Jump to content
This Topic
Sign in to follow this  
SuperCaddy

Charles Coppolani et "l'effet de mode" : les coulisses d'un bad buzz

Recommended Posts

titrage-news.png

Depuis trois jours, les articles se multiplient sur la Toile à propos d'une petite phrase prononcée par le nouveau président de l'ARJEL dans le cadre d'une interview avec le journal Les Échos : "L'effet de mode [du poker] est passé". Une tempête dans un verre d'eau ?

[...] Lire la suite de la news

charles-coppolani-637350.jpg

Le nouveau bouc émissaire des joueurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les articles de SuperCaddy sont solides comme le roc.

 

Etayés, précis, documentés, constructifs et rédigés de la façon la plus agréable qui soit. Un zeste de subjectivité dans un verre d'objectivité : une plume de fer dans un duvet de velours. Le must.

 

On aimerait que les journalistes de la presse généraliste soient à même de rédiger leurs articles avec la même qualité de plume.

Share this post


Link to post
Share on other sites

vraiment super boulot. On sent que tu cherches à bien pondérer tous les éléments les uns par rapport au autre, le tout avec une connaissance excellente du dossier qui te permet de ressortir du passé les détails qui changent les perspectives

vgg

 

Pour revenir sur le fond de l'article, je pense qu'il faut voir le président de l'ARJEL comme un simple exécutant. Si des lois ne nous plaisent pas ce n'est pas plus à lui qu'à un préfet qu'il faut s'adresser, mais aux élus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Article très juste, comme d'hab, GG Caddy.

 

Sur la petite phrase en question qui souligne le passage d'un effet de mode, je pense que Coppolani ne fait que reprendre le discours gouvernemental, qui il me semble a commencé a être en vogue l'année dernière pour justifier la baisse du marche du poker en ligne. Il est donc effectivement difficile de lui jeter la pierre pour l'instant, d'autant que le vrai problème de fond du secteur (la fiscalité des opérateurs et des joueurs) n'est pas de son ressort.

 

Je vais argumenter sur ce point car il n'est peut-être pas évident pour tous. Si on constate une forte baisse du marche, c'est a mon sens pour trois raisons:

 

[begin rant]

 

- Les joueurs récréatifs ont réalisé qu'ils étaient perdants et beaucoup ont été dégoûtés. La faute á un écart de niveau trop grand entre eux et les joueurs réguliers combinés avec un rake trop élevé (mais "forcé" par l'approche fiscale de la loi d'ouverture du marché) 

- Les joueurs réguliers de micro/small stakes ont vu leur cheptel de joueurs récréatifs s'écrouler et sont devenus les secondes victimes du rake, sans parler de la menace d'un contrôle fiscal assorti d'un redressement salé en cas de "découverte" de leur "activité occulte"

- Les plus gros regs, qui sont quasiment tous pros, se sont en grande partie expatriés pour échapper a la persécution fiscale lancée en 2011 et se sont logiquement, pour beaucoup, tournés vers l'offre du .com. Si rester en France se déclarer est une option clairement possible aujourd'hui, on ne peut échapper á un contrôle/redressement systématique sur les années antérieures. Un reg du .fr est encore venu me parler de ça hier: il a voulu se mettre en règle et a pris un ESFP dans la foulée.

 

Déception chez les amateurs, psychose chez les semi-pros et pros... C'est selon moi le vrai fond du problème. Ma perspective est certes partiale et subjective, mais qu'on m'explique comment le poker est passé de mode alors que le poker amateur n'a jamais marché aussi fort et que les tournois live aux buy-ins entre 500 et 1000 euros (FPS, WPO, WiPT.DSO etc...), ainsi que les W Series ou FCOOP font carton plein? C'est un pur discours politique pour continuer a justifier une fiscalité écrasante et/ou punitive en temps budgétaires difficiles, rien de plus. 

