Jump to content
This Topic
WebDesigner

Real Post 2

Recommended Posts

Yop, depuis que je suis tout petit j'ai un grain de beauté a l'aine, ce weekend je l'ai senti en dormant, il frottait contre mes draps, me suis dit que c'était bizarre que ce truc que je porte depuis que je suis tout petit se mette d'un coup a me gêner.

J'évite d'aller googler : " grain de beauté qui grossit et fait mal " et je commence a chercher un dermatologue qui peut me recevoir avant le mois de Novembre. Jackpot, y'a un spot pas loin de chez moi qui peut me recevoir mercredi. Je m'inquiète un peu pendant 72h mais de toute façon je suis comptable pas médecin et même si j'ai regardé les 8 saisons de docteur house 3fois je m'imagine mal me retirer une tumeur avec des lames de rasoir dans ma salle de bain avec comme seul anesthésiant la bouteille que ma offert @Sashimipour le Secret Santa.

Hier je décide de me raser les parties intimes ( oui quand j'ai dit l'aine en introduction, fallait comprendre le bas bas de l'aine ). A aucun moment dans tout ce processus je n'ai envisagé l'idée que le dermatologue qui s'appelle docteur puisse être autre chose qu'un homme ... Grossière erreur, la plaque a l'entrée de son cabinet ne laisse aucune place au doute, c'est une femme ! Et quelle femme ! Je me refuse d'entrer dans une logique de notation mais si c'était un footballeur elle serait n°21 a Saint-Étienne ! Tout se bouscule dans ma tête, qu'est ce que j'ai comme caleçon, est ce que je suis propre, est ce qu'elle va devoir me toucher ?! Je suis stressé, pas a l'idée de peut être mourir a court terme mais a l'idée d'avoir une érection, en plus j'ai envie de pisser, y'a beaucoup de truc a gérer d'un coup :(

Elle arrive, elle m’ accueille dans son bureau, j'explique mon problème, elle me demande de me déshabiller, c'est beaucoup plus rapide qu'avec une escorte et en plus s'est remboursé par la sécurité sociale ... Je baisse mon caleçon, le stress est a son paroxysme contrairement a mon pénis qui lui a disparu, si je m'étais pas rasé la veille on aurait pu croire que j'étais transgenre ! Un rapide coup d’œil aura suffit, " c'est rien ", ce " c'est rien " balancé avec autant d'assurance sonne en moi comme une victoire, j'ai plus envie de pisser ! Elle fait un rapide check up du reste de mon corps ( quasi sur qu'elle l'a plus fait par plaisir que par conscience professionnelle ), RAS, moi et mon caleçon devred noir avec des fraises pouvons retrouver un semblant dignité !

Opération pour retirer le grain de beauté récalcitrant programmé le mois de prochain, je vais avoir des points de sutures sur les gonades pendant 15jours :(

Prenez soin de vos grains de beauté et arrêtez de négligez vos sous vêtements !

 

TOP PAGE !!!

Edited by Didadidadum

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Didadidadum a écrit :

Elle arrive, elle m’ accueille dans son bureau, j'explique mon problème, elle me demande de me déshabiller, c'est beaucoup plus rapide qu'avec une escorte et en plus s'est remboursé par la sécurité sociale ...

:rofl:

 

il y a 1 minute, Didadidadum a écrit :

Je baisse mon caleçon, le stress est a son paroxysme contrairement a mon pénis qui lui a disparu, si je m'étais pas rasé la veille on aurait pu croire que j'étais transgenre ! Un rapide coup d’œil aura suffit, " c'est rien "

Tu t'es assuré qu'elle parlait bien de ton grain de beauté ? :ninja: 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Amicalité Confinée a écrit :

Salut, je cherche un bon osthéo, le genre qui fait des miracles avec une approche scientifique.

Pas ces charlatans de kiné.

Des idées ?

 

tenor (20).gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 03/02/2021 à 16:01, FMK a écrit :

Quelqu'un a des hémorroïdes ? Un douleur dans la verge quand il pisse ? Soyez pas timide venez-nous en parler !

 

Sinon pour rester dans la thématique du mal de cul on m'a encore volé des outils dans le camion aujourd'hui. Ça doit faire la 6ème fois, et encore je m'en sors bien il n'y en a que pour 500 balles ce coup ci.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Amicalité Confinée a écrit :

Salut, je cherche un bon osthéo, le genre qui fait des miracles avec une approche scientifique.

Pas ces charlatans de kiné.

Des idées ?

Il y a des années de ça , je me faisais des lumbagos terribles au tennis. Un ostéopathe me remettait sur pied en 5 mn avec 3-4 mouvements.

 

Edited by Wally

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Amicalité Confinée a écrit :

Salut, je cherche un bon osthéo, le genre qui fait des miracles avec une approche scientifique.

Pas ces charlatans de kiné.

Des idées ?

