Jump to content
This Topic
touranj

[Bilan] Emmanuel Macron : 2017 - 2027

Recommended Posts

Je sais pas si le chômage a baissé mais y'a une réalité : Personne n'arrive a recruter, c'est ce qui revient le plus chez mes clients mais aussi dans le domaine ou je travaille. On a du travaille mais personne pour le faire.

Restauration : Tout tourne en sous effectif. 100% de mes clients cherche a recruter, récemment une pizzeria a recruter un jeune sans aucune qualification, il m'a dit que c'est le seul qui avait répondu a son offre ... Du coup il va le former de A a Z.

Cabinet d'expertise comptable : Manque 3 personnes dans le cabinet ou je travaille depuis le mois de Juin 2021, je me fais démarcher 3/4 fois par semaine par d'autres cabinets qui sont dans la même situation. On est obligé de faire de la sous traitance ...

Enseignement : Manque des profs partout, la campagne de recrutement 2022 a été un fiasco

Personnel médical : Tout tourne en sous effectif.


C'est les premiers exemples qui me viennent en tête, après y'a des explications, c'est des professions mal rémunéré avec des conditions de travaille compliqué parfois difficile d'accès ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bah c'est mieux de sous-traiter, ça coute moins chère a l'entreprise, non ?

é/C'est le cas dans ma boite.

 

Edited by checky

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Didadidadum a écrit :

après y'a des explications, c'est des professions mal rémunéré avec des conditions de travaille compliqué parfois difficile d'accès ...

C surtout une trop faible difference entre allocations/aides sociales cumuléees et travail (qui fait obv en partie perdre ces allocs).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 3 heures, Didadidadum a écrit :

Je sais pas si le chômage a baissé mais y'a une réalité : Personne n'arrive a recruter, c'est ce qui revient le plus chez mes clients mais aussi dans le domaine ou je travaille. On a du travaille mais personne pour le faire.

Restauration : Tout tourne en sous effectif. 100% de mes clients cherche a recruter, récemment une pizzeria a recruter un jeune sans aucune qualification, il m'a dit que c'est le seul qui avait répondu a son offre ... Du coup il va le former de A a Z.

 

Pour le coup je bosse en restauration depuis 10 ans et effectivement, ça manque de personnel actuellement. Par contre, je vois bien passer quelques CV là ou je bosse ( village très touristique en gironde, mondialement connu pour son vin ) Avec la crise du covid, il ne reste majoritairement que les plus motivés et expérimentés. Les autres, qui faisaient ça par défaut, sont partis voir si l'herbe était plus verte ailleurs. 

Mon patron refuse donc d'embaucher car les candidats demandent trop d'argent, des jours de repos, ou de ne pas faire des coupures tous les jours avec le prix du carburant. Et il n'est pas prêt à accepter cela. Il veut des "porteurs d'assiettes", payés au smic, qui bossent en coupures 6/7j et qui ne la ramène pas trop ...

Je pense que le problème ne vient pas uniquement de la pénurie de main d'oeuvre dans ce secteur.

 

Edited by Bruno Carette

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 29 minutes, Bruno Carette a écrit :

Pour le coup je bosse en restauration depuis 10 ans et effectivement, ça manque de personnel actuellement. Par contre, je vois bien passer quelques CV là ou je bosse ( village très touristique en gironde, mondialement connu pour son vin ) Avec la crise du covid, il ne reste majoritairement que les plus motivés et expérimentés. Les autres, qui faisaient ça par défaut, sont partis voir si l'herbe était plus verte ailleurs. 

Mon patron refuse donc d'embaucher car les candidats demandent trop d'argent, des jours de repos, ou de ne pas faire des coupures tous les jours avec le prix du carburant. Et il n'est pas prêt à accepter cela. Il veut des "porteurs d'assiettes", payés au smic, qui bossent en coupures 6/7j et qui ne la ramène pas trop ...

Je pense que le problème ne vient pas uniquement de la pénurie de main d'oeuvre dans ce secteur.

 

Sur Linkedin j'ai vu passer l'intense réflexion d'un restaurateur sur le sujet: "comment financer les incitations pour recruter des chefs". proposition:

Citation

- Augmenter les prix de vente ?
- Augmenter le ticket moyen en poussant l’upsale ? (Il faut pas attendre la pénurie de personnel pour ça 😉)
- Alléger le coût du personnel en salle avec des logiciels de paiement ?
- Faire du service continu ?
- Diversifier ses canaux de vente ?