 

Je suis globalement pessimiste sur la perspective d'une quelconque évolution dans le climat politique actuel. Nos dirigeants semblent avoir cédé á une vision court-termiste du secteur et je ne les vois pas lâcher le moindre lest pour la santé du marché á long terme au détriment de recettes fiscales immédiates.

 

IMO il reste des moyens de sortir de ce marasme:

 

- du coté des rooms: en étant créatif sur les promos (continuer á vendre du rêve au récréatif) et sur les programmes de fidélité (pour que les regs ne perdent pas toute motivation), tout en continuant le lobbying fiscal, on sait jamais, "le jour ou ça passe OMG"

- du coté des joueurs, nous avons une responsabilité commune de faire du poker quelque chose d'attractif et de fun, de contribuer á un environnement de jeu qui ne soit pas immédiatement hostile pour le récréatif. Et puis il y a le combat fiscal, beaucoup d'entre nous (moi le premier) ne lâchent pas l'affaire et les résultats des premiers contentieux en première instance devraient arriver á la fin de l'année. 

 

[/end rant[

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Je suis globalement pessimiste sur la perspective d'une quelconque évolution dans le climat politique actuel. Nos dirigeants semblent avoir cédé á une vision court-termiste du secteur et je ne les vois pas lâcher le moindre lest pour la santé du marché á long terme au détriment de recettes fiscales immédiates.

 

C'est même pas un vrai argument parce que si le traffic baisse énormément, les recettes fiscales font de même.

C'est au contraire en relâchant la fiscalité en terme de poids que ça peut refaire monter le volume (encore qu'à mon avis le mal est fait et le retour arrière hypothétique) , et ainsi faire remonter les rentrées fiscales.

toute proportion gardé, c'est un peu comme la croissance : si la croissance baisse (le cas depuis des années en France), les rentrées fiscales baissent. Si on augmente la fiscalité pour compenser, cela tuera toute reprise possible de la croissance et le phénomène ne fera que s'amplifier.

Mais bon, c'est un sujet assez dogmatique également, le poids de la fiscalité dans l'économie. Et la France est pas connue pour être légère en ce domaine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est même pas un vrai argument parce que si le traffic baisse énormément, les recettes fiscales font de même.

En fait pas tant que ça. Nous qui baignons dans ce domaine interprétons à notre échelle : passer de 80 millions de recettes à 100 millions, c'est juste énorme. A l'échelle d'un gouvernement, qui ne connaît pas le marché et n'est donc pas aussi convaincu de cette équation, ce n'est même pas digne d'y affecter un stagiaire pour faire le calcul tellement c'est une infime goutte d'eau.

 

@manub : je ne suis pas sûr que l'épée de Damoclès fiscale soit tellement en question dans le marasme actuel. Soit, les gros regs s'expatrient, mais depuis deux ans le plus gros est passé et la tendance marché reste pourtant stable, beaucoup joue toujours en .fr depuis l'étranger. Cette vision est une vision de regs pour des regs. Là où je te rejoins c'est que les joueurs en général ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour tirer leur épingle du jeu, tous les autres acteurs (ceux que tu cites et ceux que tu ne cites pas) n'hésitant à se servir, eux.

Edited by soxtea

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut aussi se remettre dans le contexte économique, budgétaire et politique français actuel.

 

On assiste, depuis quelques années, à un matraquage fiscal de plus en plus fort dans de nombreux domaines de l'économie. Face aux déficits budgétaires énormes (qui ont été laissés filer par les instances politiques au passage) et à l'enjeu des taux d'emprunt sur les marchés financiers, la réponse imposée par l'union européenne est l'austérité endémique. Augmentation des impôts, réduction des allocations sociales, réduction des budgets publics... Vouant inévitablement l'économie réelle a en subir les conséquences et donc à favoriser un ralentissement sur le long terme. Le marché du poker n'échappe pas à cette logique mortifère, il est une victime parmi d'autres. (C'est marrant ça rassemble vraiment à une tonte de printemps n'empêche..  :secret: )

 

Finalement, c'est assez "ironique" car la tendance des joueurs de poker est de sentir assez à l'écart de la société, de l'économie réelle, dans sa petite bulle... mais on voit qu'il était autant concerné que n'importe qui par les questions politiques. Je pense que bcp ne m'ont pas attendu pour le réaliser. (rires)  

 

"Si tu ne t'occupes pas de politique, la politique s'occupe de toi!!" 

