Jump to content
This Topic
Ryf86

L'actualité des sciences, de la recherche,...

Recommended Posts

Mesdames et Messieurs, je vous présente le graphène : 
 

Comme son nom l’indique, le graphène s’obtient à partir du graphite et il s’agit d’un simple feuillet en deux dimensions, composé d’atomes de carbone arrangés selon un motif hexagonal.)

Source : Futura-Sciences : définition du graphène


 
Au delà de l'exploit scientifique qui a valu à Andre Gaim et Konstantin Novoselov le Nobel de Physique 2010, c'est évidemment les applications de cette découverte réalisée en 2004 qui nous intéressent.
 
Et c'est là qu'une course féroce entre nations pour des brevets et applications commerciales se joue dans des domaines comme l'informatique, l'énergie (panneaux solaires), la médecine (neurologie).
 
Les leaders en termes de brevets sont, par ordre décroissant, la Chine, les Etats-Unis et la Corée du Sud. Source : Graphene: Patent surge reveals global race [bbc.co.uk] [15 Janvier 2013] Edited by Ryf86

Share this post


Link to post
Share on other sites

En ce qui concerne l'avenir de l'énergie, de grands efforts sont déployés pour (ré)utiliser le thorium. 

 

Une technologie comme le liquid fluoride thorium reactor (LFTR) est ainsi redécouverte (dans les anneés 60 au Oak Ridge National Laboratory aux Etats-Unis) avec la propriété d'être plus sûr et "propre" que les technologies à base d'uranium. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

IBM produit la première vidéo atomique [slate, 01 mai 2013]


 
10 Technologies Breakthrough 2013 [MIT Technology Review, 24 avr. 2013] :

 

  • Deep learning
  • Temporary Social Media
  • Prenatal DNA Sequencing
  • Additive Manufacturing
  • Baxter : the Blue-collar Robot
  • Memory Implants
  • Smart Watches
  • Ultra-Efficient Solar Power
  • Big Data for cheap phones
  • Supergrids
     
Edited by Ryf86

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au premier abord ça fait quand même photo de 1er avril.

C'est assez délirant cette histoire :shock:

 

article-2313828-19745A3A000005DC-856_634

 

Le squelette d'un étrange petit humanoïde aux faux airs d'extraterrestre a récemment enflammé la galaxie des ufologues. Mais Ata, c'est ainsi qu'il a été dénommé, a finalement un ADN tout ce qu'il y a de plus humain, rapporte cette semaine le site de la revue Science, même si les causes de son apparence particulière restent encore à déterminer. Retour sur cette histoire intrigante.

 

Tout a commencé il y a une dizaine d'années, quand un chercheur de trésor prospecte un village abandonné au beau milieu du désert de l'Atacama, au Chili. En creusant dans le cimetière, il découvre un petit linge entouré d'un ruban violet renfermant un minuscule squelette d'une quinzaine de centimètres. Ata atterrit chez un collectionneur privé de Barcelone, puis devient l'objet d'un documentaire, Sirius, avançant que l'être non identifié prouverait l'existence des extra-terrestres.

L'immunologiste Garry Nolan, chercheur à l'Université Stanford (Californie), décide alors de se pencher sur la question. Première curiosité : Ata n'a que dix paires de côtes, au lieu de douze, mais surtout, sa boîte crânienne est excessivement déformée et imposante par rapport au reste du corps. Garry Nolan s'intéresse à son génome. Surprise : alors qu'il pensait que le squelette avait quelques centaines, voire milliers d'années, son ADN indique qu'il n'est âgé que de quelques décennies.

 

Le scientifique s'adresse alors à un éminent spécialiste des déformations fœtales, le radiologue pédiatrique Ralph Lachman, du centre médical Cedars-Sinai de Los Angeles. Celui-ci lui dit n'avoir jamais rencontré un tel cas. Deuxième surprise de taille : après des analyses par rayons X, le Dr Lachman établit que le développement des genoux du squelette d'Ata correspond à celui d'un enfant... de 6 à 8 ans.

 

Garry Nolan émet alors deux hypothèses. La première, c'est qu'Ata a souffert d'une forme extrême de nanisme, et a bel et bien atteint cet âge. La seconde est qu'Ata, de la taille d'un fœtus de 22 semaines, a souffert d'une maladie, la progéria, qui fait vieillir précocement et de façon accélérée son ossature in utero. Une troisième piste est envisagée : une intoxication fœtale aux tératogènes. Seulement, l'existence d'autres cas de squelettes excessivement petits, notamment en Russie, tendrait à privilégier une explication génétique plutôt que toxicologique.

