Jump to content
This Topic
redundo

La progression du Jihad

Recommended Posts

La fable des rebelles modérés et de la révolte pacifique... 

Dire qu'il y a eu des gens pour croire ça et qu'encore maintenant c'est tjr le cas pour les plus fanatisé.

 

Quand la guerre sera fini, on verra que Bachar sera réélu avec un score de 75%+ et malgré qu'il y aura la présence d'observateurs internationaux pour la bonne tenue des élections, on en dira pas un mot dans nos médias.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Argento a écrit :

La fable des rebelles modérés et de la révolte pacifique... 

Bah oui c'est la guerre... tu veux dire qu'avant la guerre personne n'était modéré non plus?

Pourtant Bachar est un démocrate modèle et le dialogue passait bien avec tous! J'imagine que tout le monde discutait autour d'un thé de façon modérée aussi bien les kurdes que les frères musulmans etc. Un petit paradis quoi!

J’espère que t'as passé de bonnes vacances bien modérées ;)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Argento a écrit :

La fable des rebelles modérés

Envie de vomir à chaque fois que tu écris ça. Sérieux, change un peu de sources, mate les docs tournés en Syrie, toutes ces pauvres familles bloquées entre Daesh, Assad, et d'autres. Arrête de vouloir nous ressortir le couplet "soit on est un terroriste soit on est pro Bachar", c'est ecoeurant franchement. Tu nies l'existence (et le bien) de millions de syriens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

boah c'est la guerre hein, y'a des atrocités.

ça m'étonnera toujours ceux qui se pâment comme des pucelles lorsqu'ils se rendent compte que la guerre c'est dégueulasse.

Ce qui par contre est gênant là dedans c'est de considérer les rebelles "modérés" potes des US comme des "gentils", parés de toutes les vertus et les pro-Assad/pro-Russes comme des "méchants" coupables de toutes les atrocités.

Edited by tiresias

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, fonkyboy a écrit :

Envie de vomir à chaque fois que tu écris ça. Sérieux, change un peu de sources, mate les docs tournés en Syrie, toutes ces pauvres familles bloquées entre Daesh, Assad, et d'autres. Arrête de vouloir nous ressortir le couplet "soit on est un terroriste soit on est pro Bachar", c'est ecoeurant franchement. Tu nies l'existence (et le bien) de millions de syriens.

Bah on verra, moi je te dis je suis sur qu'il sera réélu haut la main. Personne a dit que Bachar c'était impeccable, mais est ce que chez nous c'est impeccable... c'est peut être l'un des derniers pays de la région où la société est bien plus tolérante par rapport aux voisins et c'est pas pr rien qu'on a jamais vu les populations fuir les zones gouvernementales pr aller vers les djiadistes libérateur de la soit disant oppression du régime syrien... C'est même plutôt l'inverse, j'ai pas vu le régime de Bachar mettre des civiles en cage en guise de bouclier humain.

 

Ces familles bloquées entre daech et Assad ? Ok donc ils veulent changer la Syrie depuis l'étranger, ça va être vachement efficace. Depuis le début les médias occidentaux dépeigne Assad comme un dictateur sanguinaire afin d'avoir le consentement des opinions publiques à la guerre mais quand le retour du réel reviendra tel un boomerang dans la tronche des occidentaux car les russes ne lâcheront pas, et bien on verra que tout ça c'était juste de la comm.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Argento a écrit :

Ces familles bloquées entre daech et Assad ? Ok donc ils veulent changer la Syrie depuis l'étranger

C'est ça le problème. Pour toi on est pro Assad, ou pro terroristes (daesh, al nosra, tous les groupes de tarés). Sauf que, tu les fais passer où tous les autres millions de syriens qui n'ont pas fui et qui ne sont pas dans ces deux groupes? Et comment tu peux dire que Bachar n'est pas un dictateur sanguinaire, quand à l'aide des russes il lâche des tonneaux de produits chimiques sur les quartiers populaires, quand il laisse son allié bombarder des hopitaux dans son pays?

 

Il faut avoir de vraies oeillères pour résumer le confilt à Bachar vs Daesh. 

 

Et concernant les parties belligérantes, je sais que tu penses que l'ASL n'existe pas, mais qu'est ce que tu penses de cet article? 

Spoiler

14 mars 2016 | Par René Backmann

Incarnation depuis 2011 du nationalisme arabe et d’un projet démocratique, l’Armée syrienne libre, contrainte de se battre contre l’armée d'Assad et contre Daech, n’a cessé de perdre de l’influence. Sous les coups du régime, des Russes et des groupes djihadistes, elle perd des positions sur le champ de bataille. La trêve en cours lui permettra-t-elle de survivre ?