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est même pas un vrai argument parce que si le traffic baisse énormément, les recettes fiscales font de même.

Tu as raison sur le fond, mais en adoptant cette assiette fiscale dans la loi de 2010 (tous les pots rakés en cg plutot que de la baser sur le produit brut des jeux), sans tenir compte le moins du monde des demandes des opérateurs et en ignorant les modeles établis dans les autres pays, le législateur a fait preuve d'une vision à très court terme qui est selon moi fortement responsable de l'essouflement actuel.

@manub : je ne suis pas sûr que l'épée de Damoclès fiscale soit tellement en question dans le marasme actuel. Soit, les gros regs s'expatrient, mais depuis deux ans le plus gros est passé et la tendance marché reste pourtant stable, beaucoup joue toujours en .fr depuis l'étranger. Cette vision est une vision de regs pour des regs.

- je pense que tu sous estimes l'impact, les regs sont responsables de la majeure partie du rake sur les rooms de poker. Le marché a commencé à décliner en 2011, en meme temps que les premieres vagues de controle. C'est peut-etre une coincidence mais je ne crois pas.

- "la tendance marché reste stable": hum, -16% de l'activité poker en ligne en 2013, j'appelle pas ça une tendance stable.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Si tu ne t'occupes pas de politique, la politique s'occupe de toi!!"

Imo il n'y a qu'une seule formation politique qui aurait eu une approche totalement pro-marché, à savoir les ultra-libéraux. Ce n'est pas comme si le vote massif des joueurs de poker pour ces derniers aurait eu le moindre impact. Les rooms ont tenté sans succès de faire du lobbying pour obtenir des conditions plus favorables, elles n'ont pas été écoutées par la droite libérale au pouvoir en 2010...

Je suis convaincu que l'ouverture du marché des jeux en ligne a été pensée comme un moyen de gonfler les recettes fiscales à court terme et pas avec l'idée de faire pospérer un marché sur le long terme. On nous parle de "mode dépassée" quand meme!

Share this post


Link to post
Share on other sites

- je pense que tu sous estimes l'impact, les regs sont responsables de la majeure partie du rake sur les rooms de poker. Le marché a commencé à décliner en 2011, en meme temps que les premieres vagues de controle. C'est peut-etre une coincidence mais je ne crois pas.

- "la tendance marché reste stable": hum, -16% de l'activité poker en ligne en 2013, j'appelle pas ça une tendance stable.

Tu m'as mal compris : la tendance baissière reste stable, c'est-à-dire que le marché reste à -15%/-20% chaque trimestre depuis deux ans. L'exode des regs, lui, a été très fort effectivement mais maintenant qu'ils sont partis (et donc qu'en proportion, moins sont-ils auj à quitter la France) la baisse reste toujours la même.

Et même si ces regs ont accès au .com, nombreux sont ceux qui jouent toujours en .fr.

Le marche baisse avant tout parce que faute de nouveaux clients, la liquidite s'épuise. Les bons regs jouent aux limites en dessous et leurs "fishs" sont désormais les regs moyens et mauvais. Mais la liquidité tourne sur elle-même, et avec le prélèvement et le rake, on descend tout doucement.

La fermeture de rooms est aussi un facteur aggravant.

Edited by soxtea

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est amusant de constater que certains évènements vous marque fortement l'esprit. Certains jusqu'à se souvenir du moindre détail. Beaucoup se souviennent de l'endroit où ils se trouvaient quand les bleus ont soulevé la coupe du monde, d'autres du 11 septembre 2001, moi c'est le 12 mai 2010 qui reste bien ancré en ma mémoire.

