Jump to content
This Topic
laspirateuur

Le Front National / Rassemblement National

Recommended Posts

il y a 18 minutes, SplasH a écrit :

Tu préfère que je dise "Tous niveaux confondus" plutot "qu'a tous les niveaux"

Ben ça serait déjà plus clair car ça ne veut pas dire la même chose. Du coup, tu peux donner le passage du rapport disant qu'il  y'a 2 élèves de plus entre 2010 et 2018 tous niveaux confondus ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, Lestat's a écrit :

On n'a pas interrogé tous les enseignants de France hein !

Toi et les chiffres... tu as eu le temps de te renseigner où tu penses toujours que les enseignants sont majoritairement de droite au fait ?

c’est a partir de combien une majorité chez toi? Parce que pour moi c’etait 50%, mais bon….

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, SplasH a écrit :

c’est a partir de combien une majorité chez toi? Parce que pour moi c’etait 50%, mais bon….

Hé les potes gauchistes, vous voulez pas lui dire là... il se ridiculise tellement c'est le niveau CP de la sociologie politique de dire que les enseignants ont toujours été ancrés à gauche.

Pourquoi crois-tu que ta championne a lancé sa campagne en proposant de doubler au moins leur salaire ? Bon c'est le gros rouge qui tâche, ça n'a pas bien marché dans l'opinion...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Isildor a écrit :

Ben ça serait déjà plus clair car ça ne veut pas dire la même chose. Du coup, tu peux donner le passage du rapport disant qu'il  y'a 2 élèves de plus entre 2010 et 2018 tous niveaux confondus ?

C'est la 4e fois que je te renvoies au rapport de l'éducation. Je vais pas continuer à donner plus de travail à la modération parce que tu ne mérites que des insultes par le temps que tu fais perdre à tout le monde.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Lestat's a écrit :

Hé les potes gauchistes, vous voulez pas lui dire là... il se ridiculise tellement c'est le niveau CP de la sociologie politique de dire que les enseignants ont toujours été ancrés à gauche.

Pourquoi crois-tu que ta championne a lancé sa campagne en proposant de doubler au moins leur salaire ? Bon c'est le gros rouge qui tâche, ça n'a pas bien marché dans l'opinion...

Encore une fois, et après je passe aux insultes pour toi aussi parce que tu mérites que ça.

Emmanuel Macron à 38%, François Fillon à 11%, Marine le Pen à 6% ca fait 54% .

JL Mélenchon et Hamon recueillent 36% (25+13) des voix des enseignants, soit moins que Macron seul.

 

Edit: N'hésites pas à refléchir plus loin que le CP dans toutes tes autres interventions aussi, ça fera ptet plus avancer le débat.

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, SplasH a écrit :

C'est la 4e fois que je te renvoies au rapport de l'éducation. Je vais pas continuer à donner plus de travail à la modération parce que tu ne mérites que des insultes par le temps que tu fais perdre à tout le monde.

Ça fait 4 fois que t'en parles mais tu n'as jamais filé la source.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je comprend pas cette fixation que vous avez tous avec les sources, puisque si les résultats ne vont pas dans le sens qui vous arrange, il suffit de dire qu'elle n'est pas représentative.
Et comme aucune (!) source n'est représentative, c'est même pas une posture si déconnante.

Du coup, ça tourne en rond et ça s'insulte. 

Certains gagnent du temps et insultent direct. Ya pas de modo ici?

Share this post


Link to post
Share on other sites

put**n... C'est vraiment la dernière fois que je réponds, je me le promets, et je te passe en ignore.

Surpris que je n'ai pas cité de lien vers la source plus explicitement même si je la nomme ici "L'Etat de l'école" par l'éducation nationale mais bon, admettons que tu sois pas foutu de chercher sur google...