Alors que la révolte syrienne entre cette semaine dans sa sixième année, l’Armée syrienne libre (ASL), qui fut dès juillet 2011 le premier groupe à prendre les armes contre le régime de Bachar al-Assad, est jour après jour confinée dans une position de plus en plus marginale sur le terrain militaire. Au point d’être menacée d’effacement politique et diplomatique.

Composée à l’origine d’officiers et de soldats déserteurs, de conscrits en permission qui avaient choisi la rébellion et de volontaires, militaires de réserve ou non, elle affirmait alors s’inscrire dans l’héritage du nationalisme arabe tout en défendant un projet démocratique que le clan Assad et le parti Baas avait trahi. Symboliquement, c’est d’ailleurs le vieux drapeau vert, blanc et noir, celui de la Syrie mandataire, mais aussi celui de la république syrienne avant le règne du Baas et des Assad, que l’ASL avait choisi pour emblème. Les trois couleurs représentant les trois dynasties historiques – fatimides, omeyyades et abbassides – et les trois étoiles, les minorités chrétienne, druze et alaouite.

La première année d’existence de l’ASL semblait témoigner d’un soutien populaire réel. Dès le printemps 2012, ses dirigeants revendiquaient l’existence de brigades affiliées à l’ASL dans 10 des 14 gouvernorats du pays. Et ils pouvaient annoncer qu’ils venaient de mettre en place un commandement conjoint rassemblant les chefs de ces brigades régionales dont l’effectif global était évalué à près de 100 000 hommes. Une véritable petite armée, donc. Ses chefs déploraient, à chaque rencontre avec des diplomates ou des militaires étrangers, l’armement nettement insuffisant. Composé à l’origine de fusils d’assaut kalachnikov achetés à des militaires de l’armée régulière, ou récupérés lors de combats, il avait été complété par des lance-grenades RPG-7, des fusils-mitrailleurs, des mitrailleuses, mais manquait cruellement d’armes lourdes : mortiers, canons, missiles anti-chars et anti-aériens.

Grâce au financement du Qatar, de l’Arabie saoudite, de la Turquie et de riches expatriés syriens, une partie de cet armement lourd au moins avait été achetée en Libye, et acheminée jusqu’au champ de bataille par des avions croates via la Turquie et la Jordanie. Mais dès octobre 2012, les responsables de l’ASL notaient qu’ils ne recevaient que 7 à 8 % du pactole mis à la disposition de la rébellion syrienne par les monarchies du Golfe. Le reste était dispersé entre les multiples organisations armées salafistes ou djihadistes qui avaient fait entretemps leur apparition sur le terrain.

Sélim Idriss, chef de l'ASL avant d'être limogé en février 2014. © Reuters

L’effectif originel de l’ASL avait-il été surévalué ? La faiblesse de son armement et la modestie de ses moyens financiers avaient-elles déjà découragé une partie de ses combattants ? Au cours de l’été 2013, son commandant en chef Sélim Idriss admettait ne pas disposer de plus de 80 000 combattants, dont 50 000 à 60 000 seulement étaient actifs sur le terrain. À l’automne de la même année, selon les observations d’un expert étranger, deux brigades de l’ASL seulement, « Les petits-fils du prophète » et « le Front des hommes libres de Syrie », conservaient une ampleur nationale.

Nettement mieux armés, offrant des soldes régulières et confortables à leurs combattants au point d’attirer ceux de l’ASL, les groupes armés salafistes et djihadistes, beaucoup plus généreusement et régulièrement soutenus par Riyad et les monarchies du Golfe, se montraient aussi souvent militairement supérieurs. En décembre 2013, les combattants de l’ASL s’étaient ainsi montrés incapables de protéger leurs bureaux et leurs entrepôts de Bab Al-Hawa, à la frontière turque, attaqués et pillés par les salafistes du Front islamique. Ils avaient en même temps perdu le contrôle de leurs positions à Homs, au centre, et Idlib, au sud-ouest d’Alep.

Alors que, sur le terrain militaire, l’ASL perdait manifestement pied et que ses effectifs combattants ne cessaient de fondre, l’irruption sur le champ de bataille de l’organisation État islamique (Daech) qui venait de prendre Mossoul et Raqqa a semblé, selon plusieurs observateurs, lui avoir porté un coup dont elle ne s’est jamais remise. « Nous nous battons désormais sur deux fronts, contre le régime de Bachar et contre l’État islamique », admettait en août 2015 Mustapha Abou Zayed, porte-parole de l’ASL.

