Jump to content
This Topic
Nanor

Le thread des FDP

Recommended Posts

il y a 39 minutes, Pussy Magnet a écrit :

Ça vous arrive parfois de vous sodomiser derrière un buisson si l’envie vous en prend ?

Ca t'arrive d'avoir un avis qui ne soit pas relié au nombre de meuf au m² dans une activité ?

Je pose la question hein.

Parce qu'oublie pas que ta passion numéro 1 inclut aussi le fait de se retrouver dans des vestaires à prendre des douches chaudes avec ses collégues... 8^

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, AssKicker496 a écrit :

Ca t'arrive d'avoir un avis qui ne soit pas relié au nombre de meuf au m² dans une activité ?

Je pose la question hein.

Parce qu'oublie pas que ta passion numéro 1 inclut aussi le fait de se retrouver dans des vestaires à prendre des douches chaudes avec ses collégues... 8^

Disons qu’une activité ou l’on se retrouve avec des armes, de l’alcool et des hommes virils dans un bois incite à poser la question sur la sodomie entre copain.

L’homosexualité te gêne ? Tu es contre le mariage pour tous ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

PD TOI MEME

Sans titre.png

il y a 4 minutes, Pussy Magnet a écrit :

L’homosexualité te gêne ? Tu es contre le mariage pour tous ?

Non non aucun pb mais me traite plus :ph34r:

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites
31 minutes ago, Parp1 said:

La chasse, comme la corrida, ne se résume heureusement pas qu'au fait de tuer l'animal.

Ce qu'on te fait remarquer c'est que la chasse serait plus de la chasse si on tue pas. Donc que tuer c'est ce qui définit la chasse.
Après on peut faire des jeux d'arènes avec des taureaux, mais c'est plus de la corrida.

Quote

Bien entendu on pourrait plutôt faire une paella géante préparée par ceux qui font le sale bouleau en abattoir. Mais on ne choisit pas sa famille :P 

Comme tu le souligne tu as le choix. C'est comme dire 'mon père battait ma mère donc je bats ma femme, on y peut rien'.

Ceci dit je suis plus choqué par la production industrielle de viande que la chasse.

Edited by FabD

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 29 minutes, FabD a écrit :

Ce qu'on te fait remarquer c'est que la chasse serait plus de la chasse si on tue pas. Donc que tuer c'est ce qui définit la chasse.
Après on peut faire des jeux d'arènes avec des taureaux, mais c'est plus de la corrida.

La chasse c'est "la traque d'animaux dans le but de les capturer ou de les abattre, les manger ou les détruire". Pareil pour la pêche, certains relâchent les poissons est pourtant prennent beaucoup de plaisir à l'activité (pleine nature, connaissance de la proie et de son environnement, virée entre potes mode brokeback mountain ou pas...).

Tuer, y compris des humains, c'est pas la fin du monde. C'est même dans la nature de l'être humain. Et comme le fait remarquer @Frouzail faut bien que certains fassent la basse besogne (abattoir, militaires, médecins...). Idéalement "sans passion et sans haine, tu respectes l'ennemi vaincu".

 

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites
31 minutes ago, Parp1 said:

Tuer, y compris des humains, c'est pas la fin du monde. C'est même dans la nature de l'être humain. Et comme le fait remarquer @Frouzail faut bien que certains fassent la basse besogne...

Ouais mais la différence c'est le choix. Mais ceci dit je respecte une prise de risque réelle, qui montre un engagement. C'est peut être un engagement mal orienté mais c'est assumé.

Là où ça fait pitié, c'est quand on a un avantage énorme lié à la technologie. Y aller avec un pieu ou une lance on a déjà un avantage technique et d'intelligence, mais avec un cerveau et un fusil c'est tricher.

Pour finir, clairement pour moi les histoires de basse besogne c'est plus important que le problème de la chasse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le problème surtout en ce moment, c'est qu'à moins d'être tatoué L214 sur le front, tu sembles plus facilement prendre une batos quand tu vas te balader en forêt à pied ou faire un peu de VTT (faut pas négliger le surf aussi qui semble être une activité à risque) qu'en passant devant un abattoir.

 

En période de vendanges c'est assez rassurant d'entendre les mecs tirer alors que partout autour y'a des gens qui bossent, on te conte aussi de biens belles histoires, comme celle de Lucien, qui était venu avec Jeannine voir ses copains chasseurs.

Les mecs ont remonté la colline dans les fourrés, ce con de Lucien avait oublié qq chose, il a voulu retrouvé son poto Maurice... Jeannine l'a vu redescendre... mais les pieds devant, RIP Lucien, j'avoue que tu ressemblais pas mal à un sanglier.

