Aller au contenu
Ce sujet
maxtamines

Continuation bet : à faire à bon escient

Messages recommandés

News

Le continuation bet, arme redoutable des road gamblers d'antan, est aujourd'hui banalisé. Vous vous en servez, c'est certain, mais en faites-vous bon usage ? Choisissez-vous bien les occasions de miser au flop quand vous avez relancé preflop ? Laissez Max vous guider dans les méandres des flops à CB ou à ne pas CB.

[...] Lire la suite…




William S. s'est posé la question il y a bien longtemps

Modifié par maxtamines

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'article est vraiment extra, j'ai adoré.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, j'aurait 2 petites questions:

1- Tu dis qu'il devient mauvais quand on a pas de showdown value de faire un cbet sur un flop qui contient dux cartes de même couleurs. A 2 joueurs dans un coup est-ce si important que çà nous pousse à cheker any two face à un joueur qui jettera s'il n'a ni paires ni tirage flush.

2- Y a-t-il des situations qui justifient un bluff pure sur un flop monocolor et ayant de nombreuses possibilités de tirage quinte? Quand par exemple vous connaissez vilain comme êtant agressif en général et sur ses tirages et qu'il chek. J'ai tendance à identifier çà comme êtant un malaise vis à vis du flop et à bluffer plus souvent (pas trop en cbet mais plus si vilain est l'or)

Modifié par vivaespagna

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bon article, la seule chose qui lui manque est je pense l'adaptation aux ranges adverses et la nécessité d'établir des plans multi streets (les deux ont été discutés mais prennent trop peu de place dans l'article imo et sont parfois un peu trop dissociés des autres facteurs qui entrent en compte dans la prise de décision).

Dans les plus je trouve que tout ce qui a trait aux maths est bien expliqué de manière simple et très bien mis en relation avec le jeu, et aussi que la nécessité de fonctionner en termes de range et d'équité est très bien mise en avant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bon article, la seule chose qui lui manque est je pense l'adaptation aux ranges adverses et la nécessité d'établir des plans multi streets (les deux ont été discutés mais prennent trop peu de place dans l'article imo et sont parfois un peu trop dissociés des autres facteurs qui entrent en compte dans la prise de décision).

Dans les plus je trouve que tout ce qui a trait aux maths est bien expliqué de manière simple et très bien mis en relation avec le jeu, et aussi que la nécessité de fonctionner en termes de range et d'équité est très bien mise en avant.

Maxtamines, tu peux mourir tranquille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, j'aurait 2 petites questions:

1- Tu dis qu'il devient mauvais quand on a pas de showdown value de faire un cbet sur un flop qui contient dux cartes de même couleurs. A 2 joueurs dans un coup est-ce si important que çà nous pousse à cheker any two face à un joueur qui jettera s'il n'a ni paires ni tirage flush.

2- Y a-t-il des situations qui justifient un bluff pure sur un flop monocolor et ayant de nombreuses possibilités de tirage quinte? Quand par exemple vous connaissez vilain comme êtant agressif en général et sur ses tirages et qu'il chek. J'ai tendance à identifier çà comme êtant un malaise vis à vis du flop et à bluffer plus souvent (pas trop en cbet mais plus si vilain est l'or)

1- Un peu ce dont je parle dans ma réponse précédente mais je pense que c'est extrêmement dépendant de la texture du flop et du joueur, et même de ta main. KQ sur A57 2 tones est souvent un bon cbet contre un joueur un peu lose préflop (encore mieux avec un backdoor flush draw) parce qu'on a de l'équité contre les paires de vilain et des cartes qu'on va pouvoir bluff comme les T ou les J qui vont nous donner de l'équité tout en rajoutant des overcards face à une grande partie des paires de vilain. En revanche contre un joueur plutôt standard, cbet 67s sur JT5 2 tones va rarement être profitable parce que notre équité contre la range de call est quasi nulle, et qu'on a en plus assez peu de fold equity (le %age de main qui miss totalement ce flop dans la range de l'adversaire est assez faible).

2- C'est souvent peu recommandé de faire des gros bluffs sans équité, il y a deux cas où ça peut être bon : soit l'adversaire est particulièrement weak dans ce spot et fold beaucoup trop, soit il cbet trop ces flops et dans ce cas sa hand range est trop faible en général pour contrer efficacement ton bluff. Simplement le fait de jouer avec ton équité est aussi une manière d'équilibrer ton jeu : si tu bluff 75% du temps quand il cbet, tu vas vite voir une adaptation en face, donc autant ne le faire que 25% (les chiffres sont totalement arbitraires) et quitte à choisir 25% des mains autant prendre des mains qui ont de l'équité (c'est obv bien plus compliqué que de prendre le top 25% de ta range et de le check raise parce qu'il y a des mains qui jouent mieux en check call et qu'on veut de toute façon check call avec des bonnes mains de temps en temps pour protéger nos ranges mais c'est un concept général qui est en général rarement mauvais à suivre).

ps : j'espère qu'op ne m'en veut de répondre à sa place si tu as des corrections/précisions hésite pas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me joins au concert de louanges (et ne peux m'empêcher de me demander si c'est moi qui suis cité dans la légende?). Très, très bon article.

Juste un point :

Une fois que l'on ne fait plus de grossières erreurs au turn ni à la river, nos gains vont majoritairement dépendre de notre facon de jouer au flop, et particulièrement dans le cas ou nous sommes le relanceur preflop.