« Malgré une augmentation et une amélioration de l’aide militaire des États-Unis, qui ont accepté de fournir des missiles anti-chars Tow, explique Ziad Majed, professeur à l’Université américaine de Paris et spécialiste du conflit syrien, l’ASL est entrée depuis plusieurs années dans une phase de fragmentation dont elle n’est jamais sortie. La structure de coordination a disparu et l’armée s’est transformée en une multitude de brigades régionales ou locales, souvent commandées par des chefs autoproclamés réticents à toute ingérence extérieure. Et pas toujours compétents et rigoureux en matière de gestion des ressources. À cela se sont ajoutés, au sein de nombre d’unités, des conflits ouverts entre anciens militaires professionnels, qui invoquent leurs compétences pour discuter des choix opérationnels ou revendiquer des responsabilités et les combattants improvisés qui se considèrent comme les seuls authentiques révolutionnaires et refusent d’obéir à des hommes qui ont autrefois servi Bachar. »

Sous les coups de l'armée russe

« Cela ne signifie pas que l’ASL n’existe plus, comme on le dit parfois, ajoute Ziad Majed, mais qu’elle a perdu du terrain, c’est vrai, et des hommes. Ses effectifs seraient aujourd’hui d’environ 30 000 hommes. Mais elle a conservé une influence diplomatique et une certaine légitimité politique. Elle sera représentée au sein de la délégation syrienne à la conférence de Genève et c’est son drapeau que brandissent, depuis l’instauration de la trêve, les manifestants qui réclament, dans les rues de certaines villes de Syrie, un avenir démocratique pour leur pays. »

Des rapports publiés en 2013 par Amnesty International et Human Rights Watch accusent certaines unités de l’ASL d’avoir exécuté sommairement des prisonniers, pratiqué la torture et eu recours à des enfants-soldats. Violations sans commune mesure avec celles perpétrées par le régime, mais réelles et tout aussi inacceptables.

Sur le champ de bataille, aux dires des familiers du terrain, l’ASL a aussi subi de plein fouet à partir d’octobre dernier les frappes aériennes russes et les offensives terrestres de l’armée syrienne, de ses alliés du Hezbollah et des miliciens afghans, entraînés par l’Iran et coordonnés sur le terrain par les conseillers russes. Elle n’existe plus aujourd’hui de manière significative que dans la ville d’Alep, dans le nord de la province du même nom, à Azaz et Marea, au voisinage de la frontière turque, dans la région de Damas, où elle aurait conclu une alliance tactique avec « l’Armée de l’islam » forte de ses soutiens qataris et saoudiens, et surtout au sud, près de la Jordanie, autour de Dar’a, qui fut en 2011 « l’étincelle de la révolution » et reste sa dernière place forte, adossée à la Jordanie, où sont formés et armés par les Occidentaux une partie de ses combattants.

Bombardements russes dans la province d'Idlib. L'ASL reste une cible régulière des Russes. © Reuters

« Il faut l’admettre, confie un conseiller français qui a travaillé en Jordanie et en Turquie au sein du groupe de coordination de l’aide internationale à l’opposition armée syrienne, les performances militaires de l’ASL sont globalement décevantes. Elle a perdu en cinq ans trop de positions et d’hommes, morts, mais aussi partis en exil ou passés à des organisations armées concurrentes, pour demeurer militairement crédible. Par ailleurs, on peut admettre qu’elle ait besoin, pour des raisons tactiques, de conclure des alliances ou de coordonner ses actions, contre tel ou tel objectif, avec un ou des groupes salafistes ou djihadistes. Ce qui ne peut pas être admis c'est la porosité incontrôlée, le transfert d’armes, de matériel vers les groupes islamistes pour des raisons financières. »

« C’est pour cette raison, ajoute le conseiller français, que les États-Unis ou les Européens ont toujours refusé de lui livrer des missiles sol-air, qui auraient pourtant été très utiles contre les hélicoptères ou les avions lanceurs de barils explosifs : personne n’avait envie de voir un missile sol-air tomber entre les mains de la branche locale d’Al-Qaïda ou de l’État islamique. Lorsque nous avons livré des missiles anti-chars aux combattants de l’ASL que nous avons formés en Jordanie, les groupes qui étaient sélectionnés pour les utiliser au combat étaient également chargés de filmer en vidéo l’utilisation du missile. Ce qui nous permettait à la fois de vérifier que la cible avait bien été détruite et que les armes n’avaient pas été revendues à un autre groupe plus riche. »

Selon une source américaine, les conseillers des forces spéciales américaines et de la CIA qui ont fourni, via la Turquie, les missiles Tow à l’ASL ont pris les mêmes précautions. Cette prudence en dit long sur le degré de confiance qui régnait entre fournisseurs et utilisateurs des armes. Il en va de même d’ailleurs pour les livraisons d’argent liquide. L’absence de coordination et de hiérarchie entre les multiples groupes qui constituent aujourd’hui l’ASL rend très difficile le suivi du financement. Ce qui a permis il y a quelques mois à un responsable local de l’ASL, affolé par les bombardements russes, de s’enfuir en Turquie avec une bonne partie des fonds destinés à sa brigade.

