Jump to content
This Topic

Recommended Posts

Ca m'inspire que je me demande bien par quelle magie la Crimée est devenue Urkainienne.

Je n'affirme rien: je demande si les gens qui se sont informés mieux que moi sur ce qui se passe ont des commentaires.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'affirme rien: je demande si les gens qui se sont informés mieux que moi sur ce qui se passe ont des commentaires.

Oui en gros ce que je voulais dire c'est qu'une province indépendante qui parle une autre langue à 98% et dont la représentation ethnique du pays n'est que de 25%, on peut légitimement se demander ce qu'elle fait encore là.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour la crimée , les gens sont pro russes la bas, et les russes que j'y ai rencontré considerent que cette region fait toujours partie de la russie

beaucoup de russes y ont une datcha et viennent en vacance .

donc je ne suis pas etonné du drapeau russe et de la reaction de la population.

d'un autre coté il ya pas mal de famille tatars qui sont retourné en crimée apres leur deportation en siberie sous staline je crois, eux ils sont plus

proches des turcs.

 

d'autre part il y a la flotte russe a sebastopol et comme je l'ai dit, poutine y distribue des passeports russes a tour de bras depuis des années.

les gens les prennent car : ils se sentent russes, ils pensent que les debouchés eco sont meilleurs qu'en ukraine.

 

cela explique le pourcentage elevé de russes dans la region par rapport aux ukrainiens

 

 

Donc l'idee de quitter l'ukraine pour la russie ne date pas d'hier dans cette partie la, juste qu'en ce moment ca peut etre le declic qu'attendait 

la population pour revendiquer le truc.

sauf que si ca degenere en crimée ca risque de faire boule de neige dans l'est et on a une guerre civile avec probables interventions

de puissances etrangeres , ca serait la cata !

 

enfin , je l'ignorais mais en 1954, la crimée est un cadeau de krhoutchev a l'ukraine donc ca fait pas longtemps la crimée est

officiellement ukrainienne

 

sur la situation globale, personne n'en parle mais n'oublions pas tchernobyl

 

le sarcophage de beton a été construit a minima de maniere presque temporaire dans l'attente d'une consolidation future (manque de credits)

or si je ne m'abuse, 2014 est l'année ou il avait été prevu de consolider le bouzin de maniere plus perenne.

la structure actuelle s'est considerablement degradé sous les assauts du climat et dans un reportage j'ai pu voir des fuites d'eau dans la couche superieur du truc, ca faisait flipper.

 

Bref, considerant l'etat des finances du pays j'imagine mal les reparations se faire sans aide (et controle) exterieure , j'imagine que l'europe va s'impliquer vu qu'on est en premiere ligne si ca m**de !

Edited by Pirlae

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui en gros ce que je voulais dire c'est qu'une province indépendante qui parle une autre langue à 98% et dont la représentation ethnique du pays n'est que de 25%, on peut légitimement se demander ce qu'elle fait encore là.

Dans ce cas il faut se poser la question pour la Suisse, le sud des états-unis et bien d'autre pays. Notons que les 98% sont un peu exagérés ))

 

enfin , je l'ignorais mais en 1954, la crimée est un cadeau de krhoutchev a l'ukraine donc ca fait pas longtemps la crimée est officiellement ukrainienne

Hmmm, « faire cadeau » ? Tu sous entends que la crimée était partie intégrante du territoire Russe avant ? Si c’est le ce cas je te suggère de fouiller un peu plus dans l’histoire de l’Ukraine.

N’oublies pas le topic Holodomor, il permet de relativiser l’admiration des ukrainiens russophones pour la Russie.

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites

le sarcophage de beton a été construit a minima de maniere presque temporaire dans l'attente d'une consolidation future (manque de credits)

or si je ne m'abuse, 2014 est l'année ou il avait été prevu de consolider le bouzin de maniere plus perenne.

la structure actuelle s'est considerablement degradé sous les assauts du climat et dans un reportage j'ai pu voir des fuites d'eau dans la couche superieur du truc, ca faisait flipper.

euh....le nouveau sarcophage est en cours d'achèvement, le projet dure (et est financé) depuis plus de dix ans. Ci-joint deux photos datant de l'année dernière :

 

  - vue de dessous

post-86507-0-41606400-1393509076_thumb.j

 

  - assemblage avec la centrale en fond d'image (la structure va glisser sur des rails jusqu'à la centrale une fois terminée)

post-86507-0-11140200-1393509146_thumb.j

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans ce cas il faut se poser la question pour la Suisse, le sud des états-unis et bien d'autre pays. Notons que mes 98% sont un peu exagérés ))

 

Hmmm, « faire cadeau » ? Tu sous entends que la crimée était partie intégrante du territoire Russe avant ? Si c’est le ce cas je te suggère de fouiller un peu plus dans l’histoire de l’Ukraine.

