Jump to content
This Topic
jou0eur

Journalisme et révolution de l'information

Recommended Posts

C'est comme partout, c'est un mélange de business, d'influence et de valeurs nobles. Donc ça donne parfois des trucs chelous.

Et c'est plus pertinent de défendre des individualités que le métier ou le groupe en général je trouve. 

 

Par exemple chez Médiapart, le "porte-parole" et vitrine médiatique c'est Edwy Plenel mais il est pas tout le temps défendable (dernièrement au Grand Journal, il y a eu le dernier chapitre de la gueguerre Plenel/Apathie assez pathétique) alors que je défendrai plus vigoureusement quelqu'un comme Martine Orange qui est une excellente journaliste d'investigation d'autant plus qu'elle se fait rare (absente même) des médias.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne vais pas m'attarder plus longtemps sur le rôle que j'estime fondamental des journalistes dans notre société. Il est cependant regrettable qu'une partie de la population (dont fait partie Joueur) ignore tout de notre boulot, de ses contraintes et de ses exigences.

Ce qui est fondamental, c'est la liberté de la presse. Peu de journalistes sont des Woodward ou des Bernstein. Beaucoup de journalistes, dont ils n'ont du métier que le nom, ne font jamais de journalisme, d'enquête. Il se contentent d'écrire un papier qui reprend les faits écrits par d'autres - et de ce point de vue, l'AFP est une source unique qui nuit autant qu'elle apporte au journalisme.

 

Le cas de correspondant en pays en guerre est différent, pour le coup je ne dis rien car je n'y connais rien. Mais à la limite, je préfèrerais écouter les deux versions de propagande des deux camps, et imaginer que la vérité se trouve quelque part entre les deux, que de lire les papiers signés des correspondants mais édités/retouchés par un journal qui peut souhaiter raconter tout et n'importe quoi pour faire vendre du papier.

 

Edit : et j'ajouterais même : qu'on fasse tant de distinction entre journalisme d'investigation et journalisme, c'est que le second est devenu un pauvre ersatz du premier, alors qu'ils auraient dû rester indissociables.

 

Edit 2 :

 

le dernier chapitre de la gueguerre Plenel/Apathie

Plenel est un journaliste, Apathie est un rigolo. Fin du match.

 

Difficile d'identifier des médias où l'éthique journalistique est la règle : Mediapart, le Canard Enchaîné... y en a-t-il d'autres?* Edit : Le Monde Diplomatique, merci à Isendir1.

 

(*attention, ça ne veut pas dire que si vous êtes journaliste au Monde ou ailleurs vous êtes un mauvais journaliste ou que vous n'avez pas d'éthique. Simplement vous êtes noyé dans la masse d'une ligne éditoriale qui me laisse penser - et je ne parle pas du Monde en particulier - que la liberté de la presse peut s'user quand on ne s'en sert pas.)

Edited by taamer

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'éthique ils en parlent beaucoup. Mais ca ne reste qu'un cadre. Cadre Qu'on utilise aujourd'hui si formellement, qu'il sert essentiellement a s'auto censurer.

Ajoutons a ca une dynamique mercantile depuis debut 20ieme. Et on se retrouve dans une posture ou le dire est proscrit.(par opposition aux faits)

J'avais écrit il y a quelques années ici un petit post la dessus. Je le chercherai ce soir pour éclairer ma position sur la dynamique actuelle.

Edited by fredydore

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a pleins de bonnes sources d'informations, le problème c'est que quand un journaliste investigue son travail est bêtement repris par 500 "autres journalistes pas très compétents" qui se font pas trop chi** a faire une contre-enquête.

 

Et Obv tout les journaux utilisent ce principe de repompage AFP/twitter et le drame arrive quand il y a des journalistes encore plus cons que les "pas compétents" qui eux ne se font même pas chi** a faire des recherches et pondent un article sur fond de violon et démagogie.

