Ce thread a surement plus sa place dans la section psychologie, m'enfin... Ca fait longtemps que je pense a creer un sujet sur l'happiness EV en general mais toujours eu la flemme. Il est encore tot ce matin donc excusez moi si mes idees ne sont pas claires comme de l'eau de roche. Ca fait un petit moment que je pratique le poker et je pense que vous comme moi aurez remarqué que l'on est bien plus affecté par une session perdante ou un downswing que l'inverse quand les choses se passent bien. Il y a mois encore, j'avais le moral dans les chaussettes apres, grosso modo,3mois et 300k hands de BE(merci le RB comem) en me disant que j'etais vraiment un put**n de regfish.(ce qui est peut etre objectivement vrai mais la on parle de ressenti ) Un mois de rungood plus tard, l'ego est de nouveau au beau fixe mais maintenant je sens une certaine lassitude pointer le bout de son nez, je grinde car ouais cest cool je gagne des lardons et puis faut bien grind tel ou tel statut mais la motivation s'effrite. Bref, pas la joie non plus. Quand tu lis que Raptor(cf son well sur 2+2 et le livre "ship it holla ballas") malgre ses millions engrangés se sentaient comme "une m**de", que des joueurs aussi que talentueux que Droma,NLegend,Chob et Donlimit ont decidé d'arreter le pok, on peut se poser quelques questions. Phil Galfond disait qu'il avait été plus heureux lorsqu'il etait etudiant fauché que maintenant riche comme Cresus. Jai personnellement le meme ressenti, je kiffais plus lorque javais 20ans et que je jouais au ping pour 1,3k/mois. Est on condamné a etre "malheureux"?( toutes proportions gardees obv , restons decents )? Le poker peut il etre epanouissant? Ou sera t'on toujours dependant de Dame Variance? A se sentir comme Patrick Dills des que notre courbe EV decide de faire cavalier seul et a culpabiliser lorsqu'on chatte comme un goret.