N’oublies pas le topic Holodomor, il permet de relativiser l’admiration des ukrainiens russophones pour la Russie.

Je ne sous entends rien , j'ai juste repris l'info telle que je l'ai entendue , je ne suis pas historien et ne pretends pas l'etre

c'est pour ca que j'ai debuté ma phrase par "je l'ignorais" , pour l' indiquer au lecteur ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne sous entends rien , j'ai juste repris l'info telle que je l'ai entendue , je ne suis pas historien et ne pretends pas l'etre

c'est pour ca que j'ai debuté ma phrase par "je l'ignorais" , pour l' indiquer au lecteur ...

Je suis juste surpris par l'expression "faire cadeau", ça fait pas très "info sérieuse". Si tu veux te renseigner la fiche wiki est vraiment pas mal.

 

C'est nous qui avons gagné la guerre de Crimée  :P !

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites

d'un autre coté il ya pas mal de famille tatars qui sont retourné en crimée apres leur deportation en siberie sous staline je crois, eux ils sont plus

proches des turcs.

http://www.liberation.fr/monde/2014/02/27/les-tatars-peuple-puni-de-crimee_983345

Stigmatisés depuis depuis plusieurs siècles par la Russie, les Tatars de Crimée espèrent profiter des changements politiques en cours pour faire valoir leurs droits.

Originaires des grandes steppes d’Asie centrale, les Tatars étaient encore l'une des principales ethnies de Crimée à l’orée de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, ils ne représentent qu’un peu plus de 10% de la population de cette région du sud-est de l’Ukraine, conséquence notamment des vagues de déportations impulsées par Staline en 1944. Le «Vojd» reprochait à ce peuple d’origine turque d’avoir collaboré avec l’armée allemande au cours du conflit.

La complexité du bordel !

Edited by Le Glaneur

Share this post


Link to post
Share on other sites

belle europe aussi indépendante que le bitcoin.

 

 

http://www.lepoint.fr/monde/crimee-l-ukraine-demande-de-l-aide-a-londres-et-a-washington-28-02-2014-1796495_24.php

Le Parlement d'Ukraine a voté vendredi une résolution appelant lesÉtats-Unis et la Grande-Bretagne à garantir sa souveraineté après la prise de contrôle dans la nuit de deux aéroports de Crimée par des hommes en armes. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Russie se sont portés garants de l'indépendance de l'Ukraine dans le Mémorandum de Budapest, signé en 1994, en échange de son renoncement aux armes nucléaires après la chute de l'Union soviétique dont elle faisait partie.

"Terroristes armés opérant sous le drapeau russe"

Le texte demande aux pays garants de "confirmer leurs engagements" envers l'Ukraine et de lancer des "consultations immédiates avec (elle) pour faire baisser la tension". Un conseil de sécurité nationale et de défense a été convoqué pour 9 heures GMT au sujet de la situation en Crimée, a annoncé le président par intérim Olexandre Tourtchinov à la tribune du Parlement. Selon lui, les hommes en armes qui occupent depuis jeudi le gouvernement et le Parlement de Crimée à Simferopol sont des "terroristes armés opérant sous le drapeau russe".

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon je pense que les russes s'amusent à contre jouer la précédente pièce de théâtre qui s'est joué à kiev. Certaines déclarations ne laissent aucun doute.

 

Beaucoup de gens comparent cela à l'ancienne guerre froide. Je n'y crois pas une seconde. Les 30 glorieuses sont bien loin. Les usa s'isolent à vu d'oeil aussi bien à l'extérieur de leur frontières qu'à l'intérieur de leurs frontières où il existe un réel schisme entre la pop et les gouvernements successifs. tant sur le plan militaire qu'économique.

