Jump to content
This Topic

Recommended Posts

Je dois dire que je me suis retrouvé à 99% dans le post d'Artplay.

Globalement content de mon sort actuel (et j'adore ce jeu à la con), je ressens parfois un manque "de sens" quand je prends du recul, l'impression que je pourrais faire autre chose à coté "d'utile" avec toute la liberté que joueur de poker semble octroyer (et qui ne sera pas éternelle). Je suis aussi conscient de la chance que j'ai de pouvoir me poser ce genre de questions. Du coup, je me suis retrouvé dans le constat d'Artplay : bcp de liberté en théorie pour faire plein de choses et au final, pas grand chose de concret (mis à part des hobbies). Ce qui est marrant, c'est que j'admirais Artplay pour avoir été capable d'ecrire un bouquin de poker à coté, donc du coup c'est la même ici en encore plus procrastinateur (et sans gagner 100ke par an même si je pense pas que ce soit le plus important). J'ai souvent l'impression que ce n'est qu'une étape vers quelquechose d'encore mieux, mais je n'arrive pas à accéder à cette étape superieure. :)

Alors est ce qu'on surestime la liberté que cette activité octroie, ou bien est ce juste que nous n'avons pas appris à gérer correctement notre liberté, je sais pas trop.

Share this post


Link to post
Share on other sites

100k/an c'est un minimum. ceux qui la ramène n'ont pas la moindre idée de ce qu'est le quotidien d'un grinder pro et ce qu'il faut endurer pour gagner cette somme.

 

Plutot totalement d accord avec le post sauf ca:

 

Faux pas pousser ya rien qui dit que si tu veux etre decemment pro au cartes faut ship 100k+/an.Libre a chacun de savoir a partir de cb il peut se definir comme pro. Je comprends les types qui appartiennent "à la classe moyenne" francaise quand ils viennent sur le thread et qui voit "il me faut plus que 100k/an pour continuer" ils ne se rendent ue 100 k quand on en a plusieurs centaines d'autre bah on peut s'en passer au profit d'une vie qu'on juge plus epanouissante.

 

La deuxième partie de la phrase fait un peu peur aussi,je crois pas que ca soit le bagne d'etre joueur pro de poker, jouer quand on veut,voyager quand on veux tout en s'amusant a cliquer sur des btns quelques heures par jour en moyenne ya pire jtrouve.

 

Ah oui aussi j'ai bien utiliser le mot "s'amuser" c'est vrai que ca peut paraitre surprennant pour les joueurs recreatifs qui lisent ca mais quelques pros ne s'amusent pu du tout en jouant,tout le probleme vient de la dans le cas d'artplaie par exemple.

 

Ca me semble chaud comme approche d'etre aussi peu intéressé par le coté compétition du pok, je ne sais pas si c'est seulement inhérent au pok ou si c'est plus un etat d'esprit mais t aura surrement besoin de la grinta pour tes autres projets

Share this post


Link to post
Share on other sites

Euh, pour le concept de s'amuser, c'est un peu normal de ne plus "s'amuser" quand c'est une activité pro.

Je pense pas non plus qu'un sportif pro soit en train de se taper des délires en faisant son sport. A mon avis, enfin en tout cas c'est comme ça pour moi, une activité est un loisir jusqu'au moment ou tu commences à faire ça plus sérieusement pour gagner ta vie, à ce moment là, tout le côté amusement disparait.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut le CP !! :-)

 

Ca fait 3 ans que je n'ai plus posté ici, alors ca me fait un petit quelque chose de poster ;-)

 

Quand je lis les différents commentaires, je suis frappé que chacun formule à sa facon qu'il se sent heureux ou non selon qu'il se sent dans son flow ou non.

Je conseille très vivement de regarder cette vidéo au sujet du flow :

 

 

Je conseille également à tous de regarder ce site :

 

http://wdprofiletest.com/?a_aid=link

 

J'espère que ce sera aussi utile à ceux qui se posent des questions sur leur reconversion / choix qu'à moi quand je l'ai fait.

 

Tous les types de profils pouvaient s'épanouir dans le poker, meme online, il y a quelques années.

J'ai arrété au moment où je pense que le poker est devenu une meilleure opportunité pour certains profils plutot que le mien.

 

Pour info je suis un mechanic, et j'étais dans mon flow quand il fallait innover. Aujourd'hui un accumulator aura beaucoup plus de chance d'etre dans son flow et heureux en jouant au poker que moi ...

Depuis 3 ans j'ai lancé ma boite dans l'immobilier et je sens que j'ai retrouvé mon flow. Malgré le fait que ce soit pas le métier le plus créatif qui soit, j'ai réussi à me positionner pour optimiser la structure et la réalisation. Aujourd'hui la boite décolle. Et de sentir que je fais quelque chose qui me correspond me rend personnellement plus heureux que si je continuais à jouer au poker aujourd'hui.

 

Je vous laisse y réfléchir :-)

Et j'espère que ca vous sera utile.

 

Et good luck ! ;-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour apporter ma pierre à l'édifice, je dirais qu'il faut comparer ce qui est comparable. Un joueur de poker comme Artplay peut se comparer à un chef d'entreprise. Il a eu les couilles - à un moment donné - d'investir du temps, beaucoup de temps dans un domaine.

 

Pour parvenir de joueur moyen à joueur pro gagnant, il ne faut pas croire que c'est de la chance... Ce sont des heures et des heures à bosser son jeu, à mater des vidéos, à lire des forums, à jouer, encore et encore, parfois 20h de suite. Quel joueur de poker n'a pas fait de nuit blanche car il y avait un fish a 500bb sur une table...