Conscients de la situation financière difficile de certains groupes armés et de leurs combattants, des émissaires américains – mais aussi russes – ont d’ailleurs entrepris de distribuer de confortables primes aux brigades les plus belliqueuses pour qu’elles respectent la trêve : ce qui devrait aider à prolonger le cessez-le-feu et permettre aux diplomates de négocier à Genève, libérés de la pression des combats.

Ces « incitations » n’ont cependant pas suffi au cours des derniers jours à empêcher quelques accrochages, qui révèlent autant l’instabilité de la situation militaire que le caractère local, voire villageois de certains épisodes de cette guerre. Près d’Alep, les munitions et le matériel entreposés par la division Sultan Mourad de l’ASL, entraînée en Turquie, ont été volés par un groupe appartenant au puissant mouvement Nour Al-Din Al-Zenki, armé par Washington. En principe, les deux groupes armés combattent côte à côte au sein de l’Armée d’Alep. « Il s’agissait qu’une simple querelle personnelle », a expliqué un responsable de Nour Al-Din Al-Zenki.

À Kabana, à 10 kilomètres au sud-ouest de Jisr Al-Shougour, près d’Idlib, les combattants locaux de l’ASL, en majorité turkmènes, sont passés à l’offensive aux côtés du Front Al-Nusra, branche syrienne d’Al-Qaïda, contre l’armée syrienne et ses conseillers russes qui tentaient de profiter de la trêve pour renforcer leurs positions autour de Lattaquié. Près de Dar’a, au sud du pays, Oufi al-Qaed, commandant du groupe « Armée de Yarmouk » affiliée à l’ASL, a été tué au cours d’une embuscade alors qu’il circulait sur une route considérée comme sûre par l’ASL.

Aucun de ces accrochages et des nombreux autres constatés sur le terrain par les journalistes et blogueurs syriens n’a été considéré comme une véritable rupture de la trêve. Comme si après cinq années de boucherie sanglante et de détresse absolue, les responsables de ce qui reste de l’ASL entendaient, à l’image de la plupart de leurs compatriotes, prolonger autant que possible cette fausse paix, fragile et provisoire. En attendant qu’à Genève ou ailleurs surgisse une solution pour mettre un terme à leur cauchemar.

https://www.mediapart.fr/journal/international/140316/syrie-marginalisee-l-armee-syrienne-libre-accumule-les-defaites

On les évalue à 30 000, soit le même effectif que Daesh actuellement. Du coup on nie aussi Daesh? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Citation

 

Existence réelle et indépendance vis-à-vis des groupes djihadistes[modifier | modifier le code]

En mars 2013, le chercheur suédois Aron Lund publie un article dans lequel il affirme que l'Armée syrienne libre n'existe pas en tant que telle, mais fut à l'origine « a branding operation » (une opération de nom de marque), avançant que la plupart des brigades se sont réclamées de l'ASL sans être réellement sous son commandement et que le nom d'Armée syrienne libre sert davantage à distinguer les brigades non-idéologiques des groupes djihadistes. Il affirme par ailleurs que les premiers commandants étaient sous tutelle turque, sans possibilité de fonctionner en toute autonomie140,141. Le Belge Koert Debeuf, représentant au Proche-Orient du groupe libéral au Parlement européen, réagit vivement contre cette analyse. Aron Lund précise alors que la problématique abordée dans son article était que parmi les porte-parole ou les dirigeants de l'Armée syrienne libre sur lesquels s'appuient les médias, peu d'entre eux représentent un segment important des combattants sur le terrain142.

L'universitaire Thomas Pierret indique en 2013 : « Le problème est que la situation est très variable d’une région à l’autre : dans certaines zones, l’ASL est une coquille vide, dans d’autres, comme à Damas, elle est structurée et serait sûrement en capacité de prendre la main si la situation le permettait »143.

Malik al-Kurdi, le second du général Riad el Asaad, déclare en août 2013 :

« L’ASL n’est plus qu’un nom. Certaines katibas [unités de combattants] s’en revendiquent, mais cela ne veut pas dire qu’elles suivent l’état-major. [...] les groupes, même sous la bannière de l’ASL, font ce que bon leur chante. En outre, beaucoup d’entre eux quittent publiquement ou non l’ASL pour rallier les groupes dits islamistes »34.