 

De leur coté les russes seront bien obligés de négocier à un moment ou à un autre avec ce pays qui leur doit des fortunes. Je pense d'ailleurs que tout ceci n'est rellement qu'une mise en scène pour forcer des négociations optimales pour la russie. Je trouve néanmoins que ça manque de finesse.

 

que tous ces gens qui se sont invités en ukraine se dém**dent.

Edited by jou0eur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce brave Micha a trouver la solution pour contrer Poutine.

"L'ancien président géorgien appelle donc les pays occidentaux à frapper les proches de Vladimir Poutine de sanctions. "La dernière fois que je suis allé à Miami, il y avait de nombreux Russes. Si vous leur dites qu'ils ne peuvent plus rester là et doivent rentrer geler à Moscou, ils vont se tourner contre Vladimir Poutine", assure Mikheïl Saakashvili,".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce brave Micha a trouver la solution pour contrer Poutine.

"L'ancien président géorgien appelle donc les pays occidentaux à frapper les proches de Vladimir Poutine de sanctions. "La dernière fois que je suis allé à Miami, il y avait de nombreux Russes. Si vous leur dites qu'ils ne peuvent plus rester là et doivent rentrer geler à Moscou, ils vont se tourner contre Vladimir Poutine", assure Mikheïl Saakashvili,".

In before François Hollande nationalise certaines propriétés immobilières des Alpes Maritimes 8|

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un article qui tente de décoder les états d'ame ricains.

 

 

 

Au moins, ils se sont parlé. Les dizaines de morts, sur la place de l'Indépendance de Kiev, l'amorce d'une guerre civile et l'escalade sanglante aux portes de l'Europe ont contraint Barack Obama à joindre Vladimir Poutine au téléphone, une heure durant, le 21 février, dès l'annonce d'un accord entre les émissaires français, allemand et polonais et le gouvernement ukrainien.  

>>> Notre dossier complet sur le soulèvement en Ukraine

Le contenu réel de la conversation entre les deux chefs d'Etat - qualifiée, avec force langue de bois, d'"éminemment constructive" - gardera longtemps sa part de mystère. Poutine, tout irrité qu'il est par le résultat des négociations, l'éviction de Ianoukovitch et l'organisation de nouvelles élections en Ukraine avant la fin de l'année, aura-t-il au moins savouré l'insigne honneur d'être traité en égal par le président américain, au terme de trois semaines de tensions dignes de la guerre froide ?  

Barack Obama aura-t-il fait amende honorable pour avoir semblé couper les ponts avec Moscou, l'été dernier, en annulant à la dernière minute un voyage en Russie, peu après l'octroi de l'asile politique par le Kremlin à Edward Snowden, et évité pendant deux ans - du jamais-vu, depuis plus d'un demi-siècle - toute rencontre avec le président russe?  

Au téléphone, les deux hommes ont revisité la litanie des sujets qui fâchent, de l'avenir immédiat de l'Ukraine à la Syrie d'Assad, sans oublier l'Iran nucléaire, avant de s'entendre sur un projet a minima : s'afficher ensemble, à la fin du printemps, lors d'une négociation commerciale bilatérale, préalable à la réunion des pays membres du G 8 à Sotchi. Pour Obama, réfractaire à la politique spectacle et aux effets de manche diplomatiques, le pensum offre un intérêt symbolique : il confirme peut-être le retour, réticent et malaisé, de l'Amérique au premier plan des affaires mondiales. Ou, à tout le moins, la fin de l'inertie. 

Le 6 février, deux semaines avant que les événements se précipitent sur la place Maïdan, Victoria Nuland, secrétaire d'Etat adjointe chargée des questions européennes et eurasiennes, annonce une nouvelle ère. Lors d'une conversation avec l'ambassadeur américain à Kiev, enregistrée à son insu par les services de renseignement russes et divulguée sur YouTube, cette diplomate chevronnée, ancienne ambassadrice à l'Otan et experte des pays de l'Est, semble organiser à loisir le premier gouvernement de l'après-Ianoukovitch, poussant son pion préféré, "Yats" (l'économiste Arseni Iatseniouk), et évinçant sans scrupule le malheureux "Klitch" (l'opposant Vitali Klitschko), avant de rappeler à l'ambassadeur la nécessité de "visser le projet au plus vite, avec le concours de l'ONU". Quid des Européens? Sa réponse est sans appel : "f*ck the EU !"