 

Je me souviens qu'à l'époque, j'étais un petit joueur de poker, amateur éclairé, d'un jeu qui était un peu comme un eldorado. Je ne gagnais pas assez pour vivre, mais suffisamment pour me faire un peu d'argent de poche et compléter mes maigres revenus. Je me sentais libre, libre, libre. Libre de jouer avec qui je voulais. Libre de jouer quand je voulais. Libre de jouer où je voulais.

 

Jusqu'au 12 mai 2010. Je constate que mon plaisir de jouer devient légal en France. Comme si la veille il ne l'était pas. C'est curieux. Cette loi qui encadre tellement les jeux d'argent qu'elle les enferme, avec tous ceux qui ont ce même plaisir que moi. Cette loi qui cloisonne les français entre eux, au pays des libertés, moi qui suis infiniment attaché aux libertés, on m’empêche de jouer avec mon frère allemand, espagnol ou italien. Dans l'union européenne, qui permet la libre circulation des marchandises, des services, des capitaux et des personnes et qui plus est, sur internet, le plus grand espace de liberté qui existe. Tellement libre que des gens aussi fous que Anders Behring Breivik ont pu se procurer des armes et abattre 77 personnes. Et là on nous a enfermé. Comme des délinquants qu'il fallait surveiller. Et en totale contradiction avec le mouvement de mondialisation de la société. Et de l'économie.

 

En plus cette loi augmente la fiscalité. Et supprime des variantes. En clair vous payez plus cher, pour un service moins intéressant.

 

Cette loi qui permet au loup "shark étranger", de rentrer dans l'enclos, et de bouffer un peu plus chaque semaine les petits moutons français. Je me dis qu'un berger, ça ferait déjà longtemps qu'il aurait pris l'arme de Breivik pour abattre ce pauvre loup qui ne cherchait qu'à survivre. En tuant au passage une bonne douzaine de bête alors qu'un quart de l'animal aurait probablement suffit à son plaisir.

 

Vous allez me dire, qu'on peut aussi quitter le pays, mais non, je suis attaché à mon pays, et je ne me vois pas quitter l'endroit que j'aime pour être à la mode.

 

Je n'ai plus joué au poker depuis plus d'un an, car j'ai perdu ce gout. Je sais que je pourrais le retrouver mais pas dans ces conditions.

 

Peut-être qu'il est temps à nouveau de se défendre un peu, comme le berger, et d’arrêter de regarder le temps passer, de voir le marché s’effondrer sans rien faire pour le retenir.

 

D'autant que vous les joueurs, savez que quelques modifications seront bénéfiques à tous les acteurs du poker.

 

A l'époque, les socialiste ont voté contre la loi. Il est peut-être temps de leur rappeler alors qu'ils sont aujourd'hui aux manettes.

 

J'aimerai terminer mon petite message, par cela. On est bientôt le 12 mai, date anniversaire, triste date pour moi. Il est peut-être temps de prévoir une petite action pour montrer votre mécontentement. N'oubliez pas que le jour où personne ne joue, tout le monde y perd. Le berger tue le loup. Le taxi bloque le périphérique. Chacun se défend comme il peut.

 

M.

Edited by DaiVernon

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ne pas jouer aurait pour première incidence de mettre les rooms en difficulté, pas de faire comprendre à Manuel Valls qu'il faut modifier la loi des jeux dans l'heure. Ce n'est pas un service public, le concept "mouvement syndica"l est totalement inadapté.

Fait se réveiller, le système ne changera pas. Aux autres acteurs de réfléchir et agir dans le sens de pérenniser le marché.

