Jump to content
This Topic
natanoj

l'auto-édition

Recommended Posts

Salut tout le monde !

 

Vous vous doutez de pourquoi je pose la question j'imagine. A l'heure de la fin de la saison 1 du World Poker Trip, j'envisage de plus en plus sérieusement d'écrire un bouquin.

 

En fait, c'est même pas que je l'envisage, je sais que je vais l'écrire, et avec le blog, j'ai déjà 30/40% du boulot déja accompli. 

 

J'ai commencé un peu à me renseigner, eu quelques contacts avec des maisons d'édition et je suis choqué des droit d'auteurs qu'ils offrent ( 5% en moyenne pour un premier bouquin, wtf!! meme si j'en vends 2000 ce qui est déjà un joli succes, je gagne meme pas de quoi financer 1 mois de voyage)

 

Dans l'idée ce que j'envisage serait :

 

- une collecte kisskissbangbang ou équivalent pour lever des fonds ( ou meme pas forcément si j'arrive a defoncer la 10/20 de Lima hahahaha)

- écriture du bouquin et édition ( pourquoi pas au Pérou ou autre part en Am Sud afin de limiter les frais haha!)

- pub via la communauté poker, facebook qui devient de plus en plus grosse et de tous les autres médias auxquels je commence a avoir acces petit a petit.

 

 

Je suis un total novice dans le domaine mais évidemment, vu qu'il s'agit du reve de ma vie, et ca me passionne, je suis pret a bosser comme un fou dessus.

J'ai besoin de remarques, conseils, critiques, avis sur la faisabilité du projet, avantage et inconvénient de l'auto edition vs maison classique. J'ai la chance d'avoir un projet que vous connaissez tous, donc je vous écoute avec grand plaisir.

 

Merci!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans l'idée, ce thread sera une sorte de carnet de bord de l'avancée de mon bouquin, comme le Natanoj Trip est le carnet de bord de mon voyage...

 

Je poste ici un copier coller de wikipedia : 

 

 

 

Étapes de la publication[modifier | modifier le code]

L’auto-éditeur se doit donc de connaître toutes les étapes de la publication du livre :

  • la saisie et mise en page : un simple traitement de texte peut suffire. Pour une mise en page avec des illustrations, des logiciels plus élaborés permettent un résultat plus dynamique.  EN COURS
  • les corrections : orthographegrammaire, style, règles typographiques… peuvent se révéler être des contraintes difficiles à respecter pour l'auto-éditeur. C'est pourquoi le recours à des tiers est important : soit des professionnels de la correction, soit d'autres bonnes volontés compétentes disposées à ce travail.
  • l'impression : elle peut être éventuellement réalisée avec une imprimante personnelle pour un petit projet ; la reliure est toutefois un point délicat, car le résultat n'est pas toujours satisfaisant (reliure type spirale). Toutefois, l'impression est le plus souvent confiée à un professionnel. Le recours à un imprimeur est préférable dès que le nombre d'exemplaires devient important. Au niveau technique, pour un tirage en deçà de 500 exemplaires, on préférera la photocopie numérique qui fournit aujourd'hui des résultats de bonne qualité. Au-delà, il devient économiquement intéressant d'utiliser la technologie offset. La reliure proposée par un imprimeur est en général plus satisfaisante.
  • les formalités administratives et juridiques : elles sont très limitées. le dépôt légal se limite à l'envoi d'exemplaires après avoir rempli un formulaire simple. Le dépôt légal permet notamment d'instaurer la présomption que l'on est bien l'auteur de l'ouvrage. Faute de dépôt légal, on peut si on le souhaite, protéger le droit d'auteur par un dépôt en ligne. Il est possible également, sans que cela soit obligatoire, d'obtenir un ISBN qui lui reste impératif pour l'obtention du dépôt légal (Aux termes du décret no 8168 du 3 décembre 1981, les numéros ISBN doivent figurer sur tous les exemplaires d'une même œuvre soumise au Dépôt légal, ainsi que sur les déclarations de dépôt de l'imprimeur et de l'éditeur1.)
  • La publicité : beaucoup de moyens existent, mais l'auto-éditeur, ayant en général peu de moyens à y consacrer, a tout intérêt à cibler très précisément les personnes potentiellement intéressées.
  • la diffusion : c'est la phase sans doute la plus délicate de l'auto-édition. Il existe différents moyens : choix d’un organisme de diffusion (avec les contraintes que cela implique), contacts directs avec des libraires acceptant l'ouvrage, vente directe à la suite de manifestations publiques, site Internet personnel avec vente par correspondance, recours à des sites commerciaux de vente sur Internet