 

Enfin, un autre expert avance une explication plus prosaïque : pour William Jungers, paléoanthropologue et anatomiste à l'Université Stony Brook, dans l'Etat de New York, il s'agit "d'un fœtus humain ou d'un enfant mort-né particulièrement desséché et momifié" – à noter que le désert de l'Atacama est l'un des endroits les plus secs de la planète. Il mentionne des "parties du corps à peine ossifiées et immatures", comme les mains et les pieds, ainsi que la large suture métopique, qui relit les deux os crâniens au milieu du front. "Si l'on a du mal à déterminer des anomalies génétiques, c'est peut-être parce qu'il n'y en a pas", conclut-il. Reste que cela n'explique pas le nombre anormal de côtes et la densité des genoux.

 

Le mystère n'est donc pas encore résolu. En attendant d'obtenir de nouveaux résultats, les seules certitudes et sources de satisfaction pour Garry Nolan, dont les analyses ont fait le tour de la Toile ces derniers jours, est d'avoir démontré qu'il ne s'agissait ni d'un faux ni d'un "alien".

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Certains n'ont toujours pas compris comment fonctionnait l'évolution des espèces. Il ne faut pas oublier que ce qui a permis d'arriver à notre constitution (2 pieds, 2 bras etc ...) c'est le fruit de millions d'erreurs de recopiage génétique sélectionnées naturellement au cours de millions d'années car présentant une meilleur survie.

En conséquence si une autre forme de vie existe dans l'espace (et statistiquement elle existe forcément) elle n'a juste aucune chance de nous ressembler.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Statistiquement et forcément ne sont pas les meilleurs amis du monde…

Share this post


Link to post
Share on other sites

Statistiquement et forcément ne sont pas les meilleurs amis du monde…

 

 

Certains n'ont toujours pas compris comment fonctionnait l'évolution des espèces. Il ne faut pas oublier que ce qui a permis d'arriver à notre constitution (2 pieds, 2 bras etc ...) c'est le fruit de millions d'erreurs de recopiage génétique sélectionnées naturellement au cours de millions d'années car présentant une meilleur survie.

En conséquence si une autre forme de vie existe dans l'espace (et statistiquement elle existe forcément) elle n'a juste aucune chance de nous ressembler.

aucune chance de nous ressembler pourquoi ?

Qui (ou quoi) te dit que si la nature trouve son chemin au hasard alors il y a plusieurs chemins possibles ?

Il n'y a peut être qu'un chemin mais plusieurs stades d'évolution...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Impossible de savoir quelle physiologie, morphologie adopterait un organisme intellectuellement supérieur. Aucun modèle de comparaison.

 

Ceci étant dit, pour avoir assisté à une conférence d'exobiologiste il y a deux ans , la probabilité que des hommes comme nous siègent un peu partout dans notre voie lactée, est non nulle, voir signifiante si on admet la véracité de la théorie de la lithopanspermie selon laquelle la chute d’astéroïdes et de comètes il y a des milliards d'années ont contribué d'éclore la vie sur terre.

 

Si cette hypothèse se vérifie, alors l'humain est une unité de vie organique universelle à l'échelle, du moins, de notre propre galaxie.

Ce qui ne voudrait pas dire qu'un humain situé à 1000 années lumières de la terre serait génétiquement identique puisque les conditions climatiques, culturelles et gravitationnelles influencerait sur son apparence physique.

On pourrait donc faire face à un extraterrestre "humain" dont la taille serait plus ou moins supérieure à un terrien, en fonction de la gravitation. Plus elle est basse, plus un organisme complexe serait de grande taille et l'inverse si la gravitation est forte ( dans ce dernier cas, les insectes de petite taille seraient plus propice à survivre). La quantité d'oxygène, les températures modifieraient grandement certains aspects physiques de l'Homme.

 

C'est une théorie, et elle a le mérite d'éveiller certains soupçons.

Edited by WaitAndSeee

Share this post


Link to post
Share on other sites

Google and NASA Launch Quantum Computing AI Lab [MIT Technology Review; 16 mai 2013]
 

WHY IT MATTERS

Quantum computing may transform other areas of research.

The collaboration between NASA, Google, and the Universities Space Research Association (USRA) aims to use its computer to advance machine learning, a branch of artificial intelligence devoted to developing computers that can improve with experience. Machine learning is a matter of optimizing behavior that may be easier for quantum computers than conventional machines.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un inconnu fait une découverte majeure en mathématiques [Gizmodo; 22 mai 2013]

 

Yitang Zhang. Si ce nom ne vous dit rien, c’est normal. L’homme, qui était encore un inconnu il y a quelques semaines de cela, fait l’objet de toutes les attentions de la part des mathématiciens les plus talentueux de la planète. Pourquoi ? Yitang Zhang a tout simplement fait un grand pas vers la démonstration de la conjecture des nombres premiers jumeaux.

The Beauty of Bounded Gaps [slate; 22 mai 2013]

A huge discovery about prime numbers—and what it means for the future of math.

