Aller au contenu
Ce sujet
Invité

Modernité galopante

Messages recommandés

Je ne trolle pas. J'essaye au contraire de savoir s'il y a l'ombre d'une pensée cohérente derrière l'indignation et le mépris de notre époque que tu affiches. J'ai ma réponse. 

 

Explique-toi clairement au lieu de jouer les savants secrets, parce que tu commences singulièrement à me les briser. C'est bien de découvrir des absurdités dans ce que je dis, mais le faire remarquer sans les expliquer (je ne parle même pas de les contredire) est vraiment une attitude de troll arrogant. Cette stratégie serait compréhensible si tu étais soutenu par ton crew à chacun de tes messages, mais ce n'est pas le cas. Donc joue le jeu jusqu'au bout, ou bien boucle-la dès le début. La prochaine fois, je ne me gênerai pas pour reporter à la Stasi tes message lapidaires et sentencieux.

 

Eh ouais !

 

Maintenant, ce topic a simplement vocation à réunir les informations qui nous font dire « je ne comprends plus rien à ce monde » et à s'en attrister ensemble, dans une orgie de bon sens rétrograde et réactionnaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Et sachez que pour avoir fait plusieurs mois d'HP et manger des milliers de comprimés ces 6 derniers années je connais sans doute mieux le sujet que vous ne pouvez l'imaginer.

ouais ca c'est toujours l'argument universel, j'ai une experience perso dans le domaine, je sais mieux que vous...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Maintenant, ce topic a simplement vocation à réunir les informations qui nous font dire « je ne comprends plus rien à ce monde » et à s'en attrister ensemble, dans une orgie de bon sens rétrograde et réactionnaire.

A) Un topic n'appartient à personne

B) Tu ne mérites pas la noble appellation de réactionnaire. Cela suppose une qualité d'argumentation que tu ne possèdes pas. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A) Un topic n'appartient à personne

B) Tu ne mérites pas la noble appellation de réactionnaire. Cela suppose une qualité d'argumentation que tu ne possèdes pas. 

 

A) Tu ne me contredis pas. J'exprimais simplement l'intention qui était la mienne quand j'ai inauguré ce topic. 

B) Je n'ai pas entamé la trace de l'ombre du début de la moindre argumentation. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A) Tu ne me contredis pas. J'exprimais simplement l'intention qui était la mienne quand j'ai inauguré ce topic. 

B) Je n'ai pas entamé la trace de l'ombre du début de la moindre argumentation. 

b) Disons alors que tu es incohérent en venant sur un forum de discussion pour ne pas répondre aux questions qui te sont posées. La maîtrise de la syntaxe ne remplace pas une pensée structurée. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Explique-toi clairement au lieu de jouer les savants secrets, parce que tu commences singulièrement à me les briser. C'est bien de découvrir des absurdités dans ce que je dis, mais le faire remarquer sans les expliquer (je ne parle même pas de les contredire) est vraiment une attitude de troll arrogant. Cette stratégie serait compréhensible si tu étais soutenu par ton crew à chacun de tes messages, mais ce n'est pas le cas. Donc joue le jeu jusqu'au bout, ou bien boucle-la dès le début. La prochaine fois, je ne me gênerai pas pour reporter à la Stasi tes message lapidaires et sentencieux.

 

Eh ouais !

Ma première question avait pour but de comprendre ton point de vue, ma deuxième avait pour but de mettre le doigt sur ce que je pense être une croyance fausse.

Tu as à chaque fois répondu par des faux-fuyants, j'en déduis que tu ne cherches ni la communication ni à articuler un quelconque raisonnement. Tu es seulement là pour te complaire dans l'indignation, tel un bébé qui pleure parce qu'il n'est pas content. Je vais donc te laisser pleurer en paix.

 

Quant au reste de ton message : LOL.  Après la pleurnicherie, la posture de la victime et l'appel à l'autorité. Je commence à saisir quelques traits de ta personnalité qui s'emboîtent assez bien.

Maintenant, ce topic a simplement vocation à réunir les informations qui nous font dire « je ne comprends plus rien à ce monde » et à s'en attrister ensemble, dans une orgie de bon sens rétrograde et réactionnaire.

Tu ne fais preuve d'aucun bon sens en postant des faits divers et en gémissant dessus.

Modifié par vito

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

STOP! si on dit que c'est pas une maladie on se fait attaquer par l'un pour nier la dysphorie de genre, et si on dis oui c'est un problème psychique du coup l'homosexualité devient une maladie mentale... stop.