 

il y a 3 minutes, Amicalité Confinée a écrit :

@Piercy un commentaire ?

On écrit ostéo.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, deux oreilles a écrit :

 

Sinon pour rester dans la thématique du mal de cul on m'a encore volé des outils dans le camion aujourd'hui. Ça doit faire la 6ème fois, et encore je m'en sors bien il n'y en a que pour 500 balles ce coup ci.

Pendant que tu bossais ou que tu dormais ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, deux oreilles a écrit :

On installait le chantier, des ninjas les mecs ils ont fait ça en 2 minutes max.

Dans le style mecs bien rodés :

 

Dans une contrée sauvage et mystérieuse d'Alsace du nord, vivaient en harmonie avec la nature et les animaux d'anciens voyageurs des autres Mondes. De mémoire de vivants, les chants et les sonorités chaudes de guitare égayaient le silence morne de la plaine  depuis toujours. Des coups de feu et des visites de la maréchaussée troublaient de temps en temps la vie paisible des sangliers et des hérissons vaquant à leurs occupations de quadripède dans la forêt avoisinante. Tout le monde avait déjà entendu parler d'eux, leur réputation avait largement dépassé les frontières de leur petit campement, vous ne trouviez notamment pas meilleur chaise en osier sur des kilomètres à la ronde. Les chaises de madame M., c'était quelque chose. Une drôle de coutume pouvait néanmoins décontenancer même les plus hardis globe-trotter. En effet les montures à moteur non identifiées ou considérées comme potentiellement belliqueuses étaient accueillies par un curieux rite, le lancer de cailloux.

Jacky D., un presque quarantenaire dépressif, en fit l'amère découverte, ce qui n'eut pas le mérite de lui donner un peu de baume en cœur en ces temps difficiles. Jacky s'évadait en roulant ses cigarettes maison qu'il aimait accompagner de bière hollandaise. Il oubliait ainsi sa condition de travailleur pas vraiment respecté, d'homme pas vraiment confiant et une éphémère flamme se dessinait alors derrière ses yeux vitreux. Ephem K., un presque majeur vigoureux, réprimait tant bien que mal un rire franc face à la cocasserie de la situation. Jacky, baissait la tête à chaque claquement de la carrosserie sous l'impact des pierres, tel un poilu tressaillant sous la détonation des obus derrière sa tranchée. Jacky n'avait pas vraiment fait preuve de diplomatie il faut dire. La veille au soir, alors qu'il s'engageait sur le chemin qui le menait du lieu de son ouvrage en cours de construction vers son domicile, il avait effrayé un enfant de la tribu qui jouait tout seul dans la boue. A grands coups de klaxons et de cris, il l'avait certes fait déguerpir, mais la manière employée semblait néanmoins disproportionnée du point de vue d' Ephem. Jacky éructait dans un dialecte local, faisant tomber par la même occasion les cendres de son clope aux senteurs orientales en fin de vie. Fallait pas l'énerver Jacky, pas aujourd'hui.

Il tombe donc une pluie fine mais continue en ce vendredi matin de novembre, un mélange peu accueillant de grésil hivernal et de matière minérale. Ephem souhaitant néanmoins poursuivre sa journée sans points de suture, ce  qui aurais fortement compromis la promesse d'un week-end féerique et festif qui s'annonçait alors, sorti prestement et se dirigea sans se retourner, une main levée en guise de drapeau blanc, vers l'artillerie locale. La négociation fut rude mais les deux camps tombèrent finalement d'accord, le cessez-le-feu fut scellé sur le champ, au sens propre comme au sens figuré. 

Jacky n'était pas d'humeur, Jacky bouillonnait intérieurement, malheureuse image d'un homme peu gâté par la vie, dont l'autorité ne se résumait qu'à des vociférations pleutres, forçant plus la pitié que le respect. Ephem essayait de ne pas lui faire sentir, respectant tant bien que mal la hiérarchie, comme tout soldat qui se respecte.

L'Opération Pavillon des Champs pouvait reprendre. La radio entrecoupait ses annonces publicitaires par des morceaux de musique appréciés de tous, mais surtout par la génération des parents de Jacky, c'est du moins ce que supposait Ephem qui aurait préféré rythmer la marche par des fanfares californiennes, aux fameux bandanas rouges et voitures bondissantes, mais la hiérarchie c'est la hiérarchie mon commandant ! 

Soudain...

(à la base ça devait faire 3 lignes et me prendre 2 minutes, mais une fois de plus mon cerveau a dérapé, je me suis souvenu que nous étions sous couvre-feu, que l'écriture de pavés plus ou moins bons ne payait pour le moment pas les danones donc la suite dans un prochain épisode)

Edited by FMK

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, Tuni a écrit :

J'ai rien compris, je vais attendre l'adaptation au cinéma.

Gaffe quand même, si c'est une adaptation fait par le cinéma français tu risques de ne pas y comprendre grand chose de plus.  ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×