En décembre 2013, l'universitaire Fabrice Balanche indique : « L'ASL n'a jamais vraiment existé. Il y a eu un état-major composé d'une cinquantaine de généraux déserteurs, majoritairement réfugiés en Turquie. On parlait d'armée organisée, ce n'était rien de tout cela, c'était du vent »4.

En février 2014, Le Monde affirme : « Plusieurs brigades, islamistes et non islamistes, continuent [...] de se réclamer de l'ASL, qui désigne désormais plus la rébellion qu'une coalition bien structurée »47.

Pour Frédéric Pichon, chercheur et spécialiste de la Syrie, l'ASL n'existe pas et a toujours entretenu des liens étroits avec salafistes et djihadistes. Il précise qu'elle collabore également avec Al Qaïda144.

En mars 2016, l'universitaire Ziad Majed dément la disparition de l'ASL et considère plutôt qu'elle « est entrée depuis plusieurs années dans une phase de fragmentation dont elle n’est jamais sortie. La structure de coordination a disparu et l’armée s’est transformée en une multitude de brigades régionales ou locales, souvent commandées par des chefs autoproclamés réticents à toute ingérence extérieure. Et pas toujours compétents et rigoureux en matière de gestion des ressources »8.

Thomas Pierret indique en août 2016 :

« L’ASL n’est plus une structure de coordination comme elle l’a été. Aujourd’hui, quand on parle d’ASL, c’est pour évoquer un label qu’un certain nombre de groupes endossent, en se désignant eux-mêmes Armée syrienne libre. Ce sont en majorité des groupes parrainés par la coalition regroupant différents États de la région ainsi que les États-Unis, et qui reçoivent leur aide logistique. [...] l’Armée syrienne libre ne représente plus du tout un commandement unifié. »145

 

 

 

Dans le meme article de wikipedia très bien documenté il est joint un sondage décliné par zone décrivant la perception de l'asl par les populations locales selon quelles soient sous le régime d'assad ou d'isis ou de je ne sais quoi.

 

Le seul débat qui fasse sens à l'heure actuel n'est pas de savoir ce que l'asl défend, puisque l'asl n'est plus considérée comme une armée depuis des années contrairement à ce que certains peuvent écrire; mais est ce que l'asl a été une armée "modérée'" lorsque les occidentaux leur ont donné des armes.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Armée_syrienne_libre

 

Dans ce thread se trouve de multiples références à des etudes faites en angleterre comme en suède comme aux usa sur le sujet par des chercheurs reconnus. Certains d'entre eux sont cités dans cet article. 

 

 

 
Edited by jou0eur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et les kurdes du rojava qui défoncent daesh et qui sont en train de faire une révolution sociale multiconfessionnelle et progressiste, et qui ne soutiennent pas bachar, c'est aussi des terroristes islamistes?

"Quand la guerre civile a commencé en Syrie, le mouvement kurde n’a pas voulu s’allier à l’opposition. Il soutenait bien évidemment l’opposition démocratique, celle qui misait sur une sortie de crise politique et pas sur une escalade de la violence. Mais il voyait aussi que les forces d’opposition étaient soutenues par la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar et les pays occidentaux. C’est pour ça que le mouvement kurde a décidé de prendre une troisième voie.

Du point de vue militaire, les forces combattantes d’autodéfense kurdes sont allées encercler les casernes du régime et leur ont dit : soit vous partez, soit on vous combat. Souvent, les soldats du régime se sont retirés relativement pacifiquement, pensant que les forces kurdes n’allaient pas combattre aux côtés de l’Armée syrienne libre"

http://www.bastamag.net/En-Syrie-une-experience-de-democratie-directe-egalitaire-et

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, LadyGaza a écrit :

On (Asselineau et Soral) a expliqué à Argento qu'une guerre c'était deux camps. Du coup la Syrie c'est deux camps (le bien et le mal obv).

LoL, ptin toi t'es vraiment un sacré, évidemment que dans une guerre il n'y a que 2 camps... bon bref t'es une cause perdue.

Il y a 2 heures, fonkyboy a écrit :

C'est ça le problème. Pour toi on est pro Assad, ou pro terroristes (daesh, al nosra, tous les groupes de tarés).

Tu simplifies trop, on peut être pro Assad dans le conflit pour des raisons évidente de fin de conflit mais pas être pour la politique d'Assad, alors que l'inverse, être pr les terroristes et leur politique c'est évidemment impossible. Je me doute que tu n'es pas pour que Daech gagne la guerre, mais indirectement soutenir la coalition dont la France fait partie sous entend en définitive être pr la déstabilisation de la région, et l'élément perturbateur est le djiadisme complètement financé de l'extérieur.