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a lulu.com de connu, faut voir si c'est rentable, si Gexti passe par là. Sinon je crois que c'est 8% pour les droits d'auteur, ça risque d'être compliqué de gagner quelque chose vu le public de niche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je m'appelle Patrick Huet, je suis écrivain, et j'ai publié plusieurs ouvrages en autoédition chez plusieurs prestataires d'édition.

Je ne voudrais pas avoir l'air de faire de la publicité pour ces derniers, mais si vous le souhaitez, je peux vous faire une petite comparaison des points forts et des points faibles (avantages et inconvénients) de chacun d'eux. Etant entendu, que la perle absolue n'existe pas encore.

 

Au-delà des évidences minimales : un texte écrit correctement, dont l'orthographe a été vérifiée, et bénéficiant d'une bonne mise en page.

C'est alors que le véritable "travail" commence.

 

Quel prestataire choisir ? Pourra-t-il distribuer les librairies si une commande est passée par ce biais ? Ne faites pas l'erreur de croire que les librairies sont dépassées par internet. Une personne qui veut un livre, ne s'adresse pas une boulangerie, ni à un site de parapluies. Faites un petit détour dans les librairies près de chez vous, à toute heure de la journée, il y a du passage.

Quel est délai de livraison ?

Quelle est la qualité d'impression ?

 

Tout aussi important : le prestataire reçoit le montant des ventes. Au bout d'un certain temps (défini par contrat), il reverse ce montant à l'auteur diminué du pourcentage qui lui revient. Le problème se manifeste ici.

Certains ne reversent qu'à partir de 100 euros - et uniquement une fois par an. D'autres reversent tous les trois mois à partir de 25 euros de chiffres de vente.

 

Ne croyez pas qu'il s'agit d'un point mineur. Dans certaines clauses, si vous rompez le contrat d'exploitation (à votre initiative donc), il est écrit que les ventes leur restent acquises. Tant pis pour celui qui aura mal lu les -tout petits- caractères en gris très clair pour accentuer la fatigue visuelle.

 

J'ai aussi expérimenté le cas d'un prestataire qui est en cessation de paiement. Il est toujours présent. Cela peut en décourager plus d'un de constater le chiffre de ventes, mais.... pas de paiement, puisque cessation. Et l'Etat, l'Urssasf et autres sont évidemment prioritaires.

 

Tous ces éléments sont à étudier avant de se lancer.

Ensuite vient la promotion, etc. C'est aussi tout un art qu'il faut apprendre.

 

En tant qu'auto-éditeur, vous êtes éditeur. Par conséquent tous les métiers ci-dessus, ce sera à vous de les assumer.

Un éditeur - j'entends par là qui assume la charge financière de production - réunit dans son entreprise tous ces corps de métiers.

Mais ici, nous parlons d'autoédition. Donc, il faut savoir que cela demande au préalable du travail de recherche pour déterminer le prestataire de publication qui nous convient.

 

Je ne veux pas citer de marque, ni de sociétés sans votre accord (car c'est mon premier message et je ne sais pas encore si cela est autorisé). Mais je veux bien faire un petit récapitulatif des avantages et inconvénients des prestataires auxquels j'ai fait appel.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Je ne veux pas citer de marque, ni de sociétés sans votre accord (car c'est mon premier message et je ne sais pas encore si cela est autorisé). Mais je veux bien faire un petit récapitulatif des avantages et inconvénients des prestataires auxquels j'ai fait appel.

C'est tout à fait autorisé. Merci au demeurant pour votre message sur un sujet qui m'intéresse également.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai découvert ce forum tout à fait par hasard.

