Jump to content
This Topic

Recommended Posts

Posted (edited)

 

 

voilà, c'est déjà plus vraisemblable

a posteriori ce concert de louanges et de regrets sonne bizzarement

soit bouhafs a menti à tout le monde en cachant cette affaire mais c'est peu probable vu que les plaintes sont internes

soit les messages laudateurs sont sortis par ceux le débranchant en connaissance de cause, et c'est problématique

Edited by dupire

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, dupire a écrit :

a posteriori ce concert de louanges et de regrets sonne bizzarement

soit bouhafs a menti à tout le monde en cachant cette affaire mais c'est peu probable vu que les plaintes sont internes

soit les messages laudateurs sont sortis par ceux le débranchant en connaissance de cause, et c'est problématique

La FI a publié un communiqué. Je résume :

- Le comité de suivi contre les violences sexistes et sexuelles a été saisi le samedi 7 mai et Taha Bouhafs a été confronté aux accusations dont il faisait l’objet ce lundi 9 mai.

- Il lui a été signifié qu’en raison de la gravité des faits supposés, par principe de précaution, et conformément aux textes définissant les principes du mouvement, la France insoumise pouvait être amenée à ne pas l’investir. Après cette confrontation et avant même la fin de notre procédure interne, Taha Bouhafs a fait le choix de renoncer de lui même à l’investiture pour les élections législatives.

Je ne comprends vraiment pas à quel jeu joue la FI avec leurs messages de soutien suite à son annonce de retrait bidon. Mélenchon le premier... Ils pensaient que ça resterait secret s'il se retire ? Ca n'a pas de sens.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 57 minutes, Lothaure a écrit :

 

Je ne comprends vraiment pas à quel jeu joue la FI avec leurs messages de soutien suite à son annonce de retrait bidon. Mélenchon le premier... Ils pensaient que ça resterait secret s'il se retire ? Ca n'a pas de sens.

si tout était connu au moment du débranchement alors effectivement l explication la plus probable au communiqué de TB et aux louanges et indignation qui ont suivi c est qu ils ne pensaient pas que ça sortirait, ou en tout cas que ça sortirait assez tard pour plaider l ignorance au moment de la séquence 

la presse (probablement Mediapart) aura forcé et précipité la sortie de l affaire

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Oui ça vient de Médiapart :

Spoiler

Pour beaucoup, c’est un échec. Taha Bouhafs, militant antiraciste et journaliste, a annoncé, dans la nuit du 9 au 10 mai, qu’il renonçait à présenter sa candidature pour la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) dans la 14e circonscription du Rhône, qui recouvre Vénissieux. Le 11 mai, la Nupes a investi officiellement l’adjoint à la mairie de cette ville et conseiller métropolitain Idir Boumertit pour le remplacer. 

En apparence, ce renoncement n’est autre que l’épilogue d’une longue campagne de harcèlement raciste sur les réseaux sociaux dont Taha Bouhafs a fait l’objet depuis que sa candidature a été rendue publique. « Tous les jours, une nouvelle calomnie, une nouvelle insulte, une nouvelle menace de mort, une nouvelle accusation. [...] J’aurais aimé tenir bon, j’aurais aimé vous rendre fiers. [...] Continuez à vous battre. Pour ma part, j’ai essayé mais je n’y arrive plus », écrit Taha Bouhafs dans un communiqué. 

Des lignes d’autant plus frappantes que, quelques jours plus tôt, il affichait encore une humeur combative, affirmant que « toute cette haine ne fais[ait] que renforcer [sa] détermination à e battre et gagner ». 


Taha Bouhafs lors de la convention de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale à Aubervilliers, le 7 mai 2022. © Sébastien Calvet / Mediapart
Depuis le mardi 10 mai, les messages de soutien de la sphère insoumise ont afflué sur Twitter pour regretter la décision du jeune homme de 25 ans, issu d’un quartier populaire de la banlieue de Grenoble. À l'approche des élections législatives des 12 et 19 juin, celui-ci est devenu le symbole du renouvellement des profils à l’Assemblée nationale souhaité par le mouvement mélenchoniste, qui a fait ses scores les plus hauts dans les banlieues des grandes villes le 10 avril dernier. 

La plupart des militants et sympathisants de la Nupes ont déploré un « échec collectif », s’accusant de ne pas avoir suffisamment fait front contre les oukases de la fachosphère et d’une partie de la gauche proche des positions du Printemps républicain.