 

Les pas compétents reprennent les infos des cons sans vérifier et on se retrouve dans un journal avec X% de bon journalisme, Y% de journalisme incompétent, et Z% de journalisme CON. Pour classifier le pourcentage de X Y et Z : X<Y<Z

 

Après le dernier problème c'est évidemment la censure interne qui fait que la ligne éditoriale doit plaire aux amis des hauts placés des journaux.

Edited by Mrpropre World Peace

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vaste débat :)

 

Un journaliste c'est quelqu'un qui a la carte de Presse. Et ce n'est plus devenu un critère ou un gage de qualité ou de conscience. Chacun exerce comme il l'entend. La différence doit se faire en fonction du sujet qui est traité.
 

Edited by Byshop

Share this post


Link to post
Share on other sites

Amha, la problématique ne doit pas se limiter au "journalisme à l'ère d'internet". C'est une problématique qui existe depuis plusieurs décennies, avec l'apparition des mass media.

 

Pour ne pas spoil, voici ce qu'un journaliste réputé pour son honnêteté et son intégrité disait à propos des nouvelles vitesses de circulation de l'information :

 

"The speed of communication is wondrous to behold. It is also true that speed can multiply the distribution of information that we know to be untrue." -- Edward R. Murrow

Share this post


Link to post
Share on other sites
Amha, la problématique ne doit pas se limiter au "journalisme à l'ère d'internet". C'est une problématique qui existe depuis plusieurs décennies, avec l'apparition des mass media.

 

dvp un peu et je verrais si je change le titre du thread. Et propose en un d'ailleurs.

Edited by jou0eur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel est votre top 5 de médias internet alternatifs fiables hormis MediaP?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel est votre top 5 de médias internet alternatifs fiables hormis MediaP?

Rien n'est fiable à 100%, faut juste croiser l'info.

Après si en France on arrêtait de sponso la presse (le cas de l'humanité c'est quand même la cerise sur le gateau...), des nouvelles têtes apparaitraient, car la c'est un peu les même journaux depuis des lustres qui se font renflouer ou qui bénéficient de niche fiscal à tout va...

Ce qui ne va pas dans le sens du pouvoir au sens large ne reçoit pas de carte de presse/accrédidation, n'a donc pas de TVA réduite, et peu pas faire concurrence au "major" de l'info...

Si au passage on pouvait démolir France télévision et ces reportages bidon, la syrie en a été un bon exemple, on allègerais par la même occaz la redevance à tlm...

 

Il serait temps de mettre une dose de libéralisme la dedans, on en met partout, pourquoi pas dans le secteur de la presse.

Edited by Argento

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'attends une réponse de tramer. En attendant je post ceci sur la révolution de l'information.

Je n'avais pas l'intention a priori de développer, mais je vais faire un effort pour ce débat.

L'information de masse, la recherche du sensationnel, le rythme effrené des publications, la part belle laissée à la propagande ou à la censure - ou à toute autre forme d'édition partisane, les sources de moins en moins vérifiées, les publications des uns immédiatement répétées par les autres : tous ces éléments font que les medias, journaux compris, sont essentiellement des vendeurs d'espace publicitaire.

Patrick Le Lay (TF1 en 2004) vend le temps de cerveau du téléspectateur à Coca-Cola

Les médias sont-ils un reflet de la vérité de l'information? Non.

Internet ne vaut pas beaucoup mieux : on trouve tout et son contraire sur internet. Internet diversifie* les sources (un bon point), mais internet donne le même poids à tous les témoignages - et l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours peut avoir une vision erronée de la couleur de sa fourrure. Et vouloir pondérer les témoignages, c'est s'exposer à d'autres risques - élection mondiale en 2012 : Psy est élu président du monde grâce aux millions de vues de son clip Gangnam Style, wtf?

*avec le bémol qu'il faut rester vigilant; il arrive qu'un ensemble de sources différentes et a priori indépendantes soient en réalité toutes dérivées d'une seule publication - auquel cas on retrouve un cas testis unus, testis nullus.

