Jump to content
This Topic
Brunorso

Amis RUNNERS, projets de courses...

Recommended Posts

il y a 10 minutes, IpromizUHell a écrit :

put**n mais c'est quoi ces chaussettes à pti pois???

Après des années de recherche, c’est le model qui m’évite enfin les ampoules. Des theathletic en mérinos.

put**n de rolls de la chaussette. 

Je trouve ça cool les pois 😅

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Pour ma part, j'ai été hyper étonné de m'endormir aussi rapidement la veille. D'ailleurs, je me réveille en pleine forme. Sauf que... Il est 2h du matin put**n ! Du coup, impossible de me rendormir et forcément quand je me rendors... mon réveil sonne >(((

Bref... Je suis loin d'être un briscard comme @Amicalité Sensée et en plus je viens de la côte d'azur, donc du coup entre 7h et 8h30 je me caille sa mère ! Bonne leçon pour la prochaine fois. Pas grave je vais vite me réchauffer.

11 premiers km laborieux

Les deux premiers kilomètres, j'écoute tous les conseils que j'ai pu lire sur internet et je me traîne. Résultat, je suis lent 4,'47 et 4'42 au lieu de mes 4'35. Ca me stresse du coup j'accélère un peu au 3 et 4 pour regagner mon retard. Objectif réussi et en plus pile au 5ème la flamme 3h15 me passe à côté. Parfait je colle au peloton et plus besoin de regarder ma montre. J'ai des bonnes jambes, mais ya trop de monde et beaucoup se trainent. Les rues sont pas assez larges. Il faut rester concentrer sur les trottoirs. Je vois une femme tomber au milieu et se faire avaler par la foule. Je manque de justesse de faire la même chose. En plus, les ravitos c'est le bordel. Bref, le drapeau est dur à suivre, j'ai du mal à comprendre. Il double plus facilement que moi et ça va vite. Je regarde ma montre au 10ème et je suis bien en avance. Mais je réalise pas à quel point je suis pas dans mon rythme prévu (toujours moins de 4'30). Heureusement Vincennes arrive...

Du 12 au 25 une belle promenade de santé

Je commence enfin à kiffer ma course. Les routes sont plus larges, on sort de la ville. Ya une énorme ambiance en entrant à Vincennes. Mes proches avec du Worakls à fond (pour les connaisseurs ;)).  Je laisse partir le drapeau 3h15. Il va beaucoup trop vite cet enfoiré et de toute façon je trouve mon rythme. Surprise de recroiser mes proches au 17ème. Ils ont traversé 3km du bois de Vincennes pour me revoir (big up à ma chérie en talon :P). Bref tout va bien et j'ai hâte de retrouver mon lièvre qui devrait me rejoindre entre le 25 et 30.

Du 25 au 35 on gère la course

J'ai de bonnes jambes mais je connais les difficultés de ce marathon. Je les redoute. J'essaie pas de forcer pour maintenir mon rythme lors des tunnels. Je les passe plutôt sans encombre. Je dépasse les premiers morts et je me méfie encore plus. Mon lièvre me rejoint, petit coup de boost. Il va m'aider pour les ravitos. En plus je vois la tour eiffel sur ma gauche, ya une ambiance de feu. C'est bon ça, je kiffe !!! Du 30 au 35, je tiens le rythme et je suis encore plutôt bien. Mais ca commence à piquer au niveau des ischios. Je vois même pas passer le légendaire faux plat du 34ème (merci la prépa trail). D'ailleurs, j'ai trouvé le parcours clairement plus simple que Nice-Cannes.

La descente aux enfer... 

Vous l'aurez compris, je me suis pris le fameux mur... Le même qu'à Nice 3 ans plus tôt.

Je force pour tenir le rythme aux 36 et 37ème mais musculairement, à partir de là c'est juste l'enfer. Mon cardio est vraiment top pourtant et je suis beaucoup plus lucide qu'à l'époque. Je peux encore tourner la tête et regarder le paysage autour de moi :rofl:. Mais mon corps est si lourd et je sens que je peux cramper à tout moment. J'ai l'impression que tout le monde me double mais je lâche rien. Je sais à ce moment que c'est fini pour le chrono... J'essaie maintenant de limiter la casse.