« À 25 ans, c’est lourd de vivre avec des menaces de mort et des mises en cause publiques quotidiennes. Je m’en veux de ne pas avoir su le réconforter autant que nécessaire », a réagi, mardi matin, Jean-Luc Mélenchon lui-même, suivi par plusieurs figures du mouvement, à l’instar de Clémence Guetté, qui a elle aussi dénoncé des « pressions ignobles ». 

L’émoi a gagné les troupes bien au-delà des rangs de la France insoumise (LFI). Philippe Poutou a ainsi indiqué que le NPA apportait « tout son soutien » à Taha Bouhafs. L’eurodéputé Europe Écologie-Les Verts (EELV) David Cormand a regretté « nos lâchetés » et estimé que son renoncement n’était « pas le sien, [mais] avant tout le nôtre ».

Au PCF en revanche, Michèle Picard, candidate communiste dissidente à Vénissieux, soutenue par Fabien Roussel en dépit de l’accord noué entre les partis, a vu midi à sa porte. « La raison l’a emporté », s’est-elle réjouie. Une déclaration qui résonne avec les attaques répétées du secrétaire national du PCF qui, lundi encore, s’en prenait à Taha Bouhafs dans la presse.


Mais au milieu de cet affrontement politique et de ces mises en cause d’une grande violence, s’est déroulé un autre épisode, tenu secret celui-là. Selon nos informations, également publiées par BFM TV, Taha Bouhafs s’est retiré de la candidature aux législatives suite à un signalement reçu par la cellule de suivi contre les violences sexistes et sexuelles de La France insoumise.

Il s’agit de l’organe interne chargé de recevoir les alertes concernant des membres du mouvement, d’éventuellement enquêter et de transmettre ensuite les informations circonstanciées aux instances dirigeantes de LFI. 

Interrogé, le journaliste et militant a confirmé auprès de Mediapart. « J'étais déjà à bout, le signalement a été la dernière goutte qui m'a conduit à me retirer, explique-t-il. Cela fait partie des calomnies évoquées dans mon communiqué. » Sur le fond de l'accusation de violence sexuelle « d'une ex petite amie » qui lui a été exposée lundi 9 mai, il ne souhaite pas commenter : « Je crois profondément dans le combat politique contre les violences faites aux femmes et accepte le processus d'accueil de la parole. Je considère que toute personne faisant l'objet d'accusation doit se retirer de la vie publique dans l'attente de la vérification de cette parole. Ce que j'ai décidé de faire. Je n'ai pas connaissance d'autres alertes. »  

Quant à l’Union populaire, elle n’a pas donné suite à nos demandes d’entretien. Ni Manuel Bompard, ni Paul Vannier, tous deux membres du comité électoral, n’ont répondu à nos sollicitations. La cellule de suivi contre les violences sexistes et sexuelles n’a pas, elle non plus, souhaité communiquer, arguant de sa charte qui prévoit la confidentialité ainsi que le respect de l’anonymat des personnes concernées.

D’après plusieurs sources associatives, féministes et proches de LFI interrogées ces derniers jours par Mediapart, le soir de la Convention de la Nupes à Aubervilliers, samedi 7 mai, un témoignage détaillé concernant Taha Bouhafs a été envoyé à l’instance spécialisée dans les violences sexistes et sexuelles. 

Un entretien a ensuite été organisé, et l’alerte a été jugée suffisamment grave et étayée pour que l’information remonte auprès d’un petit groupe dirigeant, notamment auprès de membres du comité électoral chargé de l’attribution des circonscriptions pour les élections législatives. L’instance, qui se réserve la possibilité de suspendre des candidatures en fonction de la gravité des faits rapportés, a rapidement tranché, et décidé de suspendre Taha Bouhafs.

Dès le lendemain, le lundi 9 mai, Taha Bouhafs a ainsi été reçu par deux députées de LFI, Clémentine Autain et Mathilde Panot. D’après plusieurs sources, à l’issue de cet échange, il a été convenu que le militant pourrait retirer de lui-même sa candidature – ce qu’il s’est résolu à faire via un communiqué publié dans la nuit du 9 au 10 mai, qui reste flou sur les raisons présidant à sa décision. 


Dans les milieux militants féministes, et des quartiers populaires, plusieurs personnes nous ont également indiqué avoir été alertées ces tout derniers jours, sans jamais avoir rien entendu auparavant. Beaucoup n’ont pas souhaité commenter, et un nombre encore plus grand a requis l’anonymat. 

