre, après de vifs débats, l’article 1 du PLFR qui entérine cette promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

Les débats autour de la redevance qui finance aujourd’hui France Télévisions, Radio France, RFI, France 24, l’INA et Arte ont été particulièrement vifs avec une opposition portée presque exclusivement par la Nupes. Les parlementaires de la majorité étant rejoints par Les Républicains (LR) et l'extrême droite (RN). 

080-hl-xbouzas-1797879.jpgAgrandir l’image
Les ministres Bruno Le Maire et Gabriel Attal à l'Assemblée le 22 juillet © Xose Bouzas / Hans Lucas via AFP

La députée Nupes du Val-de-Marne, Sophie Taillé-Polian a, dès l’ouverture des débats, déploré un « acte assez grave » contre le service public audiovisuel et ce « à l’heure où l’indépendance des médias est en berne, menacée par une extrême concentration des médias entre les mains de dix milliardaires qui détiennent 80 % des quotidiens nationaux, 47 % des radios généralistes ». Une décision qui vient s’ajouter aux attaques contre la presse constituées par la loi sur le secret des affaires, et la loi sur la sécurité globale.

« Ce n’est pas qu’un simple débat budgétaire. […] Ce débat est un débat sur la question de la démocratie. […] L’indépendance de l’audiovisuel public est une condition pour toute vie démocratique et républicaine. Cela ne se négocie pas », a renchéri le député de La France insoumise Alexis Corbière, qui a annoncé que son groupe allait prochainement saisir le Conseil constitutionnel sur le sujet.

Un rapport conjoint de l’Inspection générale des finances et l’inspection générale des affaires culturelles, publié le 13 juillet dernier, a en effet pointé le risque d’inconstitutionnalité planant sur cette suppression.

Il affirme que le Conseil constitutionnel pourrait en effet censurer une mesure consistant à remplacer « une ressource dédiée par un financement par le budget de l’État » au nom du « principe d’indépendance de l’audiovisuel public protégé y compris dans sa dimension financière ». La « volatilité » de ce financement, conséquence du transfert du financement au budget de l’État, fragilise ce principe d’indépendance, s’inquiète le rapport.

Au nom du gouvernement, Gabriel Attal, ministre délégué en charge des comptes publics, a de son côté avancé qu’un consensus politique s’était exprimé sur la nécessité de revoir cet impôt, adossé à la taxe d’habitation désormais supprimée, et rendu « obsolète » par les nouveaux modes de consommation des médias.

« Nous assumons de supprimer des impôts qui pèsent sur les Français », a aussi déclaré le ministre, applaudi par une grande partie de l’hémicycle favorable à la fin d’une taxe annuelle d’un montant de 138 euros par foyer.

Une grande démocratie comme la nôtre n’a plus besoin de service public.

Caroline Parmentier, députée RN

L’article 1 du PLFR a été soutenu par les groupes Renaissance, MoDem, Horizons, Les Républicains et le Rassemblement national. Ce dernier, par la voix de la députée RN de la Somme Caroline Parmentier, ancienne rédactrice en chef du journal d’extrême droite Présent, a expliqué que cette suppression était une « bonne nouvelle », conforme au programme de Marine Le Pen, mais que la copie du gouvernement pouvait être améliorée par « la privatisation de France Télévisions et de Radio France. […] Une grande démocratie comme la nôtre n’a plus besoin de service public », a-t-elle asséné pour conclure son intervention.

Sur la question décisive du nouveau mode de financement de l’audiovisuel public - 3,7 milliards d’euros - Gabriel Attal a défendu le principe de « remplacer par une dotation budgétaire de l’État » la redevance, c’est-à-dire consacrer à cet effet une partie des recettes de la TVA (92 milliards d’euros l’an dernier).

À LIRE AUSSI Dans la manifestation contre la suppression de la redevance, le 28 juin 2022 à Paris. La redevance sabordée, l’information en danger
28 juin 2022Lire plus tard

Le 13 juillet dernier, les députés avaient adopté en commission des finances la suppression de la redevance, mais sans qu’aucune solution de financement alternatif ne soit proposée.  

