Jump to content
This Topic
Sign in to follow this  
bobilovic

Hyperloop: Bienvenue dans le futur!

Recommended Posts

Oui je suis également impatient de voir ça en action depuis que j'ai appris ce projet il y a quelques temps.

Mais j'ai bien peur que, s'il est réellement viable, son développement soit contrecarrer par différents lobys qui auront énormément à perdre...

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai doute sur le fait d'atteindre les vitesses annoncés, rien qu'avec la friction de l'air ça doit faire des frottements terribles. Quand j'ai vu le schéma j'ai pensé que les cabines étaient dans le vide sustentées par des aimants mais ça ne semble pas être le cas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Franchement, concernant l'hyperloop lui même, pourquoi pas. C'est évident qu'il existera un moyen similaire pour se déplacer dans le futur.

Par contre je suis hyper sceptique sur le coût. Parce que construire et entretenir un (nouveau) réseau de transport, c'est tout sauf peu cher.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si la technologie fonctionne. Le reseau sera rentabilisé tres vite. C'est large ev+ d'etre le premier sur un nouveau marché pertinent. Investissement ridiculement petit face aux benefs. En revanche une fois que la technologie ou le marché est à terme. T'investis toujours plus pour un benef toujours plus faible.(soit une augmentation importante des risques). Le meilleur exemple est celui des compagnies pétrolières dont le taux de retour sur investissement a chuté.

Edited by fredydore

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est amusant, en cours d'économie, mon prof était/est chercheur dans le domaine des nouveaux moyens de transport. Il nous expliquait alors que son équipe travaillait notamment sur un projet assez "bizarre".

 

Le principe était de construire des espèces d'énormes ascenseurs capables de transporter des voyageurs vers l'espace en transit, puis de les emmener vers un nouvel ascenseur qui leur permettrait d'atteindre leur destination.

 

Les projets farfelus d'aujourd'hui sont probablement les véhicules de demain ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Perdre son temps à en gagner

 

Tous les promoteurs des moyens de transport considèrent comme une sorte d'évidence incontestable le fait que « la vitesse fait gagner du temps », et ils ne manquent pas de le rappeler à chaque nouveau projet. Le sens commun admet ce fait, conforme aux lois de la physique. Mais la pratique semble, quant à elle, plutôt l'infirmer, tellement le temps perdu dans les transports ou pour les transports s'accroît avec leur vitesse.

 

Si on cumule la totalité du temps de travail social dépensé pour le transport (construction, fonctionnement et entretien des moyens de transport ainsi que les retombées diverses, hospitalières et autres), on constate que les sociétés modernes y consacrent plus du tiers de leur temps de travail global, bien plus que ce qu'aucune société préindustrielle, pas même celle des nomades touareg, n'a jamais dépensé pour se mettre en mouvement.

 

Au-delà d'une certaine vitesse, les transports rapides sont contre-productifs, ils coûtent à ceux qui les utilisent plus de temps qu'ils ne leur en font gagner, ce qui ne les rend pas moins profitables à leurs propriétaires. Les salariés perdent leur temps à gagner leur vie, et les consommateurs perdent leur vie à gagner du temps.

 

Les gens souhaitent pourtant supprimer cette contrainte qui fait du temps une denrée rare, et de leur existence une course sans fin pour rattraper un mode de vie qu'on leur représente comme désirable... et leur vie réelle leur file entre les doigts : « Vivement ce soir... vivement le week-end, ...les vacances, ...la retraite ». Cette aspiration désarmée laisse la voie libre aux technocrates qui peuvent, avec toute l'apparence de la froide objectivité, proposer des solutions techniques, c'est-à-dire substituer aux caprices des hommes des choses solides et des machines bien réglées. Aussi, la fonction créant le besoin et non l'inverse, ce que les moyens de transport permettaient est devenu obligatoire ; si nos ancêtres ne pouvaient, faute de moyens, parcourir de grandes distances, nous, nous devons les parcourir.

 

Les transports ont permis d'aller plus loin et plus vite, d'accéder à davantage de lieux, qui ont dû être aménagés principalement à cause de leur fréquentation, et se sont ainsi banalisés. Il a résulté de cet aménagement une spécialisation de l'espace et une redistribution des activités concentrées en différents points du territoire (technopoles, parcs de loisirs, sites prestigieux, centres industriels, commerciaux et administratifs, supermarchés, cités-dortoirs, banlieues, etc.), ce qui nécessite évidemment des transports plus rapides encore pour supprimer les nouvelles distances ainsi créées. Si nous parcourons en un an plus de distance que nos ancêtres pendant toute une vie, ce n'est pas pour aller ailleurs, mais pour nous rendre toujours aux mêmes endroits.

Pour alimenter la réflexion globale.

(Je n'ai plus l'auteur)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Toi en temps que personne unique, oui. Si je comprends bien le sens du poste de Calidris, c'est que ce déplacement fait dépenser plus de temps à d'autres personnes (pilotage de l'avion, hôtesses, bagagistes, contrôleurs...) que ce qu'il ne te fait gagner.

