Jump to content
This Topic

Recommended Posts

Bravo mizar ! Il n y a qu un point sur lequel je ne suis pas d accord:

L'UTILITE SOCIALE :  Je vais être encore plus bref. Le travail n'a pas vocation à être utile socialement. Le travail permet de gagner de l'argent. Point.!

La nature humaine est ainsi faite que beaucoup de personnes ont besoin de se sentir utiles ds leur travail pour s épanouir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

SI vous vous tapez Monica Bellucci tous les jours pendant 20 ans, le monde entier vous enviera... mais ça ne vous empêchera pas d'avoir, de temps à autre, envie d'aller voir ailleurs. C'est humain ! 

Tu as peut-être raison si tu parles des vingt années à venir. Pour les vingt années passées, pas d'accord.

 

1280303416_vincent-cassel-la-haine.gif

J'ai tenu dix-sept ans moi, t'as quelque chose d'autre à dire?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellent post Mizar :)

 

Les différents sujets que tu abordes mélés à mon dernier post m'ont donné envie de partager mon expérience.

 

Je suis personnellement quelqu'un de visuel, et l'image qui m'est venue quand j'ai pensé au cheminement qui m'a fait aimer puis me lasser d'etre ingénieur, joueur de poker, et maintenant promoteur immobilier est à peu près celle là, à partir de mon bac en 1998 :)

 

Il y a visiblement un pattern pour moi, et je propose à tous de réfléchir où vous vous etes situés sur ce graphe au fur et à mesure des années.

 

Chacun aura un besoin différent en terme de challenge et de renouvellement. Dans un cycle plus ou moins rapide également.

 

Ce que je trouve le plus intéressant dans ce cycle est que je n'ai pas connu de retour en arrière, de retour vers le flow une fois que je l'avais dépassé par exemple.

En 2010/2011 j'aurais pu prendre la décision de retravailler mon poker pendant 6 mois à fond pour retrouver le niveau des high stakes. Je ne l'ai pas fait et avec le recul j'en suis très content. J'aurais travaillé dur, et surtout ca serait devenu progressivement de plus en plus dur. Ca aurait été comme skier vers l'amont au lieu de skier vers l'aval. Comme nager à contre courant.

 

Comme il le dit dans la video http://wdprofiletest.com?a_aid=link

A partir du moment où ce que vous faites ressemble à du travail, est contraignant et vous semble trop dur pour etre naturel, vous faites déjà fausse route ....

 

 

 

vfPpvV2.jpg
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

excellent post mizar

a l'image de ce que j'ai quoté et qui me parait une bonne définition ce qu'est un bon excellent joueur de poker

...Ceux qui s'en sortent le mieux et le plus durablement ne sont pas forcément les plus forts techniquement, mais plutôt les plus forts mentalement...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh put**n t'es mon hero mizar :hug:

J'ai essayé de cliqué 1000 fois sur +1 pour la 1ere fois de ma vie.

 

Le passage sur la liberté notamment.

Je passe mon temps à expliquer exactement la même chose a mon entourage... ou au boulot 8|

 

Bref juste un mot : merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce schéma ne fonctionne que dans le cadre professionnel ou sportif non ? Sinon c'est une vision très compétitive et réductrice de la vie si je peux dire. En gros sa signifierait qu'on ne peut être heureux qu'en étant très bon dans une activité valorisante qui demande beaucoup d'effort/investissement (en tout cas c'est mon interprétation du schéma). Alors qu'on peut trouver son "flow" dans n'importe quel hobby/activité qui ne demande ni talent ni ne présente de réelle difficulté, ex: un passionné de littérature (bon ok faut savoir lire). Pour moi le bonheur ne passe pas forcément par l'accomplissement ou la performance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce schéma ne fonctionne que dans le cadre professionnel ou sportif non ? Sinon c'est une vision très compétitive et réductrice de la vie si je peux dire. En gros sa signifierait qu'on ne peut être heureux qu'en étant très bon dans une activité valorisante qui demande beaucoup d'effort/investissement (en tout cas c'est mon interprétation du schéma). Alors qu'on peut trouver son "flow" dans n'importe quel hobby/activité qui ne demande ni talent ni ne présente de réelle difficulté, ex: un passionné de littérature (bon ok faut savoir lire). Pour moi le bonheur ne passe pas forcément par l'accomplissement ou la performance.