Par contre la marge ne semble pas être une variable dans la (petite et incestueuse) famille des entrepreneurs Français :)

 

Edited by GoHidalGO

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 1 heure, Al1 2large a écrit :

C surtout une trop faible difference entre allocations/aides sociales cumuléees et travail (qui fait obv en partie perdre ces allocs).

Je trouve que la prime d 'activité à permis de "régler ce problème "

e/même si cette prime n' est pas pris en compte pour la retraite, donc ce n 'est pas parfait non plus

Pour le reste, ce sont les conditions de travail qu'il faut revoir dans certains secteurs, les entreprises n'ont qu a se remettre en cause aussi plutôt que de remettre la faute  exclusivement sur les demandeurs d emploi .Un restaurateur a mis en place la prime d intéressement sur son benefice ( ou CA je sais plus) de 1% vers chez moi, soit 200 ou 300e par mois en plus pour le salarié.La je dis  bravo monsieur.

Le contrat de travail a été perverti : il y a 50 ans on disait qu un salarié offrait sa force de travail à une entreprise, maintenant on dit que l 'entreprise offre un emploi .

L'entreprise était demandeuse de la force de travail d 'un salarié , maintenant on dit un demandeur d emploi.

On a inversé le rapport entre l offre et la demande, peut être qu on est en train de rétablir les choses.

Edited by coachdidir

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 18/05/2022 à 12:02, survival66 a écrit :

Voilà un homme qu'il est bien, pas comme cette conasse de Clémentine Autain.

 

 

Jugement des électeurs > jugement de la justice.

#grandecauseduquinquennatet

Vous êtes bien sur le répondeur de Marlène... bip bip bip !!!

Suivi ça de loin et choqué qu'un homme accusé de violences conjugales puisse être candidat. Puis j'ai lu le détail de l'histoire

20220519_220739.thumb.jpg.ebf7d2ca19afe40cd477be58ed52a4fe.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouais elle l'a mérité en fait.

Les 14 jours d'ITT ça doit être du zèle du médecin, les photos des hématomes du maquillage et les changements de version du monsieur une amnésie post-traumatique.

Spoiler

Les violences constatées valent 14 jours d'ITT à son ex-compagne. Cette dernière souffre d'une douleur au niveau de la mâchoire "avec limitation de l’ouverture de bouche", "un hématome de la face vestibulaire de la lèvre inférieure droite", ainsi qu'"un syndrome de stress et d’anxiété post-traumatique à surveiller pendant une période minimale de trois mois", rapporte le certificat médical des urgences du 30 décembre 2019, que Mediapart a pu consulter.

Dans le jugement rendu par le tribunal correctionnel d’Angoulême, aussi consulté par le site d'investigations, le document évoque "les photos de Madame X* prises par les gendarmes le jour du dépôt de sa plainte faisant montre de ses hématomes". Aussi, "la description des faits de Monsieur Peyrat […] relève de l’ajustement de cause", constatent les magistrats.

Car lors de son audition devant les gendarmes, l'élu évoquait, dans un premier temps, "un geste de la main et avoir saisi le poignet de sa compagne". Une fois mis devant les photos, Jérôme Peyrat aurait "adapté sa version aux autres hématomes et lésions relevés", écrit le juge.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 9 heures, coachdidir a écrit :

Je trouve que la prime d 'activité à permis de "régler ce problème "

e/même si cette prime n' est pas pris en compte pour la retraite, donc ce n 'est pas parfait non plus

C'est pas le seul problème, le mode d'attribution me laisse un peu songeur. En spoiler vu que c'est HS
 

Spoiler

Je vis seul, j'ai un salaire tout a fait correct et j'y ai droit. Ma soeur et son copain qui vivent ensemble gagnent individuellement bien moins que moi mais n'y ont pas droit ... Du coup pour eux la prime d'activité ne vient pas corriger leur petit salaire.

Autre point, elle est calculé par rapport au revenu du trimestre, c'est probablement pour des raisons pratiques mais là encore c'est injuste, j'ai demandé a mon employeur de me verser toutes mes primes de l'année sur un seul trimestre de façon a pouvoir conserver la prime durant 3 trimestres. Je ne triche pas, je profite juste du mode de calcul. Si c'était le salaire annuel qui était prit en compte je n'y aurais pas droit et ça serait logique.

