Aller au contenu
Ce sujet
Blasko

Les crises de la dette

Messages recommandés

Arret sur images sur la dette avec Attali et Mélenchon

Si on fait abstraction de la colère de Mélenchon et qu'on écoute le fond, c'est intéressant.

On voit bien la différence entre un politique pour qui la solution est toujours extrêmement simple (on pointe un méchant du doigt) et l'économiste qui accepte la complexité du problème et étudie toutes les propositions (même si je suis pas forcément fan de ses solutions, au moins il envisage tous les aspects du problème).

cimer Melenchon qui s'en fout de la dette et veut augmenter les recettes...il est où le retour sur investissement si la fiscalité est insoutenable et que tout le monde se casse? Ah oui on va surtaxer les entreprises sans conséquence sur l'économie...les PME vont kiffer au passage.

cela dit je vois bien sa solution l'emporter quand il dit qu'on doit s'endetter auprès de la BCE, le "temps de se laisser de l'air" pour préparer calmement une stratégie. Ca permet aux dirigeants en place de sortir la tête haute, en expliquant à tout le monde qu'ils nous on sorti de la crise et que ça a "pas coûté un rond au contribuable" (sarko nous a déjà fait le coup après les subprimes)...évidemment après on fera rien obv.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Franchemenet qui peut croire que la France arrivera jamais à rembourser sa dettes ? Comment ça serait possible ,ça fait des décennies qu'on est en déficite, que le trou se creuse. Avant d'imaginer de boucher le trou faudrait peu-être arrêter de creuser. A l'origine on emprunter en se disant que la croissance du pays était supérieur aux taux d'intérêt et que donc c'était ev+, or c'est devenu faux depuis pas mal de temps. Les mec qui prêt à des pays en sachant qu'ils vont être remboursé par la levé d'un autre emprunt c'est comme s'ils jouaient aux chaises musicales, un jour la musique va s'arrêter et il y en a quelqu'un qui vont se retrouver sur le cul.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On trouve sur le net tout un tas d'articles sur 'comment réagissent les villes américaines surendettées ou proches de la faillite'. On y apprend parfois que les habitants nettoient eux même les rues et autres sanitaires. Et pour cause, il n'y a plus dans certaines de ces villes de service public.

J'ai pris au hasard un de ces articles. Imo pas le pire.

http://www.lefigaro.fr/international/2011/01/31/01003-20110131ARTFIG00730-camden-cite-americaine-en-faillite-et-livree-au-crime.php

Pour combler son déficit budgétaire, la deuxième ville la plus criminogène des États-Unis vient de licencier 45% de ses forces de police.

Pour faire face à des déficits budgétaires abyssaux, les municipalités américaines prennent des mesures de plus en plus drastiques. Mais aucune n'a autant défié la logique que Camden, considérée comme la deuxième ville la plus dangereuse des États-Unis. La cité de 79.000 habitants, située dans le New Jersey (Est), n'a pas trouvé de meilleure solution pour combler son découvert de 26 millions de dollars que de licencier près de la moitié de ses policiers le 18 janvier dernier: 168 sur 363 en tout, ainsi que 67 pompiers et 100 autres employés administratifs.

Depuis, la police a décidé de ne plus se déplacer pour des accidents de voiture sans blessés, des vols sans violence ou des actes de vandalisme. Dans une ville ravagée par la criminalité, les résidents se demandent si les choses peuvent encore empirer. Carlotta Mendez n'en doute pas. Cela faisait plus d'une décennie que cette femme officier de police patrouillait les rues avant de se retrouver au chômage le 18 janvier. Comme ses camarades, elle a rendu son insigne et son Smith & Wesson calibre 40 le cœur lourd. «C'est la vie de nos résidents que la Mairie a mise en jeu en nous licenciant. Les criminels vont en profiter pour reprendre le contrôle de la rue», lance-t-elle en colère. Carlotta accepte volontiers de montrer au visiteur les quartiers malfamés de Camden pour mieux prendre la mesure de la situation. À ses côtés, on découvre la face cachée de cette ville d'apparence très ordinaire. «Cette maison orange, au numéro 440, est infestée de dealers», dit-elle en fusillant du regard depuis sa voiture trois types postés devant. L'un d'eux la reconnaît et ordonne illico aux autres de déguerpir.