Il y a 2 heures, fonkyboy a écrit :

 Et comment tu peux dire que Bachar n'est pas un dictateur sanguinaire, quand à l'aide des russes il lâche des tonneaux de produits chimiques sur les quartiers populaires, quand il laisse son allié bombarder des hopitaux dans son pays?

lol tu en es encore à cette histoire d'arme chimique, ça a été complètement debunké cf thread sur la Syrie. Par contre encore il y a peu des islamistes ont fait une attaque au gaz à Alep, bon la bizarrement ça n'a pas fait les gros titre de toutes les presses mondiale.  

Tu es le cas typique du type qui croit la propagande occidentale : au mythe de la guerre propre (ce concept date de la 1ere guerre d'Irak en 90 et des frappes dites chirurgicales...) faite par les occidentaux (nous) en opposition à la guerre sale (les autres) des russes, du gouvernement syrien etc, tout ça est fabriqué de toute pièce, la guerre c'est forcément horrible, il y a des morts, des injustices etc, c'est le lot quotidien de la guerre, le mieux c'est de ne pas être pour, ce qui est ma position. Depuis le début je pense qu'on aurait du tout faire pr éviter le conflit, et ne surtout pas armer l'opposition et peser de tout notre poids pr que ça n'arrive pas.

Il y a 2 heures, fonkyboy a écrit :

Sauf que, tu les fais passer où tous les autres millions de syriens qui n'ont pas fui et qui ne sont pas dans ces deux groupes?

La majorité de la Syrie c'est celle qui crève sur le champ de bataille et leur famille, c'est une armée de conscrits qui se bat depuis plus de 5 ans face à des types armés jusqu'au dent qui ont sans cesse des approvisionnements extérieur tant en hommes qu'en matériel, plus personne ne pense aujourd'hui qu'on est dans une guerre civile tellement le nombre d'étrangers en Syrie venant des 4 coins du monde est énorme, c'est une agression mené depuis l'étranger par des étrangers. La Syrie dite utile c'est 80% de la population avant la guerre, je sais pas combien il reste de syrien fidèle au djiadiste en zone daech, al nosra etc mais ça doit vraiment être que dal.

 

Le peuple libyen n'était pas derrière Khadafi, ça a duré même pas 6 mois, sans le soutient de l'armée et donc du peuple qui la compose, Assad aurait eu le même sort que Khadafi ou Saddam, comparaison n'est pas raison.

 

Concernant ton ASL, as tu lu ton article, parce que c'est de la grosse m**de, désolé de te le dire :

Citation

Grâce au financement du Qatar, de l’Arabie saoudite, de la Turquie

C'est vrai qu'il est de notoriété public que ces pays là sont les grand défenseurs des droits de l'homme si cher à l'occident et qu'ils sont également les principaux défenseur de la veuve et de l'orphelin, rassure moi tu ne crois pas à ce genre de troll ?

L'ASL tlm en parle, personne ne les a jamais vu, en conférence genève 1 et 2, le gouvernement syrien c'est tjr plaint qu'il n'y avait aucun interlocuteur hormis des diplomates étranger, en effet c'est un peu embêtant pr des types qui se prétendent être à l'origine de la guerre, pas un syrien dans cette organisation fantoche hormis peut être des vieux types expat depuis 20 ans qui sont pas sur le terrain, hyper crédible...

 

M'enfin comme tjr, fallait bien que des pauvres loulou (on s'en fou qu'ils existent ou pas) soit opprimés mais du moment qu'on pense qu'ils luttent vaillamment, tout ça c'est du story telling digne d'un mauvais film holywoodien. Au passage, c'est qui de chez médiapart qui c'est rendu en Syrie pr compter les 30k combattants, ah ué personne zut !

il y a une heure, laptit99 a écrit :

Et les kurdes du rojava qui défoncent daesh et qui sont en train de faire une révolution sociale multiconfessionnelle et progressiste, et qui ne soutiennent pas bachar, c'est aussi des terroristes islamistes?

Ils poursuivent leur propres intérêts : former un Kurdistan, si on respecte le droit international, on ne peut être que contre, parce que sinon n'importe quel organisation ou pays finance quelques dégénéré et sous prétexte de se défendre, les corses, basques ou bretons demande à faire indépendance en emportant un bout du pays d'origine au passage, non au dépeçage, surtout quand c'est organisé et planifié. Pis faut pas oublier que la Turquie est encore moins favorable à cette idée que la Syrie ou l'Irak au passage.