Pour la députée LFI Clémentine Autain, affirmer qu’il n’y aura aucune baisse de dotation pour l’audiovisuel public par ce nouveau mode de financement relève pourtant du tour de passe-passe : « On retrouvera dans la main gauche ce qui vient d’être perdu dans la main droite. » Plusieurs députés de la Nupes ont également fustigé le recours à la TVA, un impôt payé indistinctement par l'ensemble de la population vivant en France, sans critère de revenu.

Et quid des conséquences de cette réaffectation d’une partie de la TVA sur d’autres services publics ? Les questions posées dans l’hémicycle sur ce point sont restées sans réponse. 

Les salariés de l’audiovisuel public s’étaient particulièrement mobilisés ces dernières semaines contre la suppression de la redevance. Le 20 juillet, après une cascade de tribunes, des figures emblématiques de France Télévisions Élise Lucet, Léa Salamé ou Laurent Delahousse avaient diffusé une vidéo mettant en garde contre les conséquences néfastes de la fin de la redevance en termes d’indépendance et de qualité des contenus éditoriaux. Les syndicats de journalistes sont également très inquiets.

Le texte doit désormais être examiné au Sénat.

La rédaction de Mediapart

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Lazydad a écrit :

La majorité s’allie avec la droite et l’extrême droite pour supprimer la redevance

  Révéler le texte masqué

La majorité s’allie avec la droite et l’extrême droite pour supprimer la redevance

Par 170 voix pour et 57 contre, les députés de la majorité, de LR et du RN ont adopté la suppression de la « contribution pour l’audiovisuel public », promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Une partie de la TVA serait affectée, pour compenser, au financement des médias publics.

Lire plus tard Offrir l’article
   
PDF

C’est donc au cœur de l’été, par un article glissé dans le projet de loi de finances rectificative (PLFR), et au nom de mesure en défense du pouvoir d’achat, que la suppression de la « contribution pour l’audiovisuel public » ou redevance a été votée samedi 23 juillet.

Après des mois de polémiques, et de très vives inquiétudes dans les médias concernés, l’Assemblée nationale a adopté par 170 voix pour et 57 voix contre, après de vifs débats, l’article 1 du PLFR qui entérine cette promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

Les débats autour de la redevance qui finance aujourd’hui France Télévisions, Radio France, RFI, France 24, l’INA et Arte ont été particulièrement vifs avec une opposition portée presque exclusivement par la Nupes. Les parlementaires de la majorité étant rejoints par Les Républicains (LR) et l'extrême droite (RN). 

080-hl-xbouzas-1797879.jpgAgrandir l’image
Les ministres Bruno Le Maire et Gabriel Attal à l'Assemblée le 22 juillet © Xose Bouzas / Hans Lucas via AFP

La députée Nupes du Val-de-Marne, Sophie Taillé-Polian a, dès l’ouverture des débats, déploré un « acte assez grave » contre le service public audiovisuel et ce « à l’heure où l’indépendance des médias est en berne, menacée par une extrême concentration des médias entre les mains de dix milliardaires qui détiennent 80 % des quotidiens nationaux, 47 % des radios généralistes ». Une décision qui vient s’ajouter aux attaques contre la presse constituées par la loi sur le secret des affaires, et la loi sur la sécurité globale.

« Ce n’est pas qu’un simple débat budgétaire. […] Ce débat est un débat sur la question de la démocratie. […] L’indépendance de l’audiovisuel public est une condition pour toute vie démocratique et républicaine. Cela ne se négocie pas », a renchéri le député de La France insoumise Alexis Corbière, qui a annoncé que son groupe allait prochainement saisir le Conseil constitutionnel sur le sujet.

Un rapport conjoint de l’Inspection générale des finances et l’inspection générale des affaires culturelles, publié le 13 juillet dernier, a en effet pointé le risque d’inconstitutionnalité planant sur cette suppression.

Il affirme que le Conseil constitutionnel pourrait en effet censurer une mesure consistant à remplacer « une ressource dédiée par un financement par le budget de l’État » au nom du « principe d’indépendance de l’audiovisuel public protégé y compris dans sa dimension financière ». La « volatilité » de ce financement, conséquence du transfert du financement au budget de l’État, fragilise ce principe d’indépendance, s’inquiète le rapport.

Au nom du gouvernement, Gabriel Attal, ministre délégué en charge des comptes publics, a de son côté avancé qu’un consensus politique s’était exprimé sur la nécessité de revoir cet impôt, adossé à la taxe d’habitation désormais supprimée, et rendu « obsolète » par les nouveaux modes de consommation des médias.