Edited by survival66

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 30 minutes, FabD a écrit :

Ouais mais la différence c'est le choix. Mais ceci dit je respecte une prise de risque réelle, qui montre un engagement. C'est peut être un engagement mal orienté mais c'est assumé. Là où ça fait pitié, c'est quand on a un avantage énorme lié à la technologie. Y aller avec un pieu ou une lance on a déjà un avantage technique et d'intelligence, mais avec un cerveau et un fusil c'est tricher.

Je comprends ta vision "chevaleresque" du combat. J'ai d'ailleurs une grande admiration pour les chasseurs à l'arc (même si ça reste un avantage technique!) ou la figure du dernier samouraï qui charge un peloton de mitrailleuses pour l'honneur.  

il y a 30 minutes, FabD a écrit :

Pour finir, clairement pour moi les histoires de basse besogne c'est plus important que le problème de la chasse.

Tout à fait d'accord. En tout cas j'aime à croire que certaines valeurs transmises par la chasse aide l'individu dans sa réflexion personnelle. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
9 minutes ago, Parp1 said:

Je comprends ta vision "chevaleresque" du combat. J'ai d'ailleurs une grande admiration pour les chasseurs à l'arc (même si ça reste un avantage technique!) ou la figure du dernier samouraï qui charge un peloton de mitrailleuses pour l'honneur.  

Tout à fait d'accord. En tout cas j'aime à croire que certaines valeurs transmises par la chasse aide l'individu dans sa réflexion personnelle. 

Donc on peut se mettre d'accord pour raccrocher les fusils au mur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans quel objectif ? Ne plus tuer d'animaux ? Si c'est pour avoir une approche "équitable/chevalresque" de la chasse je comprends mais je ne suis pas d'accord ; je n'ai aucune envie de risquer ma vie en tuant un cerf avec les dents et le cerveau déconnecté. 

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites

VGG nous.

 

 

https://www.mediapart.fr/journal/france/251018/genocide-des-tutsis-au-rwanda-la-video-qui-accable-l-armee-francaise

Spoiler

Génocide des Tutsis au Rwanda: la vidéo qui accable l’armée française

25 octobre 2018 Par Fabrice Arfi
 

Mediapart rend publique une vidéo filmée à l’été 1994 par des militaires français, qui jette une lumière crue sur la passivité de l’armée pendant l’un des événements les plus embarrassants pour la France dans le dossier rwandais : le massacre de Bisesero.

 

Ce sont 52 secondes qui pourraient résumer à elles seules l’attitude de la France durant le génocide des Tutsis au Rwanda, il y a bientôt vingt-cinq ans. Une vidéo filmée à l’été 1994 par des militaires français, dont Mediapart a obtenu copie, jette une lumière crue sur la passivité de l’armée pendant l’un des événements les plus embarrassants pour la France dans le dossier rwandais : le massacre de Bisesero.

Filmée le 28 juin 1994, la scène montre le patron des opérations spéciales au Rwanda, le colonel Jacques Rosier, en conversation avec l’un de ses subordonnés, le sergent-chef M., qui tente de l’alerter sur des assassinats de masse perpétrés à l’encontre de Tutsis à quelques kilomètres de là, sur les collines de Bisesero, à l’ouest du pays.

Sans aucun effet.

En dépit des informations données et de l’urgence décrite, l’armée française, déjà alertée depuis le 27 juin sur les massacres de Bisesero, mettra de fait plusieurs jours avant d’intervenir. Pendant ce temps, plus d’un millier de Tutsis se feront méthodiquement assassiner par des milices hutues, alors que le mandat de l’ONU ayant justifié l’envoi d’un contingent français au Rwanda imposait de mettre fin aux massacres.

Les images que nous diffusons sont extraites des archives de l’ECPAD, l’agence audiovisuelle du ministère de la défense :

 

La justice, qui vient de clore son enquête ouverte il y a plus de dix ans sur des soupçons de complicité de génocide et de crimes contre l’humanité sans avoir mis en examen un seul responsable français, dispose de cette bande depuis 2013. Elle lui a été fournie par un militaire qui fut membre de l’opération Turquoise au Rwanda.

À l’origine, la caméra du ministère de la défense avait été allumée pour filmer l’évacuation de sœurs religieuses, originaires d’un village voisin. Puis, continuant de tourner, la caméra surprend une conversation qui dit tout, ou presque, de l’attitude française au Rwanda.