Dernier point, le seuil a 1 787€, la France est un grand pays, quelqu'un qui gagne 1 787€ a Paris a probablement besoin d'un petit coup de main pour finir le mois, par contre celui qui gagne 1 787€ a Guéret ou Aurillac il vit très bien ( dans le Cantal certes donc tout est relatif mais financièrement il est a l'aise ).
 

 

Edited by Didadidadum

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous voteriez plutot pour un pedo-rapto-kidnapo-etrangleur avec le meilleur programme et competence que vous puissiez imaginer, ou pour un incompetent clean judiciairement mais a l'opposé de vos idées  ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Al1 2large a écrit :

Vous voteriez plutot pour un pedo-rapto-kidnapo-etrangleur avec le meilleur programme et competence que vous puissiez imaginer, ou pour un incompetent clean judiciairement mais a l'opposé de vos idées  ?

Ça c’est de la bonne question mon champion !

 

Tu préfères avoir les pieds palmer ou 2 teubs ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, flovvr a écrit :

Ouais elle l'a mérité en fait.

Les 14 jours d'ITT ça doit être du zèle du médecin, les photos des hématomes du maquillage et les changements de version du monsieur une amnésie post-traumatique.

  Révéler le texte masqué

Les violences constatées valent 14 jours d'ITT à son ex-compagne. Cette dernière souffre d'une douleur au niveau de la mâchoire "avec limitation de l’ouverture de bouche", "un hématome de la face vestibulaire de la lèvre inférieure droite", ainsi qu'"un syndrome de stress et d’anxiété post-traumatique à surveiller pendant une période minimale de trois mois", rapporte le certificat médical des urgences du 30 décembre 2019, que Mediapart a pu consulter.

Dans le jugement rendu par le tribunal correctionnel d’Angoulême, aussi consulté par le site d'investigations, le document évoque "les photos de Madame X* prises par les gendarmes le jour du dépôt de sa plainte faisant montre de ses hématomes". Aussi, "la description des faits de Monsieur Peyrat […] relève de l’ajustement de cause", constatent les magistrats.

Car lors de son audition devant les gendarmes, l'élu évoquait, dans un premier temps, "un geste de la main et avoir saisi le poignet de sa compagne". Une fois mis devant les photos, Jérôme Peyrat aurait "adapté sa version aux autres hématomes et lésions relevés", écrit le juge.

 

Quand tu as 14 jours d'ITT pour violence conjugale, l'accusé prend en général 5 à 10 ans de prison et 75000€ d'amende.

Lui a pris 3000€ avec sursis. Pourquoi ?

Parce qu'il y a des circonstances atténuantes.

Qu'il ne soit plus candidat, je trouve ça normal. Mais perso, je ne suis pas naïf pour ne pas voir que c'est une manière pour la LFI de noyer le poisson avec l'affaire Bouhafs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 33 minutes, ZozoLeClown a écrit :

Quand tu as 14 jours d'ITT pour violence conjugale, l'accusé prend en général 5 à 10 ans de prison et 75000€ d'amende.

Lui a pris 3000€ avec sursis. Pourquoi ?.

ROFLCOPTER.   :rofl:

Essaie de prendre le max en cas violences régulières et fais nous une Stany pour nous expliquer qu'en fait il était juste en légitime défense et qu'au pire il a du glisser chef.

 

Citation

Si les violences ont entraîné une ITT supérieure à 8 jours, lpeine maximale est de  5 ans de prison et 75 000 € d'amende.

https://www.justice.fr/fiche/violence-conjugale

 

il y a 39 minutes, ZozoLeClown a écrit :

Qu'il ne soit plus candidat, je trouve ça normal. Mais perso, je ne suis pas naïf pour ne pas voir que c'est une manière pour la LFI de noyer le poisson avec l'affaire Bouhafs.

Rien à foutre de Bouhafs, qu'il soit jugé et puni comme il le mérite... je l'aimais pas déjà avant cette affaire, reste que oui le mec se faisait lyncher par tous les racistes des RS bien avant que l'affaire sorte.

Du coup j'ai quand même le droit de parler des 25 affaires des divers candidats LREM à la députation ou ca va me sortir la carte contre-feu ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Provoquer une grève du personnel diplomatique, fallait le faire comme même.

Réforme au Quai d’Orsay : la diplomatie française appelée à faire grève

Spoiler

Réforme au Quai d’Orsay : la diplomatie française appelée à faire grève

Par cet arrêt de travail prévu pour le 2 juin, six syndicats ainsi qu’un collectif de 400 jeunes diplomates dénoncent la mise en péril du troisième réseau diplomatique de la planète, derrière ceux des États-Unis et de la Chine.

