Jump to content
This Topic
Sign in to follow this  
jaybee

[Coverage OFF] Winamax Sismix - Marrakoch - 21 - 25 mai 2014

Recommended Posts

Ca va envoyer des sakech à Marracoche !
 
gallery_1108_1449_210945.jpg
 
J'ai le plaisir d'avoir été invité par ClubPoker et Winamax pour participer à cette grosse fête du poker au soleil sur fond de boumboumbeats. Vous aurez certainement remarqué le mot OFF dans le titre de ce topic, signifiant que non, ce n'est pas ici que vous saurez comment Jean Pierre Durand a busté en shovant 12bb au cutoff avec KJ, ni que l'average est actuellement de walou jetons. Ca veut par contre dire que vous aurez droit à une vision décalée du tournoi, de tout ce qui s'y passe autour, des soirées alcoolisées, des tilts épiques, une mise en valeur de la gent féminine sous toutes ses formes (littéralement) et tout ce qui pourra me faire marrer et je l'espère vous faire sourire aussi. Ne vous attendez pas à du politiquement correct, je ne sais pas faire, et si par hasard vous avez envie de me casser la gueule en voyant mon commentaire sur une photo comme c'est déjà arrivé auparavant, avant de vous engager sur un terrain glissant, n'oubliez pas que j'ai fait deux ans de karaté quand j'étais plus jeune.
 
On ne pourra pas me reprocher mon assiduité professionnelle; Après la grosse soirée d'hier (qui fera l'objet d'un post plus tard) qui s'est terminée à 7h du mat' chez un certain "Charlo" avec un double cheeseburger pour le petit dèj, j'ai décidé en concertation avec moi même de m'autoriser 2h de retard sur le début du tournoi à midi afin de récupérer de mes obligations professionnelles nocturnes. J'arrive dans le casino, je croise Matthieu Duran, Benjo, je dis bonjour à tout le monde, et on m'indique la salle de presse. Bon, j'arrive en salle de presse, je suis seul, alors qu'on est 50 journalistes en théorie. Pas grave, ils doivent pas être intéressés par le premier jour. Le plus cocasse surviendra quand j'essayerai de trouver le tournoi puisque là encore je subirai un epic fail en ne trouvant rien d'autre qu'un satellite rebuy, me renvoyant à une triste réalité, je suis venu travailler un jour trop tôt. #VDM.
 
Alors en attendant, je vais aller profiter de la piscine décorée et aménagée aux couleur du sismix par Winamax, et je vais me préparer tranquillement pour la soirée de ce soir, parce faire toutes les soirées et vous les raconter en détails croustillants fait partie de mon cahier des charges.
 
 
gallery_1108_1449_96274.jpg
Edited by jaybee

Share this post


Link to post
Share on other sites

Turn down for what ?

 

gallery_1108_1449_95376.jpg

 

A peine arrivé à Marrakoche à 22h30, je retrouve l'équipe Winamax « rendez vous à minuit au bar à Chicha à coté du casino, et après on enchaine au Théatro, c’est ladies night, les filles rentrent gratos et ils leur payent des bouteilles ! » OK pourquoi pas, boire et voir des filles bourrées, tout ça rentre bien dans mon corps (svelte) de métier. Petite douche, départ pour le bar à chicha, très sympa, et une heure plus tard arrivée au Théatro. Alors on ne pourra pas leur enlever ça, ils ont mis les moyens dans la déco / aménagement de la boite et c’est très classe. Le fait qu’on ait un carré VIP juste à coté des DJ avec vue plongeante sur tout le dancefloor (et les décolletés déja plongeants) en dessous joue certainement dans la balance.

 

Bon ladies night, jouons franc-jeu et appelons un chat une chatte, on se rapprochait plus d'une putes night parce qu'après 4 voyages à Vegas, quand les meufs me regardent toutes comme si j’étais Orlando Bloom en se mordant la lèvre, on me la fait pas à moi, je commence à avoir des doutes (une ou deux j’ai l’habitude par contre) et je pense que les ladies ont en fait été ramassées par grappes de 5 sur les quais. OK y a pas de quais ici, mais je suis sûr que vous tous une soeur ou une cousine dans le métier et que vous comprendrez l’allusion.

