Jump to content
This Topic

Recommended Posts

Vu les moves qu'il faisait aux tables à l'époque je ne suis pas sûr qu'il se soit rendu compte que ça n'était pas du play money avant 2012 ou 2013 :-)

sauf qu'entre tps tu t'es broke, et moi j'y suis tjr, donc quid du type qui confond les free des real chips mon fishton ??

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'en ai marre de voir poper cette vidéo de partout.

C'est long et nul, ça parle d'une etude super intéressante qui pourrait donner de très nombreux résultats pertinents, mais tout ce que le mec en présente en définitive c'est "Faut avoir des copains dans la vie !"

Super.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'en ai marre de voir poper cette vidéo de partout.

C'est long et nul, ça parle d'une etude super intéressante qui pourrait donner de très nombreux résultats pertinents, mais tout ce que le mec en présente en définitive c'est "Faut avoir des copains dans la vie !"

Super.

Pas seulement en fait, il met même l'accent sur le fait qu'on peut être entouré et seul.

ok pour dire que le ton est mielleux mais le côté -> vivre ensemble -> vivre heureux -> vivre plus vieux et en bonne santé, c'est plutôt attrayant je trouve.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est long et nul, ça parle d'une etude super intéressante qui pourrait donner de très nombreux résultats pertinents, mais tout ce que le mec en présente en définitive c'est "Faut avoir des copains dans la vie !"

A reposter dans ton thread, dès que tu reviens de vacances et que tu abordes le mois sans poker.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 13/03/2015 à 01:42, jojolapinxxx a écrit :

Sinon je ne suis pas d'accord avec ce qui est dit. Personnellement j'ai des diplome, je pourrais retravailler si je voulais, mais je ne pense pas que je m’épanouirais + au travail qu'en jouant au poker. Je pense justement m'épanouir + au poker car je dois me remettre constamment en question, rester bon, faire un travail sur moi meme que j'aurais moins besoin de faire ds la vie pro.De plus, dans un travail, il y a aussi la routine, le stress à gérer etc qui minent bien le moral aussi..

Tu dis un peu nimp mon ami, enfin tu t’emmêles les pinceaux et tes conclusions sont à côté de la plaque, ce qui est dommage pour toi

Je te souhaite sincèrement de trouver un job qui te permette de t'épanouir plus qu'au poker. Tu penses le contraire pour deux raisons : d'une t'es pas arrivé "au bout" du poker, t'es encore les étoiles plein les yeux, mais tu verras que plus le temps va passer, moins ça va te plaire. Parce que jouer au poker online est chiant, tout simplement. Chiant et long. Enchainer 40, 50 ou 60 h de pok dans la semaine est un crime pour ta santé mentale et physique. Tu n'as pas idée du manque à gagner que tu perds à passer autant de temps à faire quelque chose de profondément inutile. Si tu avais passé la moitié de ce temps à bosser avec la même énergie, tu vivrais beaucoup mieux aujourd'hui, professionnellement et personnellement. Mais c'est toujorus pareil, les belles choses sont difficiles et longues à obtenir, alors que le poker te permet de vivre facilement. C'est juste un solution de facilité qui forcément ne t'apportera jamais autant qu'un projet longuement travaillé où tu atteins tes objectifs (encore une fois personnel ou professionnel).

 

Si tu te trompes à ce point - et on parle de ta vie donc c'est pas rien - c'est parce que tu n'as pas réussi jusqu'ici à t'épanouir dans un travail "classique", et ça c'est la deuxième raison qui te fait réfléchir à l'envers. Et y'a peut êtres de bonnes raisons à cela, puisque jeune diplômé il y a fort à parier que si tu as travaillé tu as commencé par faire la m**de des autres. Et comme tous les jeunes, tu as eu le réflexe d'essayer autre chose plutôt que de réussir là où tu étais. C'est vraiment une erreur classique pour la majorité de la population : "je ne me plais pas ici, donc faut que je change ; ce serait mieux si j'étais ailleurs".

