Aller au contenu
Statuts

FloFlo M.

Reporter Poker
  • Messages

    4 648
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    22

Tout ce qui a été posté par FloFlo M.

  1. Coverage EPT Sochi 2019 par PokerStars

    Une longue bulle, un trio français et encore de la neige C'est une bulle excitante à laquelle on a assisté en cette fin de Jour 2 du Main Event de l'European Poker Tour Sochi 2019. Il a fallu près d'un niveau entier pour connaitre les 111 joueurs In The Money. J'ai commencé par faire un point sur les tapis de nos 3 Français encore en lice. Avec 8 blindes, Cyril Morisset était celui le plus en danger, suivi de Bertrand Ciaglo (10 blindes) et Romain Berger (15 blindes) alors que le tableau d'affichage notait 114 restants. Mais les trois rescapés du clan tricolore pouvaient compter sur de très nombreux shortstack dont le Team Pro PS online Mikhail Shalamov. Alors que la technique du stalling (prendre beaucoup de temps avant de fold) était appliquée sur la majorité des tables, les deux salles dédiées au Main Event s'apprêtaient à passer en modalité main par main à 112 restants. Assis à la droite de Romain Berger, Artur Martirosyan (photo) se retrouvait en très mauvaise posture, avec un seul jeton de 1 000 restant une fois ses blindes posées. Mais dans la salle du théâtre, on assistait à deux all-in and call. Enfin "assistait". Je vous fais le topo : le directeur du tournoi Toby Stone, la presse et l'équipe du streaming étaient réunis dans la salle principale lorsque l'on apprend qu'un premier all-in and call a été entendu dans la salle du théâtre. Tout ce petit monde s'y rend donc, mais ce n'est pas à côté, il faut emprunter deux couloirs différents pour y arriver. Une fois sur place, une foule compacte est dispatchée autour de la première table, les mains sont dévoilées, les Rois pour le shortstack contre les Dames, le board amène une couleur pour un partage. Que fait-on alors ? Direction de nouveau la salle principale, au pas de course pour une nouvelle main distribuée. Oui mais voilà, c'est encore du côté du théâtre que les tapis ont volé. Rebelote donc avec un nouveau ballet de floors, journalistes et cameramen se pressant dans les couloirs. Le shortstack doublait avec As-Roi contre Valet-10 et c'était reparti pour une marche rapide dans l'autre sens. Assez comique vu de l’extérieur je pense. Bertrand Ciaglo toujours en course Bref, on se demandait si l'homme au jeton unique allait s'en sortir lorsqu'un croupier nous alertait sur une situation de 3-way all-in. Avec 16 000 devant lui, l'Autrichien Klaus Haunschmidt se retrouvait en danger alors qu'un board était dévoilé. Sa paire de 9 se révélait insuffisante face à la couleur d'un de ses adversaires et l'on tenait notre bubble boy. Plus de 5 000 euros assurés pour nos Français Nos trois Français atteignaient donc l'argent, en souffrant certes, mais en transformant leur investissement de 15 euros sur un Spin&Go en un billet d'au moins 5 000 euros ! Si Artur "one chip one chair" Martirosyan rendait les armes juste après l'éclatement de la bulle, Cyril Morisset trouvait un triple up salvateur. Et c'est à sa rencontre que je partais à la fin de la journée. "Ma qualification est assez insolite, m'expliquait le joueur originaire de La Rochelle et désormais résident à la frontière suisse. Elle remonte à une journée de janvier. Il neigeait ce jour-là et n'ayant pas de pneus neige sur ma voiture, je suis rentré plus tôt que prévu chez moi. Cela faisait bien 10 ans que je n'avais pas ouvert PokerStars, je me suis recréé un compte, j'ai déposé 25 euros et puis j'ai commencé à jouer des Spin&Go. Je monte à 90 euros comme ça, puis je lance un 15 euros, je le gagne et à ma grande surprise, je ne reçois pas d'argent sur mon compte. Je me dis que j'ai dû gagner des goodies, casquette, tee-shirt etc, comme on voit sur les publicités à la télé. J'écris donc à PokerStars avant de voir 470 euros s'afficher sur mon lobby. J'envoie de nouveau un mail en expliquant qu'il y a dû avoir un bug avec ma carte de crédit. Je reçois alors une réponse en anglais et je comprends enfin ce qu'il se passe. Les semaines qui ont suivi, j'en ai discuté longtemps avec ma femme Gwen avant de prendre la décision de venir à Sochi. Elle ne souhaitait pas m'accompagner par peur de s'ennuyer mais depuis que je suis là, elle est ma première supportrice !" Alors Gwen, on espère que ton homme va aller le plus loin possible dans ce tournoi pour que tu puisses vibrer à distance avec lui et on suivra sa progression, tout comme celle de nos deux autres Français toujours en lice dès demain, pour le Jour 3 de l'épreuve. Il leur faudra sortir de la zone rouge dans laquelle ils sont actuellement, en dessous des 15 blindes. Les 3 Français toujours en lice Bertrand Ciaglo 72 000 Romain Berger 70 000 Cyril Morisset 60 000 Déjà chipleader à l'entame de la journée, le Russe Aleksandr Denisov a conclu cette journée en tête avec plus d'un million de jetons. Il a notamment éliminé le Team Pro PS online Mikhail Shalamov dans les toutes dernières mains de la journée. Le vainqueur russe de l'an passé Arseniy Karmatskiy est toujours en lice. Retrouvez le seatdraw et chipcount complet pour le Jour 3. Reprise mercredi 27 mars à midi Niveau 16, blindes 2 500/5 000 ante BB 5 000 Moyenne 217 500 100 restants / 758 entrants