De temps à autre, je lance quelques recherches sur le net au sujet de l'autoédition, notamment en tapant ce terme dans les barres de recherche. Ceci pour me tenir au courant des nouveautés, la création de nouvelles maisons de publication, les nouveaux logiciels, les sujets dont on parle, etc.

Et donc, j'ai noté cette question, ce qui m'a interpelé et donné envie d'y répondre.

Je me suis donc inscrit sur le forum.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Voici comme je vous l'ai promis un récapitulatif de mon expérience auprès de différents acteurs liés à l'autoédition ou à l'autopublication.

 

Dans cette présentation, j'indique les points positifs et les points négatifs, les avantages et les inconvénients. Mais attention, il s'agit d'une appréciation subjective. Ce qui pour moi paraît être un point négatif sera peut-être perçu par un autre comme un point positif. Et inversement

 

Je tiens à souligner cela, car aucun organisme ne possède toutes les qualités et tous les avantages, mais des avantages et des inconvénients. L'essentiel étant que celui qui retiendra votre attention aura pour vous plus d'avantages que d'inconvénients. Seuls vos critères personnels vous permettront de juger par vous-mêmes.

 

Venons donc à cette présentation.

 

** Edilivre : edilivre.com

Cette société est un hybride entre la maison d'édition traditionnelle et l'autopublication.

Il s'agit de publication à la demande, à savoir qu'ils n'impriment les livres qu'à la demande d'un client (ou de l'auteur lui-même si celui-ci désire en acquérir). Ils reversent à l'auteur un pourcentage sur les ventes effectuées par leur intermédiaire.

 

Points positifs :

- Ils prennent en charge les frais de publication. Ils font la mise en page du livre, vous n'avez qu'à envoyer le fichier sous format Word ou autre.

- Ils publient facilement. Si votre texte est correct, dans les règles du bon français, vous avez de très bonnes chances d'être retenu.

- Vous signez un contrat de publication. Par la suite, vous avez la possibilité de résilier ce contrat à tout moment, par courrier recommandé. La rupture sera effective trois mois après ce courrier.

- La qualité d'impression est très bonne, de même que la reliure. Mise en page professionnelle.

- Ils procèdent au dépôt légal.

- Le livre est disponible sous deux formats : papier et ebook.

- Ils commercialisent le livre ou le ebook sur leur site. (Et vous reversent le produit des ventes)

- Le livre est référencé chez les libraires.

 

(Remarque importante : référencé signifie être inscrit dans les bases de données auxquelles s'adressent les libraires. Le livre n'est pas distribué dans les rayons des libraires. La librairie ne commandera le livre que si un client le lui demande.... ou si l'auteur le démarche pour qu'il en prenne)

 

- Commande en petite quantité possible (minimum 3 exemplaires).

- Le livre fait l'objet d'un dépôt légal à la BNF (Bibliothèque Nationale de France).

- On peut également payer par chèque. (Certains sont très réfractaires au paiement par carte bancaire).

 

Points négatifs.

- Le prix de vente est fixé par Edilivre.

Je considère cela comme point négatif, parce que le prix assez bas pour être attractif vis-à-vis du lecteur, mais si l'on désire vendre soi-même le livre, il faut les acheter à Edilive, mais la réduction accordée à l'auteur est trop faible pour lui permettre d'en tirer un bénéfice. Si l'on ajoute les frais de transport, pour moi cela a été une opération nulle (coût final = prix de vente). Avec un euro de plus par livre, j'aurais pu avoir au moins un petit bénéfice d'un euro par exemplaire vendu par mes soins.

 

- Les ventes effectuées par Edilivre sont versées à l'auteur tous les ans, mais uniquement si cette somme dépasse les 100 euros. Tant que cette somme n'est pas atteinte, l'auteur ne reçoit rien.... et cela peut durer des années.

Si l'auteur rompt le contrat, les sommes en dessous de 100 euros demeurent la propriété d'Edilivre.

 

Les points ci-dessus figurent dans le contrat. Donc, celui qui signe en connaît les avantages et inconvénients.