 

C'est à la fois limpide, de bon sens et vraiment très con. Les mêmes raisons qui t'ont fait échouer dans ta première mission te feront échouer dans la suivante, même si elle est différente. Jusqu'à ce que tu comprennes que le pb ne vient pas du job que tu fais, mais de la façon dont tu le fais. Petit parallèle en ces temps d'élection : mieux vaut une bonne mesure de gauche à une mauvaise mesure de droite ; mieux vaut une bonne mesure de droite à une mauvaise mesure de gauche ; l'important n'est pas d'aller à droite ou à gauche, l'important est d'aller dans un sens correctement.

 

Une fois qu'on a dit ça on y voir beaucoup plus clair. L'objectif c'est d'être bien là où on est, c'est pas de chercher l'endroit où on sera bien. Remplace "endroit" par "gonzesse" et "travail" et ça marche tout pareil. C'est important ce que je dis. 

 

En aucun cas le poker est l' "endroit où tu es bien". C'est plutôt l'endroit où tu as fui après ta dernière expérience ratée. Quand le poker se compliquera pour toi où vas-tu fuir après ? A quel moment vas-tu comprendre que le problème n'est pas ce que tu fais mais la façon dont tu le fais ?

 

Si tu comprends ça tu ne peux pas raisonnablement penser que passer 40, 50 ou 60 assis derrière une table virtuelle t'épanouit plus que n'importe quel job. Tu te caches la vérité, et après un moment tu chercheras un nouvel eldorado facile. Et toutes les choses faciles que tu feras ne t'apporteront rien en comparaison des vrais choses difficiles que tu pourrais faire, en prenant le taureau par les cornes et en décidant que là où tu es ça va bien se passer pour toi, quoi qu'il arrive. Que quelque soit ta nana tu réussiras à former un beau couple. Que quelque soit ton job tu vas t'en sortir avec les honneurs et qu'on te regrettera.

 

Good luck mon ami

Edited by JujuElDoud

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut à tous, 

j'ai longtemps hésité à poster dans ce thread pour diverses raisons (par flemme aussi j'avoue) mais je pense que mon témoignage pourrait en intéresser certains qui se retrouveront dans mon parcours donc je me lance, mieux vaut tard que jamais comme on dit.
Tout d'abord merci à tout ceux qui ont partagés leur expérience ici, il y a vraiment des posts très intéressants.


Le Poker est-il épanouissant et rend t-il heureux? Vaste question^^, ça avait l'air de rien comme ça mais finalement ces quelques questions posées par Bobilovic ont donné lieu à un des meilleurs threads jamais créé sur ce forum ama. Merci à toi.

Pour me décrire vite fait, je suis un grinder expatrié depuis bientôt une décennie maintenant, toujours actif, et ancien membre du forum (certains me reconnaitront peut-être).
La trentaine bien tassée et jeune père de famille avec des responsabilités nouvelles, je suis à un tournant dans ma vie. En effet après toutes ces années de grind sans autre véritable but que l'aspect financier j'aspire à autre chose pour moi et ma famille et je me vois pas faire ça toute ma vie.


Au commencement, en 2007 en ce qui me concerne, quand je suis tombé sur le WPT sur Canal + (put**n Patrick je ne te remercierais jamais assez :D ), le Poker a été pour moi une vraie révélation. A la base j'étais très sportif, un peu de Playstation de temps en temps et du tarot entre potes mais sinon vraiment aucune attirance particulière pour ce domaine là en général.
Mais alors là, au premier visionnage je me suis immédiatement pris de passion et j'ai commencé à dévorer tout ce que je trouvais sur le sujet sans, paradoxalement, beaucoup jouer les premières années.

