Jump to content
This Topic
Brunorso

Amis RUNNERS, projets de courses...

Recommended Posts

il y a 25 minutes, legendofdark a écrit :

Hâte de lire ca. Navarro qui fait les minimas pour Tokyo aurait déclare "j'ai senti le souffle de Fehmi juste derrière moi, j'ai du tout donner pour pas me faire rattraper"

Navarro qui loupe la barre mythique des 2h10 pour... 2 secondes !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'étais sur la stexpress (44km). 
Pas de pluie dans l'attente (1h dehors à 3/4 degré) donc un bon point déjà. 

Ensuite mauvaises sensations dés le départ, je passe 900eme et quelques au premier ravito, puis 1300 au second... une première moitié de course pas ouf du tout, j'arrive meme pas à allonger la foulée dans les descentes roulantes, la pluie s'est mise à tombé depuis un moment déjà ; je prends pas de plaisir et me dit que la nuit sera longue. 

Puis d'un coup ça va mieux, et du coup je ramasse les "morts" je gagne 400 places sur la seconde moitié du parcours ; les jambes vont bien, je cours même des montées et m'amuse dans la boue  :)  
Dans une flaque j'ai de l'eua jusqu'à mi cuisse :) mais j'ai pas froid (malgré le short et une seule couche technique)

donc un final plus bien plus amusant pour moi et finalement 5h38 (vs 5h54 il y a trois ans) avec le sentiment d'avoir pu faire mieux sur la première partie 

 

GG à ceux qui ont fait la SEL ou l'aller retour ! 

GG Tuni t'as exploser le chrono

Edited by dopdop

Share this post


Link to post
Share on other sites

11h11 sur la complète.

11h d'un mélange de proprioception chez le kiné pour tenir debout et de thalasso avec les enveloppements de boue.

On a mal aux cannes mais au moins on a la peau douce :frantics:

Quelle course de tarés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Saintexpress 44km 

le but était d’améliorer la cote itra de 543 et donc de faire mieux que 4h44.

 

je passe au premier ravito en avance de 3’ sur les prévisions en 52’ et tout va extrêmement bien. Le parcours est facile et j’ai enfin progressé en descente je peux doubler des gens.

 

puis au bout d’1h30 douleurs au ventre. Je pourrai écrire une version scatophile du report car honnêtement ce que j’ai fait c’est pas beau.

je n’avais pas de mouchoir, je me suis arrêté un peu partout pour chi**. Dans un village, dans des champs, je m’essuyais avec de l’herbe ou carrément pas...je me vidais salement pendant 10km.

puis tout d’un coup, bien vide, tout allait mieux et j’ai pu faire les 15 derniers a ma vitesse normale. Je double 200 personnes entre les 2 derniers ravito et je finis 250eme en 4h55

 

j’ameliore de 25mn par rapport à l’année dernière. 
très content de ma résilience car je voulais abandonner pendant 1h, mais faute de pouvoir, j’ai continué.

je me suis flingue le trou de balle a m’essuyer avec n’importe quoi, et je l’ai enfin récupéré après 48h de crème apaisante :) 

Edited by la mâchoire

Share this post


Link to post
Share on other sites

3 ème Sainte-Lyon d'affilé et de loin la plus dur.

Pour faire très court ca donne 4 heures a 'éclater en dévalant dans la boue au début puis une bonne gamelle ou j'y laisse un genoux mais surtout mon élan....de là je commence a frissonner le froid s'empare de moi je passe en mode zombie pour le reste de la course et finit en 11h29 dans le dur au mental. Je crois que j'avais jamais eu aussi froid de ma vie trempé jusqu'au os sous la pluie pendant  une nuit .

Il m'as clairement manqué de la caisse pour pouvoir courir plus et donc avoir moins froid je prend acte pour l'année prochaine.

Félicitation a tous les finisheurs fallait le vouloir cette année.

PS: Pour reprendre le post du dessus dut a l'humidité moi c'est les "coui lles" en feu que j'avais a l'arrivé (m'en suis pas aperçu pendant la course par contre sous la douche ouiiiillllle)

 

Edited by Leon391

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, M.nicolas a écrit :

D'ailleurs pourquoi Valence?

J'y avais fait mon premier marathon l'an dernier et tout avait été presque parfait : l'organisation, le parcours, l'ambiance, la météo, etc

L'an dernier, les 25000 places étaient parties en plusieurs mois, cette année c'est parti en quelques semaines...

Je conseille à ceux qui voudraient le faire l'an prochain de s'inscrire dès que possible car ça va partir en quelques jours; le bouche à oreille va fonctionner encore plus à fond: il y a eu une pluie de records personnels, le record du monde de 10 km sur route ( la course a lieu en même temps que le marathon ) y a été battu cette année, l'an dernier c'était le record du monde de semi qui y avait été battu, validant le fait que c'est un parcours super roulant.

