Jump to content
This Topic
Milk Mocha

Religion et Société

Recommended Posts

Ca fait du bien de bon matin de se faire expliquer que c'est dans les ZEP que l'on trouve le plus grand nombre d'élèves en difficultés scolaires.

Il parait aussi, ça demande confirmation, que les enfants de CSP+ ont plus de proba d'integerer de grandes écoles post BAC.

De la à croire que c'est dans les ZEP que l'on retrouve les enfants des familles les plus pauvres de notre pays, et que ces CSP- sont surreprésentées au sein des familles issues de l'immigration ...... ouchh trop puissant, j'ose à peine faire la corrélation.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, tarace boulba a écrit :

Le drame est là : tu dois faire preuve d'autorité pour le bien des gamins mais si tu le fais tu es raciste pour les identitaires, facho pour 50% de la gauche, réactionnaire pour tous.

La ou la France est suspectée de racisme, et qui pèse aujourd'hui sur la fracture que vous dénoncez à raison, c'est que les familles bourgeoises, semi-bourgeoises, classe moyenne des quartiers mixtes ont retiré depuis longtemps leurs enfants du contact avec la mixité sociale.

Ca a commencé avec les classes Allemand Lv1 dans les années 80 et maintenant tu as des écoles de ptits blancs/métisses et enfants de dignitaires étrangers avec leur pendant public ou on trouve les sub-sahariens, les maghrebins et les chinois.

Les effets sont: soit une xénophobie naturelle due à l'isolement, soit au contraire un angélisme déconnecté de toute réalité, et sentiment de déclassement démontré par les faits pour les autres. Comme la classe politique qui sort actuellement vient à 100% de cette première catégorie catégorie... les débats sont ce qu'ils sont.

Tant que les parents n'auront pas une assurance que dans une classe mixte on fait aussi du bon boulot, le mélange ne se fera pas.

Le mot-clé c'est l'autorité, mais aussi la qualité, la personnalité et le charisme des prof (il faut de meilleurs salaires).

Malheureusement, aujourd'hui les rares bons profs du public sont des maitres de conférence qui font du social, et dans certaines banlieues, on recrute des analphabètes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 50 minutes, tarace boulba a écrit :

C'est intéressant : tu ne penses pas, qu'outre la différence traditionnelle fille/garçon dans la réussite scolaire, il y a encore une spécificité au sein de la communauté française musulmane (entre fille et garçon toujours) ?

Il y a des spécificité filles/garçons chez les "français de souches", chez les "noirs" et chez tout le monde. 

Je ne comprends pas la question, tu dis qu'une société patriarcale favorise l’échec scolaire ? 

Je n'ai pas le sentiment qu'il y ait tellement de familles musulmane Françaises ( dont les enfants sont en échecs scolaires ) qui soient "patriarcales". Lorsqu'il y a démission du père, on ne peut plus appeler ça du patriarcat. 
 

il y a 50 minutes, tarace boulba a écrit :

Le drame est là : tu dois faire preuve d'autorité pour le bien des gamins mais si tu le fais tu es raciste pour les identitaires, facho pour 50% de la gauche, réactionnaire pour tous.

C'est un gros mot réactionnaire ? 

Edited by hassou

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, LadyGaza a écrit :

Tant que les parents n'auront pas une assurance que dans une classe mixte on fait aussi du bon boulot, le mélange ne se fera pas.

Oui. Mais la logique du multiculturalisme c'est chacun chez soi et Dieu pour tous, l'Etat pour moi au diable les mélanges.

Citation

Le mot-clé c'est l'autorité, mais aussi la qualité, la personnalité et le charisme des prof (il faut de meilleurs salaires).

Malheureusement, aujourd'hui les rares bons profs du public sont des maitres de conférence qui font du social, et dans certaines banlieues, on recrute des analphabètes.

Un système éducatif qui fonctionne n'a absolument pas besoin de profs charismatiques ou brillants. L'intérêt est justement de fournir au prof la "superstructure" (#jaiétémarxistemoiaussi) qui lui permet de dispenser son enseignement.

Après, les profs en France constituent un très bon ROI au vu de leur salaire.

C'est un choix politique : l'Etat-Providence décide de multiplier les fonctionnaires, il ne peut fatalement pas bien les rémunérer. Le libéral que je suis te diras qu'avec 2 millions de fonctionnaires en moins (surtout en coll. territoriale imo) on pourrait attirer plus de talents avec un salaire supérieur. Mais c'est un choix de société qui a été fait. Vous êtes fonctionnaire, pouvez regarder questions pour un champion le soir sans souci, vous avez beaucoup de congés et pas trop de boulot mais vous vous emm**dés (très majoritairement) et vous êtes mal payés.