Au bout de 2/3 ans les choses ont commencé à devenir un peu plus sérieuses. J'avais 24 ans, encore chez mes parents, je vivais dans une banlieue m**dique et je n'avais pour ainsi dire aucune perspective d'avenir en France. Bref le Poker c'était une échappatoire et le moyen de peut-être avoir une vie meilleure.
Ni une ni deux après avoir lu les expériences d'autres grinders expats sur le forum, j'ai foncé tête baissée, la fleur au fusil en me disant que quoiqu'il arrive je n'aurais rien à perdre, et je suis parti tenter l'aventure moi aussi. Et me voilà quasi 10 ans après toujours dans la même situation, la vie est dingue!

J'ai tout de suite considéré le Poker plus comme un moyen de m'offrir ma liberté, d'échapper à la société et de profiter un maximum de ma jeunesse plus qu'un moyen d'enrichissement (et puis je pense que notre monde se porterait bien mieux sans argent donc j'ai jamais vraiment eu assez d'avidité pour cela). Vision court termiste mais quand on est dans la 20aine avec des frustrations plein la tête c'est compréhensible.
Etant très fainéant de base et n'acceptant pas les contraintes que la société nous impose, j'ai vraiment trouvé dans ce jeu un mode de vie qui me convenait parfaitement. Surtout qu'en plus être gagnant à ce jeu il y a quelques années restait somme toute relativement facile comparativement à aujourd'hui.
Je passe les étapes intermédiaires faites de multiples semi-brokage, de grind intensif en dépensant le moins possible quand ça run bad et au contraire de dépenses énormes quand ça run good.

Au final, avec l'expérience accumulée et le recul que j'ai sur mon parcours à l'heure actuelle, je me suis rendu compte que je ne pourrais jamais vraiment m'épanouir ou être heureux en jouant au Poker à plein temps. Je dirais même que, dans mon cas, c'est une activité plus destructrice qu'autre chose et je vais expliquer pourquoi.

Ce qui était à la base une passion est devenu un travail comme un autre, les difficultés augmentant au fur et à mesure que le niveau progressait.

Gagner autant aujourd'hui demande beaucoup beaucoup plus de temps et d'investissement qu'il y a quelques années, sans compter la variance qui augmente à mesure que le niveau progresse, ce qui rend les choses de plus en plus difficiles à appréhender psychologiquement même quand on est expérimenté (d'ailleurs je sors d'un de mes pires bad run, ce qui m'a pas mal impacté psychologiquement alors qu'après tout ce que j'ai vécu je pensais être blindé niveau mental).

Le Poker comme moyen de subsistance et le Poker comme passe temps sont deux approches très différentes.

C'est une activité tellement artificielle, répétitive et déconnectée de la réalité que j'ai finis par développer un côté limite associal dans les phases de grind intensif qui parfois nuit à mes relations avec mon entourage ; de plus j'ai longtemps sous-estimé l'impact psychologique que le fait de vivre du Poker pouvait avoir sur moi, au point qu'au final j'ai dû assez vite, plus ou moins de manière inconsciente, m'accorder de longues et régulières pauses pour souffler mentalement, de peur que ça n'empire. 
Autre élément qui est surement aussi lié à mon caractère et à ma situation toujours sur le fil du rasoir, à force mon cerveau a consciemment (ou inconsciemment) supprimé toute émotion en relation avec le Poker et la variance qu'il engendre, surement comme moyen de me protéger mais dans les périodes de grind intensif il est parfois difficile de sortir de cet état une fois la session terminée. Ce qui peut poser problème dans la vie de tout les jours.
Ajouté à cela ce sentiment que certains ont également (et c'est le cas dans pleins d'autres domaines que le Poker d'ailleurs) de n'accomplir strictement rien de concret ou d'utile aux autres et de n'être centrée que sur sa propre personne, ce qui ne "remplit pas".

Il y a aussi le fait que c'est une activité qui accélère le rythme intérieur, qui stress le corps et l'esprit, qui déphase quand on joue régulièrement donc il faut être très discipliné pour contrer ce phénomène et avoir d'autres centres d'intérêts, ce qui est difficile car quand on est son propre patron on se laisse facilement aller.
Et puis c'est une activité ingrate où le skill n'est pas récompensé sur le court terme donc même en me blindant psychologiquement ça joue encore forcément sur mon moral.