Je ne marcherai pas, je ne marcherai pas, JE NE MARCHERAI PAS ! Mon pote est d'une aide incroyable. Mentalement, je peux pas lacher avec lui. Certains vomissent sur le côté, certains marchent, certains crampent. Mais moi, je veux pas. J'ai ma vieille douleur au fascia lata qui resurgit, celle qui m'avait fait arrêter 3 mois le sport post marathon il y a 3 ans. Mais je m'en branle. Je veux juste éviter de cramper. J'ai l'impression d'aller en 7 minutes au km. Un rapide calcul dans ma tête me dit que je vais finir en plus de 3H30 (lol la lucidité). MAIS JE M'EN BRANLE. 41ème kilomètre, je vais y arriver maintenant. Je trouve les ressources pour accélerer, et j'y arrive progressivement. 42ème kilomètre, mon pote me laisse finir. Je veux accélerer mais une énorme pointe dans mon ischio gauche me fait renoncer. Je regarde ma montre. Put**n, JE PEUX SAUVER LE 3H20. J'entends le speaker au loin, je vois la ligne d'arrivée. Ya une ambiance de folie, je vois mes proches dans la foule. JE KIFFE. Je lève les poings et je franchis la ligne les larmes aux yeux.

Et la, l'enfer absolu pendant 30 minutes. Les ravitos sont loins comme jamais. Je souffre atrocement au niveau des jambes. Je mange, je bois mais j'ai trop mal. Je veux arriver à la consigne. Je commence à greloter. Je m'arrête trois fois avant d'y arriver. C'est loin. Mais j'y arrive enfin. Je demande mon sac. Elles le trouvent pas. Je m'allonge au sol et je tremble, j'ai trop mal. Une femme de l'organisation voit ma détresse et elle commence à m'étirer, me masser. Elle me rapporte à manger, me passe son pull. Bref un amour. D'après elle, je ressemblais à un zombie. Au bout de 30 minutes je retrouve mes esprits, et en boitant comme un handicapé, je retrouve mes proches.

Finalement je kiffe toute l'après midi avec eux et un bon burger frite bien mérité  :x. Expérience inoubliable mes amis.

Ca mérite un bon gros VAMOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOS

Au 12ème :

1C2A9649.thumb.jpg.5f3cc56774cb7eeb48fad7472cd70ba2.jpg

// Au 42ème

1C2A9678.thumb.jpg.357d72b3d415e88bc87037ef2f6e23de.jpg

 

Edited by lamigue

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, la mâchoire a écrit :

Après des années de recherche, c’est le model qui m’évite enfin les ampoules. Des theathletic en mérinos.

put**n de rolls de la chaussette. 

Je trouve ça cool les pois 😅

du merinos ? mais ça tient méga chaud

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, dopdop a écrit :

Cools vos CR en tout cas et bravo à tous

 

personne qui trail ici sinon ? ^^

Si on est plusieurs ;). Je fais des trails entre 30 et 80km, et un 100km+ prévu en 2020

 

 

Bravo à tous et merci pour vos CR. Quand j'ai vu le froid en ouvrant les volets le matin, j'ai bien pensé à vous (on était mieux sous la couette devant la télé ;) )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il est ou le maillot de l'OGC Nice bordel !?

Tu t'entraines pour quels trails dans la region ? J'ai Gorbio debut Octobre qui me fait de l'oeil ....

 

Bravo a tous pour vos CRs ca fait plaisir a lire (et ca donne envie de s'y remettre put**n)

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Voici un CR écrit comme il vient

 

Spoiler

 

J’ai repris la course à pied il y a 4 ans après plusieurs évènements, dont le décès de mon père à 50 ans (très bon vivant) et une séparation de l’ex-femme de ma vie, que j’appelle plus communément aujourd’hui coucouillette. Après deux années à faire des petites courses de campagne, j’ai terminé l’année dernière par un marathon trail (45km/1700 de d+). Entre temps j’ai pris pas mal de plaisir sur les semi, et je découvre les CR du marathon de Paris 2018 sur ce même thread. Je me fixe donc comme objectif le marathon de paris pour 2019.

