Jump to content
This Topic
Sign in to follow this  
fluffer

The Lederer Files

Recommended Posts

Interview de Lederer du 8 septembre 2012 d'une durée de 7h au total diffusé en plusieurs parties de 30m par pokernews. La première est sortie aujourd'hui et les autres vont arriver dans les heures ou jours qui suivent.

http://www.pokernews.com/news/2012/09/the-lederer-files-an-introduction-13421.htm

enjoy (ou pas)

Edited by YA2Kfan

Share this post


Link to post
Share on other sites
News

Les équipes de Pokernews ont interviewé en exclusivité Howard Lederer à propos de l'affaire Full Tilt Poker. D'une durée de 7h, l'entretien est appelé à être publié sous la forme de 6 ou 7 vidéos de 30 minutes. Les deux premiers épisodes sont en ligne.

[...] Lire la suite…




Howard Lederer (crédit photo : PokerPlayer.co.uk)

Edited by SuperCaddy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve cette interview assez dingue

"I don't know" "I don't recall that" "I don't think so" "I don't remember" "I'm not sure"

c'est a croire que ce mec n'a jamais mis les pieds dans les locaux de fulltilt et le coup du "je sais meme pas si j'ai un contrat avec fultilt " la par contre ca va trop loin tu peux pas etre l'un des dirigeant de FT avoir une place au conseil d'administration sans savoir si tu a un contrat la c'est juste une blague avec tout le pognon qu'il a encaissé

bref j'espère que les prochaines videos offriront plus d'info

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cliffs ?

Je viens de voir la 1ère partie, et ce que je peux dire, c'est que c'est tout de même loin d'être inintéressant.

Résumé partie 1 (c'est ce que dit LEDERER, je prétends pas que c'est la vérité) :

- LEDERER ne fait pas partie des membres fondateurs. Il est arrivé après FERGUSON (à l'origine du projet a priori), BITAR, IVEY, FURST, GORDON (pote de FURST), PERRY edit : Perry FRIEDMAN (qui programmait le soft en plus) et BLOCH.

- d'autres ont suivi un peu plus tard (dont JUANDA) mais ils étaient triés sur le volet (joueurs pros essentiellement, appelés "strategic investors" par LEDERER, une idée de FERGUSON au départ)

- BITAR a été mis CEO (= PDG) dès le départ, car c'était un excellent ami de FERGUSON, sans pour autant ni avoir de bagage particulier (académique, etc.), ni d'expérience antérieure

- les propriétaires ne dirigeaient pas la société, un management était là pour ça.

- BITAR était loin de faire l'unanimité (PERRY edit : Perry FRIEDMAN et JUANDA ne l'appréciaient guère). Le journaliste cite même un ex-employé qui qualifie BITAR d' "illettré" ! Sic !

- le management pouvait s'opposer parfois aux propriétaires lorsque ces derniers essayaient d'influer sur la gestion de la société

- la séparation "comptes joueurs" / "comptes société" n'existait pas, et cela ne semblait guère gêner le régulateur à l'époque

EDIT IMPORTANT :

- tous les joueurs n'étaient pas favorables à une distribution de dividendes. En particulier FERGUSON, qui lui a toujours été contre, arguant que cela affaiblirait l'entreprise. LEDERER dit qu'aujourd'hui on se rend compte combien il avait raison. LEDERER précise que FERGUSON n'avait pas besoin de cet argent, qu'il a toujours vécu dans la même maison de 1500 sqft, et que ça n'était pas un gros dépensier. LEDERER affirme également qu'il ne faut pas voir les propriétaires de FTP comme des gens extrêmement cupides, ne pensant qu'à leurs dividendes.

Mon opinion :

- BITAR semble être un sacré bouffon (pour rester poli). Lorsque le journaliste demande à LEDERER ce qu'il en pense (au début de l'itw), LEDERER hésite et répond "Uhhhhhh... C'était un ami de Chris en fait...". Grosso modo : je veux pas le charger, mais il m'a pas fait grande impression ! Et c'est hallucinant qu'il soit qualifié d'illettré et de "uneducated" par des employés : c'est la 1ère fois que j'entends ça d'un dirigeant d'entreprise de cette taille !