Le plaisir de grind et de progresser est parti depuis longtemps et ne revient qu'épisodiquement, je continue de manière plus ou moins assidue en fonction de la motivation plus par défaut faute de mieux que par réelle envie de progresser et de gravir les échelons. Ce sont des signaux qui ne trompent pas.
Mon côté perfectionniste - quand je fais quelque chose je ne supporte pas de ne pas le faire de la manière la plus optimale possible, dit d'une autre façon de give up de l'edge par lassitude et fainéantise alors que je sais que je pourrais faire mieux - m'obligeant à rester rigoureux quand je suis en mode grind renforce aussi cette lassitude sachant que ça demande de rester continuellement impliqué pour maintenir son edge.
J'essaye régulièrement de relativiser et de comparer ma situation avec d'autres, ça aide à se remotiver mais ça ne dure qu'un temps, on reste prisonnier de son quotidien.

Si bien que dans ma situation, sans compter que le fait de vivre du Poker est tout les jours de plus en plus difficile, je dois dire que les avantages que cette vie procure ont de moins en moins de poids par rapport aux inconvénients, alors que ces avantages sont nombreux c'est pour dire.

Le Poker sans passion, sans autres objectifs que l'aspect financier est trop limité je pense pour s'épanouir dans la vie. Il y a un moment donné où il faut tourner la page et j'ai atteins ce moment il y a longtemps déjà.

C'est un tableau assez sombre dans l'ensemble et c'est surement lié à mon parcours, car honnêtement je suis bien conscient que je ne suis pas à plaindre et que beaucoup rêveraient de vivre la même chose, mais c'est un constat que je suis bien obligé de faire si je veux être honnête avec moi-même.
Je me dis que je serais surement plus heureux dans des conditions plus difficiles tant que j'arrive à faire tout les jours quelque chose que j'aime ou qui m'apporte des gratifications par ce que j'accomplis (que ça soit aider d'autres personnes, construire quelque chose qui sera utile à quelqu'un, contribuer à un projet etc), encore faut-il en avoir l'opportunité.

Pour conclure quand ce jeu finit par te bouffer à cause de la lassitude et que tu te retrouves un peu coincé comme moi, c'est clairement un frein à l'épanouissement personnel.

Voilà, j'espère par ma contribution avoir apporté ma petite pierre à l'édifice car c'est une situation surement pas étrangère à certains grinders ici présent.

Merci à ceux qui m'ont lu jusqu'au bout.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

On en revient toujours au même, ce constat de lassitude et de vide est partagé par bon nombre de grinders mais la solution à apporter est beaucoup moins limpide.

Admettons que tu veuilles tout arrêter, comment va se passer la reconversion alors que tu n'as aucun CV ni compétences à faire valoir. A moins de reprendre des études, ce qui est difficile à envisager passé un certain âge ou tout simplement pas souhaité, tu vas devoir revenir à un job lambda 9 to 5 : précisément ce à quoi tu cherchais à échapper en te lançant dans le poker.

Les reconversions réussies viennent d'avoir mis assez de côté pour démarrer un business, se lancer dans les cryptos, etc... Et/ou d'avoir fait de bonnes rencontres pour avoir des opportunités à la sortie (De la Gorce, Lacay).

Mais pour le grinder typique ce n'est pas simple je pense, je me pose d'ailleurs la question parfois et je n'ai pas vraiment de réponse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

faut pas non plus noircir trop le tableau

les qualités développées par une pratique régulière de grind et en particulier la résistance psychologique au stress est une qualité essentielle dans le monde du W.

Surement également que ta pratique t'a appris progressivement à résister à ton désir de fainéantise.

Certes le jeu ne sert pas à grand chose socialement parlant ,mais il confère quand même à celui qui le pratique comme un métier, une grande maturité psychologique IMO,au moins équivalente à  la plupart des activités salariées.