René Backmann

19 mai 2022 à 11h14

 
 

Plusieurs syndicats ont appelé à la grève le 2 juin au Quai d’Orsay, comme l’avait révélé La Lettre A, un événement rarissime dans la diplomatie française, pour exprimer leur « malaise » face à une « avalanche de réformes », particulièrement celle mettant fin au corps diplomatique français.

Il s’agit du deuxième mouvement de grève dans l’histoire du ministère, le première ayant eu lieu en 2003 pour des questions d’indemnités, indique Olivier Da Silva, responsable du syndicat des cadres CFTC, preuve selon lui « du véritable malaise dans une maison qui n’a pourtant pas une tradition frondeuse ».

« Le Quai d’Orsay disparaît petit à petit », s’inquiètent les six syndicats ainsi qu’un collectif de 400 jeunes diplomates, dénonçant notamment la réforme actant la fin des diplomates de carrière, la réduction des activités consulaires, les suppressions de postes – 50 % d’effectifs toutes catégories en moins de 30 ans.

« Ces mesures démantelant notre outil diplomatique sont un non-sens au moment où la guerre vient de faire son retour en Europe », écrivent-ils.

La réforme la plus controversée concerne la « mise en extinction » progressive d’ici à 2023 des deux corps historiques de la diplomatie française, ministres plénipotentiaires et conseillers des affaires étrangères. Les diplomates concernés - quelque 700 personnes - sont appelés à rejoindre un nouveau corps des « administrateurs de l’État ».

Mediapart republie ci-dessous l’article « Macron passe la diplomatie française à la sauce “libérale” », mis en ligne le 16 mai 2022.

*

Que le ministère des affaires étrangères change de titulaire ou non dans les jours qui viennent, celui ou celle qui se retrouvera à la tête de la diplomatie française doit s’attendre à affronter, en plus de l’effroyable conflit ukrainien, une situation de fronde interne comme le Quai d’Orsay en a très peu connu dans son histoire.

Depuis que le Journal officiel du 17 avril a publié les décrets d’application de la réforme de la fonction publique qui ordonne « l’extinction » du corps des ministres plénipotentiaires et de celui des conseillers des affaires étrangères, une colère discrète mais réelle secoue le ministère et la plupart des postes diplomatiques français à travers le monde.

Comme il se doit dans une administration peu habituée aux éclats de voix, il s’agit d’une révolte à bas bruit mais elle n’en a pas moins plongé « le Quai » dans une atmosphère de doute, de contestation, et d’inquiétude que le nouveau ou la nouvelle ministre aura du mal à dissiper.

La publication de ces décrets explosifs entre les deux tours de l’élection présidentielle a même été jugée si malvenue à l’Élysée qu’elle aurait provoqué une de ces colères éruptives d’Emmanuel Macron dont ses collaborateurs ont l’habitude. « Vous remercierez le débile qui, à six jours du second tour, n’a rien trouvé de mieux à faire que de supprimer ce truc. Ça me rend dingue ce genre de connerie », aurait-il dit, selon Le Figaro.

20220516-img-macron-passe-la-diplomatie-
Paris, le 28 aout 2019. Emmanuel Macron pendant la conférence des ambassadeurs et ambassadrices, au Palais de l'Elysée. © Photo Denis Allard / REA

En l’occurrence, le chef de l’État a ajouté la mauvaise foi à la mauvaise humeur. Ou une grave manifestation d’amnésie. Car s’il n’a probablement pas choisi la date du décret signé par son premier ministre, c’est lui, « le débile qui n’a rien trouvé de mieux à faire que de supprimer ce truc ». Le « truc » étant le sommet de la pyramide hiérarchique du Quai d’Orsay.

C’est à sa demande que la réforme de la haute fonction publique a été mise en chantier dès 2017. Et c’est en réponse à sa volonté d’instaurer une « mobilité supplémentaire » et une « ouverture » du sommet de l’appareil d’État à la société civile et au monde des affaires que le Quai d’Orsay a été ciblé par les auteurs de la réforme, qui partageaient visiblement l’animosité du chef de l’État à l’égard du ministère des affaires étrangères.

Animosité renforcée, en 2018, par l’échec de la nomination de son protégé, l’écrivain Philippe Besson, comme consul général à Los Angeles. Une véritable fronde du corps diplomatique avait alors provoqué le rejet de ce candidat qui n’avait aux yeux des personnels du Quai qu’un seul titre à avancer pour obtenir ce poste : être un ami du président.