Après le trail hivernal du Sancy (33k/1500d+), je commence ma préparation avec un programme pour sub 4h. Au club, tout le monde me rassure, en m’indiquant que 3h45 est tout à fait envisageable et que 3h30 serait même atteignable. Cependant je me connais et n’ayant aucun mental sur toutes les épreuves ce sera déjà pas mal de le terminer. J’ai un petit nom que je me suis également donné : Jean Michel Pasdemental

Ce que j’aurais le plus de mal à respecter lors de cette préparation, c’est le rythme à 6’45’’ sur les footings en EF. Mon rythme de vie professionnel assez intense me contraint également à ne courir que sur des plages horaires décalées. C’est assez courant que je me lève à 5h, enchaîner le taf et finir pour aller courir le soir à 20h00. Ce n’est clairement pas le top, mais c’est uniquement comme cela que j’arrive à m’entraîner. Ce qui est assez surprenant dans la préparation, c’est ce plaisir assez grisant des séances type 8x800 ou 3x3000. Un sentiment de bien travailler son sujet, de pousser un peu ses limites et de progresser.

Je commets une petite erreur en allant passer un week-end au ski début mars. Je passe un bon moment, mais dans la préparation, il y a ce week-end-là normalement un semi. Pour le coup, je le décale au lundi soir pour un rythme final à 4’50’’ (1h42’). Clairement ici une erreur, rien ne vaut un semi en compétition. Mais la plus grosse erreur aura été de m’entêter à utiliser des chaussures trop usées qui vont me causer une blessure après une sortie longue d’un vingtaine de bornes cette fin de semaine, le 17 mars.

Cette douleur, je le comprends rapidement va me contraindre à du repos. Le hic, c’est que plus le temps passe, plus la douleur s’intensifie. Rendez-vous pris avec le Podologue la semaine suivante et il me conseille de faire des massages « Huile arnica + Gaultherie + Katafrais » complété par de l’argiletz. Je ne ressens aucune amélioration, et arrive la fin de ma deuxième semaine sans courir. Une sortie à vélo et de la natation ne m’ont pas rassuré sur ma blessure. Le vendredi soir j’envisage de ne pas courir le mdp je boîte comme une m**de et je n’ai pas envie d’y aller pour souffrir encore plus, donc sauf amélioration notable, ce sera sans moi. Entre temps, je me dis que les massages que je fais sont peut-être un trop profond, donc je ne fais plus qu’une application des huiles sans forcer. Oh miracle, le dimanche la douleur a presque disparu… Je recommence à envisager le mdp, du coup le 31 mars au matin je pars faire 2h20 de vtt et tout semble allez mieux. Je reprends donc la cap le 3 avril par une sortie de 14 km, sans soucis.

Je fais ainsi 4 séances pour arriver tranquillement au mdp. L’objectif initial est toujours-là, le sub 4h pour un premier marathon.

Ce que j’ai réussi à mieux gérer c’est l’absence d’excès je ne consommerais pas pendant les trois semaines qui précédent ni charcuterie, ni alcool, ni fromage), ce qui pour moi est une petite victoire. Je déconseille définitivement le repas avec des potes du rugby 3 jours avant le mdp, l’impression d’être un moine dans un lupanar est fortement désagréable.

J’arrive donc le vendredi soir à Paris, et le samedi on enchaîne Toutankhamon (excellent) et le salon du running. Je veux changer mon dossard (de 4h à 3h45), mais je me fais embrouiller par les bénévoles qui me disent d’arriver le lendemain matin et de simplement signaler au sas mon changement, ça ne marchera bien évidemment pas.

Je me couche assez facilement la veille pour un réveil qui sera plus dur. Un déjeuner super équilibré (banane flocon d’avoine et compote) est rapidement enchaîné avec l’habituel caca de la peur. Ne prenant pas tout mon temps pour celui-ci il me restera assez longtemps sur le bid un reliquat de celui-ci. Départ de Gif pour atterrir à côté du parc Monceau. Après une petite marche qui fait du bien je rentre dans le sas, les gants ne sont pas inutiles, même si je les lâcherais au bout de 5 km. Je suis assez étonné d’ailleurs tu nombre de fringues balancées avant de partir et surtout de tous les accessoires de running que je vais croiser durant le parcours. Je vois un étranger avec bracelet qui lui indique les temps de passage et je me dis que mon pote m’avait parlé de marquer les temps sur mon bras, j’ai oublié.