Ce type de contrat convient donc à ceux qui : Ne veulent pas se soucier de la technique de mise en page et souhaitent quelques exemplaires de livres pour se faire plaisir (avec une présentation professionnelle), ou qui sont sûrs d'en vendre des quantités par Internet ou en démarchant les libraires. Mais là, il faut quand même être un bon commercial.

 

 

** Lulu. : lulu.com

Auto-édition par le biais d'une plateforme internet. Sous forme ebook ou papier, ou les deux selon vos préférences. Vous téléchargez votre fichier et faites votre choix en ligne.

Ils vendent le livre sur leur site, mais vous pouvez aussi acheter un certain nombre d'exemplaires à prix réduit pour les vendre vous-même.

 

Points positifs.

- Pas de frais ni pour le téléchargement sur leur plateforme ni pour la conservation des données.

- Vente en direct sur leur site.

- Possibilité de choisir les formats livre et papier.

- Vous choisissez vous-même le prix des ouvrages, un programme en ligne vous permet de connaître le pourcentage qui vous revient, et ainsi vous adaptez votre prix.

- Un programme en ligne vous permet de préparer votre livre : des modèles de couvertures à choisir si vous n'en avez pas, etc.

- Ceux qui maîtrisent la technique peuvent télécharger leur fichier de couverture et autres fichiers. Ce qui est délicat avec la couverture, c'est qu'il faut tenir compte de l'épaisseur du dos (la reliure) variable selon le volume et le type de papier. Et bien sûr, il doit s'accorder au reste de la couverture au millimètre près, si vous ne tenez pas voir le texte du dos empiéter sur la première de couverture (le recto, vu de face).

- Vente à l'international (mais attention aux frais de port pour celui qui commande d'un pays étranger, frais à sa charge. Pas de frais de port évidemment pour les ebooks).

- Commande possible par vous-même en petite quantité, à partir d’un exemplaire.

- Pas d'exclusivité.

 

Points négatifs.

- Difficile de connaître les coûts de transports. (C'est un des points qui m'a éloigné, bien que j'avais commencé la préparation d'un livre en ligne.)

- Personne à qui s'adresser pour avoir une information. Il y a une FAQ, un forum. Mais à moins qu'ils aient changé ces derniers temps, si l'on a une question spécifique, il faut passer par le forum dans l'espoir que quelqu'un connaisse la réponse.

- Paiement par paypal ou carte bancaire.

- Méthode compliquée pour obtenir un numéro ISBN (qui permet de vendre sur les plateformes professionnelles). Je n'y ai pas compris grand-chose, de plus les conditions d'obtention ont varié à plusieurs reprises. ISBN payant (alors que ces numéros sont gratuits en France – mais Lulu est canadien).

- À vous de faire le dépôt légal à la BNF.

 

Je m'étais inscrit chez Lulu, j'avais commencé un formatage de livre, mais tous ces points m'ont amené à chercher ailleurs quelque chose qui me convenait mieux.

 

Toutefois, Lulu s'avère excellent si : vous cherchez juste une plateforme qui commercialise vos ouvrages à la fois en papier et en numérique. La réduction accordée si vous achetez par vous-même était également très correcte. (À nuancer avec les frais de port que je n'ai jamais pu déterminer).

 

Lulu vous reverse le pourcentage des ventes que vous avez choisi. Je ne pourrais en dire plus sur leur promptitude n'ayant pas conclu avec lui.

 

 

 

** Books on Demand ou bod.fr

Publication en autoédition, au format papier autant qu'en numérique.

Les livres sont vendus sur leur site, mais vous pouvez aussi en commander à prix réduit.

 

Points positifs.

- Un interlocuteur est là pour répondre à vos questions.

- On fixe soi-même le prix du livre. Une calculette en ligne vous permet de calculer à l'infini les différentes possibilités.

- Possibilité de choisir son type de reliure : livre broché (comme les livres de poche) ou livre relié (cousus), couverture relief, etc. tous types de dimensions. Beau papier.

- Une fenêtre vous donne les coûts de transport selon le poids

- Commande possible par vous-même en petite quantité, à partir d’un exemplaire.