  2. Rendez-vous en terre inconnue Pour la deuxième fois de son histoire, l'European Poker Tour a rendez-vous à Sochi, station balnéaire russe prisée du pays et mondialement connue depuis les Jeux Olympiques d'hiver de 2014. Située au Nord-Est de la Mer Noire, la ville de Sochi tranche avec l'image froide de la Russie grâce à un climat océanique chaud et une activité économique et touristique développée. Ainsi, nombreuses sont les manifestations sportives à s'y dérouler, tel le Grand Prix de Formule 1 de Russie ou encore des matchs de la Coupe du Monde de football 2018. Et le poker n'est pas en reste avec la recrudescence de grands événements dont l'European Poker Tour by PokerStars en apothéose. Preuve de la vivacité du poker russe à l'échelle mondiale. Alors, lorsque @WebMaster m'a proposé d'aller couvrir l'événement, je peux vous dire que j'avais hâte de découvrir le Saint-Tropez russe. Oui mais voilà, de Sochi, l'EPT ne porte que le nom. Car une fois mon périple Malte/Francfort/Moscou/Sochi terminé, un chauffeur m'emmenait à une quarantaine de minutes de là, à Estosadok très précisément, juste à côté de la station de ski de Krasnaya Polyana. C'est au pied des montagnes que je prenais mes quartiers au Grand Hotel Polyana. Des allures de chalet suisse vu de l'extérieur, un établissement fantôme vu de l'intérieur à la décoration bling bling et vieillotte. Une semaine au pied des pistes ! Samedi 23 mars 2019 Après une bonne nuit de sommeil, il était temps d'aller découvrir le fameux Casino Sochi... sous la neige ! Encore une fois, comme je pensais séjourner au bord de la mer sous une dizaine de degrés, je n'ai pas vraiment prévu de tenue vestimentaire adéquate. On va donc oublier les talons pour la semaine et ce sera manteau et Converses à défaut des bottes de neige. Rendez-vous est donné à l'entrée de l'hôtel Marriott jouxtant le Casino pour une visite guidée pour les médias étrangers, organisée par PokerStars. La Manager de l'établissement nous reçoit et à mesure que nous arpentons l'immense endroit, nous distille de nombreuses informations sur l'histoire du Casino mais aussi les habitudes des joueurs. L'arbre de verre violet dans le hall d'entrée du Casino (Pour la visite en images, je vous invite à aller voir mes stories sur notre Instagram @_clubpoker_ ) Une des salles VIP du Casino J'ai donc appris que ce fameux Casino Sochi n'existait que depuis deux ans, alors que le bâtiment abritait auparavant le centre dédié aux médias pendant les Jeux Olympiques 2014. Il faut dire que la ville entière semble vivre dans le souvenir des JO, à l'image des anneaux olympiques et sigles « Sochi 2014 » encore présents un peu partout. Quand aux vestiges des Jeux, je vous en dirai plus demain car une visite du Parc Olympique est au programme. Mais revenons au reste de ce samedi. Les portes secrètes du Casino nous ont été ouvertes avec une multitude de salons VIP dédiés aux plus gros clients, ceux dépassant des millions de roubles (1 million de rouble équivalent à 13 600 euros environ). Pendant que mes collègues italiens et moi-même prenons la pose, ça picole déjà du côté des Brésiliens ! Puis une fois ces lieux visités au pas de course, direction la poker room ou plutôt les salles de conférence où se déroulent l'European Poker Tour pour un Sit&Go entre journalistes. Entre confrères de la presse sportive et ceux de la presse spécialisée, l'ambiance fut à la franche rigolade et mieux vaut ne pas trop raconter de hand history. 45 minutes après le début du SNG, nos hôtes de PokerStars nous faisaient comprendre qu'il était temps de libérer la table et la charmante croupière (allez voir les stories Instagram je vous dis!) et que les vainqueurs seraient désignés selon le montant des tapis. Je partais donc à tapis dans le noir pour tenter le tout pour le tout mais Dame Chance n'était pas de mon côté aujourd'hui. Pas grave, me voilà désormais dans la salle de presse pour vous conter cette première journée, loin d'être terminée. Car ce soir dès 20h (l'horloge affiche deux heures de plus ici que chez vous en France), un dîner nous attend dans le très chic restaurant Brunello du Casino, suivi de la fameuse Players Party. Je vous ferai vivre tout ça en live bien sûr, toujours en stories sur Instagram. Le restaurant Brunello où les médias dîneront ce soir J'allais oublié, en ce qui concerne le poker (oui, je suis un peu là pour ça aussi), l'EPT National au droit d'entrée de 77 000 roubles (environ 1 100 euros) a démarré jeudi dernier et a attiré un field de 721 entrants, un chiffre en progression par rapport aux 705 inscriptions de l'an passé. Et c'est le vainqueur en titre, le Tchèque Matous Houzvicek qui emmenait les survivants à l'entame du Jour 2 ce samedi. Je vous ferai un point complet sur ce tournoi et les side events avant d'attaquer le coverage du Main Event. En attendant, je file profiter du dîner et vous donne rendez-vous demain pour un nouveau compte-rendu de ma journée de visite (et en live sur Instagram!). Na zdorovie ! L'entrée par l'hôtel Marriott Une des bizarreries en plein milieu d'un salon VIP Si vous avez 15k à dépenser, c'est par ici ! Comme par hasard, les journalistes italiens écoutent avec attention nos guides du jour Allez, je vais mettre quelques roubles au Russian Poker et je reviens !
  3. Bulle