Militante féministe, Caroline De Haas rapporte avoir reçu, de son côté, début mai « deux témoignages différents, de personnes qui ne se connaissent pas ». « Ces témoignages m’ont paru suffisamment sérieux et inquiétants pour prévenir LFI », explique celle qui soutient l’Union populaire pour les législatives. Elle en aurait informé le 2 mai une cadre du mouvement. 

Selon elle, le fait que Taha Bouhafs ait été poussé par LFI à renoncer à se présenter est « une bonne chose » : « Les partis décident de qui ils investissent ou non. Or les faits dont il s’agit sont un signal d’alerte suffisant pour ne pas présenter quelqu’un. Nous avons dit et redit qu’Emmanuel Macron, informé que Nicolas Hulot ou Gérald Darmanin étaient mis en cause, n’aurait pas dû les nommer ministres. Je trouve ça assez rassurant que la gauche applique ce qu’elle revendique. »

« Cette affaire n’enlève en rien à la réalité des violences racistes subies par Taha Bouhafs, souligne Caroline De Haas. Il y a deux choses qui ne sont pas contradictoires : des femmes signalent des faits qui auraient été commis par un homme, et cet homme est lui-même victime de violences. Les deux sont insupportables et doivent cesser. »

À plusieurs reprises, LFI avait déjà pris des décisions similaires. Ces derniers jours, un suppléant d’un candidat a également été suspendu pour des faits signalés à la cellule. Lors des élections européennes de 2019, au moins deux personnes avaient été rayées de la liste des candidatures, dont l’essayiste Thomas Guénolé. 

Le PS, lui aussi, a déjà choisi le même principe de précaution lors des élections municipales de 2020 notamment. Même chose à Europe Écologie-Les Verts (EELV) ou au PCF, où au moins deux cadres parisiens sont suspendus.

En revanche, LREM, devenue Renaissance, n’a pas eu de difficulté à investir un conseiller d’Emmanuel Macron, Jérôme Peyrat, en Dordogne, pourtant condamné pour violences volontaires sur son ex-compagne en 2020. 


Au sein de l’Union populaire, on gardait, mardi 10 mai, un silence gêné. Des élu·es sollicité·es par Mediapart nous ont par ailleurs fait part de leur refus de s’exprimer, du fait d’une situation jugée trop « complexe ». 

Il est vrai que l’affaire est pour le moins délicate. La France insoumise redoute non seulement une récupération de cet épisode par une extrême droite qui n’a eu de cesse de clouer au pilori le militant antiraciste, mais aussi, en plein début de campagne électorale, la réaction des militants issus des quartiers populaires. 

Alors que ces derniers n’ont pas été particulièrement « bien servis » en nombre de circonscriptions pour les législatives, on craint ainsi que la fronde guette suite à la décision d’écarter le journaliste.

Taha Bouhafs, auteur d’un récent livre autobiographique intitulé Ceux qui ne sont rien, est en effet lui-même la victime d’un acharnement inédit depuis l’annonce de sa volonté d’être candidat aux législatives. Émanant aussi bien du champ médiatique que du monde politique – de la droite, de l’extrême droite, mais aussi d’une partie de la gauche –, les tentatives de discrédit à son égard se sont, ces derniers temps, multipliées.

Celles-ci s’appuyaient notamment sur sa condamnation pour « injure raciale » contre la syndicaliste policière Linda Kebbab, qu’il avait traitée d’« arabe de service ». Le tribunal avait estimé que le journaliste s’était « volontairement fondé sur son origine (celle de Linda Kebbab), à laquelle il l’a réduite, pour l’assigner à une place peu valorisante, voire dégradante ». Une procédure dans laquelle il a fait appel.

Par ailleurs, beaucoup reprochent au jeune homme sa virulence, passée ou présente, sur les réseaux sociaux. Jeudi dernier, Taha Bouhafs a ainsi été cité à plusieurs reprises au cours du conseil national du PS. Un parti qui a longtemps accusé le co-organisateur de la manifestation contre l’islamophobie en 2019 d’être « proche de l’islamisme politique ». 