- Si vous achetez en volume, les réductions sont très favorables (de mémoire, à partir de 100, cela tourne aux environs de 50% de remise).

- Le rendu de couverture est absolument magnifique. Mes photos (utilisées pour mes couvertures) ont chaque fois étaient magnifiées. À chaque nouvelle impression, le même degré de perfection des couleurs.

- Possibilité de choisir quelle (s) page (s) vous voulez imprimer en couleur si vous avez des photos, le reste étant imprimé en noir et blanc (économie sur les coûts d'impression.

- La reliure brochée (celle que j'ai choisie jusqu'à présent) est professionnelle.

- Préparation du livre très simple. Deux possibilités.

1 - Vous préparez le fichier intérieur sous Word (ou openoffice) aux dimensions que vous voulez, en y incluant des photos si vous le souhaitez, vous le sauvegarder en PDF, vous le télécharger sur le site de Bod. Une fenêtre vous permet de choisir un modèle de couverture que vous pouvez personnaliser avec vos propres photos, votre titre, le résumé de la quatrième de couverture (le verso ou l'arrière).

2 - Il existe un logiciel qui vous permet de préparer en ligne tout le livre, la mise en page, etc. Je ne l'ai jamais utilisé.

 

- Les livres sont référencés en librairie, dans les bases de données suivies par les libraires.

- Le livre fait l'objet d'un dépôt légal à la BNF.

- Il est diffusé sur leur site et à l'international.

- On peut choisir de placer des extraits sur Google livre et Amazon Search.

- Paiement possible par chèque.

 

Point très important.

- Ils payent de façon effective par virement. Paiement tous les 3 mois (c'est très appréciable) à partir de 25 euros. Mais si vous faites moins, ils soldent votre crédit à la fin de l'année. Donc, si votre livre na pas eu de succès, que vous n'avez que 4 euros de vente, ceux-ci vous sont réglés automatiquement.

 

 

Points négatifs.

Avec tous ces points avantageux, il était impossible de ne pas en avoir qui soit moins attrayant. Je vais les citer pour être totalement impartial.

 

- Vous pouvez choisir une publication privée. Dans ce cas, vous avez uniquement l'impression des ouvrages à 50 % de remise ou plus selon le volume. En ce sens, vous utilisez Bod comme imprimeur et vous n'êtes pas diffusé ni sur leur site ni auprès des libraires. Vous ne disposez pas de l'ISBN de Bod ni du dépôt légal, etc. (j'ai choisi cela pour un de mes titres)

 

- À partir du moment où vous demandez un numéro ISBN et que vous voulez être diffusé auprès des libraires, vous signez un contrat d'exclusivité de deux ans. Vous avez néanmoins la possibilité de rompre ce contrat quand vous le voulez, à la condition de verser une indemnité (de mémoire, cela tournait dans les 250 ou 300 euros, il y a deux ans).

Exclusivité signifiant que vous ne pouvez pas vendre le texte du livre sur d'autres plateformes. En l'occurrence, c'est BOD qui le commercialise par le biais de ces plateformes (s'il fait affaire avec elles bien sûr). Donc, vous ne pouvez pas commercialiser ce livre à la fois chez Bod et chez Lulu, par exemple, ni sur les plateformes numériques. Vous ne pouvez pas non plus commercialiser le ebook sur Amazon (de toute façon, Bod le vend pour vous sur Amazon). En revanche, vous pouvez vendre les livres papiers que vous avez achetés à prix réduit partout où vous le voulez, sur votre site, par petites annonces, les salons, etc.

 

Bien entendu, après deux ans, cette indemnité n'est plus d'actualité, et vous continuez tranquillement chez Bod si le service vous a donné toute satisfaction.

