Jump to content
This Topic
Byshop

moralisation de la vie politique

Recommended Posts

Je tente une thread sur le sujet. Je sens qu'on a pas fini d'en entendre parler.

 

Pour ceux qui y ont accès, un article de médiapart sur un amendement de la gauche en 1988, alors minoritaire, soutenu par Michel Sapin et Claude Bartolone, et demandant la publication dans le JORF du patrimoine des parlementaires. 

http://www.mediapart.fr/journal/france/200613/quand-claude-bartolone-votait-pour-la-transparence-du-patrimoine-des-elus-ne-pas-prendre-attente-reaction

Depuis il a bien dû bien s'engraisser, et il trouve soudainement cette proposition moins sexy.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La moralisation de la vie politique.

 

C'est quand on attend que nos hommes  politiques s'imposent eux mêmes des règles contraignantes?

 

Un peu comme ce qu'ils ont imposé chez les grands patrons? "une autorégulation exigeante"?

 

Quelle blague!

Edited by auryn

Share this post


Link to post
Share on other sites

/mode Lapingaroulerelou ON/

Est-ce que le terme "moralisation" est pertinent?

 

/mode Lapingaroulerelou OFF/

 

 

Pourquoi pas "responsabilisation", "retour à la raison", "démocratisation", "lutte contre la corruption dans" ...?

déprofessionnalisation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://abonnes.lemonde.fr/international/article/2013/07/18/l-affaire-barcenas-fragilise-un-peu-plus-le-gouvernement-espagnol_3449552_3210.html

 

 

 

Mariano Rajoy observe comment, chaque jour, la presse espagnole publie les détails de la comptabilité parallèle présumée du Parti populaire (PP), que l'ancien trésorier, Luis Barcenas, mis en examen pour fraude fiscale, corruption, blanchiment d'argent dans le cadre de deux enquêtes, a décidé de dévoiler. Et voit son nom apparaître parmi la liste des cadres du PP qui auraient reçu durant vingt ans des enveloppes d'argent.

Lire aussi : Espagne : dans la tourmente, Rajoy exclut de démissionner

Mais M. Rajoy n'entend pas quitter le pouvoir. Fort de sa majorité absolue au Parlement, il se contente de démentir ces informations de façon laconique, bien qu'il ait perdu le soutien de la population : il n'inspire confiance qu'à 13 % des Espagnols, selon un sondage du 8 juillet de l'Institut Metroscopia.

Les principales forces d'opposition lui demandent, elles aussi, de partir afin de couper court au discrédit que l'affaire porte sur les institutions, déjà fortement contestées ces derniers mois. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) a ainsi annoncé, mardi, qu'il déposera une motion de censure mercredi 24 juillet "pour la dignité du Parlement" si M. Rajoy refuse, une fois de plus, de comparaître devant les Cortes Generales pour répondre aux accusations de l'ancien trésorier.

 

 

DES SMS COMPROMETTANTS ENTRE LES DEUX HOMMES

Selon son entourage, il semble probable que M. Rajoy finisse par s'expliquer, mais il ne démissionnera pas et va "accomplir le mandat que[lui] ont donné les Espagnols", a-t-il déclaré lundi, avant d'insister : "Je garantis qu'il y a un gouvernement stable et qu'il va tenir."

Edited by fredydore

Share this post


Link to post
Share on other sites

Finalement le type ne disait pas que des conneries. A l'époque chaque jour il y avait un petit article qui servait à le decrédibliser. Pas un média à l'époque ne l'a épargné. 

 

 

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/12/06/le-patron-de-la-banque-reyl-de-nouveau-mis-en-examen-pour-blanchiment-de-fraude-fiscale_3527165_3234.html

 

 

 
François Reyl, directeur général éponyme de l'établissement suisse, a été mis en examen, jeudi, par le juge financier Renaud van Ruymbeke pour blanchiment de fraude fiscale, a indiqué l'établissement bancaire. Déjà poursuivi de ce chef dans l'affaire Cahuzac, le banquier est soupçonné d'avoir chapeauté la mis en place un mécanisme permettant à des Français fortunés d'ouvrir des comptes cachés. Le juge lui a imposé un contrôle judiciaire lui interdisant de quitter le territoire français et d'exercer ses fonctions à la tête de Reyl.

Une enquête avait été lancée après des déclarations faites le 18 avril aux juges par un ancien salarié de la banque, Pierre Condamin-Gerbier, dans le cadre de l'affaire Cahuzac. Sans citer de noms, l'ancien responsable de l'UMP en Suisse avait soutenu que l'ancien ministre du budget n'était pas le seul contribuable français à avoir bénéficié des facilités offertes par l'établissement genevois, évoquant un « mécanisme de la fraude fiscale imputable à Reyl ».