Pour Youcef Brakni, militant antiraciste membre du comité Adama, proche de Taha Bouhafs, cette campagne de dénigrement était malheureusement attendue : « C’était écrit. Quand on est projeté dans un système aussi verrouillé, aussi raciste, on ne peut qu’être broyé. Les trajectoires individuelles n’ont aucune chance d’aboutir dans ce cadre, ou alors on sait ce qui se passe depuis des décennies : la gauche pioche des figures isolées et les vide de leur radicalité et de leur substance politique pour faire de l’affichage. »

En interne, sous couvert d'anonymat, un militant antiraciste informé depuis quelques jours de l'existence du signalement se dit atterré par la manière dont cette affaire a été traitée par LFI : « C’est un choix politique de l’avoir laissé seul faire son communiqué en cachant la vérité, et d’avoir engagé la conscience politique de tous les antiracistes. Maintenant, cette mascarade va nous retomber dessus, et la tendance réac en interne va clairement s’en saisir contre les quartiers populaires. »

Y compris à LFI, Taha Bouhafs est en effet loin de faire consensus, même si le soutien a été unanime ces derniers temps. Le journaliste avait ainsi été un moment « blacklisté » après qu’il se soit opposé de manière virulente aux propos du philosophe Henri Peña-Ruiz, lequel avait jugé, lors d’une université d’été du mouvement en août 2019, qu’on avait « le droit d’être islamophobe ». 

Soutenu par plusieurs figures de LFI, comme Éric Coquerel et Jean-Luc Mélenchon, il avait ensuite été progressivement réintégré dans le mouvement, jusqu’à être adoubé pour présenter sa candidature à Vénissieux. Aujourd’hui, alors qu’il s’imaginait déjà être l’un des plus jeunes et des plus remuants occupants du Palais-Bourbon, Taha Bouhafs voit brutalement sa carrière politique mise entre parenthèses. 

 

Citation

Le lundi 9 mai, Taha Bouhafs a ainsi été reçu par deux députées de LFI, Clémentine Autain et Mathilde Panot. D’après plusieurs sources, à l’issue de cet échange, il a été convenu que le militant pourrait retirer de lui-même sa candidature.

Mais Mélenchon découvre tout ça en même tant que nous. J'espère que les problèmes remonteront un peu plus vite jusqu'à lui quand il sera premier ministre

Edited by Lothaure

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Autain à propos du signalement le 7 mai 

donc là c'est clair que tout le monde est au courant à ce moment là

 

en passant Autain était tellement bouleversée par ces témoignages de femmes contre les violences supposées de TB que 3 jours après elle publiait ça, l'émotion sans doute

 

(médiapart précise que le 9 mai, une dernière entrevue entre Panot, Autain et Bouhafs a eu lieu sur le sujet juste avant le débranchement, donc quelques heures avant ce message du coup bien bien cynique)

 

ça se voyait que quelque chose puait la m**de dès le communiqué de bouhafs, mais là honnêtement plus ça déroule et plus ça prend une tournure assez effroyable

Share this post


Link to post
Share on other sites

@dupire

En fait tout est dit dans la version longue. Le pourquoi ils ont attendu un peu pour retirer sa candidature (étude des témoignages, confrontation). Pourquoi ils n'ont pas communiqué sur les agressions sexuelles (volonté des victimes de ne pas être exposées et entendre parler de l'affaire médiatiquement). Et pourquoi ils ont quand même fait des messages de soutien dénonçant les attaques contre Taha. Questions claires et réponses claires.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

C’était évidemment obligé vu le comportement du garçon, pire idée ever et c’était avant qu’on sache tout ça, parachutage de finalement un agresseur sexuel (présumé) sulfureux pour au final ce résultat la.

Ca devrait remettre fabd en place c’est déjà ça.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 11 heures, flovvr a écrit :

@dupire

En fait tout est dit dans la version longue. Le pourquoi ils ont attendu un peu pour retirer sa candidature (étude des témoignages, confrontation). Pourquoi ils n'ont pas communiqué sur les agressions sexuelles (volonté des victimes de ne pas être exposées et entendre parler de l'affaire médiatiquement). Et pourquoi ils ont quand même fait des messages de soutien dénonçant les attaques contre Taha. Questions claires et réponses claires.

 

Merci pour le lien

Sur la complexité de l affaire on la croit sans peine. Et sur la difficulté de témoigner des femmes contre TB aussi, mais là dessus lfi porte une responsabilité.

Pour le reste, pas tellement convaincu. Déjà entre les lignes on constate que jlm a menti. Ensuite sur les messages, il y a une *grosse* différence entre soutenir quelqu un contre des attaques racistes, et faire une vague ciblée pour appuyer le communiqué de quelqu un présentant une réalité alternative des faits.
C est de la diversion et de l instrumentalisation, et même plus loin, appuyer un message parlant de calomnies au moment de plaignantes pour VS c est leur tirer une balle de pied.