 

Alors, quelles sources pour avoir de l'information?

- Club Poker est une source d'information - un panel francophone de joueurs de poker, qui vivent sur tout le globe et partagent un peu de leur vie ou de leurs centres d'intérêts à la communauté. On reconnait assez bien un troll ou une tentative de propagande sur le forum et la communauté sait se défendre contre ces intrusions. L'esprit de la communauté et son ecclectisme préservent son indépendance.

- Il y a encore du journalisme à l'ancienne, des médias qui vérifient leurs sources. On avait mentionné dans un autre sujet Le canard enchaîné, Mediapart ou Le Monde Diplomatique; après quoi il faut avoir une certaine habitude pour savoir si tel ou tel journaliste (qui n'écrirait pas dans les opus cités) écrit de bons papiers, ou si ses bons papiers deviennent de mauvais articles suite aux retouches partisanes de la rédaction en chef.

 

Pour conclure, je trouve que notre époque a amené d'énormes pièges autour de l'information. Quand par le passé, deux sources de propagande ennemies diffusaient des informations contradictoires, on pouvait raisonnablement penser que la vérité se trouvait quelque part entre les deux, et on passait à autre chose. Aujourd'hui, ce sont les sources qui sont travesties pour les besoins du message souhaité : en sortant un mot, une phrase, un ensemble de phrases d'un contexte, on peut faire dire n'importe quoi à n'importe qui. Cette méthode est utilisée par tous les camps, cela permet de faire le buzz.

 

Et on retrouve autant de buzz qui expliquent qu'il y a eu faute dans la surface de réparation (arguments - présentés comme preuves - à l'appui), que de buzz qui expliquent que l'attaquant a simulé la chute (arguments - présentés comme preuves - à l'appui), que de buzz qui vouent l'arbitre aux gémonies (arguments - présentés comme preuves - à l'appui), à partir de la même scène, des mêmes rushs, mais coupés différemment afin d'obtenir un montage qui valide la conclusion préétablie à atteindre.

 

La cacophonie est assourdissante, tout le monde parle en même temps. Alors, m'est avis qu'il faut parfois, plutôt que de chercher par tous les moyens à rendre publique la vérité (edit : en criant plus fort que les autres), simplement se protéger en se bouchant les oreilles.

Edited by taamer

Share this post


Link to post
Share on other sites

La presse ecrite a touché 5 milliards € de subventions en 2013 selon la cour des comptes

 

http://www.ojim.fr/presse-ecrite-5-milliards-deuros-de-subventions/

 

- Le Figaro 18,6 millions 
- Le Monde 18,2 millions 
- Ouest France 11,9 millions 
- La Croix 10,7 millions 
- Télérama 10,3 millions 
- Libération 10 millions 
- Aujourd'hui en France 9,3 millions 
- Nouvel Observateur 9,3 millions 
- L'Express 7,2 millions 
- Télé 7 jours 6,9 millions 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour conclure, je trouve que notre époque a amené d'énormes pièges autour de l'information. Quand par le passé, deux sources de propagande ennemies diffusaient des informations contradictoires, on pouvait raisonnablement penser que la vérité se trouvait quelque part entre les deux, et on passait à autre chose. Aujourd'hui, ce sont les sources qui sont travesties pour les besoins du message souhaité : en sortant un mot, une phrase, un ensemble de phrases d'un contexte, on peut faire dire n'importe quoi à n'importe qui. Cette méthode est utilisée par tous les camps, cela permet de faire le buzz.

 

relis 1984 ;) La vérité n'est pas au milieu. Mais en dehors de la problématique dans le monde d'orwell.

 

Le canard enchaînéMediapart ou Le Monde Diplomatique

 

 

Quel rythme de publication pour ces médias ?

 

Quel usage font les gens de l'information dont tu parles et sur laquelle tu polarises énormément ? De ce que j'ai pigé des différents essais que j'ai lu. Grossomodo les gens se tiennent au courant tout au plus des news chaudes.