 

 

La succursale parisienne de la banque Reyl a été perquisitionnée le 30 juillet. Des documents saisis ce jour-là ont permis de conforter certaines des déclarations de M. Condamin-Gerbier, a indiqué une source proche du dossier citée par l'AFP. Plusieurs comptes appartenant à des Français ont pu être identifiés, avait ajouté cette source, précisant qu'aucun responsable politique ne figurait parmi les détenteurs. M. Condamin-Gerbier avait, lui, évoqué une liste d'une quinzaine de noms d'ex-ministres ou actuels ministres français détenteurs d'un compte en Suisse, ce qu'avait finalement démenti son avocat.

UNE DÉCISION « TOTALEMENT DISPROPORTIONNÉE »

Dans un communiqué, la banque s'est indignée « de la mise en examen de son dirigeant, assortie d'une interdiction provisoire de sortie du territoire et d'exercer sa fonction de directeur général ». Cette décision est « totalement disproportionnée et injustifiée », selon Reyl & Cie, qui compte contester devant la chambre de l'instruction les mesures imposées par le contrôle judiciaire

La petite banque genevoise avait été fondée en 1988 par le père de François Reyl, Dominique Reyl. Celui-ci a été aussi convoqué par les juges, qui devraient l'entendre avant les fêtes de fin d'année. Il avait été également mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale dans l'affaire du compte caché de l'ex-ministre du gouvernement Ayrault, poussé à la démission en mars 2013.

Après l'avoir longtemps nié, malgré les révélations de Mediapart, Jérôme Cahuzac, qui s'était posé en pourfendeur de la fraude fiscale quand il était ministre du budget, avait finalement reconnu avoir ouvert un compte crédité, selon lui, de 685 000 euros, en 1992, à la banque suisse UBS avant d'en confier la gestion à Reyl. Il avait affirmé avoir transféré ses avoirs chez Reyl de la Suisse versSingapour à l'automne 2009.

A la suite d'une plainte pour vol, falsification de document et violation du secret professionnel et commercial de ses anciens patrons, Pierre Condamin-Gerbier avait été détenu plusieurs semaines cet été en Suisse. Depuis sa libération, il garde le silence.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah... l'assistanat.

 

 

http://m.leparisien.fr/paris-75/surloyers-pour-les-riches-locataires-de-hlm-ces-vip-qui-embarrassent-22-02-2019-8017788.php

 

 

 

Citation

La loi Elan, entrée en vigueur en novembre 2018, et la loi Egalité et citoyenneté, appliquée en janvier 2017, ont occasionné, pour certains locataires de HLM aux revenus « élevés », une augmentation de loyer de plusieurs centaines d’euros ces derniers mois.

 


 

Citation

Certains appellent au boycott de ces surloyers. D’autres ont choisi de partir.

Et puis il y a ceux qui refusent de quitter leurs « HLM dorés »

 

 

Citation

Ce logement, ils l’ont obtenu du temps de Jacques Chirac et de Jean Tiberi, maire de Paris de 1995 à 2001. Certains de ces locataires embarrassent l’Hôtel de Ville ou les mairies d’arrondissement, car ce sont des proches du pouvoir.

 


 

Citation

Deux cas parmi tant d’autres… Jean-Pierre Chevènement, l’ancien ministre, habite par exemple un somptueux appartement de la RIVP (Régie immobilière de la Ville de Paris, l’un des trois bailleurs sociaux de la capitale) de 120 m² avec terrasse au cœur du 5e arrondissement, rue Descartes. La RIVP a essayé, en vain, de le faire partir. Son loyer, qui était de 1600 €, a été un peu augmenté. Dernièrement, l’ancien ministre a pris un avocat pour négocier avec le bailleur !

Le frère de Bernadette Chirac, Jérôme Chodron de Courcel, habite depuis des décennies « un logement de rêve », souligne une source, dans une ravissante maison située dans la petite rue Éginhard, derrière la rue Saint-Paul, dans le Marais (4e). L’immeuble a été conventionné. « Il a refusé de renvoyer l’enquête sur ses revenus », soupire un spécialiste.

 

Edited by gazelle427

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'était pas mon préféré mais il a plus de 80 ans le Jean-Pierre, c'est trop tard. Le peuple ne va quand même pas assouvir son désir de vengeance  dans l'expulsion d'un papy.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, survival66 a écrit :

Je ne savais pas ou le poster et comme le site semble au final avoir un effet pervers...

 

C'est un poisson d'avril non ? Le graph n'est pas du tout en corrélation avec l'effet annoncé

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, survival66 a écrit :

Non mais obv... je viens de le capter en le postant, c'était crédible.  ^_^

un député que je connais bien, faisait à l'époque plein d'amendements sans rien comprendre à ce que ces collaborateurs faisaient, mais ça le rendait crédible vu qu'il parlait bien. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
PMU : Dream about Vegas
PMU : Dream about Vegas