 

@hassou

Réactionnaire est un joli mot mais oui c'est une insulte dans le débat public aujourd'hui.

Par patriarcal, j'entendais le pouvoir donné au mâle mais le terme était inadéquat. Je reformule en parlant plutôt de survalorisation de la virilité dans les familles musulmanes. Ca pourrait expliquer une différence fille/garçon que je perçois (peut-être à tort) comme nettement plus accentuée que dans les autres "communautés".

Si cette surdifférence existe, alors l'explication doit se trouver au sein de la culture musulmane française (ou maghrébine je ne sais pas trop).

Edited by tarace boulba

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai connu pas mal de Marocains venant de "grande familles" et ayant faire une partie de leurs études au Maroc qui étaient de très bons élèves.

Je ne pense pas que ce soit culturel, j'ai une lecture plutôt Marxiste de la chose. Le fils de bourgeois a de bien plus grande chance de réussir ses études que le fils de prolétaire. Le fils de prolétaire a de plus grande chance de baigner dans un obscurantisme archaïque que le fils de bourgeois ou d'érudit. 

Sur bien des aspect les sociétés Musulmanes ressemblent a ce qu'étaient les société occidentale il y a 150 ans

A propos du fait que le "machisme" soit néfaste pour les garçons et puisse expliquer que les filles soient en général plus sérieuse, c'est possible effectivement mais instinctivement je dirai comme JulFra que les garçons ont un coté "rebelle" plus développé. Une envie de se confronter à l'autorité.

En l'absence d'études sur le sujet, ça ne rime pas a grand chose de faire des hypothèses la dessus imo 

Edited by hassou

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, taamer a écrit :

C'est un peu le problème : tu mélanges les trolls avec les discussions sérieuses. Il y a des posteurs qui restent sérieux dans ce thread, c'est normal si on veut réfléchir ensemble à un sujet qui nous concerne tous.

Tamerlan a bien décrit ce qu'est la France, c'est un ensemble de gens qui aiment vivre en France et qui, par leur passé, par leurs actions et par celles de leur famille qui est issue d'aieuls de toutes les parties du monde, ont fait ce qu'il fallait pour venir y vivre et y rester en français. S'intégrer au sein des français, et chacun peut vivre comme il le souhaite dans la sphère privée : vois-tu là une absence de liberté ou une forme d'intolérance?

Mais non, tu y vois, je te cite, " "l'esprit français" sur la question du racisme". Mais de quel racisme parles-tu? Un racisme envers l'arabe? Mais de quoi parles-tu? J'essaie d'écouter les arguments et, de façon inconditionnelle, le fil rouge de la discussion mène à une plaie ouverte il y a plus de cinquante ans : comment la France a m**dé dans les grandes largeurs dans sa relation avec l'Algérie, jusqu'à être en guerre pendant huit ans, et être dans le déni complet de la situation puisqu'aujourd'hui encore, cette guerre n'a pas de nom.

A chaque époque, ceux qui voulaient faire payer à la France et aux français pour cette guerre, ont toujours été isolés et ont donc cherché à s'entourer d'autres personnes pour faire valoir leur cause. Dans les années 80, SOS-racisme, ils cherchaient l'unité des maghrébins, afin d'associer marocains et tunisiens à leur cause. Puis l'argument des anciennes colonies françaises et du regroupement familial est venu afin de chercher à associer les africains à leur cause. Puis l'argument du panarabisme a tenté d'associer à la cause de la Libye jusqu'à l'Arabie. Aujourd'hui, on en est à associer les musulmans à la cause. Musulmans d'Europe, musulmans d'Afrique, musulmans du Moyen-Orient. Et on ne peut que constater que personne ne cherche à rallier à cette histoire méditerranéenne les musulmans d'Inde ou d'Indonésie - autre géographie, autre culture, autre histoire.

Ce qu'a décrit Tamerlan est toujours valable. On est tous issus d'une immigration à un moment donné. Et on peut tous être français, vivre ensemble dans la sphère publique, et vivre à sa guise dans la sphère privée. Pour cela, il faut désirer cet objectif, et le réaliser. Ceux qui sont passés par là avant t'auront peut-être traité de rital, c'est le bizutage. En tout cas, cela n'a rien à voir avec les arguments de racisme, d'islamophobie, ou d'anticommunautarisme, que les médias assènent depuis trente ans.