 

Les plupart des gens ne se rendent pas compte des sacrifices... Quand un chef d'entreprise risque sa thune, sa vie de couple à bosser 12h par jour on le félicite et pas un joueur de poker? quelle est la différence?

 

J'ai sacrifié mes 3 derniers nouvel an (oui j'aurais aimé sortir et picoler avec mes potes), des week ends, des vacances car je savais qu'en une soirée je pouvais gagner énormément.

 

C'est arrivé à tous les joueurs de poker de "bosser" 50 jours sans prendre de break, de "bosser" 20h de suite car la situation l'exigeait.

 

Créer une entreprise c'est pareil, on démarre au rang de fish, on bosse, on bosse, on gagne en expérience, en technique, en relationnel.

 

Et quand on vend notre entreprise pour 500k aprés 4/5 années de malade mental et ben ouai on a le droit de dire je ne remettrais pas le couvert pour 100k par an.

 

On a peut être envie de quelque chose de plus modeste, qui paie moins bien mais on s'épanouira beaucoup plus.

 

Pour avoir fais les 2 (création d'entreprise et poker pro) sérieusement c'est exactement pareil et quand un conn**d qui bosse de 9h a 17h sans prendre aucun risque, kiffe tous ces week end avec bobonne et pars à Djerba pour les vacances... qu'il vienne pas se plaindre que je mérite pas ce que j'ai gagné.

 

Créer une entreprise qui marche, avoir une belle carrière poker, c'est comme le loto, 100% des gagnants ont tenté leur chance. Mais souvent, ceux qui ont réussi c'est ceux qui s'en sont donné les moyens.

 

Vous êtes pas content de votre situation? Vous avez envie de dire un jour "je le ferais pas pour 100k / an" ben bougez vous le FION.

Share this post


Link to post
Share on other sites
 

 

Enfin, un point que je ne comprends pas trop, tu gagnes bien ta vie au poker, on en est tous conscient ici, tu dis avoir jouer 400h de janvier à juillet. Donc pour faire simple, tu as joué en moyenne environ 2h par jour sur cette période. 

Je ne sais pas à combien tu estimes le temps ou tu bosses ton jeu à côté, etc... Mais en quoi l'activité de jouer au poker est incompatible avec celui de faire d'autres projets ? Je sais pas, c'est pas comme si tu faisais 6h par jour aux tables, 7 jours sur 7.

C'est pas une très bonne manière de raisonner je pense. Un salarié bosse 1600h/an, tu peux ptêtre te dire que ça fait qu'une moyenne de 4h/jour mais le fait est que ça n'en est pas moins fatigant :D

Même pour un dilettante du poker comme moi si le temps de jeu effectif est court, l'organisation de la semaine de grind prend un volume beaucoup plus important. Principalement parce que je suis pas efficace, bien sûr.

 

Dans un registre similaire, un talk très vrai et assez inspirant sur le manque de volonté des gens à aller au bout de leurs passions :

Edited by ArtPlay

Share this post


Link to post
Share on other sites
....

Je crois qu'on s'éloigne de ce que veut dire Artplay, il y a des pros comme lui qui ont réussi sans bosser 12h/jour, sans passer de nuit blanche sur un fish, sans rater un réveillon et en jouant 2h par jour en moyenne. Ce qu'il a réussi c'est sans forcer et limite en se faisant chi**, justement sans doute par manque de compétition. Il pense maintenant que ses capacités seraient mieux misent à profit dans un autre domaine ou il excellerait et s’épanouirait plus qu'a une table de poker.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Justement dans la même idée de s'éloigner du péquin moyen,

Ca ne vous choque pas que lorsque on aborde les sujets de fonds, le joueur de poker étudie sa situation toujours en comparaison des jobs parmi les pires de la société ?

 

Je veux dire quand tu parles d'utilité sociale Artplay, tu cites parmi les jobs qui aurait une utilité sociale : " caissière"  , "taxi", "éboueur" , "tourneur-fraiseur" , 

Et parmi les jobs qui n'aurait aucune utilité sociale :

"conseiller bancaire" , " vendeur d'options binaires" , "vendeur d'aspirateur"

 

Personne ne pense que c'est un peu hypocrite dans le sens ou ce genre de comparaison n'a pour but que de se conforter dans l'idée qu'au final joueur de poker c'est pas si terrible ?

 

SI la question ce n'était plus, choisis d'être joueur de poker ou de se faire chi** lamentablement dans un bureau ou faire caissier,

mais plutôt

Choisi entre être un joueur de poker ou Avocat, médecin, designer, ... n'importe quel activité que vous aimez faire ou trouvez valorisante.

 

La vraie question devrait être : Avec mon potentiel intellectuel et mes qualités , Est ce que joueur de poker est l'activité professionnelle qui me convient le plus ?

Et non pas comparer joueur de poker avec tout le reste des jobs disponibles sur la planète

 

Sinon c'est sur la conclusion restera toujours , vaut mieux me faire chi** et jouer au poker  que finir mineur ou agent de sécurité dans un parking.

Peut être qu’élever le débat serait plus intéressant

Share this post


Link to post
Share on other sites

je suis assez ok avec ton post. Je pense qu'il faut l'envisager en calcul d'ev.

 

En 2004, le poker était vraiment très "facile" on pouvait gagner beaucoup, vite, monter de limites et à l'époque c'était "sky is the limit".

 

Donc meme si j'avais la possibilité de revenir en arrière, commencer le poker en 2004 était probablement un meilleur choix que n'importe qu'elle autre activité.