Tout le monde va vouloir y aller.

Il faut juste un peu chatter la météo. En général, il y fait un temps parfait mais quand il fait pas beau, ça fait pas semblant. Cette année, on a eu 3 jours de vent avant juste avant la course, la nuit avant la course, il soufflait encore pas mal, et on a eu 3 jours de pluie après, dès la nuit après la course.

Share this post


Link to post
Share on other sites

CR du Marathon de Valencia 2019, Espagne. Mon second.

--

D'abord un petit mot de ma préparation.

( ouais je reprends le même modèle que le CR de l'an dernier )

Je ne saurais pas trop où placer mon début de préparation, je suis revenu une semaine plus tôt que l'an dernier du bled pour pouvoir prendre un peu plus de temps pour revenir et du coup j'en profite vraiment pour retarder un max le début des choses sérieuses : j'ai fait la cc de septembre ( avec le poto@la mâchoire ) à la place d'une SL, la semaine d'après je ne fais que 40 km de CAP,  je rabote des séances, etc. Je crois que je m'y mets sérieusement qu'après le Paris-Versailles toute fin septembre.

N'empêche que sur les 11 dernières semaines avant le départ pour Valence, je fais un peu plus de 920 kilomètres. À peine plus que l'an dernier en moyenne mais tout le volume a été fait sur quelques semaines au coeur de la préparation. J'enchaîne notamment 5 semaines à plus de 100 kilomètres et totalise plus de 430 kms pour le seul mois d'octobre !

Niveau courses, j'ai en fait encore plus que l'an dernier. J'ai fait un premier semi dès le 15 septembre et à partir de là j'ai enchainé une course tous les 15 jours ( Paris-Versailles, 20km de Paris, Semi de Guécélard ) jusqu'à S-5.

Comme expliqué l'an dernier, j'adore faire des courses de préparation parce que c'est vraiment pour moi une répétition générale pour le marathon. Et encore plus cette année, où je n'ai pas réussi à faire de l'allure marathon sur mes sorties longues ( J'ai vérifié : je ne totalise que deux kilomètres en dessous de 4'20 sur l'ensemble de mes sorties longues... ).

Conformément à mon analyse post-marathon de l'année dernière, je décide d'aller moins vite sur la piste ( même si la plupart du temps, je n'aurais de toute façon pas pu faire autrement ) et d'essayer de faire un max de jus sur les 3 dernières semaines. Ce que je réussis parfaitement à faire puisque mes meilleures sensations, sont justement à S-3 et S-2 où je dois vraiment me canaliser pour pas en faire trop !

--

Comme l'an dernier, je me rends à Valencia le mercredi et encore plus que l'an dernier, c'est tout pour le marathon. On a même changé la localisation du logement pour être le plus prêt du départ de la course; on prendra des taxis pour faire la fête post course ( c'est pas trop ça les transports en commun @Amicalité Sensée).

Je suis encore plus serein que l'an dernier malgré le réveil de mes allergies respiratoires depuis quelques jours. Je tousse comme un porc mais ça ne m'a jamais empêché de faire du sport donc bon...

--

Jour J.

Lever à 6h30, deux heures avant le départ de la course, après une nuit de 8h30. Mes compagnons sont tous debout depuis plus d'une heure parce qu'il est effectivement préférable de se lever au moins 3h avant mais je préfère dormir que de tourner en rond. Une heure pour chi**, prendre sa crème sport et son café ( et ouais on a troqué le gateau sport et le thé contre ce combo un peu plus digeste ), et s'habiller et re-chi** c'est déjà bien assez long comme ça.

Départ de l'appartement à 7h30. Contrairement à l'an dernier, je ne fais pas plus de 20 minutes d'échauffement; il fait bien plus chaud, pas besoin de faire plus. Cette chaleur relative ( il fait 15 degrés au départ contre 10 l'an dernier ) fait aussi que je suis déjà en short et que je n'ai qu'à enlever ma veste et mon t-shirt et mettre mon maillot du club pour finaliser ma préparation. Je ne refais pas l'erreur de l'an dernier et passe tôt aux vestiaires et rentre dans mon SAS une bonne vingtaine de minutes avant le départ. Cette année, je suis sans le SAS sub 3h, avec mon coach qui me raconte depuis 1 semaine et sa petite contracture au mollet qu'il veut partir avec moi pour pas prendre de risques. Je n'y crois bien évidemment pas un mot.

Et effectivement, à peine le départ donné et que ça commence à trottiner avant la ligne que je suis déjà en train de le perdre de vue.

Ah oui, c'est parti au fait !

La masse se déplace bien plus vite que celle de l'an dernier. On est à 4'15 au kilo. Je m'étais fixé de partir en 4'10/12 au kilo cette année et de prendre le risque de forcer si nécessaire pour tenir cette allure. Je suis venu faire moins de 3h et passer avec une marge minimale au 30ème km est hors de question cette année.