 

Merci Taamer parce que tu résumes parfaitement ce qui est en cause, ce qu'effectivement je condamne et que tu justifies. Une république universelle n'est pas un simpleme pays dont on devrait respecter les us et coutumes. C'est un ensemble de lois générales faites pour les hommes sans distinction et non pas un système à étages en fonction des cultures de chacun.

Ceux à qui on oppose des obligations d'intégration ont souvent la même nationalité que les autres, ce qui doit conférer des droits égaux. Je ne comprends même pas qu'on puisse chercher à justifier toute logique de bizutage.

Le "débat" sur l'islam se veut l'expression de cette logique qui voudrait que les musulmans effacent leur identité culturelle pour être bien français. C'est hors de question et ça l'est d'autant plus que le droit dicte les principes à suivre. Les culturalistes, traditionalistes, nationalistes et j'en passe mènent un combat perdu d'avance. Paradoxalement la seule façon d'avancer consiste à se référer à des principes déjà établis mais qu'il convient de bien mettre en oeuvre.

Quant à mêler de cette façon la question de la réparation de la période coloniale et la question de l'égalité je te réponds que l'une ne doit pas être la condition de l'autre, sauf à vouloir le problème insoluble.

 

Edited by Goodcharly

Share this post


Link to post
Share on other sites

Personne ne dit que les musulmans sont incapables de brillantes études scolaires. Ni que la reproduction sociale ne fonctionne pas, dans toutes les sociétés et à toutes les époques.

Le problème est le même avec "les musulmans" qui galèrent à l'école qu'avec les chtis qui galèrent (cf. le livre d'Eddy Bellegueule par exemple) : comment tu exfiltres (comme une opération militaire) des gamins d'un environnement familial quasi-incompatible avec la réussite scolaire ? Cela suppose, en pure logique, un arrachement culturel perçu comme raciste ou néo-colonisateur dans le cas du musulman. D'où mon pessimisme.

Je ne sais pas si " Sur bien des aspect les sociétés Musulmanes ressemblent a ce qu'étaient les société occidentale il y a 150 ans" mais les sociétés occidentales ont choisi d'évoluer vers un mode de vie et des comportements différents. Le choix de la grande majorité des musulmans aujourd'hui tend vers une réislamisation de la vie publique et des modes de vie. En France comme ailleurs dans le monde.

Edited by tarace boulba

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, hassou a écrit :



Je ne pense pas que ce soit culturel, j'ai une lecture plutôt Marxiste de la chose. Le fils de bourgeois a de bien plus grande chance de réussir ses études que le fils de prolétaire. Le fils de prolétaire a de plus grande chance de baigner dans un obscurantisme archaïque que le fils de bourgeois ou d'érudit. 

 

This ! Ca n'a rien a voir avec la culture de ses aïeux.

Je suis né dans la ZUP Europe a St-Quentin (02) , une cité de 15000 habitants dans une ville paumée de 70000 habitants.

A l'époque, fin des années 1970, début 1980, le pourcentage de population d'origine immigrée (essentiellement Maghrébine et Portugaise) était relativement faible, je ne saurais être très précis sur ce point, mais en tout cas inférieur a 10%.

Il n'empêche que vu mes bons résultats scolaires en primaire, il a été vivement conseillé a ma mère de me faire apprendre le Russe en LV1 pour aller dans le collège du centre ville plutôt que dans celui de la cité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, hassou a écrit :

J'ai connu pas mal de Marocains venant de "grande familles" et ayant faire une partie de leurs études au Maroc qui étaient de très bons élèves.

Personne ne prétend qu'un magrébin musulman ne peut pas faire de grandes études, nous avons tous des exemples autour de nous qui le prouvent.
Pour en revenir au débat sur les femmes dans l'islam, les marocaines de l'élite viennent pour beaucoup travailler dans les grandes administrations françaises, car potentiellement bloquées dans leur évolution au pays, et pratiquent un islam zombie (mouton du marché pour l'aid, couscous en famille le dernier jour du ramadan, aucune prière, jean et sorties). J'apprécie ce modèle et ce qu'il apporte en terme d'ouverture culturelle sur le monde musulman.