Je vais donc sur le thread éducation pour vérifier que je n'ai pas mis le lien et devines quoi ? C'EST TOI QUI CITE L'ETUDE. Évidement tu édites ensuite ton post (9 décembre 2020 si tu cherches) parce que les chiffres dont on parle ne vont pas dans ton sens d'une éducation qui va mal. Je te pointe même vers la figure exacte qui montre une meilleure maitrise des fondamentaux par les élèves... Et devines quoi ?? Tu n'as rien à répondre en substance.

Continue donc ton discours d'abrutissement mais encore une fois, ne me cite plus.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, SplasH a écrit :

put**n... C'est vraiment la dernière fois que je réponds, je me le promets, et je te passe en ignore.

Surpris que je n'ai pas cité de lien vers la source plus explicitement même si je la nomme ici "L'Etat de l'école" par l'éducation nationale mais bon, admettons que tu sois pas foutu de chercher sur google...

Je vais donc sur le thread éducation pour vérifier que je n'ai pas mis le lien et devines quoi ? C'EST TOI QUI CITE L'ETUDE. Évidement tu édites ensuite ton post (9 décembre 2020 si tu cherches) parce que les chiffres dont on parle ne vont pas dans ton sens d'une éducation qui va mal. Je te pointe même vers la figure exacte qui montre une meilleure maitrise des fondamentaux par les élèves... Et devines quoi ?? Tu n'as rien à répondre en substance.

Continue donc ton discours d'abrutissement mais encore une fois, ne me cite plus.

Ça m'étonnerait que j'édite un truc parce que ça ne va pas dans mon sens c'est pas le genre de la maison.

Merci pour la source, je vais aller regarder.

Share this post


Link to post
Share on other sites

halte au feu voyons
et il faut donc reconnaître à isildor qu il avait initialement raison sur le fait qu il n y avait pas consensus sur la baisse de niveau de l école 

Edited by dupire

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a 2 sujets 

1. L'evolution du nombre d'élèves par classe entre 2010 et 2018, toute classe confondues.

Je ne trouve pas cette info facilement dans le rapport. Si tu veux la donner tant mieux, sinon tant pis.

2. 

il y a 44 minutes, Isildor a écrit :

Je te pointe même vers la figure exacte qui montre une meilleure maitrise des fondamentaux par les élèves... Et devines quoi ?? Tu n'as rien à répondre en substance.

Une meilleure maitrise en 2019 par rapport à 2018. Moi j'ai remarqué qu'il faisait plus froid que l'année dernière, on en conclut qu'il n'y a pas de réchauffement climatique ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Lestat's a écrit :

Hé les potes gauchistes, vous voulez pas lui dire là... il se ridiculise tellement c'est le niveau CP de la sociologie politique de dire que les enseignants ont toujours été ancrés à gauche.

1er tour des présidentielles 2017, Macron arrive en tête chez les profs avec 37% (contre 24% pour la moyenne générale).

 

Edit: Splash a déjà répondu. My bad.

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 10/14/2021 at 4:56 PM, AssKicker496 said:

Non.

Faut lire ce que les profs disent. Une grande partie des élèves savent même plus construire des raisonnements logiques. La baisse de niveau est abyssale. Idiocratie.

J'avoue que la lecture de vos analyses pendant cette crise Covid m'a plutôt convaincu. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, SplasH a écrit :

Encore une fois, et après je passe aux insultes pour toi aussi parce que tu mérites que ça.

Emmanuel Macron à 38%, François Fillon à 11%, Marine le Pen à 6% ca fait 54% .

JL Mélenchon et Hamon recueillent 36% (25+13) des voix des enseignants, soit moins que Macron seul.

 

Edit: N'hésites pas à refléchir plus loin que le CP dans toutes tes autres interventions aussi, ça fera ptet plus avancer le débat.

Vu leur +1 tes potes gauchistes, je vois qu'ils sont au même niveau que toi... au final ça m'étonne pas.

 

Alors rappels :

- Macron était ministre sous Hollande

- En Marche a été créée par des PS

- les votes Macron 2017 proviennent essentiellement des votes Hollande 2012

---> les électeurs Macron 2017 sont de gauches

 

Ensuite, comparaison vs score national :

MLP   -16

Fillon   -9

---------

JLM   +6

Hamon  +7

Macron   +12

 

D'où un très clair penchant des enseignants à gauche !