 

gallery_1108_1449_112432.jpg

 

Petite photo de la soirée, je suis sûr que vous pourrez déduire de vous même le tarif des 3 filles en bas. Et c'est leur moment de célébrité à eux, tout le monde y a droit, Jachara et Matthieu, assis, qui m’ont grillé en train de faire la photo.

 

Quoiqu’il en soit, la soirée se déroule très bien, boite (pleine), les bouteilles (vides) de grey goose s’enchainent, et on aura même droit à un spectacle d’acrobates qui traversent la salle sur des fils suspendus. Parmi eux une troupe de danseurs, dont une danseuse en particulier au charme berbère qui fait craquer Robert, qui est gentiment venue danser dans notre carré, et qui a accepté de faire un selfie avec moi :

 

gallery_1108_1449_41620.jpg

 

 

Devant cet élan de générosité fessière affichée, je n’ai pas pu résister à vous l’immortaliser en vidéo.

 

 

Oui l’angle que j’ai choisi est un peu avant-gardiste et result oriented mais je vous avais prévenu, on est pas ici pour prendre des cours de tricot.

 

gallery_1108_1449_10511.jpg

 

On aura même droit à des danseurs calamar, parce qu’à Marrakech, quand y en a marre, y a calamar.

 

 

La soirée se terminera aux alentours de 6h, on est un groupe de 4 survivants, on a faim, et deux filles (normales, peut être les seules et c’est d’ailleurs cocasse quand la première question que tu dois poser à une fille c’est « salut, t’es un pute ? » et qu’on te répond non, le plus simplement du monde comme si c’était normal de s’enquérir de son orientation professionnelle. « Ah ok, cool, on va le faire gratuit alors ? » étant logiquement la deuxième question qui survient immédiatement après.) rencontrées dans la boite nous conseillent d’aller « chez Charlo ». Pourquoi pas, même si il semble que le double cheeseburger froid au petit dej soit une tradition locale dont je ne suis pas sur d’avoir envie de l’importer en France. L’estomac rassasié, il est temps d’aller se coucher, parce que je bosse le lendemain à midi, enfin ça c’est ce que je croyais, mais la suite vous la connaissez déjà.

 

A venir, la visite de Marrakech : « sur la trace des pigeons fondateurs » 

 

DJ Snake & Lil John - Turn down for what

 

Edited by jaybee

Share this post


Link to post
Share on other sites

Soit Jaybee nous prépare un post de malade avec un gossip tellement ouf qu'il se demande encore s'il doit appuyer sur le bouton send ou non.

Soit il est partit picoler autour de la piscine :D

 

Mon coeur balance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Club Poker et Winamax d'avoir offert ce séjour à jaybee, pour notre plus grand bonheur.

 

:my-heart-for-you:

Share this post


Link to post
Share on other sites

sur la piste des pigeons fondateurs

 

Après mon epic fail « aller bosser un jour en avance » j’ai décidé de partir me balader à Marrakech avec Alex (un des deux potes avec qui je finis le trip par 4 jours dans le désert après le tournoi) pour faire quelques photos et potentiellement poster un article si je trouvais quelque chose de croustillant à raconter. Alors tout d’abord, c’état déjà clair avant le départ, mais c’est confirmé, faire des photos de boobs au Maroc risque d’être tendu et il va falloir être imaginatif pour faire popper du nichon sur ce coverage. Néanmoins, j’ai effectivement trouvé quelque chose à raconter, puisque nous nous sommes retrouvés un peu malgré nous sur la piste des pigeons fondateurs, aussi appelée « la cagoule des tanneurs ».

 

gallery_1108_1449_48004.jpg

 