Ma réaction est en revanche épidermique quand je suis confronté au prosélytisme et à l'activisme. J’espérais que nous n'en étions plus là en France vis-a-vis des religions. Cela fait malheureusement techniquement de moi un horrible islamophobe et franchement ça fait chi** mais bon, le fait que j'ai la même opinion au sujet de toutes les religions me rassure à titre personnel.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 36 minutes, hassou a écrit :

Je ne pense pas que ce soit culturel, j'ai une lecture plutôt Marxiste de la chose. Le fils de bourgeois a de bien plus grande chance de réussir ses études que le fils de prolétaire. Le fils de prolétaire a de plus grande chance de baigner dans un obscurantisme archaïque que le fils de bourgeois ou d'érudit. 

J'ai une vision plus génétique de la chose bien que je reconnais un impact à la culture.

Les bourgeois sont aussi bourgeois parce que ils avaient des prédispositions à l'être ou le devenir plus grandes que les prolétaires. Et ils ont refilé ces prédispositions à leur gosses.

Ce qui ne veut pas dire que des fils de prolo ne peuvent pas le devenir. (Je suis fils de prolo, et je gagne plus que la moyenne des français tout en étant plus jeune, et en vivant dans un trou pommé, donc ça devrait encore grimper). On peut grimper, mais c'est plus dur parce que en moyenne on est moins bon dans les qualité qui permette d'être des bourgeois.

Des fils de bourgeois peuvent également devenir des prolos selon le même principe.

A l'echelle d'un individu ça ne veut rein dire mais a l'echelle d'une population l'impact est statistiquement remarquable.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, tarace boulba a écrit :

comment tu exfiltres (comme une opération militaire) des gamins d'un environnement familial quasi-incompatible avec la réussite scolaire ? Cela suppose, en pure logique, un arrachement culturel perçu comme raciste ou néo-colonisateur dans le cas du musulman. D'où mon pessimisme.

C'est certes compliqué mais je suis pas payé pour chercher des solutions...  On a des Ministres et des hauts fonctionnaires qui sont compétents et qui sont payés pour réfléchir à ces questions. 

Le problème n'est pas de chercher des solution, le problème est que cela n'est pas considéré comme une priorité. On devrait parler que de ça. Mais on ne parle que du Burqini. 

Il faut une volonté politique. Il n'y en a pas. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, hassou a écrit :

C'est certes compliqué mais je suis pas payé pour chercher des solutions...  On a des Ministres et des hauts fonctionnaires qui sont compétents et qui sont payés pour réfléchir à ces questions. 

Le problème n'est pas de chercher des solution, le problème est que cela n'est pas considéré comme une priorité. On devrait parler que de ça. Mais on ne parle que du Burqini. 

Il faut une volonté politique. Il n'y en a pas. 

NVB a parlé de l'ABC de l'égalité pendant 4 ans, s'est tout pris sur la gueule dans l'indifférence générale de la gauche et des profs, et personne n'a ouvert le débat qu'elle a amené.

Au final, sa mesure la plus populaire aura été la lutte contre les Pokémons...

Edited by LadyGaza

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, tarace boulba a écrit :

 comment tu exfiltres (comme une opération militaire) des gamins d'un environnement familial quasi-incompatible avec la réussite scolaire ? Cela suppose, en pure logique, un arrachement culturel perçu comme raciste ou néo-colonisateur dans le cas du musulman. D'où mon pessimisme.

 

En investissant au moins autant sur les gosses a fort potentiel que sur les gosse a très faible potentiel (qui ont des profs spéciaux et des cours spéciaux).

Le race ou religion des gosses ne doit pas être pris en compte. Ils seront avec des gosses aussi performant qu'eux.

Edited by JulFRA63

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, hassou a écrit :

C'est certes compliqué mais je suis pas payé pour chercher des solutions...  On a des Ministres et des hauts fonctionnaires qui sont compétents et qui sont payés pour réfléchir à ces questions. 

Non mais tu es un citoyen donc tu peux réfléchir aux solutions qui sembleraient possibles.

Citation

Le problème n'est pas de chercher des solution, le problème est que cela n'est pas considéré comme une priorité. On devrait parler que de ça.

Je suis bien d'accord. Mais

A) Le corporatisme fonctionnaire est arrivé à faire admettre l'équation (valable pour tout service public) meilleur service = plus de moyens financiers.

B) La gauche ne peut simplement pas faire sa politique pour des raisons électoralistes malheureuses mais évidentes.

C) La droite et l'extrême-droite ne s'intéressent que très peu à l'éducation. Leur électorat parvenant à se frayer un chemin dans le système éducatif pour l'une, la question étant trop complexe et peu porteuse de voix pour l'autre.