 

En 2014, c'est une tout autre histoire. Si je calcule entre mon volume de jeu, les efforts que je dois fournir etc... Je pense que mon EV maximale est proche de 100k / an. Même en bossant mon jeu comme un malade, en jouant plus etc... je ne pense pas faire beaucoup plus (ce qui est déjà très bien ceci dit.)

 

Maintenant, tout en continuant sur le calcul d'ev: J'ai peu de chance de gagner 100k par an en montant une boite aujourd'hui mais mon ev globale sur les 5 prochaines années est probablement meilleur qu'en jouant au poker.

 

Je pense que tous les joueurs qui sont pros depuis 5 ans et plus sont des personnes que je qualifierai d'intelligentes (il a plusieurs formes bien sur disons possédant des qualités certaines dans des domaines transférables au monde du travail) et donc ont, à mon sens une ev supérieure à tenter autre chose. Cette ev réside surtout dans le fait que cette activité n'est pas capée (comprendre qu'on peut monter très haut même si en général le décollage est plus lent) alors que le poker l'est. Je pense qu'il n'y plus 10 joueurs en france qui ont une ev de plus d'un M€ sur les 5 prochaines années.

 

Ceci n'étant qu'un simple calcul financier, je pense également que l'épanouissement personnel et donc quelque part le bonheur seront aussi au RDV ce qui est bien plus important que l'aspect financier, notamment quand - comme Artplay - tu as un petit matelas sur lequel tu peux te reposer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Justement dans la même idée de s'éloigner du péquin moyen,

Ca ne vous choque pas que lorsque on aborde les sujets de fonds, le joueur de poker étudie sa situation toujours en comparaison des jobs parmi les pires de la société ?

 

Je veux dire quand tu parles d'utilité sociale Artplay, tu cites parmi les jobs qui aurait une utilité sociale : " caissière"  , "taxi", "éboueur" , "tourneur-fraiseur" , 

Et parmi les jobs qui n'aurait aucune utilité sociale :

"conseiller bancaire" , " vendeur d'options binaires" , "vendeur d'aspirateur"

 

Personne ne pense que c'est un peu hypocrite dans le sens ou ce genre de comparaison n'a pour but que de se conforter dans l'idée qu'au final joueur de poker c'est pas si terrible ?

 

SI la question ce n'était plus, choisis d'être joueur de poker ou de se faire chi** lamentablement dans un bureau ou faire caissier,

mais plutôt

Choisi entre être un joueur de poker ou Avocat, médecin, designer, ... n'importe quel activité que vous aimez faire ou trouvez valorisante.

 

La vraie question devrait être : Avec mon potentiel intellectuel et mes qualités , Est ce que joueur de poker est l'activité professionnelle qui me convient le plus ?

Et non pas comparer joueur de poker avec tout le reste des jobs disponibles sur la planète

 

Sinon c'est sur la conclusion restera toujours , vaut mieux me faire chi** et jouer au poker  que finir mineur ou agent de sécurité dans un parking.

Peut être qu’élever le débat serait plus intéressant

Complètement d'accord. D'ailleurs j'ai exactement réfléchi en ces termes. J'ai même réussi à donner de la valeur à mon experience poker dans un concours en vue d'intégrer une grosse école de commerce, si ca peut encourager les personnes à sortir du poker une fois arrivé à cette lassitude !

Edited by abuze

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette ev réside surtout dans le fait que cette activité n'est pas capée (comprendre qu'on peut monter très haut même si en général le décollage est plus lent) 

Plus cet état de fait est vrai, plus il y a de chance que tu sois dans une activité du type winner-take-all avec un concurrence mondiale féroce. Un boulot comme celui de chirurgien ou d'avocat est parfaitement capé, les mecs sont payés en fonction du boulot qu'ils abattent et pourtant ils ne sont pas à plaindre.

 

Question à se poser :

Combien de fois le chirurgien ou l'avocat le mieux payer sur Terre gagne le revenu moyen de sa profession ? Même question pour un métier non capé comme artiste, programmeur ou gestionnaire de hedge-found-all-in-sur-la-Grèce-au-pire-de-la-crise ?.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plus cet état de fait est vrai, plus il y a de chance que tu sois dans une activité du type winner-take-all avec un concurrence mondiale féroce. Un boulot comme celui de chirurgien ou d'avocat est parfaitement capé, les mecs sont payés en fonction du boulot qu'ils abattent et pourtant ils ne sont pas à plaindre.

 

Question à se poser :

Combien de fois le chirurgien ou l'avocat le mieux payer sur Terre gagne le revenu moyen de sa profession ? Même question pour un métier non capé comme artiste, programmeur ou gestionnaire de hedge-found-all-in-sur-la-Grèce-au-pire-de-la-crise ?.

Je ne vois pas le rapport entre le cap et  la notion de winner take. Tu auras toujours la possibilite de faire grandir ton business, de le dupliquer voir meme de le reorienter si tu stagnes. La concurrence est qu'un facteur parmi plusieurs autres qui peuvent faire ralentir ta croissance . Le poker est different  vu qu'il s'agit d'une activite non creatrice de valeur tu peux te battre uniquement pour avoir la plus grosse part du gateau mais tu ne peux pas influer sur sa taille.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Justement dans la même idée de s'éloigner du péquin moyen,

Ca ne vous choque pas que lorsque on aborde les sujets de fonds, le joueur de poker étudie sa situation toujours en comparaison des jobs parmi les pires de la société ?