Mais c'est une Lapalissade de dire enseignant et gauche, c'est incroyable que vous ne connaissiez même pas ça.... ça montre votre totale méconnaissance en sociologie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Lestat's a écrit :

Mais c'est une Lapalissade de dire enseignant et gauche, c'est incroyable que vous ne connaissiez même pas ça.... ça montre votre totale méconnaissance en sociologie

Si tu avais une once de curiosité sociologique, tu saurais que le premier travail à effectuer quand on veut porter un regard scientifique sur un fait social c'est de se débarrasser de ce que Durkheim appelait des "prénotions", c'est dire des fausses évidences de l'opinion générale: "les enseignants votent à gauche", "les chômeurs sont fainéants", "les prénoms sont une affaire de goût" ect.

Tu te serais peut-être aussi demandé pourquoi le premier vote chez les profs s'est porté sur un type qui annonçait explicitement qu'il mènerait une politique allant à l'encontre de leurs intérêts (réduire les impôts et le nombre de fonctionnaires)

Et puis tu aurais peut-être aussi pris le temps de réfléchir à ce qu'est un enseignant. Quel rapport par exemple entre un prof du premier degré et un prof agrégé en classe prépa?

Je bosse dans le secondaire, j'ai connu douze bahuts en sept ans. C'est à peu près partout le même constat: une masse apathique et dépolitisée, une minorité hyper politisée et militante, et deux trois guignols complotistes et/ou racistes. Pendant la réforme des retraites, plus gros mouvement syndical des dernières décennies, on était à peu près 6% d'une salle des profs de lycée lambda de banlieue parisienne à manifester ou faire grève régulièrement.... Les rares luttes qui mobilisent plus de la moitié d'une salle des profs se font sur des revendications locales (plus de surveillants, réclamer un CPE sur un poste non pourvu depuis des années...) et en dehors de tout militantisme politique.

Je me permets de raconter ma life parce que ça correspond grosso m**do aux constats que font les sociologues qui s'intéressent à la question, justement. Voici des extraits d'une synthèse assez récente et accessible.

Spoiler

https://www.monde-diplomatique.fr/2021/05/JOURDAIN/63079

[…]


 

Alors qu’on assiste à un important renouvellement générationnel, de nombreux professeurs entretiennent dorénavant un rapport distancié à l’action syndicale tout comme à l’institution (6). Mus par un « agnosticisme social qui porte à n’attendre des pairs ou des institutions qu’une sorte d’efficacité immédiate, dégagée de toute préoccupation collective », selon les mots du sociologue Bertrand Geay (7), ils relèguent au second plan leurs conditions de travail. Cette nouvelle culture professionnelle redouble l’« intérêt au désintéressement » et le « refoulement collectif de l’intérêt économique » (8) qui animent depuis toujours la profession. La conception du métier comme un sacerdoce s’en est trouvée renforcée en même temps qu’elle a changé de nature ; et, dans certains établissements plus « difficiles » que les autres, elle s’apparente parfois à un engagement humanitaire. Au temps des grandes causes et des petits gestes, on fait moins de cas de la défense du statut de fonctionnaire, du dégel du point d’indice ou de la lutte contre l’austérité. On néglige aussi d’en finir avec la pauvreté ou le chômage de masse pour remédier à l’échec scolaire. Dans une institution qui sacralise le mérite et entretient le mythe de l’ascenseur social, on tend à faire de l’enseignant le seul responsable de la réussite de ses élèves. Et si, à l’occasion, il envisage l’action collective, celle-ci se limite souvent à l’échelle de l’établissement.