  4. Coverage EPT Sochi 2019 par PokerStars

    Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ? Alors que l'on se rapprochait doucement mais sûrement des places payées, une pause dîner a été décrétée pour 40 minutes. J'ai retrouvé Cyril Morisset (photo), toujours en lice avec une vingtaine de blindes et qui me confiait apprécier pleinement le moment, lui qui dispute son premier tournoi live d'importance ici en Russie, après sa qualification en Spin&Go. Pour le reste, le rythme s'est considérablement ralenti même si j'ai observé à l'action le Tchèque Matous Houzvicek (photo), à qui Sochi réussit particulièrement. Vainqueur de l'EPT National ici-même l'an passé, Houzvicek y a réalisé un nouveau deeprun cette saison et fait actuellement partie des gros tapis dans le Main Event. Je vous laisse quelques instants avec des photos qui devraient plaire à mon cher collègue @veunstyIe . Envie d'un petit massage pendant la bulle ? Ces demoiselles sont à votre service Et la couleur de la journée semble être le gris Shortstack à la bulle, le Team Pro PS online Mikhail Shalamov tente de survivre Pause dîner de 40 minutes Reprise Niveau 15, blindes 2 000/4 000 ante BB 4 000 Moyenne 189 000 115 restants / 758 entrants
  5. Coverage EPT Sochi 2019 par PokerStars