 

Je veux dire quand tu parles d'utilité sociale Artplay, tu cites parmi les jobs qui aurait une utilité sociale : " caissière"  , "taxi", "éboueur" , "tourneur-fraiseur" ,

La raison pour laquelle je cite ces jobs-là en particulier dans mon propos, ce n'est au contraire pas pour dire "joueur de poker c'est pas si terrible" mais pour dire "même des jobs sous-considérés sont énormément plus utiles à la société que joueur de poker". Si dans mon propos j'avais parlé de médecins c'aurait été un peu hors de propos dans la mesure où la médecine en particulier est souvent un des rares jobs choisis précisément par vocation.

 

SI la question ce n'était plus, choisis d'être joueur de poker ou de se faire chi** lamentablement dans un bureau ou faire caissier,

mais plutôt

Choisi entre être un joueur de poker ou Avocat, médecin, designer, ... n'importe quel activité que vous aimez faire ou trouvez valorisante.

La vraie question devrait être : Avec mon potentiel intellectuel et mes qualités , Est ce que joueur de poker est l'activité professionnelle qui me convient le plus ?

Et non pas comparer joueur de poker avec tout le reste des jobs disponibles sur la planète

Je connais principalement et grossièrement deux "catégories" de joueurs pros. Les gens comme moi, qui ont un bagage d'études supérieures, souvent scientifique, qui en gros se sont lancé dans le poker parce que le job de bureau, quel qu'il soit (développement, finance, conseil) ne leur disait trop rien. Pour tous ces gens-là ça reste pas évident de trouver un métier inspirant, vu que la carrière toute tracée ne leur convenait pas à la base. Donc même s'il est pertinent de comparer avec des professions intellectuelles qui peuvent sembler attirantes pour beaucoup, ce n'est pas forcément pertinent pour ces personnes-là et le salut se trouvera sûrement ailleurs.

L'autre catégorie n'a souvent pas fait d'études supérieures et pour ces gens-là l'alternative "simple" sont souvent des métiers basiques, et ils ne se posent du coup même pas vraiment la question. Il y a bien sûr des alternatives plus complexes, comme reprendre des études ou monter son propre truc, mais ça n'est pas forcément facile, même en n'étant pas con.

Mon point est que ce que tu dis est pertinent : la problématique "je reste pro de poker ou je vais bosser à l'usine/à carrefour" est toute tranchée, et il vaut effectivement mieux se poser la question en se disant "comment utiliser mes capacités intellectuelles". Néanmoins je pense que donner comme exemples "avocat, médecin" dessert ton propos : ce sont très précisément deux carrières qui vont être totalement inaccessibles à des gens qui ont été poker pro pendant 5 ans. Ou à 99.9% inaccessibles, ce qui revient au même :). Et si par designer tu entendais dans le software, certains poker pro l'ont déjà rejeté, d'autres risquent d'avoir trop de travail à fournir pour pouvoir s'y lancer.

A la relecture on a l'impression que je n'ai posté que pour contredire un détail, mais ce n'était pas mon intention :D. Juste que chaque "pro" est infiniment différent par son passé, sa formation, ses contacts, les expériences annexes réalisées lors des années poker, ses passions, et que le champ des possibles est extrêmement vaste. Du coup parler d'avocat ou médecin me semble être viser trop spécifique et complexe au risque d'être décourageant pour ceux qui se poseraient la question de la reconversion.

Edited by ArtPlay

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne vois pas le rapport entre le cap et  la notion de winner take. Tu auras toujours la possibilite de faire grandir ton business, de le dupliquer voir meme de le reorienter si tu stagnes. La concurrence est qu'un facteur parmi plusieurs autres qui peuvent faire ralentir ta croissance . Le poker est different  vu qu'il s'agit d'une activite non creatrice de valeur tu peux te battre uniquement pour avoir la plus grosse part du gateau mais tu ne peux pas influer sur sa taille.

Il y a toujours un cap, tu ne peux pas gagner de l'argent à l'infini en ne foutant rien. Partant de ce principe, tu comprends que plus le cap est haut, plus ton domaine d'action doit être étendu, et tu seras donc soumis à une concurrence venant de plus en plus loin avec des boites de plus en plus grosse en face, jusqu'au moment où la concurrence est mondiale avec des boites comme facebook >>>>> viadeo >>> random réseau social. Donc plus le cap est haut, plus c'est winner-take-all, plus il y a différence entre la médiane et la moyenne.

Share this post


Link to post
Share on other sites

peut être que l'on n'a pas la même définition du CAP ce qui mène à un quiproquo. 

 

Pour moi CAP veut dire, quand bien même tu es le meilleur et / ou tu bosses comme un ane pour y arriver tu ne gagnera pas beaucoup plus. Si tu met isildur sur le .fr uniquement et qu'il se déclare, je serai surpris qu'il fasse plus de 200k net par an.

 

Pour prendre l'exemple des mix games également, si tu es un très gros gagnant en low stakes, tu ne peux pas aller jouer en highstakes car il y a un gap entre la disons 10/20 et la 1500/3000, ya rien entre les 2. Donc 1 tu n'auras pas la roll pour jouer et de 2 quand bien même le field est mega mega trop tough.

 

Je n'ai jamais parlé de gagnant de l'argent en ne foutant rien, au contraire. Mon point est que quand qqch est capé, tu peux y passer autant de temps que tu veux et te tuer au travail tu ne gagnera pas plus que x€, x étant pratiquement définis à l'avance.

 

Tu n'a pas forcément besoin de rentrer en concurrence avec des mastodontes pour gagner beaucoup d'argent. Par exemple, Richard Brunson dans sa biographie disais qu'il savait depuis le début qu'il ne pourrait pas concurrencer British airways. Il a donc décider de se focus sur des niches ça et la en proposant par exemple un service de pick up en limousine pour les clients business class.

