Jump to content
This Topic
deaven

Le WTF !?! Oo thread

Recommended Posts

La police sud-africaine a arrêté un homme de 42 ans qui gardait dans son portefeuille le sexe de son neveu disparu quelques jours plus tôt dans le sud-est du pays, a indiqué un porte-parole jeudi.

Soupçonnant que l'homme savait quelque chose sur son neveu âgé de 18 ans, disparu depuis quatre jours, des policiers l'ont interpellé mercredi.

Il a conduit les agents dans un bois proche de la ville de Ngcobo où "nous avons trouvé que les mains, la tête et les jambes étaient séparées du corps, et ensuite nous avons retrouvé les parties intimes dans son portefeuille", a expliqué le porte-parole provincial de la police, sans préciser si on suspectait un crime de sorcellerie.

Le porte-parole s'est refusé à préciser la taille du portefeuille, mais a relevé que l'homme serait inculpé pour assassinat.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Une mère qui rasait la tête et les sourcils de son fils pour faire croire qu'il avait un cancer, afin d'empocher des allocations, a été condamnée à trois ans et neuf mois de prison mardi au Royaume-Uni.

La femme, dont l'identité n'a pas été révélée afin de préserver l'anonymat de l'enfant, obligeait ce dernier à porter un bandana et l'envoyait à l'école en fauteuil roulant, ce qui lui a valu des moqueries de ses camarades de classe.

Elle avait aussi falsifié des documents médicaux de médecins pour faire croire que son fils prenait des médicaments. Grâce à son stratagème, elle a réussi à empocher 85.000 livres (106.000 euros) d'allocations qui lui ont permis de se rendre en Floride, où elle a insisté pour que son fils se déplace là aussi en chaise roulante afin de couper les files d'attente. La jeune femme, qui avait posté sur sa page Facebook que son enfant avait un cancer, avait aussi obtenu une voiture pour le transporter.

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est un procès très particulier qui se tient à partir de mercredi et pour trois jours devant la cour d'assises d'appel de la Somme. C'est un euphémisme. Sur le banc des accusés : un homme accusé de viol aggravé sur ses filles, qui assurent qu'elles consentaient à ces rapports sexuels et dont l'une vit aujourd'hui en concubinage avec son père, dont elle a eu un enfant.

Jugée en même temps que son ex-mari, la mère des filles, aujourd'hui âgées de 29 et 31 ans, pour complicité de viol aggravé sur mineur de 15 ans et non-dénonciation. Lors du jugement en première instance devant la cour d'assises de l'Oise, en mai 2011, le père avait été condamné à huit ans de prison, la mère à cinq ans, sans mandat de dépôt.

La justice "est-elle là pour dire le droit ou la morale ?"

Les relations sexuelles avaient commencé à l'adolescence des deux filles, qui "revendiquent aujourd'hui leur consentement et leur amour pour leur père", a expliqué à l'AFP Me Florence Danne-Thiefine, l'avocate de la mère. Selon Me Hubert Delarue, l'avocat du père, les jeunes filles étaient âgées de plus de 15 ans lorsque les rapports sexuels ont débuté, ce qui aurait dû aboutir à un délit de corruption de mineur, jugé en correctionnelle. "La particularité de ce procès est que les parties civiles sont à l'unisson de (l'accusé)", selon Me Delarue, qui estime que "la justice n'a pas compris le fonctionnement de cette famille." Il s'agit d'un cas "surprenant, décoiffant", de "confusion totale des genres", mais la justice "est-elle là pour dire le droit ou la morale ?", interroge l'avocat. Les filles se sont portées partie civile "pour pouvoir assister au procès, pour qu'on ne les prive pas de leur vérité", selon Me Delarue.

La famille fonctionnait "de manière autarcique, comme un phalanstère post soixante-huitard, avec une très grande proximité des uns vis-à-vis des autres, c'était un peu le grand n'importe-quoi", décrit l'avocat. Sans problèmes d'alcoolisme ou de violence conjugale, la famille vivait dans un "contexte social tout à fait confortable, avec un chef de famille extrêmement intelligent, qui gagne très bien sa vie à l'époque, dans une magnifique propriété aux alentours de Compiègne", assure Me Florence Danne-Thiefine, l'avocate de la mère. Le grain de sable est venu de l'une des filles, qui s'est épanchée auprès d'une connaissance, laquelle a écrit une lettre en son nom, qui a déclenché une enquête.

La mère s'est depuis éloignée du reste de la famille, qui compte trois autres enfants. "Depuis le début du dossier", l'ex-épouse estime qu'elle doit être condamnée pour les faits qui lui sont reprochés, selon son avocate. "Elle n'explique pas forcément comment ça a commencé, pourquoi ou comment, elle en est intellectuellement incapable, (...) mais avec le recul, elle a bien compris que tout était complètement vicié", avance Me Danne Thiefine. Le procès se tiendra probablement à huis-clos, pour "protéger" l'enfant qu'ont eu le père et sa fille, selon Me Delarue.

:/8

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×