Des marchés de drogue quasiment à ciel ouvert - cocaïne, héroïne, crack - parsèment les quartiers comme les boulangeries à Paris. Défilent l'Elgin Diner, restaurant quatre fois cambriolé à main armée depuis un mois, une branche de la banque PNC cambriolée la semaine dernière, un appartement sur la 8e Rue où un jeune de 19 ans vient d'être arrêté pour le meurtre d'un policier. Le quartier le plus dangereux à Camden ? «Aucun, ils le sont tous à peu près autant, à part le centre touristique», répond Carlotta devant un carrefour qui fait office de frontière entre deux gangs. Vendredi dernier, une fille de 20 ans a pris une balle perdue à cet endroit. Elle est morte avant d'arriver à l'hôpital. Le magasin devant lequel elle se trouvait lorsqu'elle a été touchée appartient à un immigré sud-coréen venu poursuivre le «rêve américain» il y a vingt-trois ans. «C'est triste, à chaque fois qu'elle venait voir sa mère dans le quartier, elle passait chez nous. Quand ils ont tiré, elle venait juste de sortir d'ici», raconte Paul Kang, père de trois enfants. «Je n'aime pas trop les armes à feu, mais je songe à m'en acheter une si l'on doit se défendre seuls», poursuit-il.

Cercle vicieux

John Williamson, président du Fraternal Order of Police, le syndicat des policiers, estime que la criminalité chronique va de pair avec une pauvreté endémique. Plus de 40 % de la population, en majorité les Noirs et les Latinos, vivent en dessous du seuil de pauvreté (pour une moyenne nationale aux alentours de 17%). Du coup, Williamson prédit de graves conséquences au «dégraissage» de la police. «Qui va investir dans une ville où la sécurité n'est pas garantie ? Ce sera un cercle vicieux, on aura moins d'argent et la criminalité augmentera.» Pour pouvoir préserver les emplois des 168 policiers, le maire exigeait plus de 40% de réduction des salaires - un policier coûte en moyenne 217.000 dollars par an à la communauté, en salaires et avantages sociaux. Une demande refusée par les intéressés, qui ont proposé des compromis plus modestes. Les négociations continuent pour éventuellement reprendre quelques policiers à court terme.

Licencier ou augmenter les taxes, le choix des municipalités est en réalité restreint pour réduire leur déficit budgétaire. À Camden, la deuxième option est peu viable, les habitants étant trop pauvres pour payer plus d'impôts. Jusqu'à l'an dernier, le comté recevait 80% de son budget de l'État du New Jersey. Or, le nouveau gouverneur républicain, Chris Christie, pressenti par certains pour la présidentielle de 2012, a décrété une réduction drastique des subventions. Plusieurs villes américaines sont dans une situation similaire. Detroit, par exemple, va suspendre ses activités de police sur un cinquième de son territoire. Nombre de villes ont réduit leur force de 10%, mais personne n'avait osé aller jusqu'à 45%.

Pour Robyn Turner, professeur de sciences politiques à la Rutger University de Camden, la ville paie des années de mauvaise gestion. «D'une part, même si la Mairie licenciait tout son personnel hormis la police, elle n'arriverait pas à combler son déficit, car les policiers et les pompiers sont ceux qui lui coûtent le plus cher. De l'autre, il y a un vrai manque de transparence du pouvoir local, qui a laissé tomber ses citoyens depuis longtemps», di t-elle. Et les policiers ne sont pas tous des saints, précise-t-elle: «L'an dernier, 185 inculpations ont été annulées pour fabrication de preuves par des officiers corrompus, des dizaines de dealers de drogue ont été relâchés dans la nature.»