Par ailleurs, ce dernier pouvait d’autant moins jouer la surprise en découvrant le contenu des décrets que son ministre des affaires étrangères ne lui avait caché ni ses réticences personnelles, ni celles de son département à l’égard de la réforme en projet.

En fait, l’inquiétude rôdait au ministère des affaires étrangères, au sein de l’administration centrale, en France, comme dans les ambassades et postes consulaires, à l’étranger, depuis des mois. Depuis l’automne dernier précisément, lorsqu’il est devenu clair que, dans le cadre de la réforme de la haute fonction publique, alors en chantier, les deux corps les plus prestigieux de la diplomatie française, celui des ministres plénipotentiaires et celui des conseillers des affaires étrangères seraient « mis en extinction » à partir de 2023.

Au nombre de 900 environ sur les 13 700 agents du ministère, les membres de ces deux corps qui seuls, jusque-là, avaient vocation à accéder aux postes d’ambassadeurs à l’étranger, étaient issus soit de l’École nationale d’administration (ENA), créée à la Libération, soit du très sélectif concours des « cadres d’Orient » destiné à former des experts en langues et civilisations exotiques, de l’arabe au chinois ou au japonais, en passant par le swahili, l’hindi ou l’ourdou. 

Le diplomate : « bureaucrate, médiateur et héros » 

À partir du 1er janvier 2023, tous ces hauts fonctionnaires rejoindront progressivement, dans des conditions qui restent à préciser, le nouveau « corps des administrateurs de l’État », lequel rassemblera tous les cadres administratifs formés jusque-là par l’ENA, elle aussi condamnée à « l’extinction » et remplacée désormais, comme le confirme la plaque posée à Strasbourg sur ses locaux de la rue Sainte-Marguerite, par le nouvel Institut national de la fonction publique (INFP).

Ils y seront mêlés aux préfets, sous-préfets, inspecteurs des finances et autres administrateurs civils à vocation interministérielle qui pourront demain, comme le souhaite le président, passer d’un ministère à l’autre, ou du secteur privé à l’administration, et vice-versa.

À l’initiative de Jean-Yves Le Drian, qui n’était pas favorable à cette réforme et ne l’avait pas caché au sein de son ministère, sans pouvoir (ou vouloir ?) l’entraver pour autant, le concours d’Orient ouvrant l’accès chaque année à une poignée de postes sera maintenu et restera organisé par le Quai d’Orsay. Aux dernières nouvelles, le ministre des affaires étrangères conserverait la possibilité de proposer des nominations d’ambassadeurs, qui seraient formalisées par l’Élysée, et conserverait aussi la gestion des carrières.

La France sera donc le seul grand pays occidental sans diplomates professionnels.

Gérard Araud, ancien ambassadeur

Mais les diplomates en fonction se demandent comment – et par qui – sera choisi le « super DRH interministériel » qui aura pour tâche demain de gérer les flux et d’aiguiller les « ressources » vers tel ou tel ministère. Et en fonction de quels critères ces choix seront faits.

« La France sera donc le seul grand pays occidental sans diplomates professionnels. Une histoire de plusieurs siècles s’achève ainsi. La porte est désormais ouverte aux nominations à l’américaine », écrit dans un de ses tweets l’ancien représentant permanent de la France à l’ONU, puis ambassadeur aux États-Unis, Gérard Araud, relayé sur ce point par l’actuel ambassadeur de France en Ukraine, Étienne de Poncins.

« En se proposant de fondre les métiers d’encadrement de la fonction publique en un seul corps des administrateurs de l’État, le gouvernement met en péril des savoir-faire et des talents qui font la richesse du service de notre pays », écrivent dans une tribune publiée par Le Monde une cinquantaine de diplomates et de fonctionnaires du Quai d’Orsay anonymes qui ont choisi la signature collective du « Groupe Théophile Delcassé », du nom d’un ministre des affaires étrangères du XXe siècle, artisan de l’Entente cordiale, pour dénoncer les dangers de cette réforme.