    Pré bulle Une nouvelle pause vient d'avoir lieu à quelques dizaines de places de l'argent. La journée s'annonce assez courte donc (mais nous ne sommes pas à l'abri d'un changement de plan par l'organisation). Voilà quelques informations que j'ai glané sur nos rescapés tricolores : de nos 3 qualifiés Spin&Go, seul Bertrand Ciaglo possède une fiche Hendon Mob avec 3 résultats lors des festivals Winamax Poker Open à Dublin en 2017 et 2018. Le joueur évolue avec une vingtaine de blindes en ce moment-même. Si j'ai perdu Cyril Morisset de vue (mais il est a priori toujours en lice), j'ai eu l'occasion de discuter au break avec Romain Berger et d'autres Français. Après une première tentative infructueuse, Romain a joué le dernier satellite live hier soir au Casino, avec 25 tickets garantis, et a ship le sésame pour re-entry à l'entame du Jour 2. Avec 160 000 jetons devant lui à l'heure d'aborder la bulle ("on m'a livré quand j'ai touché un brelan"), le jeune homme vivant à Tarbes espère transformer ses 15 euros investis en un joli billet de minimum 5 000 euros ! J'en ai profité pour papoter un peu avec les autres Français présents dans les couloirs du casino. "Ce fut le parcours du combattant pour venir à Sochi, m'expliquait un des tricolores éliminé hier. Nous avons dû faire un passeport en urgence, monter à Paris pour demander un visa qui coûte assez cher. Sans parler des congés à poser et de la famille à convaincre. Puis, on a passé 24 heures dans les avions et aéroports pour rejoindre la Russie ! Mais cela vaut le coup, le Casino est magnifique." Fatigués donc mais conquis par l'endroit, nos compatriotes me confiaient avoir disputé quelques parties de cash game, perdus au milieu de Russes peu sympathiques. Niveau 14, blindes 1 500/3 000 ante BB 3 000 Moyenne 176 800 123 restants / 758 entrants
  6. Coverage EPT Sochi 2019 par PokerStars

    En route vers l'argent Ce Jour 2 du Main Event de l'EPT Sochi prendra fin une fois l'argent atteint, voilà ce qu'a annoncé l'organisation. n'oubliez pas qu'il y a deux heures de décalage horaire avec la France, donc il est déjà 17h ici. Si le Team Pro PS online Mikhail Shalamov est toujours en course, actuellement en table télévisée, ce n'est pas le cas de son coéquipier l'Espagnol Ramon Colillas, éliminé un peu plus tôt. Deux salles deux ambiances entre le lieu où est installé la table TV... ... et la poker room principale, pleine à craquer Hasta luego Ramon ! Chipleader à l'entame du Jour 2, Aleksandr Denisov fait toujours partie des gros tapis en jeu Côté tricolore, je vais malheureusement devoir vous annoncer une mauvaise nouvelle. Malgré trois bullets investis dans ce tournoi, Jean Souprayenmestry a rendu les armes en 166e position, encore loin des places payées. Les chances tricolores reposent désormais sur nos 3 qualifiés Spin&Go. En voilà un autre que je vais suivre attentivement : ITM dans l'EPT National en ouverture, le Suisse Rachid Amamou continue son beau parcours à Sochi Niveau 13, blindes 1 000/2 500 ante BB 2 500 Moyenne 146 000 149/ 758 entrants
  7. Sochi

  8. Amamou

  9. Denisov

  10. Coverage EPT Sochi 2019 par PokerStars

    Les 4 derniers mousquetaires 184 rescapés sur les 758 entrants et 4 Français seulement toujours en lice En ce début de journée, on a logiquement perdu le plus shortstack d'entre eux Pierre Colson, mais aussi Locif Tizouian. Jean Souprayenmestry emmène les troupes alors que Cyril Morisset, Bertrand Ciaglo et Romain Berger se démènent avec un tapis réduit. Cyril Morisset Bertrand Ciaglo Romain Berger Une information assez rare pour être soulignée, la longue liste des "no show" c'est-à-dire les qualifiés pour l'événement qui ne se sont finalement pas présentés mais comptent bien comme un entrant dans le prizepool. Et parmi eux, on décompte 22 Français ! Alors comme ça on ship un package grâce à un Spin&Go et on ne vient pas en Russie ? Destination méconnue et lointaine, long voyage, visa nécessaire ... les explications à ces absences peuvent être nombreuses, toujours est-il que Sochi ne semble pas (encore) attirer les tricolores. Niveau 12, blindes 1 000/2 000 ante BB 2 000 Moyenne 118 200 184 restants / 758 entrants
  11. Berger

  12. Ciaglo

English
Retour en haut de page
×
PokerStars : SCOOP
PokerStars : SCOOP