Cours de yoga et « escape games »

En témoigne la multiplication de listes « locales » aux élections professionnelles. Parfois envisagées comme un moyen de parer à la désertion syndicale, elles traduisent plutôt le souhait de valoriser l’« esprit » des établissements et accompagnent leur mise en concurrence sur un marché scolaire. Dans le lycée de Mme Veyrières, la liste « Construire » (9) a recueilli la majorité des voix aux élections des représentants du personnel. Revendiquant leur « apolitisme » et leur « pragmatisme », les listes de ce type déconnectent souvent les conditions de travail des choix politiques dont elles découlent. C’est ainsi que « Construire » lançait il y a quelques mois un « audit interne » pour « redynamiser » un établissement « en perte de vitesse » grâce à une « meilleure gestion des ressources humaines ». Un document « collaboratif », ouvert aux personnels, à la direction et aux parents d’élèves, permettait d’évaluer anonymement la « performance » et la « bienveillance » des membres de la communauté éducative (10). On y lisait qu’« enseigner, c’est aussi faire du management afin de fixer les objectifs et de réfléchir à la meilleure trajectoire pour amener les élèves à les atteindre ». Alors qu’au même moment bourgeonnaient dans l’établissement cours de yoga et séances de sophrologie, escape games et séminaires de communication non violente, autant de « projets » et d’« événements ludiques » censés remédier à l’échec scolaire ou à la souffrance au travail, cette initiative signait un air du temps.

De M. Claude Allègre à M. Blanquer, les ministres « modernisateurs » n’ont cessé de vouloir arrimer l’école au marché. Depuis 2017, le ministère invite les enseignants à « s’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel ». Au cours d’un entretien mené conjointement par le chef d’établissement et l’inspecteur disciplinaire, on les somme de produire un CV valorisant des projets, une expérience en éducation prioritaire ou des compétences de formateur ou de coordinateur. La nouvelle grille d’évaluation anoblit une élite prête à seconder la hiérarchie. Le « rayonnement » de ces entrepreneurs scolaires leur permet d’être mieux payés. Leurs collègues moins solaires, inéligibles à cette « classe exceptionnelle », se consoleront en acceptant ce qu’il reste de « missions particulières », pédagogiques ou administratives. Ces gratifications matérielles comblent un besoin d’argent et de reconnaissance. Elles rencontrent aussi l’aspiration grandissante à une individualisation des carrières ou à une rémunération au mérite (11). Promue par les directions, l’autonomie aiguise les appétits, affermit les clientèles et réduit l’utilité des mobilisations collectives.

Entre une minorité syndicale sur la défensive et des enseignants convertis au néolibéralisme qui gagnent en influence, reste donc la majorité, dont le rapport au politique se distend. Constante tout au long du XXe siècle, la surreprésentation de la profession en politique semble aujourd’hui refluer. Ce sont davantage les professeurs du secondaire et de l’université qui siègent au Palais-Bourbon, ceux des écoles ayant été chassés des bancs de l’Assemblée, comme les ouvriers et les employés. Au moment où la FEN éclatait, en 1992, la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) et les associations du même type étaient déjà délaissées par les enseignants et investies par les cadres du privé (12). Délaissé aussi, le réseau de mutuelles, de coopératives et d’amicales fondé en 1972 par Denis Forestier, président de la Mutuelle générale de l’éducation nationale (MGEN) et ancien secrétaire général du Syndicat national des instituteurs. Cause ou conséquence de la marginalisation des enseignants, l’effondrement du Parti communiste français et du Parti socialiste (auxquels les professeurs fournissaient d’importants contingents militants) ainsi que le tarissement de leurs réseaux associatifs ont achevé d’ouvrir aux quatre vents la « forteresse enseignante ». La culture professionnelle s’en est trouvée affaiblie ; le capital militant, dilapidé ; la dépolitisation, accrue.

[…]

 

La fin d’un magistère

Le risque de déqualification qu’elles font peser sur toute une profession, non plus. La surveillance du corps enseignant, encore moins : comment organiser une grève des correcteurs alors que les copies du baccalauréat sont maintenant dématérialisées ? Et les exemples sont nombreux de cette « grande transformation », comme ces bureaux d’aide rapide (BAR) — une hotline assurée par des enseignants pour l’aide aux devoirs — qui se multiplient au moment où la suppression de postes ne permet pas d’assurer correctement le dispositif « Devoirs faits » à l’école et au collège.