« Les fonctionnaires, pas plus que les salariés du secteur privé, poursuivent-ils, ne sont interchangeables. Les préfets, les diplomates, les économistes du Trésor, les spécialistes de la sécurité civile, de l’environnement, de l’aide sociale… : nous avons tous des compétences que nous cultivons par passion pour notre métier et que nous plaçons au service de la collectivité. Nier cette réalité, c’est compromettre la qualité de notre service public en faisant, d’une fable, une menace pour chacun de nos compatriotes. »

« Bureaucrate, médiateur et héros » : ce sont les trois identités attribuées au diplomate par le politologue et anthropologue norvégien Iver Neumann, dont Christian Lequesne, enseignant à Sciences Po, cite longuement les travaux dans son « Ethnographie du Quai d’Orsay » parue en 2016. « Même si on peut discuter cette triple identité complexe et ambitieuse, constate un autre observateur assidu du Quai d’Orsay, il est évident qu’on ne s’improvise pas diplomate. C’est ce qu’avait compris, il y a un siècle, Delcassé, lorsqu’il a imposé le concours comme condition d’accès à la carrière diplomatique pour mettre un terme au privilège dont bénéficiait jusque-là la noblesse. C’est l’expérience de la découverte, de l’échange, de la négociation, de l’affrontement avec les crises, qui forge un diplomate. »

Les livres publiés ces dernières années par plusieurs anciens diplomates récemment retraités comme Denis Bauchard, Bernard Bajolet, Yves Aubin de la Messuzière, Gérard Araud ou Daniel Jouanneau témoignent d’un métier dont l’essentiel, tous l’avouent, s’apprend sur le terrain, même quand on sort, comme la plupart d’entre eux, de l’ENA ou du concours d’Orient.

Ils confirment aussi qu’une certaine mobilité de ministère à ministère existait déjà dans l’administration avant la réforme Macron : Denis Bauchard est ainsi passé du Trésor au Quai d’Orsay, et Bernard Bajolet du Quai d’Orsay à la Défense pour y diriger la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure). Plusieurs autres diplomates interrogés par Mediapart pour cette enquête ont indiqué avoir travaillé pour deux, voire trois ministères différents pendant leur carrière.

Mauvais rapports avec le Quai

« Soyons sérieux, explique un ambassadeur actuellement en poste à l’étranger et qui a lui-même appartenu à trois administrations différentes. Ce n’est évidemment pas seulement pour instaurer une mobilité interministérielle déjà existante que cette réforme a été imposée. Elle révèle avant tout les mauvais rapports entre l’Élysée et le Quai d’Orsay, qui ne sont pas récents, et entend favoriser, en matière de recrutement, une concurrence libre et entière, avec un recours a priori sans limites au secteur privé. Dans son essence, il faut le dire, cette réforme a un caractère clairement libéral. Au sens du libéralisme économique. »

« Avec deux risques, précise-t-il : celui de voir débarquer demain dans une ambassade un cadre d’Unilever ou un haut fonctionnaire des affaires sociales. C’est-à-dire de perdre les compétences liées au métier. Et celui du “spoil system” à la française, avec distribution des postes aux amis politiques, aux financiers des campagnes électorales, et échanges de bons procédés entre le privé et le public. »

« Que de hauts fonctionnaires se recasent dans le privé, ce n’est pas nouveau, poursuit-il. Le danger est que cela devienne systématique. Et dans les deux sens. C’est déjà ce qui se passe, et depuis longtemps, avec le ministère des finances. D’où cet entre-soi douteux, détestable, entre le monde industriel et le pouvoir. La flexibilité qu’on invoque beaucoup pour justifier la réforme peut aussi avoir des conséquences redoutables pour le fonctionnement de la démocratie. »

Personne n’a oublié, au Quai d’Orsay, la violente diatribe du chef de l’État, lors de la traditionnelle conférence des ambassadeurs et des ambassadrices, le 27 août 2019, à l’Élysée, où il avait dénoncé « l’État profond ».

« Quant à l’accusation de corporatisme, ajoute-t-il, avancée par les promoteurs de la réforme et leurs partisans, elle ne résiste pas à un regard élargi à l’ensemble de l’administration. Oui, cette colère des diplomates est un peu une tempête dans un verre d’eau. Oui, les quelques centaines de personnes visées par ces mesures d’extinction ne sont pas les plus maltraitées de la fonction publique. Oui, nous appartenons à un corps dont la logique de carrière, la progression professionnelle passent par l’acquisition constante de compétences, l’échange d’expériences, ce qui crée une sorte de corporatisme de facto. C’est indéniable. Mais ce corporatisme n’est rien à côté de celui qui règne au sein, par exemple, de la direction du Trésor, dont les membres sont pourtant, eux aussi, des administrateurs civils. Non, c’est d'ailleurs là qu’il faut aller chercher les raisons de la vindicte qui vise le Quai d’Orsay. »