Taha Bouhafs ne s est pas retiré pour cause d attaques racistes. Il s est retiré car sa position est intenable car accusé par plusieurs femmes de violences sexuelles - accusations que lui associe à la goutte de trop d une campagne islamophobe (en écoutant CA on comprend bien d après le profil des plaignantes que c est faux)

Depuis le début, expliquer que « critiquer TB = être raciste » c était de la m**de. Comme tout recours abusif à l extrême droite (« le nucléaire c est ED », la propreté en ville, les notes scolaires en rouge, la sécurité, les OGMs et la 5g c’est ED) ça produit exactement l inverse en banalisant l ED.

TB étant un mythomane condamné aux positions problématiques, les raisons pour le critiquer ne manquaient pas et nul besoin de racisme pour ça. Et sans prendre de risque, ceux qui demain s étonneront qu il n y avait absolument aucune rumeur remontée au cercle dirigeant avant l investiture, seront racistes également.

Une fois le débranchement devenu inévitable, on adopte encore la stratégie follement explosive de vouloir laisser croire que bouhafs se retire pour racisme, en instrumentant son retrait pour en retirer un bénéfice politique au passage si possible. Maintenant ça pète à la gueule. La vague massive d effacages entre le 10 et le 11 montre bien que certains n étaient ni au courant ni à l aise avec ça.

Tout ça reste de la politique, donc il faut probablement pas se formaliser..
Mais là où je vois que je fuirai toujours ce milieu, c est qu il faut être fait d un bois particulier pour écrire ceci quelques heures après avoir soi même débranché un adhérent accusé plusieurs fois de viol 

 

696ABA32-D28D-4BA8-A20E-DCA3BB2BA323.jpeg

Edited by dupire

Share this post


Link to post
Share on other sites

Qu'est ce qui te permet de dire que Mélenchon en personne a "débranché" la candidature Bouhafs ? Il n'a découvert les accusation envers celui ci qu'après sa déclaration. Je sais que pour la plupart d'entre vous JLM est omniprésent au sein de la FI et que rien ne se passe sans qu'il l'ait supervisé (après tout, normal pour un dictateur en puissance hein) mais le comité de suivi contre les violences sexistes et sexuelles est tout à fait indépendant dans l'organigramme de le FI. Cette cellule a respecté le choix de la personne qui les avaient interpellé de ne pas rendre publique cette affaire. Comme dans le cas Guénolé il y a quelques années, JLM n'a pas été informé de l'affaire qu'ils avaient à traiter et c'est tant mieux, ce n'est pas à lui de s'occuper de ceci.

En attendant la FI a fait le boulot, a défendu Taha Bouhafs devant la meute qui le harcelait puis a écouté la personne qui l'a accusé et a agit en conscience en le prévenant qu'il ne pourrait certainement pas se présenter pour cette raison. Combien d'autres partis en font autant dans le paysage politique ? Maintenant, j'attends impatiemment les 2-3 pages de commentaires sur tous les candidats LREM avec des casseroles en tout genre (ça va de Thierry Solère et ses 13 condamnations à Jérôme Peyrat qui a frappé sa femme) dont certains sont reconduits sans état d'âme, on pourrait parler de Darmanin ou Hulot au gouvernement.

Bref, que vous en soyez conscient ou pas, malheureusement vous ne faites que suivre l'agenda de l'extrême droite et de la réactiosphère qui vous pointent du doigt les personnes et les mouvements dont il faut s'indigner. Et j'ai un scoop pour vous, les gens comme Thierry Solère n'en feront jamais partis. Les Sonia Mabrouk, Raphaël Enthoven, Eric Naulleau ou Julien Rochedy ne feront pas de commentaires acerbes en meute sur sa candidature.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, Lazydad a écrit :

(ça va de Thierry Solère et ses 13 condamnations à Jérôme Peyrat qui a frappé sa femme)

Mise en examen  ... vu comment un mec comme Kohler passe entre les balles on est pas à l'abris pour Solère d'un grand chelem de non-lieu.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 1 heure, Lazydad a écrit :

Qu'est ce qui te permet de dire que Mélenchon en personne a "débranché" la candidature Bouhafs

C'est ce qui était sorti dans la presse hier

Il y a 1 heure, Lazydad a écrit :

Il n'a découvert les accusation envers celui ci qu'après sa déclaration. Je sais que pour la plupart d'entre vous JLM est omniprésent au sein de la FI et que rien ne se passe sans qu'il l'ait supervisé (après tout, normal pour un dictateur en puissance hein) mais le comité de suivi contre les violences sexistes et sexuelles est tout à fait indépendant dans l'organigramme de le FI.