Et sachez que pour avoir fait plusieurs mois d'HP et manger des milliers de comprimés ces 6 derniers années je connais sans doute mieux le sujet que vous ne pouvez l'imaginer.

ouvre un well. (serious talk)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu es à coté de la plaque oui.

Comment un trouble de la santé mentale qui gâche la vie de la personne atteinte pourrait être un "luxe d'Homme occidental" ?!

Aussi paradoxal que ce soit, je pense que la vie occidentale est plus propice aux souffrances psychologiques justement car nous n'avons plus à nous préoccuper de subvenir à nos besoins primaires.

Ceux-là requièrent chez les plus nécessiteux d'être alerte et d'utiliser le plus efficacement possible le peu de ressources dont ils disposent rien que pour survivre. C'est certes une vie difficile mais il n'a pas le temps de se poser la question de savoir si il est heureux ou non, il est stimulé dans le présent pour donner le meilleur afin de s'en sortir et ce combat lui donne un sens et de l'influx.

A l'inverse, nous n'avons pas à nous inquiéter de ça mais comme nous sommes libres nous sommes tourmentés par la responsabilité que cela implique et la nécessité de fixer nous-même nos objectifs.

Comme la plupart d'entre nous ne savons pas ce que nous voulons faire de notre vie au moment de choisir nos études supérieures par exemple, car nous n'avons pas été suffisamment préparé à ce choix, on se retrouve dans une vie qui n'est pas faite pour nous qui amène remises en question et quête de sens permanentes.

 

Et encore ce n'est qu'une toute petite partie des problèmes potentiels de la vie occidentale moderne.

Magnifique post, bien écrit et tout.

Tu parles de moi bro.

+1 obv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le post d'HugoBoss m'a fait penser à mon grand-père.

 

Mon grand-père a passé sa vie à bosser en gagnant tout juste de quoi bouffer. En rentrant du taf il passait la soirée à essayer de faire marcher sa put**n de chaudière. Et le week-end il le passait dans son jardin à faire pousser des légumes parce que ça coûtait moins cher. Pas de loisir, pas de fantaisie. Une vie programmée à faire en sorte de ne pas avoir ni faim, ni froid et c'est à peu près tout.

Je ne sais pas s'il a été heureux ou non. Je pense qu'il ne s'est jamais posé la question.

 

Je déteste l'époque dans laquelle je vis. Mais je ne suis pas sûr que j'aurais été plus heureux si j'avais vécu à l'époque de mon grand-père, même si l'air était plus pur et les gens plus vrais.

Modifié par ice_punch

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

et en quoi le droit a l'euthanasie est un déclin de la civilisation?

 

on autorise quand même les gens à choisir c'est très grave

Et au moins ça évite qu'ils fassent chi** le peuple en se jetant sous les trains.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

inb4 "Suite à la défaite de la seleçao en 1/4 de finale de la coupe du monde de foot, plusieurs dizaines de brésiliens à qui cela cause une souffrance psychique insupportable ont demandé à être euthanasiés"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je sais pas qui a eu cette idée de Gay Games, mais c'est vraiment pas la meilleure solution pour faire comprendre qu'un gay est quelqu'un de normal

 

ca sonne beaucoup trop paralympique comme idée

Je partage ton avis mais ça m'a l'air maladroit.

Parce que du coup tu sous-entend que ceux qui font les jeux paralympiques ne sont pas normaux non plus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je partage ton avis mais ça m'a l'air maladroit.

Parce que du coup tu sous-entend que ceux qui font les jeux paralympiques ne sont pas normaux non plus.

bah obv les participants des jeux paralympiques sont pas "normaux", ils sont handicapés. Ca veut dire qu'ils ne peuvent pas vraiment pratiquer le sport autrement qu'entre eux en particulier à haut niveau. 

 

Aux dernières nouvelles un gay a les mêmes chances qu'un hétéro en sport

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si certains veulent de la natation synchronisée pour les hommes, ils n'ont qu'à faire du lobbying auprès des fédé de natation, plutot que de créer les gaygames.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

.....

Parce que du coup tu sous-entend que ceux qui font les jeux paralympiques ne sont pas normaux non plus.

La norme pour un être humain c'est d'avoir 2 bras (un gauche et un droit), 2 jambes (une droite et une gauche), 2 oreilles, 2 yeux etc....

 

Non ! pas 2 bites !!

 

Être handicapé c'est être anormal avec une diminution d'au moins un degré de liberté ou de performance par rapport à un état nominal appartenant à la norme, dans le sens logique, ce n'est pas forcément péjoratif.