Le sergent-chef M., la voix hésitante, rapporte des faits insoutenables à son supérieur, le colonel Jacques Rosier. Il dit : « Hier, on était dans je ne sais plus quel patelin. Il y a eu des battues toute la journée. Dans les collines, des maisons qui flambaient de partout, des mecs qui se trimballaient avec des morceaux de chair arrachée. »

 

Le colonel bredouille : « Ouais, ouais. » Puis il regarde ailleurs, au loin.

 

Le sergent-chef poursuit : « Le problème, c’est que je ne sais pas comment ils font pour se soigner. Ils sont plein de plaies purulentes partout. »

Le colonel rétorque « eh ouais », tout en défaisant les plis de son uniforme.

Le sergent-chef va plus loin dans son récit et raconte que le guide de l’armée française était probablement… un génocidaire hutu : « On a évité un lynchage parce que le guide qui nous accompagnait, manifestement, c’était un des gars qui guidaient les milices dans les jours qui ont précédé. Alors quand on est tombés sur la bande de Tutsis qui fuyaient les collines, quand ils l’ont reconnu, il a fallu lever le ton, j’ai cru qu’ils allaient le lapider. »

Après plusieurs « ah ouais ? » interrogatifs, le colonel finit par regarder ses chaussures. Et puis ? Et puis plus rien.

Interrogé en juin 2015 sur cette vidéo par un juge français, le colonel Rosier, qui a été placé sous le statut de témoin assisté mais pas mis en examen, a expliqué sur procès-verbal : « Cette scène-là ne me dit rien du tout […]. Enfin, en regardant cette scène et me connaissant, je vois que je ne percute pas car vraisemblablement je ne comprends pas ce qu’il me raconte, j’ai l’esprit ailleurs, je suis en train de préparer mon point presse, beaucoup de choses se sont passées depuis la veille. Il faut savoir que je suis sous pression. C’est vrai qu’en revoyant aujourd’hui cette scène, il me paraît incroyable de ne pas avoir réagi à l’information. »

Contacté, l'avocat du colonel Rosier, Me Emmanuel Bidanda, a indiqué « ne pas souhaiter faire de commentaires par voie de presse sur une instruction en cours ».

Pour bien comprendre le sens de ces images, il est capital d’en saisir le contexte. Quand cette conversation a lieu, le colonel Rosier est prévenu depuis au moins la veille des massacres de Bisesero, d’après les témoignages de deux militaires français de l’opération Turquoise.

Le premier est le lieutenant-colonel Jean-Rémy Duval, qui affirme avoir donné l’alerte le 27 juin 1994 lors d’une mission de reconnaissance à Bisesero. Face aux juges, le militaire a expliqué avoir rendu compte, épouvanté, de sa découverte au colonel Rosier et lui avoir demandé l’autorisation d’y retourner le plus vite possible pour sauver des vies. « Il me répond non […]. Ça me semble urgent. Je suis revenu [de Bisesero – ndlr] un peu bouleversé et ému », a témoigné Duval.

Un autre militaire membre du même détachement, Jean-Marie Carpentier, a également affirmé que les informations sur le danger de mort encouru par les Tutsis de Bisesero avaient « évidemment » été transmises dès le 27 juin à la hiérarchie militaire. Des journalistes présents sur place ont également confirmé ce récit des événements.

Aux paroles, il faut ajouter les écrits. De nombreux documents issus de l’armée, dont Mediapart a déjà fait état (ici ou ), démontrent eux aussi que la hiérarchie militaire avait une idée précise, dès le 27 juin 1994, voire dès le 26, des massacres perpétrés à Bisesero et de l’urgence absolue à intervenir pour sauver des vies.

Une note du renseignement militaire, dont Mediapart n’avait pas parlé jusqu’ici, confirme par ailleurs que les événements de Bisesero étaient connus dès le 27 juin. « Le 27 [juin – ndlr], une reconnaissance effectuée au sud-ouest de Kibuye, dans le secteur de Bisesero […], a permis de trouver une centaine de Tutsi réfugiés dans les collines dans un état de dénuement total. Selon leurs déclarations, 2 000 personnes seraient cachées dans les bois et les mines », peut-on lire dans cette transmission chiffrée datée du 29 juin.

« D’une façon générale, la ferveur avec laquelle sont accueillis les éléments français et les craintes qui s’expriment à leur départ témoignent d’une situation sécuritaire non stabilisée et de la peur de la reprise des massacres », poursuit la note.