 

 

 

Ce que je trouve intéressant dans le plan de lapin. C'est qu'il cherche à définir ce qu'est l'information. Quel type de journaliste manipule quel type d'informations ?

 

Tu n'as pas proposé de titre.

 

Après la  je mène le débat. Mais parlez de ce que vous souhaitez. Peut être que certains ont des questions très concrètes.  Genre comment on decide de quelle photo doit illustrer l'article ? La relation de l'éditeur et du journaliste ? etc...

Edited by jou0eur

Share this post


Link to post
Share on other sites

relis 1984 ;) La vérité n'est pas au milieu. Mais en dehors de la problématique dans le monde d'orwell.

 

 

Quel rythme de publication pour ces médias ?

 

Quel usage font les gens de l'information dont tu parles et sur laquelle tu polarises énormément ? De ce que j'ai pigé des différents essais que j'ai lu. Grossomodo les gens se tiennent au courant tout au plus des news chaudes.

 

Dans 1984, si ma mémoire est bonne, il n'y a qu'une seule source d'information. A un moment du livre, la posture officielle change (l'allié d'hier devient l'ennemi d'aujourd'hui, et vice-versa) et l'essentiel de la propagande consiste à effacer... les messages de propagande d'avant, afin de ne pas se déjuger.

 

A propos du rythme de publication des médias cités : hebdomadaire ou mensuel, et il n'y a pas de tirage stricto sensu pour Mediapart.

 

Si les essais que tu lis constatent que la majorité des gens se tient au courant des seules news chaudes, et ne s'y intéressent que pour meubler le temps assis sur le trône des toilettes ou sur le strapontin du métro : en ce cas, leur information c'est Voici ou Gala et ou 20 minutes ou toute autre feuille de chou ou le temps d'inactivité cérébrale entre deux pubs Coca-Cola sur TF1 et on peut les sortir du débat. Edit : si ceux-là sont l'immense majorité, alors on doit conclure que la désinformation ou l'absence d'information ont pris le pas sur l'information.

 

Pour le titre, la question pourrait être "est-ce qu'internet a engendré un bouleversement plus important que le télégraphe, la photographie ou la radio pour la diffusion de l'information?". La vitesse, oui; la possibilité au quidam de devenir une source (fiable ou pas; neutre ou partisane) d'information, oui; la mondialisation, pas évident - il y a peu de passerelles entre les langues du monde qui utilisent des codes d'écritures différents (caractères japonais, chinois, cyrilliques, latins etc.).

 

Finalement, ok pour conserver ton titre - après tout, le journalisme peut concerner tous les médias.

Edited by taamer

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si les essais que tu lis constatent que la majorité des gens se tient au courant des seules news chaudes, et ne s'y intéressent que pour meubler le temps assis sur le trône des toilettes ou sur le strapontin du métro : en ce cas, leur information c'est Voici ou Gala et ou 20 minutes ou toute autre feuille de chou ou le temps d'inactivité cérébrale entre deux pubs Coca-Cola sur TF1 et on peut les sortir du débat. Edit : si ceux-là sont l'immense majorité, alors on doit conclure que la désinformation ou l'absence d'information ont pris le pas sur l'information.

Vous gagneriez je pense à mater la video pour étendre votre horizon sur ce sujet et peut être revoir ou pas vos positions à la lumière d'autres problématiques plus ciblées internet.

On en fait parti aussi de cette masse de gens qui cliquent, lisent un titre et qui finalement n'ont pas envie d'en savoir plus que ça sur le sujet en question qui semblait nous intéresser. Et c'est normal. Comme tu le disais il y a trop d'informations pour tout suivre et pour s'intéresser et plonger dans chacune. Ceci d'autant qu'à présent de nombreux sites jouent sur des titres aguicheurs.