 

Ils devraient plutôt sponsoriser en toute transparence des athlètes gays déclarés afin de prouver qu'être gay cela n'empêche pas d'appartenir à la norme physique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon post concerne le suicide assisté pour les personnes en souffrance psychique.

 

Je comprend très bien l'argument selon lequel il faut laisser le choix de mourir à des personnes souffrant psychiquement au point que pour eux la vie n'est plus qu'un enfer. Pour moi c'est aussi censé que l'euthanasie pour les personnes en souffrance physique intense, puisque finalement la souffrance physique est insupportable parce qu'elle agit sur le psychique.

 

En revanche, pour moi la question ne se situe pas sur les origines du mal mais sur les possibilités de guérison.

L'euthanasie n'est-elle pas utilisée en dernier recours, lorsque tout espoir de survie raisonnable est écarté et que dés lors la possibilité de sortir de la souffrance physique et de la souffrance tout court n'est pas envisageable ?

 

Je me pose donc la question, existe-t-il une souffrance psychique si profonde que l'on peut écarter tout espoir raisonnable de guérison totale ou partielle et que l'on accomplisse cet acte irréversible ?

La question qui en découle, est-ce le cas à chaque fois que l'on parle de suicide assisté ? 

 

Je pose la question sans à priori.

Modifié par Mr.Anderson

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C’ est très étrange pour moi le débat sur ce sujet cette semaine précisément , comme quoi parfois le hasard ….
J ai attendu avant de post , parce d habitude je suis plutôt réactive ( quitte à dire des betises plus grosses que moi ! )mais j avais envie de choisir mes mots .
 
Donc cette semaine , à travers une de mes connaissances je me suis retrouvée face à une intense souffrance .
Physique, pshychologique . Le genre d image que l on oublie jamais .
Ces situations que l on transpose à soi , qui engendre une profonde angoisse . 
Cette personne est atteinte du cancer . Il y a deux ans , les médecins lui diagnostiquent un cancer du sein .
Après ablation de celui-ci , on lui découvre un autre cancer , au colon .
 
S’ ensuit les traitements adéquats , chimio , rayons ..
Comment ne pas évoquer la transformation physique ? La perte de poids , la perte des cheveux , le teint gris .
Et puis aussi cette fatalité dans son regard , sa démarche qui trahissait à chaque pas  sa grande fatigue et … les douleurs .
En quelques mois , la maladie lui a tout pris .
Sa féminité et mais surtout son role de maman . Parce que oui , la maladie s attaque aussi à l entourage .
C est tres difficile d assurer l éducation d un enfant quand on est malade et qu on doit à tout prix se centrer sur soi . 
 
Ces derniers temps , je l ai tres peu revue .J avais des nouvelles d elle par l intermediaire de sa cousine qui est une tres bonne amie .Je savais qu elle était hospitalisée .
Et puis lundi soir , je recois un appel de mon amie qui est en pleurs . Elle me dit que si je souhaitais voir sa cousine c était maintenant ou jamais …
J etais assommée , je ne m y attendais pas … meme si on sait que la personne est gravement malade et ben on fait abstraction , on se dit que le nos jours le cancer ca se soigne . 
L espoir parfois nous joue des tours , et nous donne des illusions qui ous font perdre notre part de lucidité et d objectivité.
Pour etre honnete , je répugnais à devoir y aller … étant une grande angoissée naturelle je sais pertinemment que le services des soins palliatifs d un hôpital est un endroit dont je ne ressortirai pas indemne.
Je m y suis rendue … 
L ascenceur … le couloir … puis la porte e la chambre .
Quand j ai ouverte cette derniere , j ai la vision d un petit etre decharné perdu dans ses draps blancs .
J ai envie de pleurer ( mais put**n si j fais ca , je n ai absolument rien à foutre là ), j ai envie de la serrer dans mes bras ( mais put**n qu Estt ce qu elle est maigre , j vais lui faire mal ) .
Et la je saisi toute l ampleur de la désolation , de la perte d envie de vivre .
Elle n arrive plus à s alimenter , tout son corps lui fait mal .
Qunad on ne pése plus que 28 kgs , rien que le fait de poser son corps sur n importe quelle surface est une douleur intense .
Le chirurgien lui a parlé d une opération … On lui dit que ca ne serait possible que si elle reprends du poids .
 
Elle me dit : « ils sont marrants eux , prendre du poids ! Mes intestins sont compétement brulés par les rayons , dès que j mange je rejette , ils me mettent des couches je me fais dessus . »
Petite parenthése , cette personne avant d etre malade était tres coquette et aussi un peu seductrice…
De devoir porter des couches aujourd hui c est tout de meme tres degradant pour elle.
 
