Jump to content
This Topic
jou0eur

Journalisme et révolution de l'information

Recommended Posts

Les journalistes de « carrière » et groupes de presse sont probablement destinés au même futur que les maréchaux-ferrants lors de l’avènement de l’automobile.

Le problème c'est que l'Etat va probablement les maintenir en vie pendant des décennies à coup de subventions. 

 

C'est un peu comme les agriculteurs mais en pire. Tout comme les agriculteurs ils ont un gros potentiel de nuisance, mais en plus ils sont on ne peut plus utiles à l'Etat.

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca fait bien longtemps que j'ai fermé les écoutilles mais ce qui me choque lorsque je les ouvre, c'est de voir ou entendre encore et encore les mêmes journalistes généralistes qui ont souvent l'appellation de journalistes "politiques" spécialistes en tout mais experts en rien. Ce sont des superjournalistes capables d'interpeller la ministre de la santé sur les médicaments génériques, de poser des questions pertinentes au ministre de l'écologie au sujet du nucléaire le jour suivant, de converser économie française avec le ministre des finances et de parler du bien-fondé de l'intervention au Mali avec le ministre des affaires étrangères.

 

Au final, ils ne sont que de simples attachés de presse face à des politiques tout penauds absolument jamais confrontés à des remarques pertinentes ou mis face à leurs contradictions évidentes, qui viennent réciter leur texte préalablement pondu par des experts en communication. Le comble, c'est les bonnes petites interviews matinales des radios où les questions ont été communiquées la veille, on voit les mecs réciter leur texte quoi, c'est du thêatre.

 

C'est le monde fabuleux de l'interview politique, ils s'appellent Elkabbach, Apathie, Duhamel, Elkrief, Lagache, Mazerolle, Chabot...

Edited by leratlouche

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous faites comme quoi comme boulot valmont et vito ?

 

Dans combien de temps allez vous devenir obsolètes ?

J'ai un scoop pour toi : tu n'es pas obligé de faire le même boulot toute ta vie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai un scoop pour toi : tu n'es pas obligé de faire le même boulot toute ta vie.

J'ai vu à la T.V. que quand tu as bossé dans une usine pendant 20 ans, l'usine t'appartient.

Faudrait être con pour changer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Or nous aussi on a une opinion.

Ce qui donne le message d'argento. Il veut des faits et les opinions des leaders d'opinion. Pas l'opinion du journaliste. Il en a juste rien à foutre de l'opinion du journaliste.

Le journaliste d'analyse avec forte plus value, ou celui qui va chercher les sources ou le journalisme d'investigation existera encore à n'en pas douter.

Bon résumé.

Le fait est que à l'heure actuelle, les gros titre genre le monde ne rapporte plus les faits, il reste que la partie où le journaliste transformer en journaleu donne son avis et fait passer ça propagande sur tel ou tel sujet.

L'information de base elle est rapporté par les agences de presse tel que l'AFP, Reuters etc, ils ne font plus qu'un travail de recopie d info en donnant leur petit avis de comptoir...

Le nombre de fake a explosé d'ailleurs, car l'info de base était bidon et le journaleu a brodé par dessus.

Autre point, si je me rappel bien le chiffre, j'avais lu un article où le type avait rapporté que les fait divers dans la presse avait augmenté de 73% en 10 ans.

On raconte tellement tout et n'importe quoi sur tout les sujets que les vrais sujet sont forcément moins bien traité car les reportages et analyse de fond son mis en concurrence avec les infos sur les départs en vacances au ski...

Edited by Argento

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour expliquer un peu, c'est facile de répondre "ils n'ont qu'à faire autre chose quand leur travail disparait", (maréchal-ferrand bla bla) mais l'autre chose disparaitra ensuite. Un jour il n'y aura plus assez d'autre chose, voir plus du tout post singularité (quand la machine sera plus performante que l'humain dans tous les domaines).