C’est parti pour un rythme que j’espère maintenir à 5’20 sur la durée du marathon. Les premiers 5km sont bouclés en 25’20, c’est sans doute trop rapide (5’05), mais il faut dire que c’est un sacré kiff ce début de marathon. Tout va très bien au 10 km (52’), je croise une très jolie concurrente, elle me demande mon rythme et me propose de me suivre car elle a le même objectif. On va courir ensemble jusqu’à Vincennes où ma vessie va me contraindre à un arrêt au stand. Je vais par ailleurs conserver un très bon rythme jusqu’à la sortie de Vincennes, où je trouve l’ambiance très bonne entre les 17 et 23ième km. Très bon public, c’est vraiment très agréable et en plus je me sens bien… Toujours dans le rythme, j’arrive au 30ième km en 2h40 ; je croise mes supporters qui me confirmeront après la bonne impression que je faisais. Il faut dire que pour l’instant j’ai tout respecté, avec une gorgée tous les ¼ d’heures et du solide toutes les ¾ d’heures. Je descends avec un petit coup de mou au 31 et 32ième que je fais en 5’35, mais j’arrive à revenir dans les clous sur les 33 et 34ième (5’15). A partir du 35ième, je vais me prendre la murette tant attendue. Je marche sur les deux derniers ravitos (environ 1 minute à chaque fois) et mon mental à aucune épreuve fait son gentil travail, on va gérer au maximum pour finir sans forcer sous les 4h00. Je ferais le 35 au 39 en 6’00 et le 40 au 42ième en 7’00.

Au final je réalise 3h58’44 en temps officiel, mais petite réjouissance ma montre m’annonce 43,1 km (un temps réel de 3h53’05), je l’ai senti j’ai pas mal zigzagué tout au long du parcours, je n’ai pas fait trop gaffe à optimiser ma course sur ce point. C’est peut-être le fait de ne pas être dans le bon sas. C’est le petit point négatif sur cette course, c’est que tu n’es jamais seul, toujours l’impression de courir dans une foule immense et d’éviter les abrutis qui s’arrêtent juste devant toi. Mais cela m’a permis aussi de me motiver continuellement à doubler des coureurs lents.

Je termine sans crampe, j’ai bien bu tout au long du parcours, mais en revanche les gels m’ont un peu déglingué l’estomac. C’est bien d’en tester un sur une sortie de 20km, mais en consommer quatre c’est un peu différent. En revanche je mets bien 30’ à récupérer physiquement.

Prochaine grosse course le grp le 23 août (https://trail-passion.net/trace.html?id=17955), mais il est certain que je serais départ d’un prochain mdp. Envisager 3h30/3h40 me semble largement réalisable, en connaissant la course et ce que cela nécessite comme ajustement.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/04/2019 à 21:42, BOURIFLORRR a écrit :

J-10 : arrêt de la clope
J-5 : arrêt de l'alcool

Bravo à tous les finishers et pour vos supers chronos

 

Question du coup, tu as vraiment senti la différence en arrêtant la clope seulement 10 jours avant la course?

et tu fumais combien par jour?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 18 heures, Amicalité Sensée a écrit :

VIVEMENT L'ANNEE PROCHAINE LES AMIS !!!!!!!!!!

Who's in?

J'ai gagné un dossard pour l'année prochaine. J'ai l'intention d'accès ma saison sportive 2020 sur l'IM de Nice donc je ne pense pas que ce soit très judicieux de faire le mdp à fond.

Du coup pour le sub3 je viserai bien une participation au marathon de Valence cette année. @Tunitu as déjà pris ton dossard ?

Et pour le marathon de paris 2020, je pense le faire en mode "fun". Soit en étant déguisé (si vous avez des idées...). Soit en me rendant utile en accompagnant des personnes en situation d'handicape ou des potes qui souhaiteraient finir en 3h30+.. Don't know yet !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, benoitb75 a écrit :

Bravo à tous les finishers et pour vos supers chronos

 

Question du coup, tu as vraiment senti la différence en arrêtant la clope seulement 10 jours avant la course?

et tu fumais combien par jour?

Je suis asthmatique et je respire assez mal quand je fume. Je suis pas un gros gros fumeur (environ 5 clopes les journées classiques) et j'arrête un peu comme je veux.

Donc ouais j'ai vu une grosse différence en 10 jours, aucun problème de souffle pendant la course. 

Concernant Valence, c'est très tentant... 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Reçu cet aprem, je crois qu'ils vont m'avoir ces cons :D

 

image.png.e2be9df1a54cb52b1d857431b0ce00e1.png

 

Bravo pour vos courses et merci pour vos CR, je viens de tout lire.

En attendant Paris'20 je lorgne aussi sur un sub 3h00 en oct/nov. Petit faible pour La Rochelle question logistique mais je n'en suis pas, pour le moment ce qui me tracasse c'est d'avoir déjà du mal à allure footing.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×