 

Tu prend un marché bien concurrentiel comme l'immobilier. En France certes c'est très dur de faire son trou. Mais rien ne t’empêche d'aller investir dans des marchés ou la concurrence est retard. J'ai parlé avec un entrepreneur espagnol qui a fait fortune en Pologne dans l'immo. Il bossait en Espagne, il a senti que le marché était trop compétitif, il a fait le tour de l'europe de l'est et s'est rendu compte que les polonais étaient nul à chi** dans ce domaine. C'est ce qu'on pourrait appeler un contournement du CAP.

 

Malheureusement avec l'état actuel du marché, meme en contournant le CAP (s'installer à Londres pour ne pas payer de taxes, jouer sur le .com etc...) ça reste quand même vraiment vraiment chaud d'espérer plus de 200k / an.

 

Maintenant si on me dis dans 3 mois il y une ouverture du marché asiatique alors la oui je lache toutes mes activités et je m'installe la bas car le CAP explose et l'ev re devient bien supérieure à court terme que tous les projets dans lesquels je m'investis à l'heure actuelle.

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'ai tout lu (jusqu'au bout) et effectivement tu as un style de vie très unique. Je n'ai jamais parlé avec qqun comme toi d'ou mon intérêt de ton billet. Petite question au passage, tu aimes ta vie et ta vie repose sur tes gains au poker right? Est ce que parfois tu n'as pas envie de jouer plus pour mettre de coté pour être sur qu'en cas de déclin de l'action, perte de niveau etc.. tu puisses continuer à entretenir ce style de vie particulier? Parfois j'en ai eu marre de jouer mais je me suis forcé car je savais que l'argent gagné, je pourrais l'utiliser plus tard pour réaliser certaines choses inaccessibles sans. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

@MrSneeze

En fait, je suis assez en phase avec ce que tu écris aussi. Si on me demandait ce que m'a apporté le poker aujourd'hui, je mettrais "connaissance de soi même", "nouveaux amis" bien bien bien avant "argent".

J'avoue avoir un peu de mal dans ce thread avec les expressions style "100ke min par an", "calcul d'ev financière entre monter une boite et jouer au poker". J'ai l'impression que ce sont des trucs complètement secondaires. J'ai pas mal lu sur le flow, et dans le video de johny, on voit un passage avec un graphe qui prouve qu'au dela d'un minimum pour vivre, l'argent ne rend pas plus heureux. Ce qui ne veut pas dire que gagner 200k par an au poker va rendre malheureux ou gagner 30k va rendre heureux. C'est juste pas corrélé (sauf si gagner juste 30k nous procure un sentiment d'échec).

Edited by ZozoLeClown

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Honnêtement, si tu fais une rapide analyse littéraire de ces deux paragraphes

 

je me contente donc généralement de répondre :

« c’est vrai, mais tu sais y’a plein de métiers qui servent à rien socialement voire qui sont néfastes, le mec qui t’appelle pour te vendre des options binaires, le mec qui se pointe chez toi pour te vendre un aspirateur foireux, ton conseiller bancaire … Est-ce que tu demandes à ton conseiller bancaire si ça le fait chi** de faire un job de con inutile quand tu vas le voir et qu’il essaie de te fourguer une assurance vie avec 1.5% de frais de gestion ? Non tu lui fous la paix …. » … je m’égare.

 

Tu parles entre guillemets en ajoutant " je me contente de répondre " ce qui induit que tu es dans un dialogue fictif, selon moi il est clair dans ton texte que tu utilises cet argumentaires en réponse aux gens qui te posent la question sur l'utilité sociale du joueur de poker et que de plus cette question t'énerve ou t'es en tout cas désagréable.

 

Personne ne va aller casser les couilles à la caissière de Carrefour parce qu’elle ne réalise pas que son boulot est utile socialement. Il l’est, mais elle ne le fait que parce qu’il lui apporte un salaire pas pour remplir un besoin de la société de consommation. Même chose pour un taxi, un éboueur ou un tourneur-fraiseur. Malheureusement il semble que pour beaucoup de gens gagner de l’argent doive nécessairement s’accompagner de culpabilisation et d’une nécessité de faire amende honorable. Lâchez-moi la grappe.

 

Il ne me semble pas non plus que dans ce paragraphe tu

-"cite ces jobs-là en particulier pour dire "même des jobs sous-considérés sont énormément plus utiles à la société que joueur de poker"-

 

Je te dis ça uniquement car tu as l'air intéressé par le domaine de l'écriture et selon moi tu te trompes totalement dans ton argumentation si tu penses qu'a travers ton billet tu communiques un message qui est:

 

La raison pour laquelle je cite ces jobs-là en particulier dans mon propos, ce n'est au contraire pas pour dire "joueur de poker c'est pas si terrible" mais pour dire "même des jobs sous-considérés sont énormément plus utiles à la société que joueur de poker".

 

 

 

Je connais principalement et grossièrement deux "catégories" de joueurs pros. Les gens comme moi, qui ont un bagage d'études supérieures, souvent scientifique, qui en gros se sont lancé dans le poker parce que le job de bureau, quel qu'il soit (développement, finance, conseil) ne leur disait trop rien. Pour tous ces gens-là ça reste pas évident de trouver un métier inspirant, vu que la carrière toute tracée ne leur convenait pas à la base. Donc même s'il est pertinent de comparer avec des professions intellectuelles qui peuvent sembler attirantes pour beaucoup, ce n'est pas forcément pertinent pour ces personnes-là et le salut se trouvera sûrement ailleurs.

 

Les question principales ici  sont je pense:

- Comment peux tu juger tout un ensemble de métiers qui même si leur dénomination semble proche sont probablement divers et variés en ayant une expérience professionnelle de seulement 3 mois ?