Unknown Mathematician Proves Elusive Property of Prime Numbers [Wired; 20 mai 2013]

Sieve_of_Eratosthenes_animation.gif

The Sieve of Eratosthenes: This procedure, which dates back to the ancient Greeks, identifies all the primes less than a given number, in this case 121. It starts with the first prime — two, colored bright red — and eliminates all numbers divisible by two (colored dull red). Then it moves on to three (bright green) and eliminates all multiples of three (dull green). Four has already been eliminated, so next comes five (bright blue); the sieve eliminates all multiples of five (dull blue). It moves on to the next uncolored number, seven, and eliminates its multiples (dull yellow). The sieve would go on to 11 — the square root of 121 — but it can stop here, because all the non-primes bigger than 11 have already been filtered out. All the remaining numbers (colored purple) are primes. (Illustration: Sebastian Koppehel)

First proof that infinitely many prime numbers come in pairs [nature; 14 mai 2013]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et Nate Silver, saint patron des "nerds", créa le data [Le Monde; 24 mai 2013]

 

C'est sa cinquième conférence de la semaine. Silver connaît bien son auditoire. Un public majoritairement jeune qui ne jure que par le "big data" (volumes massifs de données) et rêve d'en maîtriser les rouages. A l'instar de Peter, jeune entrepreneur qui vient de créer sa société, dans les télécoms, et veut tout apprendre de la méthode Silver pour garantir le succès de sa nouvelle affaire. Il ne connaît pourtant rien au big data, il a fait des études de commerce, mais il sait tout des exploits de l'orateur du jour et veut sa part de savoir. "Si j'arrive à apprendre quoi faire de toute la masse d'informations disponibles, je mets toutes les chances de mon côté pour proposer les bons produits aux bons clients au juste prix", explique-t-il.

Big Data : nouvelle étape de l’informatisation du monde [internet Actu; 24 mai 2013]

Viktor Mayer-Schönberger, professeur à l'Oxford internet Institute, et Kenneth Cukier, responsable des données pour The Economist ont récemment publié Big Data : une révolution qui va transformer notre façon de vivre, de travailler et penser (le site dédié). Ce livre est intéressant à plus d'un titre, mais avant tout pour ce qu'il nous apprend du changement du monde en cours. Riche d'exemples, facilement accessibles, il dresse un état compréhensible des enjeux des Big Data en insistant notamment sur ce que cette nouvelle étape de l'informatisation transforme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Share this post


Link to post
Share on other sites

Certains n'ont toujours pas compris comment fonctionnait l'évolution des espèces. Il ne faut pas oublier que ce qui a permis d'arriver à notre constitution (2 pieds, 2 bras etc ...) c'est le fruit de millions d'erreurs de recopiage génétique sélectionnées naturellement au cours de millions d'années car présentant une meilleur survie.

En conséquence si une autre forme de vie existe dans l'espace (et statistiquement elle existe forcément) elle n'a juste aucune chance de nous ressembler.

Tu ne dois pas connaitre la notion de convergence évolutive. Pour faire simple plus deux niches écologiques sont proches, plus les animaux qui vont les peupler se ressembleront.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Why Are Some People So Smart? The Answer Could Spawn a Generation of Superbabies [Wired; 16 Juillet 2013]

 

Barely out of his teens, Zhao Bowen is leading a multimillion-dollar research effort to solve a genetic mystery: What makes people like him so smart? And how can we make more of them?

Now, at 21, he oversees his own research project at BGI Shenzhen—the country’s top biotech institute and home to the world’s most powerful cluster of DNA-sequencing machines—where he commands a multimillion-dollar research budget.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Découverte d'un nouveau carnivore dans le Nord des Andes
Baptisé Olinguito, pesant 900g, de la famille du raton-laveur, il est la première découverte de ce type en Amérique du Sud depuis 35 ans. J'ose même pas imaginer les surprises que nous réserve encore l'Amazonie.
 
Autre lien sur l'Olinguito

 

923561.jpg
 

Edited by Byshop

Share this post


Link to post
Share on other sites

Découverte du plus vieux fossile d'animal à machoire, daté de 419M d'années

4981758-3x2-700x467.jpg

 

Pour faire simple, dans l'histoire de l'évolution, nos "ancêtre" avait une colonne vertébrale pour les distinguer des autres classes du vivant, mais pas encore de machoire. Il reste des fossiles vivants de ce stade de l'évolution : les lamproies.

 

 

 

Le commentaire le plus pertinent imo :

"The question is not: did they evolve or were they created by God? The question is: what did they taste like?"