Edited by Argento

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 30 minutes, Argento a écrit :

Ils poursuivent leur propres intérêts : former un Kurdistan, si on respecte le droit international, on ne peut être que contre, parce que sinon n'importe quel organisation ou pays finance quelques dégénéré et sous prétexte de se défendre, les corses, basques ou bretons demande à faire indépendance en emportant un bout du pays d'origine au passage, non au dépeçage, surtout quand c'est organisé et planifié. Pis faut pas oublier que la Turquie est encore moins favorable à cette idée que la Syrie ou l'Irak au passage.

Organisé et planifié par qui? Toi qui dans mes souvenirs soutenais le fait que l'Ecosse puisse être une nation indépendante, tu penses que le peuple kurde oublié dans les découpages des impérialistes occidentaux et divisé entre la Syrie, la Turquie et l'Irak n'en a pas le droit? ou alors c'est leur projet de société qui te dérange? Ou tu penses qu'al assad agit plus dans l'intérêt général que les révolutionnaires kurdes?

 

Et par ailleurs tu as mal compris la citation je pense. Ils ne se sont pas alliés à la "première rébellion" en Syrie (même s'ils ne soutenaient pas al assad) justement du fait de l'ingérence occidentale, saoudienne et turque.

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Argento

 

il y a 11 minutes, Argento a écrit :

évidemment que dans une guerre il n'y a que 2 camps.

Ben non, cf la guerre de Yougoslavie.

 

il y a 12 minutes, Argento a écrit :

Tu simplifies trop, on peut être pro Assad dans le conflit pour des raisons évidente de fin de conflit mais pas être pour la politique d'Assad, alors que l'inverse, être pr les terroristes et leur politique c'est évidemment impossible. Je me doute que tu n'es pas pour que Daech gagne la guerre, mais indirectement soutenir la coalition dont la France fait partie sous entend en définitive être pr la déstabilisation de la région, et l'élément perturbateur est le djiadisme complètement financé de l'extérieur.

On a le droit aussi de vouloir ni daesh, ni Bachar. Et tu devrais respecter ça. 

 

il y a 13 minutes, Argento a écrit :

lol tu en es encore à cette histoire d'arme chimique, ça a été complètement debunké cf thread sur la Syrie. Par contre encore il y a peu des islamistes ont fait une attaque au gaz à Alep, bon la bizarrement ça n'a pas fait les gros titre de toutes les presses mondiale.

Ouais c’était pas chimique je te l'accorde, mais comme les explosifs qu'ils balancent depuis les hélicos sont dans des barils, j'ai pensé baril=chimique. Donc okay, ce n'est pas chimique, néanmoins ça reste des barils explosifs. Et ça tu ne peux le nier, il y a des tas de vidéos, sur lesquelles on voit les hélicos de l'armée balancer ces barils et les mômes les fuir en courant. Que tu tues les gens par explosion ou par empoisonnement, ça reste un meurtre. 

il y a 23 minutes, Argento a écrit :

Tu es le cas typique du type qui croit la propagande occidentale : au mythe de la guerre propre (ce concept date de la 1ere guerre d'Irak en 90 et des frappes dites chirurgicales...) faite par les occidentaux (nous) en opposition à la guerre sale (les autres) des russes, du gouvernement syrien etc, tout ça est fabriqué de toute pièce, la guerre c'est forcément horrible, il y a des morts, des injustices etc, c'est le lot quotidien de la guerre, le mieux c'est de ne pas être pour, ce qui est ma position

Cette petite condescendance parce que tu lis RT est délicieuse

il y a 24 minutes, Argento a écrit :

Depuis le début je pense qu'on aurait du tout faire pr éviter le conflit, et ne surtout pas armer l'opposition et peser de tout notre poids pr que ça n'arrive pas.

Le seul point sur lequel on sera d'accord. 

il y a 27 minutes, Argento a écrit :

La majorité de la Syrie c'est celle qui crève sur le champ de bataille et leur famille, c'est une armée de conscrits qui se bat depuis plus de 5 ans face à des types armés jusqu'au dent qui ont sans cesse des approvisionnements extérieur tant en hommes qu'en matériel, plus personne ne pense aujourd'hui qu'on est dans une guerre civile tellement le nombre d'étrangers en Syrie venant des 4 coins du monde est énorme, c'est une agression mené depuis l'étranger par des étrangers. La Syrie dite utile c'est 80% de la population avant la guerre, je sais pas combien il reste de syrien fidèle au djiadiste en zone daech, al nosra etc mais ça doit vraiment être que dal.

Et donc, ces gens là, parce qu'ils meurent et crèvent la dalle, on ne prend pas en compte leur opinion. Ils doivent juste fermer leur gueules et souffrir, avec en seule ligne de mire bachar ou daech? 