Tout commence très banalement, et jusque là je pense qu’il n’y avait aucune préméditation d’abuser des deux touristes que nous sommes, vestes à capuche et appareil photo à la main, avec un ado dans la rue à la sortie du souk qui me parle en espagnol pour me dire en gros « il vaut mieux marcher à droite à cause des motos ». Il nous demande où on va et nous dit qu’après cette rue il y a plus rien d’intéressant, juste des habitations et qu’on ferait mieux d’aller place Jam El Afna (je saurai jamais l’écrire celle là, alors je vais l’écrire comme je l’entends.) Quand on lui dit qu’on l’a déjà vu, il réfléchit 30s et nous indique le chemin pour aller voir les tanneurs berbères, on est mercredi et ils descendent exceptionnellement de leur montagne pour venir tanner les peaux de bêtes et travailler les pigments pour leur donner les différentes teintes. Bon pourquoi pas, ça a l’air sympa et on a pas grand chose de mieux à faire. Il commence donc à m’indiquer le chemin « droite, gauche après la porte, tu traverses la place, y a un magasin d'épices tu prends la deuxième à gauche, tu prends un thé chez Nabil, tu loues un jetski et tu remplis le formulaire B43 ». Devant mon regard de truite morte, il a dû comprendre que je n’avais rien compris, et il voit passer par hasard un mec « Hey Abdul ! Tu vas à la tannerie, tu peux les guider ? » un signe de tête et nous voilà partis avec ce brave Abdul, qui travaille à la tannerie, dans les méandres des rue de Marrakech. Heureusement qu’il est là pour nous guider, parce que aucune chance qu’on arrive à trouver ça tous seuls.

 

Cahin cahan (ce mot était sponsorisé par les encyclopédies Larousse) nous voilà cheminant dans un dédale de maisons ocres, et Abdul nous fait la visite « regardez ici, c’est là qu’on travaille la chaux » « ici c’est la que les tanneurs déposent les peaux » jusqu’à arriver devant les fameuses tanneries. On rencontre un troisième larron (à ne pas confondre avec un troisième lardon, surtout à Marrakech) qui à l’entrée des tanneries nous tend un bouquet de menthe « tenez, c’est pour les odeurs, ça vous aidera à respirer » et notre Abdul nous quitte sans rien nous demander, ce qui semble contraire aux coutumes locales. On suit notre deuxième guide qui ne nous demande rien non plus, et on a droit cette fois à une visite détaillée du lieu, il nous explique tout, comment les peaux sont d’abord traitées dans des bains de chaux, puis assouplis dans de la m**de de pigeon (ça aurait du faire tilt à ce moment là) avant de devenir du cuir au bout de plusieurs semaines.

 

gallery_1108_1449_14986.jpg

 

Ne vous inquiétez pas nous dit-il, les ouvriers qui travaillent dans la chaux mettent des bottes et des gants. Nous voilà rassurés sur les conditions de travail. Il nous indique les meilleurs spots pour faire des photos et nous emmène sur la terrasse pour faire la plus belle photo. 

 

gallery_1108_1449_22082.jpg

 

 

On traverse l’échoppe d’un tanneur, salamalikoum à tour de bras dès qu’on croise quelqu’un, et nous voilà en haut de la tour pour faire la photo. « bon, je vous laisse regarder, je descends, retrouvez moi en bas quand vous aurez fini » et là le piège commence à se refermer, un quatrième complice très courtois nous fait asseoir sur une belle peau de bête « Asseyez vous c’est tout doux, c’est moi qui l’ait faite » il nous propose un thé à la menthe, qu’on refusera d’abord poliment avant qu’il insiste en disant que c’est une tradition de l’hospitalité marocaine. On accepte donc de prendre le thé avec lui pour ne pas le froisser, et il envoie son ami boiteux faire le service.

 

gallery_1108_1449_3234.jpg

 

Pendant ce temps, explication détaillée des processus de fabrication, il nous déplie, un puis deux puis dix tapis différents, des poufs, des babouches en nous expliquant les différences entre la soie de cactus et la laine de chameau.

 

« est ce que vous avez un briquet ? » Alex sort un briquet jaune que le berbère regarde avec envie « toi said on va pouvoir faire des affaires ensembles » et il nous montre qu’effectivement, la soie de cactus ne brule absolument pas. Ils finiront par échanger leur briquets, scellant ainsi une amitié éternelle.