Bon évidemment pour convaincre un employeur c'est une autre paire de manches...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Votre point fort les ex grinders c’est l’autonomie. Alors que la plupart des salariés qui voudraient se lancer le font pas par peur de devoir s’assumer, vous êtes complètement à l’aise avec la gestion du risque puisque c’est votre mode de vie depuis des années. Vous avez appris à compter sur vous. Vous êtes capables d’organiser vos journées, de vous former tous seuls, de vous imposer une quantité de travail sans personne au-dessus de vous. N’allez pas vous vendre à un patron mais restez indépendant. Il y a plein de choses à faire dans le web entrepreneuriat.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 07/07/2013 à 23:14, mad_max a écrit :

95% de mes pots, je les ai rencontrés :

-durant mon cursus scolaire

-durant mes stages

-pots de pots

 

En jouant au poker tu fais exactement comme un mec qui fume des joints, tu restreints sans t'en rendre compte ton cercle social aux gens que tu connais de longue date, tu rencontres pas grand monde, et au final tu en patis.
Le problème c'est même pas les échanges avec les autres (on se doute que tous les pros de poker ne sont pas des geeks renfermés vivant seuls dans leur petit 2pièces), le problème c'est le manque de diversité dans tes contacts qu'une telle pratique engendre.
Et je dis manque de diversité, mais je pourrais aussi bien dire manque de nouveauté.

 

C'est rigolo parce que moi ça a été le contraire, je vais développer plus tard, mais j'étais exactement dans le thème du sujet, j'avais commencé en 2008, et dès le début je gagnais plus que mon boulot (ok boulot + poker j'avais pas vraiment de vie sociale), mais j'en étais arrivé à un point où j'en avais juste rien à foutre de mon boulot si durement trouvé en ces temps de crise des subprimes, mais bon ballec j'avais de quoi voir venir gràce à ce jeu, donc j'ai commencé à jouer entre midi et deux, et puis finalement un peu tout le temps jusqu'à négocier ma rupture conventionnelle comme une petite racaille cadre en chemise blanche, bref ... 

ça a été les meilleurs moment de ma vie presque le poker, la journée je faisais la tournée des chômeurs, on fumait, starcraft, pétanque, wakeboard, ou des sites de rencontres (ça marchait pas autant que maintenant mais bon), et le soir je grindais assez pour gagner plus que mon boulot d'ingénieur informatique, tout ça pour dire que niveau vie sociale je suis passé du statut de geek à Dan Bilderzan presque ... (j'éxagère un peu hein ...).

Mais bon au fur et à mesure le niveau qui monte, une gonzesse fixe qui monte en exigence, des vacances par ci par la, le retour au poker devenait de plus en plus lourd, et la cerise sur le gateau c'était de voir des gens/amis avec 2 neuronnes se faire autant de thune que moi dans des banques ou autres en faisant limite acte de présence ...

la je me suis dit bêtement ok, je suis bac+5 je vais retourner au boulot voir si on me brain pas ... et je sais pas pourquoi mais après 7 ans de poker ça m'a plu, plus ce stress du fisc, plus ce stress à vouloir tout optimiser en cherchant sa limite (BB/100) / nb de tables * statut vip(rakeback), bref on me proposait un café toutes les heures presque, et j'étais payés pour ça mdr ! J'ai bien aimé, j'ai appris toutes les subtilités du monde du travaille, genre te casse pas le cul à résoudre tous les problèmes il y en aura toujours, t'as plus de chance d'être augmenté en racontant ta vie en faisant semblant de t'interresser à la vie des gens qu'à trouver l'algo absolu que de toute façon personne ne comprendra même avec une doc ... 

donc en 2 ans objectif atteint 50k+ en faisant moins de 35h je pense (le gosse, proprio ...) , toutes mes soirées de libre ... et ... finalement 2 ans après ça me commence à bien me saouler de forcer sur l'empathie (même si j'avoue ça m'a appris pas mal de chose que j'aurai fuis jadis), mais bon desfois t'en croise t'as juste envie de leur dire "mais sort toi les doigts du cul bordel de m**de au lieu de venir me demander de faire ton travaille !", avant je voyais "caméra café" je rigolais, maintenant je me dis c'est mon quotidien ... et j'en arrive à la conclusion à me dire que c'était quand même beaucoup plus excitant et technique le poker que de m'encrouter dans un job ou j'essaie de m'abaisser à leur niveau presque ...