 

- Aucun frais si vous optez pour la formule sans ISBN (Bod fun), sinon des frais de « matriçage » de 39 euros. À noter qu'en 2013, il y avait une période de promotion de plusieurs mois où l'on pouvait opter pour la formule ISBN sans avoir de frais du tout. (Peut-être que cela reviendra)

 

Autre point faible : il n'existe que trois types de papier. Papier blanc 90 g, papier crème 90g et papier photo brillant 200g. J'ai utilisé ces trois types, leur rendu est excellent. En revanche, ils n'ont pas le papier bouffant. C'est une sorte de papier qui est « gonflé » pour lui donner de l'épaisseur. Il est très utilisé dans la confection des livres, car cela augmente évidemment l'épaisseur finale du livre. Bon, c'est une astuce d'éditeur pour rendre plus imposant le livre.

 

 

Pourquoi, j'ai choisi Bod pour plusieurs de mes titres : l'excellente qualité de la couverture, du rendu de mes photos, leur service de diffusion, et le fait d'être sûr que Bod réglait les redevances qui me revenaient. L'échéance de 3 mois étant suffisamment courte pour me permettre de réagir en cas de problème et d'aller voir ailleurs si l'entreprise faisait défaut.

Le fait qu'il y ait exclusivité de deux ans, l'indemnité, étant largement contrebalancé par les avantages ci-dessus.

C'est chez Bod que je publie notamment « le Rhône à pied du glacier à la mer », « La Seine à pied de la source à la mer » des livres qui comportent du texte, mais aussi des photos en couleurs.

 

Il s'agit d'une opinion tout à fait personnelle bien sûr. D'autres peuvent manifester un point de vue différent selon leur expérience et exigence.

 

Si vous avez des questions, n'hésitez pas.

(Les repsonsables des structures évoquées peuvent aussi apporter une précision sur un point ou un autre).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petit oublie de ma part.

J'avais préparé le texte sur traitement de texte et en effectuant un copier coller, une partie n'a pas été sélectionner.

Voici donc la suite de ma présentation.

 

** Sobook. Sobook.fr

C'est un imprimeur. Mais un imprimeur uniquement de petits volumes de livres à des prix attractifs. Vous pouvez en commander un exemplaire ou deux cents. Au-delà de 500 les prix ne sont plus attractifs (car ils ne sont pas équipés pour), mais en petite quantité oui.

 

Points positifs.

- Un interlocuteur avec qui échanger. (par email ou tél).

- Une livraison rapide en quelques jours.

- Un barème de prix avec lequel vous pouvez calculer vous-même le prix de revient d'un ouvrage (nombre de pages, type de papier, couleur ou pas, etc.) Barème à demander. (Vous recevez le fichier avec tous les détails de prix, en pdf).

- Une excellente reliure. Professionnelle. (Choix possible du papier bouffant pour gonfler l'épaisseur du livre).

- Vous pouvez faire imprimer un livre à l'unité et l'expédier chez le lecteur qui vous a acheté le livre (vous recevez la facture, le client reçoit le livre – bien sûr c'est à vous de vous occupez du règlement du client, le client vous paye directement).

- Paiement par chèque possible.

 

Point très positif.

- Le fichier du texte du livre et celui de la couverture du livre sont à préparer par vous (fichier sauvegardé en PDF, ce qui est automatique sur Open Office). La difficulté tient dans la réalisation de la couverture. Les imprimeurs demandent un fichier qui comporte sur une même page les trois rectangles suivant : la face avant du livre (la première de couverture), le dos (la reliure) et l'arrière (la quatrième de couverture), le dos n'étant pas écrit dans le même sens que le texte de la face avant et face arrière.

Je n'avais pas les logiciels pour le faire. En appelant mon interlocutrice, nous avons convenu ceci : je préparais les trois rectangles en trois fichiers PDF séparés, et leurs services techniques se chargeraient de les réunir comme il le fallait (j'ignore comment d'ailleurs).

 

Le résultat : impeccable. J'ai imprimé deux ouvrages chez Sobook (un roman « Les belles histoires du Lyonnais des temps joli » et un guide de randonnée). J'en ai été très satisfait.

 

Points négatifs.

Ce ne sont que des imprimeurs, alors bien sûr.

- À vous d'acquérir les numéros ISBN, d'effectuer le dépôt légal éditeur à la BNF (car vous êtes de fait devenu éditeur).

- Le livre n'est pas en vente sur leur site, n'est pas référencé auprès des libraires, n'est diffusé nulle part. C'est à vous de vous occuper de cette diffusion.