 

Dans le monde libéral, le progrès technologique ne peut bénéficier qu'au capital qui tire la plus-value de ce progrès.

 

Il serait bon de se poser la question de la disparition du travail.

 

 

edit : tentative de level-up

Edited by fonxtal

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour expliquer un peu, c'est facile de répondre "ils n'ont qu'à faire autre chose quand leur travail disparait", (maréchal-ferrand bla bla) mais l'autre chose disparaitra ensuite. Un jour il n'y aura plus assez d'autre chose, voir plus du tout post singularité (quand la machine sera plus performante que l'humain dans tous les domaines).

 

Dans le monde libéral, le progrès technologique ne peut bénéficier qu'au capital qui tire la plus-value de ce progrès.

 

Il serait bon de se poser la question de la disparition du travail.

 

 

edit : tentative de level-up

Pas le bon thread pour regretter le bon vieux temps où le Nord-Pas-de-Calais connaissait le plein emploi grâce à la possibilité d'envoyer ses gosses dans les mines :(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour expliquer un peu, c'est facile de répondre "ils n'ont qu'à faire autre chose quand leur travail disparait", (maréchal-ferrand bla bla) mais l'autre chose disparaitra ensuite. Un jour il n'y aura plus assez d'autre chose, voir plus du tout post singularité (quand la machine sera plus performante que l'humain dans tous les domaines).

 

Dans le monde libéral, le progrès technologique ne peut bénéficier qu'au capital qui tire la plus-value de ce progrès.

 

Il serait bon de se poser la question de la disparition du travail.

 

 

edit : tentative de level-up

Lorsqu'il n'y aura plus de travail à faire cela voudra dire qu'il n'y aura plus besoin de travailler. Cela peut paraître enfoncer une porte ouverte mais il faut réfléchir à l'implication de ce qui vous dire "il n'y aura plus besoin de travailler". Cela veut dire que la totalité des désirs humains seront satisfaits par les machines, que les humains seront tous des pachas avec des esclaves robotiques à leur disposition. En attendant ce jour béni, il y aura toujours du travail tant qu'il y aura des désirs humains que ne pourront pas satisfaire les robots. 

 

Cela fait depuis la révolution industrielle qu'il y a des jérémiades sur les machines qui volent le travail. Soit dit en passant c'est la même logique que les étrangers qui volent le travail. (Si on pense que la première phrase est vraie, et si on est cohérent, alors on pense que la deuxième phrase est vraie aussi.)

 

Mais cette vision de l'économie en vase clos est fausse. Une machine qui fait le travail que faisait un employé c'est un nouveau travail qui se crée ailleurs dans l'économie, parce que cela augmente profit et donc l'investissement futur. Un immigré qui fait le travail que faisait un travailleur local pour moins cher c'est un nouveau métier qui se crée ailleurs dans l'économie, parce que cela augmente le profit et donc l'investissement futur.

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça dévie effectivement du thread mais c'est un peu lié à la "révolution de l'information" qui engendre la disparition du travail.

 

La jérémiade c'est pas le vol du travail par l'étranger ou la machine mais le transfert de la richesse du travail vers le capital sans contre partie.

 

La solution pour une transition en douceur ça serait la dédramatisation du chômage et son indemnisation, ou l'instauration d'un revenu de base, apparemment certains libéraux n'y sont pas opposés.

Edited by fonxtal

Share this post


Link to post
Share on other sites

La jérémiade c'est pas le vol du travail par l'étranger ou la machine mais le déport de la richesse du travail vers le capital sans contre partie.

La contrepartie c'est qu'il n'a jamais, depuis le début de l’âge industriel, fallu si peu de capital pour se lancer et se mettre à son compte. Qu’il n’a jamais été possible de lancer un produit capable de s’imposer avec si peu de moyens initiaux, si jeune et si rapidement. Qu’il n’a jamais été aussi simple de s’instruire par soi-même, de changer d’activité, de toucher le monde avec ce que l’on a à offrir sans l’aide d’un « patron » et de son capital.