« Nous assumons de supprimer des impôts qui pèsent sur les Français », a aussi déclaré le ministre, applaudi par une grande partie de l’hémicycle favorable à la fin d’une taxe annuelle d’un montant de 138 euros par foyer.

Une grande démocratie comme la nôtre n’a plus besoin de service public.

Caroline Parmentier, députée RN

L’article 1 du PLFR a été soutenu par les groupes Renaissance, MoDem, Horizons, Les Républicains et le Rassemblement national. Ce dernier, par la voix de la députée RN de la Somme Caroline Parmentier, ancienne rédactrice en chef du journal d’extrême droite Présent, a expliqué que cette suppression était une « bonne nouvelle », conforme au programme de Marine Le Pen, mais que la copie du gouvernement pouvait être améliorée par « la privatisation de France Télévisions et de Radio France. […] Une grande démocratie comme la nôtre n’a plus besoin de service public », a-t-elle asséné pour conclure son intervention.

Sur la question décisive du nouveau mode de financement de l’audiovisuel public - 3,7 milliards d’euros - Gabriel Attal a défendu le principe de « remplacer par une dotation budgétaire de l’État » la redevance, c’est-à-dire consacrer à cet effet une partie des recettes de la TVA (92 milliards d’euros l’an dernier).

À LIRE AUSSI Dans la manifestation contre la suppression de la redevance, le 28 juin 2022 à Paris. La redevance sabordée, l’information en danger
28 juin 2022Lire plus tard

Le 13 juillet dernier, les députés avaient adopté en commission des finances la suppression de la redevance, mais sans qu’aucune solution de financement alternatif ne soit proposée.  

Pour la députée LFI Clémentine Autain, affirmer qu’il n’y aura aucune baisse de dotation pour l’audiovisuel public par ce nouveau mode de financement relève pourtant du tour de passe-passe : « On retrouvera dans la main gauche ce qui vient d’être perdu dans la main droite. » Plusieurs députés de la Nupes ont également fustigé le recours à la TVA, un impôt payé indistinctement par l'ensemble de la population vivant en France, sans critère de revenu.

Et quid des conséquences de cette réaffectation d’une partie de la TVA sur d’autres services publics ? Les questions posées dans l’hémicycle sur ce point sont restées sans réponse. 

Les salariés de l’audiovisuel public s’étaient particulièrement mobilisés ces dernières semaines contre la suppression de la redevance. Le 20 juillet, après une cascade de tribunes, des figures emblématiques de France Télévisions Élise Lucet, Léa Salamé ou Laurent Delahousse avaient diffusé une vidéo mettant en garde contre les conséquences néfastes de la fin de la redevance en termes d’indépendance et de qualité des contenus éditoriaux. Les syndicats de journalistes sont également très inquiets.

Le texte doit désormais être examiné au Sénat.

La rédaction de Mediapart

 

Mais bon, on le sait, vous a l’extreme gauche vous êtes pour le « tout impôts , tout par l’etat ».

 

Pour une fois qu’on en supprime plutôt qu’en ajouter ! ( taxes d’habitation et redevenance…)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Supprimer des taxes, ça signifie supprimer du budget pour des services publics. Tu m'expliques comment financer ces services autrement que par l'impôt ?

Par ailleurs, ça sera toujours financé par l'impôt puisque il sera prélevé une partie de la TVA pour remplacer la redevance, à noter que ceux qui ne payaient pas la redevance parce qu'ils ont des revenus trop faibles contribueront désormais à son budget.

Tiens j'aurai pu te mettre la très bonne intervention de Corbière mais je partage la réflexion d'un autre extrême gauchiste bien connu. On compte sur le Conseil Constitutionnel pour invalider tout ça.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, Jamiyoyo a écrit :

des matheux dans la salle ? 

 

 

Ils ont tous les 2 raisons car ils ne raisonnent pas pareil : 

- BLM a raison de dire que les retraites ont été augmentées de 5,1% "en"  2022, sans tenir compte des dates de mise en application de ces augmentations. 

Bompard a raison aussi car il parle "sur" 2022, il calcul donc en appliquant ces augmentations aux nombres de mois où elles s'appliquent. 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×