 

La conclusion serait donc que le fait que t'y ailles en bateau permettrait à ces mêmes personnes de faire autre chose de leur temps.

 

La limite étant évidemment que ce moyen de transport est créateur de valeur pour tous au delà de la simple question du gain de temps.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Outre l'aspect technique que je ne maîtrise absolument pas,

pour moi le hic est la vulnérabilité terroriste de ce moyen de transport, sabotage du tunnel... 

Troll ? Parce que les rails d'un train c'est pas super non plus, et y'a pas des morts tous les jours hein. Si on prend en compte une soit-disant menace terroriste, on fait plus grand chose je crois...

 

Sinon +1 sur le frottement de l'air, j'ai failli exploser de rire en lisant le passage sur "air donc pas de frottements".

 

Et enfin quid de l'accélération ? Ca pourrait envoyer fort, s'il faut atteindre 6000 km/h, et donc ne pas être adapté aux vieux, cardiaques etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Toi en temps que personne unique, oui. Si je comprends bien le sens du poste de Calidris, c'est que ce déplacement fait dépenser plus de temps à d'autres personnes (pilotage de l'avion, hôtesses, bagagistes, contrôleurs...) que ce qu'il ne te fait gagner.

 

La conclusion serait donc que le fait que t'y ailles en bateau permettrait à ces mêmes personnes de faire autre chose de leur temps.

 

La limite étant évidemment que ce moyen de transport est créateur de valeur pour tous au delà de la simple question du gain de temps.

C'est moins cher, donc c'est que ça coûte moins de capitale humain de prendre l'avion que le bateau.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et enfin quid de l'accélération ? Ca pourrait envoyer fort, s'il faut atteindre 6000 km/h, et donc ne pas être adapté aux vieux, cardiaques etc.

Si je ne me plante pas, il faut dans les 3min / 140 km pour atteindre 6000 km/h à 1g.

 

Je ne sais pas si c'est acceptable 1g en continu ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Intéressant. J'avais déjà entendu parler de ce genre de transport mais la lévitation se faisait via aimant electro-magnétique. Ici c'est de l'air qui maintient la lévitation. Obvious, il faut un moyen pour faire le vide dans le tube pour atteindre les vitesses annoncés. Peut-être que le flux d'air qui maintient le train en lévitation crée aussi une sorte de dépression devant le train tout en étant poussé et protégé par un flux d'air derrière le train.

 

Pour ce que dit Calidris, c'est très intéressant, mais ici faut penser efficience énergétique. Les avions sont de loin le moyen de transport le moins efficient en terme d'énergie dépensé/ passagers transportés/ fret transporté. Ce moyen de transport s'il vient à être mis au point serait nettement meilleur en terme d’énergie.

 

D'ailleurs dans l'article, le milliardaire est aussi le patron de Tesla Motors. La Tesla est une voiture 100% électrique commercialisé aux états-unis pour 99 000$. Elle à une grosse acceleration, une vitesse de point sympathique et surtout une bonne autonomie (150-200 km). Disons que le mec est déterminé à produire pour de vrai les technologies auxquels il s'intéresse. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si je ne me plante pas, il faut dans les 3min / 140 km pour atteindre 6000 km/h à 1g.

 

Je ne sais pas si c'est acceptable 1g en continu ?

Mes cours de physique sont loin, mais 1g ce n'est pas ce à quoi on est soumis en temps normal (l'accélération de la pesanteur) ? Autant je suis à la ramasse, pas trop le courage de vérifier.

 

Mais du coup ce mode de transport ne donnerait un gain significatif sur le temps de parcours qu'à partir d'une certaine distance. Enfin ça me parait bizarre ce calcul, vérifierai plus tard.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai du mal à cerner la technologie utilisée pour generer le deplacement de la capsule, surtout pour les projets "futurs" ou il annonce des vitesses superieures à 2000 km/h. Ils mettent en mouvement le "fluide" autour de la cabine provocant le deplacement? ca serait une application civile au transport de la branche de la physique des plasmas appelée, magneto hydro dynamique?

Edited by billy_thefit

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si le projet est enterrer ça peut etre plutot cool, mais ça va demander beaucoup de fond pour creer un reseau de pipeline enfouie, je suis moins fan de voir des tubes suspendu comme ça un peu partout dans le paysage.

 

/hippie

En fait n'importe quelle voie de transport suspendue a une empreinte écologique bien moindre du point de vue du fractionnement ecopaysagé qu'un banal ruban de bitume.

Share this post


Link to post
Share on other sites

:lol:  :lol:  Tu connais le sujet mieux que moi, mais pour les autres : Fragmentation Ecopaysagère

 

Les routes sont les facteurs les plus visibles de fragmentation écologique. Même sans trafic, de nombreuses espèces, d'invertébrés notamment, refusent de les traverser ; L'aire écologiquement impactée par la route dépasse largement la superficie de la route elle-même (à plus de 100 m en moyenne de part et d'autre de la route1.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
PokerStars : Rewards
PokerStars : Rewards