Share this post


Link to post
Share on other sites

- Les joueurs récréatifs ont réalisé qu'ils étaient perdants et beaucoup ont été dégoûtés. La faute á un écart de niveau trop grand entre eux et les joueurs réguliers combinés avec un rake trop élevé (mais "forcé" par l'approche fiscale de la loi d'ouverture du marché) 

- Les joueurs réguliers de micro/small stakes ont vu leur cheptel de joueurs récréatifs s'écrouler et sont devenus les secondes victimes du rake, sans parler de la menace d'un contrôle fiscal assorti d'un redressement salé en cas de "découverte" de leur "activité occulte"

- Les plus gros regs, qui sont quasiment tous pros, se sont en grande partie expatriés pour échapper a la persécution fiscale lancée en 2011 et se sont logiquement, pour beaucoup, tournés vers l'offre du .com. Si rester en France se déclarer est une option clairement possible aujourd'hui, on ne peut échapper á un contrôle/redressement systématique sur les années antérieures. Un reg du .fr est encore venu me parler de ça hier: il a voulu se mettre en règle et a pris un ESFP dans la foulée.

This.

 

- du coté des joueurs, nous avons une responsabilité commune de faire du poker quelque chose d'attractif et de fun, de contribuer á un environnement de jeu qui ne soit pas immédiatement hostile pour le récréatif.

This !

Share this post


Link to post
Share on other sites

@manub : je ne suis pas sûr que l'épée de Damoclès fiscale soit tellement en question dans le marasme actuel.

Must be kidding. C'est la raison numéro 1 pour laquelle j'ai arrêté de jouer, et je ne pense pas avoir un profil de reg atypique. Gros reg en .com, diminution du volume/changement de discipline à l'ouverture du fr le temps de voir venir, puis arrêt complet vu la situation aujourd'hui.

Je ne suis pas un pro du jeu, j'ai un boulot et pas moyen que je me prenne un contrôle avec rétroactivité pour activité occulte (lol) ou je sais pas quelle autre fantaisie fiscale ... Autant un joueur pur pro peut tenter d'"intégrer" ca dans sa vie tant bien que mal (bon courage quand même les gars), autant pour quelqu'un dont la vie professionnelle ne tourne pas autour du poker, c'est carrément inimaginable. A mon age c'est le genre de risque qu'on ne prend pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

je plussoie et m'auto quote:

 

Posté 26 octobre 2013 - 10:07

si on nous lit je témoigne :

 

joueur depuis toujours, plusieurs fois supernova sur PS 2h et plus de jeu par jour, aujourd'hui je ne joue plus que 30 minutes par semaine maximum et en nl10 autant dire que je ne rake plus grand chose.

 

j'ai jamais été un grand gagnant, plutôt un joueur a peine gagnant (breakeven) qui faisait grossir son pécule a coup de programme fidélité, pas de quoi être fier mais suffisamment pour payer un voyage aux caraïbes, Marrakech  a ma famille selon ma réussite aux tables, le tout en s'amusant, autant dire j'étais pas près de m’arrêter de jouer.

 

l'affaire fulltilt est arrivée, moment de panique absolue dans la sphère poker. on nous a vendu la sécurité, on se retrouve dans le meme petrin que le reste du monde, l'angoisse.

j'avais pas de fond sur fulltilt, j'ai donc retirer mes fond de pokerstar, pas fier de ca ma je l'ai fait je l'assume. beaucoup moins d'argent sur le compte poker, pas grave on va descendre de limite on reviendra plus tard aux limites habituelles. en fait j'y suis jamais revenu.

 

pokerstar a ensuite revisité son programme fidélité, fini pour moi le bon temps du rakeback facile, il va falloir gagner aux tables, pas grave je suis descendu de limites ca devrait aller, et en plus, fini de jouer des milliers de mains par jour, place a la qualité, a la chasse aux récréatifs. j'étais un stakhanoviste je vais devenir un sniper. bumhunting pas de quoi etre plus fier mais bon on assume.