 

On a droit au discours complet « nous les berbères on remonte ce soir dans la montagne, on vend plus rien après, vous êtes les derniers clients de la journée, ça porte bonheur de vendre au dernier client ». Afin de ne pas le contrarier, je n’ai pas voulu insister sur le fait qu’il vendrait toujours au dernier client. Mais nous voilà, assis sur une peau de bête au fond d’une échoppe, au fin fond de Marrakech, avec ce marchand qui nous demande ce qu’on aime bien dans ce qu’il a déplié, et qu’il nous fera un prix exceptionnel. Il nous a offert du thé, ils ont échangés leur briquets et sont donc désormais amis pour la vie, et on ne peut pas trop repartir sans rien acheter. Heureusement, Alex a envie d’un pouf (qui seront peut être moins chers que les poufs de la soirée d’hier). Mais il a pas d’argent sur lui « pas de problèmes Saïd, tu peux payer en euros si tu veux, ou sinon tu prends le pouf et tu donnes l’argent à l’accueil de ton hôtel et moi je passe le chercher demain » « Vous deviez pas remonter dans la montagne ce soir ? » Bref, confiant le berbère. Après quelques minutes de négociation, il arrive à me refiler des babouches dans lesquelles je dois avouer être très bien, et nous voila délestés de 750 dirhams pour les deux objets. Il nous renvoie vers le gardien non sans nous avoir demandé de lui dire qu’on avait payé 600 dirhams parce qu’il va demander sa commission. Voilà enfin un pays où les gens se respectent et où règne l’entraide et l’honnêteté, ça fait plaisir.

 

Retour vers le gardien des tanneries, qui nous guide vers la sortie et nous demande de l’argent pour la visite. On avait prévu de lui filer 100 dirhams à deux avec Alex, et je lui donne donc le billet de 100 « et pour toi Saïd ? » en se tournant vers Alex.

 

« C’est pour les deux, c’est déjà pas mal 100 dirhams. »

« Quoi ? Mais y en a qui donnent 350, 400 dirhams (35/40€) ! » 

 

Prends nous pour des jambons, Mustafa.

 

Ca nous prendra quand même deux bonnes minutes de négociation pour dire qu’on a plus rien, et qu’il devra se contenter de ce qu’on lui donne, avant qu’il nous laisse repartir. Ca fait cher le bouquet de menthe, mais c’est folklore local, on se laisse prendre au jeu. Sur le chemin retour vers la place, on croise un gamin qui nous indique à un croisement, que c’est à gauche la place. Insouciants, on le remercie et on tourne à gauche, il nous rattrape un peu plus loin « je vais vous emmener » et les rues dans lesquelles on s’engage commence à se vider de plus en plus, des gamins commencent à nous tourner autour, et après un rapide calcul d’EV (comprendre Espérance de Vie), j’en conclus qu’il y a trop de chance que ce soit un traquenard et je dis à Alex qu’on fait demi tour immédiatement. Le gamin insiste, sisi c’est par là bas, et nous demande finalement un peu d’argent pour la gentillesse. On ne lui donnera rien, et en revenant sur la rue principale, le fait qu’il aille dire quelque chose à l’oreille d’un mec d’une quarantaine d’années qui attendait au coin n’est pas des plus rassurants. Bon, pas d’autre cagoule pour la journée qui se terminera bien, je suis par contre vacciné de demander mon chemin et ainsi s’achève ce périple qui sera désormais connu comme « la cagoule des tanneurs ». 

 

Mais j’ai des babouches. Et je suis en vie.

 

gallery_1108_1449_128736.jpg

Edited by jaybee

Share this post


Link to post
Share on other sites

Food P0rn

 

Photos prises lors du repas d'hier soir dans un restaurant avec terrasse et jardin au bord de la piscine : les jardins de la médina, pour ceux qui seraient sur place. Très bon, pas très cher pour la qualité et le service est vraiment au top.

 

 

Mise en bouche : Tartine de poulet aux 3 poivrons

 

gallery_1108_1449_97400.jpg

 

 

 

Entrée : Millefeuille d'aubergines épicées

 

gallery_1108_1449_54809.jpg

 

 

 

Plat principal : le tanjia d'agneau servi dans sa jarre

 

gallery_1108_1449_37329.jpg

 

gallery_1108_1449_110844.jpg

 

 

 

Plat principal 2 : Couscous royal

 

gallery_1108_1449_1936.jpg

 

 

 

Dessert : Soufflé de potiron du jardin et glace au jasmin

 

gallery_1108_1449_52985.jpg

Edited by jaybee

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis fan JB ! Merci à toi.

Bon par contre je steam rien qu'à lire la description de l'extorsion de la tannerie mais c'est bon j'ai déjà quit ma session.

Edited by ArtPlay

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×