Pour Pete Perez, pompier au chômage, les conséquences des licenciements massifs se font déjà sentir. Quatre stations de pompiers ont été fermées, obligeant les secours à venir de loin. Récemment, une unité est arrivée trois minutes plus tard que la norme pour un incendie. «Je suis sûr que la victime aurait été brûlée moins gravement si la station plus proche n'avait pas été fermée.» La logique veut souvent qu'avec moins on fasse moins.

Modifié par jou0eur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon je vois que personne n'est capable de répondre a ma question qui pourtant me parait simple.

Je réitère donc en formulant autrement. Qui est ou qui sont les bénéficiaires de cette crise ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Stephane (nous avons le même prénom ;))mais je ne comprends pas, les banques n'étaient pas dans une situation critique ?

A la bourse, quand il y a des perdants, il y a forcement des gagnants, non ?

Qui sont ils ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ok tu vas sans doute me trouver lourd, mais qui était le bénéficiaire de ces dettes privées ?

Bref, a qui ils devaient la tune ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas certain que l'opposition privé/public puisse à elle seule expliquer les aléas de notre temps.

http://www.presseurop.eu/fr/content/article/289631-le-piree-porte-dentree-de-la-chine-en-europe

Avec la récente signature d’un contrat de concession à 3,3 milliards d’euros dans le port du Pirée, la Chine a commencé à établir ses positions en Europe. Le Daily Telegraph a enquêté sur la stratégie d’investissement de l’Empire du Milieu dans des économies européennes qui cherchent à sortir de la crise.

Golfis Yiannis demeure impassible sur le quai du port du Pirée, indifférent aux nuages de poussière que soulèvent des camions vrombissant ou au fracas des chariots élévateurs déchargeant d’immenses cargos. "C’est le nouveau Chinatown de l’Europe", lâche-t-il en pointant du doigt l’embarcadère à côté de lui. "Ce qui est sûr, c’est que nous avons vendu notre âme aux Chinois". L’embarcadère n°2, où Yiannis, 48 ans, travaille depuis 22 ans, est la copie conforme de l’embarcadère n°1, plus vaste, certes, mais flanqué des mêmes bateaux géants et recouvert des mêmes piles de conteneurs, semblables à d’énormes briques de Lego. Et pourtant, l’embarcadère n°1 est grec alors que l’embarcadère n°2 est chinois.

En juin, le géant public chinois Cosco a conclu un contrat de 3,3 milliards d’euros pour obtenir l’autorisation d’exploiter l’embarcadère n°2 pour les 35 prochaines années, s’engageant en échange à investir 564 millions d’euros dans la modernisation des équipements portuaires, la construction d’un troisième embarcadère et le quasi triplement de ses capacités de gestion des marchandises. Le port marchand, situé juste à côté de l’embarcadère où des milliers de touristes empruntent le ferry pour aller dans les îles, peut actuellement charger et décharger jusqu’à 1,8 million de conteneurs par an, soit 5 000 par jour.

La première strate d'une vaste stratégie d'implantation sur les marchés européens

Les investissements chinois dans le port du Pirée ne sont que la première strate d’une vaste stratégie d’implantation sur les marchés européens. A l’heure où certains pays comme l’Espagne, le Portugal et l’Irlande se débattent avec leur dette publique, la Chine lorgne sur ces opportunités d’investissement potentiellement irrésistibles. Ce mois-ci, un groupe d’entrepreneurs chinois espère obtenir l’autorisation de développer un projet de 48 millions d’euros à Athlone, dans le centre de l’Irlande, afin de construire un centre de production d’articles chinois comprenant des appartements, des écoles, des transports ferrés et des usines. Le projet prévoit de faire venir 2 000 travailleurs chinois pour ériger le site – déjà surnommé le "Pékin sur Shannon" – où devraient également travailler 8 000 Irlandais.

Le port du Pirée ne marque peut-être que le début des ambitions chinoises en Grèce. D’ici la fin de l’année, la Chine devrait faire une proposition conjointe avec une entreprise grecque afin de créer un centre logistique de 200 millions d’euros à Attica, non loin du port du Pirée, destiné à distribuer les produits venant de Chine vers la région des Balkans et le reste du continent. Les Chinois négocient également pour entrer au capital de la compagnie ferroviaire publique en difficulté. La position stratégique du port du Pirée, proche du Bosphore, en fait également une voie d’accès sur les pays de la mer Noire, l’Asie centrale et la Russie.