 

Si la réponse est que le domaine en globalité ne t'intéresse pas du tout, et que de près ou de loin  tu ne te vois pas foutre les pieds dans ce domaine,  la seconde question semble être naturellement

 

Pourquoi t'es tu orienté vers ce type d'activité ?

 

SI la réponse est que globalement tu as loupé ton orientation et que tu as choisi le poker par défaut et par l'attrait financier qu'il procurait une autre question pourrait être:

 

Jusqu'a quand vas tu continuer dans cette voie qui parait être plus un plan B lucratif qu'un réel choix motivé par un intérêt autre que financier ? 

( C'est en tout cas le ressenti que j'ai quand je lis tes billets sur ton blog)

 

et enfin :

 

Pourquoi ne pas envisager une réelle ré-orientation cadré  et une reconversion complète dans un domaine qui t'intéresse réellement ?

 

 

L'autre catégorie n'a souvent pas fait d'études supérieures et pour ces gens-là l'alternative "simple" sont souvent des métiers basiques, et ils ne se posent du coup même pas vraiment la question. Il y a bien sûr des alternatives plus complexes, comme reprendre des études ou monter son propre truc, mais ça n'est pas forcément facile, même en n'étant pas con.

Mon point est que ce que tu dis est pertinent : la problématique "je reste pro de poker ou je vais bosser à l'usine/à carrefour" est toute tranchée, et il vaut effectivement mieux se poser la question en se disant "comment utiliser mes capacités intellectuelles". Néanmoins je pense que donner comme exemples "avocat, médecin" dessert ton propos : ce sont très précisément deux carrières qui vont être totalement inaccessibles à des gens qui ont été poker pro pendant 5 ans. Ou à 99.9% inaccessibles, ce qui revient au même :). Et si par designer tu entendais dans le software, certains poker pro l'ont déjà rejeté, d'autres risquent d'avoir trop de travail à fournir pour pouvoir s'y lancer.

A la relecture on a l'impression que je n'ai posté que pour contredire un détail, mais ce n'était pas mon intention :D. Juste que chaque "pro" est infiniment différent par son passé, sa formation, ses contacts, les expériences annexes réalisées lors des années poker, ses passions, et que le champ des possibles est extrêmement vaste. Du coup parler d'avocat ou médecin me semble être viser trop spécifique et complexe au risque d'être décourageant pour ceux qui se poseraient la question de la reconversion.

 

En réalité j'ai utilisé les exemple d'avocat,médecin et designers uniquement car ce sont des métiers valorisés et connu par tout le monde. Mon objectif n'était pas du tout de proposer une alternative professionnelle à un réel joueur de poker. Je pense comme toi que les gens sont très différents et que sans profil spécifique ça n'a aucun sens de proposer un potentiel métier à quelqu'un.

Edited by checkneed

Share this post


Link to post
Share on other sites

va bientôt falloir s'excuser de se faire chi** après x années de grind lobotomisant sous pretexte d'avoir "la chance" de gagner 100k+ par an soit beaucoup plus que le pequin moyen. "hehe t'es bien gros continue à cliquer sur des boutons et te plains pas c'est la crise mec!"

non mais c'est quoi ce discours complètement démago? jamais vous ne pensez que des gens aspirent à mieux que vos vies de m**de? qu'est ce qu'on à branler du pequin moyen?

cette culture de la médiocrité me dépasse. va falloir commencer à élever le débat les prolos..

puis voilà que ça parle de chance! quelle chance ? artplay en est arrivé ici grâce à la chance donc? c'est quand même hallucinant de lire des conneries pareilles... :(

être bon, avoir des compétences et les utiliser à bon escient, travailler son jeu et ses faiblesses pour devenir meilleur; qu'est ce que vient foutre la chance ici ?

la rigueur du grind, les qualités qui font la différence entre un random reg et un top grinder, tout ceci n'a rien à voir avec la chance! c'est du travail et de l'investissement personnel rien de plus.

bien content d'avoir ces qualités et de les exploiter pour gagner de l'argent, l'avenir du poker s'assombrit et c'est donc tout à fait concevable et compréhensible que bon nombre de top regs ne s'y retrouvent plus.

100k/an c'est un minimum. ceux qui la ramène n'ont pas la moindre idée de ce qu'est le quotidien d'un grinder pro et ce qu'il faut endurer pour gagner cette somme.

d'ailleurs on le reconnait bien là notre bon prolo : envier le voisin, lui dire de ne pas se plaindre car c'est un privilégié, qu'il aimerait bien échanger sa vie blablabla; mais qui par contre n'a pas fait le moindre effort pour y tendre, ne s'est jamais remué son gros cul degueulasse pour y arriver.

vous savez quoi? vous êtes des m**des, c'est ma conclusion.

alors prenez vos idées reçues, vos rapports à l'argent de prolos français hideux et vos remarques complètement hors contexte (je rappel qu'on est en section high stakes) et dégagez bien loin.

laissez les grands parler entre eux si c'est pour ne rien apporter au debat.

cordialement

il semble assez evident que tu ne sache pas ce que signifie " demago" et pareil pour "prolo" mais t'as raison d'essayer de les placer dans un post pour faire bien.

et l'argument on est en "high stackes" , il me semble, qu on ne discute pas technique, mais "blues poker"  ce qui peut concerner plein de mondes donc t as l'air bien condescendant mon gro !!

 

 

La raison pour laquelle je cite ces jobs-là en particulier dans mon propos, ce n'est au contraire pas pour dire "joueur de poker c'est pas si terrible" mais pour dire "même des jobs sous-considérés sont énormément plus utiles à la société que joueur de poker". Si dans mon propos j'avais parlé de médecins c'aurait été un peu hors de propos dans la mesure où la médecine en particulier est souvent un des rares jobs choisis précisément par vocation.