Aujourd hui , cette opération elle veut la faire . Elle très consciente des risques mais la souffrance est telle qu elle veut la faire disparaitre … par tout les moyens meme la mort .
Je me repete , c est une maman , son enfant n a que 10 ans , il a besoin d elle et pourtant pour elle plutôt la mort que continuer à vivre comme ca .
 
En racontant cette histoire je ne cherche pas à me soulager , ni à prendre position sur l euthanasie ou a l assistance médicalisée pour mourir .
Juste je voulais dire que j ai pu constater que la souffrance pouvait amener une personne à désirer s éteindre .
Jusqu a aujourd hui  , j était meme assez contre pour etre honnete .
Bref voila , pas envie de faire pleurer dans les chaumieres , je ne sais pas si mon post apportera au débat , mais j me dit peut etre que oui .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon post concerne le suicide assisté pour les personnes en souffrance psychique.

 

Je comprend très bien l'argument selon lequel il faut laisser le choix de mourir à des personnes souffrant psychiquement au point que pour eux la vie n'est plus qu'un enfer. Pour moi c'est aussi censé que l'euthanasie pour les personnes en souffrance physique intense, puisque finalement la souffrance physique est insupportable parce qu'elle agi sur le psychique.

 

En revanche, pour moi la question ne se situe pas sur les origines du mal mais sur les possibilités de guérison.

L'euthanasie n'est-il pas utilisé en dernier recours, lorsque tout espoir de survie raisonnable est écarté et que dés lors la possibilité de sortir de la souffrance physique et de la souffrance tout court n'est pas envisageable ?

 

Je me pose donc la question, existe-t-il une souffrance psychique si profonde que l'on peut écarter tout espoir raisonnable de guérison totale ou partielle et que l'on accomplisse cet acte irréversible ?

La question qui en découle, est-ce le cas à chaque fois que l'on parle de suicide assisté ? 

 

Je pose la question sans à priori.

 

La souffrance psychique n'est pas un critère objectif. Dans un même contexte, un même mal peut se répercuter sur la conscience de bien des manières.

 

Je suis un peu circonspect devant ce genre de questions. Vous pensez que l'on peut guérir d'une quelconque maladie psychique grace aux psy ?

 

Je pense que vous avez une image bien romantique de la psychiatrie et des sciences sociales. Elles sont essentiellement efficaces à définir, dénombrer et normer jusque là.

Modifié par jou0eur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

Je suis un peu circonspect devant ce genre de questions. Vous pensez que l'on peut guérir d'une quelconque maladie psychique grace aux psy ?

 

 

Oui bien sûr les psychiatres soignent des gens et rendent la douleur d'autres plus supportables (les neuroleptiques y sont pour beaucoup aussi), c'est quoi cette question...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'homosexualité est une sexualité anormale dans le sens où elle est contre nature. Les rapports sexuels ont pour finalité la reproduction. Personne n'est né par sodomie ou par broutage de gazon :D. Ce n'est, bien évidemment, pas pour cela qu'il faut stigmatiser les homos (qui ne le sont que très marginalement d'ailleurs). J'ai tendance a penser que ce genre d’événement (gay games, gay pride) créé beaucoup d'homophobie qu'il n'en existe réellement.  

 

Pour les problèmes psycho de notre époque, je rejoins le poste de HugoBoss. Je rajoute que c'est aussi la perte de vu du bien commun et l'absence d'une morale commune qui font que l'on se replie sur notre propre existence. Chacun possède sa propre morale et roule pour sa gueule. Nous sommes dans une époque totalement narcissique.

 

Je me permet le parallèle avec le thread sur la laïcité. C'est à cela qu'elle a servi. La laïcité ce n'est pas la négation de la religion, c'est sa disparition de l'espace publique et donc la disparition du partage de la morale qu'elle implique (pas littéralement mais implicitement). La laïcité empêche les gens de partager une morale commune et les livre a la loi du marché. Cela créé des individus plus ou moins paumés, dépressifs (la France est l'un des premiers pays consommateur d’anxiolytiques) et les cantonnent dans leur rôle de consommateur zombifié.

 

Ce qui régit les rapports humains de nos jours c'est le législatif et non plu la morale. Beaucoup de choses sont permises par le droit alors que moralement elles ne sont pas justifiables.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

English
Retour en haut de page
×
King's Resort : WSOPC 2019
King's Resort : WSOPC 2019