En divulguant ces lestes propos, Moscou entend apporter une preuve de la "manipulation impérialiste " dénoncée depuis plusieurs mois par les médias russes. Le CV de Victoria Nuland, qui fut pendant deux ans dans l'équipe du vice-président Dick Cheney, férocement hostile à Poutine, et qui se trouve être mariée à l'historien Robert Kagan, l'une des éminences grises du néoconservatisme américain, a pu nourrir, entre autres théories du complot, la rumeur d'une insurrection de conjurés nostalgiques de l'ère Bush parmi les diplomates de Washington.  

Le signal est venu de États-Unis

Stephen Cohen, ponte du département d'histoire de la Russie à la New York University et tête pensante de The Nation, un magazine de gauche,n'at-il pas dénoncé un "coup d'Etat pro-américain en Ukraine"? Au bout du compte, de l'avis des experts, les seules dissensions dans l'administration Obama auront porté sur le calendrier des sanctions imposées aux dignitaires ukrainiens, jugé trop lent par une frange du Département d'Etat.  

La suspension des visas et le gel des actifs financiers d'une partie de l'élite politique de Kiev ont sans doute suffi à provoquer la débandade dans l'entourage de Ianoukovitch, d'autant que les gouvernements européens ont appliqué les mêmes mesures. "Plus qu'à New York ou en Floride, leurs fortunes se trouvent sur le Vieux Continent, rappelle Steven Pifer, ex-ambassadeur des Etats-Unis en Ukraine, aujourd'hui spécialiste de ce pays au centre d'analyse Brookings Institution. La crainte de ne plus revoir leurs beaux appartements à Londres et de ne plus pouvoir accéder à leurs fonds d'investissement à Francfort a contribué au retournement de l'oligarchie contre le président. 

"Les termes de la reddition du gouvernement ukrainien ont certes été négociés et établis par les ministres des Affaires étrangères allemand et polonais, avec le concours, côté français, du directeur du département pays de l'Est du Quai d'Orsay, Eric Fournier. Mais le signal est, là encore, venu des Etats-Unis." Après avoir tenté en 2010, sans résultat, de normaliser ses relations avec Moscou, Washington a délégué le dossier de l'Ukraine et des républiques ex-soviétiques aux Européens, précise Steven Pifer. Mais l'Amérique a dû se résoudre à revenir en première ligne lorsque la situation à Kiev est devenue dangereuse, et la lenteur des Européens, trop préoccupante."  

La sévérité de Victoria Nuland envers l'Union européenne, au début de février, reflète moins une quelconque offensive des faucons de Washington qu'une désillusion générale à l'égard de l'Europe, minée par ses divisions nationales et la paralysie de son processus de décision. Dès le 10décembre, la sortie de John Kerry, secrétaire d'Etat, exprimant son "dégoût" devant la répression à Kiev, annonçait le retour américain. 

Une cheval de bataille des républicains

En arrivant à la Maison-Blanche en 2008, Barack Obama était déterminé à achever le retrait d'Irak et d'Afghanistan et à renouer, en politique étrangère, avec la doctrine dite du "réalisme". Au contraire de son prédécesseur, George W. Bush, engagé dans une stratégie politico-militaire de transformation, le président actuel privilégie le maintien des équilibres régionaux, conçus pour éviter l'émergence de puissances rivales des Etats-Unis.  

Problème : le modèle américain n'a jamais vraiment recouvré son aura après la fin de l'ère de Bush ; et le repli militaire global, qui doit autant à la crise budgétaire qu'au chaos de l'après-Irak, nuit à la crédibilité de Washington. Délaissant quelque peu l'Europe et le conflit israélo-palestinien, Obama, pendant son premier mandat, a donné la priorité à l'endiguement politique de la puissance chinoise en Asie, puis, urgence oblige, concentre son action extérieure sur la menace de l'Iran nucléaire et la conflagration syrienne.  

Le destin de l'Ukraine peut mobiliser la base militante républicaine

L'Amérique, confrontée aux limites de son influence, revient aujourd'hui courtiser ses alliés européens. Non sans mal. "Depuis 2008, notre influence en Europe orientale a considérablement diminué, regrette Mark Medish, ancien conseiller pour l'Eurasie du président Clinton. L'empressement brutal de Bush et de Cheney ainsi que le grand projet d'élargissement de l'Otan ont discrédité des mouvements démocratiques comme la révolution Orange, et nui à notre crédibilité.  