Si les Chinois se mêlent incontestablement des affaires grecques, leur présence physique n’en reste pas moins limitée. Dans le quartier immigré d’Omonia, en bas de la colline, où des supermarchés chinois vendent des bijoux en plastique d’un goût douteux, des produits pour la maison et des vêtements en nylon, les rares Chinois que l’on croise dans la rue affirment n’avoir jamais entendu parler de Cosco avant de prendre la poudre d’escampette. Dans les bureaux de Cosco surplombant le terminal passager des bateaux de croisière, les 45 membres du personnel expliquent que seul le président et le directeur financier sont chinois. Dans les bureaux du terminal portuaire, sur les 250 employés, seuls 10 cadres de l’administration et du management sont chinois.

Les Chinois n’en prennent pas moins leurs quartiers en Europe. Et à en juger par la masse de capitaux qu’ils détiennent, ainsi que leur soif d’ambition, il est probable qu’ils réussissent. Récemment interviewé par une chaîne de télévision grecque, le PDG de Cosco, Wei Jiafu, a déclaré : "Je suis venu redonner au port du Pirée sa position d’antan. J’espère en faire le port marchand le plus important de Méditerranée d’ici un an. Il y a un dicton en chinois qui dit : 'Construis le nid de l’aigle et l’aigle viendra'. Nous avons construit ce nid dans votre pays pour attirer les aigles chinois. C’est le cadeau de la Chine à la Grèce".

Modifié par jou0eur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation
Ok tu vas sans doute me trouver lourd, mais qui était le bénéficiaire de ces dettes privées ?

Bref, a qui ils devaient la tune ?

Les banques tant qu'elles sont repêchées sont les bénéficiaires des dettes privées et publiques puisque ce sont elles qui créent la monnaie et encaissent les intérêts.

Citation

Ou est passé la TUNE ?

Il est normal de se poser cette question simple mais il faut que tu comprennes qu'il n'y a pas un montant fixe d'argent en circulation. Il y a création perpétuelle d'argent sous forme de dette, parfois destruction comme pendant la crise de 29. A ce moment là tout le monde peut être perdant.

Modifié par flovvr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

quelle attitude ont adopté les usa durant cette crise de la dette européenne ?

Il serait temps en france de s'attacher à élire des dirigeants compétents.

Modifié par jou0eur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

put**n j'y crois pas, tout notre système économique est crée a partir de rien, nada, du vent. Les banques ont réussi a créer LA CARAMBOUILLE ultime.

Merci flovvr pour cette petite vidéo très instructive. Conclusion ? RÉVOLUTION !!!! non ?

Merci a vingt pour le liens qui ne fait que confirmer qu'on marche tous sur la tete.

Modifié par Moi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Maintenant que la dette privée est devenue une dette publique, les banques spéculent contre les dettes des etats.

Easy la finance

L'erreur est imo de penser que toutes ces banques sont indépendantes ou privées.

citigroup.

Modifié par jou0eur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si je peux me permettre de dire ma pensée sur la chose.

Pour la Grèce la situation est critique, et je pense que ça ne risque pas de s'améliorer, ça va tier l'EU vers le bas, même si les marchés ne semble pas penser comme moi, et que la réunion d'hier à était plutôt bien acceuillit, ou mal anticipé.

Pour ce qui est de la France, on est certe endetté, mais toujours l'un des pays les plus stables de l'union européen et monétaire, il faut pas critiquer la dette comme ça je pense :

_L'Etat ce n'est pas un ménage, qui fait un crédit pour un TV et qui en cas de chômage revendra sa TV pour pour éponger ses dettes; ainsi l'Etat n'a pas d'actif cédable comme pourrait l'avoir une entreprise, ou un particulier en gros l'Etat ne peut pas vendre ses biens ou très peu en vendant de l'immobilier publique.