Share this post


Link to post
Share on other sites
Découverte de la plus compacte des galaxies

Galaxie-1024x1024.jpg

 

C'est quelque part dans l'amas de la Vierge. Derrière cette expression curieuse se cache tout simplement une région de l'espace située dans la constellation de la Vierge et qui regroupe environ 1 500 galaxies (d'où le nom d'amas). Parmi elles, M60, l'immense fleur blanche et mauve sur la photographie ci-dessus, qui est une grande galaxie elliptique située à quelque 60 millions d'années-lumière de nous. Disons, pour mieux nous faire une idée de cette distance, que la lumière que nous recevons de M60 aujourd'hui a été en réalité émise peu de temps après la disparition des dinosaures sur Terre.

 

Ce n'est pas exactement cette galaxie qui nous intéresse mais une de ses minuscules voisines, le petit point blanc qui a été encadré et grossi sur le cliché. Les astronomes qui en ont fait la découverte en 2012 à l'aide du télescope spatial Hubble lui ont donné le nom de M60-UCD1. Le "UCD" en question signifie "ultra-compact dwarf", c'est à dire galaxie naine ultra-compacte. L'objet ne paie pas de mine, son diamètre avoisinant les 150 années-lumière. A titre de comparaison, notre galaxie, la Voie lactée, mesure environ 100 000 années-lumière d'un bout à l'autre de ses bras spiralés. Mais, malgré sa petite taille, M60-UCD1 totalise quelque 200 millions de fois la masse du Soleil et s'avère 15 000 fois plus dense que la région galactique dans laquelle nous nous trouvons. En moyenne, ses étoiles sont 25 fois plus proches les unes des autres que le Soleil l'est de ses voisines. C'est à se demander si l'on peut parler de nuit noire sur les planètes de M60-UCD1...

 

Le type particulier de structure qu'est la galaxie naine ultra-compacte n'a été identifié qu'à la toute fin du XXe siècle grâce à l'utilisation d'instruments plus performants. Certains chercheurs doutent d'ailleurs que ces modestes assemblages d'étoiles méritent la dénomination de galaxies tant leur taille est modeste. Ils leur verraient plutôt un lien de parenté avec un autre type de structure, les amas stellaires, que l'on retrouve par dizaines dans notre galaxie.

 

Cette vision des choses pourrait bien disparaître, et justement à cause de M60-UCD1. Dans l'étude qu'elle vient de lui consacrer, publiée dans le numéro du 20 septembre des Astrophysical Journal Letters, une équipe américano-australienne révèle que ce groupe d'étoiles extrêmement dense possède en son centre une puissante source de rayons X. Deux causes pourraient expliquer ce phénomène : soit il s'agit d'un trou noir géant analogue à ceux que l'on trouve dans le noyau de la plupart des galaxies (y compris la nôtre), soit il s'agit de ce que les astronomes appellent une binaire X, un couple infernal formé d'une étoile à neutrons et d'une étoile "normale" dont la matière arrachée par son compagnon est fortement chauffée et rayonne dans le domaine des X.

 

Pour ces astronomes, l'hypothèse du trou noir est nettement plus probable que l'autre, ce qui leur permet d'échafauder le scénario suivant. A l'origine, M60-UCD1 était une galaxie banale, 50 à 200 fois plus massive qu'aujourd'hui. Mais elle se trouvait au mauvais endroit : subissant l'influence gravitationnelle d'une ou de plusieurs galaxies environnantes, elle a été obligée à un strip-tease d'étoiles. Ces effets de marée l'ont peu à peu dépouillée de l'essentiel de son matériel stellaire et il n'est plus restée d'elle que son noyau ultra-dense avec son trou noir central. Un ensemble trop compact pour être déchiqueté. Comme il ne reste plus aucune trace de ce hold-up stellaire, les astronomes en concluent que ce dernier s'est probablement produit il y a des milliards d'années.

 

Si d'autres mesures viennent confirmer la présence de ce trou noir, M60-UCD1 détiendra le record de la galaxie la plus dense jamais découverte. Comme l'explique l'un des auteurs de cette étude, Jay Strader (université d'Etat du Michigan), "les voyages interstellaires seraient nettement plus faciles dans M60-UCD1 qu'ils ne le sont dans notre galaxie", ce en raison des distances nettement plus courtes que l'on trouve entre les étoiles. Ce jeune chercheur précise toutefois que ces hypothétiques voyages "prendraient tout de même des siècles" si l'on utilisait les modes actuels de propulsion spatiale...

 

Source LeMonde.fr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un tiers de la population de Londres perdu à cause de la famine induite par cette éruption ! Sans doute quelque chose d'aussi significatif au niveau mondiale, même si de façon moindre car les agglomérations devaient être extrêmement plus sensibles aux pénuries alimentaire... et on en parle même pas dans les livres d'histoire ! C'est comme la grippe espagnol en 1918 qui aurait décimé entre 75 et 250% du total de  morts de la Première Guerre Mondiale. Je me rappelle encore ces cours de démographie au collège où on t'apprend que les creux dans les classes d'age sont conséquences des guerres mondiales en oubliant la cause principale.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×