- l'actionnariat de la société semblait dillué, d'où une absence de majorité pour virer BITAR qui déplaisait à beaucoup. Et qui plus est inexpérimenté : ça fleure bon l'amateurisme FTP lorsque l'on entend parler LEDERER. Et je ne pense pas que cela soit une tactique délibérée de sa part. Il n'a pas l'air de trop comprendre ni la compta', ni la finance (aux termes qu'il emploie ça ne trompe guère), et les autres semblent être un peu dans le même cas. IVEY qui est membre du board et qui ne répond même pas au tél' pour les réunions, c'est un peu "les pieds nickelés à l'assaut du CAC40" ! :) Donc dans ce cas de figure le management a les mains libres. Et si le PDG est nul...

Tout ça n'est peut-être que tactique de la part de LEDERER, mais il ne donne pas l'impression d'être le manager de l'année à l'entendre. Et je suis convaincu pour ma part que ça n'est pas délibéré. Et lorsqu'il dit que le déménagement à Dublin l'a fait un peu perdre le contact avec les équipes, là il me semble très crédible. De même pour la séparation "comptes joueurs" / "comptes société" : pour une industrie naissante, la régulation est toujours très faible, et les règles prudentielles inexistantes. Tout cela est cohérent.

Reste à l'entendre sur "pourquoi la compagnie a manqué de liquidités"....

Edited by Fishounet

Share this post


Link to post
Share on other sites

A l'écouter c'est un demeuré qui ne savait rien de ce qui se passait dans sa boite.

Dans son cas vaut mieux passer pour un demeuré que pour un escroc, c'est ce que ses avocats ont dû lui conseiller.

"Lederer s'est enrichi à l'insu de son plein gré".

Edited by lofuwa

Share this post


Link to post
Share on other sites

Résumé partie 2 :

- le vote de l'UIGEA (loi américaine condamnant le jeu en ligne), selon d'éminents avocats consultés, ne concernait pas le poker. Donc la société a décidé de rester implantée sur le territoire US.

- cette décision de rester sur le territoire US n'a pas nécessité de vote au sein du Board de FTP

- concernant les modes de paiement, un changement est intervenu en 2006. Mais on l'a toujours assuré à l'intérieur de la société que tout fonctionnait normalement ("transactions were transparent").

- selon lui FTP n'a pas investi dans des banques ayant besoin de capitaux pour qu'elles ferment les yeux sur les transactions qui étaient illégales au regard de la loi US

- LEDERER admet avoir reçu la demande d'un client qui souhaitait savoir si son argent était conservé "in trust" (compte séparé ?). LEDERER a demandé à son département financier de répondre à ce client. BITAR a signifié qu'on réponde au client que son argent était gardé dans des comptes séparés.

- LEDERER dit ensuite avoir demandé au département financier de FTP de produire un document montrant que le cash disponible couvrait les dettes envers les joueurs. Document visiblement difficile à produire car jamais demandé auparavant par le management (sic!!). Et même selon lui jamais exigé par le régulateur (même si LEDERER affirme qu'il ne gérait pas la relation avec les autorités de régulation et n'était pas au courant de leurs demandes).

- concernant un 2e email envoyé à un client stipulant la ségrégation des comptes (email a priori important dans le cadre de la procédure judiciaire), LEDERER dit ne pas être au courant.

- un peu plus tard BITAR envoie un email interne envoyé au "General Council" et à un mystérieux "CC1" (LEDERER a refusé de dire plus tôt au cours de l'itw s'il était ou pas "CC1") en disant "FTP n'est pas une banque et l'argent des joueurs ne sera jamais complètement en sécurité " ("will always be at risk"). Mais LEDERER prétend que BITAR voulait simplement dire par là qu'il existait un risque de saisie des comptes par le DOJ...