 

Je connais principalement et grossièrement deux "catégories" de joueurs pros. Les gens comme moi, qui ont un bagage d'études supérieures, souvent scientifique, qui en gros se sont lancé dans le poker parce que le job de bureau, quel qu'il soit (développement, finance, conseil) ne leur disait trop rien. Pour tous ces gens-là ça reste pas évident de trouver un métier inspirant, vu que la carrière toute tracée ne leur convenait pas à la base. Donc même s'il est pertinent de comparer avec des professions intellectuelles qui peuvent sembler attirantes pour beaucoup, ce n'est pas forcément pertinent pour ces personnes-là et le salut se trouvera sûrement ailleurs.

L'autre catégorie n'a souvent pas fait d'études supérieures et pour ces gens-là l'alternative "simple" sont souvent des métiers basiques, et ils ne se posent du coup même pas vraiment la question. Il y a bien sûr des alternatives plus complexes, comme reprendre des études ou monter son propre truc, mais ça n'est pas forcément facile, même en n'étant pas con.

Mon point est que ce que tu dis est pertinent : la problématique "je reste pro de poker ou je vais bosser à l'usine/à carrefour" est toute tranchée, et il vaut effectivement mieux se poser la question en se disant "comment utiliser mes capacités intellectuelles". Néanmoins je pense que donner comme exemples "avocat, médecin" dessert ton propos : ce sont très précisément deux carrières qui vont être totalement inaccessibles à des gens qui ont été poker pro pendant 5 ans. Ou à 99.9% inaccessibles, ce qui revient au même :). Et si par designer tu entendais dans le software, certains poker pro l'ont déjà rejeté, d'autres risquent d'avoir trop de travail à fournir pour pouvoir s'y lancer.

 

 

 

c'est clair et ça permet de mieux comprendre ton opignon ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Checkneed,

 

Je ne comprends définitivement pas trop ta façon de t'exprimer. Tu relèves des trucs pour confirmer ce que j'ai effectivement écrit ou fait, tout en ayant l'air de dire que je ne l'ai ni écrit ni fait. Ca doit par exemple être la troisième fois que tu me demandes pourquoi je ne fais pas autre chose que jouer au poker, alors que j'explique précisément dans mon blog que c'est la décision que j'ai prise et que j'ai dû le répéter 5 fois sur ce thread dont au moins une fois en réponse à un de tes posts.

Tout ceci après avoir pris pas loin de 10 lignes pour m'interroger sur "n'as tu pas finalement le poker comme activité par défaut ??" alors que j'explique précisément en introduction de mon billet que c'est effectivement le cas.

 

Tu m'accuses de "juger tout un ensemble de métiers" alors que je me contente de dire que qu'un certain nombre de gens (dont moi) se lancent dans le poker par rejet de ces jobs. Je ne juge rien j'énonce un fait.

Enfin, précisons que ce ne sont pas tant les activités proposées par les divers "métiers" qui rebutent beaucoup de pros (dont moi) mais bien les conditions et les contraintes du salariat.

Bref j'ai un peu l'impression de parler à un mur bizarre.

Edited by ArtPlay

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'ai tout lu (jusqu'au bout) et effectivement tu as un style de vie très unique. Je n'ai jamais parlé avec qqun comme toi d'ou mon intérêt de ton billet. Petite question au passage, tu aimes ta vie et ta vie repose sur tes gains au poker right? Est ce que parfois tu n'as pas envie de jouer plus pour mettre de coté pour être sur qu'en cas de déclin de l'action, perte de niveau etc.. tu puisses continuer à entretenir ce style de vie particulier? Parfois j'en ai eu marre de jouer mais je me suis forcé car je savais que l'argent gagné, je pourrais l'utiliser plus tard pour réaliser certaines choses inaccessibles sans. 

Je comprends tout à fait ce que tu veux dire, mais je pense que ce type de raisonnement est sans fin, car il repose sur le besoin de sécurité. C'est important d'accumuler des noisettes pour passer l'hiver, je le conteste pas, mais ya pas besoin d'accumuler une montagne non plus. Le niveau de 'sécurité financière', d'épargne dont on a besoin, dépend in fine beaucoup de nos peurs. Je suis convaincu de pouvoir faire avec très peu, je l'ai déjà fait (quand j'étais étudiant et grindais pour payer ce dont j'avais besoin sur le moment), et je m'entraîne encore à le faire souvent. Quand je pars en vacances, c'est souvent pour me mettre dans une situation où j'ai moins que mon quotidien, donc ça m'inquiète pas trop si mon quotidien change.

 

Et pour ce qui est de penser à l'avenir, si ça ne tenait qu'à moi je ne cotiserais pas en retraite, parce que je doute de recevoir ces cotisations un jour étant donné l'évolution du monde. Honnêtement, quand on voit le monde dans lequel on vit, beaucoup de choses peuvent évoluer très vite ; l'effondrement n'est pas du tout quelque chose d'improbable, bien qu'il y ait évidemment aussi la possibilité d'un changement 'smooth'. Mais pour moi on vit une crise de civilisation. En master, j'ai fait un mémoire sur la crise financière de 2008, et c'est juste incroyable comme le monde tel qu'on le connaît est passé près de l'explosion. On oublie tous que cet 'argent' auquel on s'accroche, a sa valeur parce que tout le monde y accorde une certaine 'confiance' (au final il ne s'agit que de bout de papier avec un chiffre dessus). Des crises financières comme celle de 2008 peuvent éradiquer toute valeur monétaire en quelques mois. C'est des choses qu'on a vu en Allemagne en 1921, avec la crise d'hyper-inflation, les gens qui payent leur pains en milliards de marks, obligés de transporter leurs billets en brouette.