 

il y a 9 minutes, JulFRA63 a écrit :

En investissant au moins autant sur les gosses a fort potentiel que sur les gosse a très faible potentiel (qui ont des profs spéciaux et des cours spéciaux).

Le race ou religion des gosses ne doit pas être pris en compte. Ils seront avec des gosses aussi performant qu'eux.

Ce qui est paradoxal aujourd'hui c'est que l'école massacre les deux extrêmes du spectre éducatif : les sous-éduqués et les élites. Les sous-éduqués ne doivent pas être reconnus comme tel au nom du racisme (ethnique ou social), l'élite n'existant pour ainsi dire plus malgré le maquignon des grandes écoles.

Edited by tarace boulba

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, tarace boulba a écrit :

Non mais tu es un citoyen donc tu peux réfléchir aux solutions qui sembleraient possibles.

Par exemple : un élève se faisant virer de son établissement scolaire ne doit pas réintégrer un autre établissement normal mais un établissement spécialisé.

Ça écrémera déjà pas mal tout en ciblant les plus gros degen.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, tarace boulba a écrit :

Ce qui est paradoxal aujourd'hui c'est que l'école massacre les deux extrêmes du spectre éducatif : les sous-éduqués et les élites. Les sous-éduqués ne doivent pas être reconnus comme tel au nom du racisme (ethnique ou social), l'élite n'existant pour ainsi dire plus malgré le maquignon des grandes écoles.

Y me semble que dans le scolaire, les élites, au sens de élèves ayant les meilleurs performances, pas de fils de la haute ayant de meilleurs profs, sont quand même bien moins privilégié que les sous éduqués dans les investissement des écoles.

Je suis pas contre le fait qu'on aide ceux qui sont à la traine. Mais quand on freine la tête c'est pas ce qui pousse à la performance le groupe.

 

Il me semble aussi très important de réduire les taxes sur le travail. C'est comme le rake au poker, quand il est trop haut il n'y a plus de gagnant. Si tu veux que des pauvres ou des immigrés arrivaient sans rien puisse grimper l'echelle social il faut arreter de leur prendre ce qu'ils mettent de coté.

Edited by JulFRA63

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Goodcharly a écrit :

Merci Taamer parce que tu résumes parfaitement ce qui est en cause, ce qu'effectivement je condamne et que tu justifies. Une république universelle n'est pas un simpleme pays dont on devrait respecter les us et coutumes. C'est un ensemble de lois générales faites pour les hommes sans distinction et non pas un système à étages en fonction des cultures de chacun.

Ceux à qui on oppose des obligations d'intégration ont souvent la même nationalité que les autres, ce qui doit conférer des droits égaux. Je ne comprends même pas qu'on puisse chercher à justifier toute logique de bizutage.

Le "débat" sur l'islam se veut l'expression de cette logique qui voudrait que les musulmans effacent leur identité culturelle pour être bien français. C'est hors de question et ça l'est d'autant plus que le droit dicte les principes à suivre. Les culturalistes, traditionalistes, nationalistes et j'en passe mènent un combat perdu d'avance. Paradoxalement la seule façon d'avancer consiste à se référer à des principes déjà établis mais qu'il convient de bien mettre en oeuvre.

Quant à mêler de cette façon la question de la réparation de la période coloniale et la question de l'égalité je te réponds que l'une ne doit pas être la condition de l'autre, sauf à vouloir le problème insoluble.

 

Je ne comprends pas tout ce que tu écris ici. L'intégration française c'est parler français et vivre en France et être français (une seule nationalité). Chez soi, chacun fait ce qu'il veut, mange ce qu'il veut, parle les langues qu'il veut, prie qui il veut, s'habille comme il veut. Basque, breton, corse, occitan, chinois, italien, polonais, portugais, etc. etc. etc. Et si quelqu'un n'accepte pas ce principe, il peut aller voir ailleurs si une autre culture lui convient mieux. Tu veux vivre français et complètement intégré? Les exemples ne manquent pas. Tu veux vivre français et avec tel ou tel degré de vie communautaire? Les exemples ne manquent pas non plus (auvergnats, corses, chinois, etc.). Tu veux vivre pas intégré du tout et rester complètement dans ta culture ancestrale? Si ta culture est nippone, vis au Japon, mais tu ne vivras pas ainsi en France (en dehors de ton espace privé).