 

Extrait d'une note du renseignement militaire sur les massacres de Bisesero. © DRExtrait d'une note du renseignement militaire sur les massacres de Bisesero. © DR

 

Dans une autre note, le renseignement militaire écrit encore que dans la région de Bisesero, « des Tutsis ont, le 27 [juin – ndlr], été attaqués par des militaires hutus. Il y a des morts et des blessés. Deux mille civils tutsis attendent là la protection de la force française. État de dénuement nutritionnel, sanitaire et médical extrême ».

Il y a donc aujourd’hui peu de doute sur le fait que l’armée était au courant des ténèbres de Bisesero dès le 27. D’autant qu’un rapport retrouvé par les juges dans les archives du Service historique de la Défense (SHD), à Vincennes, est venu le confirmer. Il s’agit d’une chronologie de l’opération Turquoise. À la date du 27 juin 1994, on peut en effet lire : « Reco [pour « mission de reconnaissance » – ndlr] secteur Bisesero – Tutsis seraient menacés et comptent sur une protection française. »

« Je me suis fait la remarque que le rédacteur employait le conditionnel en disant que les Tutsis “seraient menacés” alors que Duval a rendu compte qu’ils étaient réellement menacés parce qu’il a vu de ses yeux l’état de ces gens », a précisé l’officier Carpentier aux magistrats quand il a été interrogé sur ce document.

 

Le mémorial de Bisesero. © Thomas Cantaloube/MediapartLe mémorial de Bisesero. © Thomas Cantaloube/Mediapart

 

Après de précédentes révélations de Mediapart, des officiers militaires mis en cause ont annoncé leur volonté de déposer plainte pour violation du secret, estimant que les journalistes « n’ont pas à connaître ces pièces ».

Outre le colonel Rosier, quatre autres militaires ont été placés sous le statut de témoin assisté dans l’enquête des juges sur l’éventuelle complicité de l’armée dans le génocide au Rwanda :

  • le général Jean-Claude Lafourcade, qui fut le commandant de l’opération Turquoise au Rwanda,
  • le capitaine de frégate Marin Gillier, chef d’une unité du COS,
  • le commandant de la Mission d’assistance militaire au Rwanda, Étienne Joubert,
  • et le lieutenant-colonel Jean-Rémy Duval, membre du COS.

Depuis le début des investigations, la haute hiérarchie militaire dément toute attitude coupable dans le dossier de Bisesero, affirmant n’avoir découvert les faits que le 30 juin et avoir porté secours immédiatement aux rescapés du carnage.

Après l’annonce de la clôture de l’enquête judiciaire sans mise en examen, ce qui éloigne un peu plus encore la perspective d’un procès, plusieurs ONG à l’origine de la procédure, la FIDH, la LDH et Survie, ont dit craindre un « déni de justice ». « Le refus d’auditionner certains témoins-clés (dont de hauts gradés), de demander certains documents militaires ou de confronter les versions parfois contradictoires des officiers de l’époque, est incompréhensible pour nos associations », ont-elles dénoncé dans un communiqué le 29 septembre dernier.

 

 

https://survie.org/themes/genocide-des-tutsis-au-rwanda/nos-actions-en-justice/article/massacre-de-bisesero-au-rwanda-les-parties-civiles-mobilisees-pour-eviter-un

 

Edited by survival66

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les hutus c'est des batards eux aussi.... on massacre pas son voisin à coup de machettes sous pretexte qu'il parle un patois différent, ca se fait pas.

J'avais vu une retrospective sur l'histoire du rapport entre les 2 ethnies. Le pouvoir politique français (socialiste notamment) avait mis en avant la minorité tutsi (qui avaient tous les leviers politiques) puis les avaient lâchés. Forcément derrière ca a finit en m**de intersidérale. Mettre la responsabilité - depuis son canapé parisien - sur des militaires (surement à moitié fachos) balancés en zone de guerre pour tenter de sauver les conneries des politiques, c'est vraiment rien comprendre à ce conflit.

Mediapart = grosse bande de traitres.

 

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites

Te sens pas obligé de pondre de la chiasse sur tous les sujets/messages/articles, qui passent.

 

Apparemment tu vois des choses mais tu ne retiens seulement ce qui semble t'arranger... nous avons surement 2 lectures bien différentes de cette histoire (la mienne remonte à la colonisation et ce qui en découle) et de l'histoire en général.

 

edit : ça sera tout pour moi sur le sujet et de manière générale avec toi, pas envie de refoutre 1€ dans le jukebox pour entendre toujours le même disque rayé.

edit 2 : le mec va y aller de ses fines analyses faites par la clique nationaliste/royaliste/extrême-droite... Bernard Lugan, solide. :D

Edited by survival66

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, AssKicker496 a écrit :

Les hutus c'est des batards eux aussi.... on massacre pas son voisin à coup de machettes sous pretexte qu'il parle un patois différent, ca se fait pas.