Ce qui est compréhensible, puisque leur métier c'est uniquement imprimeur.

 

 

Il existe de nombreuses autres structures de publication, en France comme à l'étranger, je ne parle de ceux avec qui j'ai eu une expérience assez poussée.

 

J'ai voulu rester impartial en évoquant à la fois les côtés positifs et négatifs. J'espère que ces sociétés ne m'en voudront pas trop d'avoir aussi mentionné les points négatifs. D'autant que cela peut changer. Les choses évoluent au fil du temps.

 

Mais déjà, cela vous donne un aperçu sur les possibilités existantes.

 

Je n'ai pas présenté les éditions en numériques, mais les offres sont immenses et encore plus variées.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci beaucoup M. Huet.

 

Une petite questions : 

 

Mon cas est un peu particulier puisque j'ai déjà une communauté de lecteurs ( via mon blog) qui seraient prets à acheter mon livre. Je n'ai pas vraiment besoin d'une plate forme de distribution, puisque mes lecteurs pourraient commander directement sur mon site. De plus, j'ai déjà des compétences en matière de graphisme qui me permettent de ne pas passer par un professionnel pour la mise en page et la couverture.

Dans ce cas précis ou la seule compétence que je recherche est l'impression+ l'envoi des ouvrages, avez-vous des recommandations?

Natanoj pourquoi ne pas publier un ebook a la manière d'Artplay? Comme c'est pour financer ton voyage, cela ne te permettrait il pas de récupérer plus par rapport à un livre papier?

Car un ebook n'apporterait aucune plus value par rapport au blog deja existant (a moins d'ecrire des articles uniques, mais ca implique de ne pas publier certains articles sur le blog, ce qui casserait completement sa coherence)

 

Cette nuit, j'ai eu une idée... J'en suis tres tres content.

C'est unique en France je crois, peut etre unique au monde, je sais pas.

Ca règle 99% des problemes.

 

Je vais essayer de developper le concept, et de le sortir lors de la saions 2 du wpt.

 

Je vous tiendrai au courant

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette nuit, j'ai eu une idée... J'en suis tres tres content.

C'est unique en France je crois, peut etre unique au monde, je sais pas.

Ca règle 99% des problemes.

sick teasing ! :)

gL, un livre est clairement dans la droite lignée.

Par contre je pense que tu peux toucher un public bien plus large que les lecteurs de ton blog, et comme tu dis, si ça n'était que ça, quasiment tout (sauf ton analyse a posteriori) est déjà disponible là bas, donc l'intérêt serait moindre.

Tu as eu la chance (bien provoquée) d'avoir de la visibilité médiatique, je pense qu'il ne faut pas s'arrêter à ton blog.

Take care !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Natanoj,

 

Je suis régulièrement ton blog et en faire un livre me paraît une chouette idée !

 

Il semble que tu es déjà trouvé une solution et tant mieux.

Mon avis te sera donc sûrement inutile :) mais il me semble que dans ton cas, tu peux réellement toucher un grand public et un éditeur, s'il fait bien son boulot, est l'idéal. Il assurera la promotion, s'emm**dera avec ses distributeurs, etc... L'histoire des 5% est un peu sick mais cela reste un premier livre et rien que ça, c'est déjà cool. Après 5 ou 10 %, j'ai presque envie de dire peu importe, ce qu'il faut que tu négocies, c'est que l'éditeur te donne des avances sur droits. A la signature du contrat, t'es payé et lui se remboursera sur les ventes. Si ça marche, vous en faîtes un second, sinon, au pire, t'as sorti un beau bouquin sur une tranche passionnante de ta vie qu'on pourra trouver dans toutes les bonnes librairies et que tu montreras fièrement à tes  futurs enfants ou au moins à celles qui osent se montrer réticente à ton charme de frenchy baroudeur.

 

En tout cas, je te souhaite toute la réussite possible à ton projet.

Tu as déjà quelques exemplaires qui seront achetés de mon côtés (cadeau idéal !)

Edited by Brissiaud

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
partypoker : McLaren
partypoker : McLaren