« La mise en place d’un “spoil system” à la française est indiscutable, confirme un autre diplomate en activité. Plusieurs postes diplomatiques prestigieux ou intéressants dont les titulaires devaient partir à la retraite ou être mutés au cours des derniers mois ont été gelés sur l’ordre de l’Élysée. Les ambassadeurs ou les diplomates en partance ont été priés de rester en place ou sont partis sans être remplacés car il fallait laisser des postes vacants jusqu’après les élections législatives pour récompenser des membres de cabinets méritants ou des amis politiques brutalement sans travail. Les listes de ces postes gelés circulent depuis des mois au Quai. »

Règlement de comptes

Pour nombre de diplomates interrogés, il y a aussi une part de règlement de comptes dans l’offensive d’Emmanuel Macron contre les deux corps majeurs du ministère des affaires étrangères. Personne n’a oublié, au Quai d’Orsay, la violente diatribe du chef de l’État, lors de la traditionnelle conférence des ambassadeurs et des ambassadrices, le 27 août 2019, à l’Élysée, où il avait dénoncé « l’État profond » qui l’empêchait de conduire à sa guise sa politique étrangère.

Apparemment née en Turquie, où elle désignait les réseaux kémalistes, la formule que Donald Trump venait d’adopter pour qualifier ceux qu’il accusait de comploter contre lui semblait plaire aussi à Emmanuel Macron. Il l’avait déjà utilisée à deux reprises, quelques jours plus tôt, devant un groupe de journalistes de la presse diplomatique invités à l’Élysée.

« C’était d’autant plus malvenu, constate un ancien ambassadeur, que le Quai d’Orsay est sans doute, avec le corps préfectoral, l’une des administrations les plus disciplinées, pour ne pas dire soumises aux injonctions du pouvoir. Mais cela traduisait probablement la déception ou le malaise du président face à ses échecs. Et puis, chacun sait qu’il n’est démagogiquement pas mauvais, quand on a des difficultés, de s’en prendre aux fonctionnaires. »

Confronté à une série d’échecs ou de résultats médiocres en Algérie, au Liban, en Irak, en Libye, en Syrie, où il avait pris des initiatives maladroites et précipitées, imprudemment médiatisées, c’est d’ailleurs à un haut fonctionnaire du Quai d’Orsay que le chef de l’État semble avoir, silencieusement, fait porter la responsabilité de ses revers.

Le 13 octobre dernier, Christophe Farnaud, directeur du département Afrique du Nord-Moyen-Orient (ANMO) au ministère des affaires étrangères, chargé de ces dossiers, a été relevé de ses fonctions du jour au lendemain, sans explications, à la surprise de ses collègues qui le tenaient – et le tiennent toujours – pour un excellent diplomate. Et, en l’occurrence, pour un bouc émissaire.

Une cellule diplomatique toute-puissante

« Jusqu’à la présidence de Jacques Chirac, explique un ancien pilier du Quai aujourd’hui à la retraite, il y avait à l’Élysée un réel respect pour les diplomates. Sans endosser toujours leurs points de vue, on reconnaissait leur compétence et leur expertise. Et leur opinion contribuait, comme d’autres sources d’information, à éclairer la décision politique. Nicolas Sarkozy, en revanche, nourrissait une méfiance parfois méprisante à l’égard des diplomates. Et ne faisait confiance qu’à un cercle de conseillers très proches et pas toujours politiquement désintéressés. »

Les anciens d’ANMO se souviennent encore de l’humiliation et de la colère qui s’étaient emparées du département, en mars 2011, lorsqu’ils avaient appris par les médias que les représentants du Conseil national de transition (CNT) libyen étaient reçus à l’Élysée, avec leur « ami » BHL, par Nicolas Sarkozy – alors qu’ils n’avaient même pas été informés de leur présence à Paris.

« D’autant plus forte que les ministres sont faibles », selon Yves Aubin de la Messuzière, la cellule diplomatique de la présidence destinée à l’origine à préparer les grands rendez-vous et éclairer les décisions du chef de l’État incarne en fait, depuis une quinzaine d’années, la migration de l’initiative, en matière de politique étrangère, du Quai d’Orsay vers l’Élysée. Et cristallise l’animosité qui s’est installée entre les deux rives de la Seine.