Bonne remarque.

On a effectivement tendance à parler de la notion de flow en relation avec la recherche de la performance.

 

Par définition le flow est l'état de la riviere qui coule naturellement en suivant les lois de la gravité.

Ca ne correspond pas à ce que tu décris qui demande beaucoup d'effort/investissement.

Ce que tu décris ressemble davantage à la situation dans laquelle j'aurais pu etre si je m'étais forcé à bosser mon jeu en 2011, alors que la riviere me poussait naturellement vers de nouvelles aventures.

 

Tu le dis toi meme on trouve davantage son flow en suivant sa passion qu'en travaillant dur.

Tu peux regarder la TV par exemple en étant dans les différents états du graphe. Tu peux etre apathique comme en mode apprentissage devant un sujet qui te passionne. Si ce que tu regardes ne te stimule pas un demi neurone, tu conviens que ce n'est pas ca qui va te rendre heureux... :)  Tu ne vas a priori pas non plus trouver ton bonheur dans le poker en jouant mal et sans aucune envie de t'améliorer sur au moins un aspect du jeu...

 

En passant je ne pense pas que le littérature soit une discipline plus facile qu'une autre... Si ca te semble facile c'est peut etre un signe que ca correspond à ta zone de skills ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

L'UTILITE SOCIALE :  Je vais être encore plus bref. Le travail n'a pas vocation à être utile socialement. Le travail permet de gagner de l'argent. Point.

Par utilité sociale, beaucoup pense d'abord à contribution à la société au travers de l'impôt, des charges salariales et patronales.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par utilité sociale, beaucoup pense d'abord à contribution à la société au travers de l'impôt, des charges salariales et patronales.

Un gros grinder donne beaucoup plus à l'état que le français moyen via le rake, sans compter ceux qui vivent en France et qui sont ponctionnés de 50% de leurs gains.

Edited by Mag33k

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo pour ton post Mizar que je trouve très pertinent et bien écrit obv, on reconnait ta plume de journaleux ;-)

 

Cela dit, il me semble toujours plus facile de tenir ce discours à 40 ans (voire plus pour certains...) qu'à 25 ans.

Avoir 25 ans et se dire que le travail n'a pas à être épanouissant et n'est qu'une source de revenus permettant d'avoir des temps de liberté n'est pas non plus une perspective réjouissante.

Une carrière professionnelle est épanouissante  quand elle est diversifiée, stimulante intellectuellement et enrichissante (sur tous les plans).

Le problème dans la carrière du joueur de poker et surtout en France, est que très vite il plafonne et n'a plus ou peu de perspectives de progression. Cela devient moins stimulant intellectuellement et surtout, très peu diversifié.

Du coup, il tourne en rond, le grind devient chiant et il se pose plein de questions métaphysiques sur la vie, la joie etc... et surtout ne peut pas se faire à l'idée que son job lui apporte des moments de liberté bien qu'il soit chiant.

 

A 40 ans passé, c'est beaucoups plus facile d'avoir du recul, surtout si on a eu la chance d'avoir déjà une carrière pro épanouissante hors poker.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ceux qui s'en sortent le mieux et le plus durablement ne sont pas forcément les plus forts techniquement, mais plutôt les plus forts mentalement...

 

 

J'ai relu ton post avec plaisir et pour aller dans le sens de cette remarque, une citation de Lasker champion du monde des échecs pendant plus de 25 ans qui s'applique bien au poker : 

 

"Les échecs mettent en conflit, non pas deux intelligences, mais deux volontés"

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas rassurant ce thread.. ca fiche meme la trouille lol.

et que dire de ceux qui sont "no life" et ne gagnent rien au poker mais esperent toujours... quand je vois l'etat d'esprit dans lequel sont ceux qui gagnent bien ca fait peur...

 

il y a t'il de vrais heureux dans la salle qui vivent du poker? sais-pas.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
Casino de Marrakech : WSOP Circuit
Casino de Marrakech : WSOP Circuit