avec ce que j'avais gagné en misant 1/3 de mes bénéfs du poker sur le bitcoin, j'ai gagné (virtuellement vu que j'ai jamais rien vendu) pas mal, de quoi prendre la confiance et commencer à envoyer chi** tous ceux qui me saoulaient ,et la je pense que j'ai dû atteindre le burnout proffessionnelle (alors que je partais presque du statut de junkie instressable) , mon but était devenu de me faire virer pour être tranquille, genre j'assumais pas de devoir me mettre en arrêt maladie ou une connerie de ce genre, et la cerise sur le gâteau ça a été mon entretien annuel, je vais pas rentrer dans les détails, mais à la base je demandais une augmentation assez justifié vu ce que la concurrence me proposait, 1 mois après j'ai eu leur réponse/résultat, mais au bout d'un moment, je me suis dit "put**n de m**de, tout ça pour ça ????"

  j'ai  demandé ma rupture conventionnelle en leur disant de bien tous aller se la mettre bien profond avec leur langage RH et leur organisation en bois... entretien direct avec tous les directeurs (clients/ssii), je n'y suis pas allé très fier mais bon, c'était plus possible de continuer comme ça, donc le directeur client (coté en bourse) m'a envoyé mon mini chef me faire la morale et tenter de me faire culpabiliser et que ça me coûterai cher ... grand moment de poker menteur, je regrette de ne pas avoir enregistré, j'ai raise all in, en lui disant que c'était le but pour qu'il me sorte de la mission ... changement de stratégie dans sa tête en désespoir de cause, il attaque mon corporatisme en m'expliquant que je nuisais à l'image de ma SSII (alors que bon à la base j'ai vécu du poker parce que ça me dégouttait un peu ce monde occulte des sociétés de services ...), bref ... je lui laisse le bénéfice du doute, j'ai quand même du respect pour le directeur de ma SSII ... c'est d'ailleurs à lui de me convoquer, je m'attend à passer ma dernière réunion lourde avant de pouvoir enfin me débarrasser de ce préavis de m**de des CDIs et joindre ce cercle fermé des chômeurs heureux formé gratuitement et à volonté ... parce que la concurrence propose mieux, ok, mais il faut être disponible tout de suite sinon tu te fais tout de suite doubler par le premier bac+3 chômeurs qui passe (et c'est pas vraiment de l'ironie ...), bref je sais qu'il va me croquer le cerveau, je sais que je vais devoir faire profil bas, mais bon c'est pour la bonne cause, on a rien sans rien , la liberté n'est plus très loin...

et la miracle de la nature ... il est daccord avec moi, il me propose les formations que je veux (sans que je ne sous entende les vertues de pole emploi) , je suis choqué ...  je cherche le piège et j’exige même une date pour ma fin de mission qu'il me donne en m'expliquant que bien-sur il refuse ma rupture conventionnelle ... fin de réunion, je me sens fier comme un coq, arrivé chez moi je me dis "mais quelle victoire à la pyrrhus en carton" , je me tape toutes ces réunions pour me faire virer et en gros on me dit de rester 4 mois de plus et je suis content parce que je serai formé et qu'on me promet un autre client, je la voie venir la saucisse ou dans 4 mois rien n'aura changé ... bref ... je me console en me disant que j'ai gardé un minimum de dignité dans cette histoire en fin de devenir ...  mais j'ai bien l'impression d'avoir fold sans même m'en rendre compte ... 