La solution pour une transition en douceur ça serait la dédramatisation du chômage et son indemnisation, ou l'instauration d'un revenu de base, apparemment certains libéraux n'y sont pas opposés.

Je n'y suis pas opposé. Même favorable, en fait.

Mais en échange de très légères contreparties, s’apparentant à du bon sens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça dévie effectivement du thread mais c'est un peu lié à la "révolution de l'information" qui engendre la disparition du travail.

Elle engendre la disparition de certains métiers et la création d'autres métiers.

La jérémiade c'est pas le vol du travail par l'étranger ou la machine mais le transfert de la richesse du travail vers le capital sans contre partie.

 

Avec la concurrence le profit supplémentaire qui vient de la machine/travailleur étranger disparaît et le prix de ce qui est produit diminue. Il n'y a pas de transfert de richesse sur le long terme entre travail et capital, le consommateur est le seul gagnant de long terme de ce processus (et tout le monde est un consommateur).

 

La solution pour une transition en douceur ça serait la dédramatisation du chômage et son indemnisation, ou l'instauration d'un revenu de base, apparemment certains libéraux n'y sont pas opposés

 

La solution pour la transition soit la plus smooth possible pour le travailleur est le plein emploi. 

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non mais qu'il y ait des médias mainstream, des informations mainstream et des intellectuels faussaires c'est un fait. Qu'il y ait des manipulations médiatiques, c'est un fait. Que les élites passent par le même moule c'est également un fait.

 

Découvrir ça aujourd'hui et ramener ça à la présidence de François Hollande, c'est amusant. Mais, en revanche, mettre TOUT le monde dans le même panier en disant tous les médias sont pourris, que tous les politiques sont les mêmes, que les intellectuels se trompent tous autant qu'ils sont, et que le grand complot est en marche, c'est du raccourci idéologique. 

 

La mouvement de la défiance et de la paranoïa est en marche, ça c'est certain.

Quand tu vois comme il y a du clivage dans le thread Quenelle de Dieudonné, idem dans toute la France, alors que le traitement médiatique est plus antidieudonnée que rounders et nicoulou réunis, ça ne fait même plus se poser de question. Le parti pris est évident comme le nez au milieu de la figure. Le problème c'est que sur un sujet comme quenelle/dieudo, les gens peuvent se faire leur avis personnel, alors que sur des sujet plus technique comme l'euro, l'otan, les intervention militaire extérieur etc. on est enfumé de A à Z.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est toi qui dit "Tout" Glanneur ...pas moi ....

C'est toi qui ramène "TOUT" ça à FH ....pas moi ....

Tu utilises les memes arguments(la généralisation outrancière) et méthodes que les journalistes type Calvi, je suis sur que tu as mieux à proposer.

Par contre je t'invite à répondre à cette question :La dissonance Cognitive nuit elle à son propre raisonnement (à son libre arbitre) ?

Il me semble apercevoir "cette tare intellectuelle" de plus en plus ces temps ci...

Pour ma part j'aimerai avoir vos avis sur ce bon vieux John Swinton et sa vision radicale des journalistes : http://www.mai68.org/ag/1296.htm

J'ai lu plus haut cet argument, je suis OK , la logique et le croisement des infos reste un moyen solide de s'informer.Je suis OK aussi quand à l'apport de communautés "type CP". Je suis OK avec Valmont sur le "record de disponibilités" concernant les infos, mais moins sur la facilité pour "propager" ces informations.(Et réservé quand à la capacité de comprendre ces infos contradictoires, réservé aussi quand à la capacité d'aller les chercher , la facilité etant la "norme" de notre époque. Junk Food , Junk Information ?

PS : L'"Identité" , le cursus, le parcours et le financement de celui qui donne l'information est un impératif pour décrypter "les infos mainstream".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
PMU : Dream about Vegas
PMU : Dream about Vegas