Ce que beaucoup de gens mettent en doute. Ce sont les articles d'opinion. Le type l'explique très bien dans sa video. On sent qu'il a débattu maintes fois de ce sujet. Il te dit que les journalistes d'opinion n'ont à vendre que leur opinion. Or nous aussi on a une opinion.

Ce qui donne le message d'argento. Il veut des faits et les opinions des leaders d'opinion. Pas l'opinion du journaliste. Il en a juste rien à foutre de l'opinion du journaliste.

Le journaliste d'analyse avec forte plus value, ou celui qui va chercher les sources ou le journalisme d'investigation existera encore à n'en pas douter.

edit : et surtout. Pourquoi toi honnête homme tu accepterais que quelqu'un d'autre que toi filtre ton info ? Pourquoi n'aurait on pas un outil qui nous permettrait de choisir nos propres filtres ? Pourquoi laisserais tu un journaliste ou une ligne éditoriale dans toute cette masse d'information, décider pour toi de ce qui est utile à te dire ou non ? Je dis ça je dis rien. Mais quand tu vois le nombre de depeches sur toutes les plateformes mainstream. Pourquoi ne pas directement s'abonner à ces agences pour recevoir l'info dont tu parles et les filtrer soit meme ?

Edited by jou0eur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le futur de l'info passera peut être par ce genre d'outil :

Prismatic, le meilleur agrégateur du monde (Slate).

 

...

 

Il y a quelques années, je prônais une presse objective, qui se garde d'émettre la moindre opinion sur un sujet.

Sauf que c'est surréaliste.

Soit on énonce des faits simples et on obtient un "article" sans fioriture et particulièrement court : tel fait, à tel instant, dans tel cadre (et essayer de définir un cadre est forcément subjectif).

Soit on analyse des faits et on exprime une opinion.

 

Ce qui m'importe aujourd'hui c'est la diversité des opinions et leur visibilité.

Ce qui donne le message d'argento. Il veut des faits et les opinions des leaders d'opinion. Pas l'opinion du journaliste. Il en a juste rien à foutre de l'opinion du journaliste.

Ça dépend donc de ce que tu entends par journaliste.

→ Investigateur / Analyste (plus ou moins expert) / Rapporteur de fait.

 

2) Une paupérisation de l'analyse journalistique, quantité et vitesse sont ennemies de la qualité. Elle a beaucoup d'origines comme la multiplication des "journalistes", le discrédit des "journalistes officiels" ou encore la soif de l'homme moderne pour une information instantanée et en continue (lemonde.fr, Itele...).

L'info gratuite est un mythe.

Que des faits soient rapportés et accessibles gratuitement me paraît naturel (Internet quoi), mais dès qu'on veut trouver de la plus-value dans un article, on le paye d'une manière ou d'une autre. Sur un site gratuit : pub + quantité astronomique d'articles poubelles qu'il nous faut trier.

Sinon on débourse les yeuros.

 

Bien entendu je réfute la théorie postulant l'existence d'une "force" actuellement capable de manipuler tout cela à son escient (notons que je ne nie pas les tentatives).

Pour moi il existe tout un tas de filtres dans le médias, donc pour reprendre ton terme, de multiples forces qui influent sur les infos que nous recevons et la manière dont nous les recevons. (Mais je ne suis pas sûr que ça soit ce dont tu parlais :D )

Regarde par exemple comment est traiter un thème comme 'la sortie de l'euro' dans les médias mainstream ...

 

(Je vous invite d'ailleurs à lire Chomsky : "La fabrication du consentement" / "Comprendre le pouvoir". Je trouve qu'il traite très bien de ce sujet (les filtres idéologiques/médiatiques) ).

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai passé plus de 6 mois il y a quelques années en immersion complète dans une rédaction d'un quotidien national parisien (refonte complète du système rédactionnel), si vous avez des questions sur le fonctionnement d'une rédaction n'hésitez pas je serais peut-être en mesure de vous répondre

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
Unibet : New Face
Unibet : New Face