- LEDERER dit qu'il s'est assuré personnellement, avec ses connaissances certes limitées en comptabilité, de la véracité des rapports qui lui étaient présentés en travaillant avec les équipes du département financier

- en 2008, il quitte le management (LEDERER était juste en-dessous de BITAR visiblement...) mais reste au "Board des directors". En 2007, il avait décidé de travailler pour 1 an de plus, puis 2 ans, mais il n'en est pas sûr. LEDERER n'est même pas sûr d'avoir jamais eu de contrat officiel... (sic !) Le deal avec le board, lorsqu'il a annoncé son départ, était qu'il trouve un remplaçant crédible.

- après avoir parlé des soucis de politique interne (BITAR aurait-il été inquiet de voir LEDERER quitter le board pour être remplacé par ses ennemis jurés JUANDA et Perry FRIEDMAN qui auraient pu demander sa tête ?), LEDERER conclut en disant que son plus grand regret est que cette société ait été encore gérée à cette époque en se basant sur un mode de fonctionnement ("operating agreement") qui était conçu pour une startup et plus pour une société de cette taille. Et c'est leur "fainéantise" (ie à ne pas faire évoluer ce mode de fonctionnement) qui est à l'orgine de certains des soucis.

Mon opinion :

Partie beaucoup plus technique que la 1ère.

Là, il est largement moins clair dans ses explications, et semble botter en touche sur les sujets qui fâchent (notamment si le mystérieux "CC1" est bien lui ou pas...). On sent qu'il ne veut rien dire qui pourra être utilisé contre lui dans la procédure en cours, notamment au sujet des mails où le management de FTP ment ouvertement à ses clients et qui sont utilisés par le DOJ.

Qui plus est (et là c'est une faute du journaliste), son rôle au sein de la société et ses prérogatives sont très mal définis au cours de l'interview. A la fin est juste évoqué le fait que son remplaçant devrait être "just below Ray" (juste en-dessous du PDG), en gros n°2 du management; on peut donc en déduire que c'était le rôle de LEDERER. Auquel cas il était de sa responsabilité de contrôler cette fameuse couverture en cash des dettes envers les joueurs.

Il semble qui plus est hallucinant qu'il n'ait jamais été demandé au département financier, plus de 4 ou 5 ans après la création de la société, des états montrant que la couverture de ces dettes était assurée par les comptes de l'entreprise. Cela semble au mieux une faute grossière de management, et au pire un énorme mensonge ! Ensuite LEDERER affirme que ces états étaient produits, qu'il les considérait comme exacts, mais si on peut admettre qu'il ne soit pas un spécialiste des moyens de paiement (c'est un métier en soi, on est d'accord), lorsque l'on est n°2 de sa boîte on sait la vérité sur la santé financière de la société. Là il n'est pas net du tout.... Et l'épisode qu'il décrit où BITAR lui présente une lettre d'une banque stipulant que les transactions sont "transparent" et tout à fait légales ne joue pas en la faveur de la bonne foi de LEDERER : ce dernier, lorsqu'il le raconte, juge utile de préciser avant même que le journaliste ne le lui demande "Je ne me rappelle plus du nom de la banque...". Ben voyons !

Autant il était assez convaincant sur la 1ère partie, autant sur la 2nde, il joue sa carte perso en mentant fréquemment. Et prétendre, en étant n°2, qu'on n'est pas au courant des échanges avec les autorités de régulation, là faut juste pas prendre les gens pour des idiots... Ce point n'est juste PAS CREDIBLE !

Edit (précision) : "CC-1" et "CC-2" sont des noms de code utilisés dans la procédure judiciaire du DOJ US pour ne pas nommer 2 collaborateurs de Ray BITAR. Ces noms de code sont apparus dans l' "indictment" du DOJ concernant cette affaire. Voilà pourquoi LEDERER ne dit pas si c'est lui ou pas : il n'en a peut-être tout simplement pas le droit...

Un complément d'infos ici : http://onlinepokerreport.com/4276/who-are-cc-1-and-cc-2-in-the-superseding-bitar-indictment/

Edited by Fishounet

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×