J'avais vu une retrospective sur l'histoire du rapport entre les 2 ethnies. Le pouvoir politique français (socialiste notamment) avait mis en avant la minorité tutsi (qui avaient tous les leviers politiques) puis les avaient lâchés. Forcément derrière ca a finit en m**de intersidérale. Mettre la responsabilité - depuis son canapé parisien - sur des militaires (surement à moitié fachos) balancés en zone de guerre pour tenter de sauver les conneries des politiques, c'est vraiment rien comprendre à ce conflit.

Mediapart = grosse bande de traitres.

 

N'importe quoi. Le pouvoir socialiste qui aurait soutenu les tutsis ! Jamais de la vie. Peut-être que tu confonds la Belgique avec la France n'est-ce pas ? Le troll réac fan de rap, patriote qui mettait son plus beau maillot de foot de la Croatie en avatar.  En sus d'être a moitié teubé t'es inculte. Te prends pas pour un prof d'Histoire. Si tu veux débattre du génocide rwandais ouvre un livre ou deux peut-être.

 

La vid pointe plus la responsabilité des ordres venu du sommet de l'Etat  plus que l'action des militaires pour qui comprend et connaît un peu.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lugan est sûrement un des meilleurs expert français de l Afrique, je vois pas pourquoi vous êtes fragiles comme ca. 

Je me rappelle plus exactement la teneur de l exposé mais en tt cas c était clair que ça allait finir en guerre ethniques (le côté exotique de l Afrique). si les militaires l avaient arrêté cette fois, peut être que ca aurait recommence 6 mois après.

en tt cas c est des faits complexes qui ont pas besoins d être toujours agité par des gauchistes inconscients. Ils font que de l histoire quand il s agit de cracher sur la France... put**n de vendus atlantistes.

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, survival66 a écrit :

VGG nous.

Ca n'apporte rien de nouveau. On sait que les autorités Française au plus haut niveau avaient connaissance de ce qui se passait sur le terrain, l'armée Française sur place avait pour ordre de ne pas intervenir. Je pense qu'un paquet de mecs ont eu du mal à se regarder dans le miroir par la suite. 

Au de la des films connus genre "Hotel Rwanda" vous pouvez Matter "Opération Turquoise", je pense que ça résume pas mal à quel point on a fait les autruches.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, fonkyboy a écrit :

gneu gneu -1

J'aborderai le sujet des berbères et de l'arabisation du Maghreb la semaine prochaine, loupe pas ça !

Edited by AssKicker496

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, fonkyboy a écrit :

T'es tellement limité...

C'est vrai qu'à côté de toute ta belle argumentation, et de tes démonstrations implacables, il paraît vraiment limité...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, AssKicker496 a écrit :

en tt cas c était clair que ça allait finir en guerre ethniques (le côté exotique de l Afrique)

 Mais c'est qu'il est d'humeur taquine aujourd'hui celui là. 

Excuse moi mais question génocides et massacres ethniques, le reste de l'humanité est pas mal non plus dans le genre, aux dernières nouvelle, c'est pas une coutume exclusivement africaine. 

Il y a 5 heures, AssKicker496 a écrit :

Ils font que de l histoire quand il s agit de cracher sur la France..

J'aimerai comprendre, tu nous explique que nos politiques sont des conn**ds en 2018 parcequ'ils ont soutenu des terroristes en Syrie  mais par contre si on explique que c'était des conn**ds en 1994, là non, faut pas blasphémer la grande et noble "Histoire" de France. 

C'est quoi le délire, y'a une date à partir de laquelle tout a basculé ? On est passé de nobles Français se battant pour la veuve à l'orphelin à énormes FDP qui armons des terroriste ? Quand a eu lieu ce TOURNANT DECISIF dans l'Histoire de France ? Raconte nous. 
 

il y a une heure, Landa a écrit :

C'est vrai qu'à côté de toute ta belle argumentation, et de tes démonstrations implacables, il paraît vraiment limité...

 D'ailleurs en parlant de gens limités, t'as fini par apprendre a utiliser google depuis hier ?  :ph34r:

Edited by hassbox

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Landa a écrit :

C'est vrai qu'à côté de toute ta belle argumentation, et de tes démonstrations implacables, il paraît vraiment limité...

Ben vaut peut être mieux  parfois se taire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et laisser aucun doute à ce sujet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×