Bien que le nombre de postes mis aux concours chute, certains ne sont pas pourvus. La crise du recrutement le montre : la figure de l’enseignant ne suscite plus l’engouement. L’élévation du niveau d’étude des Français a mis fin à son magistère. Celle du fonctionnaire s’efface aussi à mesure que recule l’esprit public dans la société (15). Le vide laissé a permis que les enseignants pastichent le monde des cadres du privé, leur style de vie, leurs préférences sociales et politiques. Au premier tour de la dernière élection présidentielle, 23 % d’entre eux ont certes voté pour M. Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et 15 % pour M. Benoît Hamon (Parti socialiste), contre, respectivement, 19,5 % et 6,3 % de l’ensemble des votants. Mais c’est sur M. Emmanuel Macron que se sont portés le plus de suffrages : 38 % des enseignants lui ont fait confiance dès le premier tour (contre 24 % des votants en général).

Les préférences politiques variaient en fonction du niveau de diplôme, du statut et du salaire : 24 % des contractuels avaient choisi le candidat d’En marche !, contre 33 % des professeurs des écoles, 45 % des certifiés et 50 % des agrégés (16). Mais, en tout état de cause, une grande partie des enseignants, par conformisme ou par conviction, se sont mis en rangs derrière le candidat de l’« extrême centre ». Leur extraction, de plus en plus bourgeoise (17), plus nettement encore avec le recrutement à bac + 5 des nouveaux entrants, n’y est sans doute pas pour rien. Après quatre ans de vexations et de démolitions, il y a fort à parier qu’ils ne voteront pas dans les mêmes proportions pour le président sortant. Une chose est sûre : dans les salles des professeurs, la voie reste ouverte pour un avatar de M. Macron.

Anne Jourdain & Allan Popelard

 

(1) Henri Bajoit, « Exit, voice, loyalty… and apathy. Les réactions individuelles au mécontentement », Revue française de sociologie, vol. 29, no 2, Paris, avril-juin 1988.

(2) Géraldine Farges, « Le statut social des enseignants français. Au prisme du renouvellement générationnel », Revue européenne des sciences sociales, vol. 49, n° 1, Genève-Paris, 2011.

(3) Le 22 décembre, le tribunal administratif de Poitiers suspendait ce déplacement d’office et enjoignait à la rectrice de procéder à la réintégration de l’enseignante dans son établissement d’origine.

(4) Laurent Frajerman, « Entre collaboration et contrepouvoir : les syndicats enseignants et l’État (1945-1968) », Histoire de l’éducation, n° 140-141, Lyon, 2014.

(5) Traitement MENJS-MESRI-DEPP, année 2019-2020, Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), Paris.

(6) Aurélie Llobet, « L’engagement des enseignants du secondaire à l’épreuve des générations », Politix, n° 96, Paris, 2011.

(7) Bertrand Geay, « Les néo-enseignants face à l’utilitarisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 184, Paris, 2010.

(8) Nous empruntons ces deux expressions à Pierre Bourdieu.

(9) La liste porte maintenant un autre nom. Comme il fait référence au nom de l’établissement, nous avons décidé de ne pas le mentionner.

(10) Lire Clothilde Dozier et Samuel Dumoulin, « La “bienveillance”, cache-misère de la sélection sociale à l’école », Le Monde diplomatique, septembre 2019.

(11) Enquête auprès des personnels de l’éducation nationale et des parents d’élèves, Ipsos pour la Fédération syndicale unitaire, décembre 2020.

(12) Lire Allan Popelard, « À l’écart des circuits officiels, des parents d’élèves défendent l’école pour tous », Le Monde diplomatique, mars 2014.

(13) Lire Clothilde Dozier, « “Le plaisir d’apprendre” », Le Monde diplomatique, avril 2021.

(14) « Soft Power », France Culture, 8 novembre 2020.