Néanmoins faire le forcing pour doubler l'an dernier m'avait épuisé. Je reste donc sage et ne prends que les spots faciles pour doubler. Je passe au 5ème km en 4'14 de moyenne. C'est encore très dense mais je garde mon mal en patience car je sais que le parcours change complètement à partir du 7ème. On y fait demi tour sur un énorme rond-point pour passer sur une 4 voies en légère descente, le trafic s'y fluidifie énormément et je mets la machine en route. 

J'enchaine une bonne quinzaine de kms à une allure soutenue, quand même ralentie par les ravitaillements; ça s'y agglutine sur les cotés pour essayer de récupérer une bouteille, le sol y est glissant et des bouchons en plastique y jonchent le sol; il faut vraiment faire attention là où on met les pieds.

** Interlude alimentation sponsorisé par Maurten **

En parlant de ravitaillement, parlons un peu d'alimentation. Comme déjà dit ici, j'ai changé de marque de gels. Ces gels sont juste géniaux : leur gout est neutre et leur texture leur permet d'être consommés sans eau. On peut donc se concentrer à 100% sur sa prise d'eau pendant les ravitaillements.

Ils sont aussi plus gros donc j'en prends moins. Seulement 5 contre 7 l'an dernier.

J'ai prévu avant la course de les prendre au 5e ( le ravitaillement en eau n'est qu'au km 5,4 ), 13ème, 21ème, 29ème et 37ème.

Comme il fait plus chaud que l'an dernier, je m'applique à boire tout le contenu de ma bouteille de 33cl à chaque ravitaillement ( tous les 5 kms ).

** Ceci était l'interlude alimentation sponsorisé par Maurten **

Je passe le semi en 1h28'26" sur des bases de 4'12 au kilo. C'est le haut de la fourchette que je m'étais fixé mais c'est dans ma fourchette. C'est l'essentiel. Et en plus, je me sens très bien.

... mais ça ne durera plus très longtemps. Coup de mou au 23ème.

Au 24ème, mon coach sort de nulle part : - "Je te l'avais dit que je serai avec toi". lel. Son mollet le tire trop, il m'a attendu pour m'emmener quelques kms; ça tombe parfaitement, je suis dans le dur !!

Il tiendra un kilomètre avant d'abandonner... Je me remobilise et essaie de limiter la casse. 27 ème kilo, je décide d'avancer la prise de mon 4ème gel en espérant que cela m'aidera. Et miracle ! Le coup de mou passe. Je reprends un bon rythme.

On entre dans le centre ville et les rues sont plus étroites, le ravitaillement du 30ème me freine donc un peu. Je relance sur le 31ème et me retrouve à faire mon kilomètre le plus rapide jusque là ! Je suis bien, très bien. Les kilomètres défilent alors que je suis censé frapper le mur.

Je décide de prendre mon dernier gel juste avant mon dernier ravitaillement en eau au 35ème pour me concentrer sur ma fin de course. A partir de là, je suis euphorique, je me retiens pour pas en mettre partout. Je profite un maximum des derniers kilomètres.

Arrivé au 40ème, la route se rétrécit, il y a encore plus de public que sur le reste du parcours, on se croirait dans le final d'une étape de montagne du Tour. Je tape dans quelques mains. Je suis facile, je crois rêver.

Dernier kilomètre, j'entends mon coach gueuler, je me retourne, le cherche du regard et lui lance un poing rageur.

J'arrive sur le tapis bleu. Je regarde une dernière fois ma montre et à moins de faire un dernier 500m à la Kipchoge, je ne peux plus faire faire baisser d'une unité le nombre des minutes qui sera affiché à mon temps.

Je me relâche et profite de cette superbe arrivée.

Je lève les bras au ciel !

 

IMG_8C0D0EA81ED8-1.thumb.jpeg.f6153a4bdeac864269f8954ed91ca61b.jpeg

 

IMG_061D3F14BA80-1.thumb.jpeg.7caab7fa968e262efc89d1dddbc2a11c.jpeg

 

Et avec en prime, un negative split dont je n'aurais jamais osé rêver !!

 

 

Edited by Tuni

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le marathon est aussi une question d’expérience. L’ami olivier et toi aviez déjà le sub3 dans les jambes au dernier marathon mais l’expérience n’était pas là. 
 

je faisais aussi parti des personnes qui t’avaient dit de faire du jus. Les 3/4dernières semaines c’est fait pour ça. 

Tu avais dit jamais de marathon, j’ai donc hâte de te voir venir sur nos trails. 😂 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Tuni a écrit :

J'enchaîne notamment 5 semaines à plus de 100 kilomètres et totalise plus de 430 kms pour le seul mois d'octobre !

:ronfl:

 

GG, bien racontée cette course

Edited by dopdop

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×
Winamax : Winamax Series
Winamax : Winamax Series