 

il y a 29 minutes, Argento a écrit :

C'est vrai qu'il est de notoriété public que ces pays là sont les grand défenseurs des droits de l'homme si cher à l'occident et qu'ils sont également les principaux défenseur de la veuve et de l'orphelin, rassure moi tu ne crois pas à ce genre de troll ?

Ton argumentation sur l'AS, la Turquie etc ne tient pas. L'ennemi de mon ennemi est mon ami, point. Qu'il soit modéré, integriste ou ce que tu veux, seul l'interet prime, surtout avec ces pays. Le but étant que bachar dégage. T'aurais aussi pu te passer des droits de l'homme, on est sensé être le pays fondateur de cette pensée et il n'y a qu'à regarder le bordel qu'on cause à l'etranger comme chez nous. 

il y a 40 minutes, Argento a écrit :

M'enfin comme tjr, fallait bien que des pauvres loulou (on s'en fou qu'ils existent ou pas) soit opprimés mais du moment qu'on pense qu'ils luttent vaillamment, tout ça c'est du story telling digne d'un mauvais film holywoodien. Au passage, c'est qui de chez médiapart qui c'est rendu en Syrie pr compter les 30k combattants, ah ué personne zut !

Je vois pas en quoi une partie prenante du conflit serait plus credible qu'un media objectif. Maintenant...

 

il y a 44 minutes, Argento a écrit :

Ils poursuivent leur propres intérêts : former un Kurdistan, si on respecte le droit international, on ne peut être que contre

Le droit international ce n'est pas plutôt le droit des peuples à disposer d'eux mêmes? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

guerre <> bataille

 

Et même des batailles avec 3 camps où chacun veut battre les 2 autres ça a bien du exister ?

Si quelqu'un de plus cultiver que moi en connait une, j'ai du mal à trouver avec mes googles skills.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, laptit99 a écrit :

Organisé et planifié par qui? Toi qui dans mes souvenirs soutenais le fait que l'Ecosse puisse être une nation indépendante, tu penses que le peuple kurde oublié dans les découpages des impérialistes occidentaux et divisé entre la Syrie, la Turquie et l'Irak n'en a pas le droit? ou alors c'est leur projet de société qui te dérange? Ou tu penses qu'al assad agit plus dans l'intérêt général que les révolutionnaires kurdes?

Tu as du lire de travers concernant l'Ecosse.

Organisé par ceux qui voit d'un très bon oeil le dépeçage de tout les états nations arabe, c'est simple, il reste que l'Iran debout, ils sont tous passé par la case destruction par nos amis US, à ce qui parait c'était pr amener la démocratie. Trop bien vraiment, je reste persuadé qu'il fait largement mieux vivre en 2016 en Corée du Nord où ne sont pas passé les américains (pr le moment) qu'en Irak où une voiture piégé explose quotidiennement.

 

Mais plus généralement, il est tout à fait légitime que l'état syrien lutte pr la souveraineté et l'intégrité de son territoire, n'importe quel pays aurait fait pareil.

Edited by Argento

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Argento a écrit :

Mais plus généralement, il est tout à légitime que l'état syrien lutte pr la souveraineté et l'intégrité de son territoire, n'importe quel pays aurait fait pareil.

Enfin pas l'Ukraine ni la Georgie, là c'est différent. Complètement biaisé le mec :rofl:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, LadyGaza a écrit :

Enfin pas l'Ukraine ni la Georgie, là c'est différent. Complètement biaisé le mec :rofl:

Aucun rapport, pis bon si la Géorgie tu vois le pb sous l'angle OTAN, oui évidemment, encore un coup de Poutine l'affreux.

 

Sur l'Ukraine, les américains ont créé le précédent du Kosovo avec l'attaque une fois encore de l'OTAN sur la Serbie, donc droit des peuples à disposer d'eux même ? C'est ça qui est bien avec les américains, c'est jamais la même ligne de droit international.

Edited by Argento

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Argento a écrit :

Aucun rapport, pis bon si la Géorgie tu vois le pb sous l'angle OTAN, oui évidemment, encore un coup de Poutine l'affreux.

Nous fais pas le refrain des frontières sacrées et de l'intégrité des territoires car demain tu vas nous parler du droit des peuples comme si de rien n'était.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, fonxtal a écrit :

Thanks, j'ai fini par trouver ce lien qui discute de ça :

http://history.stackexchange.com/questions/10933/has-there-ever-been-a-truly-multi-sided-war

 

OMG !

Il est merveilleux ton site. La page en question est en effet très intéressante. Je n'avais pas pensé à la période Sengoku mais c'est probablement le meilleur modèle d'une guerre multi-factionnelle. Encore merci pour le lien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×