"Les événements d'Ukraine auront-ils des conséquences sur la vie politique intérieure des Etats-Unis ? Au Congrès, les républicains ont fait du déclin du prestige américain leur cheval de bataille électoral, avant les élections de novembre 2014. John McCain, ancien candidat à la présidentielle, est allé haranguer les insurgés de la place Maïdan en leur promettant le soutien indéfectible de Washington. La veille de l'accord, il fustigeait encore Obama, qu'il qualifiait de "président le plus naïf de l'Histoire", roulé dans la farine par un Poutine "dur, froid et distant". 

Pour le camp républicain, cette rhétorique de guerre froide pourrait se révéler payante, notamment auprès de l'électorat ouvrier, souvent conservateur. Au-delà, le destin de l'Ukraine peut mobiliser la base militante républicaine, toujours exaltée par la mystique de Ronald Reagan : l'ancien président reste perçu, depuis la fin des années 1980, comme le "vainqueur de la guerre froide". Confronté aux réalités du pouvoir, Obama, lui, a une tâche plus concrète et plus ingrate : rappeler aux manifestants de Kiev comme à ses compatriotes que les temps ont vraiment changé et que l'Amérique n'est plus du tout pressée d'intervenir partout. 

 

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/ukraine-l-amerique-face-a-un-dilemme_1495525.html#XFyFOWIkdwGgjKp7.99

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

je ne )post que l'intro de l'article. Qui permet de nous éclairer sur la situation économique de la russie.

 

 

http://russeurope.hypotheses.org/1960

 

 

----------

Sotchi, et l’économie Russe en 2014

 

8 février 2014
Par Jacques Sapir

800px-100_roubles_comm%C3%A9morant_les_pL’ouverture des Jeux Olympiques d’Hiver à Sotchi est l’occasion de jeter un coup de projecteur sur la situation économique de la Russie. Nombre de commentateurs insistent sur le coût de ces Jeux. Il est clair que coût est élevé, avec 36 milliards d’euros. Mais il est aussi clair que dans ce coût il faut intégrer le développement et la modernisation des infrastructures tant à l’échelle d’une région (le district fédéral « Sud » de la Russie) qu’à l’échelle du pays. Les causes des dépassements de budget sont nombreuses, de la sous-estimation initiale de l’ampleur des travaux jusqu’à la corruption. Mais, ces coûts ne sont que l’un des éléments dans le développement de la Russie.

En fait, l’économie russe connaît à l’heure actuelle un fort ralentissement de son économie dont la croissance qui est tombée de 3,4% à 1,5%. Ceci est un problème sérieux, mais la Russie continue d’avoir des résultats qui sont très supérieurs à la France ou à l’Allemagne. Depuis la crise de 2008-2009, dont elle est sortie rapidement en 2010, elle est à la recherche d’un nouveau modèle de croissance. La dynamique des années qui ont précédé la crise financière de 2008 ne saurait en effet être reproduite à l’identique aujourd’hui. Si l’économie s’est rétablie depuis 2010, la croissance reste relativement faible, et elle a baissé de manière particulièrement importante depuis l’automne 2012, avec une baisse particulièrement sensible de l’investissement. Cela pose la question de l’identification des causes de ce ralentissement, causes qui sont à la fois conjoncturelles et structurelles, mais aussi de ce que devrait être une nouvelle politique économique et de ce que plus d’intégration à l’échelle du continent eurasiatique pourrait apporter à la Russie.

 

-------------------------

Share this post


Link to post
Share on other sites

Visiblement les ricains semblent s'opposer à des gesticulations militaires de leurs troupes (étonnant lol). Ils évoquent des sanctions économiques contre la russie (si elle va au delà de la crimée) lol.

 

edit : on parle de les exclure du G8.

 

je ne connais rien de toutes ces gesticulations G8 onu etc... Si quelqu'un pouvait nous éclaircir la dessus. Ca serait sympa.

 

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/direct-face-a-l-agression-de-l-armee-russe-l-ukraine-mobilise-ses-reservistes_542593.html

 

18h10 : commandant en chef de la marine ukrainienne annonce qu'il prête allégeance aux autorités pro-russes de Crimée. Il avait été nommé samedi par le nouveau gouvernement de Kiev, rappelle la BBC.