Mais second miracle de la nature, quelque jours après grande réorganisation anticipée , elles aiment bien ça les grandes entreprise de faire ce genre de chose, ça permet de libérer le linge sale pour faire monter la montgolfière, et éviter qu'on se planque un peu trop facilement ... mais ce n'est pas ça le miracle, on me change de mini chef qui ne comprenait pas grand chose mais il était tellement fier de toutes ses heures de présence, un grand classique dans le monde de l'entreprise ... et on me met les nuts de l'équipe avec un chef beaucoup plus technique ... j'attendais de voir ce que ça allait donner, et faut avouer que j'en ai oublié mes projets de chômeur heureux ... pour quelques mois ...

La tentation est revenue, mais le respect est la ... c'est assez problématique ... je me dis que je vais rejouer un peu pour le fun au poker, même si c'est assez abstrait pour moi cette notion de fun, mais juste voir comment la méta du poker a évolué en 5 ans de vie civile ... et ben je ne sais pas, j'ai du mal à me faire une idée ... j'ai l'impression que je ne domine même pas les petites limites , est ce que je suis devenu un joueur lambda ? Est ce que je suis définitivement saoulé ? j'alterne, je passe au PLO, c'est bizzare, ça à l'air facile, mais vu le rake faut être assez bon pour tenir la variance quand même ... Est ce que ça aurait été plus simple avec mon ancien statut vip ? C'est assez ambigu vu qu'ils ont tous été bradés je pense ... ça me stress de me dire "est ce que finalement j'ai bien fait de quitter le poker à temps ?", en fait c'était presque la mort du cash game qui m'avait fait arrêter (en 2015, j'étais déjà dans le futur du thead), ça me saoulait un peu les tournois, le but du poker c'était d'être libre, et pas le cul coller à une chaise en s'engageant sur des 5h minimum dans l'espoir de win un tournoi ... mais bon ... je constate avec tristesse que bon ... il y a moins de table de cash, mais les prizepool ont plus que doublés. Même si c'était pas mon délire, j'avais quand même un niveau correct en tournoi , voir meilleur que tous les stream qui ont fleuri sur twitch (ce braggggggg, j'ai honte, mais c'est vrai j'avais ce petit logo mignon de shark sur sharkscope... ) , ... bref ... ça m'éxite pas plus que je ça, mais je me dis que je vais faire les 2 (cash/tournoi) on verra bien ... et ... 

3ème miracle de la nature ? On nous enferme tous ! Les tables de cash games se multiplient comme ce monsieur corona2019 ! Est ce que dieu essaie de me faire passer un message ? Est ce que ça fait trop longtemps que j'écris ce post ? Est ce qu'on va tous creuver comme des m**des ? Bon ben voila ... par la force des choses je suis la, je suis de retour ... mais put**n qu'est ce que c'est dur quand on revient du monde du travaille !! ça m'éxcite, mais je ne vois plus les choses comme avant, j'ai maintenant de l'admiration pour ces joueurs qui ont continués le cash game, après quelques jours de reprise, je ne sais  toujours pas si je suis devenu moins bon, ou le niveau a réellement augmenté, je ne sais pas si je vais récupérer mon petit logo de shark,  mais ça m’excite et c'est l'essentiel, et de toute façon on a pas grand chose d'autre à faire le temps que bitcoin balaie toutes ces politiques de m**de ... bref ... pour ne pas finir sur une conclusion politique qui n'est pas partagé du tout sur ce forum à tendance communiste, tout ça pour dire que dans la vie, je pense qu'il faut vraiment faire ce que l'on aime, même si les politiques font que ça n'est pas reconnu/rémunérés à sa juste valeur, il y aura toujours un moment ou dieu viendra taper à votre porte (moi j'appel ça le karma) et vous le vivrez mieux que ce gars qui vous a fait rêver en se branlant dans sa banque pour finalement se faire virer comme une m**de ... 

 

(et pour répondre à la citation de façon plus direct, je ne vois pas l'intérêt de multiplier les relations de travaille si le travaille ne te plait pas ... )

(et sinon je sais, j'ai detérer un vieux truc, mais bon, je lisais ça comme ça pour voir si ya pas des trucs à apprendre, mais ça m'a fait tilter un peu que le thread se finisse comme ça ... )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×