Le débat sur l'Islam n'a rien à voir avec la société française - ce même débat a lieu en Grande Bretagne (anglais immigrés du Pakistan), en Allemagne (allemands immigrés de Turquie) et dans de nombreux pays (à majorité musulmane) du monde (hétérogénéité politique, lutte politique et idéologique entre sunnites et chiites, etc. ). Si je voulais faire un débat sur les religions en France, la première chose que je remettrais en question est le concordat d'Alsace-Moselle.

Tu sembles dire qu'on ne vit pas dans un pays où tout le monde a les mêmes droits. De quoi parles-tu : un français a-t-il moins de droits qu'un autre français selon... selon quoi? la peau? la santé? la richesse? le sexe? l'âge? le nombre d'enfants? les diplômes? selon le bon vouloir de la personne qui distribue le cachet de l'administration, laquelle personne peut prendre en grippe n'importe qui parce qu'elle s'est levée du pied gauche le matin? selon la corruption? selon l'étiquette politique?

Tout complément de ta part est bienvenu.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, taamer a écrit :

Je ne comprends pas tout ce que tu écris ici. L'intégration française c'est parler français et vivre en France et être français (une seule nationalité). Chez soi, chacun fait ce qu'il veut, mange ce qu'il veut, parle les langues qu'il veut, prie qui il veut, s'habille comme il veut. Basque, breton, corse, occitan, chinois, italien, polonais, portugais, etc. etc. etc. Et si quelqu'un n'accepte pas ce principe, il peut aller voir ailleurs si une autre culture lui convient mieux. Tu veux vivre français et complètement intégré? Les exemples ne manquent pas. Tu veux vivre français et avec tel ou tel degré de vie communautaire? Les exemples ne manquent pas non plus (auvergnats, corses, chinois, etc.). Tu veux vivre pas intégré du tout et rester complètement dans ta culture ancestrale? Si ta culture est nippone, vis au Japon, mais tu ne vivras pas ainsi en France (en dehors de ton espace privé).

Le débat sur l'Islam n'a rien à voir avec la société française - ce même débat a lieu en Grande Bretagne (anglais immigrés du Pakistan), en Allemagne (allemands immigrés de Turquie) et dans de nombreux pays (à majorité musulmane) du monde (hétérogénéité politique, lutte politique et idéologique entre sunnites et chiites, etc. ). Si je voulais faire un débat sur les religions en France, la première chose que je remettrais en question est le concordat d'Alsace-Moselle.

Tu sembles dire qu'on ne vit pas dans un pays où tout le monde a les mêmes droits. De quoi parles-tu : un français a-t-il moins de droits qu'un autre français selon... selon quoi? la peau? la santé? la richesse? le sexe? l'âge? le nombre d'enfants? les diplômes? selon le bon vouloir de la personne qui distribue le cachet de l'administration, laquelle personne peut prendre en grippe n'importe qui parce qu'elle s'est levée du pied gauche le matin? selon la corruption? selon l'étiquette politique?

Tout complément de ta part est bienvenu.

A défaut de complément je peux expliciter: il n'y a pas, en droit positif et dans les principes de philosophie politique traduits dans la constitution et les textes fondamentaux, l'idée que la citoyenneté est associée à une culture. Au contraire de nombreux modèles, la France se veut une démocratie et une république universelle.  L'idée qu'il faudrait "vivre français" est populaire mais elle est fausse. On vit comme on veut et tout ce qui vient remettre en cause ce principe est largement problématique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On va quand même attendre la confirmation d'un des nouveaux grands théologiens dont la section a accouché récemment.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Goodcharly a écrit :

Tout est simple comme 2+2 c'est ça?

Non si c'était aussi simple on aurait le droit de se foutre de la gueule des pratiquants, et eux au lieu de chialer au CRIF et au CCFMF et autres acronymes ils rigoleraient avec nous autour du fameux combo bière-saucisson-cacahuètes

 

La on est interdit de dire la vérité pour pas casser des culs et des esprits fragiles

Edited by Mrpropre World Peace

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non mais la religion c'est comme la cantine de l'armée,t'en as fait une tu les as toutes faites..

Edited by PapaSteve

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Mrpropre World Peace a écrit :

Non si c'était aussi simple on aurait le droit de se foutre de la gueule des pratiquants, et eux au lieu de chialer au CRIF et au CCFMF et autres acronymes ils rigoleraient avec nous autour du fameux combo bière-saucisson-cacahuètes

 

La on est interdit de dire la vérité pour pas casser des culs et des esprits fragiles

Quelles vérités n'as-tu pas le droit de dire par exemple ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×