 

Edited by jou0eur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Gesticulations du G8 ? Dis toi une chose si Poutine ne trouve pas une solution pour empêcher l'Ukraine d'exploiter son gaz de schiste dans les plus bref délais c'est la mort assurer de la grande Russie. 

 

Garder la position dominante :

http://french.ruvr.ru/2012_07_18/Forbes-Vladimir-Poutine-Gazprom-Rosneft/

 

Comment le gaz de schiste peut ruiner la Russie :

http://www.courrierinternational.com/article/2012/12/06/alerte-rouge-pour-gazprom

 

"Ses ventes à l’étranger, principalement en Europe de l’Ouest, représentent les deux tiers de ses revenus. Même si le rapide accroissement de l’exploitation du gaz non conventionnel n’est pas si impressionnant à l’échelle de la planète, il se répercute de manière indirecte sur les exportations de Gazprom par une multitude de mécanismes dont le cumul finit par peser réellement. "

 

Il tenait l'Ukraine par les burnes avec son gaz, Ianou a cherché à obtenir son indépendance énergétique par le gaz de schiste, alors le Poutine relance avec des réductions sur le prix du m3 tellement importantes que l'exploitation du gaz de schiste perd une grosse part de sa rentabilité. Le Ianou signe des deux mains et là une frange de la population se sent trahie. 

 

http://www.atlantico.fr/pepites/ukraine-baisse-prix-gaz-et-aide-15-milliards-dollars-moscou-met-en-gage-pays-929996.html

 

Si le gaz de schiste pose des questions d'environnement il a une une bonne chose, c'est celui de faire baisser le prix du gaz de Vladimir. 

 

Car jusqu'ici le Poutine il s'engraisse :

http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-russe/20120302.OBS2797/russie-la-fortune-cachee-de-poutine.html

Edited by speedrun

Share this post


Link to post
Share on other sites

Toujours la meme chose

GÉORGIE

L'Europe envisage des sanctions contre la Russie, selon Kouchner

Par LEXPRESS.fr publié le 28/08/2008 à 11:20

Et aujourd hui

John Kerry a évoqué des sanctions économiques, le gel des avoirs possédés par certains dirigeants russes, des interdictions de visa, le boycottage des investissements. « Les entreprises américaines vont y regarder à deux fois avant de décider si elles veulent investir dans un pays qui a ce comportement, a-t-il dit.

Il doit trembler Vlad.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut 50 roubles pour obtenir un €, j'ai bien peur que le bâton c'est encore les russes les plus modestes qui vont se le prendre sur le nez nez en premier... Poutine doit adoucir sa position où ça va tourner au carnage.

La protection des individus face à l’intérêt national n'a jamais été la préoccupation des dirigeants russes (et soviétiques) ces dernières 300 années. Que le cours de la rouble chute face à l'absolue nécessité pour les russes de garder un accès maritime en zone non touchée par les banquises hivernales, et face aux nations musulmanes (qui à tord ou à raison les fascinent et inquiètent), c'est la dernière des préoccupations. Sans compter que les russes peuvent très bien supporter leur isolement total face à l'occident, beaucoup mieux qu'il y à 30 ans maintenant que l'offre technologique de pointe est aussi disponible en Chine. Les russes souffriront d'une perte de revenus transitoire dans la vente de leur gaz à l'occident (en cas de conflit ouvert uniquement), juste le temps que les contrats avec la Chine et l'Asie du sud est soient conclus et les pipelines finis (ils sont déjà très avancés). Je crois qu'ils sont capables de le supporter.

 

Pour analyser complètement la situation, il faut ne pas considérer seulement d'un coté la Russie et de l'autre l'Occident, mais aussi la puissance de l'Asie du Sud-Est (dominée par la Chine) et la force politico-diplomatique des pays musulmans au sud de son territoire

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aller un peu de divertissement, la France aussi à ses intérêts à défendre en Russie. Jacques Cheminade invité à donner son opinion sur la crise Ukrainienne :

 

http://www.slate.fr/monde/84031/jacques-cheminade-complot-ukraine-russie

http://rt.com/shows/crosstalk/ukraine-egypt-syria-nato-122/#.UxBOPvmRC7o.twitter

Edited by Le Glaneur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×