Ca aurait pu arriver en 2008, crise de confiance généralisée, effondrement des valeurs, masse monétaire qui se contracte de 95%, ou ce genre de petit truc amusant. Ca s'est pas fait parce que le système a fait un énorme effort collectif pour transférer la dette privée en dette publique, mais de fait le déséquilibre n'a fait qu'être transféré ailleurs (absorbé par les Etats qui ont soutenu le système bancaire défaillant ; dans un système capitaliste 'juste', aucune des banques existantes aujourd'hui ne serait là, elles seraient toutes ruinées...).

Anyway, mon point, c'est qu'on est pas dans un monde stable, loin de là, et on est aussi dans un monde incroyablement globalisé, connecté et interdépendant. En gros, le risque de changement global, massif, et rapide, est assez important. Et je parle qu'au niveau économique, on pourrait parler du risque de catastrophe écologique ou whatever. Vous voyez l'idée.

 

En bref, je vais pas chercher à me prémunir d'un futur où il est rationnellement très possible que ce que j'accumule maintenant ne me serve à rien plus tard. Je préfère autant travailler mes skills d'adaptation.

Après je dis ptet n'importe quoi, il est possible que notre civilisation ait plus de résilience que je ne le pense.

Edited by Mr Sneeze

Share this post


Link to post
Share on other sites

okay, alors c'est que définitivement on a des problèmes de communication, on ne se comprend pas.

J'ai aussi l'impression de parler à un mur dans le sens ou je n'ai toujours pas réussi à comprendre ce que tu voulais 

 

J'ai cru comprendre que tu n'étais pas passionné par la pratique poker

J'ai compris qu'être sponso ça ne t'intéressait pas.

J'ai cru comprendre que tu étais motivé presque uniquement par l'aspect financier

J'ai cru comprendre aussi que tu étais passionné par l'étude du jeu et non pas par sa pratique

J'ai compris que tu étais intéressé par l'écriture et par l'enseignement et que tu considérais ces 2 activités à travers le prisme du poker ( enseigner le poker et écrire un livre sur le poker)

 

Je n'ai pas compris pourquoi en étant passionné par l'étude du jeu et par l'enseignement tu n'avais pas trouvé la motivation nécessaire pour pousser au maximum ton site de coaching- activité qui à mon sens réuni ces 2 activités.

Je ne comprends pas quelle activité tu comptes trouver, lié à l'enseignement, lié au poker, qui ne requiert pas sa pratique intensive, et qui est rémunératrice qui soit potentiellement plus motivante pour toi que ton site de coaching

 

J'ai compris que tu avais passé 400h à jouer au poker entre janvier et juillet

J'ai compris que tu avais aussi joué un peu aux jeux vidéos

Je n'ai pas compris ce que tu avais fais de toutes les autres heures à ta disposition

 

J'ai bien compris que tu avais pris la décision de faire autre chose , je n'ai juste pas compris en quoi cet autre chose que tu décris est différent de ce que tu as fais avant et qui t'a amené à tirer des conclusions dans ton billet telles que:

"Mon unique accomplissement au cours de ces années reste finalement l’écriture du Poker Apprivoisé"

"le poker professionnel n’offre finalement, si on n’y prend pas garde, qu’une illusion de liberté"

"Toutes ces raisons m’ont finalement rendu esclave d’un job qui semble pourtant fort ressembler à un des plus beaux du monde"

"On pourrait par ailleurs imaginer que j’organise mon quotidien de sorte de mener le poker et d’autres projets de front. Mais cela m’a également été rendu psychologiquement extrêmement difficile"

 

Ces déclarations chocs m'ont laissé penser que tu faisais une grosse introspection et que tu te posais des questions sur ton avenir ainsi que sur une possible ré-orientation

Je me suis apparemment trompé dans mon analyse et la seule vraie question était de savoir si t'allait donner plus de coachings ou si tu allais commencer l'écriture d'un 2nd livre sur le poker

 

Désolé de m'être trompé,

Bonne soirée

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est étonnant c'est que tu as compris chaque élément un par un, mais tu n'as apparemment pas su les connecter :

- Le poker a vampirisé ma motivation pour d'autres activités (telles que coaching, écriture)

- C'est (en partie) la raison pour laquelle j'ai foiré avec mon site de coaching

- Maintenant que j'arrête je me relance dans le coaching et l'écriture avec davantage de motivation.

Ce que j'ai fait du temps libre que j'avais en ne jouant que peu au poker ? Ben ça semble évident, j'ai fait ce que n'importe qui aurait fait à ma place, j'ai glandé.

Edited by ArtPlay

Share this post


Link to post
Share on other sites

En réalité je n'ai pas osé les connecter.

 

Parce qu'en les connectant, ça avait une connotation inquiétante.

Si on admet le fait que le poker est un jeu qui évolue vite et que pour coacher et écrire du contenu stratégique sur le poker il faut être à la page du point de vue stratégique

Si on prend pour acquis le fait que globalement pour rester à la page il faut soit continuer à jouer , soit que la période ou on jouait encore ne soit pas trop éloignée dans le temps

 

la seule alternative viable sur un moyen-long terme reste une alternance entre 6 mois de pratique du poker parcimonieuse entrecoupée de session de glandage

Et 6 mois de coaching / écriture d'un livre sur le poker

Tout en admettant que le marché du poker en France reste suffisamment stable pour avoir une audience prête à payer pour des livres régulièrement

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×