Jump to content
This Topic
Blasko

Films de science-fiction

Recommended Posts

Et c'est quoi le nom de ces romans stp?

  • Le Guide du voyageur galactique (1979)
  • Le Dernier Restaurant avant la fin du monde (1980)
  • La Vie, l'Univers et le Reste (1982)
  • Salut, et encore merci pour le poisson (1984)
  • Globalement inoffensive (1992)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ca fait mal cette adaptation faiblarde alors que la série de roman est culte. :(

Trop wild pour être adapté imo.

Adapter douglas adams fallait oser c'est clair. D'autant que le film est sorti en meme temps que starwars :D

Mes deux potes ont dormis, j'etais le seul à rire dans une salle à moitié pleine. :D

Je trouve le film réussi perso, sans plus.

voilà.

Edited by jou0eur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai pas du tout aimer Vanilla Sky, c'est plus un film psychologique qu'un film SF. C'est seulement à la fin que le film prends une tournure SF. Le film a recu beaucoup de bonnes critiques, il est vrai que le film est bien monté, les acteurs jouent plutot bien, Penélope Cruz et Cameron Diaz sont a cracké. Je n'ai pas vu l'original, certains disent qu'il est meilleurs que le remake qu'est Vanilla Sky, "Ouvre les Yeux" film espagnol. à voir ...

Par contre, je n'ai pas du tout aimé la tournure du film, à commencer que ce n'est pas vraiment agréable de vivre les délires schizophréniques de David Helms (Tom Cruise), très violent phychiquement d'ailleurs, ca doit etre horrible de vivre ce genre de psychose, car elle existe belle et bien. Qui plus est, la moral insidieuse de la fin de ce film m'est scandaleuse : les schizophrénes n'ont qu'à se suicider pour se libérer de leur douleur, un precept cher à la scientologie qui nous dis qu'il faut éliminer les "défaillants" et ne garder que les sains d'esprits pour le bien de l'humanité ...

Tom Cruise, en tant que coproducteur de ce film, est une personne importante au sein de la scientologie et à fait beaucoup pour cette religion qui le lui rend bien ($$). Il y joue un grand role de propagande scientologue, sur de la population mondiale, à travers les films dans lesquels il joue. Enfin bon le lien de la scientologie avec ce film et la moral qu'il y prone ne me convienent pas. Ce qui n'empeche pas que le film reste de qualité acceptable.

Sinon dans le genre schizophrénie où l'on se mets dans la peau du personnage, il y a "Un homme d'exception" (A Beautiful Mind) de Ron Howard (et non ron Hubbard le créateur de la scientologie lol). Ce film présente d'autre forme de délires schizophréniques. Il y a beaucoup moins de moyen que Vanilla Sky, mais la morale qui m'est chere, vous l'aurez compris, y est beaucoup plus saine. On y sort beaucoup moins traumatisé et beaucoup plus compréhensif par rapport à ce qu'est la schizophrénie. Film à voir, tout aussi interessant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je n'ai pas du tout aimer Vanilla Sky, c'est plus un film psychologique qu'un film SF.

vanilla sky est une m**de sans nom repompée d'un excellent film espagnol ("ouvre les yeux")

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vu en dvd, il a été réédité il y a pas longtemps. C'est un thème inhabituel pour Fassbinder, mais on reconnaît tout de suite son style visuel et torturé. Rien à voir avec Inception ou Matrix.

_le_monde_sur_le_fil_06_c_wdr_-_rwff._tous_droits_reserves.jpg

article-le-monde-sur-le-fil-4.jpg

Faut trouver le temps de le voir ceci dit, il dure 3h20.

Edited by forrest

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon Total Recall qui mérite d'être cité et pourtout oublié jusque là

Y a un remake en préparation apparement avec Colin Farrel. Enfin ça serait plus une adaptation de la nouvelle de K.Dick qu'un remake pur et dur de total recall.

Sinon pour rester dans le thread.

18907564.jpg

"TIMECRIMES"

Film de sf à petit budget espagnol.

Film sur les paradoxes temporels, c'est trés sympathique avec un scénario bien travaillé, d'ailleurs c'est le principal atout de ce film qui ressemble à un épisode grand luxe d' "au delà du réel".

A voir pour les amateurs du genre.

Edited by leratlouche

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne sais pas si vous avez déjà vu cette critique de Christophe Honoré sur Starship Troopers, que j'adore ? :

"J'aimerais parfois être un cinéphile sans mémoire. J'aimerais mais bon, je ne suis pas dupe. Je n'ignore pas que ce sont les films vus qui font mon regard sur les films à voir, à l'image d'une pratique sexuelle où les «suivants» sont envisagés selon les gestes volés aux «précédents» ; je n'échappe pas à la transmission. Je suis un spectateur expérimenté.

Starship Troopers n'est pas un film destiné aux spectateurs expérimentés. Il a été élaboré juste pour faire un maximum d'entrées auprès de jeunes Américains pendant un week-end de vacances, des puceaux accros aux jeux vidéo qui entrent dans une salle comme ils se mettent aux manettes d'un Doom-like, avec pour seul objectif de voir bousiller tout ce qui apparaît dans leur champ visuel. Starship Troopers a fait un carton le premier week-end de sa sortie, puis les entrées ont chuté. Qu'importe, un week-end a suffi pour rentabiliser le film. Et je ne peux pas m'empêcher de trouver ça presque émouvant, cette idée qu'un film puisse exister uniquement pour ramasser de l'argent en deux jours aux Etats-Unis. Voir aujourd'hui le film, sur un écran à Paris, est un malentendu. Une indiscrétion. Une malveillance. Et surtout, pourquoi le taire ? un profond bonheur. Je mens. Le bonheur n'a rien à voir là-dedans. La jouissance, si.

Un flash d'information nous apprend que des araignées géantes menacent l’harmonie géopolitique de l'univers puis, dans une classe, un garçon et une fille s'échangent des messages via les écrans de leurs ordinateurs. Le visage du garçon se dessine à côté de celui de la fille, le garçon s’approche, la fille sourit, le garçon s'approche, la fille fait alors une bulle avec son chewing-gum, la bulle éclate à la gueule du garçon. Le film n’a pas débuté depuis cinq minutes qu'il a déjà tout raconté. Les acteurs sont donc des jouets, présentés comme tels, et non comme des personnages. […] Ils ne sont ni plus ni moins humains que les araignées géantes, plutôt même moins. Ainsi, lorsqu’à la fin du film, poursuivant le projet de tout dessaper, la bête informe est douée d’intelligence, est exhibée. […] Un médium s’approche d’elle et déclare comme une victoire : “Elle est effrayée”. Ce sentiment tremblant, la peur d’être vu, revient donc à une image de synthèse et non aux acteurs. Le seul petit reste d’humanité émerge d’une marionnette. Je peux donc sortir de la salle sans être honteux, car si j'ai bel et bien joui de la torture de corps à visage humain, cette ultime réplique vient me confirmer qu'il ne s'agissait là que d'une illusion d'optique. Les corps en question n'existaient pas. De la pure virtualité. Les ados américains ne se trompent jamais : ce film est bien à prendre comme un jeu vidéo, point. Que moi, je le considère plutôt comme un cédérom pornographique n'est qu'une joyeuse perversion de ma part."

Christophe Honoré - Les Cahiers Du Cinéma n°523

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

English
Retour en haut de page
×