(15) Benoît Floc’h, « Être fonctionnaire, un métier qui n’attire plus la jeunesse », Le Monde, 12 novembre 2020.

(16) « Le vote des enseignants à l’élection présidentielle de 2017 » (PDF), sondage IFOP pour SOS Éducation, Paris, 24 avril 2017.

(17) Géraldine Farges, « Le statut social des enseignants français », op. cit.

 

 

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites

Heureusement qu'ils faisaient pas payer aux parents les grandes règles jaunes qu'ils me cassaient sur le crane, peut-être pour ça que j'ai plus beaucoup de neurones mais une logique hors du commun et une adaptation exceptionnelle a n'importe quels tafs. :>'

Edited by checky

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 31 minutes, Cidr0lin a écrit :

...

Chacun son niveau de militantisme mais après il y a des analyses des VOTES.

Et là c'est très clair, les enseignants votent très majoritairement à gauche, comme les policiers votent très majoritairement à droite, ce sont des faits et pas de fausses évidences.

C'est pourquoi Mélenchon et Hamon ont fait de très bon score chez les enseignants vs leur score national, même si les plus modérés se sont tournés vers Macron, identifié à gauche en 2017. Et que Fillon et MLP ont fait des scores spectaculairement bas.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Lestat's a écrit :

Vu leur +1 tes potes gauchistes, je vois qu'ils sont au même niveau que toi... au final ça m'étonne pas.

Alors rappels :

- Macron était ministre sous Hollande

- En Marche a été créée par des PS

- les votes Macron 2017 proviennent essentiellement des votes Hollande 2012

---> les électeurs Macron 2017 sont de gauches

“Je dois par honneteté vous dire que je ne suis pas socialiste”. E. Macron, 2016 (Discours en Vendée)

T’es juste un robot incapable de reflexion venu faire ta propagande avant les elections. Tu n’as aucune culture, aucune capacité d’analyse, tu te fous des chiffres ou de leur effets tant que tu peux les raccrocher a ton discours de distributeur de tracts. Si on vote socialiste en 2017 et Le Pen en 2022 c’est que Le Pen est de gauche ?

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 58 minutes, Lestat's a écrit :

C'est pourquoi Mélenchon et Hamon ont fait de très bon score chez les enseignants vs leur score national, même si les plus modérés se sont tournés vers Macron, identifié à gauche en 2017

Non mais Macron identifié à gauche? Srlsy? Même en 2017...

Ce qui est remarquable en 2017, c'est surtout que les enseignants aient choisi de reporter leur vote sur Macron plutôt que sur Hamon. En particulier dans le secondaire public. Je sais pas quel âge tu avais pendant le quinquennat Hollande, mais sa politique éducative faisait l'unanimité contre elle chez les profs de collège avec la réforme introduite par Belkacem. Et ce qui lui était reproché c'était en partie la suppression d'enseignements de distinction (classes bilangues, sections européennes...), ce qui correspond plutôt à une vision conservatrice de l'éducation.

il y a 58 minutes, Lestat's a écrit :

Et là c'est très clair, les enseignants votent très majoritairement à gauche, comme les policiers votent très majoritairement à droite, ce sont des faits et pas de fausses évidences.

Ce qui est clair, c'est que la question mérite surtout d'aller au-delà du clivage droite-gauche binaire et hyper simpliste... Et que considérer 870 000 enseignants et 140 000 policiers comme des ensembles homogènes et dont tous les membres seraient solidaires n'est pas la meilleure façon de procéder si on veut analyser leurs votes.

De quelle gauche tu parles? PS? (lol) LFI? LO? De quelle droite on parle? Lrem? RN? LR? De quels profs? De quels flics?

 

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Cidr0lin a écrit :

Non mais Macron identifié à gauche? Srlsy? Même en 2017...

De quelle gauche tu parles? PS? (lol)

Forcément, si pour toi le PS est de droite... mais je peux comprendre car pour moi LR qui se dit rassemblement de droite et du centre n'est que du centre, par le contre le PS s'est toujours revendiqué de gauche.