Non ça par contre faut pas trop prendre les gens pour des jambons :)

Y a des témoignanges de faits gravissimes (visiblement certains de viols donc de crimes), une entrevue de commission avec 2 des députées LFI, le retrait d'un des candidats les plus médiatiques, des rumeurs partout et des fuites dans la presse, et pendant 3 jours JLM n'est au courant de rien 

La commission peut très bien être indépendante et JLM ne pas être un dictateur, c'est pas le problème, le fait que JLM ait été mis au courant de faits aussi graves est juste évident, comme c'est le cas dans toute association ou entreprise. Le contraire est une faute professionnelle en fait.

 

Il y a 1 heure, Lazydad a écrit :

Bref, que vous en soyez conscient ou pas, malheureusement vous ne faites que suivre l'agenda de l'extrême droite et de la réactiosphère

Bon bah tu l'as fait quand même :)

Ca doit faire la 3ème fois que tu uses de cet argument contre moi, je sais même plus quoi dire en fait.

Tu n'arrives plus à voir combien cette défense est devenue insuffisante, et à quel point ce  fonctionnement de pensée est complètement tordu. Dans l'itw de CA, les femmes hésitent à témoigner de faits de VS et viols parce qu'elles ne veulent pas participer à une campagne islamaphobe wtf. Je sais pas si tu réalises à quel point c'est dramatique et complètement twisted

 

Etre arabe et venir d'un quartier populaire n'est ni une qualité ni un défaut. 

D'où tu viens et ce que tu es n'a pas d'importance. Ce qui est important c'est ce que tu dis et ce que tu fais.

Edited by dupire

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, dupire a écrit :

Ca doit faire la 3ème fois que tu uses de cet argument contre moi, je sais même plus quoi dire en fait.

C'est l'argument de bases de la gauche, quand elle a plus rien a répondre sur le fond, la refiction ad hilterum

Perso, quand un mec de gauche me fait le coup, ca me permet de savoir que je suis dans le vrai

Share this post


Link to post
Share on other sites

en dehors de cette accusation de VS,la candidature de bouhafs représente aussi celle d'un journaliste qui "vomit" sur la liberté d'expression dès lors qu'elle touche ses convictions religieuses.

Mais pour LFI ça n'a pas l'air d'être un problème ça...c'est de l'islamophobie ou des attaques malsaines d'extrême droite.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 31 minutes, MBolitar a écrit :

C'est l'argument de bases de la gauche, quand elle a plus rien a répondre sur le fond, la refiction ad hilterum

Perso, quand un mec de gauche me fait le coup, ca me permet de savoir que je suis dans le vrai

Honnêtement c est surtout vrai avec les gens de partis 

la plupart des gens de gauche n insulte pas d ED à tout bout de champ

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

N'hésite pas à nous partager l'opinion d'Enthoven et d'Eric Naulleau dès que tu peux. Deux autres personnes qui vomissent JLM et la FI nuits et jours aussi.

Si tu veux il y a aussi un formidable billet de Phillipe Val, tout en subtilité.

Edited by Lazydad

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, Jamiyoyo a écrit :

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

C est d un ennui ces debats. Faut arrêter de monopoliser toutes les émissions pour ça un moment, l espace médiatico-politique est devenu un congrès géant du parti socialiste.

On s'est déjà taper Zemmour pendant 2 mois, ça suffit.

 

 

 

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Lazydad a écrit :

N'hésite pas à nous partager l'opinion d'Enthoven et d'Eric Naulleau dès que tu peux. Deux autres personnes qui vomissent JLM et la FI nuits et jours aussi.

Si tu veux il y a aussi un formidable billet de Phillipe Val, tout en subtilité.

 

Vous avez le côté prétentieux et agressif de ceux qui gouvernent alors qu'en 5 ans (auxquelles s'ajoutent les 5 à venir) à l'AN vous aurez eu la même influence que le groupe parlementaire de FA.

 

Ne t'en déplaise LFI a géré ce parachutage et la communication de crise comme des amateurs. 

 

Vous êtes désagréables au possible alors que vous êtes aujoud'hui simplement moins détestés que ceux actuellement en place. 

Et on vient de voir que ce n'est même pas suffisant pour battre cette cruche de MLP. 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×