Soumise aux élans, coups de tête, coups de gueule et coups de com’ d’un président aux prises avec des priorités changeantes et, parfois, un ego encombrant, la cellule a vu ses effectifs croître en même temps que se développaient son autonomie de décision et une hubris qui provoque des désertions jusqu’au sein de ses propres rangs.

Le troisième réseau diplomatique du monde est en péril

Forte d’une quinzaine de diplomates sous Sarkozy et d’une douzaine sous Hollande, elle en a déjà vu passer plus de trente, triés sur le volet par le président, depuis cinq ans. « Le paradoxe, constate un retraité du Quai, c’est que la montée en puissance de cet outil diplomatique du président n’a pas été accompagnée d’un développement de la culture historique et géopolitique de l’entourage présidentiel et du président lui-même. Emmanuel Macron n’aurait jamais abordé l’affaire libanaise comme il l’a fait s’il avait eu une connaissance sérieuse de l’histoire du Liban, ou écouté ceux au Quai d’Orsay qui en disposent. »

 « C’est indiscutable, confirme Yves Aubin de la Messuzière, ancien directeur d’ANMO, arabisant érudit et excellent connaisseur du Moyen-Orient après avoir été en poste dans une demi-douzaine de capitales arabes. Son emportement montre qu’il n’avait rien compris au Liban. Beyrouth n’est pas une capitale de la Françafrique où Paris peut imposer son choix en quelques coups de fil. La politique libanaise est beaucoup plus compliquée, surtout lorsqu’on a peu de moyens de pression sur les protagonistes. Le pays est ancré dans une histoire spécifique et la géopolitique est au cœur de son identité depuis sa création. Méconnaître cette réalité ne pouvait conduire qu’à de graves déconvenues. »

Est-ce donc aussi pour limiter le pouvoir d’un corps diplomatique sans indulgence pour ses choix, ses méthodes, ses maladresses et ses échecs sur la scène internationale qu’Emmanuel Macron – qui ne nous a pas habitués à des excès de lucidité et de modestie – veut aujourd’hui le condamner à l’« extinction » ? Et verser ses membres – les diluer ? – dans un vivier d’« administrateurs de l’État » interchangeables, issus d’autres ministères, du monde politique, du vaste cercle de ses amis et obligés et du milieu des affaires ?

Avec 179 ambassades et représentations permanentes, 112 sections consulaires et 90 consulats généraux, la France revendique le troisième réseau diplomatique de la planète, derrière ceux des États-Unis et de la Chine. Après avoir perdu 10 % de ses effectifs en cinq ans et 50 % en vingt-cinq ans, le Quai d’Orsay a obtenu en 2020 une légère hausse de son budget et une stabilisation de son personnel. Que restera-t-il demain de ce dispositif fragilisé, de son potentiel d’action et d’influence internationale, si Emmanuel Macron poursuit la mise en place de sa réforme ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, ZozoLeClown a écrit :

Quand tu as 14 jours d'ITT pour violence conjugale, l'accusé prend en général 5 à 10 ans de prison et 75000€ d'amende.

Lui a pris 3000€ avec sursis. Pourquoi ?

Parce qu'il y a des circonstances atténuantes.

Qu'il ne soit plus candidat, je trouve ça normal. Mais perso, je ne suis pas naïf pour ne pas voir que c'est une manière pour la LFI de noyer le poisson avec l'affaire Bouhafs.

Tu fais exactement la même chose que Lazydad ou d’autres quand ça touche leur parti.

C’est extrêmement décevant et ça a en dit long sur le rapport entre les français et la politique, ça vous fait devenir ouf.

 

« Il l’a pas frappé trop fort monsieur le juge », « c’était juste une main au cul »

 

Tu te rends compte de ce que tu as écrit ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

🍿POPCORN🍿

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le nouveau gouvernement à venir dans qq minutes... can't wait !!!  :8]

 

De Montchalin serait à la planification écologique et aux territoires, vu le pedigree je suis déjà sous le charme. :x

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

C'est vraiment un gouvernement de droite. :>'

Ils vont être beau les programmes.

Spoiler

Pap Ndiaye, né le 25 octobre 1965 à Antony, dans les Hauts-de-Seine, est un historien français, spécialiste d'histoire sociale des États-Unis et des minorités.

Lemaire à l'économie et un spécialiste des minorités à l'éducation, toute la social-démocratie résumée. Ils auraient pu recruter chez FI.

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×