Si la politique économique et sociale de Macron est plutôt libérale, donc considérée comme de droite ce n'est pas du tout le cas sur le plan sociétal comme par exemple avec PMA sans motif médical ou ses diverses déclarations : il n'y a pas de culture Française, il faut déconstruire l'histoire de France, ce n'est pas deux mâles blancs qui vont décider de la politique des banlieues... on voit même son fond woke

Du coup tout est question de point de vue ; vu de droite, Macron est du centre-gauche.

Et c'est pour cela que ce que tu appelles extrême droite est pour moi la droite ; ce que j'appelle extrême gauche est pour toi la gauche.

 

Il y a 3 heures, Cidr0lin a écrit :

Ce qui est clair, c'est que la question mérite surtout d'aller au-delà du clivage droite-gauche binaire et hyper simpliste... Et que considérer 870 000 enseignants et 140 000 policiers comme des ensembles homogènes et dont tous les membres seraient solidaires n'est pas la meilleure façon de procéder si on veut analyser leurs votes.

De quels profs? De quels flics?

D'avoir de larges ensembles permet d'avoir des chiffres solides pour voir de quel côté penche la balance, et ses deux professions sont assez caricaturales comme le montre l'étude des votes enseignants en 2017 (et comme cela a toujours été le cas)

Si tu connais une catégorie d'enseignants qui penche à droite ou une catégorie des forces de l'ordre qui penche à gauche, je veux bien avoir la nuance, c'est intéressant

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Lestat's a écrit :

Si tu connais une catégorie d'enseignants qui penche à droite ou une catégorie des forces de l'ordre qui penche à gauche, je veux bien avoir la nuance, c'est intéressant

L'étude que tu cites place Fillon en tête chez les profs du privé (33%) suivi par Macron (29 %). Chez les profs agrégés, Macron atteint 50%. Après ça reste un sondage Ifop portant sur un échantillon de 1000 personnes... Avec quand même des choix lexicaux qui interrogent: Besancenot à l'"ultra-gauche" quand MLP appartient à la "droite radicale". lol.

 

il y a une heure, Lestat's a écrit :

D'avoir de larges ensembles permet d'avoir des chiffres solides pour voir de quel côté penche la balance, et ses deux professions sont assez caricaturales comme le montre l'étude des votes enseignants en 2017 (et comme cela a toujours été le cas)

ça offre une vision caricaturale de la société qui permet pas de comprendre grand chose surtout.

 

 

il y a une heure, Lestat's a écrit :

il n'y a pas de culture Française, il faut déconstruire l'histoire de France, ce n'est pas deux mâles blancs qui vont décider de la politique des banlieues... on voit même son fond woke

Euh... Y a des faits qui appuient tes dires? C'est pas ce président qui parlait de l"art de vivre à la française" dans un de ses discours ?

On va faire plus simple: comment définis-tu la gauche et la droite?

Lol@ "il faut déconstruire l'histoire de France", bouh les méchants gauchistes. T'as l'air aussi calé en historiographie qu'en sociologie électorale.

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Cidr0lin a écrit :

Euh... Y a des faits qui appuient tes dires? C'est pas ce président qui parlait de l"art de vivre à la française" dans un de ses discours ?

Lol@ "il faut déconstruire l'histoire de France", bouh les méchants gauchistes. T'as l'air aussi calé en historiographie qu'en sociologie électorale.

Ce sont des déclarations de Macron que tu peux retrouver facilement si tu ne suis pas l'actualité d'assez près pour les connaitre, elles ont toutes fait beaucoup parler.

L'art de vivre à la française c'est connoté pour toi ? C'était transpartisan il n'y a pas si longtemps... mais attribuer une qualité à France est devenu inacceptable à gauche, la France n'ayant le droit que de se flageller et de se repentir.

Tu ne peux t'empêcher de dénigrer, avec comme seul raisonnement "lol"... du coup j'en reste là avec toi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×