Le point important alors, c'est de savoir qu'en est-il de la dette, a t'elle oui ou non était bien investit, il faut se rappeler que la dette permet de dégager des recettes futurs, et si imaginons l'Etat français s'est endetté , en investissent donc en reprenant l'investissement privée touché par la crise, il va un jour tirer les bénéfices de ces investissements. Donc si l'Etat à bien fait les choses, et pas dépenser à tord et à travers, à moyen terme et long terme, la question de la dette ne devrait pas être un problème.

En revanche, en cas de dépense publique de fonctionnement trop important au regard des dépenses publique d'investissement, là effectivment ça sera difficile à gérrer.

Modifié par diego45

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

quelle attitude ont adopté les usa durant cette crise de la dette européenne ?

Il serait temps en france de s'attacher à élire des dirigeants compétents.

Les USA se soucit peu des problèmes de dette en europe, ils ont déjà pas mal de problème à regler de leur problème leurs indicateurs ne sont pas très bon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La fameuse vidéo sur l'argent dette explique très bien tout ça :

J'ai regardé les 7 première minutes

Pour l'instant, je dirais que c'est de la non information, c'est tellement mauvais, l'histoire du début n'est autre qu'une pyramide de Ponzi , mise en place au début du 20éme siécle.

Je regarderais la suite voir si elle apporte plus d'intérêt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les USA se soucit peu des problèmes de dette en europe, ils ont déjà pas mal de problème à regler de leur problème leurs indicateurs ne sont pas très bon.

J'en doute énormément. Y'a pas mal d'argent à gagner quand même. Et de l'argent à cette heure les ricains en ont bien besoin.

Modifié par jou0eur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'en doute énormément. Y'a pas mal d'argent à gagner quand même. Et de l'argent à cette heure les ricains en ont bien besoin.

A croire que non, comme ils font rien ...

Ils se contentent d'acheter de la dette de nos pays, et les fond de pension continu d'investir, je vois mal le gouvernement américain demander à pouvoir intervenir en europe :engueule:

Et comme tu dis ils ont bien besoin d'argent, les Américain c'est rarement le genre à aider les autres au détriment de leur nation...

Modifié par diego45

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A croire que non, comme ils font rien ...

Ils se contentent d'acheter de la dette de nos pays, et les fond de pension continu d'investir, je vois mal le gouvernement américain demander à pouvoir intervenir en europe :engueule:

Et comme tu dis ils ont bien besoin d'argent, les Américain c'est rarement le genre à aider les autres au détriment de leur nation...

J'ai jamais dit qu'ils nous aidaient. Je pense au contraire qu'ils avaient énormément à gagner à mettre la pression sur nous. Citigroup a été épinglé en avril pour ca. Et quand je vois les valeurs des banques américaines aujourd'hui alors même qu'on nous explique qu'elles sont peu exposées. Je me pose certaines questions.

Le timing semble idéal.

Globalement, quand tu reprends tout le bordel qui nous a mené à la situation présente. Tu te rends compte que quasi tout le monde avait intéret à nous la mettre profond.

Modifié par jou0eur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

put**n j'y crois pas, tout notre système économique est crée a partir de rien, nada, du vent. Les banques ont réussi a créer LA CARAMBOUILLE ultime.

Merci flovvr pour cette petite vidéo très instructive. Conclusion ? RÉVOLUTION !!!! non ?

Révolution pour faire quoi ?

quelle attitude ont adopté les usa durant cette crise de la dette européenne ?

Il serait temps en france de s'attacher à élire des dirigeants compétents.

Qui est compétent ? Si on avait du élire le meilleur joueur de poker au monde en France en 2003 ça aurait été kif kif entre Patrick Bruel et Chris Moneymaker. Pour la politique c'est pareil, on élit les personnalités qui tiennent les propos les plus lénifiant. Au poker les joueurs peuvent s'affronter et au bout d'un moment il devient évident que certains sont meilleurs que d'autre, alors que lorsqu'il s'agit de juger de résultats économiques, les responsables nous jettent de la poudre au yeux en invoquant la variance ou en truquant les chiffres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

English
Retour en haut de page
×