Ça c'est une mauvaise vision des choses je pense. Je suis intimement convaincu qu'il est possible d'être gagnant avec un éventail bien large de stratégies au flop (aussi bien en termes de sizings qu'en termes de fréquences). Il y a quelques adversaires contre qui je C-bet très peu (quelque chose comme 7%), et durrrr est réputé pour ça également (moins violemment bien sûr). Ce qui compte réellement, comme l'a mentionné chob, c'est 1) l'assurance que les deux ranges soient équilibrées ce qui empêche d'être exploité; et 2) le chaînage des différentes lignes avec le turn et la river. Et quand bien même on ne ferait plus de "grossières erreurs" au turn ou à la river, il y a encore énormément à gagner à y faire des plays "grossièrement EV+".

Quand tu dis...

Si on fait des erreurs à la river, on le saura très vite et avec l'expérience on va apprendre à prendre les bonnes décisions river.

... C'est vrai pour de mauvais calls dans des spots où on est toujours battu. C'est déjà plus discutable pour des mauvais folds (il va falloir faire des calls avec des mains fortes et se rendre compte qu'il y a air en face plus souvent qu'on ne le pensait). Et c'est beaucoup plus limite pour une erreur comme un range de check-raise river complètement déséquilibré ou inexistant.

Modifié par Ragnarok1er

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je tiens à remercier Dudley pour son dessin, tout de même.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super article! Je suis pas certain d'avoir tout compris, c'est donc que j'ai encore pas mal de boulot 8^;-) . Moi en micro-limites je CB presque 100%, mais je me suis bien rendu compte que ce n'était pas optimal °( ...

Quand on entend dire que le poker est un jeu de hasard... et qu'il n'y a pas besoin de compétences particulières :yahoo: , suffit de renvoyer vers cet article!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi on fait un Cbet à 2/3 du pot alors que si on mise 1/2 du pot on a le meme effet? --> le joueur n'a rien et fold ( à part qu'il veuille float, ou bluff) ou le joueur à quelque chose et reste dans le coup

Parce que notre range de CB sur board dry ne comporte pas que des bluffs. Quand on CB sur board dry, on a des bluff et une range de value. On choisit donc une taille de CB qui permet que nos bluff ne coutent pas trop cher mais qui permet de construire le pot pour les cas ou on est en value. Perso, je fais même 70% sur board dry contre 75% sur board drawy.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Parce que notre range de CB sur board dry ne comporte pas que des bluffs. Quand on CB sur board dry, on a des bluff et une range de value. On choisit donc une taille de CB qui permet que nos bluff ne coutent pas trop cher mais qui permet de construire le pot pour les cas ou on est en value. Perso, je fais même 70% sur board dry contre 75% sur board drawy.

Ah génial. merci beaucoup !! Mais si je raise en semi bluff genre avec une main à potentiel. le CB doit-il etre pareil de 70% du pot?

En tout cas merci maxtamines,je me demandais depuis que je joue au poker pourquoi ne pas mettre la moitié ;) +1 pour toi !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

Cet article est très instructif. Merci à son auteur :)

J'ai une question à vous poser, car je ne comprends pas bien le conseil suivant.

Dans l'article, il s'agit d'un paramètre secondaire à prendre en compte dans la décision de c-bet ou non :

"Votre range perçue : quand vous faites un continuation bet sur 8 5 2 arc-en-ciel, votre adversaire va beaucoup moins souvent vous voir avec 2 overcards si vous êtes UTG que si vous êtes au bouton"

Sur les conseils d'ArtPlay (son e-book sur le CG en micro-limites) qui m'ont permis d'être un joueur largement gagnant en NL4 et donc de monter en NL10 (où tout se passe bien pour l'instant) je suis un plan de jeu strict et, sauf exception due à un contexte particulier, je n'ouvre pre-flop (relance 3,5x BB) qu'avec les mains suivantes :

UTG: AJo, ATs, KQo, KQs, 22+.

Bouton : UTG + A2o+, K7s+, Q9s+, 67s+, 9To

Sur un flop arc-en-ciel comme celui donné ci-dessus (8 5 2), je vais c-bet 70%-75% du temps (sauf si je ne touche pas mon flop et que je me retrouve dans un pot à plusieurs avec derrière moi des calling station notoires), que je sois UTG ou au bouton. Considérant cela, il est plus probable que j'ai des overcards en étant UTG qu'en étant au bouton, vu que ma range est plus serrée UTG.

D'où la contradiction avec le passage cité plus haut. Pourquoi dis-tu que mon adversaire est plus susceptible de me voir avec 2 overcards quand je c-bet au bouton ? J'aurais tendance à penser le contraire, vu qu'on relance souvent avec une main plus marginale au bouton quand personne n'a ouvert le pot.

Ca me titille !

Modifié par GreenBicycle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai fait un abus de language. Je voulais dire que notre adversaire va plus souvent penser que l'on a pas touché ce flop quand on est au bouton que quand on est UTG.

Vu que le flop est bas, j'ai utilisé une expression qui laisse à penser que chaque fois qu'on a pas touché, on a 2 overcard, ce qui n'est bien sur pas vrai tout le temps (mais presque :-p).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

English
Retour en haut de page
×