 

ca durera pas longtemps, le coup de grâce va être porté par le fisc.

on me contrôle pas, je gagne des clopinettes, par contre on me fait peur.

la valse des contrôle fiscaux, fait planer sur le jeu une incertitude, alors a quoi bon passer du temps pour grappiller quelques billets si c'est pour ce retrouver sous le coup d'un contrôle fiscal qui va me ruiner.

je suis artisan commercant, autant dire que si le fisc arrive chez moi, non pas que je sois malhonnête, le risque de me faire redresser est important. je prefere donc ne pas attirer l'attention avec des gains poker.

 

jouer au poker est devenu futile, ca reste amusant, mais au bout d'une demi heure si l'envie me prend de passer a autre chose je n’hésite pas. je passe des heures a candy crush et autres jeu de geek, ca me gene pas je suis un joueur depuis toujours.

 

voilà c’était la petite histoire d'un ancien joueur assidu que l’évolution de la situation a poussée hors des tables.

 

 

vpp:

this month 110.01

this year 5 501.04

lifetime 532 076.63

 

c'etait ici : https://www.clubpoker.net/forum-poker/topic/195710-jean-françois-vilotte-le-président-de-larjel-fait-le-point-sur-la-situation-du-marché-du-poker-en-ligne/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Must be kidding. C'est la raison numéro 1 pour laquelle j'ai arrêté de jouer, et je ne pense pas avoir un profil de reg atypique. Gros reg en .com, diminution du volume/changement de discipline à l'ouverture du fr le temps de voir venir, puis arrêt complet vu la situation aujourd'hui.

Je ne suis pas un pro du jeu, j'ai un boulot et pas moyen que je me prenne un contrôle avec rétroactivité pour activité occulte (lol) ou je sais pas quelle autre fantaisie fiscale ... Autant un joueur pur pro peut tenter d'"intégrer" ca dans sa vie tant bien que mal (bon courage quand même les gars), autant pour quelqu'un dont la vie professionnelle ne tourne pas autour du poker, c'est carrément inimaginable. A mon age c'est le genre de risque qu'on ne prend pas.

Je veux pas bash mais faut lire avant de se précipiter sur une réponse. Je parle du marasme ACTUEL. La fiscalité a eu un impact certain sur le marché, particulièrement sur le décile des joueurs misant le plus. Mais ça fait deux ans. Vu que la baisse est toujours la même trimestre après trimestre, tu penses que le nombre de joueurs de ce fameux décile à quitter le .fr ou stop poker est toujours le même ? Evidemment non, ils ont dans la grande majorité trouvé une solution depuis longtemps. La fiscalité a eu un impact négatif, mais ça c'était avant.

Et comme dit aussi mais tu ne le cites étrangement pas, tu as peut-être arrêté, toi, mais bon nombre des regs pros se sont installés à l'étranger mais jouent en .fr.

 

A force de se lamenter sur un prélèvement exorbitant, une fiscalisation des joueurs inadaptée, un marché .eu qui ne viendra pas de sitôt, on en oublie juste de réfléchir par nous-mêmes, être force de proposition, de négociation auprès des acteurs sur lesquels on pourrait réellement avoir un poids : opérateurs, presse, affiliateurs (ces derniers se gardant bien de s'intégrer dans les raisons de l'érosion d marché et pourtant ils en sont au moins autant responsables que les autres).

Pourtant avoir du poids, c'est largement possible et ça peut être profitable aux joueurs et aux rooms.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y'a une inertie dans ce mouvement, et j'en suis la preuve. J'ai continué à jouer comme un robot  jusqu'à fin 2013, sans vraiment d'objectif et sans plus travailler le jeu hors des tables, parce que c'est difficile de quitter une activité encore profitable et dans laquelle on a investi du temps depuis des années. Oui je crois que le mouvement de retrait des anciens regs se poursuit encore, même si c'est difficile de le prouver étant donné la discrétion de cette population.

Et je ne parle pas des regs pros expatriés parce que tu l'auras compris, je ne parle pas de la partie visible de l'iceberg, mais de l'autre partie, qui n'est pas composée que de récréatifs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
PokerStars : Rewards
PokerStars : Rewards